mardi 6 avril 2010 - par Nozinan

Le gazage des Infirmiers-Anesthésistes Diplômés d’Etat (IADE)

Les forces de l’ordre perdent leur sang froid le 30 Mars 2010, à 14h20, boulevard du jeu de paume à Montpellier lors d’un sit-in des Infirmiers-Anesthésistes Diplômés d’Etat (IADE).

Ils sont mécontents les Infirmiers-Anesthésistes Diplômés d’Etat.
 
Ils s’estiment être les plus lésés dans le protocole Bachelot censé revaloriser la filière infirmière...
 
En effet, alors qu’ils sont la spécialité avec la plus longue durée d’étude* de toute la filière infirmière, et qu’ils ont de grandes responsabilités dans l’exercice quotidien, ils obtiennent la plus faible revalorisation au regard des autres corps. On leur demande en plus (en contrepartie !) d’abandonner la catégorie active, niant ainsi tous les caractères de pénibilité de la profession !
 
Venus protester pour exiger une re-négociation des grilles indiciaires, les Infirmiers Anesthésistes ont manifesté le 30 Mars tout comme le 11 Mars avec un très fort taux de grévistes (80%) et une activité chirurgicale fortement ralentie à ces dates.
 
Entre 1800 et 2000 IADE à Paris dans la rue, d’autres rassemblements dans les régions, notamment à Montpellier où la manifestation a dégénéré suite à la perte de sang froid du responsable de la police nationale qui se mit à gazer à bout portant les Infirmiers-Anesthésistes, pacifistes, mais déterminés à obtenir leur dû et à faire comprendre leur mécontentement !
 
Les images parlent d’elles mêmes...
 
 
 
 
 
 
 
Le 2 Avril les Infirmiers-Anesthésistes Diplômés d’état interpellent les parlementaires afin qu’ils tranchent sur l’injustice criante qui touche leur profession.
 
 
 
PDF - 111.4 ko
 
 
* : 3 ans de formation de base + 2 années de service actif obligatoire avant de pouvoir prétendre à passer le concours d’entrée en école d’Infirmier-Anesthésiste, + 2 années d’études spécialisées sanctionnées par un diplôme d’état. Soit 5 années d’études effectives réalisable au minimum en 7 années !)
 


37 réactions


  • Annie 6 avril 2010 10:27

    Je vais réagir un peu à l’emporte-pièce, mais votre article illustre parfaitement comment il est possible de semer la zizanie et de diviser tout un corps professionnel en le récompensant au mérite. Cette situation existait déjà en Grande-Bretagne il y a environ 25 ans. Sans parler de filières plus spécialisées comme les infirmiers anesthésistes, les rémunérations dans la profession infirmière étaient hiérarchisées selon le prestige, la complexité ou la technicité de la spécialisation, mais surtout selon certaines catégories de patients que la société valorise différemment. Pratiquement, les infirmiers et infirmières travaillant dans des services gérontologiques, dermatologiques, psychiatriques etc. étaient moins payés que ceux qui travaillaient dans les services néonataux, cardiologiques, en réanimation etc. Cela a deux types de conséquences : 1) de renforcer l’inégalité de traitement de certaines catégories de patients, 2) de diviser une profession et de casser la solidarité.
    Ce qui ne veut pas nécessairement dire que je réprouve votre démarche, simplement que je constate à quel point il est facile de diviser pour régner.


    • Mathilda 7 avril 2010 00:25

      @ Annie
      Les manifestations d’infirmières en Angleterre étaient fréquentes aussi il y a 15 ans. Connaissant leurs conditions de travail, les voir à l’époque se résigner à lâcher leurs patients, pour oser défiler toujours plus nombreuses dans les rues pour une moindre augmentation de leurs salaires minables me pinçait le coeur.
      La seule mais énorme et majeure différence, c’est que les policiers, à visage découvert muni d’un simple bobby, faisaient tranquillement le piquet, les bras croisés, ou discutaient avec des manifestant/es.
      Ce que souligne l’auteur avant tout ici, c’est l’ignominie de la police française qui agresse gratuitement, pour interdire illégalement une manifestation pacifique. En clair, des actes de délinquants qui abusent à l’envi de leur impunité et de leur tout pouvoir arbitraire sur de simples citoyens spoliés.
      Ceci est tout sauf de la démocratie.


    • Annie 7 avril 2010 10:29

      Je faisais simplement remarquer que les infirmiers anesthésistes avaient manifesté pour des intérêts corporatistes. Il est évident qu’ils ont le droit de manifester et cela sans se faire gazer. Mais ils sont finalement plus vulnérables parce qu’ils se sont désolidarisés du reste de la profession.


