samedi 23 janvier - par Monolecte

Laverie familiale

Je suis en train de faire mon job de patiente en salle d’attente du toubib quand elle arrive et s’installe à côté de moi.

Je suis surprise et ravie à la fois. Cela fait plusieurs années que je ne l’ai pas croisée, mais c’est ce qui arrive souvent avec les gosses de la brousse  : ils grandissent, ont besoin d’un enseignement que la cité scolaire du bled ne peut pas fournir et ils partent, engloutis par la grande ville. C’est une bonne chose qu’ils puissent échapper au manque de perspectives des bleds, mais c’est aussi une joie d’arriver parfois à avoir de leurs nouvelles, de savoir qu’ils vont bien, qu’ils ont construit quelque chose, ailleurs. En mieux.

Elle fait partie des gens avec qui je m’entends bien  : pas quelqu’un de facile, un caractère bien trempé — même quand elle était haute comme trois merdes écrasées  —, mais aussi une belle vivacité d’esprit, une personnalité rugueuse et attachante, quelqu’un qui va bouffer la vie avec entrain.

Je suis contente et touchée qu’elle ait choisi directement de s’assoir à côté de moi et de me saluer. Je ne me fais aucune illusion  : de son point de vue, j’appartiens au clan des daronnes, je suis née vieille et même si l’on peut — en se forçant très fort — imaginer que j’ai été jeune, je vivais surement en noir et blanc avec mon pote le T-Rex.

Mon intérêt très réel quant à sa vie et ses satisfactions doit se lire sur mon visage, parce qu’elle ne se contente pas de me balancer que tout va bien avant de se jeter sur son téléphone pour pianoter sans fin des pixels à ramification lointaine.

Donc oui, elle est partie étudier ailleurs quelque chose que je ne connais pas, mais qui l’emplit de satisfactions, ce qui est clairement la chose la plus importante à mes yeux, elle aime sa nouvelle vie, elle aime aussi quelqu’un en particulier et oui, on peut dire qu’elle est heureuse dans ses baskets, elle est juste en visite dans la famille et elle est bien contente que le grand-père ait dégagé.

Révélations

Là, c’est le moment où mon visage exprime un abime d’étonnement sans fin… parce que de toute la tribu, c’est bien le gus que je connais le moins et qui vient de tomber comme le cheveu dans la soupe.

— Ah, je vois que je ne te l’avais pas dit.

Publicité

— Dit quoi  ?

— Que mon grand-père me tripotait quand j’étais petite  !

— Oh putain, non. Non, désolée, je ne savais pas.

Il faut dire à ma décharge que j’ai toujours fui les ragodromes blédards avec leur fabrique exponentielle de bullshit qui va de pair avec leur capacité de plomb à taire ce que tout le monde chuchote sous le boisseau.

— Faut dire qu’on ne l’a dit à personne.

— Oh, je suis trop désolée pour toi.

— Non, ça va, t’inquiète. C’est loin tout ça, maintenant.

Cette déclaration venant d’une personne qui n’a pas encore contemplé une vingtaine de floraisons de rosiers me laisse assez dubitative.

— Mais tu as pu en parler  ? Tu as été aidée  ?

— Oui, ma mère m’a tout de suite crue et ma grand-mère l’a foutu dehors. On a lavé le linge sale en famille.

Publicité

— Tu as eu de la chance que ta famille te soutienne…

Là, c’est elle qui m’a regardée bizarrement. J’ai l’impression qu’elle n’avait jamais pensé que ça aurait pu éventuellement lui retomber sur le coin de la gueule.

— En tout cas, je te remercie d’avoir partagé ça avec moi, tu sais. Ta confiance me touche.

Là-dessus, mon toubib arrive et je me lève à sa suite.

— Je suis vraiment contente d’avoir eu la chance de te revoir et de savoir que tu as une bonne vie à présent. Continue comme ça. Et bonne chance.

Je ne l’ai jamais revue au bled et c’est une bonne chose pour elle. J’ai souvent repensé à cette petite conversation et à sa manière aigüe de me parler de ça, du mot interdit, du truc dont on ne parle pas, de ces petits crimes en famille. Je me demande encore ce qui l’a poussée à m’en parler, comme ça. C’est comme si elle me testait. Comme si elle testait l’état du monde dans lequel elle allait se faire une place. Elle voulait voir comment j’allais réagir.

J’ai été hantée par cette histoire. Je le suis encore. Je sais que la règle d’airain est on n’en parle pas. Je sais que ce n’est probablement pas par hasard que sa mère et sa grand-mère ont réagi aussi vite et aussi bien. Je sais que cela a probablement participé à lui permettre de grandir et d’aller bien, d’aller vers une vie heureuse.

#MeTooInceste

Depuis quelques jours, la parole des victimes est en train de se libérer une fois de plus sur les réseaux sociaux. C’est tristement énorme, massif, endémique. En quelques mots douloureux, dans des récits ressassés dans l’ombre depuis des années, voire des décennies, les anciens enfants parlent.

