vendredi 1er mars - par SEPH

La réalité à GAZA et ses conséquences

JPEG

Irfan Galaria est un chirurgien plasticien et reconstructeur américain qui s’est rendu à Gaza. Il a déclaré  :

«  Ce que j’y ai vu, ce n’est pas une guerre, c’est un anéantissement  » 

« J’ai cessé de comptabiliser le nombre de nouveaux orphelins que j’avais opérés. Après l’opération, ils étaient installés quelque part dans l’hôpital, sans que je sache qui s’occuperait d’eux ou comment ils survivraient. Une fois, une poignée d’enfants, tous âgés de 5 à 8 ans, ont été portés par leurs parents jusqu’à la salle d’urgence. Tous avaient reçu une balle de sniper dans la tête. [NDR c'est du racisme !!!]. Ces familles rentraient chez elles à Khan Yunis, à environ 3,5 km de l’hôpital, après le retrait des chars israéliens. Mais les tireurs d’élite sont apparemment restés sur place. Aucun de ces enfants n’a survécu. »

Source : Asia Times

 

 

Vidéo"Israël a perdu la guerre" - https://youtu.be/6wBYjzeYYs4

 

« Les snipers visent la tête pour être sûrs que la personne ne survivra car elle ne peut être soignée » Raphaël Pitti, médecin humanitaire à Gaza

 

 

I - Les gens sont en train de mourir de faim et de maladies

Chaque jour, dans le nord de la Bande de Gaza, environ trente personnes perdent la vie à cause de la famine. Les enfants sont en première ligne. Les horreurs sont multiples, Israël veut faire fuir les palestiniens par le massacre de masse, en les affamants, en pratiquant les pires exactions : exécutions, viols, pillages, .. Tout ceci constitue bien un génocide, l'Occident est complice et le monde se voile la face.

Voir vidéo : https://youtu.be/MfH6PMX5IdU?list=RDNSMfH6PMX5IdU 

J'ai recueilli un certains nombre de témoignages vérifiables qui devraient nous interpeller

 

 

A - Le témoignage d’un vieux palestinien du nord de Gaza

 

 

Manifestement amaigri, ayant pris refuge dans une école, avec sa famille,.Mr Haj répond à la question : ça fait combien de jours que vous n'avez pas mangé ?

  • «  Nous n’avons pas d’argent pour acheter du pain. On est aussi malade et il n’y a pas de médicament. Il n’y a rien, ni médicament, ni à manger ni à boire. C’est à cause du peuple d’Israël, le criminel. Il a détruit nos maisons et a tué nos enfants.

 

  • Tous les trois jours je mange une petite galette. Je suis à jeun. Mes trois filles et ma femme blessée, nous sommes tous à jeun. Mon fils et son fils sont tombés en martyrs. Lorsque les israéliens ont bombardé cette école et tué 15 martyrs. Les Israéliens sont des criminels. Ce sont des rapaces. Ils sont sales. La victoire incha Allah est pour l’État palestinien »

 

 

B - Le témoignage choquant d’une infirmière française qui a soigné des blessés à Gaza

Selon la chaîne d’information France 24, l’hôpital Nasser à Khan Younès, dans le sud de l’enclave palestinienne, a été le dernier grand hôpital de Gaza qui a été pris pour cible par des militaires israéliens. Dans cet hôpital saturé et dépourvu de médicaments, il y avait 150 patients qui étaient entassés, sans prise en charge médicale, dans les chambres et les couloirs du bâtiment

Une infirmière française Mme Imane Maarifi s’est rendu dans la bande de Gaza, en coordination avec l’Association des médecins palestiniens PalMed. Lors de l’audition des membres de cette mission, le 13 février 2024, par des parlementaires français, elle nous a livré un témoignage choquant sur ce qui s’est passé dans l’enclave assiégée,. Mme Maarifi a déclaré :

 

 

Mme Imane Maarifi infirmière revenant de Gaza

 

https://youtu.be/C6z1H98hC0Y?t=1101 ou https://youtu.be/C6z1H98hC0Y la vidéo complète

 

« Depuis mon retour, j’ai l’impression d’être dans un monde de fous, de devoir dire en 2024 alors qu’il y a des réseaux sociaux et des médias, qu’il y a des gens qui meurent ».

«  Tu es sûre d’avoir vu des enfants mourir ? », a demandé l’un des participants à ladite session. Y répondant, Imane Maarifi a martelé : « Oui, j’ai aidé moi-même à extraire des balles de têtes et de visages d’enfants ».

 

L’infirmière raconte que des parents amènent le matin les cadavres de leurs enfants décédés dans la nuit, dans l’espoir que les médecins étrangers, qu’ils croient plus compétents que les locaux, puissent les réanimer.

«  Quand vous annoncez qu’il est mort et qu’il n’y a rien à faire, ils repartent avec en hurlant », a-t-elle déploré.

Revenant sur des blessures d’enfants qu’elle a eu à soigner, l’infirmière évoque « beaucoup, beaucoup, beaucoup de plaies de la face, d’exorbitations, d’yeux qui n’existent même plus, des blessures de la tête, de l’abdomen… ».

En raison de la pénurie de carburant, les morts et les blessés sont parfois transportés aux hôpitaux à dos d’ânes. Mais même ces bêtes de somme ne sont pas épargnées par les soldats israéliens.

L’infirmière assure avoir vu un âne mort devant l’hôpital, car il a été touché par balles en cours de route.

Si elle fait ce témoignage  : «  c’est pour convaincre le monde d’agir pour arrêter le massacre. »

Outre des victimes de la guerre, dont le bilan s’alourdit à plus de 29 313, de nombreux malades palestiniens meurent faute de médicaments et de prise en charge sanitaire, a-t-elle expliqué.

 

La situation sanitaire dans la bande de Gaza est désastreuse. À cet égard, les Nations Unies ont averti que 60 % des infrastructures sanitaires de Gaza ont été endommagées ou sont complètement hors service.

Les hôpitaux ne sont pas seulement la cible de Tsahal, les universités, les écoles, les mosquées sont aussi bombardées ou sont dynamitées par les soldats juifs.

Vidéo de l'hôpital Nasser bombardé : https://twitter.com/i/status/1757945947290554735

 

C - Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l'ONU s'alarment des exécutions, viols... contre des femmes et des filles palestiniennes

Le communiqué de presse du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies fait part, le 19 février 2024, de graves accusations envers Israël.

En effet, des enquêtes y rapportent la détention, l’exécution et le viol de centaines de femmes et de jeunes filles palestiniennes, de façon arbitraire, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

Un groupe d’experts, constitué de plusieurs femmes spécialisées dans le rapport de discriminations et violences contre les femmes et les filles, a mené des investigations dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967.

Ainsi, elles interpellent le gouvernement israélien sur son «  obligation de respecter le droit à la vie, à la sécurité, à la santé et à la dignité des femmes et des filles palestiniennes » et ont demandé une enquête indépendante, impartiale et rapide.

 

- « Des traitements inhumains et dégradants »

 

Le communiqué du Haut-Commissariat rapporte : «  Des femmes et des filles palestiniennes auraient été arbitrairement exécutées à Gaza, souvent avec des membres de leur famille, y compris leurs enfants (…) dans les endroits où elles cherchaient refuge ou alors qu’ils fuyaient. Certaines de ces femmes, parmi lesquelles se trouvaient des journalistes, auraient brandi des morceaux de tissu blanc lorsqu’elles ont été tuées. »

Il rapporte également la soumission de ces femmes palestiniennes «  à des traitements inhumains et dégradants, privées de serviettes hygiéniques, de nourriture et de médicaments, et rouées de coups  ».

Des agressions sexuelles sont rapportées, ainsi que le viol « d’au moins deux détenues palestiniennes  », tandis que d’autres ont été «  déshabillées et fouillées par des officiers masculins de l’armée israélienne  ».

Enfin, un nombre inconnu de Palestiniennes, notamment des filles, seraient portées disparues après avoir été en contact avec l’armée israélienne.

 

Ces exactions intolérables sont relatées par Barbara GABEL journaliste à France 24. Voici ci-dessous son article précisant la nature et les circonstances des exactions ci-dessus, publié le 22/ février 2024 :

 

- ARTICLE de « Barbara GABEL : « Exécutions, viols... Des expertes de l'ONU s'alarment des violences contre les femmes à Gaza » :

 

«  Les accusations portées sont graves. Des expertes de l’ONU ont rapporté, lundi 19 février 2024, des accusations de violences, notamment sexuelles, visant des femmes et des filles palestiniennes à Gaza et en Cisjordanie, imputées aux forces israéliennes.

Elles exigent une "enquête indépendante et impartiale" et pressent Israël à coopérer. 

Exécutions et détentions arbitraires, agressions sexuelles, traitements "inhumains"...

Nommées par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, les sept expertes indépendantes s’alarment de "violations flagrantes des droits humains" basées sur des "allégations crédibles.

Pour collecter ces informations, l’équipe de sept expertes s’est appuyée sur une variété de sources, y compris "des témoignages de victimes et de témoins oculaires, mais aussi d’organisations civiles ou internationales travaillant avec les civils", explique Reem Alsalem, rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes et les filles, ses causes et ses conséquences.

"Nous avons ensuite recoupé ces informations avec d’autres sources pour évaluer leur crédibilité." Elle précise avoir reçu ces données directement par e-mail, par téléphone ou par des outils comme Zoom et souligne qu’il est "souvent impossible de donner plus de détails, car cela pourrait mettre en danger les sources". 

