samedi 4 février - par GéraldCursoux

Le cancer touristique

Des paquebots de croisière comme le Concordia qui croisent dans la lagune de Venise et se glisseraient dans les ruelles si elles étaient plus larges ; des vols low costs qui de n’importe quel aéroport européen qui font des AR dans la journée pour un p’titdèj à Venise ; des séjours à l’autre bout du monde pour voir les mêmes paysages alpins qu’en Savoie ; des safaris photos dans des villages africains où l’on meurt de faim ; des visites guidées dans des sites antiques dont on ne retient rien, pas même une révolte devant la destruction de Palmyre ; des files d’attente de plus d’une heure sous un soleil de plomb pour un petit tour de 3 minutes sur un truc qui balance dans n’importe quel Parc d’attraction ; un voyage de deux jours en avion et car pour jeter une pièce – ça porte bonheur – dans un trou quelque part dans un coin perdu ; des séjours lointains dans des hôtels étoilés alors qu’on a les mêmes chez soi ; des vols longs courriers pour des échanges d’appartement où l’on trouve les mêmes trucs ; etc., la liste est longue !

Mais où va donc se cacher la connerie humaine ?, elle ne se cache pas, elle s’expose. Voyages voyages… éternellement. Un programme de vie : une façon de se distraire (au sens pascalien du terme) qui produit les pires dégâts sur une planète qu’on a décidé de conserver (Cop21) : la aussi la liste est illimitée : Co2 lié au transport, production de services consommateurs d’énergie, déséquilibre des consommations de produits alimentaires ; etc. Après le passage des fourmis (les aborigènes australiens nomment ainsi les hordes de touristes qui vont voir Ayer Rock) il faut nettoyer et régulièrement réparer, reconstruire, réhabiliter. Et toujours faire du neuf pour avoir un coup d’avance sur la concurrence.

Mais le tourisme a des lobbies puissants. Le premier c’est la téloche qui nous assomme d’images touristiques qu’il fasse beau ou qu’il pleuve. Entre deux cataclysmes faut aller se baigner car il fait si beau à Péta Ouchnock ! Les beaux jours (Oh les beaux jours) sont vendus pleins écrans avec pub pour suivre. Et puis les opérateurs qui font leur job comme dit ma concierge qui regarde la télé. Les villes, les pays de…, les Offices de tourisme, les Voyagistes, les Compagnies aériennes… tous en cœur : voyagez voyagez… allez donc voir ailleurs ! Le mimétisme joue à plein son rôle de relai et l’opinion est avant toutes choses « touristique ». Si le voisin a vu Chypre, moi j’ai vu Rhodes… Et j’étais sur le Concordia quand il s’est crashé : « quelle aventure, j’ai fait un film ! ». L’économiste de service y va de son couplet bien rodé : le PIB est boosté par le tourisme, 60 millions sont venus et l’on compte sur un accroissement de 3,42% compte-tenu de… etc. C’est la balance des paiements qui penche du bon côté, l’industrie c’est vraiment une activité dépassée… La croissance… blablabla. Mondialisation heureuse… Tourisme tourisme…

Samuel Beckett pour conclure (en substance :) « on est cons, mais pas au point de voyager pour le plaisir ! ». Que n’écrirait-il pas à propos de ce tourisme de masse ? D’y penser me fait oublier ces connards qui se baladent en ville à moitié à poil en suçant des glaces, et en balançant des taloches (c’est une métaphore) à leurs gosses qui n’ont rien à foutre du tourisme. Mais on va s’occuper d’eux, leur inculquer le virus, l’EducNat est aussi là pur ça…

Bon voyage !



32 réactions


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 4 février 18:47


    Ah !,.. la sonnerie humaine très très vaste programme


    « Mort aux cons ! » est un slogan du jargon militaire utilisé pour stigmatiser l’ennemi.

    Mort aux cons est aussi le nom d’une Jeep de la 2e division blindée du général Leclerc. Durant la Seconde Guerre mondiale, le capitaine Raymond Dronne des Forces françaises libres (9e compagnie de combat, La Nueve) du régiment de marche du Tchad puis 2e division blindée, baptise sa Jeep « mort aux cons »1. Elle fut la première à entrer dans Paris, le 24 août 1944, lors de la bataille pour la libération de la capitale.

