mardi 6 avril - par astus

Le bal des tartuffes

 Il existe actuellement un débat épineux pour tenter d’améliorer la loi Claeys-Léonetti de 2016 à partir de différents projets de lois qui seront en discussion le 8 avril à l’Assemblée avec déjà 3000 amendements déposés ce qui présage un blocage volontaire de la situation. Mais chacun sait que la fin de vie est un sujet sensible qui souvent divise les gens.

JPEG

 Déjà par le passé certaines avancées sociales dans notre pays ont été vivement contestées. Ce fut notamment le cas pour l’accès à la contraception (loi Neuwirth 1967), la dépénalisation de l’avortement (loi Veil 1975), la suppression de la peine de mort (1981) ou plus récemment le mariage pour tous (2013). Il est donc probable que ce sont aujourd’hui un peu les mêmes qui vont s’opposer à la conquête de nouveaux droits pour lesquels plusieurs pays avancés ont déjà légiféré afin d’humaniser davantage la fin de vie des personnes qui le souhaitent.

 Mais il est étrange que la plupart de ceux qui sont hostiles à une modification de la loi actuelle pensent agir pour protéger la vie sans relever que précisément la vie court de la naissance jusqu’à la mort. Celle-ci fait donc partie de la vie car si la naissance marque son début la mort en est son point ultime. Et c’est ce qui rend d’autant plus nécessaire de respecter les attentes de vie de ceux qui peuvent bientôt la quitter. 

 La réduction de la souffrance est d’ailleurs un fait anthropologique universel qui s’est progressivement affirmé dans la plupart des civilisations même si cela varie selon les époques et les cultures. Imaginerait-on aujourd’hui un écartèlement en place de Grèves ? Et si l’on souhaite aujourd’hui réduire les souffrances animales c’est en partie parce que celles des humains sont davantage apaisées depuis l’invention de l’anesthésie au XIXème siècle.

 Or si de nombreux chrétiens pensent que la souffrance est rédemptrice et que cela rend possible la rémission des péchés en souvenir du Christ mort sur la croix, il est intéressant de constater que ceux de cette confession qui s’érigent aujourd’hui en protecteurs de la vie ont pratiqué pendant des siècles les croisades, les guerres de religion, la mort des hérétiques, les bûchers de sorcières et l’inquisition. Mais il est vrai aussi que l’immense majorité des religions n’est pas en reste sur ce plan et que cela n’est pas davantage à leur honneur.

Publicité

 Quant à ceux qui croient moins au ciel il est probable qu’ils cherchent surtout à éviter des reproches et à se grandir à leurs propres yeux comme à ceux d’autrui en faisant tout ce qui est techniquement possible pour éviter la mort, même très au-delà du raisonnable. La raison en est que la plupart ont une peur panique de ce moment vécu comme un échec qu’ils veulent repousser pour faire croire, surtout à eux-mêmes, qu’ils sont plus forts ou plus aimants que d’autres, ce qui évoque davantage une forme d’orgueil que de compassion. Sans doute les peintres anciens qui représentaient des vanités avaient-ils déjà compris cela.

 

 Il est alors bien possible que l’opportunité d’améliorer ou non la loi Claeys-Léonetti de 2016 consiste en réalité à savoir quelles sont les personnes qui peuvent aujourd’hui en leur âme et conscience, ou au nom d’un humanisme véritable vouloir encore :

 

  • Empêcher ceux qui le souhaitent de choisir librement leur fin de vie.
  • Continuer à dissimuler des milliers d’euthanasies clandestines.
  • Accepter un accès inégal voire impossible aux soins palliatifs.
  • Poursuivre des acharnements thérapeutiques inutiles.
  • Laisser mourir seuls les anciens des EHPAD sur les brancards des urgences.
  • Transformer le serment d’Hippocrate en serment d’hypocrites.
  • Prolonger l’agonie de malades incurables qui veulent en finir.
  • Laisser des couples désespérés se suicider ou se tuer chez eux entre eux.
  • Ignorer la volonté majoritaire des citoyens.
  • Maintenir une hiérarchie inadaptée des personnes de confiance.
  • Résister à la création de formations spécifiques sur la fin de vie.
  • Laisser penser qu’une liberté nouvelle des uns abolirait celle des autres.
  • Insinuer que des formes d’eugénisme s’imposeraient à tous.
  • Imaginer d’éventuels abus qu’aucune loi ne pourrait borner.
  • Faire croire que les soignants seraient obligés de tuer des gens.
  • Favoriser par inertie le départ à l’étranger pour mourir sereinement.
  • Accepter que notre pays soit à la traîne des évolutions sociétales.
  • Ignorer cette liberté fondamentale de chacun à disposer de soi.
  • Être dans le déni des manques et des abus actuels de notre pays.

 

 

Publicité

Chacun pourra choisir ses réponses en toute bonne foi mais il est pourtant désormais certain que les changements en faveur d’une amélioration de la fin de vie arriveront inévitablement chez nous tôt ou tard comme c’est heureusement déjà le cas dans les autres avancés, dont récemment l’Espagne. Mais de même qu’en 1971 était publié le « Manifeste des 343 salopes » proclamant : « Je me suis fait avorter », qui avait permis quatre ans plus tard la loi Veil, il sera probablement nécessaire que soit publié le « Manifeste des coupables » osant reconnaître qu’il existe bien en France des personnes ayant déjà pratiqué l’euthanasie dans le respect des morts comme des vivants, mais en l’absence regrettable d’un cadre légal. 

 

 C.C. le 6 Avril 2021 

 

 Illustration : Young Man with a Skull, Frans Hals, National Gallery, London



135 réactions


  • Jean 6 avril 11:03

    Bonjour, ce sujet est ultra sensible car il concerne tout le monde, chacun de nous ( les anciens surtout) ont eu à faire avec des exemples de fin de vie lamentables , épouvantables même.


    • astus astus 6 avril 11:08

      @Jean
      Bonjour,
      En effet et chacun connaît malheureusement de telles situations affligeantes. Mais ces abus évidents pour toute personne normale ne semblent pas émouvoir ces députés qui ont déposé plus de 3000 amendements pour bloquer toute évolution de cette loi. Qui veulent-ils protéger ? De quoi ont-ils peur ? 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 avril 11:15

      @Jean

      “Mourir en combattant, c’est la mort détruisant la mort. Mourir en tremblant, c’est payer servilement à la mort le tribut de sa vie.”

      Shakespeare - Richard II


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 avril 11:15

      @astus

      Ils n’ont pas peur, ils sont sous influence.


    • astus astus 6 avril 11:17

      @Séraphin Lampion

      Merci pour la citation. Mais sous influence de qui à votre avis ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 avril 11:50

      @astus

      Lui et son organisation millénaire aux ramifications semblables et parallèles à celles de la  pieuvre

       


    • astus astus 6 avril 12:01

      @Séraphin Lampion

      En effet, et j’évoque clairement ces tartuffes dans ce billet. Mais n’oublions pas qu’il y a aussi de nombreux médecins parmi les députés, et si certains sont progressistes, il est clair que d’autres, qui se sentent curieusement menacés, ( mais par qui ?), ne le sont guère.


    • Aristide Aristide 6 avril 12:57

      @astus

      Il me semble que vous ne gagnez rien à suivre Lampion dans ses délires complotistes sur le pape ...

