mardi 25 juillet - par Lonesome Cowboy

Les 7 contradictions de Macron, et les alternatives politiques

Emmanuel Macron serait pragmatique, volontaire, intelligent et fin stratège politique. Sa cote de popularité (65% au 10 juillet) démontre son talent de communicant. Mais l’examen de ses premières mesures révèle de profondes incohérences, voire de graves paradoxes. En voici une liste non exhaustive, avec justifications sourcées et propositions alternatives.

 

L’austérité budgétaire contre la réduction des déficits

En dépit des multiples exemples (Grèce, Portugal, Royaume-Uni...), Emmanuel Macron pense que la réduction de la dépense publique va permettre le recul des déficits. Le problème vient du fait que chaque euro enlevé des dépenses l’est aussi du PIB, avec des effets multiplicateurs négatifs. Si la colonne « dépense » du budget est réduite, la colonne « recette » le sera également, et la croissance risque de ralentir. Les 3% étant calculés comme un rapport déficit budgétaire sur PIB, Macron prend le risque d’augmenter le ratio en ralentissant la croissance. Le FMI lui-même a ainsi reconnu dans un rapport interne l'impact négatif de l'austérité sur la croissance et la réduction des déficits. Une thèse également défendue par de nombreux économistes, dont le prix Nobel Paul Krugman et notre Français Thomas Porchet.

Alternative : un plan de relance de l’activité, dans des domaines non délocalisables (transition énergétique, agriculture bio, infrastructures, défense, services à la personne) qui va créer des déficits supplémentaires en année 1 et des excédents en année n+1. Les USA et le Portugal ont ainsi réduit efficacement leurs déficits après avoir tourné le dos aux politiques d'austérité.

 

La réforme fiscale contre la croissance

En plus de couper dans les dépenses, Emmanuel Macron coupe dans les recettes en accordant des baisses d’impôts dont les bénéfices se reporteront sur les plus riches. 46% des cadeaux fiscaux toucheront les ménages des 10% les plus aisés tandis que 4.5 milliards (chiffre du gouvernement) à 10 milliards (étude indépendante) de baisses d’impôts sur le capital concernent uniquement les 0.1 % les plus riches.

Cette réforme va donc mécaniquement augmenter les inégalités. En théorie, elle devrait permettre de relancer l’investissement privé, et par effet de ruissellement, la croissance.

Cette notion est malheureusement fausse, comme le prouvent de nombreuses études économiques, y compris les rapports des deux organismes libéraux que sont le FMI et l’OCDE. Leurs économistes sont catégoriques : l’augmentation des inégalités a un impact négatif sur la croissance.

Alternative : effectuer une réforme de l’impôt, sur le modèle proposer par l’économiste Thomas Piketty, qui imposerait le capital au même taux que le travail et fusionnerait CSG et IR pour les rendre plus progressifs. Ceci permettrait de réduire l’impôt de 90% des Français, d’après les simulations réalisées pour la France Insoumise par l’économiste Liêm Hoang-Ngoc (Paris Sorbonne), en se basant sur les modèles de l’administration fiscale. Bien entendu, on peut préférer une politique d’imposition moins « socialiste », en répartissant l’effort de façon plus harmonieuse que les 90% perdant / 10% gagnant de Macron ou les 10% perdant / 90% gagnant de Mélenchon.

 

La réforme du code de travail contre l’avis des patrons et des économistes de l’OCDE

L’enquête de l’INSEE conduite auprès de 10 000 chefs d’entreprises de taille variées démontre que le Code du travail est le dernier des soucis des patrons. Ceux-ci évoquent le problème des carnets de commande comme premier frein à l’embauche, suivi de la formation des candidats et enfin le coût du travail.

Les derniers rapports de l’OCDE montrent qu’il est plus facile de licencier en France qu’en Allemagne, et que la corrélation flexibilité du marché du travail – emploi est fausse. Le seul pays ayant observé un recul du chômage suite à la flexibilisation du marché de l’emploi est l’Allemagne, mais dans un contexte particulier (investissement public pour soutenir l’activité, positionnement industriel sur le haut de gamme) et pour un résultat discutable (création d’une classe de douze millions de travailleurs vivant sous le seuil de pauvreté).