    Au sujet de l’inscription, Charles de Gaulle aurait déclaré « Vaste programme » ou « Lourde tâche » en commentaire, mais les formes de l’anecdote varient, proposant d’autres contextes2.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_aux_cons


    … et une chier de ces voyageurs ne connaissent pas :

    les sites français inscrits aux patrimoine mondial :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_du_patrimoine_mondial_en_France


    .. tout comme ces régions :

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/les-41-biens-inscrits-au-patrimoine-mondial-de-l-unesco-en-france-808711.html



    @+ P@py


    • sophie 4 février 19:01

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      oula, cela a ’air grave, cependant cette invention du TOURISME reste un produit marketing supérieur pour tous ceux qui n’ont rien à vendre.


    • GéraldCursoux GéraldCursoux 5 février 08:45

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      Merci pour cette info. Ce papier n’aura donc pas été une simple distraction de plus...


  • Montagnais Montagnais 4 février 19:03

    .. Proprol, il a besoin .. faut le comprendre .. y sait pu où il est


    .. faut l’étourdir, pour qu’il oublie qu’il existe pas ..

    C’est toute l’utilité du spectron, du foutre, de l’industrie de la réclame, du spectacle, du cinéma, des « voyages de rêve .. de l’industrie du »tourisme« , du »Harmony of the sea (sic)", de l’Immonde, de l’excrément du jeudi, de l’Aberration, d’Hollywood le siège ..

    Autrement, Proprol, y ferait encore plus de conneries encore, d’autres bien pires, il a pas de limites, des sanglantes féroces vacheries en masse

    Faut pas croire .. faut le maintenir au jeu, au frivole .. autrement, ça va virer tragique d’un coup

    Donc, pourvou ça doure

    Eh ? que ça reste entre nous

  • Enabomber Enabomber 4 février 19:24

    Quelle fierté de pouvoir dire à ses amis « tu vois, , 3ème ligne 19ème colonne, c’était moi ! »


  • xana 4 février 20:14

    Bravo et merci pour cet article auquel j’adhère totalement.

    Jean Xana


  • Citoyen de base 4 février 20:57

    Vous inquiétez pas, la raréfaction prochaine du pétrole va rapidement y mettre bon ordre. Dépêchez-vous d’aller à l’autre bout de la planète tant qu’on peut encore le faire, car bientôt, ce sera moins loin, moins vite, moins souvent...  :->


    • sarcastelle sarcastelle 5 février 00:15

      @Citoyen de base

      .
      Les riches et oisifs pourront continuer à faire des croisières assez rapides à la voile non polluantes sur des clippers semblables à ceux qui traversaient commercialement l’Atlantique à la fin du XIXè siècle. Peu de passagers à bord, mais choisis. Le tourisme redeviendra ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : une activité d’élite qui ne gêne pas les populations. 

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 10:17

      @sarcastelle

      Peu de passagers, mais beaucoup de matelots pour les manoeuvres !

      Mais, comme ça sera des chtis Niaks, vous en avez rien à cirer : ils sont transparents.
      Le dumping social est pire dans le tourisme que dans l’industire. On ne délocalise pas la production, on délocalise le consommateur !

    • sarcastelle sarcastelle 5 février 15:21

      @Jeussey de Sourcesûre

      .
      Eh bien, voilà une réponse qui honore votre rigueur intellectuelle. 

  • Abou Antoun Abou Antoun 4 février 22:56

    Croisière à Kotor. Le ferry pollue plus que toute la ville.


  • philippe baron-abrioux 5 février 08:38

    *

     Bonjour ,

     désolé mais on ne raconte pas ses voyages ! ON FAIT ...

     on « a fait la Thaîlande », comme l’an dernier « on avait fait l’Egypte » .

     la même année ,« j’ai fait Vina del Mar » et Bonneval sur Arc .

     allez donc vous promener à Sarlat la Canéda et plein été ou à Rocamadour , Collonges la rouge ou Saint Emilion pour avoir une petite idée de quelques « avantages » découlant du tourisme .

     « ON A FAIT » , tant mieux pour vous mais surtout évitez de refaire .

     la galerie des offices n’est pas l’arrière cuisine d’un restaurant pas plus que le mont de piété n’est un lieu de pèlerinage .

     peu importe , on a eu le tarif le meilleur : un coup de chance !

     on a même pu marchander sur le pont des soupirs à Vérone , ou peu importe , on y est allé : on a même fait des photos !

     l’été prochain , « on fait » le Viet-Nam : pratique ils comprennent encore un peu de Français !

     bonne fin de journée !

     P.B.A

     


    • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 09:21

      @philippe baron-abrioux
      Oui, curieux de transformer une attitude essentiellement passive, de consommateur, par une verbe d’action ’faire’.
      Peut-être que nos touristes pensent avoir participé à une campagne, on dit on a ’fait la Thaïlande’ comme on disait autreffois j’ai ’fait l’indo’.


