jeudi 13 mai 2010 - par Carland

Le maire de Carhaix, convoqué par la police judiciaire. La patience et le flegme ont leurs limites !

Trop c’est trop. Depuis deux ans l’état et ses représentants aveuglés par leur volonté de vengeance harcèle les défenseurs de l’hôpital de Carhaix. Aujourd’hui on apprend que Christian Troadec le maire de Carhaix est à nouveau convoqué par la police judiciaire vendredi 21 mai à 10h00.

Faut-il rappeler que la maternité de Carhaix est toujours menacée de fermeture ? Est-ce de la part de l’état Sarkozyste une énième tentative d’intimidation de la population du Centre Bretagne au travers des tracasseries dont est victime le maire de Carhaix pour mieux cacher ce qui se trame en coulisse à savoir la destruction sournoise des services de l’hôpital par privation de moyens techniques et humains ?

La lutte pour sauver notre hôpital est une lutte au long court. Passerons les préfets et autres exécuteurs des basses œuvres, la lutte continuera. Les Centres Bretons sont des gens pacifiques mais n’ont pas l’habitude de se laisser emmerder quand ils sont dans leur bon droit.

Quelles que soient les manœuvres, les coups bas, nous continuerons non pas de demander le maintien de notre hôpital mais de l’ imposer et ce ne sont pas les menaces qui y changeront quoi que ce soit !

Tous ceux qui comme Bachelot et ses sbires, se sont mis au service de l’industrie pharmaceutique et des charognards des cliniques privées doivent savoir que nous ne sommes pas des moutons qui se laisserons égorgés sans se battre.

Quand l’état et ses représentants faillissent, c’est pour chacun d’entre nous un devoir de remettre de l’ordre. Nous saurons comme en 2008 ré expliquer à la bande de Sarko le petit que le Centre Bretagne a besoin de ses services publics et que jamais nous ne lâcherons notre centre hospitalier.

Notre hôpital nous est vital. Le maintien de l’ensemble de ses services n’est pas négociable. Qu’on se le dise au sommet de l’état, quand on joue avec le feu on se brûle. Si nos élites avaient un minimum de culture, il sauraient pourtant que nous sommes les héritiers des bonnets rouges... !

Carland


L’article du O-F

Le maire de Carhaix, Christian Troadec sera à nouveau entendu par la police judiciaire de Brest, le vendredi 21 mai à 10 h. Le premier magistrat de la ville de Centre- Bretagne ainsi que le comité de vigilance de l’hôpital de Carhaix parlent d’acharnement. Le comité appelle à venir soutenir le maire lors de cette audition le 21 mai à 10 heures, rue Frédéric Le Guyader.

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Christian-Troadec-maire-de-Carhaix-convoque-par-la-police-judiciaire_6346-1370131-fils-tous-Une_filDMA.Htm



16 réactions


  • Emile Red Emile Red 13 mai 2010 13:38

    Vous avez raison.

    Il faut repartir sur la base que nos élus sont nos employés et non que les citoyens sont les sujets des élus.

    Nous ne les payons pas pour qu’ils nous agressent mais pour qu’ils rendent notre vie plus facile.

    Licenciement pour faute professionnelle, il suffit de ces manières de tyran.


    • Carland 13 mai 2010 15:49

      Nos élus locaux ont fait ce qu’ils avaient à faire et ont agit pour le bien commun.

      Je ne comprends donc pas votre propos sauf à penser que vous n’avez pas lu le billet !


    • Emile Red Emile Red 14 mai 2010 08:12

      Je parle bien entendu des élus nationaux qui vont contre la volonté du peuple et non des élus de proximité qui font le plus souvent bien leur boulot.

      Ces élus qui ne voient dans leur rôle politique qu’une façon d’imposer leur vision sans se préoccuper du mieux vivre ou qui se servent du poste comme promotion sociale.