Bien sûr, personne n’est prêt à recevoir ce genre de parole. On fait avec ce que l’on est, sa propre histoire, ses limites. Je ne savais pas dans cette salle d’attente déserte s’il y avait de bonne ou de mauvaise réaction. Je ne le sais toujours pas. Elle m’a confié ce jour-là quelque chose d’énorme et a attendu de voir ce que j’allais en faire. Je l’ai écoutée. Je l’ai crue. Je ne sais pas si ça a suffi, mais au moment où je quittais la salle d’attente, elle m’a rendu le plus beau sourire du monde.



74 réactions


  • Jelena Jelena 23 janvier 10:24

    Suite à ce mouvement « MeTooInceste », afin de venir en aide aux accusés, les « progressistes » de LREM viennent de faire en sorte que l’âge de consentement sexuel ne soit plus 15 ans, mais 13 ans... La légalisation de la pédophilie est en cours.


  • Pauline pas Bismutée 23 janvier 14:03

    A math (commentaire évanoui)

    Évidemment qu’un enfant ou adolescent a des envies ; des envies « anodines » (sans conséquences), ou moins « anodines » (suivies de dommages, comme s’empiffrer uniquement de chocolat pendant une semaine, conduire une voiture, ou se shooter a l’héroïne comme son grand frère).

    C’est justement le boulot des adultes de l’en empêcher. Et du législateur de punir ceux qui l’ont encouragé ou laissé faire. 


  • nono le simplet nono le simplet 23 janvier 14:39

    j’ai voté pour cet article car, en le lisant, m’est revenue une histoire enfouie au fond de ma mémoire ... étant enfant (9-10 ans) j’ai appris par sa sœur de mon âge qu’une de mes jeunes voisines de 7-8 ans avait été abusée par son grand père ... je n’avais pas bien compris mais ma mère m’a expliqué ... c’était un secret connu dans tout le quartier mais dont on ne parlait qu’à voix basse ...

    combien d’autres histoires comme celle là existent ? combien d’enfants à jamais arrachés de leur candeur enfantine ?


    • Pauline pas Bismutée 23 janvier 15:09

      @nono le simplet
       
      Oui, absolument, je me souviens d une histoire similaire dans le petit village de ma grand-mère, quelques allusions voilées, j’étais alors trop jeune pour comprendre...


    • nono le simplet nono le simplet 23 janvier 17:09

      @Pauline pas Bismutée
      il y a une suite à mon histoire que j’avais aussi oubliée ... et tue dans un premier temps, dérangeante même si je suis sûr de la vérité ... quelques mois après cette révélation, mon grand père a été accusé par un jeune garçon du quartier d’avoir fait la même chose avec lui ... ce gamin était renfermé et ne jouait pas avec les autres gamins du quartier ... dénégations fortes de mon grand père, coureur de jupons devant l’éternel ... ma grand mère avait une des plus belles paires de cornes de la ville de Tulle et a d’ailleurs reçu un (ou des ) courrier du fameux corbeau dont on a fait un film ... je vois mal mon grand père montrer sa bistouquette à un petit garçon ... l’affaire s’est finie par une brouille entre les deux familles qui ne se fréquentaient pas beaucoup ...
      du coup, en admettant l’innocence de mon grand père, ce dont je ne doute pas, c’est un autre aspect de ce genre d’affaires ... surtout s’il n’y a ni témoins ni soupçons antérieurs ... plus rare, sans aucun doute mais qui arrive parfois ... je me souviens de cette gamine (ou gamin) qui avait accusé son grand père, pour se rétracter plus de 20 ans après et reconnaître qu’il avait tout inventé, brisant la vie de ce monsieur ... si mes souvenirs sont bons il a pardonné et ils se sont réconciliés ... si quelqu’un se souvient de cette histoire ...


    • John  John 23 janvier 17:33

      Nono,

      « si quelqu’un se souvient de cette histoire »

      Je m’en rapelle ... Je pense qu’il s’agit de ça  ... Mais n’en suis pas sûr !


    • Ausir 23 janvier 18:37

      @nono le simplet

      Tout porte à croire que le grand-père est coupable , les affabulations d’enfants étant extrêmement rares , par contre les rétractations suites aux pressions familliales sont fréquentes ,
      et le petis fils déclare maintenant qu’il a bien été violé mais il ignore par qui .on se demande bien qui a pu le violer dans la famille ? 

      L’avocat général , qui a bien étudié le dossier , reste convaincu de la culpabilité de Christian Iacono, un temps accusé par son petit-fils de l’avoir violé. Malgré les rétractations de ce dernier, le magistrat a estimé que les abus sexuels dont a été victime Gabriel Iacono sont la « seule explication rationnelle ».


      Donc désolé , mais il est probable que votre grand-père était coupable .


    • Ausir 23 janvier 18:42

      @ John

      oui après des pressions familiales et l’effondrement de la structure familiale :en se rétractant il retrouve une famille , tout le monde est comptant et l’ado ne porte plus le poids de la condamnation de son grand -père , 

      je n’y crois pas une seconde ...


