jeudi 9 janvier - par Marc Dugois

Le trépied mensonger de l’incohérence du pouvoir économique

Star trek, Matrix, Men in black, Star wars, Game of Thrones ou Harry Potter, les Anglo-Saxons et leurs obligés européens nous ont entraînés dans des mondes de science-fiction qui sont tous plaisants par la gratuité des énergies utilisées. En nous y projetant nous avons la très agréable sensation de nous sentir des dieux ; mieux que des dieux, des hommes qui terrassent les dieux !

Ce ne serait qu’un agréable divertissement si parallèlement les mêmes Anglo-Saxons n’avaient pas inventé, diffusé puis imposé la notion d’investissement, l’idée d’une énergie gratuite appelée monnaie qui permet de rendre apparemment crédibles et atteignables tous nos fantasmes. Ils nous ont appris à geindre qu’il ne nous manque que les moyens. Seule la montée sans fin de la dette nous fait croire réaliste le regard que nous portons sur nous-mêmes. Seul l’aveuglement paresseux des intellectuels autorise notre apathie.

C’est toujours à la fin d’un système que l’on voit que ses failles sont béantes. Le XVIIIe siècle nous a fait croire avec Montesquieu que le pouvoir pouvait se diviser entre ceux qui font les lois, ceux qui les appliquent et ceux qui sanctionnent leur non-respect. Il n’a pas remarqué que ces trois sous-pouvoirs qu’il rêvait indépendants, dépendaient en fait tous les trois de l’air du temps et n’ont jamais été nulle part indépendants. Ils ne sont d’ailleurs jamais identiques et varient aussi bien dans le temps que dans l’espace. Dans la réalité c’est LE pouvoir qui nomme toujours et partout les parlementaires, les gouvernants et les juges. La façon dont il le fait évolue et il le fait ouvertement ou plus subtilement voire insidieusement selon les lieux et les époques, mais toujours et partout le pouvoir a été unique.

Jusqu’à très récemment le pouvoir était politique, conquis et conservé par la force, ne s’occupant généralement que de son bon plaisir et plus rarement de son devoir, toujours vu par lui-même. Louis XIV, Robespierre, Napoléon, Hitler ou Staline nommaient de fait les parlementaires, les ministres et les magistrats mais leur personnalisation les a abattus de leur vivant ou après leur mort.

L’arrivée des médias, l’anonymat de l’argent, sa circulation sans frein scandaleusement imposée par Bruxelles et les paradis fiscaux ont donné par bêtise le pouvoir à la finance qui aujourd’hui croit gérer le monde. Le pouvoir économique, comme ses prédécesseurs, choisit son législatif, son exécutif et son judiciaire dont quelques exemplaires, façon village gaulois d’Astérix, cherchent encore à se croire indépendants et pour certains, rarissimes, le sont vraiment. La majorité ressemble à notre Président, serviteur zélé du vrai pouvoir qui le récompense largement.

Ceci n’aurait pas une vraie importance si le pouvoir économique était cohérent car aucun pouvoir n’a jamais été admirable.

Les intellectuels, ceux que le pouvoir laisse s’exprimer, soit le défendent soit ne fulminent que contre les intérêts matériels de ce pouvoir économique qui s’en moque éperdument. Le pouvoir en réponse, se contente d’amuser le peuple et de flatter ses émotions pour qu’il ne se réveille pas. Quasiment personne ne dénonce l’incohérence de ce pouvoir économique qui tue les peuples pour survivre encore un moment.

Ce véritable génocide est fondé sur des mensonges soigneusement insérés à grand frais dans les têtes par l’éducation nationale, les médias et les intellectuels en cour.

L’argent n’est pas une énergie, l’argent est gratuit, l’argent peut tout. Ce trépied mensonger de l’incohérence est appelé intelligence par le libéralisme, l’université et une majorité d’intellectuels. Chacun ressent pourtant sans jamais l’exprimer que cette intelligence collective est idiote et ne pousse qu’à se replier sur soi. Le résultat est un individualisme forcené puisque la collectivité a donné le pouvoir à l’incohérence. Comment lui faire confiance en quoi que ce soit ?