    • Carland 14 mai 2010 13:42

      @ Emile Red

      Sorry, j’avais mal compris le sens votre commentaire, excuses !


  • LOKERINO LOKERINO 13 mai 2010 13:40

    c’est cela , laissons en l’état cet hôpital où exercent les recalés de tout les autres centres
     
    ne faisons rien , + 50% de mortalité en chirurgie lourde c’est un modèle du genre

    surtout ne rien changer !!


  • LOKERINO LOKERINO 13 mai 2010 19:39

    pas du tout, le temps de vous trouver le dernier rapport de l’inspection de la santé qui disait un peu près ( ce sera plus precis lorsque je l’aurai retrouvé )


     L’expertise est accablante pour le centre hospitalier. Malgré tout, les Carhaisiens manifestent leur soutien, et tiennent à sauver leur hôpital.

    Les plus grands dysfonctionnements de l’hôpital de Carhaix concernent les services de chirurgie lourde et de gynécologie obstétrique. Le rapport fait état d’un taux de mortalité anormalement élevé en chirurgie du côlon et de l’intestin grêle. Sur 28 patients opérés, la moitié sont décédés des suites de l’intervention. Concernant le service de maternité, le rapport pointe la diminution du nombre d’accouchements, 250 en 2007 contre 311 en 2006, ainsi qu’une proportion anormale de césariennes (18 %). Selon l’expertise le taux de fuite vers d’autres maternités avoisinerait les 55 %. En plus de ces deux pôles, les autorités signalent un taux d’infections nosocomiales plus élevé que la moyenne nationale, ainsi que la mauvaise gestion financière de l’établissement. Le centre hospitalier de Carhaix dresse un bilan négatif de plus d’un million d’euros pour l’année 2007

    Moi je suis Breton et j’avais sur moi un papier demandant en cas d’urgence à ce que je ne sois pas emmené dans ce hôpital

    un personne de la famille victime de l’incurie cela suffit !!

    défendez ce qui est défendable !!



     !


    • Carland 14 mai 2010 00:17

      Le « rapport auquel vous faites allusion est une grossière manipulation d’ailleurs unanimement dénoncée en son temps. Il n’y a pas de chirurgie lourde à l’Hôpital de Carhaix ce que vous devriez savoir si vous êtes êtes comme vous le prétendez Breton.

      Dans le »rapport« ont été isolées 28 opérations de patients âgés atteints de multi-pathologies et en fin de vie.

      Selon vous il aurait été préférable de les laisser souffrir que de les opérer ? C’est votre choix. Le mien est qu’il vaut mieux tout faire pour essayer de soulager la souffrance des personnes en fin de vie.

      Quand à la maternité votre fameux »rapport« devrait pointer la volonté délibérée de l’ARH et maintenant de ARS de ne pas pourvoir les postes de gynécologues et d’expliquer pourquoi des pressions sont exercées sur les femmes enceintes pour les convaincre de ne pas accoucher à Carhaix ?

      Le déficit que votre »rapport« rapporte est comme dans tous les hôpitaux de France (à l’exception d’une poignées) du à la tarification à l’acte (T2A) mise en place pour permettre le transfert au privé des »activités rentables« , laissant à l’hôpital public les déficits des actes non rentables.

      Que vous chérissiez les marchands de »santé" du privé est votre droit. Que vous salissiez un hôpital public est dégueulasse quelques soient vos motivations profondes !


  • LOKERINO LOKERINO 14 mai 2010 07:31

    Apparemment , vous êtes un pro de ce « combat » et vous vous repender dans tout les blog possible avec des arguments extremement pointu , puisque vous terminez par :

    «  »Que disait Goebbels journaliste de formation et ministre de la propagande de hitler à propos de la propagande ?