    • @Ausir

      Non la tu brode , NoNos est parfois un sale con , mais tu peut etre sur qu’ il serais le premier a « maraver » un connard dans sa famille qui se livrerais a ce genre d’ abus .

      Il est bien plus probable que le violeur de ce garcon , qui est probablement le meme que celui de l’ autre affaire ais eu assez d’ emprise pour obligé le mome a denoncer le grand pere de NoNos qui etait peut etre a l’ origine de la delation du violeur .


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 23 janvier 18:52

      @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate »)

      Non la tu brode , NoNos est parfois un sale con , mais tu peut etre sur qu’ il serais le premier a « maraver » un connard dans sa famille qui se livrerais a ce genre d’ abus .

      Parfois ? J’ai une autre opinion sur la question smiley


    • Pauline pas Bismutée 23 janvier 19:00

      @nono le simplet et...

      De toute manière l’innocence massacrée, que l’on soit enfant ou adulte (victime ou accusé a tort) c’est la trahison ultime...


    • @Philippe Huysmans

      souvent , passionnellement a la folie ...lol

      Mais même ainsi , il mérite pas les attaque gratuite sur son grand pere 
      c’ est l’ une des rare occasion ou il mérite qu’ on le défende ...


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 23 janvier 19:17

      @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate »)

      c’ est l’ une des rare occasion ou il mérite qu’ on le défende ...


      Pour moi il peut crever. Il se fait diffamer ? Oooh, le pauvre petit bidochon. Je ne me rappelle pas l’avoir entendu s’agissant de rappeler à l’ordre son comparse pemile quand il faisait la même chose avec moi, pourtant ?


    • alinea alinea 23 janvier 19:21

      @Pauline pas Bismutée
      Tout ça ne concerne pas la Justice, mais des psys, et encore de la meilleure veine !
      Le perversion est toujours causée, on va dire papa maman la bonne et moi.
      Si quelqu’un me lit qui sait, j’aimerais connaître des études sérieuses sur les causes, possibles, probables, des pédophiles, des violeurs, mais pas les cas graves qu’on voit au cinéma ( cf le silence des agneaux), mais les cas qui ont causé du tort à ceux qu’on connait : des curés turlupineurs de mioches, des oncles voyeurs, des manipulateurs qui passent à l’acte, comme il semble qu’est Duhamel... parce que, eux aussi ont une cause à leur toute puissance perverse, et j’ai la faiblesse de penser que si on connaissait les causes, ces causes, comme on sait qu’il ne faut pas mettre la main sur le feu sous peine de se brûler, je pense que nous avancerions plus vite, qu’en nous indignant !


    • @Philippe Huysmans

      Ouep , on peut meme pas esperer :

      • qu’ il evolu
      • qu’ il dise merci
      • qu’ il ne diffame pas lui meme a la premiere occasion 
      • qu’ il ne nous menace pas de nous casser la gueule

      Mais tant mieux c’ est justement ca qui fait le coté sincere et altruise de la demarche smiley


    • John  John 23 janvier 19:25

      Ausir salut !

      « je n’y crois pas une seconde ... »

      Je rapporte juste avec des liens ce qui ce dit à propos de cette histoire que Nono parle (ci d’ailleurs il s’agit bien de celle-ci) ... Je n’ai pas d’avis personnel ... Je me rappelle juste de cette histoire qui a fait parler d’elle ... Je ne suis pas juge ou avocat, ni non plus procureur comme les soixante six millions de français qui soi-disons le sont d’après notre président ... smiley ...


    • @ John

      Salut john ..

      Ha non c’ est 66 millions , macron a prit soin de déduire les 4 million de collabo friqué qui roule pour lui smiley 


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 23 janvier 19:38

      @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate »)

      Mais tant mieux c’ est justement ca qui fait le coté sincere et altruise de la demarche


      Ok, mais moi je viens seulement en dernier ressort s’il a besoin d’une euthanasie. Je pourrais le guider parmi les services ici en Belgique. Ils comprendront que c’est une démarche citoyenne et l’enverront en enfer sans trop se poser de questions pour peu qu’il ait bien signé là...

      C’est pas « altruiste », ça ?


    • Pauline pas Bismutée 23 janvier 19:39

      @alinea

      Bien sur que l’indignation ne résout rien...et qu’il y a de la place pour les psys.
      Mais il n’y a pas de raison que la justice ne s’en mêle pas (elle se mêle bien de SDF qui piquent des pâtes !)


    • John  John 23 janvier 19:40

      Pauline salut,

      Oui accuser à tort (si c’est vraiment le cas) c’est ignoble de mentir sur un sujet comme celui-ci ... Comment ne pourririons-nous pas ne pas s’en vouloir ... Mais pourquoi à ce point là l’envie de détruire son grand père ?

      Perso, mon grand père était un mage pour moi ... Il m’a appris plein de chose ... Je l’adorais !