Nous pouvons reprocher à juste titre aux gouvernants de ne penser qu’à eux, aux parlementaires de ne penser qu’à eux, aux magistrats de ne penser qu’à eux, à nos concitoyens de ne penser qu’à eux. Mais peut-on arrêter un fleuve dont on ne tarit pas la source ? La réponse est évidemment négative et rien ne pourra bouger avant que nous ne tombions tous d’accord sur le fait que :

L’argent est une énergie, l’argent n’est pas gratuit et c’est parce que l’argent peut tout que sa source doit être claire mais avec un débit dont la limite est connue, comprise . Nous en sommes pour l’instant très loin et nous avons donné le pouvoir à ceux qui ont intérêt à ce que nous n’en prenions pas conscience. Cette prise de conscience (la science commune) est pourtant le passage obligé de notre redressement.

Nous vivons actuellement une course contre la montre entre d’une part les frémissements de bon sens qui soulèvent les peuples avec un constat général d’une attente anxieuse, et d’autre part la guerre qui viendra remettre comme d’habitude les pendules à l’heure avec son cortège de malheurs.

Que de gens qui se croient celui que le peuple attend ! Mais où sont donc ceux qui veulent d’abord comprendre sans tout caricaturer  ?



35 réactions


  • rogal 9 janvier 10:24

    « l’anonymat de l’argent, sa circulation sans frein scandaleusement imposée par Bruxelles ».

    Pas par ’’Bruxelles’’, par les traités.


    • Marc Dugois Marc Dugois 9 janvier 11:24

      @rogal

      Vous avez raison, c’est malheureusement par les traités que les socialistes comme les libéraux français ont signés. J’ai écrit Bruxelles parce que c’est là où la police se trouve.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 janvier 13:26

      @Marc Dugois

      depuis les « tournants » de Blair au Royaume-Uni, Fabius en France et Schröder en Allemagne, les « socialistes » sont « libéraux ».
      La fausse alternance ne trompe que ceux qui croient que les aspects « sociétaux » sont « sociaux », confusions travaillée et entretenue pour maintenir l’illusion d’une « démocratie » déjà vidée de son sens par le fait qu’elle se résume à une consultation électorale péridodique sans implication ni obligation de rendre des comptes.


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 9 janvier 11:25

    L’épilogue de ce système est déjà arrêté, il sera comme le disent ces textes sur les riches :

    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Jacques+5%3A1-6%3BAmos+8%3A4-8&version=LSG


  • BA 9 janvier 15:23

    Champagne ! Champaaaaagne ! Record historique battu !


    Les actionnaires du CAC 40 ont gagné 60 milliards d’euros de dividendes en 2019, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2018 ! C’est un nouveau record !


    CAC 40 : versements record aux actionnaires en 2019.


    A 60 milliards d’euros, les dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 dépassent le niveau record de 2007.


    Les dividendes ont augmenté de 12 % par rapport à l’année dernière.


    Compte tenu des bons résultats 2019 attendus, les dividendes et les rachats d’actions devraient encore progresser cette année.


    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/versements-records-aux-actionnaires-du-cac-40-en-2019-1161373



    • velosolex velosolex 10 janvier 18:35

      @BA
      Jamais autant de profits, jamais autant de désastres.
      Nous sommes sur le bord du vide, actionnaires de la mort. 


