mardi 13 février - par Jean d’Aïtone

Le candidat papier glacé devenu épouvantail élyséen

En revenant sur les articles publiés notamment dans Paris Match, L'Express, VSD, Voici ou d’autres journaux people sur le couple Emmanuel Macron/ Brigitte Trogneux, Macron était un « candidat papier glacé ». Il se voulait Jupiter puis Vulcain. Il avait le choix entre « être un héros ou un épouvantail ». Il est resté l’épouvantail de la Comédie du langage, qu’il a joué à 15 ans. Le papier glacé a été remplacé par la paille. Il est un président de paille. De la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune à la « flat tax » sur les revenus des capitaux, de la baisse de l’impôt sur les sociétés à la loi Travail qui facilite les licenciements, il n’a pas volé son titre de président des riches.

JPEG

Macron était un « candidat papier glacé », celui des « Unes » et des articles publiés notamment dans Paris Match, Voici, VSD, l’Express ou d’autres journaux people sur le couple Emmanuel Macron/ Brigitte Trogneux. Ce « candidat papier glacé » avait répondu qu’il n’était pas le rédacteur des journaux et qu’on le sollicitait parce qu’il faisait vendre. Il a ajouté qu’il survivrait si demain cette presse se détournait de lui. Cependant, il n’a jamais refusé de se mettre en scène, dans la presse people, au bras de sa compagne. On le voyait sur une plage avec sa femme dans la Une de Paris Match dont la spécialité est d’alimenter le storytelling des hommes politiques quand ce n’est pas celui des têtes couronnées.

Renault Tarlet, auteur-compositeur-interprète, faisait, sur Facebook, un portrait satirique du « chevalier venu d’une autre planète » (tel que le décrivait son épouse Brigitte dans un entretien donné à Paris-Match). L’Internaute a décelé chez le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, un prototype fabriqué dans les laboratoires du Medef. Voici ce qu’il nous dit de la fiche de présentation de Lobotomax 2000 : « Les laboratoires du MEDEF ont la joie et la fierté de vous présenter leur dernière création : le robot Lobotomax 2000. Lobotomax 2000 est muni d'un algorithme qui lui permet de créer en quelques millièmes de secondes des kilomètres de logorrhée néolibérale, avec une capacité de vacuité et de crétinisme auto-satisfait jamais atteinte par aucun humain ni aucune machine jusqu'alors. Posé au milieu d'une foire à la saucisse ou de la rédaction du magazine Challenges, Lobotomax 2000 peut produire en quelques fractions de secondes des phrases de haute volée telles que " Aller de l'avant vers un projet multiple, c'est l'état d'esprit positif nécessaire à un agir pluriel". Les performances de Lobotomax 2000 sont stupéfiantes. Il peut produire en un souffle autant de néant que toute la rédaction du Nouvel Obs en toute une semaine. Il est, de plus, pourvu d'un module qui lui offre un sens de l'humour à peu près équivalent à celui d'une tronçonneuse à essence, indispensable pour lui permettre de déclarer qu'il ne "fait pas partie de cette caste politique" sans éclater de rire. Votez Lobotomax 2000, car quand notre pays est au bord du précipice, il est temps d'aller de l'avant (proverbe lemming) ».

Macron serait donc un prototype de robocoopératif made in Medef. Il a été programmé « ni droite, ni gauche ». Il aurait été conçu avec un système qui traduit en langage moderne l’Ancien régime , avec des bugs parfois. Le logiciel a été changé après les élections de 2017. La dernière version « Lobotomax 2022 » est la plus perfectionnée mais pire que la première. Les laboratoires du Medef ont travaillé sur de nouveaux algorithmes « ni de droite ni d’extrême droite mais surtout pas de gauche ».

Avec le Macron robot communiquant, il y a toujours des journalistes au bon endroit et même au fin fond du Doubs où a été médiatisée sa halte récente dans un petit bar-tabac au cœur du village de Roulans. Coup de communication ? Envie soudaine d’un petit café ? Souhait de rencontrer des Français dans leur quotidien ? L’opportunisme du Lobotomax 2022 est le plus souvent retenu. Certains remarquent qu’il n’y avait pas grand monde dans le bar-tabac, sous-entendant que la visite n’était pas tant une surprise que ça. Macron essaie de produire des images populistes de lui mais la mise en scène est trop décelable car les mesures de sécurité sont draconiennes par peur d’un incident. Il faut dire que notre Jupiter élyséen a reçu plusieurs gifles pas toutes médiatisées. Macron n’en est pas à une première gifle mais la dernière, bien que filmée, n’a pas été diffusée par la presse macronisée. C’est l’Internet qui s’en est chargé.