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 09:19

    Le tourisme de masse est le dernier refuge du système économique actuel que vous baptiserez comme vous voudrez, qui consiste à penser que la désindustrialisation sera compensée par les services, et le tourisme en particulier.


    C’est la tarte à la crème des élus dans les régions sinistrées. J’ai même entendu un élu de Charleville-Mézières essayer de vendre sa salade à un public complaisant en affirmant que le patrimoine culturel et architectural, bla, bla, bla.....

    En fait le tourisme de masse est assimilable à la culture sur brûlis : elle permet d’engranger une récolte les premières années grâce à la fertilité des cendres, mais stérilise les sols et désertifie le territoire.

    Les pays qui on opté pour le tourisme comme élément phare de leur économie (Tunisie, Thailande, etc...) ont amplifié leurs problèmes au lieu de les résoudre. Élément parasitaire du tertiaire, le tourisme peut constituer un complément de ressources à des particuliers ou des régions , mais sa structure reposant sur la saisonnalité, la précarité et la réduction des salariés au statut de larbins polyglottes, il ne peut que creuser le fossé entre ceux qui ont la capacité financière d’investir dans des équipement juteux (hotels, remontées mécaniques, etc) et les saisonniers, nouveaux nomades comparables aux auto-entrepreneurs ubérisés. Leur statut est une régression par rapport à celui des salariés de l’industrie. C’est sans doute la raison qui conduit les investisseurs à se défausser de secteurs où la résistance existe pour se tourner vers ces paradis du dollar et de l’euro.

    Pourtant, ils devraient savoir qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis, puisqu’ils ne font que concentrer dans le temps et dans l’espace la dilapidation de l’accumulation de richesses réalisée par la production de marchandises.



    • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 09:22

      @Jeussey de Sourcesûre
      Il s’agit surtout de pomper le fric de tous ces retraités friqués qui s’ennuient dans leurs résidences sécurisées.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 09:54

      @Abou Antoun

      Pas du tout !
      Le phénomène est général et les retraités ne sont pas sur-représentés dans la clientèle, et contrairement à ce que vous croyez, les retraités friqués sont une minorité, seulement les autres, la majorité, ont la décence de ne pas s’exhiber avec des chemises à fleurs, des lunettes de soleil et un chapeau de paille et un appareil photo. Ils dépriment tout seuls chez eux.

      Même ceux ’retraités ou actifs) qui, comme vous et moi et l’auteur de l’article, portent un regard critique sur ce secteur d’activité économique (le tourisme de masse), ont un jour été des clients.

      C’est aussi incontournable que la grande distribution. Prétendre échapper aux circuits commerciaux dominants du pays dans lequel on vit est une imposture. C’est impossible : on ne peut même pas être ermite.

    • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 10:16

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je partage votre point de vue.


  • oncle archibald 5 février 09:52

    Lorsque j’étais étudiant j’ai participé à un voyage organisé à Athènes, voyage du même genre que celui vanté par Pierre Perret :

    http://www.paroles-musique.com/paroles-Pierre_Perret-Les_Voyages_organises-lyrics,p06967531.

    L’un d’entre nous, qui avait il est vrai un penchant certain pour les boissons alcoolisées, s’abstint des visites incontournables sur l’acropole les stades olympiques et autres temples antiques pour s’installer et passer quasiment ses journées entières dans un joli petit bistrot avec une jolie terrasse sous les platanes sur une jolie petite place.

    Quand on est revenu il se vantait d’avoir été moins cons que nous qui avions visité des monuments dont on peut tout apprendre dans des bouquins tandis que lui avait passé 10 jours en Grèce avec des grecs, qu’ils trouvait très sympas !


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 10:14

      @oncle archibald

      Ton copain était honnête : il avait payé ses consommations.
      Sinon, il aurait trouvé le Grecs moins sympas. 

    • Abou Antoun Abou Antoun 5 février 10:14

      @oncle archibald
      Quand on est revenu il se vantait d’avoir été moins cons que nous qui avions visité des monuments dont on peut tout apprendre dans des bouquins tandis que lui avait passé 10 jours en Grèce avec des grecs, qu’ils trouvait très sympas !
      ET il avait parfaitement raison.


    • oncle archibald 5 février 13:17

      @Abou Antoun : je suis d’accord !


  • sarcastelle sarcastelle 5 février 16:04

    Il reste donc à interdire le tourisme ou à persuader le plus gros de la population en état financier de voyager que ce n’est pas pour elle. Que l’auteur et ses approbateurs nous donnent une première idée de solution. 