Exécutions et détentions arbitraires 

Les femmes sont particulièrement touchées depuis le début de la guerre à Gaza. Femmes et enfants représentent 70 % des victimes du conflit entre Israël et le Hamas, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU. Au moins deux mères sont tuées toutes les heures depuis le 7 octobre, selon l’Alerte Genre de l’ONU Femmes

 

Parmi les témoignages reçus, les expertes font état de femmes et de filles qui auraient été "arbitrairement exécutées à Gaza, souvent avec des membres de leur famille, y compris leurs enfants", alors que les victimes se trouvaient dans des lieux de refuge ou qu'elles tentaient d'échapper aux forces armées. 

"Certaines d’entre elles auraient tenu des morceaux de tissu blanc [symbole de la paix, NDLR] lorsqu’elles ont été tuées par l’armée israélienne ou des forces affiliées", précise le communiqué.

Une vidéo publiée et vérifiée par le site Middle East Eye en janvier montrait une femme, Hala Rashid Abd al-Ati, abattue par balles, alors que son petit-fils arborait un drapeau blanc et qu’ils tentaient de s'échapper de la ville de Gaza. 

En plus des exécutions, l'armée israélienne aurait procédé depuis le 7 octobre à la "détention arbitraire de centaines de femmes et de filles palestiniennes", dont des défenseurs des droits humains, des journalistes et des humanitaires, selon les expertes de l’ONU, dans un contexte où le recours à la détention administrative a explosé. Cette mesure d'urgence permet l'incarcération sans inculpation ni procès pour une durée indéterminée. Des témoignages font état de "traitements inhumains et dégradants" : passages à tabac, privation de nourriture, de médicaments et de produits d'hygiène féminine. Un cas de femmes détenues dans une cage à Gaza, exposées à la pluie et au froid sans nourriture, a été rapporté. 

 

Reem Alsalem attire l'attention sur un point non inclus dans le communiqué de presse : certaines personnes détenues sont considérées par Israël comme des "combattants illégaux", ce qui les place en dehors du cadre de la loi.

Elle souligne que "la plupart d'entre elles n'ont jamais comparu devant un tribunal militaire" et que "certaines femmes ont été arrêtées à leur domicile ou dans la rue à Gaza, uniquement sur la base d'allégations de liens avec le Hamas, sans aucune preuve. On peut donc dire qu'elles ont été kidnappées par les autorités israéliennes.

Au moins deux détenues violées 

Parmi les autres accusations proférées contre l’armée israélienne, de "multiples formes d'agressions sexuelles".

Les rapporteuses de l'ONU évoquent des viols qu'auraient subis au moins deux détenues.

D'autres détenues ont raconté avoir subi des humiliations et des traitements dégradants, se faisant "déshabiller et fouiller par des officiers masculins de l'armée israélienne".

 

 

Dans cette vidéo d'AJ Plus France, vérifiée par les Observateurs de France 24, on peut aperçoit un groupe de femmes parmi les détenus mis à nus et bâillonnés. 

 

La difficile documentation des violences sexuelles s’explique par le peu de journalistes et d’ONG présents à Gaza et un personnel gazaoui surchargé et confronté aux mêmes difficultés que la population.

Pierre Motin, responsable plaidoyer à la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, souligne aussi la culture du silence et la peur qui règnent. "Cet aspect était méconnu et difficile à documenter, car il est difficile pour les victimes de décrire ce qu’elles ont vécu", explique-t-il. "Il faut plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour que des informations soient révélées dans le cas de violences sexuelles.

Ces violations du droit international humanitaire sont passibles de poursuites judiciaires en vertu des lois internationales régissant les conflits armés. Plusieurs instances internationales s'attaquent déjà à la question des violations des droits humains dans les territoires palestiniens.

La Commission d'enquête spéciale des Nations Unies sur les territoires palestiniens occupés, créée en mai 2021, a notamment ouvert deux enquêtes : l'une sur les événements du 7 octobre et leurs suites, et l'autre sur les allégations d'agressions sexuelles, commises contre des Israéliens ou des Palestiniens. "La collaboration avec cette commission indépendante est essentielle pour faire la lumière sur ces crimes", martèle Reem Alsalem. »

REFERENCES :

https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20240222-ex%C3%A9cutions-viols-des-expertes-de-l-onu-s-alarment-des-violences-contre-les-femmes-%C3%A0-gaza

 

https://www.lalibre.be/international/moyen-orient/2024/02/20/guerre-israel-hamas-des-executions-et-des-viols-de-fem

 

 

D - Du trafic d’organes sur des prisonniers palestiniens ?

Comme si toutes ces exactions ne suffisaient pas, Israël pratiquerait-il du trafic d’organes sur les prisonniers palestiniens ?

 

Pour en parler, Télé Palestine a interviewé le journaliste palestinien Ahmed Frassini, auteur d’un documentaire sur le sujet. Cette interview a été réalisée avant le 7 octobre et le communiqué publié fin novembre dernier par l’ONG Euro-Med Monitor, laquelle a récolté les témoignages de médecins dans la Bande de Gaza concernant le vol potentiel d’organes de Palestiniens depuis le début du génocide en cours.

le journaliste palestinien Ahmed Frassini : https://youtu.be/ztLidHGSoos

Source  : Télé Palestine (*) le 15 février 2024 du site INVESTIG'ACTION de Michel Collon

 

 

E - Les soldats israéliens pillent massivement les maisons de Gaza

Selon le magazine d'information israélien  +972mag, les Forces d’occupation israéliennes (FOI) ont déclaré ouvertement que le pillage des maisons palestiniennes était devenu monnaie courante à Gaza.

Les soldats n’ont pas hésité à se montrer sur les réseaux sociaux en train d’endommager des bâtiments et d’humilier des prisonniers palestiniens. Certaines de ces vidéos ont même été montrées dans la présentation de l’Afrique du Sud à la Cour internationale de justice le mois dernier comme preuve de génocide.

 
 
Soldat avec un bijoux volé

https://twitter.com/i/status/1740862616266809839

 

Des soldats israéliens combattant à Gaza n’ont pas hésité à publier des vidéos sur les réseaux sociaux se taguant joyeusement de la destruction gratuite de bâtiments et l’humiliation des détenus palestiniens. Mais il existe un autre crime de guerre qui a été documenté par les soldats israéliens : le pillage. ( voir vidéo : le pillage.)

 

Un soldat, qui a servi dans le nord et le centre de Gaza, a déclaré :

« que les soldats « avaient pris des tapis, des couvertures et des ustensiles de cuisine », et a expliqué : « Tout le monde sait que les gens prennent les choses. ..... Les commandants les ont vus, tout le monde le sait, et tout le monde s’en fiche. »

Ce soldat a dit que le phénomène est répandu . D'ailleurs, des rabbins et des chefs religieux ont même publié des décrets sur ce qu’il est permis de voler aux Palestiniens selon la loi juive.

 

Par ailleurs, Selon Maariv,l'un des trois principaux quotidiens israéliens,  l’armée israélienne a également volé 54,29 millions de dollars à la Banque de Palestine dans son quartier général de Gaza, après l’avoir pris d’assaut.

 

Sources :

https://www.legrandsoir.info/les-soldats-israeliens-pillent-en-masse-les-maisons-de-gaza.html L’auteur : Oren Ziv est photojournaliste, reporter pour Local Call et membre fondateur du collectif de photographie Activestills

Des détails sur Arrêt sur info — 28 février 2024 : https://arretsurinfo.ch/les-soldats-israeliens-pillent-massivement-les-maisons-de-gaza/

 

 

II - Analyse de la situation en Palestine

En résumé, Israël mène une guerre dévastatrice dans la Bande de Gaza, depuis le 7 octobre 2023, faisant environ 30 000 victimes, pour la plupart des femmes et des enfants, , ce qui a conduit l’État Hébreux d’être poursuivi devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) pour « crime de génocide ». Tous ces massacres pour libérer les otages, mais parallèlement une chasse aux palestiniens est organisée par des colons armés et les FDI (Forces de Défense Israélienne) en Cisjordanie.

Actuellement, selon Israël, 130 otages –dont 30 seraient morts– sont encore retenus sur les quelques 250 personnes prises en captivité lors de l’opération Déluge d’al-Aqsa du 7 octobre 2024, en vue de les échanger contre plus de 5.000 détenus palestiniens.

Or, depuis l’opération et la guerre, plus de 7.000 Palestiniens de la Cisjordanie occupée se sont ajoutés à ces détenus. La situation pénitentiaire des palestiniens a empiré, elle est plus que catastrophique.

 

A - Le caractère génocidaire de la guerre de Netanyahou est de plus en plus admis.

Le rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation de l’onu : le comportement israélien à Gaza illustre « une intention de génocide ». « tout israël est responsable » :

Michael Fakhri, le rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation a souligné, dans une interview exclusive au journal The Guardian, que le comportement d’Israël dans la guerre contre la bande de Gaza ne peut être compris sans une intention préalable de commettre un génocide, estimant :

«  qu’Israël dans son ensemble est coupable et doit être tenu pour responsable ».

« il n’y a aucune raison d’empêcher le passage de l’aide humanitaire, ou de détruire délibérément les petits bateaux de pêche, les serres et les vergers à Gaza autre que de refuser délibérément aux gens l’accès à la nourriture ».

« Il est clair que le fait de priver délibérément les gens de nourriture est un crime de guerre. Israël a annoncé son intention de détruire le peuple palestinien, en tout ou en partie, simplement parce qu’il est palestinien. »

 

En tant qu’expert des droits de l’homme aux Nations Unies, il a estimé que la situation actuelle est un «  cas de génocide », ce qui signifie qu’«  Israël dans son ensemble est coupable et doit être tenu pour responsable, et non seulement les individus,ce gouvernement ou celui-là personne. »

 

 
 

Israël utilise la faim comme arme de guerre

 

B - Que pensent les Israéliens de l'utilisation de la force armée ?