Le Prix du menteur en politique a été créé à l’initiative de Thomas Guénolé le 19 janvier 2015. Cette distinction était décernée « avec humour » pour inciter la classe politique à moins mentir, pour sensibiliser le journalisme politique à l’importance du fact-checking, et pour encourager le grand public à vérifier la véracité de ce que dit le personnel politique. Le prix est destiné à être proclamé chaque début d’année, pour les mensonges politiques de l’année précédente. Le jury du prix était composé de journalistes, notamment spécialisés en fact-checking politique.

Nicolas Sarkozy, « pour ses 17 mensonges répétés en boucle pendant sa campagne de réélection à la présidence de l’UMP » a remporté le grand prix 2014 remis en janvier 2015. Le prix spécial avait été attribué à Jérôme Cahuzac. L’année suivante, c’est Marine Le Pen « pour son accumulation d'affirmations fausses sur les migrants (par exemple sur l'ampleur de la vague d'arrivants, sur leur sexe et leurs motivations, sur le faux assaut de migrants contre des pompiers à Calais, par martelage de cette question lors des régionales alors que ce n'est pas une compétence régionale…) ou sur le djihadisme ». Le Prix spécial du jury est revenu à Patrick et Isabelle Balkany, « pour l'ensemble de leur carrière ». Un Prix spécial de l'« Audace statistique a été donné à François Hollande, « pour avoir tenté de vanter le "bon bilan" de plus de 3 000 perquisitions sous état d'urgence alors qu'elles ont abouti à seulement 4 vraies procédures antiterroristes ». Le Grand vainqueur du Prix 2016 est Robert Ménard, « pour son incroyable constance dans le mensonge lorsqu’il évoque l’immigration ». Il a eu un Premier dauphin Manuel Valls, « pour son retournement de veste spectaculaire (49.3, heures supplémentaires défiscalisées) en devenant candidat à la primaire du PS en 2017 ». Le Grand vainqueur du Prix 2017 ne pouvait être que François Fillon pour s'être « illustré par ses innombrables bobards lors d'une élection qui devait être "imperdable" pour sa famille politique. Des mensonges particulièrement nombreux autour de "l'affaire Penelope" : promettre de retirer sa candidature en cas de mise en examen ; se tromper sur les dates d'embauche de son épouse et mentir sur son vrai rôle à ses côtés... ; assumer qu'il a rémunéré ses enfants avocats... qui n'étaient alors qu’étudiants ; assurer, à tort, que les médias ont annoncé le suicide de sa femme ; accuser François Hollande d'avoir monté un complot contre lui, accusations qu'il n'a pas pu étayer pour l'heure ».

Pour les années 2018 à ce jour, nous pensons que le grand vainqueur devrait être Emmanuel Macron qui a porté le mensonge au cœur de sa communication et de son action. Il dispose pour cela des grandes chaînes de télé et des journaux subventionnés.

La chercheuse Cécile Alduy, auteure d’une étude "Ce qu'ils disent vraiment", disait, en 2017 : Emmanuel Macron s'est invité dans la campagne trop tardivement pour que je puisse l'inclure dans mon livre, d'autant plus qu'il est le candidat du faire, et non du dire : il avait prononcé très peu de discours en son nom propre au moment où il s'est déclaré. Chez lui, tout est dans la démarche, la manière de faire, tandis que, sur le contenu, il reprend à droite ou à gauche des idées assez générales (flexibilité du travail, laïcité de la loi de 1905, Européen convaincu). Il y un côté « start-up » dans son mode opératoire : on analyse l'offre sur le marché (ici politique), on monte une petite boîte sur un concept disruptif (la candidature apolitique), on fait des « focus-group », on teste le produit en mode « bêta », on intègre les retours des consommateurs dans la version finale, on peaufine, enfin on livre un produit résolument neuf, qui repose sur un usage et un savant marketing plutôt que sur un contenu précis. Nous relevons toutefois que Macron utilise un savoir-faire en matière de marketing et fait beaucoup de bruit sans que son programme libéral ait un contenu neuf. Il ménage pour aménager l’ordre ultralibéral. Il est professionnel de la suture. Il amende l’idéologie de la Droite pour tromper les électeurs de gauche. Comme Fillon et des candidats à la primaire du PS, il s’inscrit dans l’urgence pour continuer réformer l’économie libérale contre le réformisme social. Ils opposent tous le conservatisme libéral à tout autre choix qualifié par eux d’utopique pour en discréditer la faisabilité. Ils seraient les candidats du « faire » mais ils proposent de défaire les acquis sociaux. Ils revendiquent une efficacité qui nous amène à des crises économiques et financières dont le prix est payé par les peuples, pendant que les riches continuent à s’enrichir.