Le dernier argument avancé est le gain en crédibilité face à l’Allemagne pour ensuite obtenir des concessions de cette dernière. Mais l’Allemagne n’a pas bronché après l’application des réformes recommandées par la Commission européenne (CICE en 2014, loi Macron 1 en 2015, loi travail "El Khomri" en 2016). De plus, elle a déjà indiqué vouloir plus : un retour du déficit à 0.5% du PIB (soit 100 milliards d’économies budgétaires supplémentaires, ou cinq fois plus que la proposition du gouvernement actuel).

En clair, le patronat ne veut pas de la réforme (à part le Medef, syndicat minoritaire qui représente principalement les très grandes entreprises) tandis que les économistes libéraux de l’OCDE prouvent que la réforme a un impact nul sur l’emploi et temporairement négatif sur la croissance.

Alternative : réformer le RSI et réduire la charge bureaucratique qui pèse sur les entreprises, en particulier les TPE et PME. Investir dans un plan de relance d’activité et dans la formation et l’éducation des jeunes et des chômeurs (le plan d’austérité coupe dans la formation et l’enseignement supérieur, exactement l’inverse de ce que demande indirectement les patrons).

 

La lutte contre le réchauffement climatique et l’accélération de la mondialisation.

Emmanuel Macron a défendu le CETA, le JETA et le TAFTA au G20 (des accords de libre-échange visant à accroître le commerce mondial et à favoriser la production industrielle face à la production locale, en termes d’agriculture en particulier). Or la Commission européenne a elle-même reconnu que le CETA augmentera significativement les rejets de C02 de l’UE et du Canada (en plus de favoriser l’élevage intensif et l’exploitation des sables bitumineux).

La défense du libre échange est prioritaire face à la lutte contre le réchauffement climatique, comme le démontrent les conclusions du G7 et G20 et la réception de Donald Trump le 14 juillet.

Alternative : conditionner les accords de libre-échange à des normes environnementales, mettre en place une taxe carbone et renforcer la coopération scientifique.

 

L'État d’Urgence au service des terroristes

Les juges antiterroristes et Emmanuel Macron lui-même reconnaissent que l’État d’Urgence permanent ne permet pas de lutter efficacement contre le terrorisme. Pourtant le président veut le prolonger de manière définitive en inscrivant ses dispositions dans la loi, offrant ainsi une victoire morale aux terroristes. Ceux-ci sont parvenus à faire reculer les libertés et la démocratie, les valeurs qu’ils étaient venus combattre en commettant leurs horribles attaques.

Les attentats aux USA, en Russie, en Iran montrent que le recul des libertés ne permet pas d’augmenter la sécurité. Les pays comme l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et l’Angleterre n’ont pas modifié leur constitution pour faire face à la menace, seuls la France et les USA l’ont fait (dans les deux cas sans succès).

Alternative : plutôt que de céder à la panique comme des pleutres, renforcer les moyens humains et sortir de l’État d’Urgence permanent pour réserver cette arme aux situations exceptionnelles.

 

La lutte contre le terrorisme sans moyens financiers

La police et la sécurité intérieure voient leurs budgets amputés d’un demi-milliard d’euros, la justice perd 150 millions et l’aide au développement (qui contribue à réduire les flux migratoires) baisse de 141 millions d’euros.

Mais c’est l’armée, dont l’objectif principal est la lutte antiterroriste (opération sentinelle sur le territoire, opérations au Mali, Centrafrique, Niger, Irak et Syrie à l’étranger) qui subit la plus grosse coupe budgétaire : 850 millions. Les missions demeurent inchangées. En même temps, Macron promet d’augmenter ce même budget de 1,5 milliard dès 2019. La contradiction de cette décision a poussé le chef d’état-major, le général De Villiers, à démissionner.

Alternative : définir clairement les missions et objectifs de l’armée et ajuster les moyens en conséquence. Appliquer l’accord avec Berlin permettant de sortir les dépenses militaires exceptionnelles de la règle des 3%. Augmenter les moyens de la lutte contre la fraude fiscale (chaque fonctionnaire supplémentaire rapporte environ 1,2 million d’euros).

 

La paix en Palestine avec le langage de l’extrême droite israélienne

Devant Benyamin Netanyahu, Emmanuel Macron a été le premier dirigeant mondial à établir un lien d’équivalence entre l’antisémitisme (un délit punit par la loi en France) et l’antisionisme (une position politique partagée par la gauche israélienne qui consiste essentiellement à s’opposer à la colonisation et l’apartheid imposé aux Palestiniens).

