jeudi 24 août - par christophecroshouplon

Le Barbier de ses Huiles

Ce barbant Barbier a dû être pondu au XVII ème dans une couveuse Louis XV par quelque obscure courtisane avec je ne sais quel poudré marquis lécheur de babouche royale. Aussi présent dans notre espace meRdiatique que les OGM dans nos assiettes, le canard laquais du PAF est une tête à baffes de première, fier de l’être et de le chanter à tue-tête à toute heure, de sa voix de héron théâtreux qui file à toute allure et remue l’immonde parole officielle avec le tournis d’une chasse d’eau victime du syndrome de la Tourette. Le roquet à deux poils sur le torse aime tant s'entendre qu’il ne peut tel un teckel à mémère que piaffer haut et fort dans les aigus, à nous faire rendre notre repas sur la moquette, tout en tournicotant sur sa chaise à ressorts. Peu chaud ce qui sort de ce gosier, c’est toujours abyssale ment creux, systématiquement pédant et asséné avec fracas, même si l’animal aime dire le contraire du contraire de l’opposé de ce qu'il disait l’avant-veille. L’écouter – ça file le cancer – c’est l’assurance d’être ivre à jeun. Massacre à la tronçonneuse mais en version salon Relais et Châteaux, si vous voulez.

Il a une érection à chaque apparition du Micron, et s’en va parfois faussement courir au Bois car LUI a vu la fameuse photo. Qu il est beau mon Jupiter, se gausse-t-il en tournant les pages de Voici tachées par son BN fondant. Qu il est beau mon Bébé Rothschild, tout nu ouh la la que ça doit être meugnon …

Ses torche-culs – pardon, ses éditos, on les a en une et en plus en images et son façon ORTF-BFM WC 2.0, avec le poulbot à l’écharpe rouge- je parie qu’il se mouche dedans et en sort trois gouttes de son petit nez retroussé - soudain vêtu d’une blanche chemise, et prenant des poses de duchesse en pamoison. Ecoute-moi o abruti semble-t-il songer, écoute-moi t'endormir avec fracas. Perclus de lui-même jusqu’ au vertige, le meilleur ami de Carlita, femme de la péripatéticienne number one qatari, n’en peut mais de ses tournures de style Grand Siècle et se mire tel le crapaud dans l’eau sale.

Sa petite langue tourne si vite qu’il lui faut se retenir pour l’avaler parfois. C’est que le servile zélateur des huiles tant aimées qui doit pointer 3 heures au bureau entre ses déjeuners, petits déjeuners et soupers aux meilleures tables avec nos soussous est par trop rapide, et tel un Zabulon mâtiné de Lapin Duracel manque souvent de s'étouffer dans ses lyriques et pénibles envolées. Se prenant chaque fois le mur du réel – cette chose à fuir – dans le bec, il est, de fait, toujours groggy, ce qui explique l’immense vacuité de la pensée. Le mec est stone, en fait, totalement stone tout le temps. Ca excuse.

L’orgueil par contre est en mode ON de tous les instants, et lui fait prendre nos lanternes pour sa vessie riquiqui. Le marivaudant qui l’habite tel un esprit un vase lui fait jouer ici avec des répliques d’avant-hier et un système d’exploitation made in CIA – copie conforme de celui de TOUS ses chers collègues.

Ce cornichon pas assez bon pour tremper dans une huile autre que celle des palais ne nous souffre pas davantage qu’il ne nous connait, nous les gueux. Si jamais il croisait un d’entre nous, pour sûr qu’il ferait pipi dans sa culotte et appellerait Catherine Nay et sa tronche en biais à l’aide. On lui apprendrait à se nettoyer l’asticot dans sa rouge écharpe puis à relever gentiment son pantalon Pinder. Et puis on lui dessinerait un sparadrap sur le nez et deux cocards au marqueur rouge comme son écharpe. Et si on est en forme eh bien goudrons ET plume dans l'cul.

Car l’ostrogot est un moufflet, barbant certes comme pas possible, un punching ball marrant pour cours de récré et un barde à attacher dans l’arbre à la dernière image de la page 44 de tous les albums d’Astérix. N’empêche, son ridicule de type précieux, reconnaissons-le, nous faire quand même souvent rire. De lui, s’entend.



20 réactions


  • bob14 bob14 24 août 10:41

    +++++++++++++++ EXTRA !


  • cathy cathy 24 août 11:05

    Savez vous d’où vient l’expression « les huiles » ?

    Autrefois quant on allait sur une mission très officiel ou importante, on huilait fortement son carrosse pour qu’il ne grince pas, d’où l’amusement et cette expression est restée.
    Et je ne crois pas qu’une babouche royale eut existé.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 août 11:27

      @cathy

      mais vous n’y êtes point du tout : il s’agit de l’huile de la sainte ampoule récupérée dans les burettes des curés dans la perspective d’oindre, ne serait-ce que pour l’extrème-onction s’il n’y avait pas de baptême. Un des moyens les plus propres de se préserver des insectes de toute espèce est de s’oindre soi-même de quelques corps gras, ce que fait Barbier avant chaque intervention pour éviter les piques malveillantes, d’où l’aspect de sa chevelure.