Emmanuel Macron est énarque. Il a été un cadre de la banque Rothschild. Il est encore jeune et n’a eu aucun mandat électif en dehors de celui de Président. D’aucuns ont choisi de s’en remettre à lui pour « moderniser » la France. A la radicalité des reformes sociales obtenues par le combat politique et syndical, il n’a proposé rien d’autre que poursuivre une réforme indexée sur le progrès économique qui conduit à la régression sociale. Comme la Droite et les socio-libéraux, il ne s’attaque pas aux causes mais manigance des aménagements libéraux sans vision à moyen et long terme. Rien de neuf ! C’est ce qui se fait depuis des décennies sans régler les problèmes économiques autres qu’augmenter les profits de quelques-uns au détriment de l’intérêt général. Il propose une politique de low cost et d’uberisation qui débouche sur la précarité pour les salariés dans des entreprises qui sont vouées à l’échec. Il est dans l’immédiateté ultralibérale sans le recul nécessaire à toute politique à long terme.

Que dit-on encore de celui qui a voulu être Jupiter avant de se voir en Vulcain ? Emmanuel Macron est un fonctionnaire du diagnostic et un expert de l’expertise, un spécialiste de la complexité financière, un laboureur de la spécialité, un aède de la grandeur derrière l’image d’un chantre de la modestie, un faiseur de faisabilité et un indicible diseur de dicibilité, un entrepreneur d’usine à gaz. Il est un ripolineur de la façade ultralibérale, un promoteur du vide, un moraliste du kitsch, un esthète du consensus... Il est un mémorialiste sans mémoire et un devin sans idéal, un fossoyeur de l’avenir. Il utilise une rhétorique pour convaincre qu’il poursuit des objectifs à l’inverse de ce qu’il propose. Il argumente « per fas et néfas », par tous les moyens possibles, avec une malhonnêteté intellectuelle maîtrisée. Il sait qu’il ne dit pas la vérité mais, en sophiste, il veut imposer son faux discours. Il y est aidé par une partie de la presse qui participe à une propagande inouïe basée sur sa jeunesse et ses diplômes. Avec Fillon et Le Pen, il est le troisième candidat étiqueté « antisystème » du système. Ce rebouteux diplômé est le représentant titré de la doxa ultralibérale. Il poursuit une politique libérale botoxée. Il fait une marionnette du groupe Bilderberg et des grandes banques d’affaires…

D’autres présidents ont été critiqués mais il bat même Nicolas Sarkozy qui avait, malgré toutes ses casseroles, une partie populaire dans son électorat. Macron n’est le président que d’une élite économique et financière. Le candidat papier glacé devrait quitter la scène politique en 2027. Il avait le choix entre « être un héros ou un épouvantail ». Il est resté l’épouvantail de la Comédie du langage, qu’il a joué à 15 ans. Le papier glacé a été remplacé par la paille. Il est un président de paille. De la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune à la « flat tax » sur les revenus des capitaux, de la baisse de l’impôt sur les sociétés à la loi Travail qui facilite les licenciements, il n’a pas volé son titre de président des riches.

Juan Branco conclue pour nous, crûment : « « Léché, lâché, lynché. La règle des trois « L » est bien connue parmi ceux qui connaissent gloire et beauté. C’est ce qui arrive à Emmanuel Macron. Hier, le beau monde des médias le léchait avec ravissement, et voilà qu’aujourd’hui le peuple demande sa tête au bout d’une pique. Le petit prodige est devenu le grand exécré ». (Crépuscule- 2018)

 



34 réactions


    • amiaplacidus amiaplacidus 13 février 10:39

      @S. Lampion
      Vos propos montrent que tout n’est pas forcément noir, il y a aussi de bonnes nouvelles, par exemple, Valls est maintenant dans les poubelles de l’histoire.