Le sentiment qui prédomine parmi les Israéliens n'est pas encourageant . La dernière enquête sur l’indice de paix reflète la morosité ambiante :

  • 94 % des Juifs pensent qu’Israël a utilisé la bonne puissance de feu à Gaza (ou “pas assez” (43 %)).

  • Les trois quarts des Israéliens pensent que le nombre de Palestiniens blessés depuis octobre est justifié pour atteindre ses objectifs.

  • deux tiers des juifs affirment que le nombre de victimes est tout à fait justifié (21 % seulement disent qu’il est “quelque peu” justifié).

     

Avec de tels sondages Netanyahu est en droit d'être satisfait. Pourtant, la réalité est qu’Israël est enfermé dans un carcan qui se resserre progressivement. La situation se rapproche de plus en plus de la tragédie.

Car, le Hamas et le Hezbollah ne peuvent pas reculer du fait que les énergies collectives réprimées ont été libérées. Il est trop tard pour arrêter l’élan révolutionnaire. Un élan qui s’étend à la Cisjordanie, au Yémen, à l’Irak et au-delà. Les ports d’Israël sont désormais encerclés et assiégés par des missiles.

 

C - Netanyahou et son gouvernement vers une fuite en avant

Après 5 mois, Netanyahou n'a pas atteint ses objectifs, la résistance palestinienne est toujours active et il a une montagne de cadavres d'innocents sur les bras. Netanyahou, craignant la débâcle croissante à Gaza, veut étendre le conflit.

En effet, la défaite à Gaza le rend vulnérable, ceci le pousse à un changement stratégique dans la région. Il est incité à envisager de changer de front pour réaffirmer la dissuasion israélienne en éliminant la menace stratégique au Liban du Hezbollah et celle de l'Iran, pour sortir vainqueur et échapper à la prison pour corruption.

Actuellement sa stratégie dérape. Il fait ajouter des réservoirs supplémentaires, pour une plus grande autonomie, aux avions furtifs F35 pour qu'ils puissent attaquer les sites nucléaires iraniens. Le risque d 'un conflit mondial est amorcé !!!

 

 

D - Une opposition s'organise en Israël contre Netanyahou

L’équation Netanyahou et de son gouvernement de suprémacistes juifs extrémistes ne peut-être résolu qu'en tranchant le nœud gordien.

Des voix s'élèvent en Israël, l’ancien Premier ministre israélien, Ehud Barak, de 1999 à 2001, a accusé Netanyahu « d’être disposé à mettre en danger les prisonniers israéliens détenus à Gaza « pour se montrer plus fort », appelant les Israéliens à assiéger la Knesset (le Parlement) :

Il a appelé les Israéliens à organiser des manifestations contre le gouvernement de Netanyahu, déclarant :

«  30 000 personnes devraient planter des tentes devant la Knesset et y rester jour et nuit pendant trois semaines  ».

«  Lorsque le pays sera paralysé, Netanyahu se rendra compte que son temps est révolu et qu’on ne lui fait plus confiance – car trois personnes sur quatre appellent à sa démission – et cela nécessitera des élections dès le mois de juin  », a-t-il ajouté.

 

S’agissant de la date des élections, Barak a déclaré :

«  Si l’on parvient d’ici à la fin du mois de mars à décider d’organiser des élections, elles pourront se tenir en juin, ce qui est très important  ».

«  J’en appelle aux ministres du Cabinet de guerre (Benny) Gantz et (Gadi) Eisenkot pour qu’ils mènent cette démarche et qu’ils l’annoncent  », a-t-il ajouté.

Est-ce que cet appel sera entendu ?.C'est une question de survie y compris pour Israël !

 

E - Une trêve est-elle possible ?

Des négociations sont en cours pour une trêve de plusieurs semaines

Mais selon la chaîne de télévision israélienne Channel 13, Netanyahu ne veut pas de trêve.

En effet selon ce média, il a réprimandé David Barnea, le directeur du Mossad , et a exigé une position israélienne plus dure dans les négociations. Toutefois, il a finalement été décidé qu’«  une délégation technique partirait pour le Qatar dans les prochains jours pour discuter des questions humanitaires liées à l’accord sur les détenus et de l’aide qui entrerait à Gaza  ». Mais la délégation partira avec un mandat limité, c’est-à-dire pour discuter uniquement des « questions humanitaires », et rien d’autre.

 

Par ailleurs, le vent de l'espoir se lève. Ainsi, le Sénat irlandais a adopté lundi 26 février 2024 à l’unanimité une motion visant à imposer des sanctions à Israël et à interdire le passage des armes américaines destinées à Israël depuis l’espace aérien irlandais. L’Irlande est l’un des rares pays occidentaux qui ont affiché leur refus de la guerre génocidaire menée par l’entité sioniste contre la bande de Gaza, depuis l’opération des mouvements de résistance palestinien , le 7 octobre, au cours de laquelle 1.140 israéliens ont été tués dont 450 à 500 soldats israéliens.

 

 

 

CONCLUSION

Ce qu 'a perpétré Israël à Gaza est devenu une honte pour l'humanité . Toutes les exactions commises se côtoient, Tsahal à réduit l'enclave en camps de concentration où tous les enfants, toutes les femmes, tous les hommes de Palestine sont traités comme des « sous animaux »

Netanyahu refuse d’assumer la responsabilité des échecs qui ont conduit à l'opération militaire menée par les groupes armés palestiniens , le 7 octobre 2023, contre des bases militaires et des colonies dans le sud des territoires occupés pour y ramener des otages israéliens. Biden est son complice, tous les deux sont parmi les pires criminels de guerre.

Netanyahu dans sa folie veut que Tsahal entre dans Rafah pour en finir avec les Palestiniens de la bande de Gaza. A cela, il veut en plus chasser les Palestiniens de Cisjordanie avec l'aide des colons armés et envahir le Sud Liban jusqu'au fleuve Litani qui est vital pour l’État du Cèdre.

Ce projet dément des extrémistes juifs est approuvé par la majorité d'israéliens ce qui veut dire que la guerre de Gaza peut s'étendre et embraser tout le Moyen Orient dont personne ne maîtrisera les conséquences.

Ce risque d’extension devrait pousser les gens à demander urgemment un cessez- le- feu définitif pour pouvoir aboutir à une solution politique exigeant d'Israël la restitution des terres volées au peuple Palestiniens. Personne ne veut de la guerre, seul Israël veut étendre ses frontières.

 

___________________________________

 

ANNEXE

 

Le témoignage poignant d'Amina Hussein kidnappée par les soldats

 

Fin décembre 2023, une mère palestinienne de trois enfants a été kidnappée par les forces israéliennes dans un refuge de la bande de Gaza déchirée par la guerre. Elle a été et détenue pendant plus de 40 jours dans des conditions inimaginables.

Elle fait partie des centaines de femmes, filles, hommes et vieux palestiniens qui ont été arrêtés par les forces d’occupation israéliennes tout au long de l’attaque en cours. Ils ont été détenus au secret, les soldats israéliens les emmenant dans des lieux inconnus sans fournir aucune information sur leur sort.

Le rapport suivant est basé sur un entretien avec Amina Hussein , accordé pour le Middle East Eye, dans lequel elle a rappelé son horrible expérience de détention en « Israël ».

 

Raid nocturne

Amina Hussein vivait dans la ville de Gaza avec ses deux filles âgées de 13 et 12 ans et son fils de six ans. Quatre jours après le début de la guerre, le 7 octobre, sa sœur les a rejoints chez elle après le bombardement de sa maison.

Pendant près d’un mois, ils ont vécu sous le bruit terrifiant des raids aériens incessants à proximité. La ville, qui comptait avant la guerre près d’un million d’habitants, a été soumise à une campagne de bombardements considérée comme l’une des plus dévastatrices de l’histoire moderne , et a causé des dégâts proportionnellement plus importants que ceux causés par le bombardement allié de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans une tentative désespérée de se sentir en sécurité, Amina Hussein est partie avec ses trois enfants se réfugier dans une école à Gaza, mais cela n’a pas suffi.

« L’armée n’arrêtait pas de m’appeler de manière obsessionnelle sur mon téléphone portable et de demander à tout le monde de quitter l’école », a déclaré Hussein à Middle East Eye.

« J’ai rassemblé mes enfants et je suis allé chercher refuge dans une école du centre de la bande de Gaza, dans la région de Nuseirat. Mais il y avait incroyablement du monde, au point que nous ne pouvions pas trouver de place pour nous tenir debout, encore moins nous asseoir ou dormir. J’ai fini par errer dans les écoles à la recherche d’un endroit sûr pour mes enfants jusqu’à ce que nous trouvions une école où rester dans le camp de réfugiés de Bureij.

« J’y suis resté huit jours. Le neuvième jour, l’armée israélienne a bombardé l’école, alors qu’elle savait qu’elle abritait des femmes, des enfants et des familles entières. Dieu merci, mes enfants et moi avons survécu aux bombardements. J’ai cherché refuge dans une autre école ».

 

Ayant été déplacée à plusieurs reprises en moins de deux mois, Hussein était soulagée de trouver enfin un abri convenable dans le centre de la bande de Gaza, mais son pire cauchemar n’avait pas encore commencé. Moins d’un mois après leur arrivée à la dernière école, que Middle East Eye ne nomme pas pour protéger l’identité de Hussein, les forces israéliennes sont arrivées.

« Elles ont violemment pris d’assaut l’école à 2h30 du matin et ont ordonné à tout le monde de quitter l’école. Ils ont attaqué tout le monde. Les soldats ont fait sortir les garçons et les ont déshabillés. Ils ont fait sortir tous les hommes. Nous sommes restés ainsi jusqu’à 10 heures du matin ».

