jeudi 9 août 2007 - par jamesdu75

Le racisme dans les jeux vidéo - Une nouvelle tentative de censure contre le dixième art ?

La nouvelle n’est plus une surprise pour les gamers du monde entier.

Un jeu vidéo peut tout aussi bien refléter la réalité que s’en éloigner. Le problème est quand la réalité et l’imagination se confondent.

En 1995, Capcom sort un jeu qui deviendra un hit (à juste titre d’ailleurs), Resident Evil. L’histoire est très proche de La Nuit des morts vivants et Ré Animator. Une équipe de chercheurs crée un virus mutant qui transforme les habitants d’une grande demeure en zombie assoiffés de chair fraîche. Business oblige, le jeu est décliné sur toutes les consoles et PC, et s’accommode de préquelles et séquelles. Prochainement, le cinquième épisode sortira sur console, le titre aurait pu sortir comme les précédents opus, mais pas cette fois. Le site Blacklooks traitant de la communauté noire et africaine en particulier a vivement critiqué le jeu, le traitant d’incitation à la haine raciale, le blog affirmera plus tard qu’il demande l’interdiction totale du jeux.

Le dilemme que pose ce jeu pour la communauté noire est simple. L’action qui se déroule en Afrique centrale est dépeinte comme dans un nombre incalculable de films. Des bidonvilles, une population pauvre et une junte militaire au pouvoir. Si le problème s’arrêtait ici, il n’y aurait pas lieu de polémiquer où alors détruisons les millions de séries B américaines. Là ou le bât blesse, c’est que le héros du jeux (Leon) un homme blanc américain dézinguera tout le long de l’histoire un nombre incalculable de zombies noirs. Eh oui, pour certains, le fait de voir uniquement des Noirs en Afrique centrale est bizarre.

Propos du site :


«  Le trailer du jeu dévoilé à l’E3 de cette année montre un homme blanc tuant des hommes noirs. Ces hommes noirs sont supposés être des zombies et l’homme blanc est supposé sauver l’humanité. Ce problème est récurrent à travers les niveaux du jeu, décrivant les hommes noirs comme des sauvages. Le jeu est destiné à des enfants et des jeunes adultes... Ça leur apprend dès leur plus jeune âge à avoir peur, à haïr et à tuer les Noirs. »

Des propos très rudes et totalement hors de propos vus le contexte du jeux. Qu’est-ce qu’aurait aimé ces grands penseurs de la bêtise, un héros noir tuant des Noirs ? La critique aurait été encore plus vive en accusant les développeurs de faire l’apologie des guerres inter-africaines. Un Noir qui tue que des Blancs ? Impossible le message aurait été simple, tous les Noirs sont des bouchers tueur de Blancs.

Le site en question a reçu plus de deux cents commentaires dont certains très intelligents : « quand on tue des zombies blancs, ça n’émeut personne » et d’autres tout simplement racistes envers les Blancs ou les Noirs.


La question qu’on peut se poser, à présent, est de voir si le jeu est raciste ou pas après cette attaque. Pour ma part, non. Si l’on prend l’histoire de la série, les zombies ont constamment été de couleur locale. Le quatrième opus se passe en Espagne, donc on passe une partie du jeux à bouziller du zombie ibérique, le premier épisode se déroulant aux Etats-Unis, les zombies sont Blancs (voire vert moisi), et si le jeu se passait au Japon, ils seraient forcément Japonais et personne ne s’offusquerait.

Si le problème de racisme se limitait uniquement à RE5, il ne pourrait être qu’un incident depuis l’histoire du jeu vidéo. Dernièrement, toujours dans la confrontation Noir-Blanc, Sony a été obligé de retirer une campagne d’affichage pour la PSP blanche. Le préjudice portait sur une image de deux femmes, l’une blanche tenant telle une dominatrice une femme noire. Tout depend de son état esprit, j’ai personnellement plus pensé à un jeu masochiste qu’à une démonstration de force de la race blanche contre la race noire, comme a tenté (et reussi) de démontrer un grand nombre de ligue antiraciste. D’autant plus que Sony est japonais ce qui l’éloigne des problèmes raciaux qu’a l’Occident.


