vendredi 27 juillet 2007 - par Forest Ent

Le ministère de la Parole

Trois mois ont passé depuis l’élection du ludion élyséen, et l’on peut commencer à distinguer les lignes du quinquennat. Il semble qu’il doive essentiellement consister en agitation et coups médiatiques.

Économie

La mesure phare jusqu’ici est le « paquet fiscal ». Elle consiste en une baisse de recettes non financées qui évoluera entre 15 et 20 milliards d’euros par an. Elle absorbe donc par avance l’ensemble des diminutions de la dépense publique qui seront obtenues ou pas en cinq ans, et prive par avance l’État de toute marge de manoeuvre budgétaire. Elle porte sur  :

  • la défiscalisation des emprunts immobiliers, mesure prise au plus mauvais moment, alors que les prix sont au plus haut, la demande forte et l’offre faible, et qui n’aura aucun effet incitatif ;

  • la diminution des droits de succession alors que ceux-ci étaient généralement considérés comme plutôt stimulants pour l’activité économique, en empêchant une certaine forme de « sclérose du capital » ;

  • le passage du « boucier fiscal » de 60 % à 50 %, système ayant prouvé son inefficacité complète, étant utilisé par 10 % des contribuables concernés, qui sont d’ailleurs moins de 3 % de la population ;

  • la défiscalisation des heures supplémentaires, mesure qui va également introduire un manque à gagner significatif pour les comptes sociaux, et dont personne aujourd’hui, y compris à Bercy, ne se hasarde à prédire le coût et encore moins l’impact sans parler de l’utilité.

Ces mesures ne sont ni de droite, ni de gauche : elles sont stupides. Un programme de droite cohérent aurait consisté à supprimer les 35 heures et diminuer l’impôt sur les sociétés, et accessoirement à supprimer l’ISF qui ne sert à rien. La cible aurait été plus claire sur une politique de l’offre et cela aurait évité la mise en place d’usines à gaz fiscales qui coûteront cher.

Si tout cela coûte trop cher, il semble que ce sera en partie financé par une augmentation de la TVA. Le bilan global sera un transfert de la fiscalité des riches vers les pauvres, c’est-à-dire une action contre la demande sans effet sur l’offre. Si cette augmentation est limitée aux importations, comme le demande M. Guaino, elle mettra la France en franche contradiction avec sa politique européenne.

Le fait d’avoir à l’Élysée à la fois MM. Guéant et Guaino traduit encore une fois la complète incohérence idéologique de l’UMP. M. Guaino est, comme M. Todd pour Chirac, la « caution morale populaire ». Elle ne devrait pas durer beaucoup, une fois les campagnes terminées en 2008. C’est d’ailleurs, selon le Canard enchaîné, entre ces deux personnes que s’est discuté le destin de GdF : Suez ou pas Suez, alors que M. Fillon avait promis de trancher il y a deux semaines.

Sur ce point nous abordons le vrai business. Aux dernières nouvelles, le destin de GdF n’est pas scellé, mais l’avenir se précise pour Areva, qui serait offert à Bouygues, le patron, entre autres, de TF1. Mme Lauvergeon a confirmé au Financial Times en avoir discuté les modalités avec M. Bouygues, à qui le président avait déjà offert, en tant que ministre des Finances, Alstom dans le secteur de l’énergie. Étant administratrice de Total et Suez, elle aura l’embarras du choix.

Environnement

Le débat sur l’environnement a été reporté à plus tard. Mais le soutien préalable apporté à l’EPR augure mal de l’ouverture de la discussion. Et le soutien apporté par M. Barnier aux pêcheurs d’anchois sans intervention de M. Borloo augure mal de la capacité future de l’UMP à se libérer de l’influence de la FNSEA, un de nos principaux lobbies de la pollution.

Travail

Dans le domaine des transports, le projet de loi sur le « service minimum » ne définit aucun service minimum, mais durcit un peu les conditions d’exercice du droit de grève au bénéfice d’une meilleure prévisibilité du service résiduel. Cela entérine d’une certaine manière les démarches « d’alerte sociale » existantes. Il est possible que ce soit à l’arrivée beaucoup de bruit pour rien.

Justice

Le sujet de la délinquance des mineurs et de la récidive vient après cinq annéess de ministère de la Parole où l’on s’est contenté de faire des lois sans se soucier de l’application des précédentes. On en est à onze ou douze aggravations de la politique pénale en cinq ans. Cela a néanmoins donné lieu à quelques mensonges pieux et rigolos sur l’état réel de la politique carcérale. Dans le même temps, les nominations politiques ont continué, surtout au parquet. Le refus du président de la République de présider le CSM semble en fait augurer d’une solide reprise en main politique.

Immigration et identité nationale

Je n’en ai plus entendu parler. Et vous ?

Éducation

Pour l’instant, la loi sur l’autonomie des universités a été adoptée. Sauf à l’avoir mal lue, elle ne semble pas destinée à apporter de bouleversements sur le sujet, et a été l’objet à la fois de consensus et de manque d’intérêt.

Culture

Mme Albanel ne semble pas saisie de ses deux principaux dossiers : les intermittents et la DADVSI. Sur cette dernière, l’Élysée a même signalé son intention de traiter directement le sujet, en mettant en place une politique de répression, et ce alors que la loi DADVSI, votée il y a un an, a démontré sa complète faillite, avec un effondrement complet des ventes en 2007, et une suite de l’augmentation de la « redevance pour copie privée » dans le temps même où un tribunal vient de confirmer que le droit à la copie privée n’existe pas.

Pendant ce temps, le verrouillage des médias continue. Pas seulement dans le public, comme plusieurs articles Agoravox l’ont fait justement remarquer, mais aussi dans le privé.

M. Minc, vieil ami de MM. Pinault et Sarkozy, s’est maintenu de lui-même à la tête du groupe Le Monde, malgré une motion de défiance des administrateurs salariés qui le considéraient à la fois trop compromis politiquement avec le président, et responsable de l’échec de la politique de croissance, qui conduira la presse régionale à être vendue à Hersant, Ouest-France, ou autre ...

M. Arnault, vieil ami de M. Sarkozy et Français le plus riche, maintient son projet d’achat des Échos à Pearson malgré l’opposition des journalistes qui ont déclaré souhaiter préserver une certaine indépendance et préférer, tant qu’à faire, être rachetés par Fimalac. M. Ladreit de Lacharrière en chevalier blanc de la liberté de la presse, nous vivons décidément une drôle d’époque !

En tout cas, fait sans précédent, toutes les organisations représentatives des métiers du journalisme ont signé un texte public s’inquiétant de la perte d’indépendance de la presse écrite. Ce texte a été adressé à l’Élysée : c’est comme demander au loup de sauver les agneaux des ours. Les Français auraient tort le cas échéant de ne pas écouter cet appel avec grande attention, car c’est sans doute le dernier.

Défense

Les arbitrages budgétaires majeurs n’ont pas été rendus publics. Le président a annoncé vouloir remettre à plat les grands programmes. Osera-t-il annuler l’échec cuisant qu’est le Rafale, ou bien aura-t-il un peu de considération pour les sénateur, député UMP et propriétaire du Figaro de la famille Dassault ?