  • gaijin gaijin 10 janvier 08:41

    « L’argent est une énergie, »

    non l’argent est une convention abstraite

    si vous avez un tas d’argent a part le bruler il n’y a aucune énergie

    le bois, le pétrole , le soleil , le vent sont des énergies ...( des sources d’énergie )


    • velosolex velosolex 10 janvier 18:44

      @gaijin
      Certains pompiers signalent des flammes de 150 mètres de haut. Relisez ça, lentement. Des flammes de 150 mètres de haut. Plus hautes qu’un immeuble de 40 étages.C’est la nouvelle norme estivale en Australie. Des flammes gigantesques et des humains terrifiés, blottis sur la plage dans la nuit noire ou la lueur orange du jour.  »Les flammes éclairent d’une lumière brûlante les priorités des dirigeants australiens.On voit les pompiers se débrouiller avec de pathétiques masques de papier, tandis que le gouvernement offre chaque année 12 milliards de dollars aux entreprises du secteur des énergies fossiles (29 milliards de dollars si l’on compte les subventions indirectes).On voit une armée qui peut mobiliser une force massive pour défendre le pétrole et l’impérialisme au Moyen-Orient, pour capturer les réfugiés de ces guerres et les parquer sur une prison insulaire [2] — mais qui est apparemment incapable de mettre en sécurité une population civile à la hauteur de l’urgence [. ( extrait journal en ligne rebellyon)


  • Marc Dugois Marc Dugois 10 janvier 09:46

    Attention à ne pas vous laisser formater ! La monnaie est forcément une énergie puisqu’elle nourrit, elle loge, elle chauffe, elle habille, elle distrait et elle transporte....entre autres. Elle est comme l’électricité une énergie qui vient d’une source.

    Si la monnaie est actuellement en effet une convention, il faut comprendre le pourquoi de cette convention et, après y avoir répondu, chercher dans cette convention quelle est la source de cette énergie.

    Se contenter de dire que c’est une convention, une institution, une marchandise, un signe ou un contrat sans jamais rien préciser, me parait un peu facile et malheureusement désiré par certains. C’est ce que j’appelle le formatage.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 janvier 18:52

      @Marc Dugois. « Energie », c’est déjà pris. Ça se mesure en joules, ou un de ses multiples tels que le kilowattheure.
      Les manuels d’énergétique, de mécanique, d’électrotechnique, etc. sont depuis nos culottes courtes sur les rayons des étagères. Il suffit d’étudier.


    • Marc Dugois Marc Dugois 10 janvier 19:15

      @JC_Lavau

      Non. L’énergie se mesure aussi en monnaie si on retrouve le vrai sens de l’énergie qui est la force en puissance alors que la dynamique est la force en action. L’énergie mesure la capacité d’un système à modifier un état alors que la dynamique en étudie la réalisation.

      Le ton dédaigneux est de trop surtout pour venir dire que ce que dit l’éducation nationale est la vérité. Ce sont les bases et les définitions qui sont fausses et qui formatent ceux qui y croient.


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 janvier 19:30

      @Marc Dugois. N’hésite pas à décrire les trois ou quatre protocoles bien distincts, qui pourtant donneront une convergence à 1/1000 au pire.
      Par exemple, j’ai acheté deux clés USB de 128 Go en Chine, à 7 roros pièce.
      Je regarde ce que chacune aurait coûté dans le 9e arrondissement de Lyon :
      60 à 90 roros.
      https://www.ldlc.com/magasins-ldlc/magasin-470024/stocks/+fcY-­4651+fi4-¶l64h128.html
      Il semblerait qu’aucun protocole correct n’existe.


    • Marc Dugois Marc Dugois 10 janvier 20:27

      @JC_Lavau
      C’est pour cela que dans mes voeux, j’ai émis le souhait d’une harmonie entre l’individuel et le collectif. Le prix est à la jonction des deux et plusieurs collectifs vont du racolage d’individus avec des prix attractifs car aucun de ces collectifs n’est en harmonie avec les individus de son propre peuple.

      Le problème actuel est gravissime, ne se résoudra pas mondialement et demande des travaux intellectuels énormes pour envisager une solution pour nous et encourager les autres à trouver les leurs.

      Et tout ce que l’on voit c’est de l’énergie et de l’intelligence gaspillées en ironie, en sarcasme et en contentement de soi façon Quotidien, France Inter ou... certains commentaires ici.