Alternative : reconnaître officiellement l’état palestinien, comme la majorité des pays membres de l’ONU.

 

Bonus : La fin de la lutte contre la fraude fiscale en période d’austérité budgétaire

La mesure la plus symbolique d’Emmanuel Macron, pourtant inspecteur des finances, est de rétablir le verrou de Bercy. Ce système remis en cause par les réformes visant à augmenter les capacités de lutte contre la fraude fiscale (qui coûte 85 milliards d’euros par an au contribuable français, soit plus de 135 euros par moi à tous les Français) sera maintenu par Emmanuel Macron. Cette décision peu médiatisée intervient quelques jours avant l'annonce de la réduction des APL et de cadeaux fiscaux sans précédent pour les ultras riches.

Alternative : engager la lutte contre la fraude fiscale, en renforçant le pouvoir judiciaire et les moyens du pôle de contrôle financier. Les solutions sont largement connues et applicables.

 

Conclusion :

Les contradictions d'Emmanuel Macron, entre le discours et les actes, mais également entre les objectifs affichés et les résultats à prévoir ne peuvent s'expliquer qu'à l'aide d'hypothèses sociologiques. En premier lieu, l'appartenance au milieu des hauts fonctionnaires et des affaires entretient une certaine idéologie qui fait croire à Emmanuel Macron, comme aux cercles qui le conseillent, que leur politique économique constitue la seule voie crédible. Ensuite, la pression de ces milieux pousse le chef d'État, comme Trump en Amérique, a cédé face aux exigences des différents acteurs, fussent-ils aussi abstraits que les "marchés" ou aussi institutionnels que l'Allemagne et Bruxelles. À moins qu'il ne s'agisse que d'une politique de lutte des classes totalement assumée.

Face à cette attitude de soumission présidentielle, et puisque la réponse démocratique semble vouée à l'échec, la contestation reste la seule voie offerte au peuple pour faire entendre ces intérêts.

Compte tenu du niveau de violence et d'autoritarisme exercé par les forces de répression, soutenues par un véritable verrou médiatique, la lutte s'annonce difficile.

 



69 réactions


  • JL JL 25 juillet 10:05

    Mal nommer les choses ...
     
    Ce que vous dénoncez ici comme étant des contradictions n’en sont pas dans la politique de Macron. D’ailleurs, la politique est un domaine qui par construction échappe à la logique. Napoléon le disait bien  : « En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. » 
     
    La logique est au politicien ce que la morale est au psychopathe. Cela renvoie directement à cette notion de « vérités alternatives » introduite récemment par les politiciens.
     
    La bonne question qui se pose est la suivante : quels buts poursuit Macron ?
     
    Privatisation : Macron, Philippe bradent la Nation pour remplir les coffres de l’oligarchie
     
    Emir Kusturica : « Les pays capitalistes se dirigent vers le fascisme »
     
    La dette publique et l’insécurité : voilà les deux ingrédients de la voie à marche forcée vers le fascisme.


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 25 juillet 16:20

      @JL

      Bonjour  !

      Vous avez raison, on peut résumer la politique de Macron à une lutte des classes assumées (comme je le propose en conclusion) qui vise consciemment à étendre la logique néolibérale en parfaite connaissance des travers de cette idéologie, avec l’Etat d’Urgence permanent pour faire rentrer les pauvres dans le rang.

      Le problème de ce message, quoique exact, est qu’il ne convainc que les convaincus. Dites cela à un électeur de Macron n’appartenant pas à la classe des 1%, et il vous répondra que vous êtes de mauvaise foi. 

      D’où ma démarche d’exposer, sources à l’appui, les « contradictions » ou « absurdités », et de proposer des alternatives « crédibles ». 

      Est-ce la bonne méthode ?


    • Le421 Le421 25 juillet 19:10

      @JL
      J’allais le dire...
      S’étonner des mesures décidées par Macron tient de l’innocence ou de la cécité.
      Nous avions dénoncés pendant la campagne présidentielle le côté éminemment droitier des mesures envisagées par Macron.
      Mettre à la présidence à la fois un ami des banques et du Medef, et ensuite s’étonner du côté « Robin des Rois » du personnage... C’est de la naïveté !!

