samedi 17 décembre 2011 - par Aldous

Le monde qui vient. Dernière partie

Comme nous avons vu précédemment, la solution à la crise qu’on nous présente dors est déjà que ce soit en Europe, en Amérique ou en Asie, c’est l’intégration régionale et la gouvernance mondiale.

Début de l'article ici :

www.agoravox.fr/tribune-libr...

www.agoravox.fr/tribune-libr...

www.agoravox.fr/tribune-libr...

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-monde-qui-vient-4eme-partie-106286?debut_forums=0#forum3154924

TINA !

Cette idéologie tiens en deux slogans : There Is No Choice et Seul on ne peut rien faire.
Evidemment, cette bureaucratie supranationale, dont l’idéologie est non-interventionniste n’aura pas non plus le moindre contrôle sur les marchés et l’économie.

Ce n’est donc uniquement un coup d’état qui n’amènera aucun solution politique à la crise si ce n’est la répression.

Deux phénomène se confronteront alors :

La désintégration structurelle provoquée par la crise.
L’intégration politique régionale et globale promue par les élites.

Le pari des élites est que les structures supranationales profiteront de la désintégration provoquées par la crise. Ce calcul est utopique comme le montre l’actuelle situation de l’UE. La structure nouvelle sera incapable d’enrayer la crise et ne disposera pas des moyens colossaux qu’il faudrait pour maintenir sa cohésion. Un empire ne se crée par lors d’une crise mais progressivement à l’occasion d’une longue période de prospérité qui permet de consolider ses nouveaux espaces.

Plus cet empire est vaste plus il est vulnérable aux crises.

La seule stabilité que ces structures de gouvernance peuvent apporter c’est nous faire l’économie de guerres régionales pour les ressources restantes, mais j’ai des doutes.
La période de plateau oscillant sera donc une période de transition politique incertaine.
Malheureusement l’idéologie libérale fait que ce ne sera pas l’occasion de préparer l’inévitable transition énergétique.

Les quémandeurs d’énergie.

Pour sortir du piège pétrolier il y a deux issues : par le haut (action étatique volontariste) et par le bas (action individuelle). La solution idéale étant de conjuguer les deux.

C’est ce qu’a fait le Brésil, dont les élites se préoccupent des intérêts du pays avant de celui de l’oligarchie mondiale, le brésil, donc, qui a mené avec succès une telle politique volontariste en substituant à l’essence l’éthanol de canne à sucre, devenant un exportateur de ressources énergétiques.

En France, cette politique volontariste a été menée lors des chocs pétroliers des années 1970 avec le choix du nucléaire. Aujourd’hui l’état ne mène qu’une bataille d’arrière garde pour tenter de maintenir ce choix contestable et néglige les autres possibilités. Pourquoi ? Parce que les intérêts industriels sont plus puissants que la volonté politique et maintiendront le duopole énergétique pétrole/nucléaire jusqu’à que nous n’en puissions plus.

Cela signifie que la transition se fera par le bas : Les poêles à bois, le gazogène et la valorisation des déchets (pneus, huiles de fritures, lisier de porc…)en attendant les nouvelles productions agro-énergétiques (pellets de joncs ou de bambou, culture d’algues produisant du méthane ou de l’éthanol) que les pétro-industriels bloquent pour l’instant.
Dans les pays où les finances publiques ne permettent plus de s’offrir tout le pétrole nécessaire à la consommation énergétique il y a dors et déjà des délestages dans la journée.

C’est déjà monnaie courante dans la plupart des pays d’Afrique mais aussi aux USA et l’Europe ne tardera pas a suivre.

Mise au pied du mur, les autorités (nationales ou fédérales) sera obligé de s’investir dans les énergies de substitution. Les sources renouvelables ne suffiront pas car leur disponibilité ne correspond pas aux pics de consommation. De plus elles ne remplacent pas le pétrole dans le transport et le chauffage. Il y aura donc une ruée sur la biomasse. La production agricole et forestière deviendra alors un enjeu majeur qui poussera les autorités à intervenir soit directement (pour les pays hors de la gouvernance libérale) soit via l’intermédiaire de grands groupes agro-industriels monopolistiques, comme c’est déjà le cas de USA où 5 firmes se partagent la production céréalière du continent (essentiellement du maïs transgénique).