    • gaijin gaijin 11 janvier 07:53

      @Marc Dugois
      «  La monnaie est forcément une énergie puisqu’elle nourrit »
      non ! la monnaie permet d’acheter l’énergie ...
      le jour il n’y a pas d’essence a la pompe essayez de mettre la carte bleue dans le réservoir ...
      https://i.pinimg.com/originals/5c/8f/74/5c8f740c3f58b261f6137ebc37df5ecb.jpg


    • Marc Dugois Marc Dugois 11 janvier 08:01

      @gaijin
      Il y a une différence entre nourrir et se manger. Votre maman vous a nourri sans que vous la mangiez.

      Votre réaction est intéressante mais vous devriez peut-être mieux la cibler. La monnaie est dans son principe une énergie (force potentielle) mais ce principe est actuellement bafoué par la fausse monnaie que créent légalement les banques.


    • mmbbb 11 janvier 14:35

      @Marc Dugois la monnaie n est pas une mesure physique . L agriculteur fait tourner son tracteur avec du gazoil qui est de l energie et procure un travail quantifie Watt Joule comme le dit Lavau Ce travail produit est superieur a la force musculaire Il achete ce gazoil avec de la monnaie .Sans cette monnaie il aurait du faire du troc c est aussi vieux que le monde des affaires et des échanges Vous faites la confusion , l energie est une ressource et les economistes liberaux Say en particulier l avait neglige puisqu il considerait ces ressources gratuites Jancovici l explique tres bien . Notre economie contemporaines depend avant tout des ressources Que ces ressoures viennent a manquer notamment le petrole et notre systeme s effondre .
      Votre monnaie ne vaudra rien parce qu in fine il n y aura plus rien a echanger ou presque 
      «  L’énergie mesure la capacité d’un système à modifier un état » c est l entropie une mesure physique , La dynamlque peut etre considere comme le travail mesure en joule ou en watts , La seconde est le resultat de la transformation de la premiere . C est que fait le tracteur en brulant son gazoil 
      Quant a la these que vous semblez soutenir , je semble comprendre que vous mettez en exergue la speculation en filigrane Ce n est pas nouveau, la crise de 1929 est la consequence de celle ci le cours de la bourse avait depassait les 300 % l an avant que celle ci ne s effondre C est de la speculation qui a amene le desordre puisque les banques ont fait faillite Il s agit moins d un probleme energie que d un probleme de speculation et de regulation de la monnaie ..
      Les assignats on ete l objet de speculation les exemples sont multiples 


    • Marc Dugois Marc Dugois 11 janvier 19:19

      @mmbbb
      J’ai lu votre message avec intérêt mais je vois mal comment vous définissea la monnaie et pour vous ce qu’elle mesure.

      Pour le reste de votre commentaire, comme je ne sais pas comment vous définissez les mots que vous utilisez, je ne peux savoir si je suis d’accord ou non. J’ai écrit sur Jancovici que j’étais d’accord sur presque tout avec lui à part sur ce que je crois l’essentiel ou il dit « du pognon il y en a » en faisant lui-même l’erreur qu’il reproche à juste titre à Jean-Baptiste Say.


    • gaijin gaijin 12 janvier 10:46

      @Marc Dugois
      vous mangez la monnaie ?
      qu’il y ait des différences dans l’emploi de la monnaie entre ( je dirais de mon point de vue une monnaie représentative de quelque chose ) et la fausse monnaie actuelle je suis ok
      mais la monnaie n’est pas une énergie ...


    • Marc Dugois Marc Dugois 12 janvier 10:55

      @gaijin

       Ce serait gentil de dire ce qu’est pour vous la monnaie en ne vous contenant pas de dire ce qu’elle n’est pas pour vous.