Intérieur

Tout va bien et l’insécurité n’est plus un problème depuis trois mois.

Affaires étrangères

Comme tous ses prédécesseurs de la Ve République, la présidence a choisi ce domaine comme le théâtre privilégié de son auto-mise en scène, et y a brassé une quantité de vent à faire rougir Éole.

Vis-à-vis de l’Europe, le « minitraité » semble consister en retour par la fenêtre du refoulé TCE avec un préavis de DIX ans. On n’entend plus parler de la Turquie. Quelques rodomontades sur l’indépendance de la BCE ont fait long feu.

Vis-à-vis de l’Afrique, après quelques déclarations sur l’inutilité des interventions, il semble que les intérêts de Total, Bouygues et Bolloré aient prévalu, et que les affaires continuent. L’armée française continue de mener au Tchad une guerre civile inavouée et de soutenir à N’Djamena et Brazzaville des régimes discrédités.

Pour le reste, la politique française s’est « normalisée », c’est-à-dire alignée sur Washington. L’effort de guerre en Afghanistan a légèrement augmenté, et un léger soutien au Proche-Orient s’est dessiné, avec par exemple une participation à la surveillance du golfe Persique.

En résumé, aucun bouleversement ne semble s’annoncer  : quelques bêtises budgétaires, une aggravation de la dette, des mesures symboliques, quelques cadeaux à prévoir aux copains, et une volonté constante de contrôler toujours plus, le tout dans la grande tradition UDR/RPR/UMP.

Et pourtant, pendant ces trois mois, vos médias ont parlé tous les jours de la famille Sarkozy, pour en dire d’ailleurs tout à fait autre chose. La nouveauté du sarkozysme est là : saturer l’opinion en permanence avec du bruit médiatique sur des sujets mineurs sans cesse renouvelés. Une présidence-spectacle. Le ministère de la Parole.



51 réactions


  • tvargentine.com lerma 27 juillet 2007 13:20

    Franchement,vous etes un super godillôt de Ségolène Royal pour faire le procès politique des français qui ont élu démocratiquement sur un projet de société un homme,Nicolas Sarkozy,que vous osez nommer : ludion élyséen

    Déjà,nous percevons que vous n’acceptez pas le choix républicain du peuple français et le manque total de respect pour les français.

    Ce gourvernement n’a encore rien fait et vous faites déjà son procès politique !

    Attendez au moins 1 an pour faire un bilan plûtot que de pleurer dans les jupes de soeur Ségolène Royal de la misère sociale et de la destruction du parti socialiste

    Allez donc faire du vélo chez votre ami le maire de Paris ensemble vous irez vous bronzer à Paris Plage

    Car pour vous,cela va durer 5 ans ! smiley


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 juillet 2007 13:41

      @Lerma,

      Je ne pense pas que vous soyez en mesure de donner des leçons sur l’objectivité ... votre commentaire parle de lui même .... zélateur absolu du petit Nicolas !

      Merci Forest Ent pour cette remise en perspective ... dans quelques mois, une fois passée la politique de l’esbrouffe les français seront en mesure de juger sur les actes !


    • Redj Redj 27 juillet 2007 13:47

      Et oui Lerma, tout le monde n’est pas béa comme vous à tel point de perdre tout sens critique et de glorifier Sarkozy a tout va. Vous nous saoulez. Maintenant peut-être que l’auteur va un peu vite, mais à vrai dire, même si je laisse le temps au gouvernement de faire ses preuves, je sais que toutes les orientations économiques prises ne vont faire que creuser les inégalités sociales. Ensuite, tout comme votre béatitude, assister à la quasi sanctification de tous les actes de Sarkozy dans les médias, moi ça me gave sérieux et je commence à en avoir marre.


    • shanty shanty 27 juillet 2007 17:08

      Sacré Lerma ! Heureusement que la Sego a pas été élue tu nous en aurait fait des boutons ! Sérieusement, prends un peu de recul, tu verra c’est utile qlq fois... Le manichéisme anti-sarko = pro-ségo ca va un moment. Tu nous sort toujours les mêmes âneries, change de disque et essaie au moins d’entendre les arguments des autres, quand il y en a... Autrement tu vaux pas mieux que les derniers mitterrandolâtres, staliniens et autres nostalgiques du fascisme ... Le jour où Sarko nous sortira une proposition qui soit de bon sens, juste, légale et pas déjà dans les codes ou la pratique(la blague des lois sur la récidive, sur la retenue sur l’indemnité des parlementaires absents, sur le service minimum dans les transports...), promis j’applaudirai des deux mains, justement parcque je ne m’enferme pas dans un bastion de certitudes toutes faites et suis prêt à reconnaitre le mérite là ou il se trouve... Pour l’instant j’attends et suis plutôt éffaré smiley


    • masuyer masuyer 27 juillet 2007 21:47

      Vous êtes dur avec Lerma,

      Lui au moins continue à assumer, d’autres à sa place se seraient (se sont, peut-être ?) fait plus discret. smiley

      Je le plusse pour sa constance, on lui a assez reproché l’inverse smiley


    • IP115 29 juillet 2007 19:05

      ca a dû leur faire très mal pour qu’ils se soient empressés de le censurer aussi vite ... mais ça prends 3 secondes de le décensurer ...

      Qui a dit « je hais ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissez le dire » ? sûrement pas un de nos brillants « intellectuels de gauche » autoproclamés en tout cas !) ... smiley

      " par lerma (IP:xxx.x57.112.24) le 27 juillet 2007 à 13H20

      [Cacher le texte]

      Franchement,vous etes un super godillôt de Ségolène Royal pour faire le procès politique des français qui ont élu démocratiquement sur un projet de société un homme,Nicolas Sarkozy,que vous osez nommer : ludion élyséen Déjà,nous percevons que vous n’acceptez pas le choix républicain du peuple français et le manque total de respect pour les français.

      Ce gourvernement n’a encore rien fait et vous faites déjà son procès politique !

      Attendez au moins 1 an pour faire un bilan plûtot que de pleurer dans les jupes de soeur Ségolène Royal de la misère sociale et de la destruction du parti socialiste

      Allez donc faire du vélo chez votre ami le maire de Paris ensemble vous irez vous bronzer à Paris Plage

      Car pour vous,cela va durer 5 ans ! "

      A vos pouces, prêts, « moinsser », bandes de guignols (comme d’hab je me met un -1 d’entrée de jeu) !


  • neige 27 juillet 2007 13:41

    Merci à l’auteur pour ce rappel des faits, ni pour ni contre, mais juste les faits.

    L’appel des journalistes a quand meme de quoi faire sourire :
    - d’un coté ils continuent d’encenser le président et sa femme,
    - de l’autre ils réclament une indépendance qu’ils n’exercent pas de fait.

    Qu’ils arretent leur beni oui-oui et fassent leur travail, alors leur crédilité en sera retrouvée, les ventes de journaux remonteront et leur indépendance sera restaurée.


