mercredi 24 octobre 2012 - par Grégoire Duhamel

Le mariage Gay est-il un leurre ?

Le mariage, c'est en réalité complètement dépassé.

Alors que la célèbre présentatrice de France Télévisions Sophie Davant semblait filer le parfait amour avec l'écrivain mitterrandien Erik Orsenna, le magazine ICI Paris nous apprend que le couple se serait séparé. Cette information n'aurait en soi pas le moindre intérêt si elle n'éclairait un fait de société plus vaste, à savoir que le mariage n'a plus aucun sens dans notre société : pour une majorité d'entre nous, il est dorénavant la norme (quelle que soit sa classe sociale) d'avoir plusieurs partenaires au cours d'une même vie.
En France, quasiment un mariage sur deux se termine par un divorce. En outre, selon une étude de l’INSEE, la France compte aujourd’hui près de 15 millions de célibataires, soit un adulte sur trois. En augmentation constante, le nombre d’adultes seuls a progressé de 30 % en dix ans. Quant aux familles recomposées, elles sont une future norme en devenir : déjà 10 % des enfants en France vivent dans une famille recomposée.
C'est dans ce contexte que le mariage homosexuel a surgi dans l'espace public, par la volonté du candidat Hollande, puis du gouvernement Ayrault. Or, il est intéressant d’examiner les premiers résultats concrets dans les pays qui ont déjà adopté le mariage homosexuel, soit le Canada, la Belgique, l’Argentine, l’Espagne les Pays-Bas et l’Islande.

Canada  : Environ 13 000 mariages enregistrés depuis 2003, soit une moyenne d’environ 1300 par an
Argentine : chiffres non connus
Belgique : plus ou moins 300 mariages par an depuis 2006
Pays Bas : Le nombre de mariages homosexuels est en baisse continue. 2414 en 2001, 1838 en 2002, 1499 en 2003, 1210 en 2004 et 1166 en 2005 (dernières statistiques).
Espagne : environ 1200 mariages par an depuis 2005
Islande : La loi est entrée en vigueur le 27 juin 2010. Le jour même, la Première ministre Jóhanna Sigurðardóttir se marie avec sa compagne Jónína Leósdótti... Pas de données chiffrées pour le moment.

On le constate, le mariage homosexuel n’emporte pas dans les faits un grand succès, et ceci probablement pour deux raisons.
1 / Le mariage est en soi une institution qui se délite dans les pays occidentaux, et qui ne correspond plus aux réalités sociologiques.
2 / De nombreux homosexuels ne vivent pas en couple et choisissent plutôt une vie de célibataire.

Ces chiffres montrent que le sujet n’est en rien une urgence. Le mariage de deux homosexuels reste très marginal dès lors qu’il est instauré.

En conséquence, la mise en chantier du mariage gay par le gouvernement - et du reste la communauté homosexuelle en France est elle-même très partagée sur ce sujet - n’avait aucun caractère prioritaire, quand la lutte contre les effets de la crise économique devait constituer un axe central de la rentrée de Septembre.
De là à conclure que nous avons été, et sommes, en présence d’une manœuvre dilatoire pour masquer d’autres réalités plus cruelles, il n’y a qu’un pas.



77 réactions


  • julius 1ER 24 octobre 2012 14:06

    De là à conclure que nous avons été, et sommes, en présence d’une manœuvre dilatoire pour masquer d’autres réalités plus cruelles, il n’y a qu’un pas ???

    Bravo pour l’ imagination, déjà un président de la république qui part en vacances à peine élu alors que le pays traverse la pire crise de l’histoire et que 5 mois plus tard rien n’a été entrepris de fondamental alors que dans le même laps de temps F D Roosevelt avait entrepris de transformer les US comme jamais auparavant dans l’histoire de ce pays, cela en dit long sur la compréhension des gouvernants sur la nature des problèmes et bien sûr de leurs solutions !!!!

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 octobre 2012 14:25

      Pour info mon grand, Nicolas le Petit est aussi parti en vacances en Aout 2007... 15 jours, tout comme le nouveau président.


      Et je ne t’entends pas t’en plaindre ?

  • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 octobre 2012 14:34

    « Ces chiffres montrent que le sujet n’est en rien une urgence. Le mariage de deux homosexuels reste très marginal dès lors qu’il est instauré. »


    Ce qui est normal, vu que la proportion d’homosexuels tourne autour de 5 - 10 % d’une population. il ne faut pas s’attendre à des millions d’unions programmées. Le nombre n’est d’aucune importance puisqu’ un droit n’est pas accordé en fonction du nombre de la population visée...

    En revanche, cette loi est une urgence dans la mesure ou la situation actuelle prive des dizaines de milliers d’enfants DEJA élevés par des couples de même sexe d’une protection sociale et familiale en REFUSANT de reconnaître l’existence légale d’un second parent effectivement présent. Qu’il arrive quoi que ce soit au parent biologique et l’enfant sera privé de sa famille par la force de la loi !

    Mais je suis certain que de cela, vous vous en moquez comme d’une guigne car comme tout opposant, le sort de l’enfant ne vous importe pas. Seul compte votre véritable but, imposer vos croyances au reste de la population.

    • docdory docdory 24 octobre 2012 15:52

      @ MMarvin bear

      Le fait d’être contre le mariage homosexuel n’a rien à voir avec une croyance religieuse. je suis athée, mais pourtant, je suis contre le mariage homosexuel, parce que je pense que celui-ci est uniquement un cheval de Troie pour l’adoption homosexuelle, et que je suis opposé à cette dernière, dans l’intérêt des enfants à adopter.

    • Romain Desbois 24 octobre 2012 16:08

      Doctory
      Vas-y espèce de faux cul de Mengele, qu’est-ce que tu attends pour aller adopter ces pauvres gosses.

      T’es un minable de cacher ta lâcheté derrière le malheur de ces gosses.

      Mais tu n’en a rien à foutre des gosses !!!!

      le malheur de ces gosses est d’être tomber sur des hétéros pourris qui les ont largués comme des sacs poubelles. Ils ont le malheur d’avoir une famille de merde qui les laisse croupir dans les orphelinats.

      Vous êtes puants tous !


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 17:11

      Sal com
      non mes parents n’étaient pas fachos comme les tiens. Les tiens ont dû être les premiers à lancer la mode des cheveux courts.


    • Castel Castel 24 octobre 2012 17:18

      Je ne suis pas défendeur de vita, mais je trouve votre réaction Romain intolérable.


