mardi 7 avril 2015 - par Laconique

La voie du Ciel ou le véritable sens de l’existence

 

Dans les récits policiers, l’explication de l’énigme est souvent fournie par un élément tellement évident, tellement en vue, que l’on n'y faisait même plus attention. Et s’il en était de même en ce qui concerne la signification de l’existence ? Si l’explication du sens de la vie – et de la mort – était fournie par ce qu’il y a de plus évident, de plus visible, à savoir la position de l’astre lumineux au moment du décès ? C’est là la dernière chose dont les défunts ont conscience avant de mourir, et cet élément n’est peut-être pas si anodin que ça. Creusons un peu cette intuition, et étudions, de manière systématique, la saison de l’année au cours de laquelle les hommes et femmes célèbres sont morts. 

 

 Du 21 décembre au 20 mars : saison des ténèbres dominantes et de la lumière croissante. 

 Cette époque est la date de décès des grands philosophes rationalistes, comme Descartes (11 février), Spinoza (21 février), Kant (12 février). C’est l’époque où la pleine lumière de la vérité ne brille pas encore, mais où l’on s’achemine vers elle. Les êtres raisonnables, disciplinés, maîtres d’eux-mêmes, un peu sceptiques, ont tendance à mourir en cette saison, comme Montesquieu (10 février), André Gide (19 février), François Mitterrand (8 janvier), etc. 

 

 Du 21 mars au 20 juin : saison de la lumière dominante et de la lumière croissante.

 C’est la Voie Royale. C’est l’époque à laquelle meurent les êtres pleinement réalisés spirituellement. En cette saison sont morts Bouddha (mois de mai), Platon (mois de mai), Jésus Christ (mois d’avril), Mahomet (8 juin), les papes canonisés par l’Église catholique comme Pie V (1er mai), Jean XXIII (3 juin), Jean-Paul II (2 avril), mais aussi Bossuet (12 avril), Voltaire (30 mai), Victor Hugo (22 mai), etc. 

 

 Du 21 juin au 20 septembre : saison de la lumière dominante et des ténèbres croissantes.

 C’est l’époque où la lumière, encore dominante, est peu à peu gagnée par le poids de la matière. En cette saison sont morts des êtres qui, bien qu’animés d’un idéal ardent, se sont quelque peu laissés gagner par les tourments de la sensibilité, voire par une certaine mélancolie. Rousseau (2 juillet) est un cas particulièrement représentatif, mais l’on pourrait également citer Chateaubriand (4 juillet) ou Alfred de Vigny (17 septembre). C’est également la date à laquelle disparaissent ceux qui, tout en ayant une conscience parfaitement nette des réalités spirituelles et religieuses, ont manifesté une certaine révolte à l’égard de celles-ci, comme Baudelaire (31 août), Nietzsche (25 août), Hermann Hesse (9 août). Beaucoup de stars de la musique et du cinéma meurent aussi en cette saison, et s’en vont avec la lumière, comme Michael Jackson (25 juin), Fred Astaire (22 juin), Marlon Brando (1er juillet), Marilyn Monroe (5 août), Katharine Hepburn (29 juin), Ingrid Bergman (29 août), etc. 

 

 Du 21 septembre au 20 décembre : saison des ténèbres dominantes et des ténèbres croissantes.

 C’est la voie obscure. C’est la saison de décès des satanistes comme Aleister Crowley (1er décembre), Anton LaVey (29 octobre), des écrivains qui ont ouvertement prôné le mal comme Sade (2 décembre), Lautréamont (24 novembre), de ceux qui ont accordé une place démesurée et criminelle à la sexualité comme Gilles de Rais (26 octobre), Jimmy Savile (29 octobre), etc. C’est également la saison à laquelle meurent beaucoup d’hommes politiques, la politique étant le pôle opposé à celui de la spiritualité : Napoléon (5 mai dans l’hémisphère sud), de Gaulle (9 novembre), Kennedy (22 novembre), etc.

 

 On le voit, les résultats de cette enquête sont éloquents. Après avoir passé en revue les dates de décès de centaines de personnalités, écrivains, acteurs, hommes politiques, mystiques, criminels, etc., force est de constater que chaque date fournit un témoignage sur l’état de réalisation spirituelle de l’individu en question. Il y a là quelque chose véritablement confondant.

 Ainsi, en ce début de printemps de l’année 2015, c'est donc le secret du sens de l’existence qui a été élucidé.

 Résumons-nous. Le moment fondamental de toute vie n’est pas la naissance, mais bien la mort, comme le professaient toutes les civilisations anciennes et toutes les traditions spirituelles. Au moment de la mort, deux voies s’ouvrent à l’être : l’une vers la lumière et la vie, l’autre vers les ténèbres et l’oubli. C’est le comportement durant l’existence qui détermine la voie qui est alors empruntée.

 Pourtant, si désormais plus rien ne reste à accomplir sur le plan de la connaissance, c’est peut-être la partie la plus difficile du chemin qui se dresse devant nous. Pour emprunter la voie lumineuse, il faut ressentir au fond de son être la présence divine, et mettre en œuvre de nombreuses vertus, au premier rang desquelles le détachement, ainsi que la justice et la foi. C’est à ce prix seulement qu’il sera donné à chacun de pouvoir emprunter ce que les taoïstes nommaient la voie du Ciel.

 



6 réactions


  • Norbert 7 avril 2015 17:17

    Bien oui, c’est bien connu, prenons un exemple au hasard : Les 3500 morts de la première nuit lors de la catastrophe de Bhopal le 3 décembre étaient tous des satanistes obscures, ou qui du moins, pronaient le mal.


    Chapeau bas !

  • Nicolas_M bibou1324 7 avril 2015 17:27

    Madame Irma n’a qu’à bien se tenir. Vous lisez dans les entrailles de poulet, aussi ?


    Ce genre de théorie fumeuse de bas étage, qui consiste à sortir quelques exemples pour en faire une généralité, ça fait toujours rigoler ... Mais vous savez, c’est passé le premier avril.

    • Bubble Bubble 8 avril 2015 15:31

      @bibou1324
      Il est tout à fait possible que Laconique ait justement publié l’article pour le 01 avril et qu’il soit paru une semaine après, non ?

      Enfin pour moi c’est le plus plausible.

  • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 7 avril 2015 23:18

    J’ai ta maman au téléphone.

    - Laconique, ta mère !


  • Le p’tit Charles 8 avril 2015 08:15

    (François Mitterrand (8 janvier),).. ?
    GAG..
    Le collabo avec sa francisque cité comme grand philosophe... ?
    Vous abusez du calva mon bon... !


  • Jean-Fred 8 avril 2015 15:18

    Bien que tout cela ne soit que pure spéculation, j’aime bien cette théorie de la mort en fonction des saisons :)
    Bon, l’auteur va un peu vite en besogne en pensant avoir élucidé le sens de l’existence mais l’idée reste intéressante.


Réagir