En debut d’année, le jeu Crysis a créé un incident diplomatique. L’histoire raconte comment un groupe de militaires américains s’infiltre en Corée du Nord à la recherche d’un OVNI. Le dernier jeu d’Ubi Soft - Ghost Recon Advanced Warfighter 2 - fait, lui aussi, grincer des dents, en montrant l’armée américaine traversant la frontière mexicaine pour retablir l’ordre. Le jeu Postal 2 a été tout simplement interdit à la vente dans pratiquement tout les pays du monde en raison de sa violence et de ses mots crus certes, mais aussi car il parodie Ben Laden et Al Quaida. Defcon a été contraint de retirer la possibilité de jouer avec la Corée du Nord. Global Conflicts : Palestine commence à faire couler beaucoup d’encre, car en dépit de sa médiocre réalisation, il propose d’incarner une journaliste Israélienne et un Palestinien dans le conflit du Proche-Orient. Age of Empire 3 de Microsoft propose d’incarner des colons européens et d’être aidé par des Indiens aimables et dociles sans se soucier des massacres de l’Histoire. Le studio Rockstar défrayant constamment la chronique pour diverses affaires de minorité ethnique.


Ce genre d’attaque contre les éditeurs est très simple, même si elles ne sont pas toujours habilement menées (voir Jack Thomson). Il n’existe que trois ou quatre éditeurs capables de rivaliser avec un lobby, contrairement aux grands studios de cinéma ou aux éditeurs de livre. Ce qu’il faut voir, c’est qu’à présent que le jeu vidéo n’est plus une succession d’images pas très bien foutues, il est possible de faire passer un message plus ou moins louable. Le très triste Army America, en téléchargement gratuit, permet à l’armée américaine de recruter ses futurs soldat. Ce jeu est une copie de Counter Strike à la différence notable que le méchant est forcément un barbu. L’Iran a créé le jeu Special Operation 85 : Hostage Rescue où il faut libérer des martyrs ayant réellement existé en tirant sur des soldats israéliens et américains.


Quel morale ou leçon pourrons-nous tirer de ces histoire pour le futur du jeu vidéo ? Je n’ai pas de réponse, si ce n’est que dans l’art du jeu vidéo, il y a le mot « jeu ». Un mot qui n’a plus le même sens pour un adulte.

Trailer de Resident Evil 5 de Capcom.

Image Hosted by ImageShack.us
Shot at 2007-08-05


45 réactions


  • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 9 août 2007 11:08

    Le pire c’est que si on fesait un jeux avec des blancs chrétiens qui en tapaient que sur des blancs crétiens, on en trouverait pour crier au racisme car il n’y aurait pas la présence de non blanc chrétiens dans le jeux.


    • Avatar 9 août 2007 19:02

      Quand j’étais ptit, on jouait aux cow-boys et aux indiens...

      J’me demande si c’était pas raciste en fait...

       smiley


  • CoinCoinWC 9 août 2007 11:16

    Il n’y a pas de débats a avoir sur le prochain opus de RE5. On se retrouve juste confronter à une assoc’ qui une nouvelle fois tape un peu partout en esperant se faire de la pub (et ca marche !).

    Le jeu est issu des studios de Capcom, studio japonnais. Et ils sont, du moins je crois, bien loin de la problématique africaine. Contrairement aux états unis ou à l’europe ils n’ont aucune histoire avec ce continent, aucun passé malsain. Comment peut on des lors les accuser de proposer un jeu raciste ? Le plus interessant dans cette affaire aurait été, à mon sens, de relever les comparaisons entre le virus infectant les zombies et celui du VIH. Parceque le virus se transmet par le sang, par le biais d’une simple morsure, certains y ont vus une comparaison avec le SIDA maladie qui fait, comme chacun le sait, des ravages en afrique. Un peu capilotracté, nouvelle preuve à mon sens que l’on a juste a faire à un coup de pub.

    Ces histoires de racisme, émanent bien souvent des états unis, ne sont pas propres aux jeux vidéos mais refletent juste le malaise occident sur la questione du racisme.


    • Guiom Guiom 9 août 2007 23:08

      J’avoue que je ne comprends pas très bien l’argument que Capcom soit une entreprise japonaise. J’imagine en effet qu’ils sont loin des problématiques de racismes telles qu’on les connait en Occident. Mais ce n’est pas un petit commerce, c’est quand même un jeu qui fait une sortie mondiale. Les Japonais ne sont pas si incultes et coupés du monde pour ignorer que le racisme est un sujet tabou à peu près partout dans le monde. Ce que je veux dire c’est que je ne vois pas ça comme excuse pour Capcom.