      Ce qui me semble tout de même assez contestable, c’est de traiter en tartuffes ceux qui sont opposés à la loi. La seule délégitimation des adversaires de cette loi ne me parait pas être d’un argument à la hauteur de ce débat.


    • astus astus 6 avril 14:13

      @Aristide
      Je ne souhaite pas délégitimer les adverses de cette loi, ce serait en effet une erreur, mais encore faut-il que ceux-ci osent regarder en face, au lieu de les dénier et de déposer 3000 amendements pour éviter d’en parler, les nombreux problèmes qui existent aujourd’hui chez nous en l’absence d’une loi suffisamment bien faite. Qui cherche à délégitimer qui quand on entend encore des critiques idiotes du genre : alors on va forcer les gens à mourir et on va forcer les soignants à tuer ...etc...etc...


    • oncle archibald 6 avril 14:22

      @Aristide : « La seule délégitimation des adversaires de cette loi ne me parait pas être d’un argument à la hauteur de ce débat. »

      En effet ! C’est de l’acharnement thérapeutique, si j’ose dire, et c’est interdit par la loi !

      Dans le même genre la volonté manifeste de conchier les chrétiens ressemble fort à de l’acharnement motivé par le fait qu’en majorité ils ne souhaitent pas que l’on légifère sur ce qui ressemble fort à l’institution d’un permis de tuer.


    • astus astus 6 avril 14:41

      @oncle archibald

      ...ce qui signifie que vous êtes en plein accord avec les 19 propositions de cet article...


    • oncle archibald 6 avril 18:18

      @astus : mais non, pas du tout, vous biaisez totalement la discussion, tous vos « fondamentaux » sont faux !

      • Empêcher ceux qui le souhaitent de choisir librement leur fin de vie : Que je sache il n’est pas interdit de se suicider.
      • Continuer à dissimuler des milliers d’euthanasies clandestines : vous appelez euthanasie les dispositions de la loi Leonetti ? Si vous pensez à autre chose, précisez svp..
      • Accepter un accès inégal voire impossible aux soins palliatifs. pas du tout, au contraire, il faut multiplier et perfectionner les soins palliatifs pour donner envie de vivre jusqu’au bout du chemin
      • Poursuivre des acharnements thérapeutiques inutiles : c’est interdit par la loi
      • Laisser mourir seuls les anciens des EHPAD sur les brancards des urgences qui les laisse mourir seuls ? Ils n’ont pas de famille ?

      Etc etc ... Tout est faux dans votre litanie et sur ces bases biaisées vous faites des procès d’intention !


    • astus astus 6 avril 18:43

      @oncle archibald

      Merci pour votre réponse.

      1-Il y a une grosse différence entre un suicide par un désespoir, très choquante pour les proches, et une mort plus banale, due simplement à l’usure du corps. Dans ce cas la personne a le droit légitime de souhaiter pour elle et son entourage que cela se passe tranquillement. Est-ce anormal ? 
      2-Il y a chaque année en France 2000 à 4000 euthanasies clandestines et donc illégales mais il ne faut surtout pas en parler. Ne le dites à personne.
      3-Il existe des endroits sans aucun soins palliatifs (territoires ultra-marins) ou très insuffisants et mal répartis. C’est pas un problème ?
      4-Non, les acharnements thérapeutiques existent toujours même avec la loi et c’est profondément indigne et sur ce fil plusieurs personnes en témoignent.
      5-On informe en général les familles une fois que les pensionnaires des EHPAD sont partis aux urgences justement parce que c’était une urgence. Cela concerne plusieurs milliers de personnes par an.

      PS. Au lieu de me dire que je raconte des choses fausses informez-vous avec attention. Je ne vous fais aucun procès d’intention et m’efforce de respecter les avis des opposants en m’en tenant à des faits dûment constatés. Enfin revendiquer une liberté qui ne change pas la vôtre en quoi cela peut-il vous gêner ?


    • oncle archibald 7 avril 10:25

      @oncle archibald :

      Votre réponse précédente : « ...ce qui signifie que vous êtes en plein accord avec les 19 propositions de cet article... » n’est absolument pas un procès d’intention ... Ouaf-ouaf-ouaf ! Le bal des tartuffes c’est bien ici en effet !

      J’observe que vous ne répondez pas à ma question et que vous vous abstenez de préciser qui pratique les « 2000 à 4000 euthanasies clandestines » que vous citez .... Loi Leonneti ou pas ?

      Ce qui me gène c’est de piétiner un principe bien établi dans quasiment toutes les sociétés : tu ne tueras point ! Inscrire dans une loi qu’un tiers a le droit de vous « suicider » sur simple demande c’est ouvrir la boite de Pandore !


    • urigan 7 avril 10:36

      @astus ils ont peur de perdre des journées d’hospitalisation. Tout simplement.


    • astus astus 7 avril 10:59

      @oncle archibald

      La loi Claeys-Léonetti de 2016 a été un progrès par rapport à la situation antérieure tout comme les soins palliatifs, que je soutiens, mais il est possible de les mettre plus en conformité avec les attentes majoritaires de la population. Cela s’appelle la démocratie. Mais personne ne demande un permis de tuer, car ce qui tue réellement c’est l’épuisement des ressources vitales due en général à une maladie face aux limites des possibilités thérapeutiques. Or ce passage peut demander un accompagnement bienveillant car c’est un moment angoissant pour la plupart des gens. Montaigne disait qu’il ne craignait pas la mort mais de mourir. Mais aujourd’hui il existe encore des situations, nombreuses, de mal mourir que je recense dans cet article et dans d’autres. Faire en sorte d’améliorer cette situation ne s’impose à personne et ne nuit à personne. C’est un choix libre et responsable. Je ne vais pas à la messe, mais je ne vous empêche pas d’y aller. Je respecte votre liberté et vous demande seulement de respecter la mienne car elle ne vous nuit en aucune façon. Cdlt.


    • astus astus 9 avril 12:31

      @astus

      Le Bal des Tartuffes était un bon titre pour cet article puisque 5 membres du parti Les Républicains ont déposé 2158 amendements à eux seuls pour faire obstacle au projet d’Olivier FALORNI.

      Il s’agit de : Xavier Breton (Ain), Patrick Hetzel (Bas-Rhin), Frédéric Reiss (Bas-Rhin), Julien Ravier (Bouches-du-Rhône), et Marc Le Fur (Côtes-d’Armor). 

      Or le texte d’Olivier FALORNI a reçu un large aval lors d’un vote avec : 240 voix pour, 48 contre et 13 abstentions.

      On peut donc féliciter ces députés d’avoir fait échouer un projet qui avait un large assentiment parmi leurs collègues comme chez les citoyens, et donc d’avoir créé de fait une censure contraire à la démocratie


  • Bendidon Bendidon 6 avril 11:08

    La loi autorisant les femmes à avorter n’oblige pas celle ci à avorter !

    Idem pour une loi sur la fin de vie, c’est offrir un droit supplémentaire : celui de CHOISIR sa mort.

    En Suisse le suicide assisté ne pose aucun problème

    avaler une potion létale après un verre de champagne c’est quand même moins morbide que de se pendre dans le grenier ou la cave ou pire, se jeter sous les rails d’un train et faire c.... tout le monde !

     smiley


    • astus astus 6 avril 11:12

      @Bendidon
      Bien évidemment une modification de la loi ne condamnerait personne à accepter une aide de ce type car c’est un choix strictement personnel. 