    • Pauline pas Bismutée 23 janvier 19:44

      @Philippe Huysmans

      Bon calmez-vous, en plus il ne s’agissait pas de lui, mais d’un membre de sa famille et il a le droit d’avoir une opinion sur la question.
      Bonjour la cour d’école !


    • alinea alinea 23 janvier 20:57

      @Pauline pas Bismutée
      Je ne vois pas les choses comme ça ! mais il doit y avoir des gens qui peuvent se réparer de voir ceux qui leur ont fait du mal condamnés ! Tant mieux pour eux !


    • Claude Simon Claude Simon 24 janvier 08:11

      @alinea

      Pour les raisons, c’est tout vu.

      C’est un mélange de :
      moeurs dégradés d’un milieu , qui n’a plus que d’ultimes transgressions pour s’assouvir ;
      frustrations venant avec l’âge, outrepassés par l’innocence de l’enfance ;
      ne comprenant plus son monde ou le rejetant et se considérant innocent, le pédophile devient victime de son innocence, celle de son enfance, et l’exprime ;
      s’estimant être trop sacrifié pour sa descendance, l’esprit faible sacrifie sa réputation, dans un baroud vengeur, afin d’en retirer quelconque faveur ;
      dans un monde brutal, cynique et hypocrite, bref blessant, reconstruction d’une bulle  ;
      contexte deshinibiteur ;

      En tout les cas, je le comprends comme cela.

      Bonne chance pour des sources sûres.


    • nono le simplet nono le simplet 24 janvier 08:23

      @ John
      ah !!! merci d’avoir trouvé ... cette histoire m’avait marqué ... en référence peut être à mon grand père ...


    • nono le simplet nono le simplet 24 janvier 08:39

      @nono le simplet
      en ce qui concerne mon grand père, il n’y a eu aucune suite sinon la brouille avec les voisins et comme on a déménagé un an ou deux après cette histoire elle a vite été oubliée ... elle était enfouie au fond de ma mémoire ... et ce qui est curieux c’est que tous les noms et prénoms ont resurgi de ma mémoire alors que je n’ai jamais entendu parler de ces gens depuis 55 ans ...
      ...
      un neurone passe ... chargé de souvenirs eux aussi enfouis ... mais ceux là personnels ... deux tentatives à mon égard mais qui sont restées au stade « soft » ... j’avais dans les 11-12 ans ... un curé et un inconnu ... aucun traumatisme, même au moment des évènements ... à part que je suis passé d’enfant de cœur à agnostique smiley


    • @alinea Bonjour Alinéa. Pour certains type de pédophiles il y a une explication. Ce sont des adultes qui ont eu une éducation de type rigoriste, froide et distante. Les parents ne prenant que rarement leur enfant dans les bras. Peu chaleureux. En pratiquant la pédophilie, il s’identifie à l’enfant en lui donnant les caresses dont il a manqué. Mais, ce sont plutôt des « toucheurs »... Dans le cas d’Epstein, il paraît que c’était lié au fait qu’il avait disons un petit sexe. Recherchant, des chaussures à sa taille...Pour d’autres, pervers polymorphes, c’est le plaisir de la transgression et de la Loi (pour faire la nique à papa genre Cohn-BENDIT).


    • alinea alinea 24 janvier 15:08

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Oui.. ; et quand c’est sadique, jusqu’à la mort, c’est revanche de violences subies.. mais n’y a-t-il pas une absence d’empathie patente, et, anormale ?
      La justice se préoccupe-t-elle de connaître les raisons qui conduisent un individu, apparemment normal et en tout cas estimé, à agir ( transgressif oui) ainsi ?
      C’est donc, le coupable, un narcissique sans surmoi
      Ça fait un petit moment que je répète qu’on devrait bien se préoccuper des coupables aussi ; la victimisation laisse courir le malade qui nuit.


    • @alinea C’est bien ça. Mais on aime pas le Surmoi, parce qu’il faut pour cela passer par l’Oedipe. Trop complexe et compliqué. Alors on saute l’étape. Si vous avez lu Marcuse, Deleuze et GUATTARI. https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Anti-%C5%92dipe. Lacan : une mère veille et un père sevère...... En 68 : c’était il est interdit d’interdire

      L’Anti-Œdipe, publié en 1972, se donne pour tâche de revenir sur l’erreur que constitue selon les auteurs le désir conçu comme manque (« l’inconscient n’est pas un théâtre2, mais une usine, une machine à produire »), et postule que ce n’est pas la folie qui doit être réduite à l’ordre en général, mais au contraire le monde moderne en général ou l’ensemble du champ social qui doivent être interprétés aussi en fonction de la singularité du fou (« l’inconscient ne délire pas sur papa-maman, il délire sur les races, les tribus, les continents, l’histoire et la géographie, toujours un champ social »). Selon les auteurs, seul le désir — ou la dimension de l’événement que montre le désir — garantit la libre configuration des singularités et des forces en mesure de mettre l’histoire en mouvement.

      L’amour des enfants pour leur mère répète d’autres amours d’adultes, à l’égard d’autres femmes.