    • Nozinan Nozinan 22 avril 2010 13:14

      Pardon ? non mais j’hallucine sur vos commentaires ! Evidemment que nous sommes corporatistes ! aucun partenaire social (entendez grandes centrales syndicales FO, CGT ...) ne s’est émeut de la situation des IADE dans cet infâme protocole ! Si nous ne défendons pas notre spécialité, personne ne le fera à notre placer ! :

      Nous nous sommes désolidarisés des autres ? mais enfin c’est du n’impoirte quoi ! Pas une, oui vous lisez bien, pas une infirmière, pas une puéricultrice, pas une Infirmière de bloc ne s’est élevé contre ce protocole ! Et pour cause il n’y a que les IADe qui se font enfler en beauté !

      Historiquement les IADE ont toujours été les détonateurs des manifestations infirmières !

      Alors je vous en prie ! renseignez vous sur notre lutte avant d’écrire de telles inepties !


    • Mathilda 17 mai 2010 01:10

      Je viens de lire votre réponse (un peu tard, mais mieux que jamais !)
      Nous avons été sensibles sur des points différents de l’article, mais je comprends tout à fait votre point de vue, d’autant plus que c’est votre vécu dans cette profession qui en mesure bien les problèmes, mieux que d’autres comme moi, extérieurs à la situation.
      Cordialement.


  • titi 6 avril 2010 11:09

    « niant ainsi tous les caractères de pénibilité de la profession ! »

    Je propose la réouverture des mines de potasse de Staffelfelden, et d’y envoyer toutes ces professions « pénibles ». Celà relativisera certainement les choses...


  • bakounine 6 avril 2010 11:21

    @Titi :

    Consternante votre remarque !!


    • titi 6 avril 2010 12:00

      Ce que je trouve consternant c’est la manipulation.

      Depuis plusieurs années un consensus c’est fait pour dire que la durée de la vie active par exemple doit prendre en compte la pénibilité du travail. Celà tombe sous le sens : le BTP, les métiers de force ne peuvent être effectués à des ages canoniques...

      Et petit à petit que voit on : les infirmiers, les profs (35 semaines d’activité an) et tous les guignols se reclamant maintenant des métiers « pénibles ». Pas une intervention sans parler de la « pénibilité » du métierLe but est clair : s’exempter des futurs augmentation des durées de cotisations.
      A gerber. Ces budgétivores vont encore par leur pouvoir de nuisance se tailler un petit statut sur mesure que des mecs les mains dans le béton vont leur financer.

      D’autre part quand on a choisit comme pseudo Bakounine, on doit pas être consterné par grand chose...


    • Traroth Traroth 6 avril 2010 14:27

      @titi : j’aimerais vous voir faire les horaires d’un infirmier-anésthésiste, pour voir...


    • titi 6 avril 2010 16:07

      Votre remarque tombe à l’eau... je suis à mon compte et les horaires de vos anesthésistes je les explose allégrement. Ne serait ce que par l’absence de congé.

      Alors leurs jérémiades, ca me fait bien rigoler.




    • frugeky 6 avril 2010 16:25

      Celui qui trouve que les profs ne font pas un métier pénible, qu’il éduque ses mômes lui-même.
      Le même qui trouve que les infirmiers ne font pas un métier pénible, qu’il s’occupe de ses vieux.
      Sa pénibilité n’étant pas reconnue, il pourra toujours se toucher pour se faire soigner que ce soit en psychiatrie ou dans le « général ». A bon entendeur...


    • titi 6 avril 2010 16:33

      Remarque crétine.

      Je peux aussi vous dire d’aller vous même fondre la fonte de vos radiateurs dans un haut fourneau et me dire si celà est plus pénible que faire classe à des terreurs (- de 35 semaines par an au passage)

      Tous les métiers sont pénibles puisqu’ils sont une contrainte.
      Il n’empêche qu’on assiste à un détournement du concept de pénibilité au bénéfice des castes les mieux protégées.


    • Traroth Traroth 6 avril 2010 16:57

      Bien sûr, vous « explosez » les horaires d’un infirmier, qui fait parfois 50 heures par semaine, de jour comme de nuit. Et pas à son compte, hein ! Vous, vous ne bossez que pour votre pomme !
      Alors bien sûr, vous allez affirmer que vous faites 16 heures par jour, comme si c’était physiologiquement possible de faire 16 heures par jour de moyenne...

      Minable.


    • titi 6 avril 2010 18:00

      C’est très simple d’exploser 50 heures par semaines, lorsqu’on est concerné par ce que l’on fait.
      C’est d’autant plus simple lorsque la semaine compte 7 jours et pas 5. Qu’il y a 52 semaines dans l’année et pas 47 voire 35.

      Je ne suis pas le seul dans ce cas là. J’en ai plusieurs autours de moi et personne ne pleure et ne parle de pénibilité.