  • Jean 6 avril 11:24

    Mais on ne peut occulter le fait que la plupart des personnes en fin de vie (pour maladie grave et assez fulgurante ) ne peuvent plus s’exprimer « consciemment » ni boire une « potion » seule la famille peut se prononcer , s’il en a une....


  • pallas 6 avril 11:32
    astus,

    .

    Bonjour,

    Alors on ne se croit pas immortel ?.

    Il suffit que la france parte en vrille, guerre civil, meurtre et viol, que ce territoire soit devenu un purgatoire pour comprendre cette évidence ?.

    Sérieusement, les gens de ce pays ont 5 ou 10 ans d’ages mental au mieux, c’est d’un ridicule.

    ha ha ha ha ha

    Sa ce pretend pour des Dieux.

    C’est une mauvaise plaisanterie ou quoi ?

    C’est ça la soit disant civilisation universel ?, de vulgaires gamins mal élevés, vivant dans « Alice au pays de merveilles » !!!!!

    Des gamins ce prenant pour des adultes.

    Salut


    • astus astus 6 avril 11:37

      @pallas

      J’ai du mal à saisir le sens de votre intervention en l’absence d’arguments plus explicites. 


    • pallas 6 avril 11:56

      @astus

      Ahhh ..., vraiment ?.

      Je pense que vous le savez trés bien.

      Quand on saccage le bac a sable d’autrui, il normal que celui ci en face de même.

      Maman n’est pas la.

      L’empathie est chose qui n’existe pas chez vous, sans cela, point de reproduction, voir notion collectif.

      C’est un peut comme supprimer les phéromones chez les fourmis.

      L’empathie j’en vois pas che vous autres, ce sens n’existe plus.

      L’Autisme est la forme ultime de cette maladie, ne touchant que les occidentaux.

      Salut


    • Aristide Aristide 6 avril 12:35

      @pallas

      Y comprend rien Pallas, le povre !!!


  • arthes arthes 6 avril 12:33

    « Le suicide assisté »...Quelle belle formule pour donner une éthique artificielle à ce que l’on peut considérer comme un assassinat lâche et répugnant, autorisé, légalisé et devant être en plus demandé, voire programmé... ...Une dérive de plus de la pensée progressiste nihiliste post humaniste de notre société actuelle occidentale décadente.

    Quant à poser cette démarche en comparaison avec le droit à l’avortement, pour y trouver une légitimité, alors la...On touche le fond du fond ..


    • Aristide Aristide 6 avril 12:36

      @arthes

      A mon sens, il faut faire une différence entre l’euthanasie et le suicide assisté.


    • arthes arthes 6 avril 12:44

      @Aristide

      L’euthanasie existe déjà, lorsqu’il n’y a plus rien à faire...D’une manière pudique et naturelle...« ON » laisse la nature faire et il n’y a plus de soins palliatifs, juste éviter les douleurs, hors certains cas, d’acharnement , dont un qui fut très médiatisé (Lambert) .

      Sinon, autre manière, donc, ce que les fervents de l’euthanasie veulent : j’ai accompagné mon chien dans ces derniers moments, la véto lui a filé une piqûre, et ce fut rapide.


    • Aristide Aristide 6 avril 12:49

      @arthes

      Je suis d’accord avec vous, mais l’euthanasie n’existe pas officiellement, ce sont les responsables de la famille et les médecins qui souvent en sont remis à décider.

      Réfléchir à la meilleure manière de la pratiquer, c’est autre chose que de faire passer le suicide assisté qui est d’une tout autre nature.


    • Bendidon Bendidon 6 avril 12:55

      @arthes
      Quand on ne sait pas de quoi on parle on la boucle !
      Le suicide assisté en suisse c’est simplement la possibilité de se procurer le produit en passant par une association ensuite c’est la personne elle même qui l’avale seule ou entouré de proches.
      OU est l’assassinat lâche et répugnant ??????
      Dans l’état de l’Oregon ce n’est pas considéré comme un acte médical, les personnes qui ont une maladie mortelle à court ou moyen terme peuvent se procurer le produit et chose surprenante depuis cette loi ils ont constaté une baisse significative du taux de suicide (surtout les seniors) les gens rassurés en fait meurent sans prendre le produit !
      https://choisirmafindevie.org/
      Deux amies (maladie de Charcot) ont été en Suisse pour ne pas subir cette lente dégénérescence !


    • Aristide Aristide 6 avril 12:58

      @Bendidon

      Une association qui juge de la validité de la demande et délivre un produit létal !!!


    • Bendidon Bendidon 6 avril 13:37

      @Aristide
      Il existe des moteurs de recherche mon cher, cherchez
      Pour obtenir le droit de se suicider en suisse il faut obtenir leur FEU VERT comme ils disent
      Donc leur faire parvenir votre dossier médical qui sera examiné par les médecins de l’association pour savoir si votre cas entre dans le cadre de la loi
      Le pdt de l’admd suisse est médecin LIFECIRCLE est dirigé par la doctoresse erika pressig
      une fois le feu vert obtenu vous vous rendez en Suisse, pour une première visite médicale et 24 heures plus tard une deuxième visite médicale toujours pour savoir si vous entrez dans le cadre de la loi
      puis ensuite vous prenez le produit dans une chambre de l’association (si vous êtes étranger) 
      une fois mort un officier de la police fédérale vient constater le décès et le corps est incinéré.
      Autre chose le monsieur qui ne fait aucun effort pour se renseigner ????


    • arthes arthes 6 avril 13:53

      @Aristide

      @Bendidon

      Une association qui juge de la validité de la demande et délivre un produit létal !!!

      Exactement, un suicide assisté donc, et surtout légalisé (après étude du dossier, bien entendu).

      Et vazy que l’on procure la petite fiole mortelle après étude du dossier.

      Glauque

      @Bendidon « Le clown triste » 

      Puis c’est lucratif en plus smiley
      Jusqu’à 9000 euros l’étude du dossier et la fiole, avec la fondation « Exit » (ça s’invente pas) 

      Sont malins les Suisses « ça fera pas mal, promis !!! »

      https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Ethique/En-Suisse-suicide-assiste-developpe-2018-05-11-1200938281


    • astus astus 6 avril 14:00

      @arthes

      Vous avez tout à fait raison c’est bien : « ...la pensée progressiste nihiliste post humaniste de notre société actuelle occidentale décadente » qui est responsable de l’invention de l’anesthésie (que naturellement vous refusez avec force chez votre dentiste), du vote et des droits des femmes, de la suppression de la peine de mort, de l’éducation pour le plus grand nombre, des droits de l’enfant, des services de santé et de la sécurité sociale ...etc. Et ce sont tous ces salopards qui veulent faire cesser les abus nombreux et quotidiens listés dans cet article que vous souhaitez continuer à encourager. Encore bravo pour votre perspicacité.


    • arthes arthes 6 avril 14:09

      @arthes
      https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/entre-7-000-et-11-000-hors-transport

      Un peu plus de précisions..Pas donnée la fiofiole quand mm ...Faut avoir les moyens pour se faire suicider avec un assistanat « éthico/morbide », Pas assez de français dixit l’article, mais, si, comme pour l’avortement, il y a un remboursement de la part de la sécu du moment qu’elle y trouve une rentabilité, ça fera sans doute des émules, avec tous les dépressifs que notre société génère.