      L’Oedipe, c’est avant-tout l’angoisse de castration.... Si je désire maman, papa fâché et moi veut pas perdre papa...


    • @nono le simplet

      un neurone passe ... chargé de souvenirs eux aussi enfouis ... mais ceux là personnels ... deux tentatives à mon égard mais qui sont restées au stade « soft » ... j’avais dans les 11-12 ans ... un curé et un inconnu ... aucun traumatisme, même au moment des évènements ... à part que je suis passé d’enfant de cœur à agnostique 

      La tu brode , tu affabule pour vendre ta soupe politique ca se voit gros comme une maison , sinon tu en aurais parler tout de suite ... ou jamais , mais pas fort a propos pour justifier ton mepris de toute religion .

      Vous faite la paire avec P1000 des mytho afabulateur et pernicieux sans une once de moralité . 


    • nono le simplet nono le simplet 24 janvier 16:25

      @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate »)
      à part voir des teams partout, recopier des textes auxquels tu ne comprends rien et, enfin, traiter les gens de menteurs tu fais quoi dans la vie ?
      tout ce que je viens de raconter est vrai ... tu as le droit de ne pas le croire mais je m’en fous ... tu as la clairvoyance du crabe qui voyant une marmite pleine d’eau bouillonnante se dit « chouette c’est la marée montante » smiley


    • @nono le simplet

      Ouep ca pique un peut que l’ on denonce les vrai complots smiley
      les comploteur ont horreur d’ etre mit en lumiere ...
      La partie sur ton grand pere etait probablement vrai , 
      mais la suite n ’ est qu’ un tissus de mensonge ...

      le mensonge se sent , meme sur internet .


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 24 janvier 16:34

      @ㄈϤ尺Цら(« ochlocrate »)

      Ouaiche, le nonosse qui vient essayer de nous tirer une larmichette et nous fait son #meetoo.

      Quand il n’y a plus aucune crédibilité, pourquoi ne pas essayer ça, se dit-il.

      On a fait bobo à notre nonosse préféré, dis-donc. Heureusement qu’il s’en est bien sorti au point de devenir nonobel de mémédecine.

      Tiens quand est-ce qu’il nous sort ses prochaines pensées profondes à propos de la situation si tellement magnifique en Israël ?

      Ou en Suède ? Ah oui, j’avais oublié, en Suède, il y a un complot du gouvernement pour cacher l’étendue des ravages de la pandémie smiley


    • @Philippe Huysmans

      prendre les gens pour des cons ca n’ as jamais rendu inteligent ... 
      ca en donne simplement l’ impression , et ca fait tomber dans le piege de l’ autosatisfaction.

      je ne suis qu’ un amateur en stilographologie , imagine ce qu’ un expert peut tirer de vieux texte écrit a la vas vite smiley


  • I.A. 23 janvier 14:53

    Vous semblez avoir oublié qu’il faut protéger les personnes fragiles !?... les grand-mères, les grands-pères ?

    ... Sont tellement gentils, si proches de leurs enfants et petits-enfants... ! Ils nous en donnent des preuves tous les jours ! Si, si...


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 23 janvier 15:50

    Les camps de nudistes ouvrent après la troisième glaciation, début Avril .

    Entre temps sortez couvert et bien habillé .....

    Pendant 8 semaines de confinement abusif enfants et adultes seront incarcérés ensemble dans leur minuscule cellule(appartement ou maison).

    Mais c’est le premier Procureur de France qui en a décidé ...

    Les autres 67 millions de Procureurs ne protestent pas ....


  • Claude Simon Claude Simon 23 janvier 18:34

    Le fait est que les câlins aident à sécréter l’ocytocine (hormone bienfaitrice) et éliminer le cortisol (hormone du stress).

    Le fait est que la noradrénaline est le neurotransmetteur du contrôle de soi à court terme et la sérotonine du contrôle de soi à long terme.

    Sans doute un protocole moins déviant que le tabou dont il est question dans l’article permettrait de remonter le niveau de l’éditorial national (et encore, j’ai un doute).


    • Francis, agnotologue Francis 24 janvier 09:11

      @Claude Simon
       
       ’’Le fait est que les câlins aident à sécréter l’ocytocine (hormone bienfaitrice) et éliminer le cortisol (hormone du stress).’’
      > Le stress il est transmis à l’enfant, et pour toute sa vie, par ce genre de « câlins »..

       
      Supporteriez vous qu’un tiers tripote votre enfant ?
       
      Et expliquez moi pourquoi, quand ce genre de câlins est dispensé par un parent, il est encore plus destructeur ?
       
      nb.
       


    • Claude Simon Claude Simon 24 janvier 09:52

      @Francis

      Je suis entièrement d’accord avec vous.

      « Et expliquez moi pourquoi, quand ce genre de câlins est dispensé par un parent, il est encore plus destructeur ? »

      Tout l’idéal que l’on peut se faire du parent protecteur s’effondre, je suppose.