      En revanche oui, c’est encore une assoce qui tape sur tout ce qui bouge, c’est évident. Mais si les Japonais n’ont pas tout le recul nécessaire pour appréhender le problème du racisme, nous Français avons-nous tout le recul nécessaire pour appréhender ce genre de pseudo-recherche de (pseudo-) justice qui se traduira, si les avocats sont bons, par un versement de quelques dizaines de millions de billets verts en cas de procès ?

      Quant au trailer proposé dans l’article, je trouve que le jeu a l’air très bien foutu et je suis certain qu’il va offrir une ’immersion’ aussi géniale que ses prédecesseurs.


    • mike-tango 10 août 2007 10:00

      A vous entendre on a l’impression que le racisme ne peut être que dans le sens « Blanc » - « Noir » ... Croyez que les Japonais ignorent le racisme ? Racisme envers les Chinois ou les Coréens ? Je connais très bien les Chinois et les Taiwanais : pour la majorité des habitants de ces pays les « Noirs » sont bien inférieurs aux « Blancs » et croyez-moi je l’ai entendu très souvent d’amis Chinois ...

      Le problème est que nous avons accepté au fil des ans que le terme racisme concerne uniquement les relations « Blancs-Noirs », avec évidemment l’impossibilité pour les Noirs d’avoir le moindre ressentiment raciste envers les Blancs ... Cette nouvelle attitude politiquement correcte est inacceptable et ne reflète pas du tout la réalité complexe du monde dans lequel nous vivons.

      Quand à ce débat sur les jeux racistes ou pas, faut-il vraiment suivre ces associations qui ne recherchent qu’à défendre, sans vergogne, une cause peu noble ...


    • Djanel 10 août 2007 00:57

      demian en plus vous êtes manichéen. C’est très vulgaire.


  • La Taverne des Poètes 9 août 2007 11:39

    Que de fautes dans cet article ! Et le jeu vidéo « dixième art » !


    • nico 9 août 2007 11:55

      « Que de fautes dans cet article ! »

      +1.

      Ce n’est pas un critère pour la publication ???

      Plutôt d’accord sur le fond.


    • Anto 9 août 2007 14:18

      les jeux videos necessitent des scenaristes, des graphistes, des consultants, des dessinateurs et j’en passe. La plupart peuvent revendiquer le statut d’oeuvre d’art au meme titre qu’un film cinematographique...selon moi.


    • Peterson Peterson 9 août 2007 18:22

      Le cinéma aussi a été longtemps considéré comme un amusement de foire avant d’avoir le statut d’art à part entière qu’il a aujourd’hui...

      Il faut reconnaître que le mercantilisme qui entoure l’industrie du cinéma et à plus forte raison celle du jeu vidéo n’aide pas à la perception du côté véritablement artistique.

      Mais c’est un faux débat. Le jeu vidéo comme forme d’art, mais aussi comme média, c’est déjà acquis pour ma génération.


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 9 août 2007 21:26

      Oui, je pense que cette polémique est symptomatique sur deux points :

      * l’impact que l’industrie du jeu vidéo commence à avoir sur la population, à commencer par la plus jeune. De fait, je pense que cette association n’a pas tort sur la forme (sur le fond c’est autre chose) en ne sous-estimant pas l’influence du jeu vidéo comme média.

      * la volonté des groupes communautaristes de cibler un produit ou un évènement précis pour démultiplier leur propre audience.


    • Anto 10 août 2007 09:34

      oui il ne faut pas sous estimer l’influence de ce media. D’ailleurs la sociologie du gamer sucite de plus en plus d’interet en tant que phenomene de societe et marketing. Le developpement des connections internet (xbox live pour ne citer que microsoft dont on connait les aspirations orwellienne) a pour objectif d’obtenir un veritable outil de la mesure d’audimat des jeux videos.


  • MagicBuster 9 août 2007 11:45

    Le saviez-vous ? Il existe des patchs non officiels dans la plupart des jeux d’aventure, de guerre ... Par exemple sur Wolfenstein, on peux remplacer les méchants nazis par des aliens ... il existe aussi une version avec des femmes peu vétues qui couinent quand on tire dessus . . . Dans Tomb Raider, vous avez tous vu la version Tomb Raider Nue ? Idéale pour les glissades et les baignades , . . .

