jeudi 9 juillet - par Dr. salem alketbi

La souveraineté de l’Irak et la sécurité nationale arabe

JPEG

Déjà, le nouveau gouvernement irakien de Mustafa Al Kazimi a du pain sur la planche face aux opérations militaires menées par l’Iran et la Turquie sur le territoire irakien. En réaction, les Irakiens ont convoqué l’ambassadeur iranien et lui ont remis une note de protestation.

Selon une déclaration des Affaires étrangères irakiennes, «  cet appel fait suite à un bombardement de l’artillerie iranienne. Les bombardements de l’artillerie iranienne ont frappé les villages frontaliers irakiens à Haj Omran dans le gouvernorat d’Erbil, mardi dernier, faisant des pertes matérielles, des dommages aux biens et semant la panique parmi les habitants de ces régions.  »

D’un même souffle, Bagdad a demandé à Ankara de retirer ses troupes du territoire irakien et de «  renoncer aux actions provocatrices  » au lendemain du lancement par la Turquie d’une offensive terrestre dans le nord sous prétexte de poursuivre des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Publicité

Pour tout dire, rien ne justifie de manière réaliste et acceptable que l’Iran et la Turquie mènent des opérations militaires en Irak. Nous assistons plutôt à une agression flagrante sur le territoire irakien, une violation patente de la souveraineté nationale irakienne et une nouvelle double atteinte à la sécurité nationale arabe.

Mon sentiment est que les opérations ont été coordonnées conjointement par les parties iranienne et turque. Ils tâtent le terrain pour voir la réaction et les orientations du nouveau gouvernement irakien. Ce surtout ce que veut la Turquie, qui saisit au vol la préoccupation mondiale de la lutte contre le coronavirus pour atteindre ses fins régionales. Les agissements observés rappellent la nécessité pour le nouveau gouvernement irakien de revoir la politique de ce grand pays arabe à l’égard de l’Iran et de la Turquie en particulier.

Les deux acteurs sont déterminés à resserrer les contours de la souveraineté de l’Irak sur son territoire. Chacun d’eux compte sur ses cartes respectives pour gagner leur pari : L’Iran entretient des relations étroites avec les milices sectaires qui cherchent à saper la volonté politique irakienne, comme l’a dit Al Kazimi lui-même, et la Turquie à abuser des accords de sécurité signés dans diverses circonstances avec les précédents gouvernements irakiens, s’arrogeant ainsi le droit d’intervenir pour traquer les éléments du PKK sur le territoire irakien.

Certains rapports des médias ont attiré l’attention sur une visite secrète du chef des services de renseignement turcs Hakan Fidan en Irak juste avant le début des opérations militaires. Ces rapports lient l’opération turque aux entretiens de Fidan avec le Premier ministre irakien. Ceux-ci laissent entendre un feu vert irakien à cette opération. Mais je ne pense pas que ce soit vrai.

Depuis son entrée en fonction, Al Kazimi s’est montré soucieux de la souveraineté de l’Irak et de la non-ingérence dans ses affaires intérieures. Il est donc peu logique qu’il commence sa mission par donner aux Turcs l’autorisation de bafouer la souveraineté de son pays pour n’importe quelle raison, en particulier dans un climat régional empreint de vigilance face aux interventions provocatrices des Turcs en Syrie et en Libye. Ou alors, la partie turque s’est engagée à faire quelque chose mais à aller plus loin que les limites de ce qu’il a été convenu, ce qui n’est pas surprenant de la part de la Turquie erdoganienne.

Publicité

Eriger un nouvel Irak ne se fera pas sans une vision et une stratégie nouvelles et pointues dans la gestion des relations notamment avec la Turquie et l’Iran, en passant par consolider la souveraineté irakienne.

Il faut passer en revue tous les accords antérieurs qui ne sont pas conformes ou contraires aux exigences de cette souveraineté ou laissent transparaître des atteintes à cette souveraineté, quels que soient les objectifs et l’intérêt de ces accords. Nos frères irakiens peuvent faire cette évaluation en fonction des intérêts de leur pays, de la sécurité de leurs citoyens et de leurs responsabilités nationales.

