mardi 13 décembre 2011 - par Taverne

Le PIC de François Bayrou

Non, je ne vais pas vous parler du pic de Bayrou dans les sondages. Mais du PIC : "Produire, Instruire, Construire" du programme du candidat à la Présidentielle. Mais avant, je vais me risquer à un exercice périlleux : le développement de ma conception personnelle de la relance de la production en France. Aussi, ne vous étonnez pas si le début de cet article est un peu original.

Villepin se lance dans la campagne et dans son programme figure le fameux « revenu universel » : une rente versée à tous, quels soient les revenus, et censée supprimer toutes les aides sociales.

Je suis opposé à l’idée de « revenu universel » de Dominique de Villepin

Pour diverses raisons. La première raison : les risques de dangereuses dérives inégalitaires. En effet, on n’examinerait plus les situations financières des gens qui seront supposés se débrouiller seuls avec la somme qu’on leur attribuera. Ce qui est le contraire de l’aide sociale fondée sur le besoin évalué par des professionnels. Contraire aussi à l’accompagnement social souvent indispensable aux plus fragiles. La deuxième raison : le financement qui sera très problématique. La troisième raison : je préfère l’esprit d’entreprise à l’esprit de rentier. Les revenus d’assistance ne sont pas investis dans la production.

Je juge intéressante une initiative de Martin Hirsch.

L’idée de dotation d’autonomie pour les jeunes. Extrait de l’article de Martin Hirsch dans Le Monde du 12 décembre 2011 : « La dotation d’autonomie, c’est ce que nous proposions dans le Livre vert sur la jeunesse, en alternative à une allocation : un capital versé au moment de la majorité. Dans le Livre vert, nous suggérions qu’il soit décroissant en fonction des ressources de la famille, pour lui donner un fort caractère redistributif, et nous avions laissé ouvertes deux options : celle d’une dotation libre d’emploi pour le jeune ou celle d’une dotation fléchée, ne pouvant être utilisée que pour un projet de formation ou d’emploi. Nous savions que la dotation d’autonomie, pour être efficace, doit coûter 4 à 5 milliards d’euros. Le plus logique serait de la financer par un rétablissement des droits de succession. En prélevant au moment de la transmission et en dotant au moment de la majorité, on rebat les cartes. Faire de la jeunesse et de la réduction des inégalités une seule et même priorité passe par financer une dotation d’autonomie par un impôt sur les successions. »

En effet, pourquoi un revenu universel alors que la redistribution sociale des revenus fonctionne assez bien en France (*) ? Grâce à l’Etat et aux collectivités (prestations familiales, aides sociales). Le revenu universel n’assurerait en réalité qu’un statu quo. Rien de plus pour les moins aisés, avec même des risques d’injustices liées à l’aspect forfaitaire de l’allocation (plus aucun examen particulier des situations).

(*) (on peut quand même l’améliorer…)

C’est plutôt la répartition des patrimoines qui serait à revoir car elle est très injuste. Injuste, elle l’est de plus en plus en raison de la loi supprimant les droits sur les successions. Je me suis surpris à imaginer l’autre jour une grande loterie nationale avec dotations aléatoires aux gagnants qui auraient comme obligation d’investir une bonne part de leurs gains. Une nouvelle donne pour relancer l’investissement. C’est une solution assez utopique, je l’admets. Le Livre Vert de Martin Hirsch qui a fait l’objet d’un débat plus large que mon idée farfelue, propose une solution autre qui permet de redistribuer du patrimoine mais de façon ciblée et non plus aléatoire.

Je dis « pourquoi pas ? » en approfondissant toutefois le concept. Doter les jeunes d’un capital, oui. Mais les éduquer au préalable : cours de gestion et d’économie (cela évitera bien des situations de surendettement personnel…), obligation de consacrer cet argent à des investissements (mais le plan épargne logement serait considéré comme une forme d’investissement : pour aller dans le sens d’une France de propriétaires) . La reprise des études serait aussi vu comme un investissement (meilleure adéquation au marché de l’emploi, recherche de son bonheur personnel dans le cadre d’une activité appropriée). Les investissements risqués seraient évidemment proscrits et il serait indispensable de développer un corps de métier indépendant de "formateurs à l'investissement" en quelque sorte.

