samedi 30 janvier 2021 - par Nicole Cheverney

LA VIE DE CHATEAU - Volet n° 2

 

François 1er ramène d’Italie avec lui, où l’art dans ce pays est à son apogée, nombre d’artistes italiens qui contribuèrent à l’essor architectural et artistique dans le royaume de France. Cependant, la période dite de « renaissance », sera une période fort contrastée et incertaine. La société austère du Moyen-Age très marquée par la chrétienté, fait place, sous le règne des Valois, à une société ivre de plaisirs et de luxe, qui n’ira pas sans les ébranlements communs à toutes les époques de grands changements. Les guerres de religions viendront ternir cette période d’épanouissement culturel.

Cela commence par les châteaux et la fin de leur usage militaire. Le château-fort a marqué les esprits, mais il sera à seul usage d’habitation. Son style général demeure, il obéit toujours aux traditions et « à l’idée que s’en fait toujours la noblesse liée aux prouesses des armes ». Mais, sous l’influence italienne on va y rajouter du luxe et s’en trouveront transformés. Ces demeures vont s’orner de décorations extérieures comme par exemple, des lucarnes ouvragées, «  comme autant de petites façades de temples fabuleux ».

L’intérieur et leur aménagement.

Il diffère de celui du Moyen-Age et le confort va en s’améliorant sensiblement. Les humanistes ont une influence certaine sur l’équilibre des formes et le désir de placer « l’homme au centre de l’univers ».

L’art de la perspective est subordonnée à la recherche de la « proportion dorée » ou du « chiffre d’or », un retour aux ordres antiques, expression de la Renaissance.

Les premiers à adopter ces nouvelles règles sont les châteaux royaux qui vont essaimer dans le royaume, les Valois vont en faire construire un nombre très important, tout le long de la Loire, notamment.

Immédiatement les seigneurs les imitent en mettant leur demeure au goût du jour, par divers rajouts donnant un aspect hétérogène, typique des châteaux de cette période.

Jusqu’au XVIIIe siècle, l’architecture des châteaux va donc constamment évoluer et n’aura plus rien à voir avec le passé. Plusieurs influences vont transformer les codes de construction. Qu’elle fût d’inspiration nordique ou italienne, l’architecture française va y trouver un juste équilibre. Les pairs du royaume, les seigneurs de haut-rang se font construire de véritables palais où règne « l’esprit du temps », raffinement. L’intelligence créative va produire une floraison architecturale qui perdurera pendant deux siècles, avant de disparaître dans la tourmente révolutionnaire.

Les caractères généraux de la Renaissance.

Il faut compter deux périodes : la première renaissance de 1509 à 1534, et la deuxième renaissance de 1530 à 1559, précédent le classicisme.

Au début du XVIe siècle, l’art gothique dont l’expression la plus aboutie est le style Louis XII n’est pas tout à fait mort. Cette période architecturale nous a laissé un nombre impressionnant d’édifices. Ils sont remarquables comme le palais ducal de Nancy, l’aile Louis XII du château de Blois, le chateaux de Chateaudun.

Il est à noter que l’appellation « renaissance », n’est pas tout à fait justifiée, car il s’agit en fait d’une évolution continuelle de l’art, plutôt qu’une renaissance en elle-même.

La « Renaissance » va durer jusqu’en 1589, se terminera avec Henri III de Valois et englobera la quasi totalité du XVIe siècle.

L’Italie, grande inspiratrice.

Les Français découvrent, enthousiasmés, les palais italiens lors des campagnes d’Italie de Charles VIII en passant par Louis XII et enfin François 1er. Non seulement l’afflux d’artistes italiens participent à cette évolution, mais aussi et c’est important, la publication d’ouvrages sur l’art antique que dévorent littéralement les artistes français séjournant en Italie et vont profondément changer leur perception et conception de l’art.

A partir de là, une question se pose : à qui doit-on attribuer les édifices de la Renaissance, aux Italiens ou aux Français ? Visuellement, ils sont reconnaissables à des détails grâce auxquels nous pouvons retrouver les influences des uns par rapport aux autres.

Les constructeurs italiens : ils affectionnent les façades plates, sans avant-corps, les toitures invisibles, les immenses corniches.

Les constructeurs français : les façades tourmentées, les tourelles et les tours, les immenses toitures avec de hautes souches de cheminée.

Mais il faut prendre en compte le croisement des deux influences, aussi pour les châteaux de la Loire, il est difficile d’attribuer exclusivement soit aux Italiens, soit aux Français, la construction. C’est une assimilation tenant compte aussi du climat et des goûts des commanditaires.

Exemple : le Chateau de Chambord dont le premier projet fut celui de Dominique Cortone dit le Boccador, projet modifié par un Français en y rajoutant l’escalier à double révolution.