    • Brutus S. Lampion 13 février 11:22

      @amiaplacidus

      mais le ventre est toujours fécond...
      celui-là comme l’autre


  • Fergus Fergus 13 février 12:01

    Bonjour, Jean

    « Nicolas Sarkozy (...) avait, malgré toutes ses casseroles, une partie populaire dans son électorat »

    Exact ! Des idiots utiles de la droite libérale comme le sont les petits paysans adhérents de la FNSEA cornaquée par les gros exploitants patrons de boîtes florissantes de l’agro-alimentaire !


    Rien de tel avec Macron dont l’électorat ne comporte qu’une petite part d’électorat populaire, très majoritairement chez les retraités.


    • mmbbb 14 février 13:27

      @Fergus Macron est passé avec le puissant bulldozer marketing .

      Un des paradoxe sans les médias , il est difficile de faire une campagne .

      Le POINT ( je n apprécie guère ) avait fait titrer Macron : Un Napoleon sans armée .

      Je n ai jamais apprécie ce personnage qui est tout de même le premier président « quantique » le en même temps . 

      Aux prochaines elections européennes ! 


    • Fergus Fergus 14 février 13:42

      Bonjour, mmbbb

      « Macron est passé avec le puissant bulldozer marketing »

      Pas seulement. En fait, il a mené sa barque avec une intelligence difficile à nier.
      D’une part, en préemptant une candidature libérale modérée au nez à la barbe de Hollande et Valls dès 2016.
      D’autre part, en s’appuyant très tôt sur un concept « ni de gauche ni de droite » qui a séduit pas mal d’électeurs lassés de l’alternance PS-UMP (LR).
      Comme je l’ai déjà écrit sur ce site, dès novembre-décembre 2016 de nombreux comités de soutien ont émergé en Bretagne puis dans d’autres régions, jusque dans des villages où l’on n’avait jamais vu cela ! 
      Difficile d’y voir la seule influence des médias à ce moment encore très éloigné du scrutin !
      La réalité est, à mon avis, que Macron a su créer une attente et capitaliser dessus, les médias ayant moins été des faiseurs de roi qu’une caisse de résonnance de ladite attente.


    • mmbbb 14 février 13:58

      @Fergus je n achète pas ces journaux évidemment mais sa campagne avait été amorcée bien en amont . 

      Je parle des « unes » en kiosques dont on pouvait le regard ne pus y échapper .

      Il est aussi vrai qu il a su profiter de la déconfiture du PS et du rejet de la droite traditionnel .

      En résumé , Macron a bénéficié des décombres politiques et notamment de l affaissement des partis politiques .

      Mais il faut tout de même pondéré ; lors de sa seconde élection, ( redite ) le parti le plus puissant de France est celui de l abstention du vote nul et vote blanc .

      Cette démocratie est malade .

      J ai l impression qu il y a un flottement , que rien ne reposes sur rien la seule certitude est que Macron lui ne cesse de discourir , une pile a uranium ce type .


    • vesjem vesjem 15 février 09:36

      @Fergus
      « Pas seulement. En fait, il a mené sa barque avec une intelligence difficile à nier ».

      Inutile culte de la personnalité ; certes son QI est un peu supérieur au nôtre, mais manu a bénéficié de circonstances favorables (haute finance, et obédience religieuse, ne t’en déplaise), notamment relayées par l’ ENSEMBLE DES MEDIAS, à 90% détenus par cette même oligarchie financière française , voire même mondiale

      Dans ma carrière, j’ai côtoyé un certain nombre de polytechniciens (voie royale du gratin scientifique français) dont l’intellect dépasse de beaucoup celui de la majorité des énarques ; ce qui signifie que manu n’est qu’une création surfaite et édulcorée par le système décrit plus haut ; 


  • Aristide Aristide 13 février 12:22

     Des idiots utiles

    Indécrottable, insultant envers toutes ces personnes qui ne se laissent pas berner par des propos de tribune, des promesses sans lendemain, des analyses simplistes, des solutions les plus irréalistes !!!