A titre de complément, voici les solutions (plus orthodoxes que les miennes) que prône François Bayrou pour favoriser la production de notre pays :

- Comment réindustrialiser la France ? « On met les grandes entreprises en réseau avec les petites entreprises pour que ces dernières accèdent aux process de production, on met à égalité les PME et les grandes entreprises par une simplification du droit fiscal et social. On réinvente le travail que faisait autrefois le commissariat au plan pour définir les nouveaux secteurs ou les secteurs abandonnés à reconquérir en commençant par le haut de gamme. On crée un label sur la production en France pour que le consommateur devienne un acteur de cette politique. On travaille sur l’image de marque du pays car c’est à cause de cette image de marque que nous perdons les marchés à l’exportation. On travaille sur la refondation de la confiance sociale parce que la confiance entre syndicats et entreprises est une donnée clé de la reconquête. » (lien vers l’article complet)

- Perte de pyramide et déficit commercial pharaonesque

« Ce qui me frappe, c’est l’absence de réflexion et de prévision sur la situation du pays et sur les causes de ses faiblesses : déficit, dette, chômage, modèle social en crise, absence de capacité fiscale, etc. Or, la cause de tous ces maux est parfaitement indentifiable : on ne produit plus en France et, partant, on a laissé se créer une hémorragie cataclysmique du commerce extérieur. Cette situation relève d’un double paradoxe.

Premièrement, la France est l’un des pays les plus technologiquement avancés au monde. Nous savons faire des fusées, des avions, de la pharmacie, des voitures. Nous avons gardé le sommet de la pyramide de production, mais nous en avons perdu la base. C’est cela qui est la cause de notre déstabilisation.Deuxièmement, ce n’est pas le chemin qu’on suivi les autres pays européens. L’Allemagne, l’Italie, la Belgique, avec la même monnaie et les mêmes salaires que les nôtres, ont gardé de larges gammes de produits. Nous c’est table rase. Tous ces problèmes sont liés. Un pays qui voit s’enfuir 75 milliards d’euros de ses ressources nationales, notre déficit commercial, et dans lequel, parallèlement, il y a une augmentation constante du nombre des foyers, cela conduit à une baisse du pouvoir d’achat, au chômage, à une crise des service publics. Alors la tentative désespérée, c’est le déficit pour continuer de soutenir un niveau de vie qui, en réalité, n’est plus équilibré par suffisamment de ressources. Et au bout du chemin, il y a le surendettement. »

« On ne peut pas redresser le pays, y compris ses finances, sans un plan pour se remettre à produire en France. Dans tous les domaines, agricole, industriel, culturel, numérique, de services. Il faut à tout prix équilibrer notre commerce extérieur. Certes, c’est très compliqué. Cela exige que l’on fasse de ce sujet une obsession nationale. J’en viendrais volontiers à repenser un Commissariat au Plan, un lieu où tous les acteurs concernés seraient appelés à se retrouver pour définir une stratégie nationale de soutien à la production. Nous avons des grandes entreprises qui maîtrisent les technologies les plus contemporaines. Grâce à des mises en réseau, elles devraient pouvoir les mettre à disposition des PME. Nous avons aussi la chance d’avoir des réseaux de distribution parmi les plus puissants de la planète, c’est un impératif national qu’ils portent une part de la production de notre pays. (…). Il faut reprendre et stabiliser notre droit du travail, inadapté, trop complexe et trop changeant, ce qui décourage les investisseurs. Ce que nous avons à assumer est du même ordre de grandeur qu’au moment de la reconstruction du pays à la Libération. Et cela exigera des réponses politiques inédites. (lien vers l’article complet)