      Remarquons que les pays qui « suicident » légalement sont des pays occidentaux, la grande civilisation progressiste , phare du monde....


    • arthes arthes 6 avril 14:18

      @astus
      lol

      Mon dentiste ne veut pas me tuer, juste endormir une partie de ma machoire pour m’éviter de souffrir...

      Pour le reste, vous délirez complet, vous me semblez être même un pur produit de cette pensée nihiliste progressiste que je dénonce, avec un âge mental de gamin, car vous réagissez sans réflexion sur un sujet sérieux et tous les sujets dont vous parlez sont sérieux, ne serait ce que l’éducation...Qui est devenue une « non éducation » justement, un formatage manière logiciel.

      graine de nominaliste !


    • eau-pression eau-pression 6 avril 14:20

      @arthes

      Pas encore concerné par la fin de ma vie, et mes parents sont morts. A part te dire bonour, pourquoi intervenir ? Parce que tu sembles oublier les assurances dans cette histoire.


    • arthes arthes 6 avril 14:26

      @eau-pression

      Ah, les assurances....Qui prennent en charge le montant des frais ?
      Si c’est cela...
      Qu’est ce que c’est bien organisé dis donc....
      M’enfin faut pouvoir cotiser pour son livret « convention suicide assisté » 
      Et qu’il en reste pour « convention obsèque »

      J’attends avec hâte les nouvelles réclames pour « toussa », un pakage, ce serait bien, avec des assureurs qui viennent te voir : Avez vous pensé à votre suicide ?


    • Pauline pas Bismutée 6 avril 14:37

      @arthes

      "Quant à poser cette démarche en comparaison avec le droit à l’avortement, pour y trouver une légitimité, alors la...On touche le fond du fond .."

      Dans un sens effectivement, puisque, quand même l’embryon, qui est le premier concerné, ne peut donner son accord, et on supprime un futur (oui, qui aurait pu osciller entre Mozart et Mengele, et toute la panoplie du milieu), alors que lors d’un suicide ’assisté’ ou euthanasie, on a l’accord ou la volonté de la personne concernée (avec possibilité de ’directions anticipées’), et on supprime un passé plutôt qu’un futur...

      Donc logiquement si l’un des deux devait être interdit, ce devrait être ’l’intervention’ qui tue le futur d’un être humain plutôt que son passé...

      L’idéal serait bien sur que personne n’ait jamais à avoir recours à l’un ou à l’autre...mais comme c’est impossible, nous voila pris dans des embrouilles sans fin, et en attendant on respire de la merde, on boit et on mange la même chose, avec des lois liberticides qui nous emmerdent sans répit, ce sont ça les violences, qui nous font crever de cancer (ou crise cardiaque, ou.. ou...) à 40 ans...
      PS je suis pour le choix (comme pour les vaccins)


    • arthes arthes 6 avril 16:18

      @Pauline pas Bismutée

      Dans un sens effectivement, puisque, quand même l’embryon, qui est le premier concerné, ne peut donner son accord, 

      C’est surtout que, hors cas extrême, par ex. viol, la femme peut se prémunir pour éviter d’avoir un enfant non voulu, il y a assez d’infos et de moyens contraceptifs pour cela, y compris pilule du lendemain, tandis que la maladie, la déchéance physique et la mort, on ne peut pas y échapper.

      IL ne s’agit pas d’interdire, mais de ne pas banaliser, de ne pas infantiliser face à des sujets graves.
      Pour le suicide assisté il y a comme une sorte de demande de « prise en charge par la société » de sa propre mort, que ce soit sur le plan physique et éthique personnelle.

      Bien entendue, il y a aussi l’aspect mercantile qui entre en compte et une manière, pour la société de se débarrasser de ce qu’elle considèrera comme des « fardeaux » avec leur propre assentiment


    • Pauline pas Bismutée 6 avril 17:14

      @arthes

       Oui, tout à fait d’accord pour les moyens de prévenir une grossesse évidemment, et le véritable danger de mercantilisme et de ‘débarrasse de fardeaux’. Comme dans toute entreprise ‘légale’ humaine les vrais dangers viennent davantage des détournements et abus des lois que des lois elles-mêmes (rien de nouveau).

      Les ‘suicides assistés’ posent un problème un peu différent ; les ‘appels au secours’ (‘faibles’ tentatives de suicide, pas de réel danger) sont traités et ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

      Ceux qui veulent vraiment en finir y arrivent toujours, en général quand tout le monde autour pensent qu’ils vont mieux. Et là, d’autres sont impliqués ; ceux qui trouvent le corps (trouver un pendu ou des bouts de corps sur une voie ferrée, c’est pas terrible comme expérience) et ceux ‘qui n’ont rien vu venir, il/elle allait mieux’ et doivent se débrouiller toute leur vie avec leur sentiment de culpabilité….

      Donc oui, plan physique et éthique personnelle : alors avant le passage à l’acte, ou après, et les autres se démerdent  ? question plutôt rhétorique, c’est compliqué…


    • babelouest babelouest 7 avril 21:07

      @Pauline pas Bismutée c’est sûr que pour ceux qui restent...
      Je connais un jeune homme, qui a trouvé son père ensanglanté et pendu dans son garage.... hum.....
      J’en connais un autre, qui a retrouvé son frère plus jeune, même punition....


    • Pauline pas Bismutée 7 avril 21:34

      @babelouest

      Oui, moi aussi, plusieurs, dont une femme jeune a ce moment la, qui a retrouvé

      le père de ses quatre enfants pendu dans le garage... (moins pire qu’un des enfants, mais bon...)


    • Aristide Aristide 8 avril 10:58

      @Bendidon

      Le pdt de l’admd suisse est médecin LIFECIRCLE est dirigé par la doctoresse erika pressig

      C’est elle

      Erika Preisig échappe de peu à une condamnation pour homicide

       : 


  • Aristide Aristide 6 avril 12:45

    Vous écrivez « Laisser des couples désespérés se suicider ou se tuer chez eux entre eux. »

    Il me semble que légiférer sur le suicide assisté est une porte ouverte au jugement sur les motivations des personnes. On peut se poser la question de savoir qui pourra en juger ... mais aussi sur le fond pouvoir mesurer la « désespérance » et dire qui a droit ou pas ...

    Est-ce que la personne qui a perdu son enfant est plus désespérée que le couple ? Qui peut juger de cette valeur ?

    Pour l’euthanasie, il existe des vérités médicales, la souffrance, l’état végétatif, ... mais pour le suicide assisté il n’y a rien d’autre que de mesurer ce qui ne l’est pas : le désespoir.


    • babelouest babelouest 8 avril 10:00

      @Aristide pourquoi faudrait-il légiférer sur les causes de cette demande ? Le seul critère est : y a-t-il vraiment demande ? Si la personne a laissé des instructions en ce sens, c’est valable, et bien entendu si devant témoins cette demande est réitérée dans la mesure où la personne peut encore s’exprimer, pourquoi faudrait-il chercher plus loin ?


    • Aristide Aristide 8 avril 11:06

      @babelouest

      Le seul critère est : y a-t-il vraiment demande ?