Des avantages du réchauffement climatique.

Conjuguer libre-marché et lutte contre l’effet de serre est un exercice impossible. C’est ce qu’a démontré, si c’était encore nécessaire, le récent sommet de Durban. Mais derrière la compassion officielle pour les malheurs des pays qui vont beaucoup perdre au réchauffement climatique se cachent ceux pour qui la nouvelle situation offrirait des avantages indéniables.

Je vais sans doute choquer, mais je dirais même qu’en dehors de l’Afrique, le bilan est nuancé pour tout le monde et s’annonce même très profitable pour les pays arctiques.
L’Amérique plus proche de l’Eurasie.

Tout d’abord la fonte de la banquise sera une aubaine pour la navigation marchande entre l’Amérique, l’Europe et l’Asie (Tiens ? Encore les 3 zones de la Commission Trilatérale !).
Trois nouvelles voies de navigation plus courtes sont ouvertes :

Le passage du Nord-Ouest, entre Atlantique et pacifique nord.
La route du nord, de la Sibérie à l’Europe
Le pont arctique, de la Russie au Canada.


Etant donné l’importance croissante du transport maritime ans la mondialisation et l’enchérissement du fuel, cette fonte est considérée comme une bénédiction par les marchands internationaux. Mais chut, cette réjouissance doit demeurer discrète.
Cette ouverture de routes maritimes aura des conséquences géopolitiques encore difficilement appréciables. Les premiers touchés seront Panama et Suez. Mais les implications seront sans doute plus vastes. Byzance est tombée notamment à cause de la perte d’importance de la route de la soie concurrencée par la voie maritime vers les Indes.

De nouvelles terres exploitables.

Les climats canadiens actuels

Sur terre l’adoucissement du climat va changer la donne dans le cercle polaire arctique. La Sibérie, le Canada et l’Alaska offriront de nouvelles opportunités agricoles et minières. C’est un réservoir de croissance immense pour la Russie et pour l’Union Nord Américaine. A terme le Groenland devrait également devenir un nouveau continent exploitable.
En fin l’Antarctique devrait aiguiser aussi les convoitises et son statut international sera sans doute remis en cause assez rapidement.

Scénario d'évolution du climat au Canada


Un monde en strates plutôt qu’un monde global.

Le changement climatique va donc générer deux zones principales :
Deux anneaux au nord et au sud de la planète où les réserves productivité permettront aux opérateurs de la mondialisation de maintenir partiellement leur agenda sur les rails.
Une ceinture équatoriale qui sombrera encore plus dans la misère.
Entre les deux une « ceinture d’astéroïdes » fragmentée de pays européens et asiatiques plus ou moins autonomes avec, plus au sud, une zone tampon plus ou moins homogénéisée par la généralisation de gouvernements islamistes dans les pays arabo-musulmans.

Conclusion (qui a dit enfin ?)

Evidemment ce n’est que ce qui ressort des tendances lourdes du moment, et l’Histoire est faite d’accidents imprévisibles qui peuvent largement faire dévier les événements de cet axe général.

Vous remarquerez que j’ai volontairement ignoré l’impact des discours politiques à la mode sur le développement durable ou la mutation industrielle. L’omniprésence des ces discours dans le débat cache le peut d’effet qu’ils ont sur le cours des choses. La voiture électrique, par exemple, n’apporte aucune solution au problème énergétique, l’électricité n’étant pas une ressource naturelle mais un moyen de transporter l’énergie. La culpabilisation des consommateurs aussi est de l’ordre de la litanie sans effets.

Tout cela ne constitue qu’un bruit de fond qui noie les informations pertinentes. Faire ressortir ces infos du bruit ambiant a été le fil conducteur de ce long article.

J’espère qu’il aura été utile à la compréhension des mutations que nous vivons.