40 réactions


    • Imhotep Imhotep 13 décembre 2011 10:39

      Il vaut mieux prévoir pour aboutir dans un temps raisonnable que de ne rien faire et continuer à tomber au fond du trou. Penser à une durée raisonnable et qui paraît un peu longue est l’opposé d’une solution démagogique qui promettrait de tout résoudre en quelques semaines sinon quelques mois. Du reste tout Français qui a des dettes sait qu’il lui faut du temps pour s’en remettre et parfois dix ans. Ce qu’il faut ce n’est pas seulement des efforts c’est : des efforts, de la justice et un espoir que ces efforts serviront. C’est cet espoir qui donnera l’élan, permettra d’accepter et de supporter des efforts qui eux permettront en fin de compte de s’en soirtir.


  • Taverne Taverne 13 décembre 2011 10:39

    Le RSA n’est pas une mesure suffisante. Il doit être réévalué car il est peu attractif. De plus, le RSA, s’il permet d’alléger la pauvreté, ne permet pas d’en sortir. Un capital attribué à la majorité offrirait des opportunités de sortir de la pauvreté par l’investissement. Son financement peut être assuré par une taxe sur les successions.


    • JL JL1 13 décembre 2011 10:45

      Un capital attribué à la majorité serait la proie des aigrefins de tous poils. Certes, beaucoup d’individus en feraient bon usage, mais cet argent ne tomberait pas du ciel : quelqu’un forcément setait contributeur.

      Alors, toutes ces belles idées - capital à la majorité, RU, etc -, c’est bel et bon, mais à condition que ça relève de la redistribution dans le bon sens, c’est-à-dire depuis les sommets vers la base. Or les dirigeants de droite n’ont jamais rien fait d’autre que de la redistribution à l’envers, au nom d’une relance qui tient davantage de la théorie du ruissellement que du keynésianisme.


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 11:01

      « quelqu’un forcément serait contributeur. » oui, je l’ai indiqué : une taxe sur les successions (les grosses successions surtout). Ce qui est logique puisqu’il s’agit d’une redistribution (relativement minime et très supportable) de patrimoine. Quant à l’usage, je l’ai indiqué dans l’article : pas d’affectations risquées et donc pas de requins en vue. Il y aurait des cours à l’école de gestion-comptabilité- économie d’énergies puis à la majorité des « tuteurs » ou formateurs à l’investissement".


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 11:12

      Ceux qui, malgré tout, n’auront pas une âme d’entrepreneur pourront faire de l’investissement personnel (formation, études, plan logement). Ceux qui ne pourront pas se sortir de la pauvreté par ce capital retourneront au RSA classique avec accompagnement adéquat.


    • JL JL1 13 décembre 2011 11:24

      Taverne,

      outre que la promesse d’un tel capital relève davantage de la surenchère démagogique sur le RU de Villepin, l’un et l’autre sont des bouées de secours à ce système moribond.

      Le but c’est de sauver ce système ?? Ou bien c’est pour c’est pour rafler les voix de gauche !?


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 11:37

      Personnellement, je cherche à sauver les gens, pas le système en lui-même. J’ai été très pauvre étant jeune et j’avais cependant des capacités d’initiatives mais sans un patrimoine on ne peut rien entreprendre. Il faut cesser de penser (je parle en généra, je ne vous vise pas) que les pauvres sont incapables de s’en sortir. Verser un RMI à vie participe, hélas, de ce préjugé misérabiliste ou défaitiste. Il faut miser sur la valeur humaine, cesser de déprécier ceux qui sont sans ressources.


    • JL JL1 13 décembre 2011 11:46

      Taverne,

      une dotation inconditionnelle serait un cadeau empoisonné pour beaucoup trop de jeunes gens, tous les parents savent cela.

      Distribuer de l’argent en une fois ou au compte goutte, aveuglément, c’est de la démission pure et simple des autorités en matière sociale. La définition même de l’ultralibéralisme.

      D’ailleurs le RU était porté par Jacques Marseille, un ultralibéral notoire.