Il y a d’anciens accords de sécurité avec la Turquie signés dans des contextes géopolitiques différents que la Turquie utilise pour attaquer la souveraineté de l’Irak, puis établir une réalité qui sera plus tard la base de nouveaux objectifs.

Les États arabes voient avec optimisme que le nouveau gouvernement irakien dirigé par Mustafa Al Kazimi est capable de restaurer la position et le rôle de l’Irak au sein de la famille arabe. Les Arabes ont un besoin urgent d’un Irak à la hauteur de son rôle historique et national. Les Irakiens ont également besoin de leur giron arabe normal.

Il est indispensable que le présent gouvernement traite les ingérences iraniennes et turques sur le sol irakien par une stratégie ferme qui mette les points sur les i et ferme la porte aux ambitions tendant à réduire le rôle régional de l’Irak et à l’isoler de son milieu arabe national.



12 réactions


  • samy Levrai samy Levrai 9 juillet 16:43

    C’est donc les iraniens qui ont envahis 3 fois l’Irak sans aucun mandat de l’ONU, ce sont leurs armées qui occupent l’Irak depuis deux décennies sans discontinuer...

    La Turquie n’est pas un supplétif des USA , elle n’est pas dans l’OTAN non plus, elle serait l’allié de l’Iran...

    Ce doit être de la geo politique pour neuneus, la question demeure : escroc ou idiot ? 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 15:39

      l’un n’empêche pas l’autre, blaireau smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 16:27

      Enfin je voulais dire l’occupation US n’excuse pas l’occupation iranienne.

      L’un n’autorise pas l’autre, blaireau smiley


    • samy Levrai samy Levrai 10 juillet 16:55

      Olivier Perriet

      occupation iranienne de l’Irak ? tu aimes être reconnu pour ce que tu es et toujours oser plus dans les croyances de la propagande médiatique pour neuneus.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 juillet 23:49

      c’est sûr, répétez après moi :

      « USA = caca boudin »

      « Iran = odeur de jasmin »

      C’est ça qu’il t’apprennent à l’UPR, blaireau ? smiley


    • samy Levrai samy Levrai 12 juillet 17:16

      Non on t’explique à l’UPR que 40 % des pays du globe sont occupés par l’armée américaine , que toutes les guerres depuis les trente dernières années sont des agressions américaines de pays souverains sans aucun mandat international de l’ONU ( Yougoslavie, Irak, Syrie, Libye, Yemen, Somalie, Afghanistan ,...) qu’aucun autre pays du monde n’occupe de la sorte les autres et qu aucun autre pays du monde n’a agressé d’autres pays, aucun autre pays du monde ne respecte pas le droit international comme le font les USA et leurs satellites occupés .

      Que les iraniens sont un grand peuple avec une civilisation quelque peu plus anciennes que celle de tes maîtres actuels et qui n’ont attaqué personne depuis des centaines d’années.

      L’Iran a un peuple de résistants, comment pourrais tu, toi, les comprendre ?

      Comment, quand tu nous prouves à chaque fois la façon enfantine et grotesque avec laquelle tu vois le monde , peux tu oser traiter qui que ce soit de blaireau ? est ce, justement parce que tu oses tout que tu t’affirmes dans ton rôle  ?


    • foufouille foufouille 12 juillet 17:38

      @samy Levrai

      les ricains sont aussi surhomme que les français en 1800 : 10000 soldats face à 11 000 000 de noirs.


  • bucefal bucefal 9 juillet 20:17

    @ l’auteur

    Vous avez bien dit « nation arabe » ????


  • caillou14 rita 10 juillet 07:21

    Il y avait un pays sécurisé sous Sadam, puis les américains sont venus et depuis c’est le « chaos »...

     smiley


  • OMAR 10 juillet 18:42

    Omar9

    .

    Salut bédouin @salem elkadeb

    .

    De retour du Yémen ?

    .

    Alors, ça pas été trop dur de massacrer des gosses yéménites ?

    https://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/Dix-enfants-tues-Yemen-frappes-coalition-arabe-2016-08-14-1200782186


Réagir