42 réactions


  • loire42 loire42 17 décembre 2011 09:42

    Aldous

    Merci pour ce long travail. Ca a été tres agréable de vous lire.

    Il est impossible de prevoir le future. Des idées, des hommes viennent toujours chambouler les grands axes tracés par nos dirigeants.


    • Aldous Aldous 18 décembre 2011 09:56
      Merci loire42

      Et toute action provoque une reaction.

      Difficile de prevoir laquelle l’emportera.

    • bigglop bigglop 17 décembre 2011 18:39

      Bonsoir à tous,
      Merci @ Aldous pour cette série d’articles passionnants.
      Quelques remarques :
      L’échec du sommet mondial de Durban, sur la renégociation des accords de Kyoto, démontre la volonté politique, économique et financière des USA, Chine, Russie, Inde et cie, de favoriser le dérèglement climatique pour ouvrir de nouvelles voies maritimes, accéder aux richesses gazières, pétrolières et en minerais du sous-sol des pôles en niant les conséquences écologiques gravissimes sur la planète : réchauffement climatique provoquant une désertification de régions agricoles, développement de maladies subsahariennes en Europe, hausse du niveau des océans avec disparition des atolls du Pacifique, inondations côtières et déplacements massifs de populations (surtout les plus pauvres).
      Tout cela au grand bénéfice de l’oligarchie et des multinationales transnationales.

      Pour le Brésil et la canne à sucre, il s’agit d’une catastrophe écologique au bénéfice de grands trusts capitalistes, tout comme la déforestation qui tue le poumon de la planète, et comme la politique de grands barrages hydroélectriques.
      Un lien sur le sujet :

      http://www.amisdelaterre.org/Bresil-la-monoculture-de-la-canne.html

      Concernant, l’Europe, notamment la Grèce, voici ce qui va se propager en Espagne, Portugal, Italie, et très sûrement en France. Et en Grande-Bretagne, même la classe moyenne basse rejoint la population défavorisée (santé, logement, nourriture)

      Renseignez-vous donc sur ce qui se passe en Grèce. Le taux de suicide a augmenté de plus de 40%, alors que c’était l’un des pays les moins « suicidaires ». Aujourd’hui, les manifestations ont pratiquement disparues et la population est résignée, « sidérée », s’installe dans une économie autarcique, solidaire familiale, un retour vers le passé par l’auto-suffisance alimentaire par le retour à la terre, des zones cultivables, des potagers, à l’écart des circuits commerciaux.

      Quelques témoignages sur le blog de Paul Jorion :

      http://www.pauljorion.com/blog/?p=31803#more-31803


      En conclusion, au moment du second tour des présidentielles les nouveaux FESF et MES auront été mis en place en urgence.


      NOUS IRONS VOTER POUR PRUNES




    • Aldous Aldous 18 décembre 2011 17:12

      des poires qui votent pour des prunes.

      Si au moins tout ça était bio...