Chambord {JPEG}

En conclusion, il semble bien que les Italiens aient réalisé les projets et que les Français en aient finalisé la réalisation en surveillant les travaux jusqu’à leur terme. Car à l’observation, les Français ont interprété les Ordres gréco-romains durant la première renaissance, en mettant en avant une plus grande liberté dans la geste architecturale.

Soyons clairs : la France doit tout ou presque à l’Italie, concernant les décorations. Les Italiens nous ont initiés à une grammaire ornementale entièrement nouvelle.

Il est intéressant ici d’en détailler les grandes lignes.

Les façades.

La véritable renaissance française a commencé avec les façades. La première innovation se produisit en 1509 avec la création du portail du château de Gaillon dans l’Eure. Qu’y voit-on ?

Dans les avant-corps...une travée verticale obtenue par une superposition de pilastres ornés d’arabesques et par le raccordement des chambranles.

Gaillon

Ce sera une première tentative, mais elle aura sur le style architectral, un considérable retentissement.

Azay le Rideau : où l’ordonnance type des châteaux de la Loire avec étagement de fenêtres accostées de pilastres. Le raccordement des chambranles se fait par des stylobates1 ayant la hauteur des allèges entre deux coprs de moulures, formant deux longs bandeaux moulurés.

Bien sûr, tous les châteaux n’ont pas suivi l’exemple de Gaillon et sont restés fidèles aux codes du Moyen-Age comme le château d’Ussé et de Chaumont, d’Amboise, ayant conservé le style gothique sur lequel je reviendrai en détail dans un prochain volet.

JPEG

Fenêtres, lucarnes, portes.

Les fenêtres à chambranles rectangulaires étrésilloné2 par une croix latine en pierre avec meneau vertical, et traverse, d’où le terme général, fenêtres à meneaux.

Les profils du meneau et de la traverse sont restés longtemps prismatiques (Azay le rideau), pour devenir rectangulaires par la suite.

Les lucarnes.

Ces éléments de décoration sont inconnus en Italie. Ils consistent en une fenêtre supportant un entablement sur lequel s’élève un fronton, toujours d’une extrême recherche. Parfois rectangulaire, il peut être en quart de cercle, avec un amortissement pyramidal. Souvent ornés de coquilles et de modillons, et accosté de deux pinacles. Ex : (Château de Lude).

A noter que les lucarnes sans entablement-linteau sont rares.

JPEG

Les portes. Elle se composent des mêmes éléments que les lucarnes. Comme à Chenonceaux avec la magnifique porte de la tour des Marques.

Travées à colonnes.

Les travées type dans les châteaux de la Loire sont à pilastres superposés.

Vers 1535, où l’on s’oriente vers le classicisme, apparaîtront les travée de colonnes– en Normandie – ex : (à Caen) avec l’Hôtel d’Ecoville, où l’on trouve des entablements très classiques avec des ressauts au droit des colonnes. La façade de l’Hôtel d’Ecoville est originale, car les lucarnes, au lieu de se trouver au dessus des fenêtres, se trouvent au-dessus des travées de colonnes.

JPEG

Entablements, baies géminées, pilastres et corniches.

Les corniches empruntent aux Italiens leurs éléments décoratifs comme les oves, les denticules et les caissons. Le type d’entablement du début consiste en un rang d’arcatures à coquilles surmonté d’un rang de modillons3. Le revers d’eau, si utile pour éloigner l’eau du parement du mur disparaît même dans les bandeaux corniches entre les étages, il réapparaîtra avec la deuxième Renaissance. Les pilastres forment un des éléments décoratifs les plus importants. Ils sont ornés d’arabesques ou d’un losange comme à Beaugency.

L'hotel de Beaugency.

Il comporte une imposte géminée. Mais les architectes ont pris des libertés et des incorrections apparaissent dans l’application des éléments antiques : comme par exemple le meneau de la fenêtre du premier étage au milieu de la façade n’est pas dans l’axe du portail.

LES CHATEAUX DE LA LOIRE : Première Renaissance - 1509 - 1534

Jamais l’architecture en France n’a fait preuve d’autant d’élégance, de légèreté et de fantaisie. Il se dégage une saveur particulière de ces châteaux de la Loire où nous voyons les maîtres maçons français, encore tout imbus des saines traditions du moyen-âge … faire toujours accorder la structure avec la forme et allier aux silhouettes hardies et pittoresques du moyen âge, la décoration de la Renaissance italienne. 

Bien que l'on conserva par tradition l'appareil défensif qui n'est plus qu'un simple décor, le pittoresque va effacer désormais la rigueur militaire.

Azay le Rideau.