      Et attendez la suite !!
      Nous n’en sommes qu’au cacahuètes de l’apéro !!  smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 06:37

      @Lonesome Cowboy
      Les réformes de Macron suivent la feuille de route de la Commission européenne, comme tous les pays européens !

      Cela s’appelle « les GOPé », les Grandes Orientations de Politique économique".
      La Commission tient le droit d’élaborer les programmes économiques de l’article 121 du TFUE.


      L’alternative, c’était de voter massivement pour Asselineau et l’ UPR, seuls à proposer la triple sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN. Maintenant, ne venez pas pleurnicher, et assumez d’avoir voté pour des européistes, ou d’être allés à la pêche.

    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 26 juillet 07:13

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour Fifi. Alors j’ai bien lu les GOPé et je ne vois pas l’augmentation de la TVA au programme de Macron (mais elle figure sur les GOP, depuis 2014 il me semble). Voilà la preuve que les GOPé ne sont que des recommandations. D’ailleurs après Hollande, voilà que Macron reporte de nouveau le prélèvement à la source (lui aussi dans le GOPé).

      Il faudrait que vous arrêtiez de vous contredire en permanence à l’UPR. Soit vous adoptez une grille de lecture purement juridique de la politique, et dans ce cas les GOPé ne sont que des recommandations non contraignantes (on peut donc dire non, qu’on soit Macron ou Asselineau) soit vous adoptez une lecture politique plus classique, et dans ce cas en effet les GOPé prennent essentiellement l’aspect d’une obligation du fait du rapport de force, mais de la même facon on peut alors inverser ce rapport de force et s’affranchir des traités européens voir en sortir sans nécessairement passé par l’article 50.

      Vous voyez ?

      Le problème ce n’est pas l’Europe, c’est le néolibéralisme. Or il s’applique en dehors de l’Europe tout aussi bien qu’en dedans, je ne vois pas en quoi voter pour un homme de droite comme Asselineau va résoudre le problème (je sais il est classé divers, et le PS est classé à gauche, bien la preuve que ce classement est bidon) . Mais je suis d’accord qu’il faut sortir de l’Europe libérale pour avancer.

      Puisque vous me recommandez d’arrêter de pleurnicher (je pensais présenter des arguments mais peu importe), permettez moi de vous recommandez d’arrêter de faire passer un parti de droite souverainiste pour un parti de gauche. Ou alors commencez à tenir un discours de lutte des classes, allez soutenir les manifestants, les luttes sociales (je parle pour les représentants de l’UPR) bref engagez vous, put your money where your mouth is. 

    • JL JL 26 juillet 07:57

      @Lonesome Cowboy
       

       bonjour,
       
      je me garderais bien de vous indiquer quelle est ici la bonne méthode, il faudrait pour commencer que je la connaisse.
       
       Vous vous dites ’’orienté plutôt à gauche, bien que plus « libéral » au sens américain du terme’’
       
      Ah !? Je croyais que liberal c’est la gauche là-bas ? Libéral ici, c’est l’anti-gauche.
       
       

    • leypanou 26 juillet 08:19

      @Fifi Brind_acier
      L’alternative, c’était de voter massivement pour Asselineau et l’ UPR, seuls à proposer la triple sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN. : ce n’est pas en répétant un mensonge 1 000 000 de fois qu’il deviendra une vérité.
      Allez dire au Pardem ou au PRCF que l’UPR est le seul bla bla bla !!!


    • Ar zen Ar zen 26 juillet 08:57

      @Lonesome Cowboy


      Les GOPE sont effectivement des « recommandations ». Mais vous oubliez de noter, et cela est capital, que des sanctions sont prévues en cas de non application, ou, plus exactement, au cas ou la « règle d’or » n’est pas atteinte, et elle ne l’est pas ! (3% déficit, 65% d’endettement). 

      Sanctions

      Si le déficit ne diminue pas, des sanctions sont imposées. Pour les pays de la zone euro, ces sanctions sont imposées de manière graduelle dans l’ordre suivant :

      • l’obligation de faire un dépôt portant intérêt de 0,2 % du PIB au cours de la phase préventive auprès de la Commission ;
      • l’obligation de faire un dépôt ne portant pas intérêt de 0,2 % du PIB au cours de la phase corrective auprès de la Commission. Ce dépôt est converti en amende pouvant aller jusqu’à 0,5 % du PIB si les recommandations visant à corriger le déficit excessif ne sont pas suivies d’effet.