    Des petits paysans et des gros exploitants, comme si le monde paysan obéissait à cette modèle marxiste d’un autre temps. À pleurer ... L’agrandissement de la dimension des exploitations est un fait, mais la plupart ont des dimensions somme toute modeste au regard des méga exploitations céréalières… C’est la spécialisation qui est un vrai changement, l’orientation vers des secteurs porteurs comme le bio, ou vers des produits de gamme…


    • Seth 13 février 13:09

      @Aristide

      comme si le monde paysan obéissait à cette modèle marxiste d’un autre temps. smiley

      Ainsi en « d’autres temps » (lesquels ?), la paysannerie aurait été marxiste ? Pouvez vous développer SVP ?


    • Aristide Aristide 13 février 14:24

      @Seth

      ce modèle marxiste d’un autre temps

      Vous savez lire !!!

      C’est le modèle qui est d’un autre temps, et c’est aussi le modèle qui est marxiste…

      la paysannerie aurait été marxiste ?

      La paysannerie marxiste !!! Fin au CE2 ? ou CM1 ?

      Petit expliquement pour le nullos :

      "La phrase “modèle marxiste d’un autre temps” est un groupe nominal composé d’un nom commun (“modèle”), d’un adjectif qualificatif épithète (“marxiste”) et d’un complément du nom introduit par une préposition (“d’un autre temps”).


    • Seth 13 février 17:32

      @Aristide

      Ben non je ne sais pas lire autre chose que ce que vous dites : selon votre écrit (l’analyse ne démontre pas le contraire), les ploucs auraient été marxistes.


    • Aristide Aristide 14 février 11:29

      @Seth

      Vous savez lire ? 

      Des petits paysans et des gros exploitants, comme si le monde paysan obéissait à cette modèle marxiste d’un autre temps. 

      Comme si, cela vous parle, non ? Tant pis, ... 


    • Seth 14 février 11:51

      @Aristide

      Des petits paysans et des gros exploitants, comme si le monde paysan obéissait à ce modèle marxiste que d’autres qu’eux avaient adopté en un autre temps.


      C’est bien cela que vous voulez dire ?


    • Aristide Aristide 15 février 10:23

      @Seth

      Ce que j’ai écrit suffit, sauf pour le non comprenant ....


  • ETTORE ETTORE 13 février 12:38
    ETTORE 13 février 11:50

    Le macronoeud, si il fallait le représenter tel un christ en croix, on lui mettrait des bottes aux pieds, un slip de chez Hugo BOSS et une couronne de chez Rote Child.

    Les bottes, car Môôôôôsieur daigne s’arrêter dans un bar/tabac ( diantre) et taper la discute, comme si il était le bouseux d’à côté.

    Un slip de chez Hugo BOSS, parce que lui, il l’a derrière et devant, pour qui vient s’agenouiller, pour baiser les reliques....

    Une couronne de chez Rote Child, parce que voyez vous, il faut bien planquer son pognon, sous une forme ou sous une autre, alors autant l’avoir en tête de gondole.

    AH j’oubliais....La croix....

    Il vas de soi, que c’est nous qui la portons.

    Faut vraiment espérer que la résu(E)rection, c’est du pipo, parce que déjà une fois, le coup du linceul blanc, à la face des pleureuses, n’as servi à rien, à éponger les larmes des lacrymos.

    Pour la deuxième tentative....Tachons de bien le clouer, et qu’il y dessèche. Comme la saucisse du même nom « le pt’it Jesus lyonnais »


    • Seth 13 février 13:13

      @ETTORE

      « le pt’it Jesus lyonnais »

      Mouais, il y a aussi l’andouille de Guéméné... Mais il est vrai que flanby a déjà pas mal usé l’image. smiley


  • zygzornifle zygzornifle 13 février 16:05

    Comme le prince Charles BM a des soucis de prostate .....


  • zygzornifle zygzornifle 13 février 16:06

    Comment Macron vous considère :

    https://www.youtube.com/watch?v=H7OLhAJw7yw


  • zygzornifle zygzornifle 13 février 16:08

    La masse musculaire de Macron et supérieure à son poids total.

    Si la lumière va plus vite que Macron, c’est qu’elle a peur de lui.

    Macron ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.

    Macron n’essaie pas. Il réussit !!

    Quand Macron scrute l’horizon, il voit son dos.

    Quand Macron va au restaurant, c’est le serveur qui laisse un pourboire.

