samedi 23 septembre 2023 - par Patrice Bravo

La Pologne porte un coup sérieux à l’Ukraine en refusant de nouvelles livraisons d’armes

Le gouvernement polonais a porté un coup sérieux à l'Ukraine en refusant de nouvelles livraisons d'armes. Cette décision a été prise après les accusations du président ukrainien sur certains en Europe qui aident la Russie dans ses exportations de céréales. 

Ce tournant arrive quand la contre-offensive de l’Ukraine contre la Russie est un échec et où la visite de Volodymyr Zelensky aux États-Unis a été une amère déception. La crainte de l’élargissement du conflit, les tensions dans la société polonaise, les disputes avec l’Allemagne, les mots agressifs et humiliants du pouvoir ukrainien, alors que le pays a des élections le 15 octobre pour changer son parlement, provoquent une violente remise en cause de l’aide à l’Ukraine.

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a déclaré que son pays n'enverrait plus d'armes à l'Ukraine alors que le conflit céréalier s'intensifie avec l’Ukraine et des pays de l’UE. Observateur Continental signalait que « Varsovie exige que l'UE prolonge l'embargo sur les importations de céréales en provenance de Kiev. Le pays de Chopin veut protéger son économie et son agriculture contre des concurrents ukrainiens qui bénéficient de lois extraordinaires pour exporter leurs productions agricoles en UE. La Pologne refuse de vivre au rythme de l’hymne européen de Beethoven joué à Bruxelles ». 

The Guardian a précisé les raisons de ce changement brutal de la Pologne concernant les livraisons d’armes à l’Ukraine : « La Pologne, l’un des alliés les plus fidèles de l’Ukraine, a annoncé la fin de ses transferts d’armes vers le pays, un jour après que le Volodymyr Zelensky a accusé Varsovie de faire le jeu de la Russie en interdisant les importations de céréales ukrainiennes ».

La Pologne est, pourtant, un allié clé depuis le début du conflit en février 2022 et l’un des principaux fournisseurs d’armes pour Kiev. Il y a aussi dans ce pays un million de réfugiés ukrainiens qui ont reçu diverses aides gouvernementales. Mercredi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a, donc, appelé à l'arrêt des ventes d'armes, affirmant que son pays avait décidé de donner la priorité à sa propre défense. « Nous ne transférons plus d'armes vers l'Ukraine, car nous équipons désormais la Pologne d'armes plus modernes », a-t-il déclaré. Cette décision intervient après les attaques verbales de Volodymyr Zelensky lors de son discours à l’Assemblée générale de l’ONU.

Le conflit en Ukraine a fermé les routes maritimes de la mer Noire utilisées avant le conflit, laissant l'UE comme principale route de transit et destination d'exportation des céréales ukrainiennes.

En mai, l'UE a accepté de limiter les importations vers la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie, cherchant à protéger les agriculteurs de ces pays qui accusaient les importations d'être à l'origine de la chute des prix sur les marchés locaux. Ces mesures ont permis aux produits de continuer à transiter par cinq pays, mais leur vente a été stoppée sur le marché local.

Vendredi dernier, la Commission européenne a annoncé qu'elle levait l'interdiction d'importer les produits agricoles d’Ukraine, affirmant que « les distorsions du marché dans les cinq États membres limitrophes de l'Ukraine ont disparus ». La Pologne, la Hongrie et la Slovaquie avaient immédiatement annoncé qu'elles n'accepteraient pas cette décision car les agriculteurs de ces pays goûtaient peu de voir débarquer sans droits de douane des céréales ukrainiennes devant leurs portes. Le Financial Times fait savoir que « la Slovaquie lève l'interdiction sur les importations de céréales ukrainiennes ».

Dans son discours à l’ONU, Volodymyr Zelensky a suggéré que leur décision était hypocrite et préjudiciable à son pays.

« Il est alarmant de constater que certains en Europe jouent la solidarité sur un théâtre politique, transformant les céréales en thriller. Ils peuvent sembler jouer leur propre rôle. En fait, ils contribuent à préparer le terrain pour un acteur moscovite », a-t-il affirmé. Ses propos ont provoqué une réaction furieuse de la Pologne qui a convoqué l'ambassadeur d'Ukraine et l'a mis en garde contre de nouvelles mesures de représailles.