      Pour la France, 0,2% du PIB c’est 4 milliards et 0,5% c’est 10 milliards. 

      Avec de telles « recommandations » il y a intérêt à obéir parce que la sanction est reconduite d’année en année tant que la règle d’or n’est pas atteinte.

      Je pense que vous n’avez pas compris que l’UE cherche toujours à tromper les opinions. En ce qui concerne la TVA nous y avons déjà eu droit sous une autre législature pour répondre aux recommandations. Soyez un peu patient, l’augmentation « macronienne » ne va pas tarder, même si, comme vous le notez, elle n’est pas au programme (quel programme d’ailleurs ? Celui des conclusions de la Commission Attali ou celui du rapport des Gracques ?)

      Qu’en pensez vous ?



    • Sozenz 26 juillet 14:25

      @Lonesome Cowboy
      macron s en tape de convaincre les électeurs maintenant
      il est passé . il a peut être cinq ans pour faire le programme qu on lui a demander .
      il a dit lui même qu’il ne se représentera pas . c est le liquidateur .


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 26 juillet 16:22

      @Ar zen

      Vous avez raison de mentionner les fonctions, mais ne mélengez pas le traité budgétaire et les GOPé.

      Mais globalement je pense (tout en étant résolument contre la construction européenne actuelle) que la politique découle de rapport de force et de compromis. 

      regardez le portugal, qui a augmenter les salaires et les retraites et creuser les deficits. sanctions ? non. 

      Par rapport à l’europe je suis bcp plus proche de la ligne généreux-lordon-mélenchon que UPR, pour les raisons que j’ai indiqué plus haut.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 17:59

      @Lonesome Cowboy
      Bonjour, vous êtes un gros naïf, comme tous les citoyens non informés. « Les recommandations », c’est de la novlangue, il faut traduire. Quand « les conseils d’amis » s’accompagnent de lourdes sanctions, ce ne sont plus des conseils, mais des ordres !


      1997- La France avec Chirac + Jospin 1er Ministre, signe « le Pacte de stabilité et de croissance » de la zone euro. Cela concerne la dette publique, qui ne doit pas dépasser 3% du PIB. Sinon se met en place une procédure de sanctions.

      "(...) Les étapes de la procédure pour déficit excessif

      Si l’État membre ne satisfait pas à l’un des critères du déficit ou de la dette, la Commission élabore un rapport qui tient compte de tous les facteurs pertinents.
      Si la Commission considère qu’il y a un déficit excessif, elle adresse à l’État membre un avis (innovation du traité de Lisbonne) et en informe le Conseil.
      Si le Conseil considère qu’il y a déficit excessif, il adresse alors, sur recommandation de la Commission, une recommandation à l’État membre, en fixant un délai de 6 mois pour engager une action suivie d’effets. Si aucune action n’a été engagée, le Conseil peut rendre publique sa recommandation et, si l’État persiste à ne pas y donner suite, le mettre en demeure de prendre des mesures dans un délai déterminé.

      Aussi longtemps que l’État membre ne se conforme pas à sa décision de mise en demeure, le Conseil peut, sur recommandation de la Commission, prononcer des sanctions, notamment le dépôt non rémunéré d’une somme variant entre 0,2 et 0,5% du PIB, en fonction du degré de dépassement de la valeur de 3% de déficit public. Ce dépôt est converti en amende au bout de 2 ans si le déficit excessif n’est pas comblé.(..)



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 18:01

      @Lonesome Cowboy
      Le programme de l’ UPR est bien plus à Gauche que celui de Mélenchon, c’est une copie du Programme du Conseil National de la Résistance ! Informez-vous avant d’écrire des sottises !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 18:05

      @leypanou
      Je n’ai pas le souvenir que le Pardem se soit présenté aux élections présidentielles...
      Le Pardem attend la révolution, et veut sortir de l’UE en claquant la porte, ce qui est une violation du Droit International.
      Ensuite vous irez faire des remontrances aux pays de l’ OTAN qui violent le droit international ?
      Heureusement que le ridicule ne tue pas.