Les tourelles sont un rappel des échauguettes, mais conçues avec grâce. Les petites fenêtres remplacent les créneaux des chemins de ronde. Azay le rideau est un château royal où les plus beaux motifs les ornent, comme pour l’escalier, un des premiers à rampe droite.

Le château de Lude.

Exemple le plus frappant, ancien château féodal transformé en château de villégiature ; la travée de pilastres vient couper le chemin de ronde. Nous avons là un mélange des deux styles du plus heureux effet : la sobriété et la robustesse mêlée à la majestueuse décoration renaissance où l’on peut admirer la noblesse de l’ensemble.

Chambord.

Il faudra près de 18 000 ouvriers de 1526 à 1544 pour sa réalisation. De dimensions particulièrement imposantes, il a un total de 58 mètres : la lanterne mesure à elle seule, 38 mètres de hauteur.

Le plan initial est celui de tous les châteaux français du moyen âge : avec un donjon composé d’un bloc carré flanqué de quatre tours rondes. Mais l’apport italien est important, la terrasse recouvrant la salle de garde en forme de croix grecque.

C’est l’Italien Dominique de Cortone qui en est l’auteur du plan primitif.

Quant au fameux escalier à double spirale, il est l’oeuvre d’un français. Cette double spirale tourne l’une dans l’autre autour d’un noyau ajouré de sorte qu’on peut monter et descendre sans se rencontrer.

Les créneaux ont été remplacés par un balcon.

Or, ce château nous réserve bien des surprises. En effet, Chambord est une des plus étranges conceptions de l’histoire de l’architecture : sa façade d’une sobriété extrême, presque classique, ne fait pas prévoir la richesse prodigieuse des combles, véritable foret de lucarnes et de souches de cheminées que domine l’immense lanterne soutenue par nuit arcs-boutants… Il y a une recherche de polychromie dans les souches de cheminées et les lucarnes qui sont incrustées d’ardoises.

.../...

1Stylobates : piédestal continu servant de support à des colonnes.

2Etrésillons : pièces de bois ou de pierre placés en travers pour étayer.

3Modillons : Petites consoles en doubles volutes placées sous la corniche.



20 réactions


  • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 30 janvier 2021 10:39

    @Nicole de Cheverny

    Merci de nous faire partager votre passion pour ces merveilleux châteaux !

     J’attends avec impatience la visite du château Latour 1933 et celle des oubliettes du château Margaux 1947 .


  • mmbbb 30 janvier 2021 11:36

    La renaissance italienne est une redecouverte de l antique notamment des canons de l architecture de Vitruve . Les artistes italiens redéfinirent une nouvelle notion de l espace .

    La renaissance avait ete largement amorce par le quatrocento .

    Quoi qu il en soit cette renaissance est le berceau de notre monde moderne Elle a non seulement embrassé tous les arts mais elle a ete un ferment des sciences modernes . .

    Quoique l on en dise , que l on en pense , l occident a donné le là ,


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 janvier 2021 12:06

      @mmbbb

      Le « moyen-âge est une fiction, et l’apport italien est à relativiser.

      La « renaissance » est une invention des historiens italiens pour nier la continuité culturelle assurée par Byzance et le Califat de Cordoue entre l’antiquité et leur époque.

      La prise de Tolède par les croisés a entraîné la redécouverte des grands penseurs grecs comme Platon et Aristote, mais aussi les découvertes d’Avicenne et Averroès en médecine, en mathématique et en astronomie.

      L’astronomie, avec l’astrolabeentre autres a donn é des moyens techniques supplémentaires pour la navigation en haute mer (pratique pour aller découvrir le nouveau monde.

      Exhummer les œuvres grecques de l’antiquité a permis de requestionner des paradigmes usés et, Copernic a pu développer sa théorie héliocentrique.

      « C’est pourquoi je pris la peine de lire les livres de tous les philosophes que je pus obtenir, pour rechercher si quelqu’un d’eux n’avait jamais pensé que les mouvements des sphères du monde soient autre que ne l’admettent ceux qui enseignèrent les mathématiques dans les écoles. Et je trouvai d’abord chez Cicéron que Nicétus pensait que la terre se mouvait. Plus tard je retrouvai aussi chez Plutarque que quelques autres ont également eu cette opinion. » — Nicolas Copernic, De Revolutionibus orbium coelestium

      De la même façon les progrès en géométrie et mathématique ont permis l’épanouissement de nouvelles techniques architecturales comme l’ »art français », dit « gothique ».

      Mais il y a aussi Gutenberg, qui n’était pas italien et a « inventé » l’imprimerie, ce qui permet aux connaissances de se diffuser plus facilement.