    Bref, tout ça pour dire qu’il suffit d’être hypocrite. Même si les jeux deviennent politiquement correct, un jeu de guerre restera un jeu de guerre quelque soit la couleur de la peau des personnages, quelques soient les pubs cachées dans le jeu, quelque soit l’éditeur.

    Il existe de toutes façons des moyens de modifier les jeux. Ceux qui voit du mal le voit partout, même là ou il n’est pas.

    Je suis un joueur et franchement, la couleur des personnages dans le jeu me parait uniquement lié au réalisme qu’au racisme.

    C’est sûr qu’a l’époque où la raquette de tennis était un trait et la balle un carré , on ne se posait pas les mêmes questions que maitenant . . .

    Faudrait-il que le sang giclant soit coloré en vert ou en jaune ... pour ne pas confondre avec le rouge des humains ?


  • MagicBuster 9 août 2007 12:32

    @Cris Oui vous avez raison, mais rien n’empêche les allemands d’acheter le même jeu en version Française sans sortir de chez eux sur Ebay par exemple.


  • Kad 9 août 2007 13:15

    Bonjour,

    Je pense qu’il faut recadrer le débat, et bien comprendre les choses.

    Il me semble, que « la communauté noire » ici est bien trop englobant et généralisant. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’associations afro-américaines. Donc parler de « la » communauté noire, si tant est que cela existe, est impropre.

    Ensuite, le sujet n’est pas de se demander si, oui ou non, Capcom et Jun Takeuchi (producteur de la série) sont racistes. Car cela est vain et abscons, puisque cela n’est, bien évidemment pas le cas.

    Le problème se situe ailleurs, j’ai vu le trailer et les screenshots du jeu. Et, effectivement, avec notre prisme culturel et idéologique, notre background historique ; ces images suscitent chez moi un malaise. Je n’irai pas crier au racisme, non.

    Cependant, je m’interrogerai positivement sur le sujet. Effectivement, lorsque les zombies étaient « blancs » cela ne choquait pas. Soit.

    Mais l’on pourrait objecter que le héros lui-même est blanc. Et si le héros avait été noir ? Qu’en aurait-il été ? Après tout le jeu se déroule en Afrique...Toutes ces questions ne sont pas vaines, loin de là. Elles ne doivent pas être balayées d’un revers de main, elles doivent juste être prises avec discernement.

    Je suis un otaku depuis près de 20 ans, je suis né avec ce média à telle enseigne que j’en ai fait mon métier. Et n’en déplaise à certains ignares, cette forme d’expression peut se sublimer pour atteindre le rang d’Art ; les exemples sont nombreux (Okami, ICO, Shadow of the colossus, etc....Que des productions japonaises, tiens donc...). Après cela reste, certes, une question de goûts.

    Et pour reprendre un intervenant, effectivement, le véritable sujet n’est pas le racisme mais la façon dont nous le minimisons ou au contraire dont nous l’amplifions. Et si cela surgit par l’entremise d’un studio de développement de jeux vidéo japonais ; cela en dit long sur les non dits, les omissions, les hypocrisies sur le sujet de par chez nous.

    Cela prouve encore que le média du jeu vidéo, sera de plus en plus porteur de nos fantasmes, de nos peurs, de nos travers ; et qu’il sera, est déjà, porteur d’idéologie, de point de vue politique, de regard sur le monde. En un mot il suscitera encore la polémique, ce qui est bon signe puisqu’il se démocratise.

    Peut être cela nous apprendra-t-il plus sur nous même.


  • Peterson Peterson 9 août 2007 14:10

    L’an passé, j’ai été animateur sur l’événement « Création numérique et jeux vidéo » à la Cité des Science.

    Nous avons eu la charmante visite de « Famille de France », dont j’ai trouvé le comportement particulièrement grossier. L’un des représentant de cette glorieuse institution m’était tombé dessus, parce qu’il venait de voir un jeu « raciste »...

    Légèrement étonné (j’avais suivi la sélection des jeux présentés d’assez près et j’aurais été au courant de la présence d’un jeu raciste sur l’exposition), je suis ce volumineux bonhomme jusqu’à la borne présentant le jeu incriminé.