    • titi 6 avril 2010 18:03

      « Et pas à son compte, hein ! Vous, vous ne bossez que pour votre pomme ! »

      Vu les chèques que je fais tous les mois au trésor, à la CADES, à l’URSAAF et à tous les parasites AG2R, etc, je vous assure que non vraiment, je ne travaille pas que pour ma pomme.


    • femm 17 juin 2010 18:04

      7h30 - 15h30 tous jours, pas de nuit, pas de garde, pas de WE. 

      Jamais de responsabilité pénale, ni médicale puisque toujours sous la responsabilité directe d’un médecin anesthésiste.
       A 15h30, on s’en va, que l’opération soit fini ou pas (et c’est le médecin qui termine).
      Tout ça pour 3500€ net mensuel, salaire d’embauche + 4000€ de prime annuelle. En plus je fais de l’interim sur mes rtt.
      Je connais plus d’un généraliste ou cadre sup, passé par math-sup math-spé + école d’ingénieur qui seraient dégoûtés s’ils l’apprenaient....alors ne nous plaignons pas et faisons canard avant que le vent ne tourne !!

  • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 12:01

    Je n’aime pas le ton de cet article !

    On peut s’élever contre le gazage de manifestants qui ne représentent aucun danger, ça c’est juste et légitime.
    En quoi le fait que les victimes soient diplomés d’état fait il que ce soit plus scandaleux qu’on les gaze que d’autres ????

    ON dirait que vous etes en train de dire : « regardez c’est scandaleux, on gaze des manifestants. En plus c’est une honte ils sont diplomés d’Etats ! »

    Vous auriez du en rester à votre première idée, et ne pas chercher à établir de hierarchisations entre les différentes victimes d’un même délit (surtout pour un caractère lié au niveau d’études) !


    • titi 6 avril 2010 16:28

      Dans la vision agoravoxienne, l’homme (ou la femme) qui a fait des études doit tout obtenir à l’issue de celles ci : honneurs, richesses et dévotions.
      C’est la vision éducation nationale marxisante : tu as un Bac + 5 alors tu dois avoir un emploi jusqu’à la fin de tes jours. Même si il s’agit d’un bac +5 psycho ou socio et si cet emploi n’existe pas alors l’Etat devrait te l’inventer et le financer en tapant les autres Bac < 5.

      En fait c’est une vision très féodale : le fait d’avoir fait qq chose jugé « meilleur » à un moment de sa vie entrainerait des privilèges pour le restant. Sans aucune remise en cause. Jamais.


  • agent orange agent orange 6 avril 2010 12:09

    A la vue des photos de l’article, il semble que la France n’a rien à envier aux dictatures.

    Si j’étais un des anesthésistes gazés, je refuserai l’anesthésie du prochain poulet « hormoné » qui passera par mes services.
    Après tout les flics n’en pas besoin... ils sont déjà anesthésiés... irréversiblement !


    • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 13:47

      La seule petite différrence, c’est que les gaz ne sont pas mortels....


    • agent orange agent orange 6 avril 2010 14:12

      C’est pas du Zyklon B ?


    • Traroth Traroth 6 avril 2010 14:30

      Pas mortel, c’est vite dit. Le CS, c’est pas franchement un antigrippe !

      http://fr.wikipedia.org/wiki/2-chlorobenzylid%C3%A8ne_malonitrile


    • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 14:54

      Franchement je prefere mille fois (quitte à choisir bien sur) me faire gazer par un bon CRS bien con, que de risquer ma vie avece des flics Iranien ou de n’importe quel autre dictature dans le monde, ou le risque est tout simplement de crever !

      Chez nous a part de très rares accidents, on ne meurt plus dans les manifestations.


    • Traroth Traroth 6 avril 2010 17:05

      Ouais, des « accidents »... C’est ça...


    • titi 6 avril 2010 18:56

      Vous auriez donc des informations que le quidam n’aurait pas ?
      Des morts volontaires dans les manifs !!!

      Mais au fait c’était quand le dernier mort dans une manif victime de l’autoritarisme et la répression policière fascisante ? Dans un état policier comme le notre il doit y en avoir pléthore !!


    • TSS 6 avril 2010 20:45


      les morts dans une manif ne sont si vieux ,le dernier c’est le jeune Malik Oussekine « flingué »’ par les voltigeurs motocyclistes de Pasqua !!

      et il ne faut pas oublier que sous la 4ème les policiers avaient le droit de tirer sur la foule ce qui a ete fait en 54/55 sur des manifestants en Bretagne.... !!


    • Musardin Musardin 6 avril 2010 21:37

      Absolument pas d’accord : au contraire il faudrait lui servir une rasade trés généreuse


    • Traroth Traroth 7 avril 2010 16:27

      Non, des informations que tout le monde possède. Quand un mec se fait battre à mort par des CRS (ou des voltigeurs motorisés, d’ailleurs), il faut avoir une tournure d’esprit vraiment très particulière pour appeler ça un accident  !