Mateusz Morawiecki a déclaré à la chaîne de télévision Polsat News : « Je préviens les autorités ukrainiennes. Parce que s’ils continuent à aggraver le conflit de cette manière, nous ajouterons des produits supplémentaires à l’interdiction d’importer en Pologne. Les autorités ukrainiennes ne comprennent pas à quel point le secteur agricole polonais a été déstabilisé. Nous protégeons les agriculteurs polonais ».

Le problème est particulièrement aigu en Pologne qui doit faire face à des élections le 15 octobe. Le gouvernement populiste de droite du Parti Droit et Justice (PiS) bénéficie d’un fort soutien dans les régions agricoles. « Nous avons été les premiers à faire beaucoup pour l'Ukraine, et c'est pourquoi nous attendons d'eux qu'ils comprennent nos intérêts », a martelé Mateusz Morawiecki dans l’entretien accordé mercredi à Polsat News. « Bien sûr, nous respectons tous leurs problèmes, mais pour nous, les intérêts de nos agriculteurs sont la chose la plus importante ».

Kiev a annoncé qu'elle porterait plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contre la décision de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovaquie concernant les céréales. Un responsable de l'OMC a confirmé que l'Ukraine avait fait le premier pas dans le différend commercial en déposant une plainte auprès de l'organisme commercial mondial.

Cette décision a, à son tour, été critiquée par le ministère polonais des Affaires étrangère, Zbigniew Rau. « Les comparaisons entre la Pologne et la Russie qui sont apparues ces derniers jours dans les déclarations des hommes politiques ukrainiens sont extrêmement offensantes pour la société polonaise. Ils conduisent à une profonde refonte de la conscience polonaise à l’égard de l’Ukraine et des Ukrainiens, non seulement collectivement, mais surtout individuellement. Dans les mêmes maisons où nous avons spontanément accueilli des réfugiés ukrainiens, aux tables où nous écoutions des histoires sur leur sort, nous nous demandons aujourd'hui comment les Polonais et les Russes peuvent être mis sur le même plan comme nuisant aux Ukrainiens », a-t-il critiqué

Il a poursuivi : « L'aide de notre gouvernement à l'Ukraine et aux Ukrainiens a été possible grâce à la compréhension, à la compassion et à la sympathie pour l'Ukraine de presque toutes les familles polonaises. Par conséquent, la politique actuelle de l’Ukraine est non seulement nuisible et douloureuse pour nous, mais surtout offensante. Il est difficile de supposer qu’il sera rapidement oublié. C’est pourquoi cela nuit à l’Ukraine. Ensemble, nous y perdons beaucoup » ; « Un travail titanesque sera nécessaire pour rétablir la confiance de la société polonaise dans la bonne volonté des autorités ukrainiennes ».

Kiev impose à la Pologne ses propositions pour faire évoluer le dialogue. Après que la Pologne ait convoqué l’ambassadeur ukrainien, Kiev a appelé Varsovie à reconsidérer sa position sur le conflit céréalier. « Nous exhortons nos amis polonais à mettre de côté leurs émotions », a déclaré le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko. Il a averti que l’ambassadeur d’Ukraine avait expliqué sa position sur « l’inacceptabilité » de l’interdiction polonaise et a suggéré que les propositions de Kiev « deviendront la base pour faire évoluer le dialogue vers une voie constructive ».

« Le monde constate une rupture des relations entre la Pologne et l’Ukraine », titre Business Insider Pologne, soulignant : « Duda attaque Zelensky » et que le président polonais a comparé Kiev à un « homme qui se noie » et qui « s'accroche à un sauveteur » tout en rappelant que l’Ukraine ne doit pas oublier qu’elle reçoit de l’aide de l’Ukraine.

La Pologne ne procédera désormais qu'aux livraisons de munitions et d'armes à Kiev convenues avant que Varsovie ne prenne la décision d'arrêter les livraisons, a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement, Piotr Müller. La Pologne est le sixième pays à soutenir l’Ukraine militairement. La France se trouve à la dixième position. En tête, on a les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège et le Danemark.