  • ZEN ZEN 27 juillet 2007 13:59

    Trés intéressant bilan

    Le dernier § est à souligner trois fois !...


  • JL JL 27 juillet 2007 14:23

    «  »Intérieur : tout va bien et l’insécurité n’est plus un problème depuis trois mois.«  »

    Le contraire eût été contrariant ! smiley

    Dans cet excellent article, il n’y a rien à jeter, et surtout pas la conclusion.


  • alberto alberto 27 juillet 2007 14:24

    Forest, comme vous y allez : Ludion !

    Et pouquoi pas Jaquemard, ou Culbuto, ou encore, Yoyo, Zébulon...

    Bon ceci dit tout ce que vous écrivez n’est pas faux, mais peut-être un peu... prématuré !

    Moi, j’attends pour me déterminer, de voir ce qui se passera apprès le « Grenelle de l’Environnement ». Car pour le moment, le Ludion élyséen ne fait qu’appliquer ce qu’il avait promis qu’il ferait s’il était élu : ayant été élu...

    Dire que c’est bon pour le Pays : Vox populi...

    Ce qui m’inquiète, c’est l’augmentation de la dette publique, par ce que là-dessus, on ne l’a pas trop entendu le Ludion...

    Mais merci de rester « vigilant » : bien à vous.


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 27 juillet 2007 15:14

    Bien écrit, pertinent, bravo Forest Ent !

    Le Ministère de la Parole, en attendant le Ministère de la Vérité (ou Miver) ?


  • e-citoyen Christophe B. 27 juillet 2007 15:34

    Très bon compte-rendu des trois premiers mois de l’ère Sarkozy. La conclusion est excellente.


  • ripouette ripouette 27 juillet 2007 16:11

    Il semblerait que notre omniprésident (je n’emploirai pas ludion bien que ça rime avec f... ce qui ouvre des perspectives poétiques intéressantes), notre hyperprésident donc, ait quand même trouvé son style sur le plan internationnal :

    Sur la forme on a pu le voir, bouffon sautillant et dépenaillé, tapper dans le dos des grands de ce monde comme s’ils avaient été à la maternelle ensemble, parfaite image de l’arriviste arrivé. A ce propos il suffit de regarder l’image de Sarkozy tout sourire enserrant les épaules d’un Poutine glacial à la sortie du G8 pour se dire que son style a un peu de mal à passer.

    Sur le fond, il a trouver son credo : vendre du nucléaire. Il a réussi à refourguer une centrale à Khadafi sans la moindre protestation internationale et 4 centrales EPR que personne n’a jamais vu, au Chinois !!

    Voilà du concret, une véritable ligne politique, Sarko le ludion de la prolifération (arghhh je l’ai dis !)


    • Juliette_H 30 juillet 2007 11:25

      « il suffit de regarder l’image de Sarkozy tout sourire enserrant les épaules d’un Poutine glacial à la sortie du G8 pour se dire que son style a un peu de mal à passer. »

      Soyons honnêtes : avez-vous déjà vu Poutine être autre chose que glacial ? Il faudrait l’envoyer faire un tour au pôle nord, il nous résoudrait tous nos problèmes de réchauffement climatique d’un regard...


  • shanty shanty 27 juillet 2007 16:50

    Merci pour cet article !

    Précision utile, le sénat à adopté le bouclier fiscal en rejettant l’amendement de Courson incluant ainsi csg et rds sous ce bouclier... Ce qui fait selon les experts un bouclier à 39% et non à 50 % ... c’est à dire moins que le taux d’imposition de « beaucoup », notamment dans l’électorat sarkoziste, alors allez y les gars expliquez moi comment il est si génial que ça le pti nico, parcque pour le coup c’est vous qui raquez ! Le tube de l’été : #premiers baisés#

     smiley


  • minijack minijack 27 juillet 2007 17:02

    Magnifique article, Forest, ni de gauche ni (à plus forte raison) de droite, mais excellente analyse objective et réaliste.

    Les français vont se réveiller quand il sera trop tard, s’il ne l’est pas déjà en matière d’information. Heureusement qu’existent des espaces comme celui-ci où des gens comme toi peuvent encore exprimer leurs doutes et leur réprobation.

    Encore Bravo. Je souscris entièrement.


  • Harald 27 juillet 2007 18:21

    tout comme minijack, très bon article.

    "Immigration et identité nationale

    Je n’en ai plus entendu parler. Et vous ?"

    Moi Mssieu ! Dans Libé aujourd’hui l’article de Brice Hortefeux intitulé « Ma vision de l’identité nationale ». (http://www.liberation.fr/rebonds/269308.FR.php)

    Je l’ai relu 2 fois pour la trouver. Sans succès.

    Mais bon... cette idée de campagne a bien rapporté 1 million de voix venant de sympathisants du FN. C’est toujours ça de pris...

    sur les idées.


    • Céline Ertalif Céline Ertalif 27 juillet 2007 20:15

      C’est un article banalement bon de Forest Ent. Banalement : y voir un compliment, Forest donne rarement dans le médiocre. C’est le titre que je ne trouve pas terrible : ministère de la parole.

      Ludion : le mot est très péjoratif, mais pourtant, il est plus juste. Quel formidable bateleur, ce Sarko ! C’est pourtant le mot vacuité du Furtif qui me plait le plus. Mais où est le projet de civilisation de Sarkosy ? Poser la question parait presque grotesque.

      Persuadée que l’affaiblissement de l’Etat-nation est une grande douleur collective, je suis souvent épatée par l’insistance avec laquelle Sarkosy fait étalage de sa volonté, de son engagement personnel. Il y a qqchose de touchant dans cette fébrile incantation sur le rôle des individus, sur le mérite, sur le travail... Sarkosy a ce côté « dernière cartouche » d’une République qui appartient au passé.


    • Christophe Christophe 28 juillet 2007 09:56

      @Celine,

      Je suppute que le titre soit basé sur le surnom donné par Merkel à notre Président : « herr blabla » !

      Seul notre auteur pourrait le confirmer !

      @Forest Ent,

      C’est un état des lieux objectif. Voyons la suite ! Actuellement, j’ai du mal à distinguer où se situe la ligne de rupture ; excepté sans doute la face visible qui est plus accès sur une politique spectacle qu’auparavent (si cela a encore à voir avec la politique d’ailleurs).


    • La Taverne des Poètes 29 juillet 2007 17:27

      Tiens ! c’est vrai : il n’y a que le titre qui n’est pas très bon.


  • La Taverne des Poètes 27 juillet 2007 19:20

    Peut-on dire que cet article est excellent sans passer pour un fieffé anti sarkozyste primaire ? Oui, à présent que le score est éloquent et que de nombreuses personnes l’ont approuvé... smiley


  • herbe herbe 27 juillet 2007 22:20

    Merci cher auteur pour ce bon rapport d’étape.

    Mais ces résultats ont de bonnes chances d’être utilisés pour la suite par celui là même qui en fait l’objet.