    • leypanou 26 juillet 18:15

      @Fifi Brind_acier
      Je n’ai pas le souvenir que le Pardem se soit présenté aux élections présidentielles... : avec moins de 1% en 2017, le gourou sera élu triomphalement en 2050.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 18:29

      @Lonesome Cowboy
      Vous pensez de travers. Le rapport de force, c’est la Troïka qui en dispose.
      Par exemple, en coupant le robinet bancaire à la Grèce.


      Les GOPé sont l’application des Traités européens, et rien d’autre.
      Mais comme vous ne connaissez pas les Traités, que pouvez-vous juger ?
      « Les articles des Traités les plus toxiques » Pourquoi Mélenchon ne vous explique rien ?

      Le Portugal, vous rigolez ?
      Ils ont effectivement augmenté un peu les salaires et les retraites, après une cure d’austérité drastique, mais Bruxelles exige toujours plus d’austérité, et a gelé une partie des fonds structurels qui devaient être versés au Portugal. D’où une baisse des investissements et donc encore une hausse du chômage en vue !

      Croire après 40 ans d’ UE et d’euro qu’on peut faire une politique de Gauche en y restant, relève de la naïveté, due à un manque d’informations.

    • Ar zen Ar zen 26 juillet 23:28

      @Lonesome Cowboy

      Il serait très intéressant que vous développiez ce qu’est, pour vous, le « rapport de force »’ entre pays ?
      Comment cela se passe t-il ? Vous désobéissez aux conventions internationales signées par la France ? Vous désobéissez aux traités ? Vous désobéissez au droit international ? Vous désobéissez aux conventions bi et pluri-nationales signées engageant la France ? Est-ce que les autres pays font de même ? 

      Dîtes moi comment vous faîtes parce que, au delà des mots, je ne comprends pas. 

      Savez vous que j’ai une solution pour résorber totalement le chômage. Il suffit de créer des emplois. C’est pas bête n’est-ce pas ? C’est une sorte de rapport de force. 

      Pour le Portugal vous manquez cruellement d’informations. Vous écrivez que ce pays a augmenté les salaires et les retraites et creusé le déficit. Ce n’est pas vrai. Quelles sont vos sources ?

      Malheureusement le Portugal est dans l’obligation d’obéir aux recommandations européennes ! Il est dans le viseur européen ! Les Portugais fuient leur pays. C’est triste à pleurer.





    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 27 juillet 00:40

      @Fifi Brind_acier

      oui parceque le forcément le monde n’a pas changé depuis 1945, que l’ecologie n’est pas devenu une urgence et un moyen d’arriver à certaines fins, que les mouvements de capitaux et la pre’dation des marchés financiers n’a pas évolué, etc. 

      Et puis surtout, le programme n’engage que celui qui y croit. Le jour au Asselineau parlera de capital, de lutte des classes, et d’exploitation des travailleurs, expliquera ce qui le séduisait au RPR puis au RPF, ira défendre ses idées auprès des grévistes ou en tete de cortège d’une manif, je prendrais son programme au sérieux. 

      En attendant à longueur de vidéo j’entend « les americains » « les médias » etc. C’est juste, mais ce ne vole pas très haut. 

      Il suffit de regarder les vidéos sur la victoire de Trump pour voir la courte vue de votre chef de parti. 



  • bob14 bob14 25 juillet 10:20

    A ce jour, sa côte est de 54%...

    Quand à son intelligence, faudra se lever de bonne heure pour en voir le bout...Il enfume les gens par des contes pour enfants et des mensonges made in Hollande et Sarkozy...Rien de nouveau avec ce bonimenteur !
    Sa chute est programmée dans peu de temps faute de compétence...

    • petit gibus 25 juillet 12:45
      @bob14
      Avec 54% de côte pour ce personnage buidilgommé à l’hélium
      la mentalité des Français a encore de beau jours devant elle
      pour se désenchainer de son conservatisme moutonnié smiley

    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 25 juillet 16:03

      @petit gibus

      C’est la plus forte chute depuis Chirac en 95, et le plus faible niveau de popularité en juillet jamais enregistré. 

      Le ballon à l’helium se dégonfle ;)

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 07:11

      @Lonesome Cowboy
      Depuis Maastricht, les candidats européistes sont bien obligés de mentir !
      Ils roulent pour la finance et les multinationales, pas pour l’intérêt général de la France et des Français, c’est interdit !
      Il est interdit de faire des programmes de politique intérieure nationale.