      Pourquoi donc tenter de sauver des personnes qui ont tenté de se suicider ? Il y a une demande, mieux un début d’exécution.


    • babelouest babelouest 9 avril 07:47

      @Aristide
      Nous sommes donc bien d’accord : pourquoi alors légiférer ? Le seul critère est bien : le demandeur est le seul décideur. Pas besoin d’une loi pour cela, justement il faudrait enlever les lois qui punissent ceux qui accèdent à la demande exprimée devant témoins, ou laissée par écrit.


  • Furax Furax 6 avril 13:07

    Traiter de « tartuffes » ceux qui répugnent à voter une loi donnant le droit de tuer est une curieuse façon d’engager le débat.

    Je me suis largement exprimé, il y a un moment déjà :

    https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/touche-pas-a-ma-vie-99021

    et plus récemment :

    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/belgique-la-loi-sur-l-euthanasie-ouvre-a-toutes-les-derives-20190723

    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/06/18/31003-20150618ARTFIG00150-l-euthanasie-sans-demander-votre-avis-bienvenue-en-belgique.php

    https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/fin-de-vie/euthanasie-et-suicide-assiste/1-000-morts-provoquees-sans-consentement-en-belgique-1340.html?backto=bulletin

    https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/fin-de-vie/euthanasie-et-suicide-assiste/vers-l-euthanasie-des-personnes-dementes-sans-leur-consentement-verbal-1712.html

    Pour le reste :
    https://www.amazon.fr/Suicide-mode-demploi-Claude-Guillon-Livres/s?k=Suicide%2C+mode+d%27emploi+Claude+Guillon&rh=n%3A301061

    Quant à votre référence à l’avortement :

    « Mais de même qu’en 1971 était publié le « Manifeste des 343 salopes » proclamant : « Je me suis fait avorter » »

    j’attends la proclamation véhémente des « Je me suis fait assassiner »

    Un homme qui va au suicide n’est pas un bouffon médiatique. C’est l’affaire la plus personnelle et la plus intérieure qui soit.

    Demander une « assistance » pour mourir est le signe aveuglant de l’agonie de notre soi disant civilisation"


    • Yann Esteveny 6 avril 13:21

      Message à tous,

      Quand les meurtriers présentent leurs meurtres pour une avancée, une libération ou une avancée sociale nous ne sommes pas dans la tartufferie mais dans le déni du réel.
      La propagande du Régime va totalement dans le sens de l’élimination pour tous : enfant à naître (avortement), personnes âgées (Rivotril), ensemble de la population (vaccination Covid-19).
      La course en avant de ce Régime dans la barbarie ne sauve pas mais condamne.
      Tourner le dos à ces pratiques monstrueuses est un devoir.

      Bon courage à tous !


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 avril 13:34

      @Yann Esteveny
       
       ’’Tourner le dos à ces pratiques monstrueuses est un devoir.’’’
       
       Combattre ces pratiques monstrueuses est un devoir.

      Nuance.


    • astus astus 6 avril 13:45

      @Furax
      La question des abus que vous soulignez est un vrai problème car il arrive parfois que les lois soient mal faites ou détournées. Je ne connais d’ailleurs aucune loi qui n’ait jamais été outrepassée. Mais il convient alors d’apprécier tout autant les excès qu’elle réussit à endiguer. Or sur ce point, en France, la balance est claire : en l’absence d’une loi suffisamment bien élaborée les abus ne sont pas seulement des malheureux cas ici et là que les journaux mettent en exergue comme vous le faites vous-même, mais des milliers de situations odieuses qui se produisent chaque année chez nous.
      Alors soyez honnête et répondez une par une aux 19 items que je propose pour démontrer que leur acceptation pourrait nuire à un humanisme véritable et participer au déclin de la civilisation. Allez on commence : vous souhaitez que l’on poursuive les 2 à 4000 euthanasies clandestines, que les vieillards continuent de mourrir anonymes sur des brancards des urgences, que l’accès aux soins palliatifs soit si difficile, que l’on vous force à tuer des gens sans leur consentement ....etc...etc...  


    • Yann Esteveny 6 avril 14:12

      Message à Francis, agnotologue

      Je fais l’effort rien que pour vous de clarifier ce que veux dire ’’Tourner le dos à ces pratiques monstrueuses est un devoir.’’

      Les criminels ne sont pas punis parce que la population les accompagnent moralement dans leur conduite de notre société depuis très longtemps. Je ne demande pas à la population de combattre car elle n’en a pas le courage. Je demande simplement à la population de cesser de cautionner ses criminels. Pour cela, j’invite la population c’est à dire chacun d’entre nous individuellement à tourner le dos à ces pratiques monstrueuses afin de prendre une voie radicalement opposée dans sa vie. Cette voie proposée est à contre-sens complet que celle tracée par les dirigeants (opposition de spectacle incluse) de notre Régime. J’ai bien conscience que cet effort est énorme.

      Respectueusement


    • Furax Furax 6 avril 17:45

      @astus
      Je commence :
      -L’euthanasie est « clandestine » ? Qu’elle le reste, c’est très bien ainsi. Une affaire personnelle entre un médecin et son patient. Mon frère, hospitalisé en soins palliatifs, a demandé à l’infirmière de débrancher ses « soins » et laisser les calmants. Ce qu’elle fit après en avoir parlé à ses collègues. Il est mort paisiblement dans la nuit.
      -Je ne vois pas en quoi votre« loi » empêchera "que les vieillards continuent de mourrir anonymes sur des brancards des urgences

      « Enfin si ! Ils seront éxécutés au Ritrovil avant d’y aller...
      -Je suis un ardent militant en faveur des soins palliatifs. Les soignants qui exercent dans ces remarquables structures voient venir votre »loi« avec horreur !
      -Dans quel monde croyez vous que nous vivons ? Qu’est ce qui motive aujourd’hui l’action publique ? »que l’on vous force à tuer des gens sans leur consentement

      " ?
      Mais on vous forcera à le donner votre consentement  ! Vous devrez donner, avant hospitalisation, un consentement à euthanasie en cas de coma prolongé (à moins de payer une assurance beaucoup plus coûteuse !). Nous ne sommes plus à l’époque du CNR !
      ...etc...etc...


    • astus astus 6 avril 18:05

      @Furax

      Vous n’osez pas répondre avec franchise aux items que j’expose ici pour regarder les choses en face vraiment car vous craignez d’écorner un peu votre humanisme, dont je ne doute pourtant pas quand vous évoquez les soins palliatifs. Je les soutiens totalement pense qu’ils ne sont nullement en opposition avec une évolution de la loi plus générale. Mais vous savez bien que ces soins sont très mal répartis ou totalement absents.
      Quant aux vieillards c’est un véritable scandale de les envoyer depuis l’EHPAD aux urgences dans un état désespéré au lieu d’aménager à l’intérieur de l’établissement en lien avec les proches une fin paisible à condition que la personne ait clairement fait savoir auparavant que c’était son souhait. Et si une loi nouvelle ne change rien pour vous, pourquoi voudriez vous interdire aux autres un droit nouveau et légal avec les garanties qui s’imposent ? De quel droit voulez-vous interdire à autrui ce qui ne vous concerne en aucune manière ? Cette opposition à la liberté est intolérable.