    Ce ministère de la parole, et du faire qui en a découlé, a déjà utilisé, comme on s’en est aperçu, les éléments essentiels du discours de ses opposants les privant par là même de leur nécessité en tant qu’acteur. Pourquoi continuer à écouter un discours qui pronait entre par exemple l’ouverture (Bayrou, Royal) puisqu’il est pris (au moins en apparence) en compte, le combat des femmes et des minorités visibles (Royal) est aussi repris etc... Celui qui semble mettre en oeuvre maintenant est celui auquel on opposait ces discours.

    Donc j’en déduis que votre analyse si elle est bonne, a toutes les chances de servir...

    J’avais apprécié l’accent mis sur un certain discours sur la résistance ( http://www.alternatives-images.net/ ), à mon avis toujours subtilement valable mais déjà pris en contrepied (Moquet, lettre à lire en classe etc).

    Mais au fait pourquoi s’en plaindre si de bonnes idées sont mises en oeuvre , peu importe qui en est l’auteur (! ?)


  • stephanemot stephanemot 28 juillet 2007 16:06

    On se contente une fois de plus d’ajouter alinea, verrues, amendements, boucliers et autres cautères sur des jambes de bois pour le moins vermoulues.

    La vraie rupture serait de mettre tout à plat.

    Peut-on réellement réformer sans reformer ?

    PS (indeed !) : on peut toujours se rassurer en se demandant ce que cela aurait donné avec Ségo : http://blogules.blogspot.com/2007/06/premier-bilan-sur-la-prsidence-de.html


  • Gilles Mesnard Gilles Mesnard 28 juillet 2007 17:08

    Bonsoir, article intéressant sans être partisan. Dans le domaine de la culture il y a eu cette promesse électorale de rendre l’accès aux musées nationaux gratuits.

    Promesse qui n’aura pas de suite je l’espère. Mme Albanel qui a très mal géré le domaine du chateau de Versailles et qui en a fait le musée, je crois, le plus cher de France, ne sera pas, si elle a son mot à dire, d’accord.

    De nombreux musées sont déjà gratuits et le nombre de visiteurs n’a pas augmenté pour autant.

    Par contre leur accès est plus limité.

    Ainsi cette semaine je n’ai pu visiter un musée gratuit parce qu’il n’est ouvert que les samedis et dimanches de 9:30 à 11:30 et de 14:30 à 17:30 !

    Les travaux d’entretien, de conservation, de restauration sont coûteux. Dans quelle cervelle a pu jaillir cette idée de la gratuité ?

    Je m’interroge encore.

    Gilles, de Versailles. Aussi. smiley


  • claude claude 29 juillet 2007 00:01

    bonsoir ent,

    magnifique article qui met bien en lumière ce roi de l’esbroufe qu’est nicolas : il a l’art de faire du vent en faisant croire qu’il est le nouveau sauveur du monde !

    il est passé virtuose en la matière !!!

    bonne soirée


  • claude claude 29 juillet 2007 00:01

    bonsoir ent,

    magnifique article qui met bien en lumière ce roi de l’esbroufe qu’est nicolas : il a l’art de faire du vent en faisant croire qu’il est le nouveau sauveur du monde !

    il est passé virtuose en la matière !!!

    bonne soirée


  • fouadraiden fouadraiden 29 juillet 2007 13:40

    très juste.

    au sujet de l’identité et des immgrés, avec lequel la presse nous à bassiné les oreilles durant la campagne.

    je pense que Sarko a tenté au Sénagal a tenté de rappeler à notre bon souvenir la question identitaire des immigrés, sous prétexte d’un voyage . en fait ,commme à son habitude, il a juste pris la peine ,en suant terriblement, de lire un texte aussi stupide qu’inutile devant le public noir d’Afrique.

    on dit que les Africains ont ri.on envierait presque le public sénégalais pour son humour.

    depuis l’avènement du sarkosime ,les Franaçis sont-ils plus sûr de leur identité ?

    question à suivre...........


  • Bulgroz 29 juillet 2007 15:26

    Ca va être long 10 ans, très long. Pauvre Forest Ent qui s’afflige des coups de marteau sur la tête sans rien comprendre à ce qui se passe autour de lui.

    A mon avis, faut augmenter la dose de Lexomil® et de Temesta®,

    Parce qu’à ce stade d’aigreur et d’aveuglement, ça relève de la psychiatrie.

    Il y a bien une autre solution, démissionner de la fonction publique en refusant de servir le dictateur.

    Même le plouc des tavernes a trouvé l’article très bien, c’est dire !!! On vous laisse dialoguer avec lui.

    Le degré sub zéro de la pensée anti sarkoziste.

    Putain, 10 ans !!!


    • Forest Ent Forest Ent 29 juillet 2007 15:57

      « Il y a bien une autre solution, démissionner de la fonction publique en refusant de servir le dictateur. »

      Je ne fais pas partie de la fonction publique et n’en ai jamais fait partie, je ne suis pas fonctionnaire et ne l’ai jamais été, sauf quand j’ai fait mon service militaire.

      A ce propos, dans les critiques récurrentes contre les trop nombreux fonctionnaires gauchistes assistés aux statuts exorbitants, il ne faut pas oublier d’y inclure les militaires, les policiers, les juges et procureurs, gardiens de prisons, ... Je dis ça pour un certain nombre d’UMPistes de Agoravox. Et puis dans la rubrique « assistanat », ne pas oublier les charges de pharmacien, notaire, greffier, taxi, ... Sans parler des agriculteurs dont aujourd’hui 77% des revenus sont constitués de subventions. Vive la valeur travail de l’électorat de droite.


    • Bulgroz 29 juillet 2007 17:04

      C’est bien ce que je disais en m’adressant à vos lecteurs, vous savez tous ceux qui vous ont dit que votre article était très bien (Zen, JL, Leon, Plouc des tavernes...) sans aboslument rien dire sur le fond : étonnant, une telle unanimité alors que vous pronez la suppression des 35 heures et la diminution de l’impôt sur les sociétés. Croyez vous que Sarkozy n’en est pas convaincu, pensez vous que les conservateurs sont prêts à accepter tout ça , là maintenant ?

      Sur les 25 dernières années, la gauche et la droite ont été alternativement au pouvoir ; c’est la première fois qu’une telle diversité est ainsi prise en compte, sans parler de la baisse très sensible du nombre des énarques dans ce gouvernement et de l’entrée de personnes venant d’autres horizons universitaires et/ou de la société civile. Alors, c’est sur, les corporations de fonctionnaires ou vivant sur les fonds publics se mettent en branle et montrent le conservatisme le plus primaire et le plius sectaire en étant systématiquement contre tout ce que fait, dit ou pense Sarkozy.

      Pour pouvoir critiquer avec une crédibilité renforcée au moment opportun, l’opposition devra faire preuve de plus d’objectivité et d’analyse nourrie aux faits avérés sur la longue distance.

      Tous les “maniaques du réflexe négatif” se plaignent de ne pas être entendus, sans se rendre compte qu’ils ne sont même plus écoutés tellement ils sont convenus.