    • Claude Simon Claude Simon 24 janvier 10:55

      @Francis

      Plus globalement, dans le contexte actuel, je dirais ceci :

      Notre société, par définition dans un écosystème limité, se régule en autorisant les abus pour quelques uns, la rareté, l’oppression, les faux eldorado pour la majorité. Ces abus sont renouvelés par les milieux qui repoussent sans cesse les limites morales, s’accaparant le prestige, la sécurité et le confort par l’abus de pouvoir, de sexe (on pourra citer l’emblématique Epstein), d’argent, d’influence.

      Chez certaines profils psychologiques, faillir, à savoir être évincé des dominants, les font rentrer en conflit avec leur projet de vie, le plus lourd étant la famille.

      Le plus souvent cela peut se traduire par de la violence familiale.

      Mais la surmédiatisation des régressions des dominants ou volontairement transmis par ceux-ci a également un impact particulièrement troublant .

      Voilà, Vous connaissez mes craintes à ce sujet.


    • Francis, agnotologue Francis 24 janvier 11:43

      @Claude Simon
       
       ’’Tout l’idéal que l’on peut se faire du parent protecteur s’effondre, je suppose.’’
      > En effet
       
      « Il n’y a pas d’inceste heureux. » contrairement à ce que certaines œuvres littéraires ou audiovisuelles ont pu mettre en scène.


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 24 janvier 10:51

    Les vieux une menace sourde , angoissante .

    Éliminer vos parents, vos grand-parents et arrière grand-parents . !!!!

    La preuve est là ;

    https://www.facebook.com/sympasympacom/photos/a.439426539600463/176502327704 0776/

    lol................................


  • Nous avons tous des tendance pédophile refoulées. Surtout dans le choix d’un métier commençant par « péd ». Le tout est de la maîtriser, de transformer le lien en tendresse et interdit. Vous imaginez tous les pères changeant les langes de leurs enfants.... L’éducation consiste bien à maîtriser nos pulsions, nos instinct, au mieux les sublimer, mais c’est là un sujet délicat (Cf les photos de David Hamilton). Comme sur un cheval,...L’album de Lewis Caroll est très troublant (pas avec les textes, mais les photos). Elles paraissent consentantes et peu troublées... Que dire,..Maintenant les parents photographient leur enfant nu. En général, cela s’arrête au moment où ils deviennent pudiques. CE que les parents doivent accepter...Dans les années 70, les parents allaient avec leur enfant dans les camps de nudistes.... C’est complex. Mais il FAUT respecter la pudeur... Et je dois dire que les questions autour du voile parfois m’énervent. Les fesses nues de Polnareff m’ont choquées. Désolé..


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 24 janvier 15:40

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Nous avons tous des tendance pédophile refoulées.


      T’as vraiment des fils qui touchent la carcasse, ma vieille. Tu sais, généraliser son cas au point de croire que c’est la loi du genre est le propre des jeunes enfants et des complets idiots. Fais ton choix.


  • alinea alinea 24 janvier 15:19

    Je ne crois pas non ! je connais un certain nombre de gens sains, dont je fais partie !

    La perversion n’est pas un instinct, c’est son contraire. Et les pulsions n’induisent pas dans leur sème la perversion ! Une pulsion d’amour retenue par pudeur et timidité... ça existe, autant que le désir de blesser ! Plus j’espère.

    Il y a des tas de femmes, qui petites filles ont été valorisées comme objets, jolis, ravissants... à l’adolescence, à l’âge adulte, elles restent, évidemment, dans cette réalité ; mais ce n’est pas sain, c’est pervers ! même si les garçons adorent ça. Et selon le degré d’identification à cette image, cela peut aller très loin !... jusqu’à meetoo !


    • alinea alinea 24 janvier 15:20

      @alinea
      je répondais à Mélusine


    • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 24 janvier 15:43

      @alinea

      Principe général : à partir du moment où tu relègues l’humain pour le transformer un objet, toutes les dérives sont possibles.

      Mais pour expliquer ça à méluzinzin, ça risque d’être coton, she’s crazy like a fox !


    • @alinea Un fantasme en soi n’est jamais pervers (ça c’est pour les catholiques en confession). C’est le passage à l’acte qui l’est. Qu’un enfant exprime son envie de se marier avec maman, n’a rien de pervers,... c’est en le punissant pour ce genres de pensées que vous risquez d’en faire un névrosé qui aura besoin de 15 ans d’analyse...IL suffit de répondre : chaque chose en son temps et ton tour viendra de rencontrer une femme...