  • niko74 niko74 17 décembre 2011 11:35

    Bonjour monsieur, voila 2 fois que je vous vois aborder le gazogène, comme faisant partie d’un ensemble de solutions viables (voir obligatoires) à l’après pétrole .... je n’arrive pas à trouver comment vous contacter en privé via l’interface agoravox afin de vous donner le lien vers le site internet de mon projet (site seulement accessible par mot de passe pour le moment) .
    A vous comme à tout agoravoxien interessé par le sujet, je vous propose de vous mettre en relation avec moi .
    SI vous voulez voir un gazogène moderne ,réalisé en inox aux dimensions adéquates (et pas bricolé avec des bidons et du matériel de récup), en FRANCE , faire tourner un groupe electrogène en utilisant de la sciure ou des coquilles de noix (entre autres) .... c’est par là que ça se passe.
    Comme vous l’avez dit dans cet article , l’idéal est la coopération entre le politique et l’initiative individuelle ..... Etant d’accord avec cela, j’ai commencé de mon côté en ce qui concerne l’initiative individuelle .... après 3 années de documentation sur le sujet , je pense être en mesure, à mon échelle et à une plus grande échelle si des citoyens sont motivés, de participer à la réintroduction ce concept d’origine française, utilisé systématiquement en période de crise ou de guerre ...et enterré systématiquement une fois cette période passée .
    la gazeificaton de la biomasse est superbement ignorée par le « développement durable » parcequ’elle induit , de par la simplicité de son procédé, qu’une grande partie de la population serait capable de se fournir elle même en énergie , sans avoir besoin d’un approvisionneur central avec un système d’abonnement ....et en plus , à la base, le gazogène est une chaudière donc ça chauffe !!!! Attention, c’est un procédé qui a des contraintes , et pas des moindres...mais il faut savoir ce que l’on veut .... la perennité du lobby nucléaire et des guerres coloniales sur fond de collaboration , y compris du parti vert (qui critique le nucléaire mais pas la guerre d’ingérance coloniale masquée en guerre humanitaire) .... ou un réel changement de paradigme plitique, quitte à l’imposer en s’imposant à nous même nos propres restrictions, avant que ce soit le système qui nous les impose brutalement ....
    le précaire des campagne, avec un minimum d’organisation peut s’autonomiser .
    Aux français qui pensent que les américains sont des gros bourrins qui ont été stupides au point de boycotter kyotto, je tiens à préciser qu’une partie des USA du fin fond de leur cambrousse sont PRETS à un basculement énergetique et politique .
    ils font des gazogènes à un niveau individuel et communal (piscines municipales, ecoles) et l’une des raisons pour laquelle ils n’ont pas rattifié kyotto, est que kyotto a mis en avant le nucléaire alors même qu’en secret, et comme l’a très bien documenté monsieur Riffkin, des grands groupes industriels américains avaient abandonné leurs investissement dans cette folie qu’est le nucléaire car ils avaient demandé à leurs consultants de faire des études sur les impacts financiers à long terme (comme vous le voyez, aucune précoccupation ecologique dasn l’abandon des investissments.... simplement une logique de survie economique !!! dasn cette optique, on peut considérer qu’ils ont regardé le lobby français se planter en rigolant sous leur manteau ....les canadiens n’ont d’ailleurs pas hésité à vendre des mines d’uranium inexploitables à Areva et ces balourds sont tombés dans le panneau).
    En France, dasn les années 20 il y avait un fabricant de gazogène par département et il était courant d’aller faire équiper sa bagnole ..... et d’ailleurs, connaissez vous l’origine de l’expression « chauffeur ! »....je vous l’explique ici


    • Aldous Aldous 17 décembre 2011 14:41

      Bonjour niko74


      Vous pouvez m’ecrire a skoopidi chez free.fr

      Je suis en effet prsuade que la gazeification de la biomasse jouera un role important dans l’avenir.
      Le gazogene permet de coupler chaudiere (chauffage et sanitaire) et production de combustible pour groupe electrogene. C’est une solution en plein aux Usa et au Canada.
      D’autres systemes se developpent comme les poeles a effet « rocket » qui sont egalement basee sur la gazeification, via un tube de combustion a tres haute temperature et associe a un stockage de challeur par effet de masse.

      Ces systemes permettent de valoriser toute sortes de combustibles inutilisables dans les chaudieres et poeles classiques : planches de palettes, dechets vegeteaux...

      Mais le gasogene a une image « occupation » qui lui colle a la peau et qui en rend la promotion difficile.


    • niko74 niko74 17 décembre 2011 14:55

      j"en déduis skoopidi@free.fr ? je vous y ai envoyé un message.

      Tout ce que vous venez de dire est absolument exact .
      Vos articles sont très biens et ce fut un plaisir de vous lire.
      je pense que vous trouverez dans mon message de quoi rassasier votre curiosité en la matière, et comme vous pourrez le constater, je suis déjà dans l’éxpérience concrète.
      citoyennement votre.


    • niko74 niko74 17 décembre 2011 14:56

      oui, il s’agit d’un de mes sites ...


    • gordon71 gordon71 31 décembre 2011 13:46

      monsieur 


      permettez moi de vous demander où l’on peut voir fonctionner votre système ?