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 17:23

      castel

      Parce ce que celle du facho Calmos est tolérable pour vous ?


    • docdory docdory 24 octobre 2012 18:21

      @ Romain Desbois

      Il y a en France environ dix fois plus de demandes d’adoption que d’enfant à adopter. Par conséquent, ce que vous dites n’a aucun sens. Il n’y a aucun besoin d’adoptants homosexuel(le)s pour compléter la demande déjà très supérieure à l’offre d’enfants à adopter.
      Pour ce qui est de l’adoption dans des pays étrangers, il y a fort à parier que les pays ayant des enfants à adopter institueront ( si ce n’est pas déjà fait pour certains ) des règlements interdisant l’adoption de leurs enfants par les citoyens de pays ayant institué l’adoption homosexuelle. Par conséquent, non seulement les homosexuels de ces pays ne pourront pas adopter, mais leurs concitoyens hétérosexuels ne le pourront plus ...

    • Romain Desbois 24 octobre 2012 18:38

      Vous avez raison Mengelé , il n’y a aucun gosses à adopter, aucune famille d’accueil et aucun orphelinat en France, tout le monde le sait.


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 octobre 2012 23:58

      « Le fait d’être contre le mariage homosexuel n’a rien à voir avec une croyance religieuse. je suis athée, mais pourtant, je suis contre le mariage homosexuel, parce que je pense que celui-ci est uniquement un cheval de Troie pour l’adoption homosexuelle, et que je suis opposé à cette dernière, dans l’intérêt des enfants à adopter. »


      Des dizaines de milliers d’enfants sont d’ors et déjà élevés par des parents de même sexe. Que comptez-vous faire ? Entrer de force dans leurs foyers, enlever l’enfant et le confier à de parfaits inconnus de sexes différents ?

      Depuis plus de trente ans, les couples ouvertement homosexuels américains ont le droit d’adopter des enfants dans une dizaine d’ Etats. Et ils ne s’en privent pas.

      Le résultat est là : ces enfants, devenus adultes, ne sont ni pires, ni meilleurs que les autres sur le plan affectif, social, culturel, économique et politique.

      Ils sont la preuve vivante que la composition sexuelle de la famille n’a aucune importance. Seules importent l’ attention et l’éducation données à ces derniers.

      L’ intérêt des enfants est d’avoir des parents, quelque soit leur sexe. 

    • Mmarvinbear Mmarvinbear 25 octobre 2012 00:05

      « Pour ce qui est de l’adoption dans des pays étrangers, il y a fort à parier que les pays ayant des enfants à adopter institueront ( si ce n’est pas déjà fait pour certains ) des règlements interdisant l’adoption de leurs enfants par les citoyens de pays ayant institué l’adoption homosexuelle. Par conséquent, non seulement les homosexuels de ces pays ne pourront pas adopter, mais leurs concitoyens hétérosexuels ne le pourront plus ... »


      L’ adoption internationale est de plus en plus difficile, pour TOUS les couples.

      De plus en plus de pays ferment leurs portes aux adoptants étrangers, sous prétexte de garder les orphelins à leur charge et de favoriser leur « marché intérieur », prétendant que ces derniers ont plus de ressources pour s’occuper de leurs laissés-pour-comptes.

      Quand on voit que Haiti a pris cette excuse pour restreindre la dispersion de sa population, on peut se demander légitimement si l’ intérêt de l’enfant est bien pris en compte...

      D’autres pays ferment aussi leurs portes aux couples de même sexe, mais aussi aux célibataires. SI vous n’êtes pas mariés, inutile d’espérer adopter un petit asiatique ou africain.

      D’autres pays, enfin, sont plus ouverts. L’ Afrique du Sud et la Brésil laissent des couples ouvertement homosexuels adopter leurs ressortissants délaissés. 

    • Lucadeparis Lucadeparis 29 octobre 2012 09:45

      Selon Mmarvinbear, « la proportion d’homosexuels tourne autour de 5 - 10 % d’une population ».
      Il faut que l’auteur d’une affirmation aussi aberrante (que ses « analyses » du 11 Septembre) soit un bear dans les bars du Marais pour alléguer une telle proportion (pas de source, bien sûr). Car, selon
      l’enquête « Contexte de la sexualité en France » (CSF) datant de 2007, menée auprès de 12 364 personnes et qui, selon Rue89 (« 1%, 4%, 10% d’homosexuels en France... qui dit mieux ? », 17/10/2010), "fait référence, tant par sa méthode que par ses auteurs : Nathalie Bajos (Inserm), Michel Bozon (Ined), Nathalie Beltzer (ORS)« ,
        »
      0,5% des femmes et 1,1% des hommes se définissent comme homosexuels". Dix fois moins, ce n’est pas une paille.

    • Romain Desbois 29 octobre 2012 09:48

      Luca
      Et alors ?


    • tf1Goupie 29 octobre 2012 10:01

      Et alors Mmarvin raconte n’importe quoi.

      Qu’est-ce ça signifie : maladresse, desinformation, propagande ?
      Y a-t-il des choses à cacher, des gens à manipuler ?

      Si le sujet doit être traité avec transparence et dans l’intérêt de tous, quel est l’objectif de ce bricolage ?


    • Leo Le Sage 29 octobre 2012 10:20

      @Par Lucadeparis (xxx.xxx.xxx.158) 29 octobre 09:45
      Vous dites : « Dix fois moins, ce n’est pas une paille » [...]
      Les chiffres sont plus proches de 5% que de 1%...
      Il ne faut pas se contenter d’une source mais s’informer à travers le monde.
      Allez dans des pays pauvres ou officiellement il n’y a pas d’homo ou presque pas, vous verrez les chiffres dépassent parfois les 5%...
      Aux USA je crois que c’est 3% environ...

      Tant que le chiffre est inférieur à 5%, c’est faible. Or, il me semble que l’homosexualité est plus répandu qu’on ne veut bien l’admettre...

      @tf1
      Oui Mwarv se trompe lorsqu’il s’agit d’homosexualité...
      Mais il se trompe moins que LucaDeParis smiley

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • Romain Desbois 29 octobre 2012 11:33

      J’aide financièrement un orphelinat aux Philippines et je trouve que c’est bien plus utile que d’en adopter un.