« Sans livraisons d’armes, une Ukraine politiquement indépendante n’existerait plus », constate Die Zeit qui stipule : « Mais pour l’Europe, une guerre prolongée signifie inévitablement un déclin ». L’hebdomadaire de Hambourg rajoute que « de nombreuses unités ukrainiennes d'infanterie manquent même d'équipement de bases : matériel de déminage, appareils de vision nocturne ou véhicules de transport blindés ». Die Zeit avoue - posant des questions sur « où » va l’argent de l’Occident - que « ce qui était encore un espoir au début de la guerre, mais qui ressemble aujourd’hui à une défaite, devient de plus en plus clair ».

« Même si la troisième offensive suivante devait avoir lieu au printemps prochain, rien n’indique que les positions russes s’effondreront » ; « Jusqu’à présent, les résultats de l’offensive ukrainienne du printemps, devenue une offensive d’été et qui devrait maintenant se prolonger jusqu’à l’automne, donnent à réfléchir », conclut le média d’outre-Rhin.

« Volodymyr Zelensky a reçu un accueil de héros lors de sa visite en décembre, mais cette fois, il a passé ses réunions à huis clos au Congrès américain à essayer désespérément de surmonter la lassitude croissante des républicains face à la guerre », annonce France 24.

Julien Le Ménéec

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram : https://t.me/observateur_continental

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=5278



40 réactions


  • Sirius Grincheux 23 septembre 2023 08:43

    ça va finir en eau de boudin, comme pour la Yougoslavie

    en fait ça n’en finit jamais, mais de temps en temps on couvre les braises, ce que les « occidentaux » sont en train de faire


    • Clocel Clocel 23 septembre 2023 10:28

      @Grincheux

      L’Europe, c’est la paix ! Répète le mantra ad vomitum.


    • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 24 septembre 2023 20:59

      @Clocel
      Désormais, les slogans euripéens seront :

      « Nous renforçons la démocratie, grâce à la censure »
      « La guerre assure notre paix »
      « La récession est la base saine pour notre prospérité »


    • chapoutier 23 septembre 2023 17:24

      @Fergus
      toujours les mêmes mensonges fergus
      En 2016, un grand boulevard de Kiev a été rebaptisé du nom de Bandera. Ce changement de nom est particulièrement obscène puisque la rue mène à Babi Yar.

      meme les polonais en ont marre de voir les ukrainiens glorifier Bandera !

      Les pogroms, une spécificité russe ?

    • Fergus Fergus 23 septembre 2023 17:42

      Bonjour, chapoutier

      Oui, et ce n’est pas glorieux, même si le fait de rebaptiser ce boulevard visait à enfoncer de manière provocatrice le clou du détachement des Ukrainiens de l’influence de Moscou.
      Cela dit, il vous échappé que les gens au pouvoir depuis 2022 en Ukraine ont très largement tourné le dos à ce personnage et à l’imagerie qui en servait la mémoire.


    • John John 23 septembre 2023 17:49

      Fergus salut !

      « Ce nazi reste sans doute un héros pour une partie des Ukrainiens, mais très minoritaire. »

      Hier une chroniqueuse de LCI a rappelé que le président Zelensky avait lever son pouce en passant devant la statue de Bandéra ... Apparemment oui ce nazi reste un héros ...


    • chapoutier 23 septembre 2023 18:29

      @Fergus

      les gens au pouvoir depuis 2022 en Ukraine ont très largement tourné le dos à ce personnage

      c’est ça le mantra ! c’est plus les même !

      pipoteur que tu es, tu veux nous faire croire à la transsubstantiation des nazis en parfaits démocrates


  • Clocel Clocel 23 septembre 2023 10:09

    Les polonais ont toujours été les cocus de l’Histoire, ils ont une forte propension pour ça, un pays de merde qui vaut sans doute pas plus cher que l’Ukraine.

    Les eurocrates savaient ce qu’ils faisaient en faisant entrer ce boulet atlantiste dans l’UE.


    • Fergus Fergus 23 septembre 2023 17:24

      Bonjour, Clocel

      Les « cocus », vraiment ?
      Depuis qu’elle est entrée dans l’UE, la Pologne a vu son PIB augmenter de manière très significative, au point d’être désormais le 6e de l’Union !