    • alinea alinea 24 janvier 17:31

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      La perversion est donc l’absence de surmoi ; oui pourquoi pas ; on est bien d’accord que les pensées ne sont qu’à ceux qui les abritent ! mais il y a pensée, et pensée, quand même, et un mec qui regarde un jeune garçon en phantasmant sur son cul aura, oui, une influence sur le garçon, même s’il ne passe pas à l’acte.
      Une fille aussi reçoit les ondes de désirs malsains de la part d’adultes interdits !
      Certes, sans passage à l’acte, il n’y a pas de traumatisme proprement dit, mais, bon, ça ouvre le regard sur la beauté de l’adulte !

       smiley

    • @alinea C’est complexe. Je connais le cas inverse. Un père a dit a sa fille : avec ton acné t’es moche (ce qui est faux, elle est jolie). Toujours célibataire et en analyse. Je pense que les affaires Dutroux ont fait beaucoup de mal. Les pères n’osant plus regarder leur fille au risque de passer pour pédophile. alors que pour la construction de son identité, une fille a besoin de se sentir attirante et valorisée. Qu’un père dise à sa fille : attention, toi tu auras du succès plus tard. apprends à te protéger, n’est en rien pervers et même normal. 


    • alinea alinea 24 janvier 18:17

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      On est bien d’accord : c’est le père qui fait la femme ; mais le père n’est pas là pour conseiller à être désirable, mais pour assurer sa fille dans son chemin de femme ! ce n’est pas la même chose.Je capte mal le besoin de se sentir attirante et désirée...ce qui est attirant et désiré, c’est juste l’authenticité de l’individu, sa santé, son bonheur, donc sa beauté.
      Tout le reste est domestication.


    • arthes arthes 24 janvier 18:28

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Il vous a dit cela votre père ?

      Et maman était jalouse ?

      non non, ce n’est pas mon schéma, mais c’est le votre ?

      Alinéa semble y adhérer (lol)


    • @alinea Petite confidence. Mon père aurait préféré un garçon. Pour une question de filiation et de nom. Raison pour laquelle, ben Gollum me traite de virago. Ce que je ne suis pas du tout. Mais j’ai fais des études pour être à la hauteur. Alors à 18 ans, je ne voulais surtout pas avoir l’ai d’une poupée barbie et me donnais des airs de gauchiste sérieuse, jeans et long cheveux me cachant un peu le visage. Heureusement, rencontrant l’amour, il m’a donné le goût des jolies robes.....Histoire classique. Evidemment, cela me valu alors de devoir me défendre contre les prédateurs. Autre paire de manche. Mais, une petite bombe de spray rouge dans mon sac, fut suffisant pour dissuader tout intru.


    • @arthes Comme vous verrez dans ma réponse : pas du tout....


    • Dans ma famille c’étaient des protestants austères et ancienne mode. Femme à la maison et l’homme celui qui doit honorer la famille,....On devait rester sur son quant à soi. Tendance libérale, raison pour laquelle j’ai viré un temps gauchiste (faut que jeunesse se fasse,...).


    • @alinea Vous savez Alinéa, la véritable et authentique rencontre entre un homme et une femme, ce n’est pas une question de beauté, d’être désirable, top modèle ou autre. C’est juste une question de tempo et de synchronicité. Au moment où on s’y attend le moins. Ils sont fait l’un pour l’autre.... Le reste, c’est bon pour les magazines féminins...


    • alinea alinea 24 janvier 19:57

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      On est bien d’accord ! Ceci dit, et c’est empirique avec pas mal d’exemples, les femmes qui aiment leur père, que le père a aimées sont beaucoup plus heureuses en amour que les autres ! C’est comme si le premier homme traçait un chemin...
      C’est sans doute vrai pour les fils aussi, de manière empirique aussi avec moins d’exemples, les homos on été fusionnels avec leur mère. La mère propriétaire de son fils l’empêche de tout amour durable... je ne m’intéresse pas à la folie mais à la difficulté d’être sain, donc heureux en ce bas monde mais au chemin à parcourir pour y parvenir ; aussi ma connaissance s’arrête à peu près là !


    • @alinea
       Exactement, mon père ce héros. Je voulais tellement être à sa hauteur. Pourtant il avait beaucoup de défaut. Mais c’est aussi ce qui le rend attanchant. 

      Dans son vieux pardessus râpé
      Il s’en allait l’hiver, l’été
      Dans le petit matin frileux
      Mon vieux
      Y’avait qu’un dimanche par semaine
      Les autres jours, c’était la graine
      Qu’il allait gagner comme on peut
      Mon vieux
      L’été, on allait voir la mer
      Tu vois, c’était pas la misère
      C’était pas non plus le paradis
      Eh ouais, tant pis
      Dans son vieux pardessus râpé
      Il a pris, pendant des années
      Le même autobus de banlieue
      Mon vieux
      Le soir, en rentrant du boulot
      Il s’asseyait sans dire un mot
      Il était du genre silencieux
      Mon vieux
      Les dimanches étaient monotones
      On ne recevait jamais personne
      Ça ne le rendait pas malheureux
      Je crois, mon vieux
      Dans son vieux pardessus râpé
      Les jours de paye, quand il rentrait
      On l’entendait gueuler un peu
      Mon vieux