  • Christian Labrune Christian Labrune 24 octobre 2012 15:03

    à l’auteur,

    Au fond, il serait peut-être préférable de légiférer sur une suppression du mariage civil ce qui, à vrai dire, ne choquerait pas grand monde, et de laisser aux intégristes le soin d’organiser, si cela les amuse, ces ridicules mises en scène qu’on peut voir encore ici et là, avec robes blanches, couronnes de fleurs d’oranger, échange d’alliances et roulages de pelles, dragées, rituels photographiques, etc. Les homosexuels prendraient peut-être conscience de cette manière-là du ridicule absolu de la position intenable qu’ils paraissent avoir adoptée.

    J’observe que jusqu’ici, je me suis toujours moqué, et sans aucune retenue, des gens que je pouvais connaître et qui acceptaient de se passer la corde au cou - pour divorcer souvent dans les cinq ans !- et que jamais personne n’a osé me reprocher une ironie quelquefois assez féroce. Si demain de pauvres niais se comportent à peu comme les plus burlesques des empereurs romains, Néron ou Héliogabale, dans leurs plus comiques excentricités, je vois bien qu’il ne sera même plus possible d’en rire : cela révélerait une scandaleuse homophobie !

    Sur la question du sexe, chacun se débrouille comme il peut, et on en a fini fort heureusement avec la notion de perversion. Mais s’il y a un domaine où la perversion existe indiscutablement, c’est celui des choses de l’intellect, lorsque la raison travaille à se saborder elle-même et à détruire par là les règles élémentaires du monde civilisé et éclairé. Aujourd’hui, on est englué à fond dans des perversions de cette sorte.


    • docdory docdory 24 octobre 2012 18:29

      @ Christian Labrune

      La suppression du mariage civil entraînerait un grand inconvénient : une atteinte majeure à la laïcité !
      - Les sans-religion qui voudraient se marier ne pourraient plus le faire,
      - le fait que l’on doive contracter un mariage civil avant un mariage religieux indique la prééminence des lois républicaines sur les lois religieuses, la suppression du mariage civil ferait que ce ne serait plus le cas.

      Le mariage civil est donc un important garde-fou contre les prétentions des cultes à régenter la vie privée.

      A noter que dans certains pays où n’existe que le mariage religieux, une des grandes revendications progressistes des laïques est d’instituer un mariage civil !

    • Christian Labrune Christian Labrune 24 octobre 2012 22:55

      @docdory

      Vous avez raison, mais je ne prenais pas très au sérieux ma propre proposition, mon seul objectif étant de souligner l’absurdité de la démagogie actuelle des socialistes. Cela dit, si le mariage n’était plus légalement reconnu et s’il n’y avait plus que le Pacs, qui est un simple contrat plus aisément révocable, cela n’aurait pas une bien grande importance pour ceux qui n’ont pas de religion. L’état ne prend nullement en compte le baptême chrétien, lequel n’a pas à être précédé d’une déclaration à la mairie, et cela pourrait être la même chose pour ceux qui persisteraient à vouloir faire la folie de s’engager à vingt ans pour une soixantaine d’années de vie commune. L’état, ordinairement si soucieux de notre bien-être et de notre santé (le tabac tue, etc.) devrait seulement se contenter d’une simple mise en garde : vous faites ça, mais c’est à vos risques et périls ! Reconnaître le mariage, c’est rien moins qu’encourager le vice. 


    • alinea Alinea 28 octobre 2012 20:40

      Christian Labrune : j’ai déjà lu ça quelque part !! Vous êtes un être extrêmement ordonné ; et vous prenez les autres pour des cons !


  • JL JL 24 octobre 2012 15:24

    Je crois quant à moi que cette revendication est à la fois une revendication de principe de la pat de la ’communauté homosexuelle’ (c’est comme ça qu’on dit ?), et probablement des lobbies de la procréation assistée et tout ce qui tourne autour.


  • Aldous Aldous 24 octobre 2012 15:36

    le debat sur le mariage gay reviendrait à faire mal aux mouches ?


  •  C BARRATIER C BARRATIER 24 octobre 2012 16:32

    Pas d’accord avec l’auteur qui fait tout un fromage de rien du tout. Urgence ? Le gouvernement doit tout traiter y compris les urgences, la mariage homosexuel a pris peu de temps, ne coûte rien et produit du PIB comme tous les mariages. Des réactions étonnantes de gens qui sont contre ce qui ne les concerne pas. Le mariage homosexuel n’est pas obligatoire, pas plus que n’importe quel mariage, c’est une liberté. Comment être contre la liberté de ceux qui vont s’en servir ?
    Statistiques : du remplissage qui ne sert à rien.
    Le sujet n’avait rien de populaire ? Et alors ? Le populisme n’est pas une vertu et on a vu l’échec de SARKO qui recherchait ce bling bling entre autres.
    Contradiction quand l’auteur prétend qu’on n’a voulu que se focaliser sur une différence !
    Le mariage a un contenu législatif, il apporte des droits en matière d’héritage, entre époux et pour les enfants, des différences en matière fiscale, il entraîne des devoirs familiaux. Les statistiques données sont trompeuses...il y manque le nombre de gens mariés qui restent mariés. Les célibataires sont minorité. Donc les mariés majorité. Dire que le mariage n’a pas d’utilité c’est se ficher de la majorité des gens !


  • fcpgismo fcpgismo 24 octobre 2012 16:42

    Cet article est une tromperie et d’ une stupidité navrante le mariage pour tous n’ a qu’ un seul but mettre en exergue le principe d’ égalité citoyenne et diminuer le plus possible les atteintes à la dignité des Hommes et des Femmes victimes de violence physique et surtout verbale. Rendre asociale tout attitude négative envers une différence d’ approche de la sexualité majoritaire aujourd’hui. Oui c’ est une urgence je paye mes impôts et j’ exige l’ égalité.Cependant la pauvreté dans ce pays exige aussi un partage des richesses.Apporter aux uns une sécurité juridique n’ enlève rien aux autres.François Chambon


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 17:21

      En plus il semble que l’on va en profiter pour statuer sur la place du beau-parent. Comme pour le pacs, une avancée pour les homos l’a été aussi pour les hétéros . C’est du gagnant/gagnant.


    • esteban 24 octobre 2012 17:39

      « Oui c’ est une urgence je paye mes impôts et j’ exige l’ égalité »

      C’est grotesque.

      Bienvenu au club : payer des impôts ne vous autorise en rien à exiger quoi que ce soit, qu’on soit gay ou pas. C’est pareil pour tout le monde. Vous vouliez de l’égalité, vous l’avez.


