vendredi 18 août - par Gérard Faure-Kapper

Le Crédit Mutuel veut en finir avec l’ESPRIT CHARLIE et la liberté d’expression

 

Par Gérard Faure-Kapper

 

Le Crédit Mutuel Nord Europe veut en finir avec la liberté d’expression, l’art de la parodie, la caricature et l’humour sous toutes ses formes.
 
Si le Crédit Mutuel du Nord gagne son procès engagé contre le Président de l’APLOMB, Gérard Faure-Kapper, moi-même, la jurisprudence sera terrible et interdira toutes les parodies des banques.
 
Le Crédit Mutuel du Nord veut faire un exemple en frappant l’APLOMB.
 
J’avais, le 2 décembre, écrits un blog ici-même. L’objectif était simple : rappeler aux administrateurs des Caisses de Crédit Mutuel leurs responsabilités civiles et pénales, notamment en cas de plainte de Sociétaires.
 
Plutôt qu’un article juridique sur les statuts de ces Caisses, j’ai préféré faire une parodie de leur publicité. Que les acteurs de celle-ci me pardonnent, car je la trouve sympathique et réussie.
 
Voici le texte incriminé :
 
Ce texte me vaut d’avoir été mis en examen pour PROPOS DIFFAMATOIRES.
 
Audience à la 17ème corectionnelle de Paris le 9 novembre 2017
 
Le voici :
 
 
Crédit Mutuel, les caves se rebiffent !

Par Gérard Faure-Kapper

 

"- Dis donc, c'est quoi cette histoire de quitus non donné, je n'y comprends rien...

- Je t'explique papa, au Crédit Mutuel, la banque appartient à ses sociétaires qui ont un droit de regard sur la gestion. Ils se réunissent chaque année en Assemblée Générale et donnent, ou non, le quitus au Conseil d'Administration.

- C'est quoi le quitus ?

- Les sociétaires sont satisfaits de la gestion de leur Caisse de Crédit Mutuel et délivrent le Conseil d'Administration de sa responsabilité.

- Et alors, pourquoi ne leur avez vous pas donné ce quitus ? Vous n'êtes pas satisfaits ?

- Non, car il y a des plaintes déposées pour délit d'usure présumé. Le Conseil d'Administration doit répondre devant la juridiction pénale.

- Mais, ils n'y sont pour rien, c'est la Fédération qui est responsable.

- Eh non, eh non, justement, c'est le Conseil d'Administration qui a toute la responsabilité pénale, c'est son président qui risque d'aller en prison.

-Et la Fédération ?

-Blancs comme le vautour qui vient de naître. Ils dirigent réellement, mais le Président est un homme de paille.

- C'est dégueulasse ce système, alors que faut-il faire ?

- Les sociétaires refusent de donner le quitus au Conseil d'Administration lors de l'Assemblée Générale. Le fonctionnement de la Caisse de Crédit Mutuel est alors bloqué, et la BDF fait une descente.

- Homme de pailles ? La BDF, c'est quoi ? Botte de Foin ?

- Papa, tu le fais exprès BDF, Banque de France.

- Et c'est quoi ce délit d'usure présumé ?

- Le Crédit Mutuel a prélevé des commissions d'intervention sur le compte de sociétaires pour rémunérer des acceptation de découvert. Le Crédit Mutuel a omis de les compter dans le taux effectif global. Quand les calculs ont été refait, on s'est rendu compte que le TEG était de 82% et non 12% annoncé.

- Et que risque le Président ? 

- Entre autre, 2 ans de taule.

- Alors, ne pas voter le quitus protège les bénévoles ?

- Oui papa, et pour les prochaines assemblées générales, c'est un devoir mutualiste pour chacun de ne pas voter le quitus."



22 réactions


  • ZXSpect ZXSpect 18 août 16:50

    Il ne faut pas mêler l’Esprit Charlie et la photo de la manifestation qui a suivi le massacre... à vos petites chicanes avec un établissement bancaire.


  • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 18 août 17:38

    Effectivement, l’esprit charlie est une chose isolée qui n’a rien à voir avec la repression de la liberté d’expression. 


    Vous faite bien de rappeler que seul des groupes habilités et contrôlés peuvent se prévaloir de cette liberté. pas les citoyens ordinaires.

    L’affaire contre la banque n’est pas une chicanerie. C’est un procès en correctionnel (9 nov 2017) dont le coeur du problème est la liberté d’expression. Les peines demandées de part et d’autre, sont très lourdes.

    Là ou je vous rejoint, c’est que l’Etat doit contrôler toutes les communications, accepter certaines et en refuser d’autres. Notamment, toutes critiques contre le système bancaire doit être absolument interdites, sinon, le peuble ne sera plus gérable et reprendra sa liberté. 