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 11:37

      @Marc Dugois. En classe, on nous avait appris à regarder l’Histoire. Plus tard, on nous a appris à regarder les découvertes archéologiques et minières, puis l’archéologie de la langue.
      Jusqu’à plus ample informé Athènes puis Rome payaient leurs armes, leurs soldats et leurs navires avec les métaux qu’ils faisaient tirer de mines par des esclaves. Epuisements miniers, et le denier romain a titré de moins en moins d’argent.
      Langues : regarder du côté de Mark, mercenaire, mérite... La valeur d’échange que l’on tire d’un corps humain quand on le vend en esclavage ou en mariage.
       
      Jusqu’à plus ample informé, la monnaie scripturale a été inventée au 15e siècle par des banquiers et commerçants lombards. La puissance militaire de l’empire austro-hongrois fut conditionnée et soumise aux intérêts des banquiers d’Angleterre.

      Guerre du Vietnam oblige, le lien symbolique entre le dollar et l’or fut définitivement rompu par Nixon en 1971 (date de mémoire). A l’heure actuelle, cette reconnaissance de dette libératoire ne sera jamais honorée par la banque qui l’a émise.


    • Marc Dugois Marc Dugois 12 janvier 11:51

      @JC_Lavau

      Quelle est l’intention de ton message, surtout placé là ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 janvier 12:22

      @Marc Dugois, « reconnaissance de dette libératoire », ça n’est pas écrit, ci-dessus ?
      Si en Amérique latine l’agent américain achetait des sicaires avec son carnet de chèques, il délivrait bien de la reconnaissance de dette permettant à son tueur de s’acheter des biens ou des services sur place, et non auprès de la FED.


    • gaijin gaijin 13 janvier 09:14

      @Marc Dugois
      pour moi c’est une convention symbolique permettant de faciliter les échanges


    • Marc Dugois Marc Dugois 13 janvier 09:46

      @gaijin

      Je vous remercie d’avoir donné votre définition de la monnaie « une convention symbolique permettant de faciliter les échanges ». C’est en effet celle de la doxa dont vient à mon avis tout le mal contemporain.

      Je m’explique.

      La vie économique est en effet échange, chacun devant apporter ce qu’il fait le mieux ou le moins mal (comme le dit l’avantage comparatif de Ricardo). L’introduction de la monnaie ne change rien à cet essentiel de la vie en groupe : chacun doit y être utile. La réalité est que la monnaie est un titre de créance sur n’importe quel membre du groupe qui l’utilise pour la bonne raison qu’elle n’est normalement créée qu’APRES que le groupe ait constaté l’augmentation de sa richesse vue par lui.

      Le scandale actuel dont vous vous faites le complice involontaire, c’est que l’on crée sans arrêt de la monnaie pour « faciliter les échanges » en oubliant que la monnaie ne doit exister que si elle représente une part de la richesse du groupe que l’on échange. C’était évident avec la monnaie-or. Aujourd’hui les banques fabriquent en continu de la monnaie pour qu’elle soit dépensée et on additionne toutes les dépenses pour appeler cette addition un produit, le Produit Intérieur Brut, le PIB, et sa croissance, la croissance économique. Plus nous dépensons, plus nous sommes riches. Voila le dogme imbécile dont vous vous faites involontairement le hérault avec votre définition qui n’est pas fausse dans l’idée mais qui ouvre la boite de Pandore en limitant pas la création d’argent.

      Quand j’écris que la monnaie est une énergie, c’est parce quelle est comme l’or, une force en puissance quand elle n’est pas honbteusement dévalorisée par sa création trop facile.


    • gaijin gaijin 13 janvier 15:56

      @Marc Dugois
      «  c’est que l’on crée sans arrêt de la monnaie pour « faciliter les échanges » en oubliant que la monnaie ne doit exister que si elle représente une part de la richesse du groupe que l’on échange. »
      je suis d’accord avec vous sur le fait que l’on fasse un mauvais usage de la monnaie mais ça n’en change pas la nature : un marteau reste un marteau que enfonciez des clous ,cassez des noix ou la tête de votre voisin ...reste a interdire le mauvais usage ... mais aucune considération ne vous permettra d’enfoncer des vis avec.
      en disant que la monnaie est une énergie vous vous faites vous même complice d’une autre aberration de notre époque : la confusion entre le social et le physique . une énergie est une réalité physique le un litre de la même essence produit toujours la même capacité calorique alors que son prix va varier en fonction du marché ( sauf a fixer les prix ) et que la monnaie elle, ne produit aucune capacité calorique ...
      la question de la relation entre le virtuel et le réel est une des questions majeures de notre époque 