  • niko74 niko74 17 décembre 2011 14:34

    oui, il s’agit d’un de mes sites internet


  • Catherine Segurane Catherine Segurane 17 décembre 2011 15:47

    Article très interessant.



    • Aldous Aldous 17 décembre 2011 16:01

      Tout a fait d’accord sur Sarko : il est dans l’etat de Berlusoni la veille de se faire ejecter....


      Le AAA est deje perdu dans les faits depuis longtemps : il suffit de regarder l’evolution des taux.

    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 décembre 2011 22:33

      Oui, le AAA est déjà perdu puisque le gouvernement de Sarkozy emprunte au même taux que le Honduras, le Mexique ou le Costa Rica. Voilà où ils en sont arrivés, ces « professionnels ».

      @ Екатерина

      Je pense que tu as raison. Il est fort probable que Sarkozy et sa bande de malfrats aient négocié le report de l’annonce de la dégradation pour après les fêtes. A en croire le Canard Enchaîné le nabot miserait beaucoup sur les discussions de famille de Noël en espérant qu’elles tournent en sa faveur.

      Au regard de son impopularité, de son rejet, de sa détestation et de son bilan, il peut être inquiet.


  • Roberton 17 décembre 2011 17:13

    Votre fresque est intéressante, mais trop optimiste pour les énergies renouvelables car celles-ci sont tributaires de l´extraction des matières premières (cuivre, fer, zinc, aluminium, uranium, charbon, etc...), c´elles ci seront de plus en plus chères, rares, difficiles à transformer et transporter. Le ciment, le verre, pneus, plastiques, résines, peintures, huiles isolantes, lubrifiantes, câbles électriques, bobines de moteurs, transformateurs, condensateurs, circuits imprimés et tous les composants électroniques dépendent des matières premières fossiles. Adieu nucléaire, ITER et toutes les renouvelables, nous ne pourrons plus les fabriquer ni les maintenir. Le monde consomme 88Mb/j, ou 12MT/j avec une telle quantité rien ne remplace le pétrole.

    Au XX siècle la production mondiale d´aliments a augmenté de 600%. Et la population en conséquence est passée de 1,7 à 6,8 milliards. Le pétrole et le gaz servent à fabriquer les engrais et les phytosanitaires indispensables à l’agriculture moderne. Sans eux, les rendements s’effondrent. Même sans être un modèle d´efficience économique, il suffit de regarder la Corée du Nord où la production agricole a diminué de 40% avec la fin de l´aide soviétique (plus d´engrais et pétrole) entrainant une disette qui a tué 1 million de personnes pour imaginer le futur de l´humanité sans pétrole et gaz. Face a une crise alimentaire mondiale je doute que l´on développe les agrocarburants. Nous assisterons donc à la faillite complète du système financier et des états. Le retour amélioré à la vie de 1800 est donc assuré avant la fin du siècle avec de 2 à 3 milliards d´habitants au maximum. Un bon conseil, achetez un terrain de 5 ha, plantez, faites votre biogaz, vous en aurez besoin plus vite que vous ne le pensez.


  • BA 17 décembre 2011 17:19

    Pierre-Henri de Menthon est directeur de la rédaction de « Challenges », et chroniqueur sur la chaîne BFM Business.

     

    Pierre-Henri de Menthon pointe notamment le fait que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

     

    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

     

    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions d’euros affluent tous les jours. »

     

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_oEWxIkVA7o# !

     

    Nous sommes embarqués dans un grand bateau appelé « ZONE EURO ».

     

    Or, que voyons-nous ?

     

    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train d’entasser leurs richesses dans des canots de sauvetage.

     

    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train de fuir le bateau « ZONE EURO », pour aller mettre leurs richesses dans les banques privées suisses : la banque Pictet, la banque Lombard Odier, etc.

     

    Nous voyons les passagers les plus riches qui s’éloignent du bateau « ZONE EURO », et qui mettent à l’abri leur épargne en-dehors de la zone euro.

     

    C’est un signe qui ne trompe pas.

     

    C’est un signe qui montre que le bateau « ZONE EURO » est en train de couler.


