mardi 26 mai - par Dover63

Le covid ou la covid ? Trois mois après son baptême, l’Académie française aurait trouvé le sexe DU Covid-19. Un peu tard non ?

Humeur du jour…

JPEG

Le Covid-19 « a été [signalé] pour la première fois à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019 »[1].

« L'OMS a annoncé le 11 février 2020 que le nom de cette nouvelle maladie serait « COVID-19 » »[2]. La date du baptême est donc le 11 février 2020. Covid-19, c’est un peu plus court que « coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) ».

Depuis, en France on parle du Covid-19, on dit « le » Covid-19. Les médias, le gouvernement ou l’institut Pasteur parlent du covid[3][4][5][6]. Il est vrai qu’au départ on utilisait surtout « le » coronavirus. Glissement du genre du coronavirus vers celui du covid ?

Le 7 mai 2020, on entend parler d’emploi fautif sur le site web de l’Académie française[7].

L’information diffuse dans les médias. Le Covid-19 se fait transgenre. Il est de bon ton de parler de la Covid-19. Même l’OMS se met au « la » [2]. On pourrait préférer que l’OMS se saisisse d’autres dossiers[8]

Et puis, un peu de journalisme d’investigation[9][10][11], cela fait du bien.

Le 17 mai 2020, le journaliste Frédéric Martel dans son émission Softpower sur France Culture « a jeté un pavé dans la mare des immortels. […] Selon ses informations, la préconisation de l'Académie Française, reprise par tous les médias, n'a fait l'objet d'aucune décision collégiale. Selon lui, c'est sans doute la secrétaire perpétuelle de l'Académie Française, Hélène Carrère d'Encausse, qui aurait publié le texte […] sur le site de l'institution. Cinq académiciens contactés par Frederic Martel "disent ne pas avoir été consultés par l'Académie qui ne se réunit plus […]. Autoritarisme du secrétaire perpétuel Hélène Carrère d'Encausse (90ans) ?" s'interroge Frederic Martel. […] "Certains ont même appris par ma bouche la décision de l'Académie. Aucun vote […] n'a été organisé". […] Et Frederic Martel de conclure : "Les positions de l'Académie ne sont donc pas celles des académiciens." » [9].

Le français est une langue vivante. Frédéric Martel « cite Alain Rey, le directeur des éditions qui éditent le dictionnaire le Robert. "C'est l'usage qui prime et c'est toujours lui qui gagne". Le covid s'étant largement imposé, il pourrait perdurer. » [9]. On peut également lire : « Mais, une autre des règles fondamentales d'une langue est son usage courant. "L'usage fait la loi" ont coutume de dire les linguistes. » [3]. La notion d’usage courant revient souvent[4][12]. On titre même : « L'Académie française plaide, un peu seule, pour le féminin » ou « L'usage contre la règle » [12].

Une chose est sûre. Entre le 11 février et le 7 mai, presque trois mois c’est un peu (trop) long pour réfléchir au genre d’un mot, non ? Impertinent, on pourrait presque rappeler que des opticiens et des audioprothésistes semblaient assurer des permanences pendant le confinement[13][14]… N’insistons pas.

Une autre chose est sûre. Il semblerait que les Québécois aient choisi « la covid » depuis quelques temps déjà[12][15]. Se seraient-ils accordés sur le « la » avant le concert ? Pardon, avant la vague de l’épidémie ? En tout cas, sur la langue française, le Québec donne une leçon à l’Académie française.

Alors ?

« Le » covid, emploi fautif ? Ou… « la » covid, emploi fictif ?

Quoi qu’il en soit : l’usage c’est nous.

 

 

Précédentes tribunes :

Covid-19 : et si la France faisait confiance à ses généralistes ?

Covid-19 : Azithromycine testé en préventif. Et si en pleine période de pandémie la France faisait du curatif ?

Covid-19 : que penser des essais cliniques avec groupe placebo en période d’épidémie ?

Covid-19 : masques, azithromycine, généralistes, essais cliniques, vaccin, confinement, chloroquine… Éléments de langage pour un 20 h 02

Antibiotiques : azithromycine, macrolides, C3G, doxycycline… Un traitement du Covid-19 par les médecins de ville serait possible ?

Enquête d’un syndicat de médecins généralistes : 9000 décès à domicile en rapport avec le Covid-19 … vraiment ?

Didier Raoult, collectif « Laissons les médecins prescrire », prise en charge précoce du Covid-19 : vers un scandale de santé publique ?

Désinfox coronavirus, fake news, libération du marché de l’info… et pendant ce temps-là les articles sembleraient disparaître du web ?

Chèque-Niouze : le docteur Robinson Crusoé prescrit (hors AMM) du jambon et du fromage aux intermittents du spectacle en cas de Covid-19 ?

L’azithromycine aurait un rôle capital dans le traitement précoce du Covid-19 : les médecins n’oseraient plus divulguer leurs résultats ?

Estimations des décès liés au Covid-19 à domicile par le certificat de décès : naïveté ? Poisson d’avril ? Arnaque délibérée ?

Le traitement précoce du Covid-19 révèlerait des inégalités territoriales et sociales : union nationale ? Urgence sanitaire ? Vraiment ?

Covid-19 et soignants : des ovations, des primes, des jours de congés, des médailles, le 14 juillet… N’en jetez plus !

Marre d’avoir peur du Covid-19

Taux d’hospitalisation, de mortalité, d’asymptomatiques, chiffres sur le Covid-19 : il y a des médecins généralistes en France

Hydroxychloroquine : une étude controversée et Véran saisit le HCSP. L’azithromycine serait efficace contre le Covid-19 : on saisit quoi ?