    • esteban 24 octobre 2012 17:47

      Ensuite le mariage est l’union d’un homme et d’une femme.

      Et vous avez parfaitement le droit de vous marier à .... une femme.

      L’égalité est belle et bien présente.

      Bien que je comprenne ce problème d’union, ces pleurnicheries incessantes et revendications autoritaires dignes du niveau de gamins mal élevés finissent pas desservir votre cause d’une force que vous ne soupçonnez pas.


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 18:42

      « Ensuite le mariage est l’union d’un homme et d’une femme. » esteban

      Ha bon où avez-vous lu ça ?

      En France nous sommes dans un état de droit. Les us et coutumes ne sont que tôlérance (comme le fait que la femme prenne le nom de son mari)

      Quand au reste du commentaire, il se suffit à lui même.


    • esteban 24 octobre 2012 20:57

      Désolé Romain mais je me réfère à la loi tout simplement, et pas à une vérité universelle dont je serais le détenteur....

      Je répondais simplement à fcpgismo qui parlait d’égalité... Et force est de constater que nous le sommes tous devant le mariage tel qu’il est défini dans la loi, c’est à dire ... avec une femme. Ca ne va pas plus loin que cela, et si je voulais m’unir avec ma soeur, je ne le pourrais pas. Quelle idée me diriez-vous, et vous auriez raison, pour vous, pas forcement pour celui qui veut le faire. Inégalité devant le mariage -avec une femme- ? Non.

      Ensuite, votre combat d’homosexuel vous monte à la tête, et vous prenez tout le monde pour de farouches opposants que vous agressez plus ou moins brutalement (cf plus haut, où on vous fait la remarque, répondant à la bêtise par une rancoeur tout à fait palpable). Or je ne suis pas un opposant aux homosexuels, mais n’apprécie pas davantage qu’ils jouent les victimes, alors que vous et moi savons que le sort des homosexuels n’a rien avoir en cette époque qu’il le fut il y a que quelques décennies.....

      Sachez savourer ce que vous avez par rapport à ce que vous avez eu, faites progresser vos idées en comprenant la peur de l’inconnu des autres, au lieu de « pleurnicher » (c’est le terme que j’ai employé) et insulter tout le monde parce que vous n’avez pas tout de suite le dernier joujou à la mode.

      Sur ces bonnes paroles, bonne soirée.


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 23:44

      esteban

      Vous vous référez à la loi ? laquelle je vous prie ?

      Merci de me sortir le texte de loi qui dit noir sur blanc que le mariage de deux personnes du même sexe est interdit.


    • docdory docdory 25 octobre 2012 09:32

      @ Romain Desbois

      Esteban a pu lire ça dans tous les dictionnaires de la langue française. Prenons par exemple la version en ligne du « trésor de la langue française » (TLF). Nous pouvons y lire cette définition du mariage, je cite :
      « MARIAGE, subst. masc.
      A. 1. a) Union d’un homme et d’une femme, consacrée par un ensemble d’actes civils ou parfois religieux et destinée à la fondation d’une famille. » ( fin de citation )
      Vous qui parlez d’Etat de droit, relisez l’article 34 de notre Constitution, qui définit le domaine d’application de la loi. En aucun cas il n’est prévu que la loi puisse modifier le sens des mots de la langue française...

    • Romain Desbois 26 octobre 2012 02:22

      mengele
      La loi ce n’est pas le dictionnaire !!!!

      Puisque vosu cous referez à une loi , il serait honnête de la citer et pas répondre dico.


    • EricB 27 octobre 2012 12:21

      Docdory, pourquoi ne citez vous que la définition du mariage de ce dictionnaire, et pas du Larousse :
      "Acte solennel par lequel un homme et une femme (ou, dans certains pays, deux personnes de même sexe) établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par le Code civil (mariage civil) ou par les lois religieuses (mariage religieux) ; union ainsi établie.« 

      ou celle du Petit Robert : »Union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi"

      Mauvaise foi, quand tu nous tiens...


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 octobre 2012 17:27

    Distributions de beaucoup de pralines autour de ce mariage gay !
    Faut dire que le lobby tient la dragée haute aux récalcitrants .


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 18:44

      Pauvre tâche , tu représentes bien le lobby des bonobeaufs.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 octobre 2012 19:48

      Ca te fais du bien Romain ?
      C’est bien !!! Et t’inquiètes pour les insultes que tu déblatere partout ,ton psy a prévenu ,t’a carte blanche,c’est leur coté social à Avox !


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 23:47

      Je n’insulte jamais le premier et je réponds toujours puissance 12.

      Et comme j’ai découvert un jour que tu m’insultais lâchement dans une conversation avec d’autres. Je ne te louperais pas , je te l’assure.


  • logan 24 octobre 2012 18:43

    Le gouvernement ne peut pas tout faire en même temps et instantanément, voilà pourquoi un mendat gouvernemental dure plusieurs années. Il est donc parfaitement légitime de mettre en question les choix qui sont fait par le gouvernement dans le traitement des différents dossiers.

    Le débat démocratique souffre du même problème. On ne peut pas débattre correctement de 5000 choses à la fois.

    Il est donc particulièrement important de se demander pourquoi on met la question du mariage homosexuel ou d’autres sujets en avant, alors qu’il y a des sujets plus importants qui mériteraient clairement d’être débattus et qui ne le sont pas vraiment.

    L’utilisation de faits divers ou de faux débats pour saturer le débat public et ainsi éviter tout débat sur des questions plus cruciales est une façon avérée d’imposer des décisions de force et à l’insu de la plupart des français.

    La preuve la plus fragrante est qu’au même moment où ces faux débats sont mis sur la table dans le débat public, à l’assemblée, le gouvernement court-circuite aussi le débat parlementaire en utilisant systématiquement la procédure d’urgence pour faire voter tous les textes concernant les traités européens et les politiques budgétaires d’austérité qu’ils impliquent.


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 18:47

      avec la mauvaise foi, on a du mal à rester logique n’est ce pas logan.
      Puisque les traités et les budgets sont plus important que le mariage homo, c’est logique qu’ils utilisent la procédure d’urgence. Faut être cohérent !!!!


  • pigripi pigripi 24 octobre 2012 18:44

    Pétition : Oui au mariage homo, non à la gestation pour autrui.