    Mon joufflu défenseur de la moral me montre alors le jeu en expliquant que le joueur tire sur des personnages noirs de peau. Le jeu, trust quelconque de GTA, proposait effectivement de se servir d’armes à feu en milieu urbain, et le joueur se trouvant dans un faubourg du genre ghetto, les piétons étaient majoritairement noirs.

    J’ai donc pris le temps d’expliquer que, comme il pouvait le voir, les personnages n’étaient pas tous noir, que c’était même le contraire : ce jeu ne pouvait être considéré comme raciste puisque l’on y rencontrait différentes ethnies et qu’elles y étaient traitées selon une stricte égalité (ce n’est qu’une skin sur un modèle animé...).

    Je trouve que c’est assez représentatif de cette manière de penser : gardiens de la morales, portant facilement des accusations, dotés d’une xénophobie qu’ils dissimulent en criant au racisme dès l’apparition d’un personnage noir de peau à l’écran...

    PS : J’ai dû me tromper, ce ne peut être Demian West qui tient ces propos manichéens légèrement simplistes ?! Ou bien leur nuance m’échappe...


  • Anto 9 août 2007 14:42

    Les films de Romero(« la nuit des mort vivant », « zombi »..) on subit en leur temps le meme genre de traitement. Certain y voyait une incitation a la guerre civile et au terrorisme. Les morts vivants sont decidemment polemiques...

    Il faut dire qu’il y en a qui n’hesitent pas a comparer le processus de contamination du virus du jeu (qui se propage visiblement via le sang),au drame africain du Sida. Que repondre a ces esprits tordus ?


    • jamesdu75 jamesdu75 9 août 2007 15:36

      Merci pr les commentaires et désolé pour les fautes d’orthographes.

      C’est vraie que je n’ai pas fait le rapprochement avec la Saga de Romero. A l’epoque ce qui avait choqué c’était surtout car le héros était sans couleurs. Il était joué par un acteur de couleur noir certes. Mais il aurait put trés bien être joué par un blanc, un chinois ou norvegien.

      Pour le fait que le sange soit assimilé au SIDA, je ne pense pas. Cette hypothése a été reprise dans 28 jours plus tard, mais je pense qu’elle s’adapte a l’air du temps (la guerre, la maladie).

      Un peu comme Dracula avec la Syphillis ou le Horla.


  • lionesse 9 août 2007 15:40

    Aujourd’hui le politiquement correct fait des ravages puisque l’idéal pour un metteur en scène afin d’être sur de ne pas être attaqué, c’est d’avoir un trio de héros : un blanc, un noir et une femme à égalité parfaite dans leurs scores meurtriers.

    Le simple duo blanc/noir est classique, mais il date un peu. La belle nana qui neutralise toute seule des nuées de méchants biens costauds est aussi classique qu’irréaliste, mais continue de faire recette.

    Dernièrement, l’Allemagne a été choquée de voir dans une reconstitution historique très germanique, le rôle principal tenu par un noir. Sans aucun racisme, c’était tout simplement une aberration et une contre-vérité. Tout ça devient risible à force d’être caricatural.

    Peut-être que demain Robinson Crusoé sera noir et Vendredi beau blond ! Mais alors, que va-t-on faire des cannibales ?


  • Sz 9 août 2007 19:34

    On touche ici un point crucial, qui sera certainement décisif de l’avenir du monde ; la différence entre le bon assassin et le méchant assassin.

    Le bon assassin ne tue que des gens de son ethnie, le mauvais assassin tue des gens des autres ethnies. Lutter contre le racisme, c’est d’abord lutter contre les mauvais assassins.

    S’entretuer oui, mais entre gens qui se ressemblent.


    • mike-tango 10 août 2007 10:10

      Il n’y a aucun différence entre un bon et un mauvais assassin ! Un assassin est toujours un mauvais assassin, quelle que soit sa couleur de peau, religion et nationalité et celle de sa pauvre victime. Point barre.

      En lisant ce que vous écrivez revient en tête la très mauvaise blague : « un blanc qui tue un noir est un crime raciste. Un arabe qui tue un blanc est un accident ».


  • socribe 9 août 2007 21:25

    Personnellement je trouve la pub pour la PSP, d’un goût assez douteux....et pas vraiment innocente. Je ne pense pas que les publicitaires qui sont des professionnels de la manipulation symbolique, emploient une opposition de symboles aussi marquée sans y mettre du sens. Alors pour moi, la question est : qu’est-ce qu’ils ont voulus dire par là ? Quelque chose d’aussi simpliste que « les ténèbres sont vaincues par la lumière » ? Mais dans ce cas, pourquoi associer une femme noire aux ténèbres ? Je trouve ça plutôt maladroit comme pub smiley !