    • JL JL 13 janvier 16:23

      @Marc Dugois
      « c’est que l’on crée sans arrêt de la monnaie pour « faciliter les échanges » en oubliant que la monnaie ne doit exister que si elle représente une part de la richesse du groupe que l’on échange. »

       
      Quiconque a joué au Monopoly sait parfaitement que l’on pourrait doubler l’argent en circulation que ça ne changerait strictement rien au fonctionnement du jeu. On n’a jamais vu la banque vide : la réserve de monnaie y est relativement aux besoins, quasi infinie, par principe.
       
      En cela, l’économie réelle est peu différente la réserve d’argent dette d’une banque centrale est infinie , hormis le fait qu’au Monopoly il n’y aurait pas d’inflation.


    • Marc Dugois Marc Dugois 13 janvier 16:30

      @gaijin

      Tout est question de définition. J’en reste pour ma part à la différence fondamentale que faisaient les Grecs entre l’énergie qui est un potentiel et la dynamique qui est une utilisation. Toute matière est une énergie et donne de l’énergie atomique si nous savons en faire la fission, ce que nous ne savons faire aujourd’hui qu’avec le plus fragile, l’uranium.

      Dès l’instant où la monnaie est reconnue comme une richesse, elle est une énergie. C’est la langue française.

      En revanche votre notion de confusion entre le social et le physique est intéressante comme celle entre le virtuel et le réel sans pour autant que ce soit la même confusion.

      Entre le social et le physique vous regrettez à juste titre que l’on confonde l’objectif, le physique, avec le subjectif, le social. C’est tout le problème du prix que je ne peux étudier ici et qui crée un lien mouvant entre l’objectif et le subjectif, ce que vous appelez le physique et le social. Ce lien a du sens lorsque la monnaie est vraiment une parcelle de la richesse du groupe, ce qui n’est absolument pas le cas actuellement.

      Entre le virtuel et le réel, la confusion est en effet le drame de notre époque et nous croyons vivre dans un pays de Cocagne simplement parce que, grâce à la fausse monnaie créée légalement par les banques, nous consommons gratuitement l’énergie de nos enfants par la dette et l’énergie des autres peuples par la mondialisation.

      Si vous ne reconnaissez pas la monnaie comme une énergie, comment appelez-vous une matière qui fait consommer de l’énergie humaine aussi bien dans le temps que dans l’espace. Nous sommes en tous cas très loin de simplement faciliter les échanges.


    • Marc Dugois Marc Dugois 13 janvier 16:39

      @JL

      La différence fondamentale entre le Monopoly et la monnaie qui est créée par les banques, c’est que les banques sont une entreprise avec un bilan équilibré et que quand elles mettent de l’argent à disposition à leur passif, elles inscrivent une créance du même montant sur les peuples à leur actif, créance que les Politiques font payer par l’impôt qui doit monter à la même vitesse que la dette puisque la création de richesse n’est qu’un mythe. Ce n’est en effet que sa vente qui fait d’une production une richesse.

      Rien à vois avec le Monopoly mais tout à voir avec ceux qui voudraient que le vie ne soit qu’un jeu.


    • JL JL 13 janvier 18:10

      @Marc Dugois
       
       ce que vous décrivez c’est le principe de l’argent dette.
       
      La créance qui en résulte est remboursée par échéance ou à terme, par l’emprunteur. Le seul argent qu’on pourrait croire créé c’est les intérêts. Mais ce n’est encore que de la monnaie inépuisable. Si inflation il y a c’est parce que cet argent correspond à l’augmentation du PIB correspondant à ce quo a été fait avec l’emprunt et qui sera fait avec ces intérêts perçus par le, prêteur.
       