    Le mariage homosexuel est liée le plus souvent aujourd’hui par ceux qui le défendent, au droit à l’adoption, à la « non-discrimination » envers les adoptants homosexuels, et au droit à la procréation médicalement assistée ou à la gestion pour autrui. Nous approuvons la reconnaissance du mariage pour les homosexuel-les mais nous dénonçons, au nom des droits des femmes et des enfants, la légalisation des mères porteuses et le refus de privilégier l’adoption par des couples hétérosexuels.

    Nous sommes favorables à la reconnaissance par le droit de l’amour homosexuel, de la valeur que la société doit accorder aux liens entre personnes homosexuelles. Les règles du mariage doivent pour cela être étendues aux couples de même sexe, que l’on appelle cette institution « mariage » ou d’un autre nom.

    Mais en tant que féministes, nous disons que cette extension ne doit pas se faire au détriment des droits des femmes et des enfants. 
    Sous l’influence de la théorie « queer » du genre poussée à son extrême, qui nie le corps et la situation matérielle et physique des femmes, les aspects physiques des rapports sociaux entre les sexes, certains lient de manière abusive la question du mariage gay et une « identité de droit à l’enfant » quelle que soit la sexualité.
    Or il n’y a pas d’égalité entre sexualité homosexuelle et hétérosexuelle de ce point de vue, l’une est féconde et l’autre non, et nous refusons que pour tenter artificiellement de rétablir une « égalité », l’on institue des lois qui bafouent les droits et méprisent les besoins des femmes et des enfants.

    Les mères porteuses sont des femmes exploitées par des hommes ou femmes plus argentés, et en aucun cas cette exploitation ne doit être légalisée.
    Les enfants sans famille ont le droit d’être protégés du mieux possible, et que leurs besoins soient privilégiés avant toute autre considération. Or, si les homosexuels font d’aussi bons parents pour les enfants qu’ils ont eu biologiquement, il n’existe aucune assurance qu’un enfant privé de l’éducation par un couple homme-femme ne soit pas de ce fait fragilisé. Le principe de précaution doit être appliqué, les enfants ne doivent pas être l’objet d’expérimentations sociales pour satisfaire aux caprices d’adultes.

    Nous appelons au refus d’une campagne démagogique, qui utilise le thème de la liberté pour, en réalité, instituer une législation qui peut porter gravement atteinte à des droits fondamentaux des femmes et des enfants.

    · Nous demandons que la question du mariage homosexuel, soit clairement distinguée de celle de l’adoption par les couples homosexuels et du recours aux mères porteuses.
    · Les couples homosexuels doivent pouvoir se placer sous les règles du mariage relatives aux relations du couple lui-même.
    · L’adoption par des couples homosexuels doivent être possible mais avec des modalités telles qu’aucune confusion ne soit possible pour l’enfant quant à la vraie nature de sa filiation.
    · L’adoption par des couples hétérosexuels doit rester privilégiée, car ce privilège n’est pas une discrimination, mais l’application du principe de précaution.
    · Les contrats de « gestation pour autrui » doivent être interdits.
    Nous rappelons enfin que nous demandons que le nom du mari ne soit pas dans les faits imposé aux femmes mariées, et que l’usage du nom du conjoint soit un droit pour les deux époux.

    Signatures : indiquer : date, nom, prénom, (facultativement) profession ou situation, ville 
    Envoyer les signature à : le.cerf@laposte.net


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 18:50

      Faut arrêter de dire n’importe quoi juste pour faire peur aux gens . Il n’a jamais été question de permettre aux hétéros autre chose que ce qui est autorisé aux hétéros.

      « Nous rappelons enfin que nous demandons que le nom du mari ne soit pas dans les faits imposé aux femmes mariées, »

      Ca n’a jamais été imposé !!!!


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 25 octobre 2012 00:55

      On vit bien à quel point le féminisme est tombé bien bas.


      De la défense des Droits de la Femme, je me demande si on n’est pas passé à l’androphobie pure et simple...

      « Les mères porteuses sont des femmes exploitées par des hommes ou femmes plus argentés, et en aucun cas cette exploitation ne doit être légalisée. »

      Pour le moment, le concept de mère porteuse et la GPA ne sont pas des principes légaux en France. En revanche, il l’est dans d’autres pays, en Angleterre, en Russie, en Inde ou dans certains Etats américains, ou cette pratique est encadrée et légale.

      Si la situation russe doit être qualifiée de déplorable sur le plan légal, ces autres pays ont mis en place des barrières de protection pour la mère porteuse qui doit donner son consentement, avoir un dédommagement ou une rémunération décente. En Inde par exemple, les femmes qui se livrent à cette pratique sont considérées comme étant sous contrat de travail et rémunérées.

      «  Or, si les homosexuels font d’aussi bons parents pour les enfants qu’ils ont eu biologiquement, il n’existe aucune assurance qu’un enfant privé de l’éducation par un couple homme-femme ne soit pas de ce fait fragilisé. »

      Assertion fausse. Des enfants sont élevés par des couples de même sexe depuis 30 ans aux USA, et ils ne présentent aucun manque à ce sujet. Un enfant élevé avec toute l’attention et l’affection requise n’est pas fragilisé.


      « Nous appelons au refus d’une campagne démagogique, qui utilise le thème de la liberté pour, en réalité, instituer une législation qui peut porter gravement atteinte à des droits fondamentaux des femmes et des enfants. »

      Cette phrase est purement démagogique en revanche. 

      Les Droits des Femmes ne sont aucunement menacés par le mariage, tout comme les Droits des enfants ne le sont pas par l’adoption par des couples de même sexe.

      « · Les contrats de « gestation pour autrui » doivent être interdits. »

      Si vous vous connaissiez un minimum en Droit, vous sauriez que c’est déjà le cas...


      · Nous demandons que la question du mariage homosexuel, soit clairement distinguée de celle de l’adoption par les couples homosexuels et du recours aux mères porteuses. :  Le droit au mariage et à l’adoption sont liés. On ne peut dissocier un Droit en fonction du sexe de son conjoint. De plus, la question de la GPA n’est pas abordée dans le projet de loi actuel.


      · Les couples homosexuels doivent pouvoir se placer sous les règles du mariage relatives aux relations du couple lui-même. : Quel est le sens de cette phrase ???