« Vers trois heures de l’après-midi, les soldats ont ordonné aux femmes de prendre leurs enfants et de partir, et leur ont ordonné de se diriger vers le sud. Ils ont dit, au micro, que chaque femme ne pouvait emporter qu’un seul sac avec ses enfants. J’ai essayé de rassembler tous les contenants de nourriture que j’ai pu trouver ».

Lorsque les femmes ont commencé à quitter l’école, certaines d’entre elles ont été arrêtées et Amina Al-Hussein était parmi elles.

« Les soldats m’ont demandé ma carte d’identité et m’ont emmenée avec neuf autres femmes. Je ne connaissais aucune d’entre elles, car elles étaient de Bureij et moi de Gaza. Un homme masqué m’a pointé du doigt et le soldat m’a appelé. Il m’a demandé d’entrer dans une tente, prétendant qu’il y avait un médecin qui voulait me parler brièvement ».

Mais lorsqu’elle est entrée, une femme officier israélienne l’attendait à l’intérieur. Il n’y avait pas de médecins. «  Enlevez tout  », a déclaré la soldate en arabe.

Après s’être déshabillée et en sous-vêtements, elle a été fouillée de la tête aux pieds.

Comme elle n’a rien trouvé, elle m’a dit de m’habiller et pensait que j’allais être relâchée, quand soudain j’ai senti un soldat derrière moi pointer son arme sur mon dos et m’ordonner de marcher.

Hussein a déclaré :

«  J’ai demandé au solda vers où, et il m’a dit de me taire et de continuer à marcher jusqu’à ce qu’il m’emmène dans un gros camion avec d’autres femmes à l’intérieur ».

« Il m’a menotté, m’a frappé avec son arme et a essayé de me donner ma carte d’identité. Il faisait noir, je ne voyais rien et je ne pouvais pas l’attraper, alors il m’a encore frappé avec son arme et me l’a donnée. »

Le camion s’est alors mis en route pour un long voyage.

 

« Bienvenue en Israël »

Après quatre ou cinq heures, le camion est arrivé à destination.

« J’étais terrifiée et je me sentais loin de mes enfants  », a déclaré Amina.

Là, dans un endroit qu’elle n’a pas révélé, elle a vu un groupe d’hommes israéliens. L’un d’eux a dit aux femmes : Bienvenue en Israël.

«  Je me suis senti choquée et terrifiée à l’idée d’être en Israël, et j’ai commencé à crier : ‘Et mes enfants, que va-t-il leur arriver ? je ne peux pas les laisser tranquilles, ils n’ont personne  ». Un soldat a répondu que mes enfants se portaient bien, mais je ne le croyais pas ».

L’une des femmes a alors été libérée, tandis que les neuf autres, dont Hussein, ont été emmenées dans ce qui semblait être un centre de détention.

Là, ils ont vu un groupe de jeunes Palestiniens, âgés d’environ 30 ou 40 ans, assis dans le froid, vêtus uniquement d’une légère blouse de laboratoire. C’était une pure torture. C’était très violent et abusif .

Des couvertures ont été fournies aux femmes, mais Hussein ne supportait pas de regarder les hommes presque nus sans leur proposer de l’aide.

« J’ai dit aux femmes que nous devions partager les couvertures avec les hommes. Ils étaient gelés par le froid glacial. Je ne pouvais pas supporter de les voir de cette façon. Je pensais à mes enfants et je m’inquiétais pour eux » a affirmé Amina.

«  Ils nous ont mis dans un bus et nous ont forcés à nous asseoir, le corps courbé », a déclaré Hussein. « Si je bougeais la tête ou changeais de corps, un soldat criait et me frappait avec son arme. Il me maudissait et me rouait de coups de pied ».

« Ensuite, ils nous ont transférés dans un autre bus, où j’ai finalement reçu une gorgée d’eau. Juste une gorgée d’eau. C’était la première chose à laquelle nous avons eu droit aprés 24 heures sans eau et sans nourriture depuis qu’ils sont venus nous chercher à l’école. Je souffrais parce que je suis diabétique et que j’ai une tension artérielle chronique. J’en ai avisé cela aux soldats tout le temps, mais ils s’en fichaient ».

«  Mais quand j’ai finalement bu une gorgée d’eau, j’ai étanché ma soif et je me suis endormie. La prochaine chose que j’ai su, c’est qu’il faisait jour  ».

 

Inspections nues

Après une journée longue et épuisante, le groupe de femmes est arrivé dans ce qui semblait être un autre centre de détention, où ils ont passé les onze jours suivants.

Amina Hussein ne savait pas avec certitude où il se trouvait ni à quoi ressemblait l’établissement, car elle avait pour la plupart les yeux bandés et ne pouvait entendre que l’hébreu à proximité, ce qu’elle ne comprenait pas.

À leur arrivée, elle a été emmenée dans une pièce et le bandeau sur les yeux lui a été retiré.

Elle a déclaré :

« J’ai vu des lumières vives et une fenêtre en verre qui, je pensais, contenait des caméras de sécurité. Les femmes soldats israéliennes ont commencé à me frapper et à crier de me déshabiller. J’ai été surpris qu’elles me demandent à nouveau de me déshabiller. Elle m’a dépouillé de mes vêtements, même de mes sous-vêtements. Elle n’arrêtait pas de me cracher dessus pendant ce temps-là  ».

«  À chaque instant de ma détention, chaque fois que nous étions transférés d’un endroit à l’autre, nous étions fouillés intimement. Les policiers avaient les mains sur ma poitrine et dans mon pantalon. Ils nous frappaient et ne cessait de nous rouer de coups de pied, et si nous faisions un mouvement ou un bruit, ils nous poursuivaient et nous criaient de nous taire. »

Lorsque les soldats ont fini de fouiller Amina dans cette pièce, ils ne lui ont pas rendu ses vêtements.

«  J’ai supplié la soldate de me rendre mon soutien-gorge. Je lui ai dit que je ne pouvais pas bouger sans, mais elle n’arrêtait pas de crier que je ne pouvais pas la porter. Elle m’a jeté un pantalon et une chemise et m’a dit que tu pouvais juste porter ça. Elle a continué à me donner des coups de pied et à me frapper avec sa matraque pendant que je m’habillais », poursuit Amina.

« C’était une pure torture. Elle était très vindicative et très violente. Ils me maltraitaient de toutes les manières. C’était choquant de voir des femmes abuser d’autres femmes, d’autres femmes de leur âge, voire plus. Comment ont-ils pu nous faire ça ?  »

 

Amina Hussein a ensuite été emmenée dans une autre pièce où elle devait fournir des informations sur l’argent et les bijoux qu’elle possédait. Les quelque 1 000 $ qu’elle avait sur elle ont été confisqués, ainsi que ses boucles d’oreilles en or. Elle a ensuite été emmenée, frappée à coups de pied et maltraitée par les soldates, puis elle a entendu une voix semblable à celle de sa fille.

«  Je pensais avoir entendu mes filles m’appeler, alors j’ai commencé à crier « mon bébé, mon bébé », pour découvrir que ce n’était pas ma fille. »

 

Cages et interrogatoires

Finalement, Amina a été emmenée dans une petite pièce avec les huit autres femmes détenues avec elle ainsi que quatre autres personnes. Toutes les treize ont été placées dans une petite pièce sombre, semblable à une cage, où étaient gardés les animaux.

«  Il y avait des matelas fins dans les cages avec quelques couvertures mais pas d’oreillers. C’était comme dormir sur le sol froid. Nous sommes restés menottées tout le temps ».

« Les salles de bain étaient toutes sales et nous avions peur de tomber malade rien qu’en utilisant les toilettes. Il n’y avait pas d’eau courante. Une bouteille d’eau est uniquement destinée à boire et à se laver  ».

« Les filles ont essayé de s’entraider et de se soutenir. Nous voulions prier mais il n’y avait pas d’eau pour les ablutions, alors nous avons utilisé de la terre (pour le tayammum) à la place ».

«  Pour la nourriture, ils en apportaient chaque jour une petite quantité, pas assez pour une personne. Nous n’avions pratiquement pas de nourriture. Il était très difficile de se passer de nourriture et d’eau, ainsi que de vêtements et de couvertures ».

«  Mon corps était malade et épuisé. J’ai été battue et maltraitée. J’avais l’impression que j’allais m’effondrer. J’étais très inquiète pour mes enfants, je me demandais s’ils étaient en sécurité, s’ils avaient de la nourriture et de l’eau, s’ils avaient chaud et s’ils avaient quelqu’un pour s’occuper d’eux ».

 

Le groupe de femmes a passé 11 jours dans cet établissement, au cours desquels Amina Hussein a été interrogée à deux reprises, une expérience non moins traumatisante.

«  Ils m’ont posé beaucoup de questions sur ma famille, mon mari et mes frères », se souvient-elle. Les soldats n’arrêtaient pas de menacer de faire du mal à mes enfants, me criant que si je ne disais pas la vérité, qu’ils tortureraient et tueraient mes enfants ».

« Ils n’arrêtaient pas de poser des questions sur mes frères et sœurs. Un de mes frères est avocat, deux autres sont professeurs et un est médecin et barbier. Ce sont des gens qui travaillent et n’ont aucun lien avec quoi que ce soit d’autre. Ils n’arrêtaient pas d’insister sur le fait qu’ils étaient aussi des « activistes », et quand je leur ai demandé ce qu’ils voulaient dire, ils ont répondu que je connaissais la réponse  ».

«  Pendant mon interrogatoire, ils m’ont attaché à une chaise et une soldate se tenait à côté de moi. Elle m’a rouée de coups de pied et m’a frappée avec son arme jusqu’à ce que je réponde correctement ».

«  Ils m’ont également posé des questions sur mes comptes sur les réseaux sociaux et je leur ai répondu que je n’avais que Facebook. Ils m’ont menacé de continuer à me surveiller ».