    • bob14 bob14 24 août 17:03

      @Jeussey de Sourcesûre....De l’huile dans les ampoules ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 août 17:49

      @bob14

      t’as jamais entendu parler des lampes à huile ?


    • Le421 Le421 24 août 20:21

      @Jeussey de Sourcesûre
      Au siècle de Lumières ??

       smiley


  • francois 24 août 12:02

    christophecroshouplon, en panne d’inspiration. C’est vrai, c’est rare chez vous mais de la à refaire un sujet...


  • Elixir Elixir 24 août 12:11

    texte un peu amer, attention à ne pas confondre humour et méchanceté, comme on l’a reproché parfois aux guignols...


    • Habana Habana 24 août 15:39

      @Elixir
      Pas d’état d’âme à avoir avec ce genre d’individu arrogant, dédaigneux, fielleux...sans nul doute bien plus méchant que tous ceux qui peuvent le haïr et qu’il contemple chaque jour de sa hauteur condescendante inégalable ! A l’image de BFM-WC cette chaîne de merde !


  • V_Parlier V_Parlier 24 août 14:15

    « Aussi présent dans notre espace meRdiatique que les OGM dans nos assiettes »
    -> Alors là, nous serions déjà tous morts ! smiley


    • Habana Habana 24 août 15:50

      @V_Parlier
      Oui car c’est sans doute le seul type capable de tuer quelqu’un qui le regarde ou l’écoute !

      Il a vraiment une tronche à bourre-pifs et une voix de gourdiflot !
      Sans doute parce qu’il est vraiment très con !

  • Plus robert que Redford 24 août 17:53

    Haaah !

    Un article qui fait du bien !

    J’apprécie l’ironie, mais la méchanceté aussi a des vertus cathartiques...

    un seul léger bémol dans la philippique ci dessus :

    « Peu chaud ce qui sort de ce gosier... »

    je dirais plutôt « peu chaut.. »

    du verbe « chaloir »

    http://www.expressio.fr/expressions/peu-me-chaut.php


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 août 18:01

      @Plus robert que Redford

      Vous découvrirez dans les sites de conjugaison bien informés que le verbe chaloir ne se conjugue qu’à l’infinitif et à la troisième personne de l’indicatif, mais ils ont l’air de savoir que s’il se conjuguait à des temps composés, ce serait avec l’auxiliaire avoir ! Il ont raison de prévoir, on ne sait jamais !


  • clostra 24 août 19:56

    Alala Christophe Barbier ... forcément anarchiste puisqu’il en épouse les codes ... on ne peut lui faire porter le chapeau d’Aristide Bruant toutefois ... encore un qui bouleverse les us et coutumes.

    Paraît que par tempête il coud son écharpe sur son col

    Bon ben j’ai jeté la mienne et cherche fortune du côté du chat noir


  • Le421 Le421 24 août 20:24

    Quels philosophes miteux que ceux qui ne sont jamais concernés par leurs théories aussi idiotes qu’il leur semble être grands...


  • hervepasgrave hervepasgrave 25 août 07:38

    Bonjour,

    • Comme lecture d’entrée de journée cet article est tonique ,wouh ! Il est vrai que ce personnage a tout pour me dégouter ,maintenant en parler ne peux que lui donner une importance qu’il ne mérite certainement pas, cela ne peux que lui faire de la publicité .
    • Mais franchement j’aime cet article qui est pourtant franchement méchant.Mais après tout qui sème .....
    •  Et puis cela change de la platitude habituelle .
    •  cenestpasgrave !

  • onesime leufeross leufeross 25 août 09:29

    Décidément voilà un article qui part très fort...
    on se demande d’où vient cette maladie de jouer les historiens....quand on n’a aucune notion de ce qu’on raconte.
    Faut-il que l’auteur soit à ce point fasciné par sa propre écriture....
    On comprend la sympathie qu’il est venu exprimer à Nabum ...qui souffre du même mal.
    .
    « Ce barbant Barbier a dû être pondu au XVII ème dans une couveuse Louis XV »
    .
    ______
    _Une couveuse LouisXV ??????????
    Gné ?
    _______ Louis XV au au XVIIème
    Re Gné ?
    .
    Et puis on vous l’a déjà dit...
    Cette façon de se la péter langage soutenu ====> Peu me chau d (! !!!!)
    .
    Continuez à publier à compte d’auteur vous ruineriez votre éditeur
    .
    .
    Pour les saintes huiles....
    ...
    L’expression vient de l’antiquité qui avait coutume de huiler les statues des Dieux
    Le Messie veut littéralement dire l’Oint de Dieu, le Huilé , le gominé.
    ......
    Votre Barbier est bien plus gomeux que gominé..........quoique ??????


  • Pauline pas Bismutée 25 août 10:58

    ... le Barbier de ses Huiles dans le Bourbier de cette Ville ...


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 25 août 14:16

    Me font marrer sec, tous ces grands aventuriers de plateau télé avec leurs écharpes et autres foulards de ce type !

    On se sait jamais, faut jouer prudence des fois que sur un plateau de téloche, un grand coup de blizzard ou de sirocco soufflerait !!


    Parfois il se dit : il à l’air plutôt d’un con qu’un moulin vent ! Sans autres commentaires !


    T’in une idée de P@py, pour se faire remarquer à la téloche, 12


    @+ P@py


Réagir