      · L’adoption par des couples homosexuels doivent être possible mais avec des modalités telles qu’aucune confusion ne soit possible pour l’enfant quant à la vraie nature de sa filiation. : Quelle sens faut-il comprendre ici ? Qu’est-ce qu’une vraie « nature de filiation » ? De façon plus large, pensez-vous vraiment qu’un enfant soit assez con pour ne pas se douter de son adoption ?


      · L’adoption par des couples hétérosexuels doit rester privilégiée, car ce privilège n’est pas une discrimination, mais l’application du principe de précaution. : Quels seraient les critères de sélection donc ? Un des pères doit-il porter une robe et être assez follasse pour passer pour une femme ? Une des mères doit-elle être astreinte au port de la salopette et au métier de tourneur-fraiseur ?


      Nous rappelons enfin que nous demandons que le nom du mari ne soit pas dans les faits imposé aux femmes mariées, et que l’usage du nom du conjoint soit un droit pour les deux époux.  : Aucune loi n’impose cela. Si les femmes mariés portent le nom de leur époux, c’est avec leur consentement plein et entier. Elles ont tout le loisir de soulever la question avant le mariage pour régler le problème s’il se pose.

      J’ai l’impression qu’à trop vouloir aider, vous n’en deveniez qu’envahissants. 

      Vous faites la même erreur que bien des groupes et des partis dits de « vraie gauche ».

      Vous confondez le fait de penser aux autres, et de penser à leur place.


    • alinea Alinea 28 octobre 2012 20:48

      Romain : calmez-vous : vous faites des lapsus et vous dîtes n’importe quoi !


  • ZenZoe ZenZoe 24 octobre 2012 19:05

    Que tous ceux qui pensent que la loi envisagée ne regardera que les homos y réfléchissent à deux fois.
    Elle aura de sacrées répercussions en fait. Plus de père, plus de mère, mais probablement parent 1 et parent 2 partout à la place. Dans le livret de famille notamment. Sur tous les formulaires administratifs (et dieu sait s’il y en a). Légalement, plus de maman, plus de papa. De quoi s’emmêler les pinceaux je vous dis pas. Il va falloir tout revoir. Et cela aura un coût, et créera sûrement des situations ubuesques non prévues comme toujours.
    Et, comme il a été dit plus haut, les pays pourvoyeurs d’enfant adoptables pourraient très bien interdire l’accès des enfants à tous les parents demandeurs de France.
    Si le FIV est autorisée, ce sera pire. L’enfant qui en naîtra aura bien du mal à envisager, sans repères sexuels, comment il est arrivé là - puisque tout le monde sera égal pareillement.
    Bref, il est urgent de surseoir.


    • Romain Desbois 24 octobre 2012 19:19

      Gardez vos fantasmes pour vous !

      Et contrairement aux parents adoptifs hétéros , les parents adoptifs homos ne mentirons pas aux enfants.
      Car ce qui perturbe le plus les enfants c’est qu’on leur mente.


    • tf1Goupie 28 octobre 2012 23:21

      Encore un propos heterophobe


  • apopi apopi 24 octobre 2012 20:53

     Mais bien sûr que le mariage gay est un leurre, parmi tant d’autres, le plus important pour nos « chers » énarques et autres polytechniciens c’est d’éviter de parler de ce qui pourrait mettre ces couillons d’électeurs de mauvaise humeur.

     Quelque part il faut quand même tirer un grand coup de chapeau à toute cette clique, ils arrivent à noyer une baleine dans une tasse à café !

     Combien de temps cela va-t-il encore durer, là est la bonne question, parce qu’une fois que l’avalanche sera partie plus personne ne maitrisera grand chose.


  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 25 octobre 2012 08:04

    Le mariage ne peut pas être gay car c’est toujours une triste fête. 


  • Acid World Acid World 25 octobre 2012 11:54

    Que le mariage homo soit une diversion pour ne pas parler de la situation du pays, c’est l’évidence même. Et puis ce n’est pas parce que le mariage est une institution à l’agonie qu’on doit se sentir obligé de le ridiculiser...


  • xmen-classe4 xmen-classe4 25 octobre 2012 12:32

    le divorce se fait il par choix, ou vous est il impossé.

    le mariage à vie est il un privilege ?

  • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 25 octobre 2012 13:01

    Le mariage gay, c’est pour du beurre.


  • Mycroft 25 octobre 2012 14:30

    Mouais, vous savez, un gouvernement, ce n’est pas 100% d’économistes purs jus qui ne se préoccupent que d’économie.

    Les priorités peuvent être gérées par les ministres dont la spécialités est l’économie. Les autres peuvent gérer des sujet qui, sans être prioritaires, sont assez simples à régler et posaient des problèmes de fond. L’argument « il y a plus urgent » ne tiens pas parce que le « plus urgent » est aussi en cour de réalisation, et que le temps passé sur le projet de mariage homo n’est pris sur le temps à passer sur les projets plus complexes.

    Et si les anti mariage homo acceptaient un peu leur défaite en silence (parce que Hollande et le PS ont gagné avec ce genre de loi sur leur programme), les médias n’en parleraient pas autant.


    • Romain Desbois 28 octobre 2012 12:13

      Musima
      C’est étrange car les insultes des autres ne vous dérange pas. Je n’insulte que ceux qui m’ont insulté, dénigré ou humilié , personnellement ou pour ce que je suis.

      J’applique dans ce domaine la loi du talion puissance 10.
      Je reconnais que je n’y vais pas de mains mortes. Mais je déteste l’hypocrisie, le mensonge et la mauvaise foi.

      quand à l’anarchie, en tant qu’anarchiste, je dénie à quiconque de me dire comment je dois l’exprimer et ce qu’est l’anarchie. Je ne suis pas dans une secte qui adore les prophètes de l’anarchie. Par définition un anarchiste ne se plie à aucun pédigrée.

      Cu ci comprenas min ?

      A bon entendeur.


    • anty 28 octobre 2012 13:05

      Faux 

      Vous insultez des gens gratuitement parceque ils ont fait tout simplement une remarque qui vous plaisez pas.

  • rocla (haddock) rocla (haddock) 28 octobre 2012 10:10

    Pas la peine , il croit que Socrate c’ est pour gratter les casseroles ... smiley


  • JL JL 28 octobre 2012 11:00

    Après avoir lu les thèses en faveur du mariage gay, je pense qu’elles relèvent pour la plupart, essentiellement d’une attitude farouchement amorale : sans considérations morales. Et d’ailleurs, certains ne se privent pas pour le revendiquer et énonçant, je cite : « l’Etat républicain n’a pas à faire de morale. » (Romain Desbois)

    Il ne faut pas confondre morale et moralisme. Ce dont il est question ici relève, non pas de la morale, mais du moralisme.