    D’ailleurs, c’est la ligne de Macron.

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 18 août 19:58

      @Gérard Faure-Kapper

      Allons, allons ! Un procès en correctionnelle pour diffamation, c’est excellent dans un plan com. Vous avez tout à y gagner !

      - Acquitté, vous pourrez prétendre que vous aviez raison dans votre croisade.
      - Condamné, vous pourrez vous présenter en martyr de la liberté ou en victime d’un complot bancaire.

      Un plan win-win qu’il suffira simplement de monétiser le moment venu...


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 18 août 20:06

      @Robert Lavigue 

      C’est pas faux

  • ZXSpect ZXSpect 18 août 19:57
     
    « Vous faite bien de rappeler », « Là ou je vous rejoint, »... 
     
    Ai-je besoin de vous pour m’exprimer ?
     
    J’ai trop de respect pour le souvenir des victimes pour accepter que l’on détourne l’Esprit Charlie et le massacre de journalistes libres.

  • Aristide 19 août 12:59

    La liberté d’expression est limitée par la loi en cas de propos diffamatoires. Il ne s’agit évidement pas de l’interdiction de critique libre de la Banque, de ses procédés, ...


    En traitant le président d’homme de paille, il s’agit en l’occurrence d’une diffamation, la personne est identifiable, le propos est une fausse accusation, l’auteur sera condamné pour cela. Idem en traitant la personne morale Banque d’usurier.

    Pour le reste sa critique de la banque, de ses méthodes, ... ne constitue pas un délit.

    Cet individu veut se faire passer pour le chevalier blanc contre les banques, son cheval de bataille est le calcul du TEG qu’il ne comprend visiblement pas. Il argue sur ce seul fait pour désigner tous les établissements bancaires en les traitant d’usuriers ...

    Il est affligeant de suffisance ...

    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 19 août 14:04

      @Aristide


      Bonjour Maître, vous ne vous êtes toujours pas décidé à prendre des cours de technique bancaire pour savoir de quoi vous parlez.

      En l’occurence, dans l’affaire de diffamation qui nous occupe, je vais vous demander votre avis de juriste, un avis que j’espère objectif.

      J’ai créé en 2009 un blog personnel nommé antibanque blogspot. J’ai déjà écrit plus de 1.600 articles.

      En janvier 2013, l’association APLOMB voit le jour. j’en suis président.

      L’APLOMB n’a aucun blog d’aucune sorte nulle part. De plus, toute communication est contrôlée par son conseil national.

      Voici les faits :

      En mai 2017, j’écris un article mettant en cause la régularité des élections dans leur assemblée générale. 

      Evidemment j’ai toutes les preuves, et évidemment je suis prêt à en répondre.


      Voici la procédure que le Crédit Mutuel aurait dû suivre : Plainte contre x pour diffamation, commission rogatoire du parquet pour identifier l’auteur, identification de l’auteur par ses aveux, passage devant un juge d’instruction pour mise en examen, puis procès.


      Seulement le Crédit Mutuel de Laval à suivi une autre voie. Surement conseillé par un avocat un peu comme vous, arrogant, sûr de lui, méprisant, et voulant acquérir une parcelle de gloire en descendant l’APLOMB. 

      Ils font une citation directe à comparaître. Ils sont sûrs de tenir le coupable.

      Seulement ils font la citation à comparaître à l’association APLOMB en affirmant que le blog lui appartient et qu’elle le gère.

       j’ai bien entendu toutes les preuves du contraire.


      Voici la suite :


      Lors de l’audience du 21 septembre 2017 au TGI de Laval, c’est l’association APLOMB qui est convoqué, et non le seul responsable, c’est à dire moi-même, simple sujet de sa Majesté qui reconnaît être l’auteur de l’article et le seul responsable de mon blog personnel.


      L’APLOMB est une personne morale, distincte de la personne physique que je suis. ’Je pense que vous avez appris à faire cette distinction dans vos cours de droit)


      Le Conseil national a déjà jait une déclaration comme quoi l’APLOMB n’a aucune responsabilité.


      Et alors Maître, que va-t-il se passer ?

      Non lieu et contre attaque de l’APLOMB pour dénonciation calomnieuse. 


      Quant au vrai et seul coupable, c’est à dire moi, il faut que le Crédit mutuel recommence toute la procédure.

      Seulement voilà, il y a prescription.

      De plus, je suis résident britannique. La procédure n’est plus la même, même si la Mayenne était terre anglaise au 12ème siècle.


      Alors cher maître, quel est votre avis sur cette affaire ?


      Une dernière chose, vous refusez de vous identifier sur ma boite mail, préférant l’anonymat du délateur, à l’abri derrière sa machine.