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 12:16

      « L’ultralibéralisme » ? Pas du tout. « Libéral » je veux bien. Mâtiné de progressisme. Les personnes ne sont pas abandonnées puisque le RSA continue d’être le filet protecteur. Simplement, d’un point de vue libéral, pour ceux qui s’en sortent, c’est autant de prestations à verser en moins (RSA, allocation logement) ou de subventions.


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 12:23

      Sans parler des gains indirects : meilleure intégration, moins de délinquance et de vandalisme, moins de dérives dans la drogue et l’alcool, moins de situations de surendettement...


    • Fergus Fergus 13 décembre 2011 16:51

      Bonjour, JL1.

      Jacques Marseille, mais aussi (naguère) par le Néerlandais lui aussi très libéral Sicco Mansholt, ex-Président de la Commission européenne et l’un des réformateurs de la PAC.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 13 décembre 2011 23:59

      Au moins, ici, avec cet article de Taverne, nous débattons tous de choses utiles. C’est à souligner.


    • @taverne

      les problèmes que vous avez eu avec le forum du telegramme PROPAGANDE POUR BAYROU MODEM.NE SEMBLENT PAS VOUS AVOIR FAIT PEUR MR RAKOTO ET VOUS FAIRES DE MEME SUR AGORAVOX

      ATTENTION....VOUS DEPASSEZ LA LIGNE....JAUNE 


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 décembre 2011 10:42

    À l’auteur :
    « Les revenus d’assistance ne sont pas investis dans la production. »

    Et si les « revenus d’assistance » étaient générés par des capitaux investis dans la production (économie réelle marchande) ?

    Le Dividende Universel.

    Synthèse capitaliste pour instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

    Ce projet de « Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

    Objectif Principal :
    Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique

    Objectifs Spécifiques :
    I)
    Transformer le « capitalisme ordinaire » en un authentique Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    II)
    Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage.


  • jpm jpm 13 décembre 2011 11:28

    Bonjour Taverne,

    Je ne crois pas que l´on puisse dire que le revenu citoyen de Dominique de Villepin soit un revenu universel... car il reste conditionel. L´idee est malgre tout interessante... car elle prend en compte toutes les situations, bien mieux que le systeme actuel des soi disant professionels du social, qui sont desormais plus prompts a exclure qu´a distribuer les aides de moins en moins genereuses vers des populations de plus en plus demunies.

    http://www.republiquesolidaire.fr/7963-le-revenu-citoyen%ef%bb%bf%ef%bb%bf%ef%bb%bf%ef%bb%bf%ef%bb%bf/

    Maintenant j´ai un peu plus de mal avec votre proposition de Dotation d´autonomie pour les jeunes... pourquoi seulement pour les jeunes... et a partir de quel age n´est on plus jeune ? Et surtout comment va t on evaluer les ressources d´un jeune qui a coupe a les ponts avec sa riche famille bourgeoise. A vrai dire, je prefereais que cette dotation d´automie.. ou revenu minimum soit attribue a tous les adultes... du plus jeune au plus vieux... car je ne crois pas que le vie d´un exclus de 40 ou 50 ans soit finie. Lui aussi a la droit de rebondir.

    Malgre tout je vous remercie pour cet article qui aura le merite de relancer le debat.


    • JL JL1 13 décembre 2011 11:35

      Le RU est, d’une certaine façon, un dispositif fiscal, puisqu’il est l’équivalent d’un crédit d’impôt universel.

      il ne faut pas mélanger protection sociale et impôts : Plus précisément, si l’IR est vu comme une redistribution des richesses, il ne remplacera pas pour autant la protection sociale, pour la bonne raison que l’IR ne tient compte que d’un paramètre, la PS en gère une multitude.

      Amalgamer les deux au nom d’une esthétique probablement peu partagée, serait terriblement dévastateur. Et c’est le reproche que je fais au libéralisme qui en cela est totalitaire. Selon moi, il convient de conserver la PS, voire de travailler à son amélioration ; et par ailleurs, et indépendamment, de réformer l’impôt.