Après avoir souffert dans un centre de détention non déclaré pendant 11 jours, Amina a été de nouveau transférée, cette fois en prison.

 

Fin de la route

Lorsqu’elle est arrivée sur place, Amina Hussein était épuisée, souffrante et affamée. Elle n’avait pas pris ses médicaments contre le diabète depuis des jours et son état de santé se détériorait. Ses compagnes de cellule n’arrêtaient pas de crier après le médecin, qui est finalement venu leur proposer davantage de nourriture et des médicaments, puis ils ont enfin pu prendre une douche pour la première fois depuis des semaines.

«  C’était le meilleur moment de tout mon séjour là-bas. Je me suis senti libre pendant un bref instant.  »

Hussein a été détenue dans cette prison pendant 32 jours. La nourriture était servie trois fois par jour, mais chaque repas n’était pas suffisant pour une personne. Le riz n’était pas cuit.

Le quarante-deuxième jour, il était enfin temps de rentrer à la maison.

«  Tout ce que vous avez, des papiers ou autre chose, vous ne pouvez pas l’emporter avec vous, laissez tout ici », a déclaré un soldat au groupe de femmes qui s’apprêtaient à partir.

« Les soldats m’ont tout volé. Je n’ai pas récupéré mon argent ni aucun de mes biens. Ils m’ont rendu mes boucles d’oreilles dans une enveloppe et ont volé tout mon argent. »

Mais à ce stade, Hussein pensait que le pire était derrière elle, pour finalement découvrir que le chemin du retour était aussi douloureux que l’entrée.

« Après un trajet de trois heures, nous avons été conduits dans une autre grande pièce. Là, ils m’ont retiré mon bandeau et j’ai vu un groupe de femmes palestiniennes nues. Les soldates me rouaient de coups de pied et me demandaient de me déshabiller. J’ai refusé, mais ils ont insisté. Ils m’ont à nouveau roués de coups de pied. Les soldats entraient et sortaient de la pièce pendant que nous nous déshabillions  ».

 

Le groupe de femmes a finalement pu se ré-habiller avant d’être relâché.

Mais juste avant de monter dans le bus, un journaliste israélien est arrivé avec une caméra pour filmer la scène et le visage d’Amina Hussein.

«  Un militaire m’a demandé de dire à la caméra : « Tout va bien », ce que j’ai fait. Dès que le journaliste a fini de filmer, j’ai été poussé dans le bus. Nous avons été déposés au passage de Kerem Shalom. Je me suis tournée vers le soldat et lui ai posé des questions sur mes bagages et mon argent, et il m’a dit : Courez, courez ».

«  Ensuite, j’ai couru avec toutes les autres femmes. »

Source  : https://french.almanar.com.lb/2882508

 



54 réactions


  • amiaplacidus amiaplacidus 1er mars 17:58

    Je ne peux que remettre un post d’un autre article :

    Le gouvernement fasciste de Benjamin Netanyahou en Israël, poursuit son projet raciste, génocidaire et colonialiste.

    Et dire que les massacreurs sont les descendants des victimes de la barbarie nazie…


    • SEPH SEPH 1er mars 20:25

      @amiaplacidus

       

      Tsahal utilisent la nourriture comme appâts pour attirer et tuer des civils affamés

      Le 29 février 2024, à l’aube, Tsahal a tiré des obus d’artillerie et actionné des mitrailleuses sur des milliers de citoyens du nord de la bande de Gaza,à Sheikh Ajlin, à l’ouest de la ville de Gaza. Elle a entraîné la mort de plus de 100 d’entre eux et des centaines de blessés.

      Un témoin sur place, Yahia, a rapporté ce qui s’est passé pour la télévision Pal Today :

      • « Nous étions plus de 100 000 personnes. Vers 5h00 du matin et sous un froid glacial, lorsque les camions ont avancé en notre direction, nous étions emplis par un grand espoir de pouvoir nourrir nos familles qui n’ont pas mangé de pain depuis 70 jours.
      • Mais une surprise féroce nous attendait. Lorsque nous avons porté les sacs de farine, un déluge de feu s’est abattu sur nous. Les chars ont ouvert le feu sur nous. Il y avait un jeune garçon qui attendait son tour. Son père était mort. Je voulais l’aider pour porter le sac de farine. Je l’ai retrouvé en lambeaux ». 
      Pal Today indique aussi que les navires de guerre ont aussi ouvert le feu sur la rue al-Rachid. Et les snipers israéliens ont aussi pris part au massacre ouvrant le feu sur les Palestiniens.

      Nous sommes en plein délire. Pourquoi tant de haine sur des innocents ?

      Tsahal est assoiffé de sang. Qui est le peuple des ténèbres ?
       


    • JPCiron JPCiron 1er mars 21:44

      @SEPH
      Pourquoi tant de haine sur des innocents ? >
      Car nous ne pensons pas de la même manière : le GROS problème, c’est qu’il y a une ENORME différence de mentalité entre nous et eux : tandis que les uns sont émus et écoeurés du traitement infligé à des enfants et à des petits enfants, d’autres pensent comme l’ex-Ministre de la Justice Israélienne Ayelet Shaked  « qui qualifiait les enfants palestiniens de ’’petits serpents’’ et qui soutenait qu’il était justifié de bombarder des civils quand ils donnent refuge au ’’mal’’  ».

      https://fr.timesofisrael.com/qui-est-ayelet-shaked-la-nouvelle-ministre-de-la-justice/



    • JPCiron JPCiron 1er mars 21:50

      @SEPH
      < Pourquoi tant de haine sur des innocents ? >
      Car nous ne pensons pas de la même manière : Le GROS problème, c’est qu’il y a une ENORME différence de mentalité entre nous et eux : tandis que les uns sont émus et écoeurés du traitement infligé à des enfants et à des petits enfants, d’autres pensent comme l’ex-Ministre de la Justice Israélienne Ayelet Shaked « qui qualifiait les enfants palestiniens de ’’petits serpents’’ et qui soutenait qu’il était justifié de bombarder des civils quand ils donnent refuge au ’’mal’’ ».

      https://fr.timesofisrael.com/qui-est-ayelet-shaked-la-nouvelle-ministre-de-la-justice/




    • SEPH SEPH 2 mars 09:21

      @JPCiron
      Dans les écoles juives les enfants apprennent à haïr les palestiniens. Ceci explique, en partie, la haine envers le peuple Palestinien.

      Au plus haut niveau,on entend le racisme et l’appel au crime. En effet le ministre israélien de la Défense a qualifié la population de Gaza d’«  animaux » et l’un des hauts généraux de Tsahal avait déclaré la nécessité de créer une crise humanitaire dans l’enclave palestinienne, privant complètement la région de sa viabilité.

      Voici la déclaration du ministre de la défense :

         "Nous imposons un siège total contre la ville de Gaza. Il n’y a pas d’électricité, pas de nourriture, pas d’eau, pas de carburant. Tout est fermé. Nous combattons les animaux humains et nous agissons en conséquence".

      Cette déclaration est un appel à commettre des crimes de guerre


    • Hassinus Hassinus 2 mars 09:28

      @JPCiron
      Bonjour.
      Avec l’horreur qui règne à Gaza, on peut mieux comprendre la chape de plomb qui avait permis au nazisme de faire passer le massacre des Juifs pour une sinécure. Mieux que de se lamenter, portons sur la poitrine une étoile jaune 5branches, y inscrivons « Hier les Juifs, aujourd’hui les Palestiniens » et personne ne pourra plus dire qu’il ne savait pas.


    • SEPH SEPH 2 mars 11:13

      @SEPH
      Voici des exemples de propos tenus par les élites militaro-politiques, étatiques, et religieuses israéliennes qui entretiennent la haine des Palestiniens.
      On trouve parmi les auteurs des Premiers ministres, ministres, chefs d’état-major de l’armée, officiers généraux, rabbins, journalistes, etc-, leurs termes pour décrire les Palestiniens sont identiques en tous points à ceux que les nazis utilisèrent pour avilir et criminaliser leur communauté.

      • « Les Palestiniens sont comme des cancrelats dans un bocal  », (1979…), Rafael Eitan, ex-chef d’état-major de l’armée israélienne, 1979.
      • « Les Palestiniens sont des bêtes qui marchent sur deux pieds », « des criquets qui devraient être écrasés », Menahem Begin, ex-Premier ministre, 1982. 
      • « Lorsque nous aurons colonisé le pays, il ne restera plus aux Arabes que de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille », (Rafael Eitan ex chef d’état-major et ex-vice-premier ministre israélien, New York Times, 14 avril 1983). 
      • « Les Palestiniens seront écrasés comme des criquets … leurs têtes éclatées contre les rochers et les murs », Yitzhak Shamir, ex-Premier ministre, 1er avril 1988.
      • « Les Palestiniens sont comme les crocodiles, plus vous leur donnez de viande, plus ils en veulent », Ehud Barak, ex-Premier ministre, ex-ministre de la Défense, Jerusalem Post du 30 avril 2000.

       
      "Cette identification au monde animal, tout comme le zoomorphisme des nazi-fascistes, classe les Palestiniens dans la catégorie des sales bêtes. Fantasmes et imaginaire aidant, les insectes et les reptiles représentent ce qu’il y a de pire dans le monde animal. De plus la figure et le statut de sales bêtes, – criquets, cafards, rats, etc, – auxquels sont assignés les Palestiniens, renvoient à une nuisibilité, une inutilité ontologique. Et comme les nuisibles, ils doivent être exterminés."