      Cela dit, la Pologne a réellement été cocufiée. Lorsqu’elle faisait partie du... Pacte de Varsovie. Raison pour laquelle la population de ce pays est vent debout contre la politique impérialiste criminelle du dictateur Poutine !!!


    • Clocel Clocel 23 septembre 2023 17:37

      @Fergus

      Dumping social, dumping fiscal, ils sont l’arrière-court de l’économie Allemande...

      Fini l’énergie pas chère, fallait pas faire chier l’ours et sucer l’oncle Shmuel...

      Coup de bol, ils ne sont pas dans l’Euro, mais ils sont bien assez cons pour embarquer sur le Titanic pour le bouquet final.

      On n’attend plus qu’un hiver vraiment rigoureux pour commencer à vraiment se marrer.


  • Com une outre 23 septembre 2023 10:22

    Les pays de l’est semblent plus lucides que nous concernant les abus de l’UE à servir dieu sait quels intérêts. Quant à nous, et pas que géographiquement, nous sommes à l’ouest.


    • Eric F Eric F 24 septembre 2023 10:03

      @Com une outre
      Vous rigolez ! Les pays de l’Est ont été financés par l’UE au détriment des pays de l’Ouest dont une partie des usines ont été délocalisées. Leur PIB a bondi alors que le nôtre a stagné. Maintenant, ils profitent des avantages, mais refusent d’appliquer certaines directives, par exemple ils s’affranchissent des normes imposées à nos agriculteurs.
      Ils voient aujourd’hui, avec l’Ukraine, se pointer un nouveau concurrent à la porte de l’UE. Eh bien ils nous avaient auparavant fait le même coup ! Evidemment, il ne faut pas qu’elle entre avant la fin du siècle ...ou du suivant !

      Élargir vers l’Est a été la connerie de l’UE, mais on nous faisait obligation de prétendue ’solidarité européenne’, et on voit que cela amène distorsion économique et dissensions, et loin d’amener la paix, cela a fait entrer des tensions et risques dont nous étions auparavant préservés.
      La métaphore du président polonais sur le noyé qui entraine le sauveteur dans sa chute est tout à fait appropriée, mais c’est déjà tard, notre radeau de la Méduse est surchargé.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 25 septembre 2023 07:21

      @Eric F « Élargir vers l’Est a été la connerie de l’UE »
      pas ok avec vous sur ce point.
      Si l’on veut faire une Europe, il faut prendre en compte la géographie et donc intégrer sa partie EST.
      Mais la connerie, ce sont les taux de change (soit actuels, soit au moment de la conversion en euros), car cela ne peut fonctionner tant que les plombiers d’une part français allemands, d’autre part polonais serbes ou roumains n’auront pas le même nombre d’euros pour 40h d’un même travail.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 25 septembre 2023 07:23

      @Eric F
      l’erreur sur les taux de change explique « Les pays de l’Est ont été financés par l’UE au détriment des pays de l’Ouest dont une partie des usines ont été délocalisées. »


    • Eric F Eric F 25 septembre 2023 09:47

      @lecoindubonsens
      Même en passant à l’euro, le gap de coût salarial met des décennies à s’estomper, or lorsqu’une entreprise a été délocalisée, elle ne reviendra plus.

      Pour ce qui est des élargissements de l’UE, cela conduit à un conglomérat à 30 pays disparates en terme de modèle économique, social, et en intérêts contradictoires (tiens, on voit déjà les Polonais s’alarmer des céréales ukrainiennes a qui on a donné des avantages comme si le pays était dans l’UE).
      Un ’’marché unique’’ n’est loyal qu’entre pays homogènes. On a cru augmenter les débouchés, on a surtout fait entrer des concurrents low cost, il suffit de regarder la croissance comparée.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 25 septembre 2023 10:20