    • Nous, on connaissait la chanson
      Tout y passait, bourgeois, patron
      La gauche, la droite, même le Bon Dieu
      Avec mon vieux
      Chez nous, y’avait pas la télé
      C’est dehors que j’allais chercher
      Pendant quelques heures l’évasion
      Je sais, c’est con
      Dire que j’ai passé des années
      À côté de lui, sans le regarder
      On a à peine ouvert les yeux
      Nous deux
      J’aurais pu, c’était pas malin
      Faire avec lui un bout de chemin
      Ça l’aurait peut-être rendu heureux
      Mon vieux
      Mais quand on a juste quinze ans
      On n’a pas le cœur assez grand
      Pour y loger toutes ces choses-là
      Tu vois
      Maintenant qu’il est loin d’ici
      En pensant à tout ça, je me dis
      J’aimerai bien qu’il soit près de moi
      Papa

    • Ce père là n’était pas le mien. Mais l’attachement d’une gamine pour son père est une des chose les plus précieuse au monde. Et d’ailleurs pour de nombreux hommes aussi. Ce n’est pas que je n’aimais pas ma maman. Mais lui, c’était un peu l’étranger. Le mère est celle qui est proche, qu’on devine,...le père reste toujours un peu un mystère...


  • Tiens, dernière nouvelle. Les LGBTQQ ont aussi crée un mouvement : mee too. Moi je voulais pas, il m’a forcé. Je croyais qu’entre eux ce n’était que de l’amooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuur..................qu’ils étaient même de meilleurs parents que les hétéros...


    • @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      si tu applique j’ usquau bout ta theorie psy , c’ etait donc forcement des heterosexuel refoulé ...donc l’ eheterosexualité est mauvaise ...

      c’ est la qu’ on vois que la psy mal appliqué c’ est bidon , un peut comme les tireur de carte qui nous disent ce qu’ on veut entendre .


  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 25 janvier 07:28

    Réinfo covid témoignage

    À tous ceux qui voudront bien prendre la peine de me lire :

    Je sors de chez mon généraliste, qui me suit depuis juin 2020 pour dépression. Tout s’est bien passé jusqu’à ce qu’il mette sur le tapis la question du vaccin Covid, que je ne voulais pas aborder car j’avais déjà senti que nous n’aurions pas le même avis.

    J’ai osé répondre « non » lorsqu’il m’a demandé si j’allais me faire vacciner... et il m’a direct rétorqué qu’il ne me soignerait plus, même s’il n’en avait pas le droit, quitte à aller en prison !

    J’ai tout d’abord poliment répondu que nous n’avions pas la même opinion, car je connais son humour un peu caustique...

    Mais c’est qu’il ne plaisantait pas du tout !

    S’en est suivie une leçon de morale surréaliste sur mon manque de civisme et de sens des responsabilités, une leçon de morale sur les milliards dépensés dans le social pour pallier la crise sanitaire. Ce à quoi j’ai répondu que effectivement, j’étais encore, jusqu’à preuve du contraire, libre de choisir ou non de me faire vacciner à ce jour (le vaccin n’étant pas obligatoire... pour le moment), qu’il aurait sans doute mieux valu mettre les milliards dans les hôpitaux que dans les indemnités des restos, de la culture, des loisirs et du chômage, et que si j’ai décidé de ne pas me faire vacciner, c’est parce que je respecte ce que je sens... et que ce vaccin je ne le sens pas, j’ai besoin de plus de recul... ce qui a profondément blessé son ego de médecin « expérimenté avec ses 30 ans d’expérience », m’a-t-il rétorqué.

    J’ai également osé lui répondre, quelle insolence de ma part, que je préfère donner de l’amour à mes semblables que de les laisser crever d’ennui, seuls dans les EHPAD.

    Après quoi il m’a jeté ma carte vitale sur le coin du bureau en me disant de me trouver un autre docteur...

    Inutile de vous dire que je suis sortie en claquant la porte... !

    J’avais RDV à 15h, il est 18h30 et je n’en reviens toujours pas de tant d’agressivité, de jugement, de manque d’écoute et de respect, de manque de bienveillance de la part d’un médecin qui a, rappelons-le, prêté le serment suivant avant d’exercer : « Primum non nocere » (en premier ne pas nuire).

    Merci Docteur pour votre soutien, je vous rappelle juste que vous me suivez pour une dépression... pensez-vous vraiment que c’est la bonne approche pour une personne fragile ?

    C’est bon, je suis vaccinée... contre la méchanceté gratuite, la connerie et le manque d’intégrité !

    Fort heureusement, ma dépression est derrière moi, il n’a pas eu raison de moi, bien au contraire, il n’a fait que renforcer mes convictions sur cette crise !

    Je gérerai la diminution du traitement chimique d’une autre manière !

    Je lui ai simplement envoyé un mail lui rappelant le serment qu’il avait fait il y a 30 ans « primum non nocere »... pas de réponse.

    Je poursuis mon chemin dans la bienveillance


    • alinea alinea 25 janvier 17:31

      @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
      Quelle idée d’aller voir un médecin pour une dépression !! Ceci dit il est sûrement un peu ou complétement fou ce toubib !! en tout cas il ne maîtrise pas ses nerfs, et ça, déjà !!


Réagir