      Tiens, un test pour vous et pour vos amis conservateurs : Etes vous favorable à une consultation par vote à bulletin secret au sujet de toute grève “reconductible” au bout d’une semaine ou pensez vous ainsi que le dit Bernard Thibaud que ce soit une remise en cause fondamentale et inadmissible du droit de grève ?


    • IP115 29 juillet 2007 18:46

      Salut Bulgroz,

      Pourquoi perdre ton etmps avec ces gens là, ne vois tu pas qu’ils puent la frustration des loosers à plein nez ? Ils ne leur reste plus que ça, pleurnicher sur leurs « incompréhensibles » défaites succéssives ces 15 10 dernières années ...

      En parcourant ce fil, j’ai l’impression de me retrouver à une buvette de la fête de l’huma où tous les « camarades » se congratulent (ici ils se « plus ») en se demandant pourquoi ces « cons » de français ne veulent pas d’eux ...

      Alors que leurs dirigeants eux même reconnaissent qu’ils sont dans le faux depuis des années (imaginez, même la canditate de la gauche aux présidentielles avoue ne pas croire au programme de la gauche, MDR) puisqu’ils ont pour ambitions de ses 5/10/15 (rayez les mentions inutiles) prochaines années de reconstruire un programme et une idéologie (et bien il était temps), reconnaissent eux même que l’actuelle est complètement OBSOLETE ...

      Alors en attendant, ils se soutiennent mutuellement en jouant à leur jeu favoris : « dire du mal » (comme disaient les vamps) ... et bien éclatez vous !

      d’ailleurs je constate que plus aucun pro droite ne vient participer à leurs « débats », si ce n’est pour en sourire, (mais en étant immédiatement censurer, ce sont les méthodes staliniennes de notre gauche que nous envient tous les pays du monde : tu n’est pas dans la ligne du parti, tu es esxclu !), aussi lassés que leurs électeurs de leurs discours stériles (même les barons du PS quittent le navire) ...

      Voila messieurs, à vos pouces, prêts, partez ... je me met un moins d’office pour gagner du temps !


    • Bulgroz 29 juillet 2007 19:14

      IP 115,

      C’est ce que je voulais dire à Forest Ent, son article n’a suscité aucun débat en dehors des « excellent, superbe... ».

      Agoravox est devenu le Second Life des Anti Sarkozistes primaires et sectaires, et il s’en rendent même pas compte.

      Quand je vois que sur le sondage du jour, 81% des 778 votants ont estimé que « Non, l’esssentiel du processus de négociation avait déjà été réalisé par l’Union européenne »

      Je pose la question de savoir si, avant que Sarkozy prenne en main cette affaire, le Quatar faisait partie de la négociation mise au point par l’UE ? Non, alors, tout était bouclé ?

      Les internautes ici, confondent Agoravox et Second Life, ils pensent représenter la vérité alors que la majorité est ailleurs.


  • La Taverne des Poètes 29 juillet 2007 18:15

    Forest, votre article est objectif, équilibré et bien argumenté. On le voit sur ce fil où seuls les sarkozyistes primaires idolâtres y trouvent à redire : Bulgroz, Demian, West...

    Le bouclier fiscal qui qui mettra un plafond à 37% des revenus de 3 % de la population (les gens très riches) est injuste. Son financement sera assuré par des économies sur les chômeurs, les salariés, les catégories sociales aidées (handicapés, etc).

    En matière de justice, qui est la chose la plus importante et la plus urgente, Sarkozy a pris le parti de ne rien faire. Les coups d’éclats médiatiques sur les peines-planchers et ses mises en scènes comme justicier sont là pour faire diversion sur la réforme attendue et montrent qu’il monarchise la justice qu’il voudrait incarner. En attendant, les moyens manquant cruellement, l’injustice se développe.

    Immigration et identité nationale : Il n’en parle plus mais l’immgration sera réservée aux étrangers qui viennent travailler sans compter leur temps et leurs efforts, et aux étrangers riches. Ses conceptions « patriotiques » (en réalité : ultra libérales) mettent contre lui les autres pays européens. En Afrique, il pratique la continuité de la politique de Jacques Chirac, livre un réacteur nucléaire à un dictateur.

    Et moyennant tout cela, des gogos admirent ce président, bêtement, sans rien analyser de la politiuqe, et sans voir qu’ils seront les plus grands perdants.


    • Bulgroz 29 juillet 2007 18:49

      Forest Ent,

      Comme je vous le disais précédemment, je vous laisse dialoguer avec Plouc des tavernes. Sa suffisante flatulence sur « Sarkozy qui monarchise la justice » smiley smiley smiley

      Oui, il avait dit qu’il n’y aurait pas d’amnistie, et il n’y a pas d’amnistie (présidentiel et 14 Juillet).

      Incroyable, quel démagogue !! Sarkozy n’utilise pas cet outil démocratique qu’est l’amnistie !!!

      et en plus ce salaud démagogue monarchiste le dit avant les élections !!!

      Avec Plouc des tavernes, vous avez trouvé, Forest Ent, votre plus ardent défenseur et vous touchez le fond.


  • Adama Adama 29 juillet 2007 18:57

    Objectif !!!!!! comme votre commentaire Ar taverned !

    Encore un article de plus à jeter dans les poubelles de l’histoire<

    Bonne continuation Forest, encore dix ans !


  • La Taverne des Poètes 29 juillet 2007 20:30

    Article à mettre en favoris ! Proposition pour Agoravox : la possiblité pour chaque inscrit de créer une liste d’articles en favoris, liste personnalisée et visible par tous. Ce qui permettrait à chacun (ou au moins à chaque « vrai » rédacteur) de conseiller la lecture de sa sélection.


  • Forest Ent Forest Ent 29 juillet 2007 21:36

    @ Bulgroz

    « vous pronez la suppression des 35 heures et la diminution de l’impôt sur les sociétés. Croyez vous que Sarkozy n’en est pas convaincu, pensez vous que les conservateurs sont prêts à accepter tout ça , là maintenant ? »

    Ben qu’est-ce qui l’en empêche ? Sera-t-il demain plus légitime qu’aujourd’hui ? Il me semble que c’est ce que son électorat attend, pourtant. Sur le fond, je pense sincèrement que l’ISF ne sert à rien, mais le bouclier fiscal est pire. Pareil pour les 35 heures et la défiscalisation des heures sup.

    Nous ne voyons peut-être pas les conservatismes aux mêmes endroits.

    En tout cas, je me marre quand lerma nous balance à chaque post le million de fonctionnaires de l’EN. Au moins, ils ne polluent pas les rivières. Il y a 700 000 agriculteurs qui ne vivent que de subventions. C’est quoi le « conservatisme » ?

    « Etes vous favorable à une consultation par vote à bulletin secret au sujet de toute grève “reconductible” au bout d’une semaine ou pensez vous ainsi que le dit Bernard Thibaud que ce soit une remise en cause fondamentale et inadmissible du droit de grève ? »

    Je ne suis certes pas un expert du droit du travail, mais il me semble qu’une grève ne se « vote » pas. Elle est proposée le cas échéant par les organisations syndicales, et chaque salarié choisit pour lui-même. Est-ce que cette « consultation » reviendrait à imposer un mode de fonctionnement à ces o.s. ? Dans ce cas, pourquoi ne pas imposer ce type de vote pour les copropriétés immobilières ?