      @Eric F
      Absolument ok avec votre « Un ’’marché unique’’ n’est loyal qu’entre pays homogènes », c’est pour cela que j’ai écrit "la connerie, ce sont les taux de change (soit actuels, soit au moment de la conversion en euros), car cela ne peut fonctionner tant que les plombiers d’une part français allemands, d’autre part polonais serbes ou roumains n’auront pas le même nombre d’euros pour 40h d’un même travail."
      Si vous allez dans des pays type Serbie, Croatie ... le travailleur a un niveau de vie local (voiture, TV, electro menager, etc) comparable a son équivalent travailleur français, bien qu’ayant un salaire 3 à 4 fois inférieur (en euros ou monnaie locale).
      C’est donc bien ce change anormal qui génére la délocalisation et la concurrence low cost totalement artificielle. La solution est simple = corriger ces taux de change !
      En pratique, si dans un pays genre Roumanie, vous multipliez par 2 ou 3 (ratio a recalculer) à la fois les salaires et les prix conso, cela ne change rien pour les locaux (hors le fait qu’ils pourront consommer à l’étranger) mais le plombier français n’aura plus à craindre le plombier roumain


    • Eric F Eric F 25 septembre 2023 11:04

      @lecoindubonsens
      C’est l’extension de la notion de ’’parité de pouvoir d’achat’’, mais il reste curieux que certains pays ont conservé la caractéristique de prix plus bas même en adoptant l’euro, avec un standard de vie comparable au nôtre (sauf pour les métiers à faible valeur ajoutée, ainsi on voit encore des charrette à chevaux dans les petites fermes roumaines)


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 25 septembre 2023 14:12

      @Eric F
      « curieux que certains pays ont conservé la caractéristique de prix plus bas »
      effectivement, c’est cela l’anomalie.
      En prenant votre exemple de fermiers, français et roumains supposés payés pareil en euros, si le roumain produit moins parce que charrette à chevaux au lieu de tracteur, le lait ou le blé roumain devrait être plus cher ...


  • mursili mursili 23 septembre 2023 13:09

    dieu sait quels intérêts


    On aimerait bien le savoir justement, parce que là, on tatonne...

    Par exemple les intérêts de ceux qui contrôlent la moeute médiatique (qui ? qui ?)

    Ou encore celles des hommes riches au nord de Richmond (pas loin du Potomac) comme dans la chanson d’Oliver Anthony (70 millions de vues sur Youtube).


  • Doume65 23 septembre 2023 15:20

    « La Pologne porte un coup sérieux à l’Ukraine en refusant de nouvelles livraisons d’armes »

    Le sérieux coup à l’Ukraine, ce sont ceux qui, d’une part ont tout fait pour que la Russie s’énerve, et d’autre part font durer cette boucherie, qui le portent. Ceux qui ne veulent pas le voir se mettent de la merde devant les yeux. Ils seront content quand ? Lorsqu’il n’y aura plus aucun ukrainien pour se battre, et faire fonctionner le pays ?


  • zygzornifle zygzornifle 23 septembre 2023 15:45

    Si les Popoffs envahissent l’Ukraine ils vont pouvoir récupérer un armement ricain et européen de dingue pour nous le foutre sur la gueule un peu plus tard une fois qu’il l’auront copiés grâce aux chinois et ensuite il sera revendu a la Corée du nord .....


    • Eric F Eric F 24 septembre 2023 10:09

      @zygzornifle
      Si les Russes envahissent, ce serait que le matériel militaire occidental n’est pas efficace ou qu’il aura été détruit.
      Au stade actuel, le front est gelé et les forces s’entre-neutralisent. Les Russes jouent la montre, ou plutôt le calendrier électoral, et les ukrainiens s’épuisent pour quelques arpents gagnés. Avec le temps, le pays sera en partie dépeuplé de ses forces vives, avec des infrastructures en ruine. Tout ça pour ça !


    • Jules Seyes Jules Seyes 24 septembre 2023 19:15

      @zygzornifle
      Rassurez-vous, ils l’analyserons, le donnerons peut-être, mais ne commettrons pas l’erreur de s’en servir.
      C’est du plaqué or, mais juste bon pour les chiottes. Ca a été concu pour assurer les bénéfices des fabricants, pas pour faire la guerre.


    • mursili mursili 26 septembre 2023 17:42

      @zygzornifle

      Pas certain que les Russes aient besoin de copier l’armement occidental...
      https://youtu.be/hgzoPVHPSqk
      Bon, c’est peut-être de la propagande russe, je n’ai pas vérifié.