    « La morale c’est-ce qu’on s’applique à soi-même ; le moralisme c’est-ce qu’on demande aux autres. » (Jacques Julliard)

    Ce qui distingue la politique de l’économie, c’est la morale  : l’économie est amorale, la politique (pas la gouvernance, mot odieux en ce qui concerne l’Etat) c’est avant un choix de société, donc le rejet de l’immoral, par conséquent le respect des valeurs morales. Ce qui caractérise l’État républicain au contraire de l’État libéral, c’est aussi la morale, contenue dans sa devise « Liberté, égalité, fraternité ».

    « Transformer la politique publique en moralisme ploutocratique, et prononcer ainsi la dissolution définitive de l’État social, voilà peut-être la nouvelle - l’ultime - frontière libérale. » (Frédéric Lordon, là)

    L’Europe s’est alignée sur les États-Unis, avec son « capitalisme de connivence » et riposte en ayant recours au moralisme et au gouvernement des juges. Seule une remise en question totale du système capitaliste pourrait y mettre fin. Extraits : « Le capitalisme contemporain est devenu par la force de la logique de l’accumulation, un « capitalisme de connivence ». Le terme anglais « crony capitalism » ne peut plus être réservé aux seules formes « sous-développées et corrompues » de l’Asie du Sud est et de l’Amérique latine que les « vrais économistes » (c’est à dire les croyants sincères et convaincus des vertus du libéralisme) fustigeaient hier. Il s’applique désormais aussi bien au capitalisme contemporain des États-Unis et de l’Europe. ... Dans son comportement courant, (cette classe dirigeante) se rapproche alors de ce qu’on connaît de celui des « mafias », quand bien même le terme paraîtrait insultant et extrême ». (Par Samir Amin, économiste et président du World Forum for Alternatives.)

    Donner le mauvais exemple aux jeunes générations est immoral. Empêcher les adultes de vivre leur sexualité comme ils l’entendent est moraliste. Si l’État n’a pas à se préoccuper de ce qui se passe dans les chambres à coucher, ce n’est pas par refus de morale ou de moralisme, mais parce que la liberté est son principe premier. Tant que ce qu’il s’y passe ne dérange personne, ça ne le regarde pas. Attention : si on y fait du mal à un être faible et dominé, alors ça le dérange au plus haut point et légitimement.

    Pour conclure : rien de nouveau sous le soleil : le capitalisme fait toujours flèche de tous bois et divise pour régner, je m’explique : L’Etat libéral-moraliste propose une loi qui relève, non pas de la morale, mais du moralisme (l’anti-moralisme permissif c’est du moralisme en creux qui relève donc du moralisme), qui a pour effet, non pas de rassembler, ça c’est le propre de la morale, mais de cliver : c’est ça le moralisme.

    Et pour répondre à la question du titre de l’article : le mariage gay est-il un leurre ? Ma réponse est : oui, mais seulement dans sa capacité à cliver la population.

    L’État républicain est moral, l’économie libérale est amorale, et l’État libéral est immoral et moraliste et ceci explique cela.

    CQFD


    • Romain Desbois 28 octobre 2012 11:59

      Bah non je considère que l’État n’a pas à imposer une morale , que dans tout domaine il devrait appliquer le même principe qu’il applique aux religions (laïcité).

      Ce qui ne veut pas dire que chacun ne doit pas avoir de morale . C’est à chacun de voir avec sa conscience.


    • JL JL 28 octobre 2012 12:29

      Desbois,

      vous amalgamez religion et morale. Les religions sont multiples, la morale est universelle. Ceci dit, c’est votre droit de préférer l’État libéral à la République. Mais ne dites pas que vous êtes de gauche, svp. Un peu de logique !

      Je sais qu’à propos du libéralisme on dit tout et son contraire : ce matin dans l’émission l’Esprit public, un intervenant évoquait les « libéraux interventionnistes » américains, favorables aux actions militaires américaines sur les sols étrangers.

      Ce libéralisme-là c’est celui de Humpty Dumpty :

      - « le problème » dit Alice, « c’est de savoir si tu peux faire en sorte que les mots signifient des choses différentes ».
      -« Le problème », dit Humpty Dumpty, « est de savoir qui commande, c’est tout » !


    • JL JL 28 octobre 2012 12:40

      Desbois,

      j’ai répondu hâtivement, et je m’explique pour éviter tout malentendu : c’est l’État libéral qui veut imposer une morale, l’État républicain EST moral. Nuance.

      En conséquence, les libéraux, au nom du principe légitime que « l’État n’a pas à imposer une morale », càd paradoxalement au nom de ce qu’il est et qu’il ne faudrait pas qu’il soit, revendiquent le mariage gay !

      L’Etat moral, c’est celui qui ne prononce pas de mariages gays.

      L’Etat libéral, c’est celui qui, ainsi que je l’ai démontré ci-dessus, prononce le mariage gay pour « réparer » ses turpitudes.

      De fait, vous préférez cet Etat libéral à la République.


    • Romain Desbois 28 octobre 2012 12:49

      Oui je suis libertaire donc libéral dans le sens premier du terme.

      Je suis pour que chacun puisse agir librement tant que cela ne nuit pas à autrui (et encore si le maso est d’accord , je ne vois pas en quoi il faudrait lui interdire de se faire exploiter)


    • JL JL 28 octobre 2012 13:14

      Le vice récurrent du libéral consiste à réclamer quelque chose qu’on ne lui a pas pris.

      Robinson Crusoé est un mythe instrumentalisé par les libéraux pour revendiquer qu’on rende à l’individu Robinson, non pas ce que la société a pris à Robinson, mais ce que la société a conservé la maîtrise de sa part de leur collaboration. Cette maîtrise s’appelle le pouvoir démocratique.

      Le libéralisme, a fortiori le libertarianisme n’est pas de gauche.


    • JL JL 28 octobre 2012 13:16

      Tout à fait, Walgänger,

      merci de cette remarque constructive.

      Quand je raisonne, j’ai trop souvent le nez dans le guidon.

       smiley


    • JL JL 28 octobre 2012 16:03

      @ Waldgänger,

      passionnant, ce lien.

