jeudi 9 avril - par Taverne

Le virus, c’est l’homme !

C'est l'homme qui conduit la planète à sa destruction. C'est lui, l'homme et non le virus, qui agit contre la Nature, qui détruit, massacre, et pollue l'air, l'eau, la terre et même le ciel. Le virus a stoppé la pollution. C'est comme une rébellion de la nature contre ce qui n'est pas naturel et qui la détruit. Le virus ne tue pas autant que l'homme, en fait il tue bien moins d'animaux et d'êtres humains que ne le fait l'homme.

Ah ! Il a bon dos le virus ! Ce serait donc lui le méchant et le responsable de tout ?

La surpopulation, les foules, la densité urbaine absurde, les états de sur-morbidité dus aux déséquilibres alimentaires, l'alcool et le tabac : la faute du virus ?

Le manque de solidarité envers les plus faibles, l'iniquité, la compétition et l'appât du gain toujours plus grand : la faute du virus ?

Le virus de la planète, c'est l'homme ! Le virus ne décime pas des populations, il tue autour de trois pour cent des gens. Et donc, il nuit beaucoup moins que la misère, beaucoup moins que la guerre, beaucoup moins que le libéralisme aveugle.

L'homme a voulu s'affranchir de la nature en se plaçant au-dessus d'elle pour mieux la mépriser. Mais, chassez la nature, elle revient au galop. Au lieu de rester en contact avec la nature, l'être humain a préféré se créer un récit imaginaire, totalement déconnecté du monde réel et de la vie. Qu'on en juge aux réactions de Donald Trump et de Boris Johnson et l'on se fait une idée de ce récit stupide entretenu par les "premiers de cordée" du monde pour justifier leur mode de vivre.

Et après ? Que ferons-nous après ? Le plus sain serait évidemment de revenir à des équilibres qui garantiraient le respect de la nature et la personne humaine. Mais soyons lucides, cela ne se fera pas. Le plus sain serait aussi de replanter l'Homme dans l'humus qui lui permet de grandir libre et heureux, dans un écosystème adapté à sa dignité d'être humain mais aussi dans le respect de la vie. Mais ne rêvons-pas, car ne dit-on pas que l'habitude est une seconde nature. Chassez cette nature-là (l'habitude), elle revient au galop.

Et c'est au galop que nous courons vers notre destruction et celle de toute vie. Enfin, presque, parce que le virus est plus malin que nous... Pour Darwin, les espèces qui gagnent (et donc les plus intelligentes en fin de compte) sont celles qui savent s'adapter. Nous pouvons voir que, sur ce plan-là, nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Malgré des milliers d'années de civilisation, nous ne savons pas encore nous protéger collectivement d'un simple virus. Nous ne savons pas non plus régler nos mœurs pour épargner la planète et les générations futures. N'importe quel animal, et même n'importe quelle plante, sait mieux que nous comment préserver sa progéniture et les progénitures de leurs progénitures. Toute vie sait anticiper sur du long terme, parfois du très long terme) (des années, des siècles et même davantage. Qui va lentement va sainement. Qui va au galop va dans le précipice ?

Notre intelligence collective, à nous autres humains, est en réalité bien en-deçà de ce qu'elle devrait être, bien en-dessous de l'intelligence collective de la moindre forme de vie terrestre.

Saurons-nous un jour replanter l'Homme dans l'humus qui le fera grandir sainement ? Saurons-nous, à l'instar des bêtes et des plantes, rendre notre espèce viable ?

Publicité

Homme, regarde-toi dans le miroir : le virus, c'est toi !

****************************************************

L’homme se suffit à lui-même alors qu’il n’est jamais quelque chose de plein.
L’homme n’est plein que de désirs. Comme la comète, il se consume dans son élan.
L’homme des victoires ruisselle de fausses apparences. De bêtise, l’homme est toujours prodigue.
L’homme boursouflé d’arithmétique ne peut pas s’unifier !

Quand on aura fait cesser nos yeux, ces instruments de vanité,
Nous retournerons aux origines de nous-mêmes,
Nous repartirons en voyageurs sans le fardeau de nos lendemains fatals.
Nous ne manquerons pas de nouvelles naissances pour nous recomposer,

Nous serons les enfants de la Vie.

Publicité

Seule la Vie primitive enfante et assigne aux êtres leurs cours naturels !