  • socribe 9 août 2007 22:00

    Et en plus, associer une femme à une console de jeu......

    Au niveau marketing, c’est réussi, on parle d’eux, au niveau du respect humain, je trouve ça très dérangeant. smiley


    • Cédric 10 août 2007 02:28

      Pourquoi ne pas associer une image féminine à une console de jeux ? Après tout, on montre des femmes associées à tellement de produit de consommation, on les met même à poils pour nous dire que manger du yaourt c’est bon pour la santé...

      Votre réflexion en deviendrait presque machiste ! Allez, au coin !


  • Pak 9 août 2007 22:14

    J’ai pas mal joué à des « fps » du style de ce jeux. Dans ces jeux, les « méchants » ressemblaient plus à des dessins animés qu’à des humains (Quake, Ennemy Territory) et en tout cas ils étaient plus « soft » et il y avait une forte composante stratégique. Là le trailer est tellement violent et les personnages ressemblent trop à de vrais habitants de bidons ville à mon goût. Je pense que ce jeu me mettrait mal à l’aise même si je ne crois pas non plus à la thèse raciste. A oublier au plus vite à mon avis ! Sinon la pub psp est vraiment nulle, je ne vois pas ce qui donnerait envie de l’acheter ...


  • max l'économiste max l’économiste 10 août 2007 00:09

    Je pense que ce qui choque aux USA dans l’histoire des morts vivants noirs tués par le héros blanc, c’est que le terme zombie était employé dans les Etats du Sud pour désigner les esclaves noirs.


  • LE CHAT LE CHAT 10 août 2007 09:08

    J’ai vu à la télé que les iraniens dévellopaient des jeux où les héros étaient palestiniens et les méchants étaient israeliens ... Chacun s’amuse comme il peut smiley


    • Peterson Peterson 10 août 2007 10:58

      Oui, et les américains des jeux où les méchants sont des barbus belliqueux... Que voulez vous...

      On pourrait aussi citer « Vietcong » qui est très symptomatique du complexe américain sur la guerre du Vietnâm : c’est le jeu de tire le plus déséquilibré que je connaisse.

      Le camp Vietnamien a des armes généralement plus faibles que le camp adverse Américain, mais surtout, ils sont coiffés d’un superbe chapeau jaune (d’au moins 70 cm de diamètre), à peine visible dans la jungle, dans le plus pur style cible idéale. On est pas très loin du tee-shirt rouge marqué « shoot me »...

      Les américains eux, ont un treillis camouflage, naturellement.

      C’est assez logique quand on y pense. l’Ennemi a longtemps été le « nazi », puis a évolué au cours du temps, en fonction des différents conflits. Il en va de même au cinéma.

      Mais on pourrait aussi parler de « Escape from Woomera », qui est à la base de la prise de conscience sur le non-respect des droits de l’homme dans les camps de réfugiers politiques en Australie...

      C’est un média, susceptible de véhiculer de bonnes comme de mauvaises choses, et toute la gamme de nuances entre les deux.


  • Amad 10 août 2007 11:06

    Si le caractère évidemment raciste de ces jeux ne vous apparaît pas, alors il me semble inutile d’argumenter pour essayer de vous convaincre. Je ne peux que déplorer que vous restiez insensible à ces images qui pour ma part m’inspirent un malaise difficilement exprimable. Une sorte de nausée... Ne m’accusez pas de « poliquement correct » car sur cette page il semble que le « politiquement correct » soit de s’accorder à discréditez des associations antiracistes. Reflet d’une société où un chauffeur de bus à St Denis peut écraser un piéton (noir) sans qu’une enquête soit diligentée. Mais peut-être trouverez vous un peu trop « politiquement correct » le fait de pouvoir s’en inquiéter ?

    Quant au caractère artistique des jeux video j’en suis tout à fait convaincu, mais l’art ( le cinéma, la littérature, la peinture) s’est parfois dévoyé dans l’histoire vers des idéologies tristement célèbres. Il semble que les jeux dont vous parlez ne font pas honneur à l’art des jeux vidéo. Sans doute les gains énormes générés par cette industrie font-ils céder certains créateurs à la tentation de flatter les sentiments humains les plus bas et les plus répandus, comme le racisme, le sexisme...