  • paul 17 décembre 2011 18:51

    D’ailleurs les rats quittent déjà le navire : Minc est nommé président des autoroutes françaises Sanef ...Sous le macadam, du blé .


  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 décembre 2011 22:13

    Salut Aldous.

    Félicitations pour cette belle série d’articles.


  • COVADONGA722 COVADONGA722 17 décembre 2011 22:54

    yep c’est déja gravé en lettre de feu sur les mur de l’élysé

    Mane , Thecel , Phares !!!


    Asinus : ne varietur


  • democradirect democradirect 17 décembre 2011 22:56

    Concernant l’intégration régionale : ce devrait être le peuple de chaque pays qui décide dans quelle mesure il accepte de transférer une partie de sa souveraineté nationale au niveau régional. Pour cela, il faudrait que les pays, notamment la France, soient de véritables démocraties.

    J’ai pris une initiative pour faire pression sur les candidats aux prochaines élections pour qu’ils s’engagent à promouvoir l’introduction d’une véritable démocratie en France (voir ici). La soutenez-vous ?


  • FYI FYI 18 décembre 2011 02:44

    Votre raisonnement est à périmètre iso-fonctionnel et sur des statistiques tronqué par le système.

    Il suffit qu’une nouvelle énergie émerge et à densité énergétique de masse supérieure à celui du pétrole et toute votre prospective ne sera plus d’actualité, et c’est ce que craignent tous ces ploutocrates.

    Mais l’avenir est à l’autonomisation de chaque individu, qui est la seule arme contre toute forme d’abus et de pouvoir.

    Votre vision est de penser que l’homme devrait dépendre du climat, mais aujourd’hui même grâce au nucléaire à l’heure actuelle il serait possible de rendre fertile le Sahara pour nourrir 10 milliards d’individu à elle seule, de rendre fertile tout le Mexique et les déserts US en mettant en place l’écoulement de l’eau venant du Grand Nord au lieu de s’écouler dans la mer (une ponction estimée à 3%). Tous ses projets existent déjà mais sur papier (Ex. NAWAPA), aucun ploutocrate n’en veule ....


    • Aldous Aldous 18 décembre 2011 09:40

      Je doute que la densite energetique soit si preponderante en dehors de l’aerospacial ou le poids compte beaucoup.


      Ce qui compte c’est le rendement economique. Les USA n’ont jamais renonce au charbon.

      Ce qui comptera dans l’avenir c’est la disponibilite de la ressource, l’impact environnemental et l’independence strategique.

      La rentabilite volumique est vraiment une question de mode technologique et donc de choix industriels subjectifs.

      Sinon vous avez raison je raisonne avec des donnees connues.

      Manipulees ? Difficile a dire.

      Mais bon, tirer des plans sur quoi sinon ? L’antigravite ? L’energie du vide ? Rosswell ?



    • fr_lh 15 janvier 2012 21:52

      "Il suffit qu’une nouvelle énergie émerge et à densité énergétique de masse supérieure à celui du pétrole et toute votre prospective ne sera plus d’actualité"

      Absolument rien de prévu de côté là, dans les veilles technologiques spécilisées dans le domaine.


  • cathy30 cathy30 18 décembre 2011 09:33

    Tout cela est très étonnant, nous allons vers un refroidissement de la planète et tout converge vers l’artique. Cela peut supposer un déplacement de la croûte terreste de quelques milliers de kilomètres d’ici quelques années ?


  • lagabe 18 décembre 2011 09:35

    pourquoi la consommation en France a augmenté de 40 % depuis 2000 , la faute à nous ou à Sarkozy ,
    De toute façon , c’est pas dans de nouvelles énergies , mais dans l’économie des ressources , l’isolation etc ...
    un article du canard enchainé