La singularité première est à retrouver.
Nul ne connaît encore le Geste des Origines qui sous-œuvre en nous…

Viendra l’accès à l’Inaperçu.
Viendront les éclaireurs aux éclosions multiples
Au geste non replié, au geste délié et partagé.
« Demain », enfin, sera une chose souhaitée !

Nous serons une ligne continue de Désir et de Liberté.
Et c’est elle, la liberté, qui signe au bas de cette page.

(9 avril 2020, 1 heure du matin)

 



54 réactions


  • Bonjour Taverne, un combat intérieur se livre dans l’inconscient des individus. EROS contre thanatos. Cette pandémie pour nombreuses personnes qui ont encore un ancrage religieux peuvent le voir comme une punition de l’hubris de l’homme (consumérisme, néo-libéralisme, égoïsme du chacun pour soi à ne pas confondre avec individualisme et anti-conformisme). Cette portion de spiritualité en nous peut générer un réflexe de survie....Mieux vaut se mettre du BON côté,...pour certains par conviction profonde et pour nombreux des moutons de Panurge (encore PAN,...) pour des question de survie et de calcul. A moins que thanatos ne reprenne le dessus. C’est une question d’égrégores (basses fréquences matérialistes ou haute fréquences spirituelle). https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89gr%C3%A9gore. Concernant le darwinisme, la différence entre l’humain et l’animal est le concept divin, celui du bien et du mal. Si l’humain survit ce ne devrait logiquement pas être en fonction de la loi du plus résistant, du plus fort (les allemands ont perdu en 45), mais du plus spirituel.


    • Vivre est un village Vivre est un village 9 avril 10:56

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      C’est l’homme qui conduit la planète à sa destruction. C’est lui, l’homme et non le virus, qui agit contre la Nature, qui détruit, massacre, et pollue l’air, l’eau, la terre et même le ciel. Le virus a stoppé la pollution. C’est comme une rébellion de la nature contre ce qui n’est pas naturel et qui la détruit. Le virus ne tue pas autant que l’homme, en fait il tue bien moins d’animaux et d’êtres humains que ne le fait l’homme.

      Très bonne intro de Taverne Juriste, poète, philosophe, auteur de textes de chansons !!!


    • Copain 9 avril 14:58

      @Vivre est un village
       Vous êtes trop méchante envers l’homme, le bougre il se donne beaucoup de peine. La nature est cruelle, n’est ce pas. Et non, l’homme ne fait pas que de détruire la planète, grâce à lui et à la nation vous avez eu une vie douce, elle est tranquille ta vie, entre nous, on se connait maintenant. Et si des gens se tournent vers Dieux... , surement un manque de leadership chez l’homme tout simplement


    • chantecler chantecler 9 avril 18:48

      @Copain
       « Et si des gens se tournent vers Dieux... , surement un manque de leadership chez l’homme tout simplement »

      Tu parles , Charles !
      T’as besoin d’un leadership ?


  • ZenZoe ZenZoe 9 avril 10:46

    Toutes les créatures ont une utilité dans la nature, toutes, sinon elles ne seraient plus là. Le virus sert à quelque chose : éliminer les faibles, les surplus et les anomalies génétiques, faut pas chercher plus loin.

    L’homme est aujourd’hui en surplus, peut-être pas en nombre, mais en dégâts collatéraux. Soyons cyniques, et reconnaissons que la nature est bien faite. Hélas, l’homme est plus malin que la nature souvent, et il aura tôt fait de trouver un vaccin....


    • François Vesin François Vesin 9 avril 11:29

      @ZenZoe
      « Le virus sert à quelque chose : éliminer les faibles, les surplus et
      les anomalies génétiques, faut pas chercher plus loin.
        »
      .
      On peut chercher un peu quand même et se demander si,
      à la place d’un virus qui tue nos aînés et nos vieux parents,
      on ne pourrait pas en avoir un une fois qui s’attaque 
      à la racaille politico-financière internationale en général
      et à Macron et ses affidé en particulier !


    • ZenZoe ZenZoe 9 avril 11:45

      @François Vesin
      Ah, ça, d’accord avec vous ! Peut-être d’ailleurs que ce virus-là existe, mais bien gardé dans un coffre fort réfrigéré au cas où il y aurait un jour une guerre des chefs -euh, pardon, des racailles politico-financières...


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 9 avril 10:59

    « C’est l’homme qui conduit la planète à sa destruction »

    Non, au pire (ou au mieux, c’est selon ^^) il détruira son lieu de vie le rendant invivable, exploitera les ressources jusqu’à la fin, se retapera sur le tronche, mais la terre nous digérera (4 milliard d’années d’existence) et la vie retrouvera son chemin.