    • jamesdu75 jamesdu75 10 août 2007 12:00

      Ou voyez vous la moindre once de racisme dans ce jeu ??????

      Pour reprendre l’idée général et celle que j’ai marqué dans le billet. Dans Resident Evil 4 on passe son temps a tuer des zombies espagnole. Y a t il eut la moindre levé de bouclier contre le jeu ?????

      A vous la reponse ?


    • Peterson Peterson 10 août 2007 13:36

      C’est dommage de se cacher derrière une « évidence ». Au contraire, argumentez !

      Au sujet de l’affiche pour la PSP blanche (qui n’a rien à voir avec le jeu dont il est question dans l’article, me semble-t-il), qui, sortie de son contexte, peut choquer, il faut savoir qu’elle a son pendant dans lequel le personnage noir habillé en noir a le dessus : http://www.presence-pc.com/actualite/psp-white-pub-17967/


  • koro 10 août 2007 23:08

    je pense qu’il ne faut pas tout mélanger , dans les 4 premiers épisodes est ce qu’il y a eu des propos raciste ? de mémoire non , le 4eme opus a eu beacoup de succes et c’était un renouveau dans la serie avec les villageois qui n’étaient plus vraiment des zombies pour le 5eme épisode ils ont voulu continuer dans ce sens en proposant un autre decor , et c’est un peu logique que les villageois soit noir en afrique faut arreter de voir le mal partout , c’est surtout ceux qui connaissent pas la série qui sont choqué je pense


  • 1984 1984 11 août 2007 02:08

    « Personnellement je trouve la pub pour la PSP, d’un goût assez douteux....et pas vraiment innocente »

    La raison est simple. La publicité était censée marquer l’arrivée de la PSP de couleur blanche, dès lors, « La PSP noire n’a plus qu’à bien se tenir », elle n’est plus seule.

    Je crois qu’il y a un sacré malentendu dans tout ça. J’ai presque l’impression qu’on dresse, sous couvert du « politiquement correct », une génération de petits chiens de garde, qu’on les force à voir du racisme là où il n’y en a pas.

    A quand un procès à l’Académie Francaise pour avoir laissé proférer des énormités racistes telles que « Idées noires », où l’on associe la couleur à un expression péjorative ?

    Immortels, les associations auront votre peau.


  • socribe 11 août 2007 16:26

    J’ai fait allusion à cette pub, tout simplement parce que l’auteur en parle dans le texte, et il en montre une image. A la lumière de la seconde pub, qui est supposée être son explication, elle me semble , quoi que pas complètement, plus équilibrée. Pourquoi instaurer un combat entre femmes ? Et dans quel but, par rapport à quoi, à qui ? Par rapport à un marché ? Qu’est-ce que ça signifie ? que des femmes doivent se battre entre elles pour être les plus vendeuses ? vendantes ? vendues ? Je n’ai pas une opinion arrêtée sur la question, donc ça m’intéresse de savoir ce qu’en pense les autres. Les images sont des vecteurs très puissants d’idées, d’autant plus qu’elles jouent à un niveau conscient, mais aussi subconscient. Il y a des gens plus vulnérables que d’autres à ce type d’informations. En quoi je trouve que c’est de la manipulation : Ce sont deux femmes qui sont chargées de symboliser des consoles de jeu. Cette réduction de la femme au rang d’un objet, et de jeu en plus, d’une manière aussi évidente, me dérange vraiment. Est-il nécessaire d’expliquer pourquoi ? Alors ce n’est peut-être pas aussi raciste que ça en à l’air avec la première image, ( mais pourquoi avoir dans ce cas utilisé un thème aussi sensible que celui-là, de l’avoir rendu public en décalé, si ce n’est pour provoquer une réaction ) cela me semble, selon mon interprétation bien subjective-qui-ne-prétend-pas-détenir-une-vérité-unique, très misogyne et manipulateur. Cela n’a pour moi pas particulièrement à voir avec des associations diverses, c’est juste un ressenti.


    • Peterson Peterson 11 août 2007 20:23

      « Voilà l’affiche pour la nouvelle PSP blanche, ici personnifiée en femme très pâle toute de blanc vêtue qui renverse l’ancienne PSP noire, ici personnifiée en femme noire toute de noir vêtue.