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 16:44

      @sarcastelle

      Pour l’auteur comme pour ses approbateurs, les mauvais touristes ce sont les autres.
      Eux, ils « voyagent », ils ne consomment pas !
      Ils pratiquent une activité enrichissante dans laquelle les civilisations se nourrissent du contact des autres.
      S’ils utilisent les « charters », ce n’est que pour une raison de commodité et de coût.
      S’ils logent dans des « resorts », c’est pour ne pas s’immiscer dans la vie intime des autochtones dont il faut préserver l’authenticité.
      S’ils participent à des soirées-jeux avec les autres GM, c’est pour prouver qu’ils ne sont pas snobs et ne rechignent pas à s’encanailler.

      Mais attention : ce ne sont pas des touristes, ce sont des « voyageurs ».

  • GéraldCursoux GéraldCursoux 5 février 18:44

    Quand on sait qu’ils gagnent en 1 semaine ce qu’on gagne par an on n’a pas toujours envie de suivre les prestations des footballeurs sur le terrain. Mais ça ne s’arrête pas là, il y a les avants et après matchs : causeries de l’entraîneur, analyses des journalistes, déclarations des dirigeants, interviews des joueurs : c’est le plus dur ! Difficile d’échapper aux : « on joue à la maison », « on joue devant notre public », ou encore « on prend les matchs les uns après les autres », « on va pas se prendre la tête ». A chacun de choisir se phrase préférée : moi, c’est « on va rien lâcher on va tout donner », ou la variante qui est tout aussi profonde « on va tout donner on va rien lâcher ». Et si ce n’est pas trop mal mais pas terrible, on a droit à « c’est de bon augure pour l’avenir » ! Mais dans les autres sports c’est tout aussi vivant : en F1 les trois sur le podium s’arrosent de Champagne (ils pourraient prendre de l’eau gazeuse) ; en tennis on dit « je joue Dupont », ce qui est inexact puisqu’on ne peut jouer qu’avec Dupont ou contre Dupont. Je joue Dupont signifie que Dupont est un cheval quand on est à Auteuil… Je lance un appel pour la réalisation d’un dictionnaire des phrases courantes pour comprendre le monde du sport.


  • titi 6 février 10:36

    Interdisons le tourisme, les courses autos, les déplacements, la télé, le shopping...

    En fait les intervenants d’Agoravox ont le même programme que Daech.


  • hervepasgrave hervepasgrave 6 février 11:19

    Bonjour,
    Excellent comme article,cela reflète ce que je pense et ne me cache pas de dire depuis fort longtemps. Et oui ! aujourd’hui nous voyageons en tout sens.Une mise en vitrine générale de la culture sous toutes les latitudes .Mais dans le même temps il y a la guerre partout ? Des murs pour séparer les hommes ! qui doivent ouvrir leur esprit aux cultures étrangères ,tout y passe cuisine ,art etc.....mais dans le même temps Ils ne faudrait pas qu’ils se mélange de trop car s’ils s’apercevaient qu’ils sont tous logés a plus ou moins la même enseigne cela risquerait de tourner court. Des voyages de l’inutile ? De bien drôle de clients surtout !
    Deux exemples pour amuser la galerie.Il y a quelques années j’avais l’occasion d’aller en Inde ,waouh !
    Le pays merveilleux ,cette lointaine contrée aux senteurs d’Orient . Je venais de sortir de galères pour vivre et là aller dans le pays des mille et une nuit quel pied !. Mais quel con je suis ! il m’a suffit de lire le programme pour ne pas y aller ,du moins, si j’y vais un jour cela ne sera pas de cette manière.
    Une des recommandations était qu’il fallait donner « la pièce »équivalent a cinq francs à l’époque pour que le gars qui s’occupe de la chambre soit le gardien contre le vol ! Et puis il fallait emplir ces poches de toute la mitraille de petites pièces locales a donner à jeter aux enfants/mendiants ,aie !aie ! (cela ressemblait a un message de prudence ,pour ne pas être agressé ? peut-être.)
     D’un coup je me suis rappelé que je n’étais qu’un trou du cul d’ouvrier et que franchement je me voyais mal jouer le voyageur, le riche Européen de cette manière franchement honteuse. Voila ,j’ai raté l’Inde ce pays de sages/De philosophes
    le paradis quoi !
    D’un autre côté j’ai eu un compagnon de travail ,un marocain qui venait en France pour travailler et faire ,espérait-il quelque argent. Il avait oublié que pendant ce temps la son pays était envahi d’étrangers ,nos Français à la retraite par exemple.Et quand il rentrerait même avec un petit magot ,il n’aurait plus les moyens d’acheté dans son pays. Je reconnais que les voyages forme la jeunesse, mais ne guérit pas de la connerie. Dans d’autres temps peut-être ? cestpasgrave


    • titi 6 février 16:20

      @hervepasgrave
      « D’un autre côté j’ai eu un compagnon de travail ,un marocain »

      Moi je connais un marocain qui a fait le manœuvre toute sa vie en France et en Belgique.