    • lagabe 18 décembre 2011 09:36

      QUAND, en 1992, Deng Xiao Ping déclara : « Le Moyen-Orient a du pé­trole, mais la Chine a des terres rares  », tout le monde rigola. Aujourd’hui on rit jaune... La Chine, qui produit 97 % de terres rares, vient de com­mencer à fermer le robinet. Et on est mal. Sous le joli vocable de «  terres rares  » se cachent dix-sept mi­néraux aux noms poétises, néodyme, dysprosium, lan­thane, etc., qui partagent les mêmes caractéristiques : ils sont difficiles à extraire et à raf­finer, et les nouvelles technolo­gies en ont grand besoin. No­tamment, comme c’est bizarre, les technologies dites durables : le terbium est indispensable aux lampes à basse consom­mation ; sans néodyme on ne pourrait guère faire de moteurs de voitures électriques ni de gé­nérateurs pour éoliennes. Et d’autres métaux rares, que la Commission européenne vient de classer sur une liste de qua­torze « matières premières critiques  », sont eux aussi indispensables à la fameuse « croissance verte  » : le gallium est décisif pour les LED et les cellules solaires à haut rendement, l’indium est idéal pour les cellules photovoltaïques, etc. Ajoutons que la demande pour toutes ces raretés a explosé avec le high-tech (écrans plats, fibre optique, afficheurs à cristaux liquides, lasers, radars, etc.), et lon comprendra que Deng Xiao Ping avait vu juste.

      Et que les industriels occi­dentaux se mettent à paniquer.C’est dans ce contexte que vient de sortir un passionnant et très informé bouquin (1) sur la question, écrit par des centraliens, des ingénieurs donc, qui ne jurent que par la technique et dont on s’attend à ce quils nous promettent de trouver des solutions, grâce à la recherche, à l’innovation technologique, au recyclage, comme on nous le serine d’ordinaire. Stupeur : au contraire, ils détruisent mé­thodiquement toute illusion.

      1.  « Nous exploitons un stock fini » de métaux qui sépuisera bientôt, croissance aidant. La pénurie nous guette, et plus vite qu’on ne le croit : dans dix à treize ans, par exemple, il ne restera plus d’indium.La « croissance verte  » qui viendrait apporter la so­lution à tous nos maux est un mythe : la course techno­logique et l’innovation créent un emballement de besoins en métaux, en particulier les plus rares, qui rend cette croissance non durable.

      2.  L’extraction des minerais requiert de plus en plus d’éner­gie, car ils sont de moins en moins concentrés. Or l’énergie, toujours moins accessible, exige de plus en plus de mi­nerais : nous venons tout juste d’entrer dans ce cercle vicieux.

      3.  Croire que le recyclage va tout régler est une erreur. « Il ny a pas de circuit sans perte.  » S’il peut freiner le gaspillage, le recyclage « ne pourra pas inverser la tendance  ».

      Et de conclure : « C’est donc sur le terrain du juste besoin et, par-delà, de la morale que devront se situer les progrès.  » Aaaargh ! si même nos meil­leurs ingénieurs se mettent à douter que la Sainte Technique et de la Sanctissime Croissance verte puissent nous tirer d’affaire.


    • Aldous Aldous 18 décembre 2011 10:03

      Neanmoins, il existe des gisements de terres rares ailleur qu’en chine abandonnes pour cause de concurrence imbattable de la main d’oeuvre chinoise.


      Mais comme la chine fait les difficiles (chantage pour acceder a plus de petrole) les ricains se souviennent qu’ils ont quelques mines fermees mais pas epuisees.

      C’est fou ca cette manie des ricains de preferer importer les resouurce et de garder les leurs pour plus tard. !


    • lagabe 18 décembre 2011 12:11

      le problème , c’est trés polluant pour extraire , les japonais en ont trouvé mais à 3000 métres sous la mer voire plus, c’est pour ça , qu’on les appellent terres rares
      cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Terres_rares
      donc faudra s’adapter , c’est tout pas demander toujours plus


  • Hellman 18 décembre 2011 16:00

    Merci pour ce bel et long article.
    Je pense juste que le rôle de la Chine y a été minimisé, dans la mesure où ils ont leurs mots à dire dans la guerre monétaire.
    Et je suis pas sûr d’avoir bien compris la fin de l’article :
    l’Europe, et l’Asie que vous voyez comme « une « ceinture d’astéroïdes » fragmentée plus ou moins autonomes » donc satellite de « Deux anneaux au nord et au sud de la planète »

    l’un constitué par les puissances industrielles Nord Américaine Russe et Japonais, Chinois, Indien
    l’autre constitué par les puissances Argentine, Brésilienne, Afrique du Sud, Australie ?

    l’Europe morte et enterrée économiquement insignifiante ?