    La terre avait besoin de plastique de toute façon ^^


  • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 11:20

    merci Poète

    je partage ton avis...nous ne méritons pas cette planète.

     smiley


  • rogal 9 avril 11:55

    « Le virus ne décime pas des populations, il tue autour de trois pour cent des gens. »

    Très exactement : 3,14159... %. Ça explique tout.


  • dimitrius 9 avril 12:04

    Et après ??? Les petits marioles comme toi refaisant le monde avec ses chansons et ses poèmes vont en chier des ronds de chapeau. Tu vas perdre ton boulot et tu vas connaitre la vrai misère que tu as toujours dénoncé sans avoir à la subir. Le Virus est un apéritif , les retombés économiques vont être dévastatrices.


  • popov 9 avril 13:08

    @Taverne

    Bonjour

    L’homme ne fait-il pas partie de la « nature », n’est-il pas lui-même un produit de la « nature » ?

    Il n’y a pas d’un côté la « nature » et de l’autre l’homme.


    • Taverne Taverne 9 avril 15:55

      @popov

      Mais l’homme s’est trop éloigné de la nature, c’est cela mon propos.


    • Xenozoid Xenozoid 9 avril 16:00

      @Taverne

      tout a fait,l’homo domesticus a quitté la nature depuis son auto domestication


    • delor 9 avril 17:32

      @Taverne
      L’homme ne s’est pas éloigné de la nature, même pas d’un iota. Il est comme une cellule de la nature, mais une cellule cancéreuse qui la ronge de l’intérieur et l’auto-détruit. Il a généré des métastases qui attaquent la nature de toutes parts, sous tous ses aspects, dans tous ses composants (y compris lui même).


    • popov 10 avril 16:11

      @Taverne

      Mais l’homme s’est trop éloigné de la nature, c’est cela mon propos.

      Chaque espèce est programmée pour proliférer au dépens de son environnement. Ce faisant, elle détruit et elle pollue. La différence, c’est que l’homme a un cerveau plus gros, ce qui lui permet de détruire et de polluer à plus grande échelle que les autres. 

      Mais ce cerveau plus gros lui permet aussi d’appréhender les conséquences de ses pollutions et destructions et éventuellement de s’imposer des limites, ce dont les autres espèces sont incapables.

      En ce sens, il est plus proche de la « nature » que les autres espèces puisqu’il est capable de s’en préoccuper.


  • Taverne Taverne 9 avril 13:41

    Bonne nouvelle !

    Mes nouveaux textes sont mis en musique par mon ami Sylvain en écoute gratuite et sans publicité ici :

    https://www.jamendo.com/album/189572/les-elegantes

    L’album s’appelle « Les Elégantes » pour désigner les fleurs.


    • Taverne Taverne 9 avril 14:32

      Les Elégantes

      Dans leurs appas, elles apparurent
      Sur terre ornées de ces parures
      Qui ressemblent aux robes de soie.
      Comme si cela allait de soi…

      Les fleurs, ces belles élégantes,
      Gantent avec soin leurs longues tiges
      D’un blanc à donner le vertige
      Tout en prenant la pose absente.

      Chaque aube est un nouveau départ.
      Dans le silence, elles se préparent
      Alors elles sont à leur toilette…
      Des heures pour un bout de voilette !

      Quand enfin elles jugent acceptable
      D’apparaître, elles capture l’air,
      Laissant dans la brise légère,
      Les parfums les plus redoutables…

      On en voit dans le plein soleil,
      Qui font pivoter leur ombrelle.
      Un vent complice les balaye.
      Même dans l’ombre elles restent belles.

      En bouquets ou bien en parterre,
      Dans des pots et même en couronne,
      Elles sont les reines de la Terre.
      Elles ne partagent pas leur trône.

      Dans leurs appas, elles apparurent
      Sur terre ornées de ces parures
      Qui ressemblent aux robes de soie.
      Comme si cela allait de soi…

      Refrain

      Les élégantes,
      Qui se gantent,
      Les élégantes
      Qui nous hantent
      Ces élégantes
      Qui nous mentent
      Ces élégantes
      Dont on aime à suivre la pente…


    • Taverne Taverne 9 avril 14:34

      Hum ! Une faute : « elles capturent l’air ».