      S’ils disaient : « Je vais détruire le modèle social français, vous ruiner comme les Grecs, poursuivre les guerres illégales avec l’ OTAN, et détruire la France avec les euro-régions », vous pensez bien que les Français ne voteraient par pour eux !

      Ils disent donc : « Pensez Printemps !! »
      Et font comme le serpent Kaa du Livre de la jungle : Aie confiance, fils !

    • Sozenz 26 juillet 14:31

      @Fifi Brind_acier
      eh oui fifi , c est pourtant simple comme bonjour de réaliser ce que vous dites . mais beaucoup ne veulent pas encore y croire ...

      Un jour toute vos paroles et celles d Asselineau seront reconnues ..
      j espère seulement qu ’ assez de gens seront encore debout .


  • roby 25 juillet 17:48

    Personne ne nous parle du coût d’accueil des migrants légaux et illégaux ils ne vivent pourtant pas d’amour et d’eau fraîche...


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 25 juillet 18:34

      @roby

      C’est un autre débat, mais pour le coup Macron adopte une politique de non accueil - ou service minimum, très critiquée à gauche. Pour preuve la multiplication des campements sauvages.

      Quand au cout, il faudrait comparer le cout de l’accueil à celui du non accueil (l’impact des campements sauvages sur les revenus des commerces des riverains, impact sanitaire, cout pour les municipalités, cout de démentellement de ces camps etc...).

      Je vous vois venir, vous allez dire qu’il suffit de plus accueillir pour que les migrants ne viennent plus. mais la Lybie a beau commettre de nombreuses exactions sur les migrants, se livrer au traffic d’escalve, au viol et au vol... ca n’empeche pas les migrants d’affluer. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 06:42

      @roby
      Pour retrouver le contrôle des frontières, il faut sortir définitivement de l’ UE.
      Pourquoi ne le dites-vous pas ?
      Parce que le FN ne veut sortir de rien du tout, même pas de l’euro.


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 26 juillet 07:16

      @Fifi Brind_acier

      Bah non, on peu simplement sortir de l’espace Schengen, cela dit à propos du FN vous avez raisons. Mais j’espère que vous plaisantez quand vous suggérez que le controle des frontières permet d’empêcher l’arrivée des réfugiés (par définition, ils n’ont pas d’autorisation, donc controle ou pas ils passent quand même). 

      Si le controle de frontière permettait de stopper l’immigration, ca se saurait.

    • francois 26 juillet 12:04

      @Lonesome Cowboy

      effectivement, le contrôle des frontières est une illusion. Quant à l’immigration, juste retour des choses face au blanc prédateur.

      Blanc qui n’a encore rien vu et dont ses crimes contre l’humanité seront nombreux dans pas longtemps.


    • Sozenz 26 juillet 14:35

      @Lonesome Cowboy
      en sortant de l UE , nous saurions si l’ etat veut une politique d immigration ou pas . Là ; l etat peut donner comme raison les menaces de l UE


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 18:42

      @Lonesome Cowboy
      Accueillir des réfugiés est une chose, comprendre qui les envoient, en est une autre.
      Ce sont des OGN payées par Soros qui amènent des milliers de migrants. Le but est toujours le même : provoquer le chaos. En lien avec la Mafia et les Djihadistes, leur chiffre d’affaires serait de 35 milliards par an. C’est une industrie très rentable !


    • Ar zen Ar zen 26 juillet 23:37

      @Lonesome Cowboy


      La lutte contre l’immigration est de la compétence de l’Union européenne et non des pays membres de l’UE. Le saviez vous ? 

      Il faut lire les articles des traités européens et les décortiquer pour comprendre. L’avez vous fait ? Si vous ne le faîtes pas, vous ne pourrez pas comprendre. 

      Voici une analyse de l’UPR qui met en exergue les articles qui « commandent » la lutte contre l’immigration aux pays membres. Lisez et comprenez. Ce n’est pas de la propagande UPR, c’est simplement de l’information. Vous en faîtes ce que vous voulez !


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 27 juillet 00:43

      @Fifi Brind_acier

      J’aime pas traiter les gens de conspirationistes, surtout quand ils viennent de l’UPR, c’est un peu le point Godwin. Mais penser que c’est Soros la cause principale de l’immigration, ne pas se poser la question de savoir pourquoi ces gens prennent autant de risques et fuient leur pays par millions... là je peux plus rien pour vous.