    • jpm jpm 13 décembre 2011 11:59

      Qu´entendez vous par la Protection Sociale ? Si c´est la securite sociale, les assurances chomages et la retraite... bien sur qu´il faut les conserver. Ce sont des droits acquis grace a des cotisations sur le salaire... et c´est donc une extension de remuneration qu´il serait injuste de supprimer.

      Maintenant je pense qu´une allocation universelle d´un montant consequent pourrait tres bien remplacer toutes les allocations sociales et allocations de logement existantes, notamment le Revenu de Solidarité Active (RSA), le Minimum Vieillesse, l’Allocation Spécifique de Solidarité (ASS), l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), les Aides Personnalisées au Logement (APL), la Prime pour l’Emploi (PPE), les allocations de rentrée scolaire et les allocations exceptionnelles diverses.

      Evidemment il faudrait veiller a ce que le montant de cette allocation universelle soit suffisant pour ne leser personne.

      Bon je suis daccord avec votre approche fiscale qui consiste a traiter le Revenu Universel comme un credit d´impot universel. En contrepartie d´une forte augmentation de l´imposition sur tous les revenus (y compris les successions) je pense aussi que ce serait un excellent moyen de redistribution des richesses.


    • JL JL1 13 décembre 2011 12:13

      jpm,

      je vous propose une expérience de pensée : imaginez qu’aujourd’hui, nous en soyons là, exactement comme vous dites.

      Que ferait le gouvernement qui cherche à réaliser des économies par rapport à ces prestations, selon vous ?


    • jpm jpm 13 décembre 2011 12:35

      Dans l´hypothese ou le Revenu universel existe et serait distribue a tout le monde, que ferait l´ensemble de la population qui verrait ses ressources et celles de ses enfants baisser ? Peut etre manifesterait elle son mecontentement dans la rue ou dans les urnes.

      En fait aujourd´hui, peu de personnes manifestent lorsque l´on force les RSistes a travailler pour conserver leur modeste allocations... ou lorsque l´on supprime une aide aux plus demunis... car les gens ne sont pas concernes personnellement. On verse bien volontier une petite larme a noel sur le sort des plus malheureux... tout en se rejouissant de n´etre pas concerne.

      Cela serait peut etre different avec le RU... car c´est plus facile d´etre solidaire lorsqu´on est directement implique.


    • JL JL1 13 décembre 2011 12:53

      Le gouvernement aurait deux possibilités : soit de baisser le RU, soit de fixer un plafond.

      Et si vous croyez que les gens descendraient dans la rue, pas moi.


    • jpm jpm 13 décembre 2011 13:02

      Mais personne ne vous force a vous interesser aux gens qui sont moins bien lottis que vous JL ! Mais je suis sur que si l´on touchait a votre pension vous seriez le premier a ruer dans les brancards smiley


    • JL JL1 13 décembre 2011 13:18

      jpm,

      ma pension ce sont des droits acquis : vous êtes trop aimable de contribuer à les préserver.

      Si je veux bien payer plus d’impôts pour aider ceux qui sont moins bien lotis que moi, en revanche je ne suis pas du tout prêt à accepter de payer plus pour qu’on jette l’argent public par les fenêtres au motif qu’il faut que les pauvres se sentent à l’aise, et dans la foulée, donner à plus riches que moi, surtout quand ils ne demandent rien.

      Épargnez moi vos calculs abracadabrantesques qui ne sauraient me démontrer que les plus riches payeraient davantage : Commençons par établir un impôt juste, après on pourra discuter de ces choses.

      En attendant, vos leçons de morale, vous pouvez vous les mettre où je pense !


    • JL JL1 13 décembre 2011 13:18

      svp : épargnez moi aussi vos smileys ridicules autant que déplacés.