    Carland«  »
    dans http://www.lepost.fr/article/2010/01/23/1902673_peur-sur-l-hopital-propagande-d-etat-sur-france3.html

    votre dogme et opposition privé/public vous donnent des oeilleres

    , à Vannes par exemple, on a retiré le service des urgences de la clinique Oceane (privé) au profit de l’hôpital Chubert(public) .. !

    je ne vais pas plus polémiquer avec vous puisque ce serait interminable mais je suis particulièrement ,par mes proches,une affaire dramatique aujourd’hui au tribunal decoulant de l’incompétence des intervenants de Carhaix


    • Carland 14 mai 2010 13:33

      @ Lokerino

      A Vannes l’hôpital public a repris une clinique privée en faillite. Qui a épongé les dettes ? Je ne le sais pas mais j’ai comme un doute...

      Pour le reste vous êtes dans une croisade personnelle dont je ne connais rien. Mais faire de son cas particulier une généralité n’est pas la meilleure façon d’avancer. Oui tous les ans et partout en France il y a des accidents.

      Les médecins et les personnels soignants sont des humains donc faillibles.

      On peut même prévoir une augmentation des accidents due au manque de moyens technique mais surtout humains.

      Faudra pas venir pleurer. Soutenir la loi Bachelot (HPST)c’est être complice de l’augmentation des accidents et de la dégradation de la qualité des soins (sauf pour les riches qui pourront payer).

      Juste un élément : le cadeau de Bachelot à ses amis des labo à l’occasion de la grippe H1N1 correspond au déficit cumulé de tous les hôpitaux Français !


  • alberto alberto 14 mai 2010 11:12

    Bonjour,

    Je suis bien d’accord pour reconnaître que les méthodes utilisées par le gouvernement pour effectuer ses « réformes » sont loin d’être démocratiques.

    Mais ayant ma belle famille originaire de la région de Carhaix, plusieurs de ses membres ont eu à pâtir des mauvais soins délivrés par cet hôpital. Je ne sais si la cause est, ainsi que l’écrit LOKERINO, due au fait que cet hôpital serait le refuge des incompétents de la région ? Quoiqu’il en soit il semble bien qu’il y ait deux problèmes, et ce n’est pas en occultant l’un, que cela aidera à résoudre l’autre !

    Bien à vous.

     


    • Carland 14 mai 2010 14:15

      @ alberto

      Et un deuxième « témoignage » défavorable à l’hôpital de Carhaix.

      J’habite Carhaix, une bonne partie de ma famille habite dans le Centre Bretagne. Je connais aussi pas mal de gens qui travaillent à l’hôpital. C’est fou le nombre d’infos non vérifiables -bien entendu- que vous et lokerino diffusez sur ce fil. Si un accident arrivait à l’hôpital on le saurait tous, il ne faudrait pas deux jours. Pas besoin de la presse ou d’internet...

      Colporter une rumeur n’en fait pas une information. Les « on dit » ne font pas des faits. Je préfère m’appuyer sur les faits.


  • DIMEZELL 14 mai 2010 11:29

    Chans vat Christian, n’e ke echu an emgann !


  • Bulgroz 14 mai 2010 11:46

    Les mises en garde de la Fédération Hospitalière à l’hopital de Carhaix ont été fréquentes et graves, rien n’a été fait.

    Au problème de surmortalité, de maladies nosocomiales, de fuites (les patients vont d’autres hôpitaux tout aussi proches, Carhaix ne réalise que 31% des séjours par les patients résidant dans cette zone contre 90% pour les autres hôpitaux bretons), de déficits (taux d’endettement de 45% alors que le point médian des hopitaux est de 36%, un taux de déficit supérieur de 3,5% à celui retenu par le code de la santé publique pour qualifier la situation de dégradée) et de multiples autres indicateurs défavorables, s’est ajouté un problème qui plombe et qui génère de graves dérives l’hôpital de Carhaix : la sous activité.

    • un défaut d’attractivité pour les médecins :les praticiens souhaitent que l’établissement qui envisage de les recruter leur propose une activité suffisante pour les rémunérer.

