jeudi 7 mai 2015 - par Dwaabala

Le chemin des chemins qui ne mènent nulle part

L'article « Le fil conducteur » de Ammar BELHIMER [http://www.legrandsoir.info/le-fil-conducteur.html], si je l'ai bien lu, dit en substance deux choses : d'abord que les USA et la France se sont fortement désindustrialisées bien que la masse des travailleurs salariés n'y ait jamais été aussi grande, et que cette masse formerait une sorte de nouvelle « classe ouvrière » ; et que d'autre part la « vraie » classe ouvrière existe toujours quoique réduite en effectifs, et que le jour où elle se mettra en branle, cela en cuira pour le capital. Ce qui, au lieu d'un fil conducteur pour le lecteur constitue plutôt un strabisme divergent chez l'auteur.

Il faut se garder des erreurs de perspective.

Bien sûr, si l'on se limite aux populations des USA ou de la France, comme le fait l'article, le nombre des producteurs directs de l'industrie capitaliste a fortement diminué depuis telle ou telle date, 1970 par exemple.

Et pourtant, si l'on considère ce qu'était alors le nombre de ces producteurs dans le monde cette fois, en le comparant à ce qu'il est devenu aujourd'hui, que constate-t-on ? Qu'il a également diminué ? Rien n'est moins sûr.

Autrement dit, les capitaux n'ont pas de frontières, donc l'exploitation des travailleurs est également sans frontières.

Ce n'est pas un moyen secondaire pour le capital, outre les procédés connus et éprouvés pour augmenter ses profits chez lui, que d'avoir recours depuis plusieurs décennies à des forces de travail étrangères dont l'entretien journalier sur place est bien moins onéreux.

 Ou encore : le travail directement productif emploie-t-il moins de monde ici ? Il suffit de regarder ailleurs pour concevoir que la masse mondiale des travailleurs en usine a spectaculairement augmenté en même temps qu'augmentait la masse des produits, mais ceci à l'échelle mondiale, et en dépit de tous les progrès que l'on constate dans l'automatisation ici.

À ces considérations il faut ajouter que la production capitaliste n'est pas un bloc, qu'elle comporte des secteurs dont certains, dits « à forte valeur ajoutée », c'est-à-dire de haute technicité, ont plutôt tendance à rester sur le territoire et à employer une main d'œuvre d'élite qui ne se trouve pas ailleurs.

Ce n'est pas la même chose de produire un Rafale ou une centrale nucléaire ici que des paires de chaussettes ou des t-shirts à des milliers de kilomètres, voire des automobiles.

C'est ainsi qu'apparait déjà, au degré matériel de la production elle-même, de la technique, la notion de monopole.

Fortes de leur savoir faire, de leur culture scientifique et technique, certaines nations ont le monopole de fait de certaines productions. L'Allemagne par exemple, celui des machines-outils.
L'exemple des entraves opposées à l'Iran dans le développement de son industrie nucléaire illustre parfaitement la jalousie avec laquelle est gardé ce monopole par ceux qui le détiennent.

Placés devant une situation qui ouvre peu de perspectives révolutionnaires de prise du pouvoir par une classe ouvrière numériquement anémiée (anémiée seulement en nombre ?) deux attitudes se dégagent.

La plus couramment rencontrée consiste à envisager la quasi totalité de la population du pays comme prolétarienne puisque salariée. Plus rare, celle qui affirme que la classe ouvrière existe toujours.
Aucune n'est satisfaisante, mais il s'agit déjà d'une autre question.



2 réactions


  • lsga lsga 7 mai 2015 17:03

    waoo.... OP contredit la propagande extrême-droitarde de LGS, et s’appuie pour cela sur un analyse internationaliste ? ça fait plaisir, j’avoue que j’avais été extrêmement attristé de voir Dwaabala sombrer dans le nationalisme et la propagande réactionnaire. Aucune analyse nationaliste ni aucune approche nationaliste n’est susceptible de rendre compte ou de s’opposer à un mode de production qui est mondial. L’appareil de production est mondial, il ne peut être collectivisé qu’à une échelle mondiale, aucune lutte nationale ne peut emporter une quelconque victoire. 

     
    Sinon, pour rappel, la classe ouvrière s’oppose à la classe bourgeoise. Elle n’est pas la catégorie socio-professionnelle des travailleurs à la chaîne qui s’opposerait à celle des cadres ou des techniciens. La classe ouvrière, c’est l’ensemble des personnes qui vivent en vendant leur force de travail, ça comprend le cadre à 3000€ par mois qui se fait également jeter à la porte quand l’usine délocalise. La classe bourgeoisie, c’est l’ensemble des personnes qui vivent du profit, qui possède l’appareil de production ; ça ne comprend pas le cadre à 3000€ par mois qui n’a pas son mot à dire quand les actionnaires décident de délocaliser.
     
    L’attachement au travail à la chaîne est une forme de romantisme, c’est à dire un idéal réactionnaire. Le remplacement du travail des hommes par les machines est AU CENTRE du Livre 3 du Capital. Merci de le lire. 

  • Ashwin 8 mai 08:15

    Thanks to this must needed Homepage,i am searching for this to learn idea how do i fix bluetooth audio devices connections in windows 10 and am so impressed with this tutorial.


Réagir