  • Taverne Taverne 13 décembre 2011 11:31

    La dotation autonomie des jeunes pourrait s’inscrire aussi dans le cadre d’un plan Marshal pour les banlieues, plan qui, je vous le rappelle, avait été promis par Sarkozy et qui n’a jamais vu le jour. Outre le financement par une taxe sur les grosses successions, on peut envisager une prise de guerre sur les transferts frauduleux de patrimoine (exemple sur la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux) ainsi qu’une aide de certains pays comme le Qatar qui vient d’ailleurs de débloquer un fonds de 50 millions d’euros pour soutenir les projets portés par des entrepreneurs issus des banlieues françaises. Quatre experts seront nommés à l’ambassade pour recevoir les entrepreneurs et évaluer leurs projets. « Ils sont très ouverts en termes d’activité, ajoute Kamel Hamza. Ce qu’ils souhaitent, ce sont des projets sérieux et crédibles dans le temps. Il ne s’agit pas de mécénat, ils veulent des projets gagnant-gagnant. »), explique Kamel Hamza, président de l’Association nationale des élus locaux de la diversité (Aneld), à l’initiative de cette démarche du Qatar.


    • jpm jpm 13 décembre 2011 11:50

      Taverne, pourquoi cette dotation autonomie s´adresserait uniquement aux jeunes... et jusqu´a quel age ? Pourquoi ne pourrait elle pas concerner n´importe quel adulte qui a besoin de se reinserer dans la vie active... je pense entre autres aux chomeurs de longue duree... aux rappatries qui rentrent au pays sans aucun revenus... aux personnes divorcees qui doivent reprendre un travail... aux personnes qui sortent de prisons. Tous ces gens la auraient egalement besoin d´etre aidees... tout comme les jeunes.

      Evidemment je suis pour aider les jeunes... mais je trouve cela un peu reducteur de cibler uniquement une tranche d´age. J´espere juste que cela ne correspond pas a des visees uniquement electoralistes. 


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 12:12

      Vous dites : "Pourquoi ne pourrait elle pas concerner n´importe quel adulte qui a besoin de se reinserer dans la vie active... je pense entre autres aux chomeurs de longue duree... aux rappatries qui rentrent au pays sans aucun revenus... aux personnes divorcees qui doivent reprendre un travail... aux personnes qui sortent de prisons. Tous ces gens la auraient egalement besoin d´etre aidees... tout comme les jeunes.« 

      Des réponses existent déjà : pour les »personnes divorcées qui doivent reprendre un travail«  : la pension alimentaire, le RSA parent isolé. Pour les »personnes qui sortent de prisons" : l’allocation de réinsertion.


    • jpm jpm 13 décembre 2011 12:38

      Quel merveilleux mille feuille social nous avons la... je comprends qu´il faille des professionels pour gerer tout cela smiley Dommage j´aurais prefere des profs et des soignants plutot que des specialistes du droit social et les inevitables controleurs qui vont avec smiley


  • _Ulysse_ _Ulysse_ 13 décembre 2011 11:37

    Le vide intersidéral d’un Candidat qui ne propose que de récupéré les gens ne voulant ni de Sarko ni de Hollande !

    Mais il a ses chances, ici il arrive au second tour devant Le Pen !

    http://resultatselections-2012.over-blog.fr/


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 14 décembre 2011 00:10

      Ulysse, ton lien vers ce site bidon nous promet François Asselineau élu président de la République en mai prochain. Tant mieux pour lui, on est jamais mieux servi que par soi-même. Sur le site des chasseurs il y a un sondage internet, comme le tien, qui donne Frédéric Nihous gagnant au deuxième tour face à François Hollande.

      Une étude d’opinion ce n’est ni un quizz ni un jeu.


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 décembre 2011 11:52

    Bayrou est un notable qui a de grandes idées pour la France mais pas pour les français, du moins pas pour les modestes. Le «  projet humaniste  » du Modem et de Bayrou est un vrai programme de droite. Et par petites touches, François essaie de le vendre aux électeurs......
    http://2ccr.unblog.fr/2011/12/09/bayrou-president/


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 11:56

      Bayrou est pour replacer l’humain au centre du jeu. Par conséquent, il ne peut être opposé fondamentalement à l’idée de miser sur la valeurs des personnes - même déshéritées - pour relancer l’ascenceur social. De toute manière, les réussites personnelles seront autant de RSA en moins à verser. Bon, après sur les modalités, il est vrai que mon point de vue est quelque peu original...