    • Traroth Traroth 7 avril 2010 17:14

      Des morts, depuis Malik Oussekine, il n’y en a pas eu, à ma connaissance. Par contre, des mutilés, ayant perdu des yeux particulièrement, il y en a régulièrement, grâce à Verney Carron. Mais tant qu’ils sont vivants, hein, pas vrai ?


  • Start 6 avril 2010 16:56

    Que les CRS se réjouissent que les professions médicales aient une éthique véritable, qui leur fera accorder des soins même à ceux qui les gazent. Un peu de remise en question avant d’obéir aux ordres et de gazer des gens qui ne semblent poser aucune menace serait bienvenue.


    Que fait l’IGS dans des cas documentés comme ceux-ci, j’aimerais bien le savoir..

    • Traroth Traroth 6 avril 2010 17:06

      Pareil dans tous les autres cas où la police abuse de la force : elle conclut que tout est conforme à la loi et aux réglements, comme on le lui a ordonné.


    • brieli67 7 avril 2010 12:06

      hé ! hé !!
      Doux ZalsaKo !

      Na na na ! on t’a pas vu à Strossbourry à la manif de l’Otan il y a un an !

      Alors ne porte pas ostensiblement du noir...

      Depuis leur « naissance », les infirmiers-anésthésistes sont « particuliers » _ à part _dans la profession.
      Tout un circuit d’intérimaires _ à tout casser deux mois de boulot et le reste de l’année écumaient ou travaillaient comme GO au Club Med. Pistons, promotions canapé, il va s’en dire...
      Et pas que dans le privé...
      nb : plus de 5o h par semaine ? Ben oui ! ça existe .. des free_lance ( otto_entrepreneurs) avec 15 à 2o heures de présence quotidienne samedi, dimanche et jours fériés compris. 


    • Traroth Traroth 7 avril 2010 16:25

      Si tu es ton propre patron, tu bosses comme tu veux. Si tu veux faire 50 heures, tu fais 50 heures. Et tu touches du pognon !
      Ça n’a rien de comparable avec un statut salarié.

      Et je m’habille comme je veux. Comment sais-tu si j’étais à Strasbourg l’année dernière ou pas ? Ce qui est sûr, c’est que je n’étais pas habillé en noir et cagoulé : Je ne suis pas de la police...


  • ektin 7 avril 2010 00:53

    En parlant de pénibilité, j’en vois un ici qui rend le métier de lecteur plus pénible que tout autre chose ; c’est, vous l’aurez tous deviné, ce titi qui nous ferait adorer les plus vilains gros minets.
    Sans doute un fils à papa qui n’a jamais rien su faire de ses dix doigts et qui pleurniche parceque l’on ponctionne le maigre héritage qu’il a soutiré à ses vieux. Il voudrait nous faire croire à une valorisante assiduité de sa part au travail alors que, même réelle, ça ne serait de toute façon qu’un témoignage de son imbécillité et de son inculture.
    Sans doute un des derniers cocus de nabot 1er qui n’aurait pas encore détecté le gout de la vaseline.


  • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 7 avril 2010 08:35

    Je conseille aux « gazés » de la photo n°3, de déposer plainte directement au proc. Il est visible qu’ils sont victimes de violences illégitimes de la part d’un dépositaire de l’autorité publique, et qui de plus est un officier.


  • bakounine 7 avril 2010 10:08

    Ya toujours un titi oups pardon un abrutis de patron de base* pour venir faire la lecon !!
    Vous savez ces patrons qui travaillent 24h/24h et que tellement ils travaillent ils ont demandé à l’état de faire une loi pour augmenter les journées de 24h à 28h.

    *je dis de base car vu l’argumentation doit pas cogiter des masses !! je vois bien le bon gars bien boeuf ayant voté Sarkozy en se disant lui c’est un Grand^^


  • Nozinan Nozinan 22 avril 2010 13:21

    Il est possible de traiter quelqun de pauvre type sur Agoravox ? c’est une question.

    @ titi :

    Viens voir le métier que je fais, viens voir les situations que je gère, viens voir les risques que j’encours tous les jours en effectuant mon travail, viens voir mes collègues après 40 ans de métier, viens voir nos fiches de paie !

    Après on en reparle.

    Ton discours est abjecte !

    Oh bien sûr on trouvera toujours pire que soit, est ce une raison pour ne pas se plaindre et ne pas essayer de gagner la reconnaissance qui nous ai due ?

    Tu dis ne pas te plaindre de ton dur métier, de tes horaires à rallonge et pourtant tu craches bêtement sur les fonctionnaires de la santé et de l’éducation (des nantis selon toi), tu as une réaction tellement stéréotypée que ça en devient risible !

    Ce message n’attend pas de réponse.


Réagir