    • chantecler chantecler 9 avril 18:52

      @Taverne
      La pente ? feu de dieu .
       smiley


  • Spartacus Lequidam Spartacus 9 avril 14:32

    C’est toute la pensée écolo résumée...L’anti-humanisme.

    Une haine des humains et une envie d’écocide planétaire...

    Des analyses de fond totalitaritaires et humanicides radicales..


    Le communisme a créé des millions de mort en prônant l’égalité comme dieu.

    Le national socialisme a créé des millions de morts en prônant la race pure comme dieu.

    L’écolo-gauchisme est capable de créer des millions de morts en prônant la nature comme net plus uktra.

    La plaie du 19eme siècle était le socialisme ; du 20eme le communisme celle du 21eme sera l’écolo-gauchisme...

    Tristes pensées criminocides...


    • xana 9 avril 14:52

      @Spartacus

      J’attends avec impatience que ce virus ou un autre t’emporte.
      Tu n’as aucune humanité, ce ne sera une perte pour personne.


    • robert robert 9 avril 16:16

      @Spartacus

      anti-humanisme

      aux States on crève dans la rue, alors que la vente d’un porte-avions suffirait à fournir des équipements pour les hôpitaux dépourvus de tout, alors que les jours passés Trump se proposais d’aider l’Iran, la France, (avec du vent)

      à quelque chose malheur est bon : les caisses de retraite vont s’enrichir, car plus de pension à payer causes décès des plus vieux


    • Spartacus Lequidam Spartacus 9 avril 18:24

      @robert

      Oui je sais, la farce du whataboutisme....Prévisible !  smiley

      C’est toujours comme ça que les idéalistes des idées génocidaires et ecocidaires réagissent quand tu leur met en face des yeux la face horrible et non dite de leurs pensées.

      Ils refusent d’assumer et essayent de se cacher en sortant des hors sujet, pour ne pas répondre et se cacher derrière des postures morales fantasmées...

      Restons donc sur le sujet de votre haine permanente et votre envie inassouvie de totalitarisme sur les autres au nom d’’idéaux pseudos moraux..

      Communisme, socialisme écologisme, même combat.

      Une condescendante haine des ses semblables au nom d’une cause qui serait plus haute que la vie humaine...


    • @Spartacus Des personnes comme vous il y en a à la pelle sur terre. Le problème c’est qu’il y en a un peu de trop : égoïste, matérialiste, moi d’abord, je pollue et je vous em....


    • Taverne Taverne 9 avril 19:11

      @Spartacus

      Ma conclusion dit :

      « Saurons-nous un jour replanter l’Homme dans l’humus qui le fera grandir sainement ? Saurons-nous, à l’instar des bêtes et des plantes, rendre notre espèce viable ? »

      Pour moi, c’est de l’humanisme. C’est quoi pour vous l’humanisme ? Le statu quo avec profits galopants et suppression des lits médicaux, pollution massive, etc ?
      Si c’est le cas, je conçois que vous ne soyez pas en accord avec ce que je dis. Car je trouve votre conception humaniste bien curieuse...


    • Spartacus Lequidam Spartacus 10 avril 01:08

      @Taverne
      L’humanisme c’est une attitude de bienveillance envers les humains qui vivent avec vous. Et accepter leurs qualités et leurs défauts.

      Tout l’inverse de penser à les« replanter ». Mot ignoble qui sous entend que ceux actuels

      sont trop cons pour comprendre, et qu’il faudrait les remplacer.

      Tout l’inverse de penser qu’il faut « changer » la nature de l’humain pour qu’il colle a votre délire d’intello qui surjoue la nature.

      Non ! Votre phrase n’est pas de l’humanisme, c’est une monstruosité.
      C’est une base criminogène identique à tous les totalitarismes qui fait passer le fantasme d’un homme nouveau en faisant passer celui en face de vous pour imparfait à éliminer.
      Votre idéologie est extrêmement dangereuse pour l’humanité.

      L’histoire le démontre. Vouloir des « hommes nouveaux » à remplacer qui pensent comme vous est le commencement des génocides de masse.
      Hier l’homme nouveau devait être Arien. 20 millions de morts
      Hier l’homme nouveau devait être « communiste ». 100 millions de morts.
      L’homme nouveau écologiste fera combien de morts ?
      Ca a déjà commencé, comme aujourd’hui empêcher de tuer avec des pesticides des criquets et donc empêcher de manger leur production les pauvres gens du Kenyan au nom de l’écologie.