    Je n’ai pas d’opinion sur cette question, faute de connaissance suffisante du sujet. Mais ça m’étonnerait beaucoup que cette loi change beaucoup la pratique. De toutes façons, la conflictualité dans les transports a beaucoup baissé ces dernières années, et la grève n’est plus le premier problème des clients, qui le disent d’ailleurs. Par contre, cette loi va alourdir la procédure, ce qui sera délicat pour les nombreuses petites entreprises de transport. Ca devrait surtout bénéficier à Connex. Véolia, quoi. La Générale des Eaux, de son ancien nom...

    @ Morris West

    « Je me souviens, il y a un an passé, vous ne cessiez jour après jour de nous affirmer qu’une révolution par l’internet était en marche. Et que les auteurs devraient donner tout leur patrimoine, pour que vous puissiez jouir de leurs oeuvres sans payer. Et à tel degré que nous auteurs, nous avons craint de devoir vous donner notre petite soeur avec le tout. »

    Je vous défie d’exhiber un texte où j’aurais déclaré que « les auteurs devraient donner tout leur patrimoine, pour que je puisse jouir de leurs oeuvres sans payer ».

    Pour la petite soeur, auriez-vous l’extrême obligeance de bien vouloir me transmettre sa photo au préalable ? smiley

    Mais j’assume une certaine continuité dans le discours. N’auriez-vous pas par contre en un temps soutenu successivement Mme Royal, M Bayrou puis M Sarkozy ?

    @ Tous

    Cet article semble prématuré ? Pas de problème. On en refera régulièrement. smiley


    • IP115 29 juillet 2007 23:39

      l’ISF (Incitation à Sortir de France), MDR ... cet impôt idéologique est le seul impôt qui coûte plus cher que ce qu’il rapporte ... Même la Suède le pays créateur de cet impôt l’a supprimé cette année ...

      " La Suède va supprimer l’ISF

      L’annonce a été faite mercredi [28 Mars 2007] par le premier ministre suédois qui dirige le gouvernement de centre droit au pouvoir depuis septembre.

      ISF : trois lettres qui sentent le soufre en France, l’un des rares pays européens où l’on paie encore l’impôt sur la fortune, avec l’Espagne, la Finlande, le Luxembourg et la Suède... mais plus que pour quelques mois. Le premier ministre, Fredrik Reinfeldt, qui dirige le gouvernement de centre droit au pouvoir depuis septembre, a annoncé hier son intention de supprimer rapidement l’ISF. « Nous allons inscrire dans notre proposition de budget de printemps de supprimer l’impôt sur la fortune dès 2007 », a-t-il écrit dans une tribune publiée par le quotidien Dagens Nyheter.

      Une mesure favorablement accueillie par la majorité de la classe politique et le patronat suédois qui déplorent régulièrement l’évasion fiscale, et soulignent que des capitaux d’une valeur d’au moins 500 milliards de couronnes suédoises (53,6 milliards d’euros) se trouvent actuellement à l’étranger. Pour le ministre des Finances, Anders Borg, il s’agit de suivre l’air du temps : « Quand les pays, les uns après les autres, suppriment l’impôt sur la fortune, et que nous nous retrouvons parmi les derniers pays à toujours l’avoir, alors il faut prendre ce type de décision », a-t-il expliqué hier.

      Cette mesure vise à attirer les investisseurs en capital-risque, ce qui favoriserait la croissance des entreprises et l’emploi. « Nous espérons ainsi pouvoir insuffler une volonté d’investir en Suède », poursuivent les chefs des trois autres partis au gouvernement, Maud Olofsson (centre), Lars Leijonborg (libéraux) et Göran Hägglund (chrétiens-démocrates), cosignataires de cette tribune.

      En 2005, l’ISF a permis à l’État de dégager environ 4,8 milliards de couronnes (514 millions). Environ 225 000 personnes ont été assujetties à cet impôt en 2005, soit 2,5 % de la population. "

      Que voila une gauche intelligente et moderne ... smiley


    • Forest Ent Forest Ent 29 juillet 2007 23:58

      Tout à fait d’accord. L’ISF est un impôt inefficace à la fois en termes économiques et en termes de justice sociale. Il va rester. L’impôt sur les successions était efficace sur les deux volets. Il tend à disparaitre. L’UMP n’est pas libérale. De toutes façons, l’impôt sur les revenus du capital me semble préférable à l’impôt sur le capital.

      Ce qui serait le plus efficace à la fois en termes économiques et sociaux, ce serait de lutter enfin sérieusement contre l’évasion fiscale, à la fois sur les revenus du patrimoine et sur les sociétés. Il n’est pas normal que nous ayons dans l’UE des paradis fiscaux officiels, et que le taux d’impôt sur les sociétés y varie allègrement de 10 à 25%.

      Nota : pour ceux qui s’indignent du terme « ludion », d’innombrables insultes de très bas niveau à l’encontre de Mme Royal sont consignées sur le présent site. Je ne les ai pas oubliées, ni quelle a été la tonalité générale de la campagne. Notre Guignol de président a tenu un langage de guerre. Il a des ennemis. Qu’il fasse ses preuves s’il en est capable, qu’il n’attende pas d’équanimité.


    • IP115 30 juillet 2007 00:54

      « Il n’est pas normal que nous ayons dans l’UE des paradis fiscaux officiels, et que le taux d’impôt sur les sociétés y varie allègrement de 10 à 25%. »

      bof ... prenons l’exemple de l’Irlande :

      "L’Irlande fut longtemps un des pays les plus pauvres d’Europe occidentale, cependant, une croissance particulièrement soutenue depuis les années 1990 en a fait le quatrième pays le plus riche du point de vue du PIB par habitant.

      Pendant des siècles, l’Irlande a été marquée par l’émigration, une forte pauvreté et des famines fréquentes du fait d’un système agricole et de structures foncières archaïques.

      À partir de l’indépendance (1922) est menée une véritable politique d’industrialisation, mais l’Irlande reste pauvre en 1985, classé avant-dernier au sein de la Communauté économique européenne. Elle a également bénéficié de la politique européenne des fonds structurels.

      Ce pays est aujourd’hui le deuxième plus riche de l’Union européenne, derrière le Luxembourg. Une série de vastes réformes sont à l’origine de cet impressionnant bouleversement.

      Une vaste réforme fiscale a fait passer le taux de l’impôt sur le revenu de 37% à 19%, ainsi que l’impôt sur les sociétés de 50% à 16%. Au final, le taux global des prélèvements obligatoires est aujourd’hui de 34% contre plus de 50% il y a 20 ans. Il s’agit là d’une très forte incitation à la création de richesses. Des milliers d’entreprises se sont créées ou installées, les autres ont massivement embauché. Il en est résulté des centaines de milliers de créations d’emplois. Cette politique couplée à de vastes assouplissements du marché du travail a fait chuter le taux de chômage de 16,8% en 1985 à 4,4% aujourd’hui.