    • gnozd gnozd 6 avril 19:02

      @Yann Esteveny

      Bonjour. Faut pas tout confondre.
      Je crois que cette question se cristallise surtout sur le cas particuliers de malades en état terminal ou presque, et en état de dépendance totale, notamment assistance artificielle et tout le bataclan...

      Moi je sais une chose : si je devais me retrouver dans le même état que Vincent Lambert, j’aimerais pas que ma famille, mes gosses, ma femme, se disputent pour savoir quoi faire.
      C’est pourquoi j’ai d’ores et déjà rédigé mes directives anticipées.

      Je crois qu’on peut dire que ça. C’est perso.
      Et il faut légiférer pour couvrir les services médicaux qui feront la manip finale.

      Ca va pas plus loin, le reste c’est du blabla, dans la vie, on meurt, c’est comme ça, et dans certains cas vaut mieux partir rapidos, sans faire chier le monde et en coutant un minimum de fric à la collectivité.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 6 avril 19:23

      @Yann Esteveny
       @cevennevive,
       
       je voudrais lever un quiproquo .
       
       Je ne suis d’accord que sur cet énoncé de Yann Esteveny :
       
       « La course en avant de ce Régime dans la barbarie ne sauve pas mais condamne. »
       
       Je ne prends pas position sur le reste de l’article.
       
       En conséquence je persiste à dire que « tourner le dos à la barbarie » ne suffit pas.
       


    • Yann Esteveny 6 avril 20:07

      Message à avatar gnozd,

      Il faut s’intéresser à un peu plus que sa propre existence, sa fin de vie et sa mort.
      Croyez-vous que cette incitation à la mort s’inscrive dans le respect de votre choix ?
      Pourquoi croyez-vous que les traitements médicamenteux existants contre le Covid-19 soient cachés aux français ?

      C’est une culture de mort qui vous est offerte et vous y adhérez.

      Respectueusement


    • Xenozoid Zozoid 6 avril 20:20

      @Yann Esteveny

      la culture de la mort est dans tout les monuments aux morts ,on y organise des perelinages régulierement, pour s’en rappeler, la mort est inévitable, mais comme dans 1984 certains sont plus mort que d’autre,et d’autres ne comptent pas

      analyse that


    • Yann Esteveny 6 avril 20:20

      Messsage à Francis, agnotologue

      Je vous cite : « En conséquence je persiste à dire que « tourner le dos à la barbarie » ne suffit pas. »
      Loin de moins l’idée de vous interdire dans faire plus, mais pour l’instant je vous assure qu’ils sont vraiment peu nombreux à le faire réellement. Nombreux sont ceux qui prétendre combattre mais sont là pour donner un spectacle d’une fausse opposition. D’ailleurs un parti politique a pris le nom de ce programme : les Insoumis.

      Respectueusement


    • Yann Esteveny 6 avril 20:33

      Message à avatar Zozoid,

      Je vous cite : « la culture de la mort est dans tout les monuments aux morts (...) »

      Si vous percevez les monuments aux morts comme une culture de mort, je ne peux que vous inciter à réexaminer attentivement cette question.

      Respectueusement


    • Xenozoid Zozoid 6 avril 20:35

      @Yann Esteveny

      oui je le considere comme un culte de la mort,pas celui de la mémoire si c’est cela qui tu veut dire)_


    • Yann Esteveny 6 avril 21:01

      Message à avatar Zozoid,

      Presque chaque village de France possède un monument aux morts.
      Un monument aux morts rappelle les noms d’une jeunesse, rappelle une histoire et une guerre, rappelle une politique, rappelle les souffrances d’une séparation, rappelle les souffrances physique et morales des survivants, rappelle le courage en même temps que le sacrifice. Ces monuments aux morts ne sont pas une culture de mort du passé mais une culture de vie au présent.
      La croix chrétienne est une culture de vie mais où la vie terrestre préfigure la vie dans l’au-delà.

      Voilà pourquoi je vous invite à réexaminer sérieusement cette question.

      Respectueusement


    • Xenozoid Zozoid 6 avril 21:12

      si le monument ne traduit que le sacrifice pour la nation,il n’est pas plus différent qu’une revendication terroriste, et en aucun cas une mémoire du« sacrifice » de ceux qui n’avaient pas le choix.....sacrifice mon cul


    • Furax Furax 6 avril 21:27

      @astus
      «  à condition que la personne ait clairement fait savoir auparavant que c’était son souhait »
      Je n’y crois pas une seconde. Je me souviens d’une émission ou le docteur Axel Kahn argumentait son scepticisme face à ces « souhaits ». Jeune urgentiste, il voit arriver un type dans le coma. Tentative de suicide, prise massive de médicaments. Il parvient à le sortir du coma et le malheureux l’agrippe et lui hurle « SAUVE MOI !!! »
      Malgré les soins, il décède peu après. Ce n’était pas un simple papier. Il était parti à la mort lucidement et courageusement. Et pourtant il avait totalement changé d’avis.
      Quant à :
      « Cette opposition à la liberté est intolérable. »

       smiley
      Nous ne sommes qu’au début, les « libertés » nouvelle vont venir en rafales.
      https://www.dreuz.info/2020/02/07/avortons-les-jusquapres-la-naissance-la-gauche-a-perdu-tout-repere-moral/
       Pour en revenir à l’horreur absolue :
      http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/euthanasie.htm
      Ne jouez pas avec le droit de vie ou de mort !


    • Yann Esteveny 6 avril 22:54

      Message à avatar Zozoid,

      Le monument aux morts est tout à la fois ce qui rend sa lecture bien difficile et interdit de se prononcer trop péremptoirement.
      Il est le sacrifice de ceux qui ont donné leur vie pour la patrie, le sacrifice de ceux qui n’ont pas eu le choix, le sacrifice de ceux qui ont planifié cette hécatombe.

      Parfois, il est même utile de faire le tour d’un monument aux morts pour découvrir une autre réalité :
      https://www.youtube.com/watch?v=4K1_bMhIxoY&ab_channel=misternox85

      Respectueusement


    • Pauline pas Bismutée 6 avril 23:37

      @Zozoid (and Yann E)

      Cadeau (en allemand sous titré en anglais, non je ne donnerai pas mes fils)
      https://www.youtube.com/watch?v=1q-Ga3myTP4&list=TLPQMDYwNDIwMjFCeRZi7y0QFw&index=3


    • Yann Esteveny 7 avril 15:16

      Message à Pauline pas Bismutée,

      Je vous remercie pour la chanson mais je ne la partage pas du tout.
      En reprenant le mot de Martin Niemöller, ce n’est pas le bruit des bottes dont il faut avoir peur aujourd’hui mais le silence des pantoufles. La fausse lutte contre le nationaliste est le prétexte qui permet à l’oligarchie la destruction de la patrie. Une population sans racines est facilement manipulable. C’est ce qui se déroule sous vos yeux en France.

      Savoir vivre, c’est aussi savoir mourir. Je donnerai la vie de mes fils et avant tout la mienne pour la patrie.