      Vous dites : ’’créance que les Politiques font payer par l’impôt’’
       
       Ah ? Jamais entendu ça ! Où est-ce que c’est écrit ?


    • Marc Dugois Marc Dugois 13 janvier 19:31

      @JL
      Pourquoi croyez-vous donc que les impôts montent aussi sûrement que la dette et sous toutes formes (directs indirects et amendes) ? Et pourquoi croyez-vous que la commission européenne veut faire étrangler les peuples par leurs gouvernements ?
      C’est écrit dans mes livres mais ce ne sont pas les médias qui en feront la publicité. Ils appartiennent tous à la finance.

      L’argent dette qui est dans toutes les bouches n’a aucun sens. La vie est échange et tout a sa réciprocité. La réciprocité de l’argent dette est la création de richesse chiffrée stupidement par le PIB qui n’est en fait que la somme de toutes les dépenses. Empruntez, dépensez et donc faites du PIB, vous remboursez avec quoi ? Avec un nouvel emprunt et vous avez compris la montée éternelle de la dette mondiale (actuellement 230.000 milliards d’euros totalement irremboursaables ; 40.000 € par être humain). Il suffit d’emprunter pour dépenser. Il suffit de dépenser pour faire de la croissance et croire autour du feu que cette croissance va rembourser la dette.

      Ce qui est merveilleux avec l’université c’est qu’elle met n’importe quoi dans les têtes avec des formules magiques et plutôt jolies comme l’argent dette et on retrouve ces formules répétées partout avec des accents sincères de vérité puisqu’il fallait le croire pour être diplômé.

      Quand nous réveillerons-nous ?


    • JL JL 13 janvier 19:40

      @Marc Dugois
       
       ’’Pourquoi croyez-vous donc que les impôts montent’
       
      Mais parce que les grandes entreprises et les riches paient de moins en moins d’impôts, tout simplement !


    • Marc Dugois Marc Dugois 13 janvier 19:58

      @JL

      Ca c’est la soupe servie pour ne pas voir les vrais problèmes.

      Les multinationales ont le vrai pouvoir et ne survivent que si les peuples achètent leurs productions. Tout est fait pour qu’ils achètent et tout est fait pour qu’ils ne sachent pas vers quoi tourner leur mal-être. Voyez les Gilets jaunes.

      Mais je vous laisse volontiers le dernier mot.


    • gaijin gaijin 14 janvier 13:35

      @Marc Dugois
      "Toute matière est une énergie

      « 
      oui mais le pouvoir calorifique d’un billet de banque est indépendant du chiffre marqué dessus ...
       » comment appelez-vous une matière qui fait consommer de l’énergie humaine« 
      aucune matière ne fait quoi que ce soit 
       » Nous sommes en tous cas très loin de simplement faciliter les échanges.

      « 
      oui mais c’est que nous en faisons pas ce que la monnaie est. tenter d’enfoncer une vis avec un marteau n’en fait pas un tourne vis 
       »C’est la langue française.

      "
      peut être bien mais la carte n’est pas le territoire et la langue française autorise bien des confusions sémantiques qui sont ensuite a l’origine d’erreurs cognitives


  • Polybe 10 janvier 18:05

    A relire : la définition de l’anacyclose.


    • Marc Dugois Marc Dugois 10 janvier 18:23

      @Polybe

      C’est en effet à connaitre car il est de bon ton de ne pas s’y intéresser puisque nous nous croyons l’aboutissement inégalable même si éventuellement encore un peu perfectible. En réalité nous sommes actuellement dans l’anacyclose à l’étape de la décomposition de la démocratie, en okhlocratie (le pouvoir à la foule) qui donne les pogroms, les lynchages et Macron. D’après la même anacyclose l’étape suivante est l’homme providentiel qui restaure la monarchie.


Réagir