    • mmbbb 30 janvier 2021 13:09

      @Séraphin Lampion Que lisait on sous Laurent dit le Magnifique ! il avait a sa cours l humaniste , Pic de la Mirandole . Michel Ange fut imprégné de cette ambiance culturelle
      Helas le prédicateur funeste Savonarole faillit mettre un terme a ce mouvement Il detruisit des oeuvres inestimables
      Quant a la peinture architecture sculpture , cette renaissance nous a donné des oeuvres magistrales ! L art de la Fresque des oeuvre majeures Michel Ange , Raphael qui repris l apport des anciens dans sa fresque celebre « l ecole d Athene » et dans une moindre mesure Leonard de Vinci.
      C est durant cette periode , notamment par empirisme et aussi par calcul que la mecanique fut erigee en art .
      Je ne balaye pas les différents apports anterieurs dont vous citez , ce serait idiot ,
      Vitruve ses canons fut redecouvert et utilses par les batisseurs romains
      Par ailleurs , Fibonacci dit Leonardo de Pise , repris les travaux des arabes en mathématiques XII siecle . Il travailla sur les chiffres premiers et concu sa suite eponyme . Il est toujours un peu vain de vouloir segmenter les epoques
      mais je note que cette renaissance a ete le catalyseur de la naissance de notre modernité. Une nouvelle dynamique avait ete crée .
      Je vous ferais remarquer que les autres civilisations se sont quelques peu endormies notamment la civilisation arabe qui connu son age d or sous les abbassides .
      Cordialement
      NB Gothique c est Vasari qui donna ce nom a « l art des francs » qu il jugea brutal, barbare .


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 janvier 2021 17:55

      @mmbbb

      Bonsoir et merci d’avoir pris le temps de me lire. Le mot « Renaissance » a été inventé par les historiens du XIXe siècle, mais il n’en reste pas moins que ce fut une des plus belles périodes de l’art occidental, grâce aux Italiens, notamment, je n’en démords pas, puisque eux-même puisaient dans l’Antiquité gréco-romaine berceau de notre civilisation. 
      Mais je ne négligerai pas pour autant, les apports de la Chine, ni celle du monde arabo-musulman, Byzance et la Perse. 
      En fait, en regardant le cheminement qu’a pris l’humanité, il ne s’agit que de perpétuels échanges et influences plus ou moins marqués grâce au commerce et aux progrès de la navigation.

      Concernant l’Italie, il y a aussi un personnage étonnant, celui de Marco Polo qui alla jusqu’en Chine, et en revint très influencé par cette civilisation bien plus ancienne que la notre. 
      Cdt.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 30 janvier 2021 18:01

      @Séraphin Lampion

      Bonsoir, en ce qui concerne les progrès de la géométrie et des mathématique il faut se reporter, aux Egyptiens. De récentes recherches ont mis en évidence que le système métrique a bien été inventé par les Egyptiens, civilisation brillante. Mais cette théorie remet bien évidemment en cause, la doxa habituelle des universitaires spécialisés en égyptologie, et qui s’appuient toujours sur les travaux du XIXe siècle. Que n’a-t-on pas dit comme idioties, notamment sur la construction des pyramides. 

      Pour ce qui concerne l’art gothique, que vous semblez beaucoup apprécier, à juste titre, je prépare en ce moment, plusieurs volets sur cette période flamboyante. Cela demande de la recherche et du temps. 


    • L'apostilleur L’apostilleur 31 janvier 2021 14:52

      @Nicole Cheverney
       Vos recherches vous conduiront peut-être à nous parler de « l’art français » (première appellation de « l’art gothique ») .
      En attendant de vous lire.

      Ps : Concernant Chambord, il me semblait que l’architecte était inconnu et qu’il y avait une suspicion du côté de Léonard de Vinci pour l’escalier à double vis...


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 31 janvier 2021 19:57

      @L’apostilleur

      Bonsoir et merci de l’intérêt que vous portez à mon article. J’ai lu aussi que Léonard de Vinci avait participé à l’élaboration des plans avec Cortone. Mais je n’ai pas plus d’éléments bibliographiques en ce qui concerne L. de Vinci et sa participation à la construction de Chambord. Quant à l’architecte français, effectivement son nom n’est mentionné nulle part. 

      Pour l’art « gothique »/français, j’ai préféré lui réserver plusieurs volets, car c’est un sujet dense et vaste. J’ai pas mal de documentation sur cette période artistique. D’ailleurs je ne me cantonnerai pas à parler uniquement des chateaux, mais aussi et tout naturellement des édifices religieux. Bien à vous.


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 31 janvier 2021 20:00

      @mmbbb

      Bonsoir, Savonarole est un personnage extrêmement intéressant, pas très connu du grand public, un peu effacé par les historiens, au profit d’autres. Mais il a eu un parcours très étonnant.
      Cdt


Réagir