mardi 2 avril - par Le Vautre Oméga

Lacan & son Dieure

Retour sur La troisième (1974). C'est une mine péruvienne dont aucun conquistador n'eût rêvé ! Et à plein dans l'actualité, si l'on tient à s'éclairer davantage... D'où vient que nous sommes aussi malheureux ? Comment comprendre les phénomènes du maoïsme, du nazisme et des écoles d'-ismes ? On dit Lacan incompréhensible. Rien de plus vrai. Or, les lunettes que vous cherchez quelquefois partout, ne sont-elles pas (justement) au bout de votre nez ? Voyez vous-mêmes.

  • Une incroyable expérience de "sinolutte"

 

Passons parce qu'il faut que j'avance. Le subjonctif, c'est marrant. Qu'il soit – comme par hasard. Descartes, lui, ne s'y trompe pas : Dieu, c'est le dire. Il voit très bien que dieure, c'est ce qui fait être la vérité, ce qui en décide, à sa tête. Il suffit de dieure comme moi. C'est la vérité, pas moyen d'y échapper. Si Dieure me trompe, tant pis, c'est la vérité par le décret du dieure, la vérité en or. – Lacan

Avec l'autocritique qu'ont su si bien inventer les Chinois, c'est Nietzsche qui a raison : les non-Occidentaux se sont inspirés de la politique occidentale du pouvoir, c'est-à-dire de la seule prise du pouvoir au prétexte d'autre chose qui ne semblait pas être la raison d'Etat. En quoi l'on voit qu'il a vu juste (Nietzsche). Que, d'ailleurs, ça a toujours cours et fait son chemin différemment dans la République populaire de Chine... Mao dieure, rien de plus certain, de son rouge Logos. L'Etat gourmand a voulu manger jusqu'à l'âme de quiconque, autrement dit de tous. Il faut dire, en même temps, que lorsque la coquille a été brisée en mille morceaux épars, cette coquille d'Asie, on lui a injecté l'occidentalisme à travers les pores, le cactus par le trouduc et ce jusqu'à la racine. D'où vient qu'une telle détresse a été sujette à cent contorsions de la part du pouvoir, serait-il le bourgeois traditionalisme d'un Tchang Kaï-Tchek ou le socialisme d'un Mao Zedong. En vérité, quand Lacan dit le dieure, son dire de dieure a l'heur bon d'entrapercevoir pour tous le progrès dû au saccage du Verbe. C'est à savoir : l'importance maximale de notre malheur à dire mal... Ce qui signifie seulement la détresse, notre détresse, dont l'analogue se trouve au centuple de sa puissance chez le mal-être chinois des Gardes rouges. Lacan a bien sa part de responsabilité dans toute l'affaire. Car, cette affaire-là, n'a de sens qu'en rapport avec le dire. L'attrait des Chinois pour le communisme touche à la gloutonnerie spirituelle d'une âme en désarroi devant la décomposition de la « raison d'Etat » – ce qui a, en définitive, produit l'effet exactement inverse. Comme partout, d'ailleurs. En fait, et sur ces entrefaites d'histoire chinoise :

Je pense donc se jouit. – Lacan

C'est dire à quel point l'inflation de la pointe de l'iceberg est rapportable au communisme. Il faut dire que quand les hommes prennent conscience d'eux-mêmes, ils ont aussitôt l'envie de faire l'autruche. Pour ce faire, rien de mieux que l'arme donné par Dieu, le Sacrifice lui-même : en quelque sorte, un Logos inversé. Ne profane-t-on pas la Croix en la renversant ? N'a-t-on pas fait subir à saint Pierre le sort d'une Croix retournée ? Une exécution de la sorte, on ne la comprend qu'avec le jouir d'un égo. Si bien que l'Etat se retourne contre l'individu, comme la Croix. De la jouissance de se sentir être, de vivre la théophanie, l'envie inexpugnable d'employer l'intelligence au service de l'intuition à des fins extraordinaires : quelle meilleure arme ? On se sert avidement de ce qui provoque notre détresse pour ne plus en avoir – ne plus en avoir rien à redire (de son mal-être). Quel ennui... C'est le travailleur idéal ! Celui qui occupe de ses menottes le Soviet, le contre-maître et la machine. À faire davantage de politique, on n'y change rien. Pis encore : ça s'aggrave. Une explication peut être un bon début, car il serait enfin temps de la mettre au rencart. Cela dit, l'autocritique apparaît clairement pour s'en faire un ravalement de bonne conscience, soit se refaire pour trois francs une vertu. Qui n'absout personne du péché originel, d'ailleurs, comme on l'ignore. Ce magistral retournement ne se situe que vis-à-vis de la compréhension supérieure qu'à l'humanité de sa propre condition.




Réagir