      La base intellectuelle comme la votre, qui dénigre l’humain en le comparant à un « virus » est le départ d’un manque d’humanité.


    • Taverne Taverne 10 avril 09:42

      @Spartacus

      Le procès en nazisme pour discréditer son contradicteur, c’est très vil. Je ne dis pas qu’il faut changer l’homme mais que l’homme doit soigner son milieu (l’humus) pour y grandir sainement. « Il comprend mieux le monsieur, là ? » smiley


    • @Spartacus Arrêtez, vous n’en avez rien à cirer des kenyans qui seront un jour obligés de quitter leur région pour fuir le dérèglement climatique et finir noyés en mer.
      Quand on a plus d’arguments on nous sort le classique génocide. Je préfère de loin être gouvernées par des personnes intelligentes et qui voient sur le long terme que ceux qui nous sortent des arguments qui tentent de jouer sur l’émotionnel. Avec moi, cela ne marche pas ;


    • Gollum Gollum 10 avril 11:12

      @Spartacus

      La base intellectuelle comme la votre, qui dénigre l’humain en le comparant à un « virus » est le départ d’un manque d’humanité.

      Parmi ces virus humains il y en a des variétés mutantes, notamment la souche Spartacus Capitalisticus, hautement virulente, très toxique, et qu’une idéologie surannée empêche de se débarrasser à coups de pesticides on se demande bien pourquoi..

      Souche apparue autour du XVIIIème siècle et qui reste figée depuis, aucune capacité d’adaptation, ce qui fait espérer sa disparition prochaine en raison même de l’évolution des espèces, le Covid19 virus concurrent rétablissant l’équilibre jusqu’ici rompu au profit de ce virus de souche Spartacus décidément bien envahissant...

      Bon débarras. smiley


    • Spartacus Lequidam Spartacus 10 avril 13:18

      @Taverne
      Je discrédite vos idées. POINT.
      Je ne suis pas un gauchiste condescendant comme la majorité d’entre eux qui se croient investis d’une vérité supérieure aux autres qui quand ne savent pas répondre a une objection se réfugient derrière le procès d’intention ou la carricature ad personnam comme ici.

      L’écologisme sera la prochaine plaie que va subir l’humanité, puisqu’elle prend sa souche dans le même principe que le communisme et le nazisme.
      Dailleurs ont retrouve la même sociologie de personnes qui suivent ces idées après la faillite du socialisme et du communisme.

      Comparer l’homme à un virus c’est le considérer comme hors du milieu. C’est anti-humaniste.

      Quand les bolcheviques ont réalisé une famine en Ukraine, ils voulaient un milieu de collectivistes. Ils ont fait peu de cas des paysans.

      Quand les nazis ont fait la concentration, ils voulaient un millieu d’ariens. Ils ont fait peu de cas des juifs.

      Quand des écolos empêchent le riz doré (OGM enrichi en vitamines) ils font peu de cas de la vie humaine des plus pauvres qui pourrait bénéficier d’une vie meilleure au nom de ce que vous appelez le milieu de vie.

      Quand des écolos empêchent de déverser des insecticides sur des criquets, ils font peu de cas sur la vie des gens qui vont ne plus rien avoir avec leur passage au nom du milieu de vie.


    • Wald 10 avril 13:20

      @Spartacus
      Mon pauvre ami. Un commentaire aussi décousu, à « l’argumentation » de marabouts de ficelle sans rapport avec le sujet.... Fausses comparaisons, analogies foireuses, même pour vos standards c’est foireux. Vous avez bu ?


    • Gollum Gollum 10 avril 14:18

      @Spartacus

      Vous savez la caricature il n’y a plus que ça pour vous.

      Vos propos sont tellement cons, et le terme est faible, que l’on n’a même plus envie d’argumenter. Pourquoi faire d’ailleurs ?

      Vous êtes discrédité sur ce site depuis longtemps. Créez un parti politique promouvant les pesticides à gogo on verra si vous arrivez à avoir du succès. Bon courage. C’est plutôt le bio qui a le vent en poupe en ce moment, désolé pour vous..

      On se demande bien pourquoi d’ailleurs, c’est si bon des salades arrosées de Roundup...


  • Pour répondre à l’auteur : oui c’est clair, mais reste à déterminer quel homme (celui du passé, du présent ou du futur) dans le présent du futur qui se joue à partir de cet instant T, doit être définitivement éradiqué !