 

 

[1] https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

[2] https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance/naming-the-coronavirus-disease-(covid-2019)-and-the-virus-that-causes-it

[3] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-covid-ou-la-covid-l-academie-francaise-tranche-pour-le-feminin_2125853.html

[4] https://www.egora.fr/actus-pro/insolite/59303-faut-il-dire-le-ou-la-covid-l-academie-francaise-tranche-pour-le-feminin

[5] https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32456-Le-La-Covid-l-Academie-francaise-met-fin-debat

[6] https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/maladie-covid-19-nouveau-coronavirus

[7] http://www.academie-francaise.fr/le-covid-19-ou-la-covid-19

[8] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hydroxychloroquine-une-etude-224659

[9] https://www.lindependant.fr/2020/05/19/le-ou-la-covid-cinq-membres-de-lacademie-francaise-setonnent-de-ne-pas-avoir-ete-consultes,8894283.php

[10] https://twitter.com/martelf/status/1262101725093285895?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1262101725093285895&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lindependant.fr%2F2020%2F05%2F19%2Fle-ou-la-covid-cinq-membres-de-lacademie-francaise-setonnent-de-ne-pas-avoir-ete-consultes%2C8894283.php

[11] https://www.franceculture.fr/emissions/soft-power/soft-power-le-magazine-des-internets-emission-du-dimanche-17-mai-2020

[12] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-ou-la-covid-19-l-academie-francaise-plaide-un-peu-seule-pour-le-feminin_3960971.html

[13] https://www.notretemps.com/dossier-coronavirus/confinement-protheses-auditives-je-fais-quoi,i216963

[14] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2629535-coronavirus-opticien-ouvert-lunettes-lentilles-controles-urgence/

[15] https://www.courrierinternational.com/article/vu-de-suisse-le-ou-la-covid-19-le-monde-francophone-restera-coupe-en-deux

 



16 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 mai 09:21

    Fer à repasser, aspirateur, balai, four et lave-linge sont masculins, alors que télé, console, voiture et carte de crédit sont féminins. Qu’est-ce qu’elle fout, l’Académie Française ? Elle nous en veut ?


  • JL JL 26 mai 09:28

    « C’est l’usage qui prime et c’est toujours lui qui gagne ».

     

     Hé oui, nous devenons tous des oropéens. Maloreusement.


  • rogal 26 mai 10:57

    Que ce soit 1 ou 2 : SARS ou SRAS ? Réponse dans un an.


  • ETTORE ETTORE 26 mai 11:06

    C’est sûr que, ne pas trouver le sexe du bébé....ça laisse songeur !

    Mais, de toute façon, vu qu’on en est toujours à la recherche en « paternité » du nouveau né.....

    Et que « la maternité » semble tout autant compromise, à se faire jour, que pour un nouveau né déposé dans une corbeille devant un monastère de bonne soeurs....

    En attendant, ceux qui se sont approchés trop près de l’étable, sont partis vers les étoiles.

    Les autres, continuent à porter des masques, à perdre haleine. Un peu comme des offrandes consommables..... à nos ROIS libertés.


  • McGurk McGurk 26 mai 11:49

    #Quoi qu’il en soit : l’usage c’est nous.

    Il n’y a pas de débat possible et non, l’usage est lié aux règles de français basiques.

    Il n’y a pas de féminin à ce mot, ni même pour SRAS, c’est irrémédiablement masculin...parce que c’est « un » virus. ’commencent à doucement nous faire chier avec leur vent de féminisme à tous les étages, à déformer notre langue sous prétexte « d’injustice » mais en ignorant tout simplement la logique, les règles et le contexte historique liés à la langue française.


  • zygzornifle zygzornifle 26 mai 13:09

    Maintenant qu’ils ont trouvé son sexe je crais pour le petit cul du corona , il va prendre cher …..


  • il faudrait 26 mai 13:50

    c’est un peu « enculer des mouches » de vouloir mettre un article français sur un « mot » anglais  : the Corona-virus-disease, the-le ou the-la ?


  • sls0 sls0 26 mai 14:44

    Si on s’en tient à la règle employée sur ce coup ci on devrait dire :

    Une radar.

    Une lazer.

    Une sonar.


  • Albert123 26 mai 17:55

    je vois que les sujets de la plus haute importance sont étudiés avec la plus grande attention par nos institutions républicaines bien à la peine depuis quelques années.

    se poser la question du genre du covid c’est assurément renforcer la théorie, de plus en plus vraisemblable, du couillonavirus.


  • HELIOS HELIOS 26 mai 18:54

    m’en f... je l’appelle CoviR 19 car en Français disease, cela ne veut rien dire.

    Le Corona Virus 2019 c’est du masculin...


  • ETTORE ETTORE 26 mai 20:21

    En plus comme il mue.....

    On va voir rappliquer fisa les transgenres....et autres indéfinis, qui vont réclamer leur part de « minorité visible ».

    Diantre, ventre-dieu.....Anoblissons le chose, et présentons le à Monarc 1èr pour l’adouber dans des fonctions et porter la « parti-cul ».


  • Arnes Arnes 27 mai 08:52

    Encore une fois, les québécois ont prouvé leur efficacité à franciser tout nouveau terme créé en général dans la langue mondiale qu’est l’anglais.

    Notre vielle académie française mettant plusieurs mois ou années à réagir, le temps d’établir l’équivalent d’un nouveau terme en français, l’usage courant a déjà sanctuarisé l’usage du terme anglais.. sauf au Quebec !

    Solution évidente : supprimons définitivement cette académie moribonde et branchons nous sur l’office québécois de la langue française https://www.oqlf.gouv.qc.ca/accueil.aspx


Réagir