  • titi titi 23 septembre 2023 16:58

    @L’auteur

    La Pologne n’a de toutes façon plus rien à livrer.

    Elle a fourni tout son matériel soviétique, qu’elle a remplacé par du matériel neuf US et Coréen.

    Comme la plupart des pays européens d’ailleurs, qui n’ont pas investi de le militaire depuis 30 ans.


    • Gorg Gorg 23 septembre 2023 23:59

      @titi

      « la plupart des pays européens d’ailleurs, qui n’ont pas investi de le militaire depuis 30 ans »

      Les pays de l’UE braillent et roulent les mécaniques mais la plupart n’ont que des armées échantillonnaires avec deux semaines de munitions... Et encore...


    • titi titi 24 septembre 2023 10:44

      @Gorg

      Exactement.

      Ce qui souligne à tel point le prétexte d’une menace de l’OTAN brandrie par Poutine, est une vraie tartufferie.


    • Eric F Eric F 24 septembre 2023 11:47

      @titi
      La crainte russe n’était pas relative à une attaque conventionnelle contre son territoire, mais d’une part que Sébastopol passe sous contrôle de l’OTAN si l’Ukraine en devenait membre, et d’autre part qu’il y ait tôt ou tard une base de missiles à sa frontière.
      C’est donc en quelque sorte l’instauration du forteresse otanienne à ses marches qui a constitué un casus belli.

      Alors, est-ce par sous-estimation de la détermination russe (’’ça passera encore cette fois’’), ou provocation intentionnelle pour déclencher un conflit ouvert ? Je penche pour la première hypothèse Brzezinskienne, mais je comprends que certains postulent la seconde.
      [La thèse officielle à l’Ouest est que l’on a aidé philanthropiquement l’Ukraine à s’émanciper de l’influence de son puissant voisin, car telle est notre nature, généreuse et désintéressée, proclament nos politiciens et journalistes]


  • goc goc 23 septembre 2023 19:26

    En tout cas, cette histoire démontre, s’il en était nécessaire, toute la tartuferie de l’accord dit « Céréales ».

    En effet, pour conforter la propagande occidentale, on a fait passer ce deal comme ayant été signé pour d’uniques raisons humanitaires, en permettant de livrer aux pays du tiers-monde touts les céréales nécessaires à leur (sur)vie.

    Sauf que très rapidement on s’est aperçu qu’en fait l’Ukraine ne vendait son blé qu’aux europeens, et non aux pats pauvres, ce que bien sur, l’occident refusa d" reconnaitre.

    Or quelle belle preuve irréfutable fournit cette affaire ukro-europenne,

    A noter également qu’outre l’affaire du blé, nous autres français auraient du interdire l’importation de viandes de poulet élevè aux hormones, et donc incompatibles avec nos normes sanitaires locales. Mais comme à son habitude, macron1er a préféré enrichir les oligarques corrompus ukrainiens, plutôt que de protéger nos intérêts nationaux


  • AmonBra AmonBra 23 septembre 2023 19:46

    Merci @ l’auteur pour le partage.

    Les vieilles rancœurs européennes reprennent du galon et, dès à présent, « l’Ôxydant collectif » se dé-collectivise, qu’est ce que ça va être durant l’hiver arrivant à grand pas, pour peu qu’il soit plus rigoureux que les précédents et, surtout, après que leurs peuples respectifs se soient tous bien gelés les couilles !?

    Et dire que l’ex chancelière a laissé entendre que tout ce sanglant cirque en ex Ukraine, avait pour origine l’intention dudit Ôxydant de « pacifier » la Russie ! Comme les U$A ont « pacifié » les amérindiens ? Ou comme la France coloniale pour l’ex Algérie française ?! . . .


  • Jelena Jelena 24 septembre 2023 09:13

    Aux dernières nouvelles, sous pression des ricains, Duda a déclaré que la Pologne continuerait de soutenir Kiev... Mais entre les déclarations de presse et les actes réels, il y a parfois une grande différence.


  • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 2023 09:25
    Macron porte un coup sérieux aux retraités et aux travailleurs en refusant de les indexer sur l’inflation ......