      On assiste même depuis quelques années à une pénurie de main d’œuvre, comblée par un recours à l’immigration, principalement asiatique et européenne. Entre 1995 et 2000, la croissance a été en moyenne de 10% par an."

      Quand nos idéologues de gauche auront compris cela, nous pourrons avancer (imagine que Sarkozy annonce que l’impôt sur les sociétés passe de 33% à 16%, on a pas fini d’entendre la gauche crier au scandale et nous annoncer la fin du monde) !


    • Forest Ent Forest Ent 30 juillet 2007 02:17

      Qu’est-ce qu’il faut comprendre ?

      Moi, ce que je comprends, c’est que l’UE a fait preuve de solidarité (ouh le vilain mot) pour aider les régions pauvres, et que dans le cas de l’Irlande ça n’en vaut plus le coup et qu’elle peut remonter ses taux et que Microsoft et Google peuvent chercher un autre paradis fiscal.

      Il me semble tout à fait impossible d’en comprendre que tous les pays de l’UE devraient baisser leurs taux à 10% et que tout le monde serait riche. Ou alors je suppose que le père Noël existe effectivement ... smiley


    • IP115 30 juillet 2007 10:39

      m’enfin forest, réduire la réussite de l’Irlande aux seules subventions européennes qu’elle a reçu, c’est un peu réducteur voire même simpliste ... d’autant que son « miracle économique » est bien antérieur à l’entrée dans l’europe (en 1973) du « tigre celtique » ...

      D’autant que nombre de pays européens ont reçus des aides équivalentes (Grèce, Portugal, ...), si cela suffisait ça se saurait ... creuse toi un peu la cervelle ... allez cours forest cours ...


    • Forest Ent Forest Ent 30 juillet 2007 14:34

      @ IP115

      « réduire la réussite de l’Irlande aux seules subventions européennes qu’elle a reçu, c’est un peu réducteur voire même simpliste ... d’autant que son « miracle économique » est bien antérieur à l’entrée dans l’europe (en 1973) du »tigre celtique« ... »

      Vos deux réponses sur ce commentaire sont contradictoires entre elles, en particulier en ce qui concerne les dates. Vérifiez.

      Je n’ai pas parlé de « subventions », mais de l’autorisation donnée par l’UE à l’Irlande de pratiquer le dumping fiscal. Si vous achetez windows en France, sur le prix HT il y aura 0 impôt payé en France : l’impôt sur les sociétés est payé en Irlande.

      Plus d’info là :

      http://forestent.free.fr/microsoft.html


    • IP115 30 juillet 2007 18:03

      « Qu’il n’y ait plus d’impôt du tout ? Que l’on supprime le droit du travail en rétablissant l’esclavage ? »

      euh c’est quoi ce délire, tu es encore ivre Léon ... où ai-je parler de supprimer les impôts ? comme dans tout processus d’optimisation, il ne suffit pas de régler le potar au mini où au maxi, il y a une valeur optimale qui n’a aucune raison d’être à 33 ou 50% ... les irlandais, mais d’autres pays (y compris nordiques) l’ont bien comprit pour le plus grand bonheur de leurs concitoyens ... on se demande bien dans quel camp est la part d’idéologie et de dogmatisme dans tout ça ...

      « Ceux qui sont contre, sont tout simplement des individualistes forcenés et honteux, qui cherchent de soi-disant arguments économiques contre toute forme de solidarité ou de destin collectif. »

      ben voyons, parce que tu sais ce que pensent ceux qui sont contre ? et après ça parle d’idéologie et de clichés ... c’est ce que je ne supporte pas chez les idéologues de gauche, il n’y a pas assez de travail ? et bien partageons la misère ! les « pauvres » n’ont pas assez d’argent piquons en aux riches (en fait aux classes moyennes puisque ce sont les plus imposés) pour redistribuer aux pauvres ...

      open your mind, il y a d’autres solutions que de tirer tout le monde vers le bas, des pays y arrivent (même de gauche mais ils ont sû évoluer) ! pour augmenter les recettes de l’état il ne suffit pas d’augmenter bêtement les impôts un peu plus chaque année ... réfléchis tu devrais arriver à entrevoir d’autres moyens ... les suédois l’ont bien compris en supprimant l’ISF (un impôt qui leur permettait de dégager environ 4,8 milliards de couronnes, mais en faisait fuir à l’étranger plus de 500 milliards de couronnes) ...

      « Ce n’est certainement pas le niveau d’imposition seul qui attire en Irlande ... bla bla bla ... »

      Et qu’en sais tu toi ? voila ce qu’en pensent de vrais économistes :

      « Un des économistes les plus distingués d’Irlande, le professeur Dermot McAleese, pense que l’émergence des démocrates progressistes [parti libéral] en 1985 pourrait avoir eu une influence plus positive sur l’économie que certains semblent vouloir l’admettre. Il clame que l’économie pro-affaires et de faibles taxes que l’Irlande connaît aujourd’hui est basée en grande partie sur les politiques des démocrates progressistes. »Ils ont prouvé qu’il y avait une circonscription pour ceci, et ils lui ont donné le pouvoir intellectuel" (The Irish Times, 31 décembre 2004). En 1989, les démocrates progressistes sont entrés au gouvernement pour la première fois en coalition avec le Fianna Fáil.

      Ils ont commencé à mettre en œuvre ce qui était vu comme un agenda économique radical, réduisant le taux de la TVA, les impôts sur le revenu (income tax) et, surtout - et ce qui a alimenté le Tigre Celtique -, la taxe sur les entreprises (corporation tax). Ces politiques controversées furent si couronnées de succès qu’elles furent maintenues et élargies par les gouvernements successifs.

      [...]

      Le Tigre Celtique était alors en plein essor, ce qui permit au gouvernement de réduire les tranches d’impôts à deux : 20 % et 42 %. L’impôt sur les sociétés fut fixé à 12,5 % pour toutes les sociétés et l’impôt sur les bénéfices fut réduit de moitié. Ces mesures relancèrent l’activité économique. Malgré la réduction des taux d’imposition, davantage d’argent entra dans les caisses de l’État. "

      Et oui Léon, tu lis bien : « Malgré la réduction des taux d’imposition, davantage d’argent entra dans les caisses de l’État. » ... ça nous change des économistes ringuards qui en sont encore à leurs vieux modèles de type arithmétique de base ...

      « On s’éloigne beaucoup de l’article de Forest ... bla bla bla ... »

      et de quoi je me mèle, tu viens t’incruster dans la discussion et tu viens ensuite nous dire que ce n’est pas le sujet ?


    • IP115 30 juillet 2007 18:16

      « Vos deux réponses sur ce commentaire sont contradictoires entre elles, en particulier en ce qui concerne les dates. Vérifiez. »

      Oui, tu as raison mais les deux articles (wikipedia et celui de Jean Guiffan : La République d’Irlande : du « canard boiteux » européen au « tigre celtique ») que j’ai utilisé en référence ne semblent pas tout à fait d’accord sur certaines dates, mais pas sur le fond ...