      Voir l’excellent article : « L’assignation à l’animalité des Palestiniens par les élites dirigeantes israéliennes. Une vieille histoire… sioniste »
      https://investigaction.net/animaliser-les-palestiniens-une-vieille-habitude-des-dirigeants-israeliens/


    • JPCiron JPCiron 2 mars 12:20

      @Hassinus
       on peut mieux comprendre la chape de plomb qui avait permis au nazisme de faire passer le massacre des Juifs >
      Très juste !! Il s’agit certainement du même mécanisme mental de soumission à une idéologie suprémaciste ’’sans limites’’.
      Pourtant, les Valeurs Spirituelles (et les Principes Politiques qui vont avec) du Christianisme et du Judaïsme sont incompatibles avec ce qui se passe en Cisjordanie, à Gaza, et à Jérusalem Est, depuis 1948  !! Ce qui se passe en totale impunité et donc avec notre consentement passif.
      La majorité au pouvoir en Israël se prétend Juive (et s’associe tout le temps à la Shoah), mais les textes auxquels ils se réfèrent (Netanyahu en tête) sont initialement issus de la Septante grecque. Textes à l’état brut, archaïques, non ’traités’ par l’analyse ’Académique’ dont se revendiquent tant le Christianisme que le Judaïsme. Il s’agit donc, à mon sens, d’une autre religion (que j’appellerai ici, par commodité, l’Israélisme), qui s’exprime philosophiquement par un fondamentalisme brutal (qui fait écho à un autre) et qui se traduit en termes politiques par les actions horribles que l’on connaît depuis bien des décades.
      Ce qui est fort inquiétant est ce que vous soulignez : nos Valeurs et Principes se trouvent de fait effacés-refoulés, et nous nous plaçons nous-mêmes, collectivement, dans cette même position mentale achaïque d’un autre âge.
      Une régression. Une décadence/



    • JPCiron JPCiron 2 mars 13:31

      Cette déclaration est un appel à commettre des crimes de guerre >

      Comme par exemlple, outre les crimes de sang, de piller-voler les biens dans les maisons détruites. Et les rabbins fondamentalistes d’encourager même la consommation de ces vols non-halal.

      Et ces crimes de guerre font partie du mouvement plus large en cours d’un génocide préparé, décrit, ordonné, puis mis en oeuvre au vu et au su de tout le monde, dont l’Occident complice passivement et activement (pourvoi d’armes, coopération militaire, médias en sourdine sur Gaza, ... et bien entendu pas de sanctions)


    • JPCiron JPCiron 2 mars 13:33

      @JPCiron

       .... kasher ...

      Au final, sur le terrain, cela revient au même pour les victimes.


    • JPCiron JPCiron 2 mars 13:44

      @SEPH

      Cette identification au monde animal, tout comme le zoomorphisme des nazi-fascistes, classe les Palestiniens dans la catégorie des sales bêtes.> 

      Effectivement. Il est triste de constater que ce type de vision de ’’l’autre’’ est typique des soiétés tribale archaïques, que l’anthropologie Claude Lévi-Strauss a longuement étudiées sur d’autres continents, chez des ’’peuples premiers’’.

      C’est désolant que l’on en soit (nous-mêmes) à défendre bec et ongles des sociétés qui sont revenues à ces niveaux primitifs, sous couvert d’une religion respectable dont ils ne peuvent être les héritiers.

      « (…) la notion d’humanité, englobant sans distinction de race et de civilisation, toutes les formes de l’espèce humaine, est d’apparition fort tardive et d’expansion limitée. (…) il n’est nullement certain -l’histoire récente le prouve- qu’elle soit établie à l’abri des équivoques ou des régressions. » Parfois, « l’humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village (…) ; un grand nombre de populations dites primitives se désignent d’un nom qui signifie (…) les ’’bons’’, les ’’excellents’’, les ’’complets’’, impliquant que les autres (…) sont tout au plus composés de ’’mauvais’’, de ’’méchants’’, de ’’singes de terre’’ ou d’ ’’œufs de pou’’.  » (Race et Histoire  Claude Lévi-Strauss)


  • Brutus S. Lampion 1er mars 18:02

    quelle ignominie !

    les dirigeants israéliens perdent à grande vitesse la crédibilité qu’ils avaient chez leurs corréligionaires américains, et Biden s’est mis hors-jeu lui-meême en soutenant Netanyahu

    malheureusement, les sionistes chrétiens évangélistes américains prennent le relais et les candiadats à la présidentielle ont besoin de leurs voix, ce qui donne à craindre que l’arrogance  des représenatant d’Israël ne faiblira pas, même si certains prennent des baffes à l’ONU et au Sénat français


    • amiaplacidus amiaplacidus 1er mars 18:37

      @S. Lampion

      C’est vrai que maintenant, une majorité des Étasuniens de religion juive ne cautionnent pas les massacres dans la bande de Gaza et qu’ils font de nombreuses manifestations publiques, y compris une permanence devant la maison blanche.

      Les élections US vont être « passionnantes ».

      Tout d’abord un match entre psychiatrie vs gériatrie.

      Ensuite, un Biden, fournisseur de munition à Israël, lâché par une bonne partie des Étasuniens juifs, électorat traditionnellement démocrate.

      Pour finir, un Trump, qui dit être opposé au soutien à Israël (ce qui reste à démontrer) et qui prend en porte-à-faux une très grande part de son électorat, les évangélistes, qui eux sont partisans d’une aide accrue aux massacreurs.


    • JPCiron JPCiron 1er mars 18:57

      @amiaplacidus
      maintenant, une majorité des Étasuniens de religion juive ne cautionnent pas les massacres dans la bande de Gaza et qu’ils font de nombreuses manifestations publiques, y compris une permanence devant la maison blanche.>
      En fait, ce sont toujours une minorité. Mais les jeunes abandonnent de plus en plus l’esprit ’clan’ (qu’ont conservé les Chrétiens US, par contre) et adhèrent directement aux Valeurs. Tristement, en France, le fait que nos Politiques (en commençant par notre Président) donne prééminence à ce que racontent les lobbies transnationaux inconditionnellement pro-Israël plutôt qu’au plaidoyer de 127 intellectuels Juifs) (et que nos députés, stupidement, s’alignent sur le Président), le chemin est plus difficile de par le fait de nos élus !! Qu’il faut donc virer dès que possible.
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/02/appel-de-127-universitaires-juifs-aux-deputes-francais-ne-soutenez-pas-la-proposition-de-resolution-assimilant-l-antisionisme-a-l-antisemitisme_6021348_3232.html


  • Clocel Clocel 1er mars 18:08

    Les conséquences vont être qu’il va être très très compliqué de nous vendre le peuple élu comme une victime.

    Israël repousse les frontières de ce qui est humainement possible et tolérable, nos frontières.

    Après les nazis, la démonstration est faite que la « civilisation » n’est pas le contraire de la barbarie, juste une extension...

    Où sont les sages qui se seraient jadis levés pour confronter les auteurs et leurs crimes ?

    Il va falloir apprendre à vivre avec une humanité douloureuse, camarades.


    • JPCiron JPCiron 1er mars 18:46

      @Clocel
      l’Etat-refuge est devenu un Etat-voyou.
      Quand on critiquait la colonisation en Cisjordanie, nos Politiques nous recyclaient la stupide formule des lobbies inconditionnellement pro-Israël : antisionisme = antisémitisme, qui assimile Israélien = Juif.
      Il faut vite expliquer que le Judaïsme moderne n’a rien à voir avec Israël.


    • Clocel Clocel 1er mars 18:56

      @JPCiron

      « Judaïsme moderne » Une aporie, pour le moins...


    • JPCiron JPCiron 1er mars 19:01

      @Clocel
      En fait, j’essayais là d’éviter de devoir expliciter la différence entre le Judaïsme réformé (= moderne) et celui majoritairement en vigueur en pratique en Israël (celui de la Septante, archaïque même, pour les pratiques ’’morales’’ de Tsahal)


  • JPCiron JPCiron 1er mars 18:15

    Merci pour ce rapport synthétique ahurissant, accablant, inhumain.

    Que font nos élus, qui savaient avant nous ?


  • Moi ex-adhérent 1er mars 20:07

    Deux autres réalités ;

    1 Le Hamas se fout complètement du sort de son propre peuple, de leurs familles, de leur mères, frères, soeurs, enfants.

    2 Mais comment font-ils pour résister à ne pas libérer les otages civils israéliens, l’unique cause de tous leurs malheurs dans cette guerre qui n’aurait jamais du exister ???

    Je ne comprends pas

    Israël doit déléguer aux casques bleus l’organisation de la distribution des vivres, pour être sûr qu’elle se passe équitablement à la population martyrisée


    • Brutus S. Lampion 2 mars 07:42

      @Moi ex-adhérent

      Vous êtes au courant de ça  ?

      "La communauté internationale a réclamé vendredi un cessez-le-feu à Gaza et une enquête après des tirs israéliens et une bousculade pendant une distribution d’aide humanitaire qui a tourné à la tragédie jeudi, faisant plus de 110 morts, selon le Hamas, dans le territoire palestinien menacé de famine.

      Des témoins ont affirmé que des soldats israéliens avaient tiré sur une foule affamée qui se précipitait vers des camions d’aide humanitaire dans la ville de Gaza, dans le nord. Le bilan est de 115 morts et environ 760 blessés, selon le ministère de la Santé du Hamas."


    • Moi ex-adhérent 2 mars 10:44

      @S. Lampion
      Bonjour,
      L’ONU avec son autorité internationale, n’arrête pas, avec beaucoup d’énergie, de réclamer à Israël un cessez le feu immédiat. Il est regrettable qu’elle soit très timide pour réclamer au Hamas la libération immédiate de tous les otages, devrait pouvoir démontrer facilement ses capacités à distribuer les aides à toute la population de Gaza, sans exceptions.
      Il parait que le Hamas confisque les vivres, les témoins l’affirment.
      Mais où va-t-on, je vous le demande ???