    Début officiel des « hostilités » le 15 mai 2020 à 15:00 UTC, NOUS (mes 3 MOI fusionnés) communiquerons à ce moment là sur les modalités de rachat tous azimuts ! 

    Over


  • jef88 jef88 9 avril 15:45

    CONCLUSION !

    l’homme est la source de tous les maux de la terre .....

    Il faut donc l’éliminer ! ! ! !

    MERCI VIRUS ........................


  • foufouille foufouille 9 avril 16:42

    il faudrait commencer par diminuer son train de vie avec 4000€ par mois.

    comme ça l’auteur serait plus terre à terre.


  • Si çà ne va pas fort aujourd’hui ,dites vous bien que vous auriez pu être Schopenhauer .

      « les hommes se conduisent comme des imbéciles !

     Donc qu’ils cessent de se reproduire et la bêtise sera rayée du monde »

     ( faudrait essayer ça , cela me parait être un bon plan ) smiley


  • Du point de vue psycho-pathologique et de la santé mentale, nous pouvons sans trop nous tromper estimer que 80% des individus sur terre sont toxiques à celles-ci.


  • On ne procrée plus, on se reproduit. Des jeunes filles de 14-15 ans qui s’ennuient dans la vie en Thiérache ont décidé que leur projet de vie était de produire des enfants. Non ,la vie ce n’est pas jouer à la poupée,..


    • Xenozoid Xenozoid 9 avril 18:47

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      On ne procrée plus, on se reproduit.

      tu te rend compte qu’ au moyen age les femme était enceinte 1 ans apres leur premieres rêgles ?


    • chantecler chantecler 9 avril 19:03

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Mais de quelles jeunes filles parles-tu ?
      Leur milieu socio-économique ?
      La Thiérache .... !
      Bon c’est moins valorisant que de parler psycho pathologie ...
      Et tu te rends compte : il n’y pas si longtemps des filles abandonnaient leurs bébés dans des poubelles ou dans les WC ...
      Faut relire Victor Hugo ou Emile Zola ou ......, de temps en temps .
      Et peut être le Talon de fer d’ A.London !


    • chantecler chantecler 9 avril 19:17

      @chantecler
      Oups : Jack London .


  • Initiativedharman Initiativedharman 9 avril 20:30

    C’est l’Homme moderne qui est toxique pour la planète et son mode de vie basé sur la production de biens matériels et la consommation. 

    Jadis, de nombreuses civilisations respectaient la mère Nature et ne prenaient que ce dont ils avaient besoin, juste l’essentiel, dans un esprit de respect et avec humilité. La chasse était une pratique quasi mystique. La Nature était considérée comme divine et unique. Je pense notamment aux indiens d’Amérique. 

    Nous, nous sommes vaniteux. Nous avons même la prétention de penser que nous avons le pouvoir de changer le cours des choses. Que nenni ! Il est trop tard. L’espèce humaine disparaîtra dans peu de temps au rythme où vont les choses puisque il aura fallu seulement deux siècles sur 40 000 années d’histoire humaine pour saccager plus des deux tiers de la planète. C’est désolant. Il n’y a pas d’issue. Je ne crois pas aux discours lénifiants des écologistes naïfs.


  • Hokken Hokken 9 avril 21:18

    Un article essentiel et inspirant au milieu d’une cacophonie intellectuelle de peu d’intérêt, ça change, merci Taverne.


  • sylviadandrieux 9 avril 23:21

    Le virus tue l’homme, la planète(ce qu’il en reste) revient aux femmes, 

    J’imagine tous ces gentils hommes accrochés à leur clavier prêts à m’arracher la tête.

    C’est juste (l’idée y était) une réplique dans jurassik park.


    • Taverne Taverne 9 avril 23:49

      @sylviadandrieux

      Je dois avouer que l’idée m’a aussi traversé la tête...

      L’homme est un virus pour l’homme.


    • sylviadandrieux 10 avril 00:09

      @Taverne
      Il ne faut pas désespérer de l’homme. Tant sont si utiles à la planète. 
      C’est ce que se disent les femmes, elles espèrent toujours en rencontrer un ! Mais parfois c’est peine perdue. 


    • @sylviadandrieux
        « prêts à m’arracher la tête »

       meuuuh non ! d’abord sur votre zavatar y’a juste un trou de serrure mais pas de tête à arracher .
       si vous nous racontez des baliTavernes , vous risquez de perdre la face smiley


  • zygzornifle zygzornifle 10 avril 09:30

    Et le vit russe ?


Réagir