      « Si vous achetez windows en France, sur le prix HT il y aura 0 impôt payé en France : l’impôt sur les sociétés est payé en Irlande. »

      je ne suis pas un spécialiste en fiscalité (loin de là) mais il me semble que ce soit les cas pour tous les pays (d’où l’intérêt pour certaines entreprises de délocaliser leurs sièges sociaux) ...


  • Philippe Vassé Philippe Vassé 30 juillet 2007 08:03

    Forest Ent,

    Je viens de lire votre article et vous en félicite. Outre qu’il est bien écrit, il allie la force de la forme et la réfléxion de fond.

    Juste pour pour souligner que le Ministère de la Parole que vous décrivez a ses limites d’effet, qui arrivent vite, je vous livre pour information cet article que je viens de trouver dans la rubrique « éditoriale » de mon journal local anglophone.

    Il semble que l’idylle entre la BCE et Nicolas Sarkozy soit fini et que l’investissement de ce dernier sur ce terrain soit arrivé aux frontières du possible réel.ce n’est pas moi qui l’affirme ou un opposant à Nicolas Sarkozy, mais un spécialiste financier américain réputé !!!

    En plus des on titre caustique, l’auteur, un citoyen américain, semble se moquer des deux « Titans » français que seraient Jean-Claude Trichet et Nicolas Sarkozy....Se gausserait-il des tailles différentes des deux hommes ?

    Aux dernières nouvelles ( de ce matin-heure locale), sur l’affaire avec la Lybie, la France passe maintenant pour, je cite, un autre article de mon journal local (taiwanais), « la cocue de l’histoire », avec un Lybie qui se sent « trahie » et une Bulgarie qui a libéré immédiatement les « otages », expulsés ou extradés, selon la version de Tripoli.

    Le contrat industriel franco-lybien prévu paraît mal parti aussi pour d’autres raisons.

    La parole est une chose utile comme l’idylle « européenne », mais les faits concrets ne suivent pas le Président français.

    Merci en tout cas pour votre travail d’information.

    Bien cordialement vôtre,

    PS : l’article est en ligne sur www.taipeitimes.com/News de ce jour 30 juillet 2007

    Rising rates and Nicolas Sarkozy : the ECB’s honeymoon is over

    By Melvyn Krauss

    Monday, Jul 30, 2007, Page 9 The honeymoon for the European Central Bank (ECB) is over. Because European interest rates are no longer clearly out of whack with the fundamentals of the euro-zone economy, monetary policy has become more complex.

    At the same time, France has given a strong mandate to its new president, Nicolas Sarkozy, who is without question the most formidable political adversary the ECB has had to face in its brief history. Sarkozy stands ready to pounce on any mistakes the ECB makes in this more difficult policy environment.

    With European interest rates up 200 basis points since late 2005 and the euro near a record high, Sarkozy wants the ECB to stop raising rates now. ECB President Jean-Claude Trichet and the Governing Council strongly disagree.

    At the ECB press conference early this month, Trichet signaled at least one more rate hike — either in September or October. Some Council members are known to support two more rate hikes before year-end.

    What makes monetary policy tricky at this point is that the German economy — which has been Europe’s locomotive during the current cyclical upturn — may be reaching a turning point.

    Surveys of business and investor confidence have softened — the respected IFO index of German business sentiment fell from 107.0 to 106.4 this month and the so-called « hard data » — industrial production, retail sales, etc — has been mixed. Second quarter German GDP has stalled after a surprisingly strong first quarter.

    The jury is out, but there is reason to be concerned. The euro is at record levels, oil prices are surging and interest rates are expected to go higher. The euro-zone economy — including Germany’s — is not bulletproof, though the hawks in the Governing Council often talk as if it were.

    Just as last year when there was unwarranted growth pessimism in Europe, this year there is unwarranted growth euphoria. Many Germans, in particular, are in denial that the cyclical upturn may be coming to an end.

    Were the Governing Council to miss the coming turn in the European economy while blithely raising interest rates, they would be portrayed as drunken sailors on a rate-raising binge. The roar for greater political control over Europe’s central bank would be deafening — and not only from France.

    The political costs for the ECB of making this type of mistake could be exorbitant. This is why the ECB must be very prudent as it considers whether to maintain the current pace of rate hikes, in which case it would raise rates by 25 basis points in September, or slow the pace down a bit, in which case the next rate hike would come in October at the earliest.

    In the current political environment, the dangers to the ECB from outside political interference are much greater from raising rates too fast than too slowly. If it goes too slow, the ECB has earned sufficient credibility as an inflation fighter to make up for it in the future with little if any economic or political cost. But if it goes too fast, the political cost could be substantial and irreversible. Politicians will push for more control and probably get it, Maastricht Treaty or no Maastricht Treaty.

    Waiting until October for the next move up is like buying insurance against a catastrophic loss.

    But will the ECB see it this way ? As a matter of principle, the hawks refuse to consider the political costs of their actions. In earlier times with no formidable adversaries in the political arena, this was a harmless affectation. But it is an extremely dangerous attitude with people like Sarkozy ready, willing and able to impose high political costs upon the bank should it stumble.

    There is more interest in Sarkozy’s populist ideas about currency intervention and adding a new political dimension to monetary policy decisions than is commonly realized.

    The hawks also suffer from what can be called a « catch up » complex. No matter how high rates go, they think they’re behind. They want to go in September so that they can go again in December, even before knowing the data — and they won’t stop there either.

    Even the doves might support a rate hike in September to counter-act the charge that they are being bullied out of a September hike by Sarkozy. There is no doubt that Sarkozy’s attacks on the ECB are having a counter-productive effect in this regard. They are pressuring the ECB to raise rates sooner than later.

    But a September rate move also serves Sarkozy’s interests, as it will give him more ammunition to portray the ECB as out of control and in need of political disciplining. For the ECB to protect itself from such charges, far better to wait until October when the bank can go to the public and say in effect : « Look, do you see how reasonable we have been. Now we must raise rates. »

    In the final analysis, whether the next rate increase comes in September, October or whenever — and it looks like September notwithstanding current warning signs that suggest a possible slowdown in the coming months — the data will determine how far the ECB goes with its rate hikes if the bank is savvy enough to keep the politicians at bay. But this is a big if.

    The fight is on between the two French titans — Trichet and Sarkozy — with the fate of Europe’s central bank hanging in the balance.

    Melvyn Krauss is a senior fellow at the Hoover Institution at Stanford University.


    • ZEN ZEN 30 juillet 2007 08:47

      @ Philippe Vassé,

      Bonjour,

      Merci pour ce point du vue de l’étranger, qui remet en place les moeurs politiques de notre Sarkopaillette.

      Par quel canal pourrais-je vous communiquer mon e-adresse ? Je ne peux le faire ici...A bientôt.Amicalement


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 31 juillet 2007 09:16

      @ Zen

      Passe par le forum des rédacteurs, les adresses apparaissent.


  • LaMoukat 30 juillet 2007 13:49

    Très bon article, clair et argumenté. L’absence de commentaires construits critiquant vos propos prouve la solidité de vos arguments et de vos conclusions.


Réagir