    • Zolko Zolko 5 mars 16:14

      @Massada

      Mais où va-t-on, je vous le demande ???

       
      comme d’hab : vers l’extermination de millions de Juifs. Comment 10 millions de Juifs imaginent pouvoir vivre en paix avec 1 milliard de Musulmans en se comportant ainsi m’échappe.

  • Com une outre 1er mars 20:15

    Si Macron avait la moindre empathie et le respect des droits de l’homme, il y a longtemps que l’ambassadeur d’israël en France aurait été expulsé manu militari, que Meyer Habib serait en prison, etc, etc... Ce président est vraiment une honte pour les français.


  • SEPH SEPH 1er mars 21:15

    Le Hamas annonce la mort de 7 captifs dans les raids israéliens portant le nombre des otages morts israéliens à plus de 70

    Le porte-parole des brigades al-Qassam Abou Obaïda a annoncé la mort de 7 captifs israéliens dans les raids israéliens sur la bande de Gaza.

    Ainsi, le nombre des captifs tués dans les opérations militaires de l’armée israélienne dans la bande de Gaza dépasse désormais les 70.

    L’un des 7 morts serait l’ami du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Une vidéo diffusée par le Hamas révèle leur identité. Il s’agirait de Yoram Itak Mitzejer, Haim Jershon Berri et Amiram Israel Koper. Le premier pourrait être l’ami du Premier ministre israélien.

    Vidéo  : https://media2.mediaforall.net/videofiles/2024/March/news/reports/1-1-asra01032024.mp4.mp4

    Un dernier message a été enregistré pour l’un d’entre eux : « Nous faisons partie de la génération qui a bâti l’État. Nous avons contribué à bâtir l’armée. Nous ne voulons pas être les victimes des raids de l’armée de l’air. »

    Ces otages ont été malheureusement sacrifiés par Tsahal qui bombarde et tire dans le tas sans aucune distinction.

    La solution raisonnable serait l’échange des otages de la résistance palestinienne pour un cessez-le feu durable et pour la libération des palestiniens arrêtés.


  • ETTORE ETTORE 1er mars 22:14

    Et comment comprendre devant de tels témoignages, que les tripes sont à l’air libre, ou répandus, en flaques au sol.....Et qu’en, même temps que la temporalité de ces horreurs sans nom, nous avons un présidiot, qui veut faire bénéficier à son pays, du même traitement apocalyptique, que celui qui nous fait gerber d’horreur, sur la situation à Gaza ?


  • mursili mursili 2 mars 07:41

    Une liste circule sur le Web qui énumère les massacres commis par les sionistes puis par Israël depuis les débuts de la colonisation violente de la Palestine. Cette liste permet de mettre en évidence le caractère mensonger du baratin victimaire israélien qui fait commencer le désastre en cours à l’attaque du 7 octobre 2023 :

    01. Massacre de Haïfa 1937
    02. Massacre de Jérusalem 1937
    03. Massacre de Haïfa 1938
    04. Massacre de Balad al-Cheikh, 1939
    05. Massacre de Haïfa 1939
    06. Massacre de Haïfa 1947
    07. Massacre d’Abbasiya 1947
    08. Massacre d’Al-Khisas 1947
    09. Massacre de Bab al-Amud 1947
    10. Massacre de Jérusalem 1947
    11. Massacre de Cheikh Bureik 1947
    12. Massacre de Jaffa 1948
    13. Massacre de Khan Younis, 1956
    14. Massacre de Jérusalem 1967
    15. Massacre de Sabra et Chatila 1982
    16. Massacre d’Al-Aqsa, 1990
    17. Massacre de la mosquée Ibrahimi, 1994
    18. Camp de réfugiés de Jénine, avril 2002
    19. Massacre de Gaza 2008-09
    20. Massacre de Gaza 2012
    21. Massacre de Gaza 2014
    22. Massacre de Gaza 2018-19
    23. Massacre de Gaza 2021
    24. Le génocide de Gaza 2023 est toujours en cours.

    Il est important de souligner que contrairement à la légende d’Israël comme refuge des victimes de la Shoah, le projet sioniste prévoyait depuis toujours le nettoyage ethnique de la Palestine.


    • njama njama 2 mars 08:49

      @mursili
      L’anticommunisme, profession des sionistes
      écrit par N. Bolchakov et publié par Novosti en 1972
      En particulier, il nous explique que le sionisme est l’idéologie de la
      classe dominante juive et qu’il est donc forcément anticommuniste. Mais
      aussi, il dénonce les nombreuses compromissions du sionisme avec Hitler
      et les nazis. Ce petit livre est bourré de références prouvant ce qu’il
      raconte.

      au format PDF :

      http://mai68.org/spip/IMG/pdf/L-anticommunisme_profession_des_sionistes.pdf

      http://mai68.org/spip/spip.php?article4974


    • Hassinus Hassinus 2 mars 18:29

      @njama
      Sauf que le sionisme fonctionne aujourd’hui comme le syndicat des milliardaires de tout bord : Juifs bien sûr mais aussi Arabes, Indiens, Asiatiques. Leur anticommunisme est dans la logique des choses, « à chacun selon son travail, à chacun selon ses besoins » cela les réduirait à gagner leur vie à la sueur de leur front. S’ils devaient tomber dans cet état les milliardaires n’hésiteraient pas un seul instant à détruire la terre entière.


  • zygzornifle zygzornifle 2 mars 07:41

    ça ressemble a l’Ukraine après une frappe Russe ....


  • quijote 2 mars 10:00

    Le sionisme est un genre de psychopathie collective qui se transmet de génération en génération par l’éducation. Et qui, dans son projet messianique, prévoit à terme de diriger le monde.

    Exactement comme l’islam, t’as qu’à voir... Ah, le blasphème... Blasphème, mon cul ! Vérité cristalline, oui... Enfin, cristalline pour qui veut bien ouvrir les yeux. Ce qui n’est pas le fort de certains. Suivez mon regard...

    Alors ? Alors l’islam utilise actuellement la tragédie réelle de Gaza pour détourner l’attention de son projet messianique à lui. Qui est juste une variante du projet du... sionisme ! Quelle surprise... Allez, chuis de bonne humeur, j’explique.

    Le sionisme a l’ambition de diriger le monde car, compte tenu de sa spécificité ethnique, il peut pas « conquérir le monde ». Par contre le diriger, oui. S’arroger ( bah oui, le tribalisme est une composante fondamentale du sionisme ; en clair : ya pas que le QI... ) un maximum de places de responsabilité et de décision. Partout en Occident.

    En revanche, l’islam, compte tenu d’autres spécificités de sa population ( je vous laisse deviner car je suis taquin ), n’est pas en mesure de « diriger le monde ». Mais, à vrai dire, est-il en mesure de diriger quoi que ce soit ? Ça, c’était juste pour faire chier les cons. Alors son propre projet messianique, à l’islam, à la oumma, est mieux adapté à sa propre population. Il s’agit de conquérir le monde par, je cite,« le ventre de ses femmes »... Un autre genre de tribalisme. 

    C’est vachement bien foutu, les projets messianiques.

    Et l’Occident, dans tout ça ? C’est simple : il est la proie convoitée des deux messianismes précédents. Chacun à sa façon. Postes à responsabilités pour les uns, les sionistes. Et conquête par submersion migratoire de l’autre, les musulmans. Il est à noter que la submersion migratoire de l’Occident par les seconds est généralement approuvée et encouragée par les premiers... Car moins il y a d’hommes en âge de se battre autour d’Israël, plus cela favorise l’advenue du Grand Israël avec Jérusalem comme capitale du gouvernement mondial. T’as compris ?

    Moi, je ne veux pas être dirigé par des sionistes. Mais je veux surtout pas être envahi par des musulmans. On a payé pour voir pendant 50 ans et le résultat est immonde... Les deux projets nous sont objectivement hostiles. Mais les peuples occidentaux ont d’abord à craindre l’arrivée des nombreux prédateurs et parasites cachés au milieu des « pauvres migrants qu’il faut secourir par humanité ». Quand tu veux faire entrer un cheval de Troie en Occident, tu fais appel à sa compassion de chrétien culturel. Ça marche toujours. Les « types bien », ces crétins qui ne voient pas plus loin que le bout de leur compassion, se prosternent par principe devant le pauvre venu d’ailleurs... Devant le pauvre différent de nous. Par antiracisme, ce racisme inversé promu en grande partie par... les sionistes ! Comme on se retrouve...

    Les peuples d’Occident se réveillent et ne veulent plus de migrants. Veulent pas être conquis. Veulent pas être envahis. On est 80%. On a raison. Que les musulmans aillent se battre contre leurs ennemis en Palestine au lieu de nous faire chier avec leurs manif en Occident. Si t’es contre la conquête partout. Donc tu rentres chez toi.

    Messianisme et double standard...


    • quijote 2 mars 10:02

      @quijote

      Si t’es contre la conquête partout = Si t’es contre la conquête, t’es contre la conquête partout.


  • quijote 2 mars 14:19

    L’islam, c’est de la merde. Un point, c’est tout.

    https://twitter.com/MarcAntoni37674/status/1763610761820000467

    Besoin compulsif de pourrir les pays où on les laisse s’installer. Grosse faute. Il faut 1) fermer le robinet 2) à terme, interdire l’islam en Europe.


    • njama njama 2 mars 14:38

      @quijote
      Une élève de BTS, une élève majeure... le voile n’est pas interdit à l’université, dans les études niveau universitaire non plus, il me semble. Un proviseur trop zélé ? qui fout l’embrouille là où il n’y en avait pas... ?
      et après, un pataquès, les délires sur les zozosociaux c’est un autre sujet

      La justice tranchera le litige...