    • Eric F Eric F 24 septembre 2023 12:00

      @zygzornifle
      L’hypocrisie est de prétendre que les salaires alimentent l’inflation, ce qui ne serait vrai que s’ils augmentent plus vite qu’elle, alors que l’indexation n’est qu’un rattrapage après coup.
      Or ils refusent que les revenus suivent les prix, donc la consommation baisse, et donc la récession se profile forcément. Elle a commencé en Allemagne et la France suivra forcément, pour l’instant notre PIB est artificiellement gonflé par ...les déficits, l’emploi est également en trompe l’oeil avec une baisse de productivité (non pas dans le secteur productif, mais par l’extension des activités à faible valeur ajoutée)


  • Nowhere Man 24 septembre 2023 10:19

    « Standing ovation » au Parlement du Canada, après le discours de Zelenski, pour un vétéran ukrainien de 98 ans de la division SS Galicia, qui avait « combattu » avec les Allemands contre les Russes pendant la WW2.

    https://t.me/s/ErwanKastel

    La dégénérescence occidentale coche toutes les cases.


  • chantecler chantecler 24 septembre 2023 17:37

    Bonsoir,

    Paraît qu’en France , mon pays , aujourd’hui ,les « grands électeurs » votent pour renouveler la moitié du Sénat ...

    Je viens de l’apprendre ...

    On attend certainement d’importants changements ...

    Vive la démocratie !


    • Eric F Eric F 25 septembre 2023 09:57

      @chantecler
      Vue l’inertie du système d’élection indirect, la représentation sénatoriale reflète un cliché politique couleur sépia, on s’attend à y trouver Antoine Pinay et René Coty smiley


  • egos 26 septembre 2023 15:38

    Un mois de septembre chargé.

    Le show surréaliste de Trudeau à Parliament Hill avec ses deux invités de marque (il faut parfois oser afficher ses opinions), les facéties de Joe au Vietnam, la volée de bois vert publique de Zel adressée à son plus ardent soutien et proche voisin lors de sa prestation publique à l’ONU, la crevette toxique à la tête de la CE accusant carrément les Russkoffs d’avoir bombardé Hiroshima et Nagasaki ..

    Selon l’expression consacré des fumeux experts (que l’on n’entend d’ailleurs plus ou mois ) se perdent en conjecture : idéologie Woke mal assimilée, mélange de genres, transsectionnalité, cancel culture .. allez savoir.

    Pour l’heure et concernant la clique politique au pays des caribous, carcajous orignals et autres canneberges , il est juste question de vagues excuses, d’ovation par inadvertance plutôt que d’un coup foireux.

    A ce compte les bots du Kremlin sont bons pour le rebut et les services de propagande le Pôle Emploi (goulag ??) local.


  • Vivre est un village Vivre est un village 5 octobre 2023 11:34

    Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
    La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
    Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
    Pour toute demande d’autorisation, contactez [email protected].
    En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

    https://www.lemonde.fr/international/article/2023/09/22/l-arret-des-livraisons-d-armes-de-la-pologne-a-l-ukraine-suscite-la-stupeur-en-europe_6190478_3210.html

    Est-ce un signe de fébrilité du gouvernement polonais avant les élections générales du 15 octobre ou une réelle menace de brouille entre Kiev et Varsovie, son plus fervent soutien européen ? L’annonce par le premier ministre, Mateusz Morawiecki, mercredi 20 septembre, d’un arrêt des livraisons d’armement polonais à l’Ukraine a suscité la stupeur dans les capitales européennes. Preuve que la crise est peut-être profonde, les officiels bruxellois ont tenté jeudi de faire du « damage control » (« limiter les dégâts »), tandis que le gouvernement ukrainien faisait part de son intention de négocier afin d’apaiser le contentieux céréalier.

    Le feu couvait depuis plusieurs mois et s’est soudain embrasé ces derniers jours. La décision de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovaquie, le 15 septembre, de prolonger l’embargo sur les céréales

    https://www.lemonde.fr/international/article/2023/09/22/l-arret-des-livraisons-d-armes-de-la-pologne-a-l-ukraine-suscite-la-stupeur-en-europe_6190478_3210.html


Réagir