    J’ai particulièrement aimé le passage sur ce qu’on enseignera à nos petits enfants sur le monde d’avant... smiley

    Maintenant bon comme tout les gens qui peuvent plus sentir pujadas, je me dit comment éviter ça ?
    Comment reprendre le pouvoir ?
    Plus terre à terre en France :
    Pour qui voter c’est tous des ordures au service du Siècle immuniser par l’omerta médiatique.
    Que faire ?


    • Aldous Aldous 18 décembre 2011 17:08

      J’ai expliqué que Chine et Russie (et Inde) ont un pied dans la mondialisation (via l’OMC) et un pied en dehors (via leurs alliances économiques et militaires).

      Leur comportement dépendra sans doute de leur capacité à se faire une place au sein du gouvernement mondial futur.

      S’ils jugent cette place insuffisante ils tenterons de faire échouer le projet sinon ils le modifieront de l’intérieur.

      Leur rôle est donc considérable dans l’évolution de la situation mondiale et je ne le minimise pas.

      La ceinture d’astéroïde, c’est une zone fragmentée en marge de la zone mondialisée.

      Ce que Thomas Barnett appelle le « gap » dans son livre « la nouvelle carte du pentagone ».

      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/nouvel-ordre-mondial-la-carte-du-92889

      Le seul élément fédérateur émergeant dans cette zone est l’islam.

      L’Europe ? c’est quoi pour vous, l’UE ? Non elle n’est pas morte, mais ses rêves de leadership diplomatique et monétaire sont en train de s’effondrer. Elle va « rentrer dans le rang » et les promoteurs du fédéralisme vont se rendre compte que l’intégration régionale ne mène pas à indépendance mais à la soumission.

      certains vont alors se rendre compte qu’ils ont été des idiots utiles.

      Pour qui voter ? Qui a dit qu’en votant on changera les choses ?
      Que faire.

      Informer.

      Appliquer, quand l’heure sera venue, le dernier article de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 (pas de celle de 1789) !

      Et en attendant se préparer individuellement à encaisser le choc de la crise.

       


    • Hellman 18 décembre 2011 22:15

      merci pour toutes ces réflexions.
      ça a été pour moi très instructif.
      et c’est un plaisir de vous lire.
      Il ne me reste plus qu’à attendre l’insurrection populaire...


    • Gérard Luçon Gerard Lucon 31 décembre 2011 14:32

      je ceci, je cela, l’anus trop dilate fait aussi gonfler les pretentions, non ?


  • lloreen 18 décembre 2011 17:03

    L’élite accusée du vol de 1000 milliards de dollars.
    Informez autour de vous et aidez à propager la vérité .
    Un résumé en français :
    http://eso-news.blogspot.com/

    Voilà le dossier d’ accusation transmis au tribunal de New York
    http://divinecosmos.com/media/Keenan_complaint_11-23-2011_SDNY.pdf


    • Aldous Aldous 19 décembre 2011 03:57

      J’y songe en effet, mais bon... C’est la treve des confiseurs, non ?


    • Aldous Aldous 19 décembre 2011 04:00

      Merci flying zone


      Pourtant ne vivons nous pas dans un monde surmediatise ?

      J’espere avoir nourri la reflexion.

  • Gérard Luçon Gerard Lucon 31 décembre 2011 13:36

    dis moi, ducouillon, tu parles quelle langue a la maison, le yiddish ou l’armenien ?

    Parce que commencer par « Comme nous avons vu précédemment, la solution à la crise qu’on nous présente dors est déjà »

    dors tranquille , bourricot, et apprends le francais avant de revenir dispenser ta « cul-ture » !


Réagir