    Quand Macron s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes.

    Macron est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.

    Macron peut encercler ses ennemis. Tout seul.

    Macron a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.

    Certaines personnes portent un pyjama Superman, Superman porte un pyjama de Macron.

    Macron ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.

    Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et Macron répondit « on dit s’il vous plaît »

    La seule chose qui arrive à la cheville de Macron… c’est sa chaussette.

    Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Macron.

    Quand Macron prépare a manger il fait pleurer les oignons.

    Macron sait parler le braille.

    Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que Macron autorise à survivre.

    Macron et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.

    Un jour, au restaurant, Macron a commandé un steak. Et le steak a obéi.

    Macron connaît la dernière décimale de Pi.

    Macron peut taguer le mur du son.

    Quand la tartine de Macron tombe, la confiture change de côté.

    Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Macron lui en a donné 6.

    Macron est capable de laisser un message avant le bip sonore.

    Une larme de Macron peut guérir du cancer, malheureusement, Macron ne pleure pas.

    Si Macron dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.

    Macron casse les omelettes pour faire des oeufs.

    Le Big Bang était la première éjaculation de Macron.

    Macron était le seul trader a la banque du sperme.

    Quand Macron mange une tartine de miel il mange les abeilles avec.

    Macron est comme les cafards, il survit a tout.


  • tashrin 13 février 17:01

    Plutot que de ressortir les articles encenseurs de ceux qui maintenant nous vantent attal, il serait ptetre mieux de relire,les articles qui anticipaient la suite : le desossage de l’etat providence, la disparition des services publics, le rabotage des droits sociaux, des libertés individuelles, etc etc... Non parce que le fait d’etre soutenu par Arnault et Bolloré, c’est pas un signe de démocratie

    Non parce qu’à part les retraités,les banquiers et ceux qui croquent dans le pot, le raisonnement était accessible : mettre un ancien Rotschield aux commandes de l’Etat en periode de capitalisme de connivence exacerbé, d’assujettissement young leader, et dans la situation qui etait la notre, c’était globalement la dernière connerie à faire

    Ce qui ne les empechera pas de recommencer dans 3 ans. 


    • Fergus Fergus 14 février 13:45

      Bonjour, tashrin

      « c’était globalement la dernière connerie à faire »
       smiley

      Le problème est que « le coeur électoral a ses raisons que la raison ignore ».


    • tashrin 15 février 12:50

      @Fergus
      Ouiiiii, comme celle qui vous ont fait soutenir macron en essayant de vous convaincre que c’etait pas le cas


  • Macron le Pinocchio d’ ATTALI .


    • ETTORE ETTORE 13 février 21:53

      @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
       

      Pin-occhio = pignolat = en provencal
      Pinolo en Italien.....allez, osons..... pignouf !


  • zygzornifle zygzornifle 14 février 09:45
    Le candidat papier WC devenu épouvantail élyséen

  • xana 14 février 13:12

    « et voilà qu’aujourd’hui le peuple demande sa tête au bout d’une pique »

    Moi aussi je le demande.

    Et qu’on ne prétende pas que personne ne sait plus actionner la guillotine.

    S’il le faut je viendrai vous montrer comment ca marche. Sur Macron.


  • xana 14 février 13:13

    Et si vous avez besoin de faire un premier essai, je propose d’utiliser le cou de sa copine Attal.


  • suispersonne 14 février 14:31

    L’insignifiant inégalitaire autoritaire éborgneur giflé -qu’ils viennent me chercher-,

    dit « le beauf d’école de commerce »,

    dit « le pire président de tous les temps »,

    outre qu’il est un zéro au carré,

    est un forcené,

    partisan de l’Assistanat Majuscule des Zaxionnères et des Milliardères,

    qui nous coûtent 17 mille fois le total du rsa.

    Et ça va durer encore longtemps ?


    Il a du souci à se faire, parce que la fraude fiscale sponsorisée par rotschild aux îles anglo normandes reste décelable ..., sans oublier les manipulations covidiotes ...


  • Voilà la preuve que Macron ,le GVT, pratiquent la persécution des français notamment ceux qui ne pensent pas comme eux . 

    La féodalité en Marche 

    https://twitter.com/DIVIZIO1/status/1759490919743508485

    la vidéo de Éric Gandon

    https://www.youtube.com/watch?v=HsJpUX6IAow


Réagir