      ­­— Houlà, pas de gaffe, ça fait très raciste !

      — On y a pensé, on a fait une deuxième affiche dans laquelle le rapport de force est inversé pour que les gens ne puissent pas mal comprendre notre propos. Au niveau de la personnification en elle même, les deux PSP ont la même chose à l’intérieur, même puissance, même mémoire... En tous points identiques ; ce n’est que la couleur de la coque qui change. Ce propos là ne saurait donc être taxé de raciste.

      — Ok, mais là, ce sont deux femmes, c’est pas un peu « femme objet » ou pire, « femme console »/« femme jouet » ?

      — Bon, on va mettre deux hommes.

      — Non non, c’est le même problème, ça fait « homme objet » tout pareil.

      — Ok, ben on va mettre un monstre, comme ça, pas de souci.

      — C’est mieux, mais ils se battent. Ça fait assez « apologie de la violence ».

      — Ha ouais, c’est vrai, bon, ben on va leur mettre des attitudes plus cordiales... »

      Pardonnes moi cette grossière caricature, ami Socribe. Ton propos était nettement plus nuancé que cela, mais je voulais mettre en évidence là où mène ce mode de réflexion : des pubs où ne figurent que des monstres multicolores ne faisant rien de mésinterprétable smiley

      Et si, en l’absence d’élément concret, l’on appliquait le principe de présomption d’innocence ? smiley

      Cela dit, bien sûr qu’il faut rester vigilants et impitoyables avec le racisme et le sexisme. Mais il faut aussi rester critiques.


    • socribe 11 août 2007 21:36

      Hahahaah, j’aime bien la version avec monstres ! smiley

      Et quand à ta dernière remarque, et bien en fait c’est ça que je voulais signifier, juste qu’il me parait important de garder un regard un peu critique et vigilant smiley !


  • Falkland 13 août 2007 00:51

    on comprend aisement qu’ils ont besoin de critiquer pour exister, ce jeu n’est pour eux qu’un pretexte.


  • Benoit Adam adam0509 13 août 2007 09:23

    « Le jeu est destiné à des enfants et des jeunes adultes... »

    Ah bon ??

    Pas de notre faute si les parents savent pas lire ce qui est écrit sur les boites de jeu...


    • socribe 14 août 2007 14:28

      @adam

      Je suis assez d’accord, d’ailleurs je trouve que c’est un vrai problème à quel point beaucoup de parents voudraient être complètement pris en charge à se niveau là. L’impression que j’ai, c’est que c’est eux qu’ils voudraient protéger de leurs propres erreurs potentielles. smiley

      Par contre, cela me paraît important de garder à l’esprit, que malheureusement, les enfants qui jouent aux jeux vidéos les plus violents, se trouvent parfois dans un contexte familial qui les laissent livrés à eux même et donc leur permet l’accès à des jeux inadaptés pour leur âge.


  • Amad 13 août 2007 12:38

    Je signale à ceux qui commencent à se lâcher et qui revendiquent ouvertement leur racisme (voir les commentaires ci-dessus) que LE RACISME N’EST PAS UNE OPINION, mais C’EST UN DÉLIT puni par la loi.

    JE SUIS ÉTONNÉ ET SCANDALISÉ QUE CE SITE LAISSE PUBLIER CES COMMENTAIRES RACISTES ET IGNOMINIEUX SANS RÉAGIR.


  • Falkland 14 août 2007 01:06

    Si les cons ne peuvent plus s exprimer, ceux qui ne le sont pas vont se sentir bien seul.


  • CG01 14 août 2007 15:25

    Maais je vois paas ce com rasciste ???


  • res-génération 21 août 2007 18:42

    tout d’abord je suis un fan de resident evil mais il est vrai que le contexte du jeu peut voir même choquer de par son image plutôt pejorative de l’afrique un pays pauvre ravagé par la guerre civile et entre les main d’une armée tyranique et le fait d’y inclure un homme blanc qui tue tout le monde n’arange en rien les choses. ET puis l’excuse que la firme est japonaise est donc de ce fait pas raciste est fausse car ne l’oublions pas les japonais ce sont alliés au nazis est on massacrés un nombre enorme de chinois sinon le jeu au niveau de la realisation graphique et de celle du gameplay a l’air impecable .


Réagir