      Pourtant, il me semble bien que vous avez défendu une affaire pour la banque et contre l’APLOMB.

    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 19 août 14:08

      @Aristide

      Une dernière chose, puisque vous êtes au courant du dossier. Le terme homme de paille et usurier ne me concerne en rien. Vous confondez avec la seconde affaire qui implique un sociétaire et qui n’est pas encore jugée. Un peu plus de discernement Maître C...... sinon vous allez droit au plantage et vous risquez de perdre la clientèle du Crédit mutuel.

    • Aristide 19 août 21:57

      @Gérard Faure-Kapper


      Vous m’affublez d’un titre que je n’ai pas. Je ne vous connais que par la somme des inepties que vous écrivez ici, inutile d’être spécialiste pour s’apercevoir de vos élucubrations. Votre histoire de TEG est d’un ridicule assez évident pour qu’il n’y ait aucun besoin d’avoir été un virtuose du taux d’intérêt. 

      Maitre C... ? Vous délirez ... 


    • Osis Osis 20 août 08:55

      @Aristide

      Jaloux !


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 20 août 09:07

      @Aristide


      C’est plus facile au tribunal de sortir vos ineptie contre un client de la banque que le juge fait taire.

      Dans la vraie vie, comme ici, c’est moins simple, car vous avez la contradiction.

      Et quand vous êtes à bout d’argument, que vous êtes incapable de répondre sur les coûts, le contenu d’une convention, la différence entre l’ouverture d’une ligne de crédit et une simple information, 

      quand vous vous rendez compte qu’avant d’avancer des arguments juridiques, qui ne sont qu’hypothèse et spéculation, il faut d’abord se pencher sur les faits. Les faits, ce sont des chiffres comme j’aime, glacés, tranchants,

      Alors, on part dans les généralités « nul besoin d’être un spécialiste, il dit n’importe quoi, c’est ridicule, ah, ah, ah...

      Non Maître qui voulez rester anonyme, qui refusez de vous dévoiler, tapez mon nom sur google, il y a plus de 36.000 articles, vous saurez qui je suis.

      Et si vous voulez connaître un peu le sujet dont vous vous faite le spécialiste, je vous renvoie au livre »le livre noir de la banque". J’en suis l’auteur. https://www.leslibraires.fr/livre/11463608-le-livre-noir-de-la-banque-gerard-faure-kapper-editions-luthenay

      Vous voyez Maître, c’est plus facile de démolir un client qui n’y connaît rien, sinon qu’il a été arnaqué, que quelqu’un qui nage dans le sujet.

      Au fait Maître C...... quand vous décidez-vous à lever l’anonymat sur votre personne ?


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 20 août 09:26

      @Gérard Faure-Kapper


      Ce lien n’est plus valable, je me suis trompé. Voici le lien. http://www.jepublie.com/livre-le-livre-noir-de-la-banque-544.aspx

    • Doume65 21 août 10:35

      @Aristide
      « En traitant le président d’homme de paille, il s’agit en l’occurrence d’une diffamation, la personne est identifiable  »
      Je ne vois pas en quoi le fait d’être identifié l’empêche d’être un homme de paille.


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 21 août 11:29

      @Doume65


      Merci pour votre réponse, mais la phrase en italique... est de vous.

      Et je peux prendre à mon compte votre réponse.

    • Doume65 26 août 13:22

      @Gérard Faure-Kapper
      « Merci pour votre réponse, mais la phrase en italique... est de vous. »
      Pas du tout, elle est d’Aristide (19 août 12:59). C’est d’ailleurs très clairement à lui que je m’adressais.


    • Aristide 26 août 13:26

      @Doume65


      Le fait d’être identifiable permet de porter plainte pour diffamation. L’accusation d’homme de paille sans aucune preuve est une diffamation. Rien dans le texte n’apporte le début d’une démonstration de cette accusation diffamatoire.


    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 26 août 13:31

      @Doume65


      Excusez-moi

    • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 26 août 13:33

      @Aristide


      L’affaire est jugée au TGI de laval le 21 septembre.

      Vous comprendrez Maître que je réserve mes preuves pour le juge.

  • lloreen 19 août 21:04

    Le crédit agricole ignore sans doute que le conseil national de transition de France, le seul organe légitime de France , conformément à la déclaration universelle des droits de l’ homme et du citoyen a créé la Cour Suprême le 8.8.2017
    https://conseilnational.blogspot.fr/2017/08/cour-supreme.html
    https://www.youtube.com/watch?v=JPpmZ9LOiy8


  • ZXSpect ZXSpect 20 août 20:31

    C’est une honte de détourner le massacre de journalistes pour étayer un litige avec un organisme bancaire.


Réagir