      Je lis : " La preuve qu’un mouvement est plus passionnel que rationnel, plus idéologique que transparent, c’est qu’il est renforcé plutôt qu’affaibli par les contradictions qu’il charrie."

      C’est très vrai, et je pense à Bastiat - petit père spirituel d’Ayn Rand -, et la place qu’il occupe chez nos libéraux : pourtant, ses ’démonstrations’ ne sont que de vulgaires sophismes qui ne résistent pas à une analyse sérieuse, comme je l’ai souvent démontré ici, au grand dam de ses ’rejetons’.

      Pour aller un peu plus loin dans l’analyse de cet article de Jacques Dufresne, je relèverai ceci : "Le produit intellectuel le plus typiquement américain fut sans doute la psychologie béhavioriste, laquelle postule qu’à sa naissance l’être humain est une table rase, que tout en elle se construit par la suite par voie de conditionnement"

      A cette affirmation j’opposerai la "La génétique néolibérale : les mythes de la psychologie évolutionniste", de Susan McKinnon, publié aux Editions de l’éclat, théorie très en vogue aujourd’hui.

      "La psychologie évolutionniste (ou évopsy) se veut être la science autoritaire de la « nature humaine ». Ses défenseurs (qui commencent à sévir en France depuis quelques années) ont réussi à construire une tour d’ivoire tout en gagnant une large audience et une influence notable sur les discours publics. Mais quelle réponse propose réellement la psychologie évolutionniste en ce qui concerne le langage, la sexualité ou les relations sociales ? « Aucune… » répond Susan McKinnon.

      Rappelons que la psychologie évolutionniste est une branche de la psychologie culturelle qui pense l’être humain à partir de la théorie de l’évolution biologique darwinienne, supposant donc que le cerveau, tout comme le corps, est le produit d’une évolution. Elle a pour objectif de démontrer que l’être humain raisonne en fonction de « modules mentaux » innés, et qu’il existe une seule nature humaine universelle formattant les diverses cultures du monde. Or, le fait de considérer qu’il existe une nature humaine unique (et que la culture soit fabriquées par l’homme) est théoriquement suspicieux, notamment aux yeux des anthropologues (cf. les travaux de Marshall Sahlins, Eduardo Viveiros de Castro, Philippe Descola).

      Susan McKinnon démontre que la psychologie évolutionniste est une « pseudo-science » qui transforme la génétique évolutionniste en un mythe sur les origines de l’homme ; plus grave, ce mythe est modelé par des valeurs néo-libérales et repose sur une compréhension ethnocentrique des concepts de genre, de relations sociales, de parenté. Un ouvrage indispensable pour lutter contre certaines idées pseudo-scientifiques qui n’ont aucun fondement anthropologique, mais qui arrivent néanmoins à produire leurs effets néfastes dans les appréhensions du monde et des autres qui sont les nôtres.« 

      Pour conclure, je dirai que ce n’est une façon américaine de penser comme ceci ou comme cela : c’est une façon de penser très binaire, en tout ou rien. Un besoin de croire.

      Au fond, c’est encore Chomsky et Charles dogson, alias Lewis Carrol, qui a eux deux, ont le mieux résumé la chose :

       » Les gens sont libres de croire ce qu’ils veulent du moment qu’ils obéissent.« 

       » Le problème dit Alice, c’est de savoir si tu peux faire en sorte que les mots signifient des choses différentes. Le problème, dit Humpty Dumpty, est de savoir qui commande, c’est tout ! "


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 28 octobre 2012 18:40

      Ah mais oui , le fameux site où ça fait la commère à longueur de journée .

      La conciergerie du net .... smiley


    • JL JL 28 octobre 2012 18:44

      Cher Waldgänger,

      sur la conservation des références de l’article, je suppose que vous faites allusion à celui de Jacques Dufresne relatif à l’ouvrage de Nicole Morgan ( livre que je lirai volontiers) ? Ce sera fait.

      Pour ce qui concerne l’autre affaire, vous me semblez très érudit, et je ne suis dans ce domaine malheureusement qu’un ignorant. Mais je sais de quel site vous parlez, : je n’y vais jamais, une vieille histoire.

      Et je relève dans vos propos ceci : "ces idiots versent depuis plus d’un an dans une islamophobie des plus rance et prétendent faire l’histoire du monde musulman avec les mêmes méthodes que celle qu’Emile Mourey appliquait à la Gaule.« 

       Et dans cette phrase, trois choses  : »ces idiots« , »versent dans islamophobie", et Emile Mourey.

      Sur le premier point : je ne vous contredirai pas ! 

      Sur le deuxième : vous me l’apprenez. Mais ce n’est pas une surprise.

      Enfin, sur le troisième, je crois deviner (par élimination) qui a demandé votre expulsion.

      Dommage. Mais le pire n’est jamais sûr.


  • anty 28 octobre 2012 11:55
    @ l’auteur

    Les mariages homos sont peu nombreux car tout simplement les homos sont peu nombreux

  • gébé gébé 28 octobre 2012 13:28

    Autres temps, autres moeurs...


    Quand j’étais ado, vers les années 60, quand les flics coinçaient deux « pédés », ils les tabassaient. Aujourdhui on les marie ! Ils vont même pouvoir avoir des petits.

    A contrario, j’ai commençé à sortir avec ma femme quand elle avait 15 ans, j’en avais 21. Ce qui à l’époque ne posait absolument aucune sorte de problèmes. Aujourd’hui je serais traité de pédophile !

    Allez comprendre...

  • kettner 28 octobre 2012 14:53

     Le simple fait

    de vouloir contractualiser une union me gonfle mais je me verrai bien mal avisé de vouloir dénier à un groupe quelconque ce droit, ne serait ce que pour la simple raison qu’il ne puisse ressentir un jour ce moment d’extase que seule la prononciation d’un bon divorce dans le bureau d’un juge peut procurer .

     


    • Abou Antoun Abou Antoun 28 octobre 2012 23:01

      On sent le vécu. Finalement la jouissance suprême ce n’est pas ce qu’on croit. Il faudra un jour se livrer à la compilation des ’perles’ d’AV. Votre contribution, kettner, devrait y figurer.
      Bonne semaine !


  • kettner 29 octobre 2012 16:47


    Ce n’est que l’expression sur un sujet de société d’un autre agnostique, laïc convaincu en plus d’être un dénataliste forcené pour une Europe sociale expurgée de l’OTAN et de ses libéraux .

     smiley bonne semaine à vous également .


Réagir