    • jpm jpm 13 décembre 2011 12:04

      Effectivement la dimension sociale du programme de Bayrou en 2012 semble moins marquee qu´en 2007. Faut il y voir une derive droitiere... personnellement je trouve cela un peu dommage... et je ne pense pas etre le seul. Mais il n´est jamais trop tard pour bien faire smiley


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 12:13

      C’est parce que, entre temps, il y a eu le RSA. Mais bien sûr, il reste encore à faire.


    • Taverne Taverne 13 décembre 2011 13:21

      Je ne vois pas Bayrou déclarer « vous avez voté le RSA à l’unanimité ? Bon, on fait table rase et on monte un autre dispositif ! » Je crois qu’il convient plutôt de simplifier l’usine à gaz, d’en réduire les coûts et de le réévaluer pour le rendre plus attractif et donc plus efficace.

      Qu’est-ce qui est le mieux ? Verser une allocation a minima pour vivoter jusqu’à la fin de ses jours ? Ou verser une allocation plus conséquente avec des contreparties et surtout le moyen de s’en sortir assez vite ? Sarkozy a opté pour la première solution pour ne pas déplaire aux smicards dénonciateurs de situations prétendument privilégiées...Mais il vaut mieux raisonner en investissement, en projet, qu’en assistance et qu’en chasse aux fraudes à l’assistance.


    • jpm jpm 13 décembre 2011 17:03

      Il ne s´agit pas de remettre en cause le RSA mais de le distribuer a tout le monde sans autres conditions que d´etre resident fiscal francais. Il serait cumulable avec tous les autres revenus en contrepartie d´une augmentation de l´imposition sur ces autres revenus.

      Pour les plus demunis pas de changement... ils touchent toujours leur revenu minimum... et pour les autres c´est l´assurance de toujours avoir de quoi vivre. Ca permet donc de se lancer dans des projets plus risques... et moins rentables dans un premier temps.

      Au bout du compte... ca serait plus simple et tout aussi efficace que votre dotation jeune... qui se revelera vite une parfaite nouvelle usine a gaz... qui risque d´occupper des bataillons de fonctionnaires, ne serait ce que pour essayer d´appliquer et de verifier les innombrables restrictions qu´ils ne manqueront pas de mettre en place. Dans le meme temps on nous dira qu´il n´y plus d´argent pour renover les colleges et les lycees et encore moins pour y mettre des surveillants et des infirmieres.

      Maintenant franchement je suis sceptique et je vous trouve bien naif en pensant qu´en versant une forte somme d´argent a des jeunes, ils vont se montrer plus entreprenants. En fait seuls les enfants de milieux privilegies qui connaissent bien comment fonctionnent le systeme sauront tirer leur epingle du jeu... les autres se feront immanquablement avoir. Je crains donc que votre proposition amplifie encore plus les inegalites.

      Par contre, si au lieu de distribuer cet argent de maniere un peu automatique a un public cible, on mettait en place des bourses et des prets adaptes et garantis par l´etat pour les entrepreneurs desargentes, quelque soit leur age et leur parcours, on pourrait peut etre esperer effectivement voir se creer de nouvelles activites.



    • @TAVERNE                       N ’ IMPORTE QUOI ARRETE DE FUMER LA MOQUETTE DE LA DIRECTION DU CG...OU ARRETE DE TE DOPER AU CAFE OFFERT PAR TES COLLEGUES FEMININS QUI SE CURENT LES ONGLES OU FONT LEURS COMMANDES LA REDOUTE OU 3 SUISSE PENDANT LE BOULOT

      OU QUI POINTENT SEULEMENT AU RETOUR DU RESTAU POUR ALLER FAIRE LEURS COURSES AU LECLERC.... ET REPOiNTENT 1 HEURE APRES .......SI TU ES A OU B CAFARDENT LES.TU AURAS DE L AVANCEMENT CAR SI TU COMPTES SUR BAYROU...vaut mieux prendre la carte UMP TOUT DE SUITE..