      Les investigations portent également sur deux plaintes, selon le parquet : celle déposée par l’élève « pour violences n’ayant pas entraîné d’incapacité de travail », et celle déposée par le proviseur « pour acte d’intimidation envers une personne participant à l’exécution d’une mission de service public pour obtenir une dérogation aux règles régissant ce service ».

      https://www.huffingtonpost.fr/faits-divers/article/a-paris-un-proviseur-menace-de-mort-pour-avoir-demande-a-des-eleves-d-enlever-leur-voile-une-enquete-ouverte_230630.html


    • SEPH SEPH 2 mars 15:17

      @quijote
      La guerre à Gaza et dans les territoires occupés n’est pas une guerre de religion mais une guerre contre l’occupant (Israël). C’est une guerre contre le colonialisme d’un pouvoir raciste et expansionniste.

      Haidar Eid ( écrivain et professeur de littérature à l’université Al-Aqsa à Gaza) dit clairement le carractère de cette guerre qui tourne au génocide :

      • «  À Gaza et à Jénine, nous refusons de marcher comme des moutons vers les chambres de la mort israéliennes. À Gaza et à Jénine – en fait, dans toute la Palestine historique – nous avons dit très clairement que nous résisterons au régime colonial et d’apartheid des colons entre le Jourdain et la Méditerranée » .

      Raz Segal historien israélien, professeur d’études sur l’Holocauste et le génocide à l’université de Stockton dit :

      • « Un cas d’école de génocide : Israël est explicite sur ce qu’il fait à Gaza. Pourquoi le monde n’écoute-t-il pas ?  »

    • quijote 2 mars 17:13

      @SEPH

      Oui. Et alors ? C’est pour ça que l’Occident devrait gentiment accepter de se laisser envahir par les musulmans et le tiers-monde ? Le temps de l’idéalisme niais est fini.


    • quijote 2 mars 17:16

      @njama

      Le fin mot de l’histoire m’indiffère. Islam en occident = problèmes à l’infini. Je suis contre les problèmes. Je suis contre l’islam en Occident.


    • agent ananas agent ananas 2 mars 19:07

      @quijote
      C’est pour ça que l’Occident devrait gentiment accepter de se laisser envahir par les musulmans et le tiers-monde ?

      L’ouverture du robinet de l’immigration massive en Europe ces 20 dernières années est le résultat des guerres israélo-occidentales en Afghanistan, Irak, Libye, Syrie.
      Vous qui sans doute vous réjouissiez à l’époque qu’on aille casser du bougnoule, assumez aujourd’hui les conséquences que votre cerveau étriqué ignore de concevoir.


    • SEPH SEPH 2 mars 20:18

      @quijote
      Vous appartenez au Mossad ?, car vos propos stupides sont là pour faire diversion à la tragédie Palestinienne.


    • quijote 2 mars 20:23

      @agent ananas

      Tu me prends pour toi, jeune crétin ? 


    • quijote 2 mars 20:27

      @SEPH

      Qu’est-ce que t’as, ami musulman ? Je sais que t’as prévu que l’Europe devienne musulmane mais nous, on veut pas. Et si ça te plaît pas, on s’en fout. Regarde : la porte est ouverte. Tu repars quand tu veux. L’islam est une idéologie attardée, totalitaire et expansionniste. Un cancer.


    • quijote 2 mars 20:28

      @SEPH

      Hé, va te battre là-bas et nous fais pas chier.


    • quijote 2 mars 20:30

      @agent ananas

      Si tu te sens coupable, prends un ou deux migrants chez toi, monsieur « chuis quelqu’un de bien, moi ».


    • SEPH SEPH 2 mars 21:15

      @quijote
      J’ai la réponse, vous êtes sans doute un Troll 
      Quel délire, c’est affligeant.

      TROLL : Message posté sur Internet, souvent par provocation, afin de susciter une polémique ou simplement de perturber une discussion ; personne à l’origine de ce message.


    • quijote 2 mars 22:21

      @SEPH

      Devoir sacré !


    • @njama
      "Une élève de BTS, une élève majeure... le voile n’est pas interdit à l’université,

      "

      Non c’est un lycée donc regis par la loi en cours
      Ce pays est en train de s’islamiser sévèrement et vous semblez etre un des actifs propazgateurs en deformant jusqu’a la réalité de l’article, ce n’est pas une université
       
      De plus c’est expliqué meme dans votre article jusqu’a dans son titre le type !
       

      Le proviseur du lycée Maurice-Ravel de la capitale a été la cible d’une vague de cyberharcèlement.


       
      C’est une honte absolue de menacer les profs et de vouloir détruire le lycée 
      Celui qui veut vivre en mode islamique il va en territoire islamique,
      il faut au moins aller au bout de ses convictions religieuses sans passer son temps à faire ch... les autres, si chacun se met a revendiquer ses identités de maniere prosélite c’est le darwa
       
      Personne ne les retiens, la porte est grand ouverte,
      bon voyage et merci d’etre passé


  • hans-de-lunéville 1 2 mars 18:27

    quel sadisme de mettre de si grosses marmittes derrière un grillage


    • SEPH SEPH 2 mars 20:15

      @hans-de-lunéville 1
      Malheureusement la marmite est vide et les 1 400 000 ventres aussi.

      Que les pays apportent une aide significative et arrête de faire une aumône hypocrite ? 


  • mursili mursili 2 mars 20:32

    Félicitations à George Galloway qui vient de se faire élire député (MP) à Rochdale près de Manchester, ville à importante population pakistanaise.

    Adversaire résolu du positionnement pro-israélien de Keir Starmer qui préside le parti travailliste, orateur vigoureux, il va certainement mettre de l’ambiance dans le parlement britannique...

    ’Keir Starmer, this is for Gaza’ : George Galloway wins Rochdale byelection

    https://youtu.be/WgCb4FlKGEo

    Il démonte ici face à un journaliste mainstream l’argument bidon du « droit d’Israël à exister » et défend un état unique en Palestine avec les mêmes droits pour tout :
    ‘No state has a right to exist,’ says George Galloway

    https://youtu.be/aue77XZJGbw

    Également une pensée pour le soldat américain Aaron Bushnell qui s’est immolé par le feu devant l’ambassade d’Israel à Washington parce qu’il ne voulait pas être complice du génocide de Gaza, dont le gouvernement US est largement responsable en raison de son soutien inconditionnel à Israël. On ne vous a pas beaucoup parlé de lui, on a préféré vous parler de Navalny. Le camp otanien’ a les héros qu’il peut...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Auto-immolation_d%27Aaron_Bushnell 


    • quijote 2 mars 20:58

      @mursili

      T’as raison d’en parler. T’as peut-être un renseignement qui m’intéresse... Combien violeurs en réunion pakos de gamines anglaises parmi ses électeurs ?


    • mursili mursili 2 mars 21:30

      @quijote

      Je ne sais pas. Des milliers probablement.
      Si ça vous intéresse, voici les résultats du vote :
      https://democracy.rochdale.gov.uk/mgElectionAreaResults.aspx?ID=249&RPID=30595907
      Difficile cependant de savoir quel candidat à recueilli le plus de suffrages chez les délinquants sexuels.
      Pour ceux qui ne sont pas au courant de cette triste affaire :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_viols_collectifs_de_Rochdale

      Je viens de tomber sur ce site, je ne sais pas ce qu’il vaut. Il traite de la question migratoire au Royaume-Uni. J’espère que vous y trouverez des réponses à vos questions :
      https://migrationobservatory.ox.ac.uk/


    • agent ananas agent ananas 3 mars 05:04

      @mursili

      En effet depuis vendredi matin les médias britanniques sont ébullition et un vent de panique souffle sur Westminster suite aux tirades de Galloway contre Keir Starmer et Richi Sunak après sa victoire électorale historique.
      Galloway a remporté plus de suffrages que ceux des partis du Labour, Torries, LibDem et Greens combinés. Un raz de marée jamais vu outre-Manche.
      Enfin les PMQs hebdo aux Communes vont devenir intéressantes et les premières étincelles devraient jaillir lundi lors de son intronisation au parlement. Galloway est un orateur hors pair et je me régale de ses déclarations assassines post électorales.
      La question maintenant est : Est-ce que Galloway va capitaliser sa victoire et profiter du momentum contre les grands partis pour faire élire plusieurs députés de son Workers Party ou d’indépendants lors des élections générales cette année (date en suspens).


  • SEPH SEPH 3 mars 11:39

    Les massacres de Tsahal continuent (vidéo)

    Ce samedi, un premier massacre a été perpétré dans le camp de Jabalia où la maison familiale des Hamdouna a été visée. 20 dépouilles ont été dégagées des décombres tandis que des cadavres y sont toujours ensevelis pour manque de moyen.

    Un autre massacre a été perpétré dans un camp de déplacés dans l’entourage de l’hôpital de Rafah. Cette ville au sud de la bande de Gaza était devenue le seul refuge des déplacés chassés de leur région au nord et au centre. C’est un gigantesque campement où s’entassent 1,4 million de civils.

    Les images montrent des tentes en feu dans l’entourage de l’hôpital de la maternité émirati dans la ville de Rafah et des cadavres jonchant la rue.

    Voir vidéo : https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2024/03/2-%D8%B9%D8%AF%D8%AF_%D9%85%D9%86_%D8%A7%D9%84%D8%B4%D9%87_%D8%AF%D8%A7%D8%A1_%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%AC%D8%B1%D8%AD%D9%89_%D9%86%D8%AA%D9%8A%D8%AC%D8%A9_%D8%A7%D8%B3%D8%AA%D9%87%D8%AF%D8%A7%D9%81_%D8%B7%D8%A7%D8%A6%D8%B1%D8%A7%D8%AA_%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%AD%D8%AA%D9%84%D8%A7%D9%84_%D8%A7%D9%84%D8%A5%D8%B3%D8%B1%D8%A7%D8%A6%D9%8A%D9%84%D9%8A.mp4.mp4idéo :


Réagir