      Aujourd’hui il est à la retraite.

      Il me louait un local 650 euros par mois dans une grande ville du Maroc.
      Il y a 4 locaux sur le pallier... tous à lui..
      Il y a 6 étages à l’immeuble... tout à lui..

      Et il a 2 immeubles dans le quartier .

      Evitons les généralités..


    • hervepasgrave hervepasgrave 6 février 19:19

      @titi
      Bonjour ! ce n’est pas faut mais tu ne donnes que le reflet de notre pays aussi.Il faudrait croire que la majorité des gens agissent de la sorte ?! tu nous vends des courants d’air et cela montre que tu ne connais pas grand chose. Pour mon Marocain que je cite.Il est issus d’une famille du moyen Atlas ;ils vivent du tourisme + tapisseries et autres excursions en montagne.Mais le problème ne ce situe pas là ! Car au bout du compte je pourrais dire qu’il est mieux lotis que moi ! mais tout cela est bien relatif et a remettre dans son contexte. Mais tu vas bien arranger beaucoup de monde ici . Et puis les brouzoufs que tu me donnes là ,sont quasiment le prix d’un palais.Tu as des relations temporelles bien incertaines. C’est nul et non avenu ! Mais si tu gagnes quelques clients, tu auras déjà bien œuvré.Les généralités que tu nous proposes sont de l’ordre qu’il n’y a plus de pauvres manants et que tout le monde peux se mettre à son compte ,acheter, s’autofinancer etc etc.. Tu es un drôle d’oiseau mon « titi » ! cestpasgrave !


    • titi 7 février 11:27

      @hervepasgrave
      « nous vends des courants d’air et cela montre que tu ne connais pas grand chose »
      Je dirai plutôt l’inverse.
      Les fortunes modernes se font sur des courants d’air. Sur un nombre de likes et de followers.
      Le nier c’est ne rien avoir compris au monde.

      « je pourrais dire qu’il est mieux lotis que moi ! »
      Franchement ? A part s’il tombe malade, oui, il est mieux lotis.

      « Et puis les brouzoufs que tu me donnes là ,sont quasiment le prix d’un palais »
      Non non. Pour la surface c’est bien cela.

      Par contre il faut savoir que le Maroc pratique la préférence nationale.
      Pour l’immobilier, comme pour les chambres d’hôtels il y a deux tarifs : un pour les résidents, et l’autre pour les non résidents.

      « qu’il n’y a plus de pauvres manants et que tout le monde peux se mettre à son compte ,acheter, s’autofinancer »
      C’est pas exactement ce que je dis.
      Je dis juste qu’il faut arrêter avec le misérabilisme français.

      Le monde avance. Il innove. Il évolue.
      Pendant ce temps les Français ne regarde que leur relevé d’allocations.
      C’est devenu un horizon indépassable.


    • hervepasgrave hervepasgrave 7 février 13:25

      @titi
      Bonjour, je ne cherche pas la contradiction ,mais hier c’était hier et si tu ne te bases qu’au jour présent ,tu ne peux pas vraiment comprendre ! l’immédiateté des choses est bien le pire ennemie de la raison.Et pour ce qui concerne les Français ce sont eux dans un brève temps qui ont changé la donne ! Et puis pour le Maroc il n’y a pas que les grandes villes qui comptent et cela est valable partout.Pour cela demande donc aux autres citoyens Marocains de t’éclairer. Cherches pas quel moyen l’électrification du Maroc à été faite ou encore comment les tv sont arrivées en masse dans les foyers autant de choses qui ne sont pas innocentes et superficielles etc Le reste n’est qu’amusement de galerie.Alors si les Français ne regardent que leur relevé d’allocations ,expliques moi le comment du pourquoi ? cestpasgrave ! tu ferais un bon politicien ,sérieusement !


  • alinea alinea 6 février 13:13

    J’adhère tant que je vous donne ma version !!

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tourisme-121285


Réagir