    • A cette situation de sous-activité qui diminue les recettes se surajoutent les rémunérations médicales qui augmentent les charges. Les praticiens des spécialités en sous activité ont mis en place un système confortable financièrement, tranquille professionnellement, et peu contraignant, tandis que d’autres, en qualité de contractuels, ont des exigences financières élevées pour être recrutés.

    • Recours à l’intérim fréquent et surfacturés : en 2007, les intérims représentent l’équivalent de 3 praticiens pour un coût de 5,6.

    • A de nombreuses reprises, il a été relevé le fait que pour un certain nombre de praticiens en sus activité, les consultations privées sont supérieures aux consultations publiques ce qui est contraire à la législation

    • Le conseil national de la chirurgie a donné les recommandations suivantes :Le seuil minimum d’activité d’un bloc opératoire est de 2000 interventions par an, couvrant un bassin de population de 50 000 habitants. La Fédération Hospitalière de France ne retient même plus 2 000 séjours en chirurgie par an mais recommande 4 000 séjours, estimant qu’un patient court des risques sans un plateau technique complet et des équipes en nombre et qualité suffisants..Le nombre de séjours pour chirurgie a été de 1570 en 2007 (-3,8% par rapport à 2006). Carhais se situe donc à 22% en dessous de ce qui est considèré comme devoir être un Minimum.

    Je passe sous silence les magouilles administratives pour masquer la sousactivité et rémunérer sans justification les intervenant (non collecte des heures de travail, d’atreintes, de congés, de repos).

    RAPPORT DE MISSION AU CENTRE HOSPITALIER DE CARHAIX par la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (Mars 2008)

    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000258/0000.pdf

    Il est donc temps que les citoyens de Carhais comprennent que la situation a assez duré et qu’ils réalisent que ce n’est pas Bachelot qui veut casser leur hôpital, mais les patients et les praticiens eux mêmes qui ne veulent y aller.

    Est ce la faute au gouvernement si seulement 69% des patients résidant dans la zone Carhais pré ferrent aller à une autre maison besoin et si 77% de ceux qui ont besoin d’une chirurgie vont ailleurs ?

    Tout cela n’a rien à voir avec la démocratie mais avec le bon sens et l’objectif d’une bonne gestion.


    • alberto alberto 14 mai 2010 12:33

      Bulgroz : assez d’accord avec toi sur les carences de cet hôpital, et effectivement,les membre de ma belle famille de la région de Carhaix préfèrent aller consulter à Quimper !

      D’ailleurs, ces dysfonctionnement dé-crédibilisent la démarche des élus locaux souhaitant garder leur unité de soins...

      Bien à toi.


    • Carland 14 mai 2010 13:17

      @bulgroz

      Vous parlez de la FHF alors que vous citez le rapport manipulation de Desaily chanson« . Personne de sérieux n’a prit au sérieux ce torchon. Le seul fait de le citer discrédite par avance le reste de vos propos. 

      Que l’ARH avant et que l’ARS maintenant continuent dans l’objectif de fermer les hôpitaux de proximité est une évidence.

      Vos insinuations basées sur cette manipulation font de vous un perroquet. Ras la casquette de voir les médecins et le personnel de l’hôpital trainés dans la boue par des gens dont le seul but est de démanteler les hôpitaux publics au profit du privé.

      A Valréas, Lamenezan, Decazeville, Die, et les autres, 180 hôpitaux de proximité sont menacés ce sont les mêmes méthodes qui sont employées. La manipulation !

      Pourtant le Tribunal Administratif donne systématiquement raison aux défenseurs des hôpitaux de proximité !

      Mais au fait qui était président de la FHF quand ce »rapport" a été fabriqué de toutes pièces ?

      Le président de la FHF à l’époque était Claude Evin. Il est aujourd’hui patron de la plus grosse ARS de France, celle qui veut casser l’APHP !

      Claude Evin à bien mérité sa récompense. Moi aussi je donne une croquette à mon chien quand il à été sage.


Réagir