      Respectueusement


    • Xenozoid Zozoid 7 avril 15:52

      @Yann Esteveny

      Savoir vivre, c’est aussi savoir mourir

      et surtout pour quoi,si je vous comprend votre vie ne vaut en faite que la mort que vous vous faite,sans cette mort de martyr,vous ne valez rien...le culte des morts


    • Pauline pas Bismutée 7 avril 16:06

      @Yann Esteveny

      C ’est une chanson anti-militariste, sur le fait de résister.
      Elle est à transposer sur ce que qui se passe maintenant (désolée, je pensais que c’était évident, j’aurais du préciser).
      Le message : LA RESISTANCE. J’ai des racines et ne suis pas facilement manipulable.
      Mais bien sur, cela dit, vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord.


    • Yann Esteveny 7 avril 18:04

      Message à avatar Zozoid,

      Cherchez le martyr est une erreur, car cela revient à chercher la gloire pour soi.
      Celui qui sait écouter correctement la Mort, apprend à remplir sa vie.
      En revanche, le refus de la mort conduit précisément au vide de sa vie. Le terrorisme sanitaire actuel ne protège pas la Vie mais la détruit.
      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-l-impossible-refus-de-la-223379

      Respectueusement


    • Yann Esteveny 7 avril 18:42

      Message à Pauline pas Bismutée,

      Je vous pris de m’excuser mais je vais devoir être assez direct afin que mon message soit plus clair.

      Croyez-vous vraiment que le problème actuel soit le militarisme ?
      Ils sont légions ceux qui se prétendent « résistants », « insoumis », « anti-quelque chose » mais ne sont là que pour donner le spectacle d’une rebellitude infantile encouragée précisément par le Régime. Donnent-ils des noms de ces si dangereux militaristes ?

      Cette chanson contre le militarisme masque le terrorisme sanitaire actuel.

      Afin de ne pas me montrer ingrat, permettez que je vous invite à retrouver au milieu de la censure du Net la chanson de Ian Brown - Little Seed Big Tree - avec ses paroles.

      Respectueusement


    • Pauline pas Bismutée 7 avril 18:53

      @Yann Esteveny

      Et bien non ce coup ci pas d’excuse car vous persistez a comprendre de travers.
      On va donc faire simple :
      Problème actuel : le pouvoir en place et ses mesures liberticides.
      Second problème : on suit (le pouvoir en place)
      Bonne idée : la résistance.
      D’où le parallèle avec la chanson.
      J’espère que c’est plus clair.


    • Yann Esteveny 7 avril 19:42

      Message à Madame Pauline pas Bismutée,

      Nous ne voyons pas la même chose. Vous voyez des résistants, moi je vois des fidèles collaborateurs au Régime qui jouent le rôle de fausse opposition. Ces faux-résistants se retrouveraient facilement en France dans un parti politique qui produit le meilleur spectacle médiatique de fausse opposition : « Les Insoumis ».

      Respectueusement


    • Pauline pas Bismutée 7 avril 20:04

      @Yann Esteveny

      Oui, je crois que la, il va falloir s’accorder a ne pas être d’accord, ce n’est pas bien grave smiley..




    • Yann Esteveny 7 avril 20:40

      Message Pauline pas Bismutée,

      D’accord sur notre désaccord !
      Voici un lien actif pour la chanson citée :
      https://www.youtube.com/watch?v=7jIYIuax3Ek&ab_channel=Gattaca

      Respectueusement


    • babelouest babelouest 8 avril 10:14

      @Yann Esteveny
      « Tourner le dos à ces pratiques monstrueuses est un devoir. »
      Tourner le dos, c’est seulement de la lâcheté. Si quelqu’un demande à partir, et qu’il ne peut plus le faire lui-même, eh bien que possibilité lui soit donnée : mais UNIQUEMENT s’il l’a demandé devant témoins.
      .
      Et j’ajoute, car c’est important pour moi : ce N’EST PAS au personnel médical d’y accéder, car ce n’est pas son rôle. C’est pourquoi je proposais que ce soit un membre de l’ADMD qui vienne accomplir pour un inconnu ce qu’il pourrait demander pour lui-même, plus tard.


  • pallas 6 avril 14:09
    astus,

    .

    Bonjour,

    Le tableau de votre article est un dieu de la mort, vous l’avez choisi non innocemment.

    Et vous ne voulez pas discutez.

    Une preuve de gaminerie et de caprice

    Salut


  • troletbuse troletbuse 6 avril 14:38

    L’euthanasie ayant déjà eu lieue en avriil 2020, les politiques veulent voter une loi qui les mettent hors d’atteinte de la justice. Voilà.


  • eddofr eddofr 6 avril 14:45

    J’ai été moi-même confronté à l’acharnement thérapeutique, il y a quelques décennies maintenant.

    Ma grand mère, presque centenaire, est restée presque 12 mois dans un état atroce, se décomposant peu à peu, de son vivant, alternant des périodes « d’éveil » au cours desquelles la souffrance oblitérait tout et des période de coma plus ou moins profond.

    Les médecins de la maison de retraite médicalisée, refusaient de la laisser partir.

    On s’est même, à un moment, demandé si ils n’avaient pas un intérêt financier à la maintenir « en vie ».

    Au final, le seul bien qui en est sorti, c’est que quand elle est finalement décédée, malgré l’acharnement des « médecins », toute la famille, au lieu de vivre un intense moment de tristesse, a vécu un intense moment de soulagement, une libération.

    Elle était enfin en paix !


    • astus astus 6 avril 14:56

      Merci pour ce témoignage édifiant qui montre qu’en effet il existe des situations effarantes et mais meurt toujours bien mal en France, même aujourd’hui :

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mourir-dignement-231062

      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/on-meurt-mal-en-france-231477


    • amiaplacidus amiaplacidus 6 avril 17:08

      @eddofr

      Je compatis avec vous. D’autant plus que j’ai vécu une situation similaire mais avec une fin plus convenable.

      Un beau-frère que j’aimais beaucoup était un gros fumeur. À cinquante ans on lui diagnostique un cancer des poumons, inopérable. Il végète durant quelques mois en souffrant, il abouti dans un hôpital (dans l’est, je n’en dirai pas plus) là, il commence à étouffer sous ses propres sécrétions* (j’imagine que c’est aussi le cas avec le covid), il était condamné à brève échéance, 2-3 jours. Lors d’un entretien, un après-midi, avec les proches, la médecin cheffe de service nous dis de façon appuyée : soyez assurés que nous ferons tout pour qu’il ne souffre plus ; l’ensemble des proches a acquiescé. Le lendemain, il était mort. La famille a vivement remercié la médecin de son engagement.

      Je pense que cette médecin a agi humainement, en respectant la déontologie, cela s’est fait dans la dignité, mais d’une façon illégale. Et je pense que c’est loin d’être un cas unique.
      Le vote d’une nouvelle loi permettrait d’échapper à cette hypocrisie. Au surplus, un encadrement légal aurait l’avantage de clairement spécifier les modalités d’application et de lutter contre de possibles abus.

      * Je ne souhaite a personne de vivre ce qu’il a vécu.


    • astus astus 6 avril 17:36

      @amiaplacidus
      Oui heureusement des médecins conscients de leur responsabilité font cela en toute humanité (que ceux qui s’offusquent ici ne refuseraient pas à leur toutou chéri) mais il ne faut surtout pas le dire car ils risquent gros en l’absence d’une loi claire qui fasse sortir de cette hypocrisie qui fait selon des estimations évidemment floues entre 2000 et 4000 morts par an. Alors on nous dit aussitôt qu’il y a eu quelques abus en Belgique....qui sont sans commune mesure avec ceux qui existent en France tous les jours. Et si c’est le cas ces excès doivent être réprimés et la loi améliorée. 