  • ddacoudre ddacoudre 14 décembre 2011 09:41

    bonjour taverne
    j’ai failli par lire l’article quand j’ai lu cette bêtise (Les revenus d’assistance ne sont pas investis dans la production.) mais j’ai pensé que moi aussi je devais bien en écrire sinon je serais dieu.
    j’ai lu le programme de Bayrou en partie il est intéressant, le projet de devillepin est dégressif tu le passes un peu sous silence mais ce n’était pas l’objet de ton article..
    l’ennui de tous les hommes politiques qui se sont mis à dénier la loi du marché et la mondialisation qu’ils ont soutenu jusqu’à présent, (c’est bien de reconnaitre quand l’on se trompe, mais il faut avoir le courage aussi de le dire), c’est qu’ils n’envisage pas de création de monnaie et se contente de rebattre celle qui circule pour donner à Paul ce qu’ils retirent à Pierre.
    cette régulation ne permet que de réajuster des inégalités pas d’avancer or c’est avancer qu’il nous faut pour retrouver une croissance, donc émettre de la monnaie pour financer la créativité et l’enseignement universitaire des populations. il y a longtemps en 1999 j’ai écris un essai « rémunérer les hommes pour apprendre », c’est aujourd’hui plus que jamais d’actualité car la fracture intellectuelle est devenu un abîme qui a renvoyé les français dans la défiance de tout et de tous, nous sommes ainsi au bord de la chute.
    je m’en explique dans un article.http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=106203.
    ddacoudre.over-blog.com .
    cordialement.
    j’e


  • Pale Rider Pale Rider 14 décembre 2011 11:55

    Il est intéressant de voir que tout le monde siphonne les idées de Bayrou. A commencer par Sarko, que je surnomme depuis quelque temps le coucou puisqu’il a l’art de s’installer dans le nid des autres.
    Il faut préciser que dans « 2012 état d’urgence », Bayrou insiste sur le fait que le protectionnisme serait une folie dans un pays où un ouvrier sur 3 (ou 4) travaille pour l’exportation. Ce qu’il faut, c’est revenir à un peu de bon sens.
    Expérience perso : nous avons 2 vélos achetés neufs à la maison (sur les 16 ou 17 au total, récupérés et retapés). Nous les avons achetés made in France pour un surcoût très faible par rapport aux made in China. C’est quelque chose à savoir.
    Tout cela relativise la non-affaire de l’Audi. Mais Bayrou est habitué aux peaux de bananes : il y en aura d’autres.


  • MR TAVERNE TRAVAILLE AVEC LES ROIS DU NEPOTISME LES CONSEILS GENERAUX.

    36600 COMUNES 500000 CONSEILLERS MUNICIPAUX 100 CONSEILS GENERAUX 10 FOIS TROP D ELUS..

    GABEGIE...DOUBLONS...NEPOTISME

    EST CE L4 EMBLEME DU MODEM A 5%

    ce n’est pas en matraquant avec des articles plèthoriques que vous gagnerez le pouvoir


  • @taverne
    on en a marre de ta pub POLITIQUE

     TU N ES QU’ UN VALET DU CONSEIL GENERAL29

    de plus tu nous casses les pieds avec ta « culture » bretonne de parachuté.
    arrte d’ecrire chansons et poèmes ...c’est nul a CHIER

    JE SAIS...TU FAIS CELA PENDANT TES HEURES DE TRAVAIL...SI J ETAIS RICHE...JE T OFFRIRAI LE LIVRE DE LA CADRE A QUI A ECRIT SUR LE PEU....DE TRAVAIL...ET QUI A ETE SUSPENDUE PUIS REINTEGREE....VU QUE C ETATAIT VRAI.


Réagir