  • cevennevive cevennevive 6 avril 15:17

    Bonjour Pauline, Arthes, oncle archibald, Furax, Aristide, Francis et Pallas,

    Bien en accord avec vos commentaires !

    Faire une loi sur notre corps, notre vie, notre mort et nos sentiments, nous achever comme un vieux chien !

    Et mon dégoût d’une nouvelle loi n’est pas dictée par une quelconque religion, mais par l’amour de la vie, de la nature, et de l’humain.


    • astus astus 6 avril 15:49

      @pallas
      Je rappelle que les insultes sont contraires à la charte d’Agoravox. Et préfèrerais ne pas avoir à le signaler en modération.


    • arthes arthes 6 avril 16:40

      @cevennevive
      Hello

      Au point où nous en sommes  smiley

      J’écoutais encore ce matin les discours des zoffusqués (enfin de posture) des chroniqueurs et journalistes parce que « on » découvre , enfin, c’est « on fait semblant de découvrir » qu’il y a quelques clandés (bin forcément) où quelques zélites se rendent (mm si ils jurent que non) de quoi se marrer, car il y en a partout en France, et partout en France les gens en ont plein le derche de leurs conneries.
      Ouuups, l’aztranamachin, mm s’ils ont changé de nom, plus personne de volontaire au vaccin n’en veut , après la cacophonie gouvernementale.
      Etc.....


    • Bendidon Bendidon 6 avril 16:40

      @cevennevive
      Faire une loi sur notre corps, notre vie, nos sentiments ....
      Pfttt 

      Qu’est-ce qui faut pas lire sur AV ?????
      il ne s’agit pas de ça, seulement d’avoir le ... CHOIX ; le droit de choisir sa fin
      Maintenant libre à vous de refuser de choisir et de vous laisser mourir comme vous le désirez avec souffrance ou pas
      Ah au fait demander de la morphine parce que vous avez trop mal et bien figurez vous que c’est de l’euthanasie lente car shouté à la morphine c’est accélérer la mort
      c’est ce qu’on pratique en soins palliatifs où certains mettent quatre semaines à agonir (sous sédatif et non conscients)
      Moi perso mourir pour mourir je préfère choisir mon jour et mon heure plutot que végéter dans un lit entubé de toutes parts à me faire pipi et caca dessus durant plusieurs jours
      De quel droit Madame voulez vous m’obliger à subir ça, seriez-vous sadique ????
       smiley


    • arthes arthes 6 avril 16:54

      @Bendidon

      Tu fais juste des projections par rapport à tes propres frayeurs, mais....
      Nul ne connait son heure, ni quand ,ni où, ni comment.....


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 avril 17:01

      @arthes
      Faux . Lorsque tu es passionné de train tu peux choisir. Après faut jongler avec les grèves.


    • arthes arthes 6 avril 17:09

      @Aita Pea Pea

      Arf, ça ....Pour le suicide justement, ça peut être un choix, disons plutot une décision, un acte dit désespéré, sur le moment...Avec son arme de service, ou un train qui passe.
      Le programmer, je ne sais pas si c’est le plus courant...Et même si tu le programmes, tu peux mourir d’autre chose avant...


    • amiaplacidus amiaplacidus 6 avril 17:15

      @Aita Pea Pea

      C’est justement ce qu’il faudrait éviter, le recours au train. Parce que l’un de mes amis conduis des trains, il a eu a deux reprises des « accidents de personne », il a mis a chaque fois des semaines à se remettre. Alors que le conducteur ne peut strictement rien faire, il faut, selon les cas, jusqu’à 500-600 m. pour arrêter un train.

      Boire volontairement un cocktail létal qui endors progessivement, dans un cadre familier, entouré des siens qui veulent bien nous accompagner dans ce dernier voyage me paraît bien plus humain que l’acharnement thérapeutique ou le train.


    • arthes arthes 6 avril 17:25

      @amiaplacidus

      Exact, il faut penser aux autres qui n’y sont pour rien, mais quand le geste est désespéré et irrationnel...
      Pareil, un copain, il y a longtemps, donc 30 ans, pleine santé, j’ignore pourquoi, s’est jeté en courant et de nuit sur le tronçons d’autoroute qui venait d’être ouvert, sur Souillac...Bon, il s’était engueulé avec sa copine et devait y avoir d’autres choses.

      Bref, la voiture qu’il l’a percuté comme un chevreuil et envoyé ad patrès....Pas terrible pour le conducteur.

      Et que les adeptes du suicide programmé et assisté n’y voient pas grain à leur moulin, de tels actes désespérés ne se transforment ni ne se réduisent à ce genre de démarches .


    • Pauline pas Bismutée 6 avril 17:26

      @Aita Pea Pea

      ’Lorsque tu es passionné de train tu peux choisir’

      Pas si simple mon ami... j’ai eu une patiente qui avait bien eu l’idée et a fini sans ses jambes...histoire vraie, j’en ai un peu trop de ce genre la, je ne voudrais pas
      gâcher votre appétit (un jour quand vous serez un peu trop emmerdant je vous raconterai le début d’une guerre smiley)


    • arthes arthes 6 avril 17:33

      @Pauline pas Bismutée

      Même avec une arme, on peut se rater...J’ai le fils d’un ami, le jour de ses 18 ans, poum.
      Il se rate et se défigure.
      1 an après il remet ça et ça marche.

      Mais, aborder le sujet du suicide et de la mort, j’ai le sentiment que ici, sur ce fil et pour les défenseurs du suicide assisté, faut que ce soit....Uniquement d’un point de vue « Socialement pris en charge et programmé, avec une potion magique létale.... »
      Il faut que ce soit collectivement admis, c’est propre, altruiste et toussa


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 avril 17:56

      @arthes
      Ma belle le suicide je connais , et même de très très près. Vais pas te raconter...Faire le deuil comme ils disent...


    • arthes arthes 6 avril 18:30

      @Aita Pea Pea
       
      Hey, nous n’allons pas nous raconter nos vies ici, Astus, ça va trop le plomber son tipoc smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 avril 18:54

      @arthes
      Starway to heaven ...led Zep . Pour celle a qui je pense.


    • gnozd gnozd 6 avril 19:15

      @arthes
      "Mais, aborder le sujet du suicide et de la mort, j’ai le sentiment que ici, sur ce fil et pour les défenseurs du suicide assisté, faut que ce soit....Uniquement d’un point de vue « Socialement pris en charge et programmé, avec une potion magique létale.... »
      Il faut que ce soit collectivement admis, c’est propre, altruiste et toussa

      « 

      Mais là vous mélangez 2 trucs.
      L’objet de l’article n’est pas de légiférer sur le mec qui veut se flinguer chez lui !

      On parle bien du cadre MEDICAL, donc d’un cas où les responsabilités doivent être clairement délimitées : volonté du patient, et couvrir le personnel médical qui va »appuyer sur le bouton".

      Vous pigez la nuance ???


    • arthes arthes 7 avril 15:30

      @gnozd

      Ouais, c’est ce dont je parle et qui m’interpelle, avec quelques digressions , mais toi yen a un peu ramolli du bulbe ? Crétinos ?


Réagir