      Que des gens profitent de la situation c’est un fait bien connu que je ne conteste nulement. Que ca en devienne une cause, là on est dans le délire. 

    • Ar zen Ar zen 28 juillet 18:41

      @Lonesome Cowboy


      Je crois qu’il n’est pas juste que vous écriviez : « que des gens profitent de la situation, c’est un fait connu que je ne conteste nullement. Que ça devienne une cause, là on est dans le délire ». 

      Remettez les choses dans l’ordre. 

      1°) Les pays sont déstabilisés afin que des groupes financiers et des cartels internationaux puissent exploiter les sous sols (gaz, pétrole, minerais). Des fonds importants sont dédiés à la déstabilisation.
      2°) Les gens quittent les pays déstabilisés.
      3°) Les droits de l’homme, les ONG soudoyées, les fondations, font en sorte de donner mauvaise conscience aux peuples pour que l’accueil de ces pauvres gens qui quittent les pays déstabilisés se passe au mieux et fournissent de la main d’oeuvre bon marché selon le NAIRU. 

      Visionnez le lien et faîtes les mises en perspectives nécessaires.


  • Vraidrapo 25 juillet 17:52

    Côte d’impopularité de Macron !!!???
    Si quelqu’un a une idée de la méthode de calcul de la côte de popularité à 56% d’un quidam élu avec seulement 26% de l’électorat, je suis preneur !

    Plus fort que le Boeing dans le Pentagone !


    • Alren Alren 25 juillet 18:50

      @Vraidrapo

      Les sondages sur les cotes de popularité ne veulent pas dire grand-chose car la plupart des sondés n’ont pas vraiment d’opinion sur les personnes qu’on leur demande de juger par oui ou par non : opinion favorable (très favorable) ou défavorable (très défavorable).

      La vraie réponse serait bien souvent « Bof ! ce gars-là, je ne le connais pas mais il a été élu donc c’est qu’il est bien, ce que confirme les médias et les télés, alors je dis que j’ai une opinion favorable. »

      Puis va venir le temps où les mesures ultra-réactionnaires de Macron vont les concerner, et pas seulement la baisse de l’APL et alors là la cote de popularité du susdit peut s’effondrer en quelques jours pour rejoindre celle de Hollande.

      D’ailleurs elle est peut-être actuellement plus basse que ce qu’indiquent les instituts de sondages qui sont entre les mains de soutiens à ces mesures de guerre civile froide et qui pratique l’entente non sur les prix mais sur les résultats bidonnés.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 07:01

      @Alren
      La majorité des Français n’a pas voté Macron !
      Seuls 5% ont voté pour son programme, enfin ..., pour ce qu’ils croyaient être son programme !! Ceux qui ont le plus voté pour lui, ce sont les jeunes et les retraités.
      Les retraités vont avoir droit à une hausse de la CSG, et les jeunes à une APL en voie de régression.


      S’ils avaient écouté Asselineau, au lieu d’écouter les médias aux ordres, ou les candidats européistes, ils l’aurait su d’avance ! « Comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne »

      Mélenchon le sait aussi bien que l’ UPR !
      Il l’a expliqué sur son blog en 2016, mais n’en n’a pas dit un mot en 2017 !
      Il a préféré réciter des poèmes, plutôt que d’expliquer à ses électeurs le rôle de la Commission européenne.

    • Vraidrapo 26 juillet 10:37

      @Alren

      « Bof ! ce gars-là, je ne le connais pas mais il a été élu donc c’est qu’il est bien, ce que confirme les médias et les télés, alors je dis que j’ai une opinion favorable. »

      J’espère que le Français moyen n’est pas aussi con que cela, sinon, c’est à désespérer définitivement de notre espèce. Patrick Cohen est même en vacances de France-Intox...
      J’attends une autre explication plus techniquement sournoise (? ??).
      Hier sur Paris-Première, « Topaze » de M.Pagnol. Voici la critique que je trouve sur le Guide TV de mon FAI (SFR de Drahi)  :« le film a mal vieilli ». Pas gonflés les mecs ! Ce film focalise justement sur la prévarication et l’immoralité de la société, sur l’usage néfaste de la puissance en décalage avec les niaiseries des programmes de La Communale... Et on s’étonne qu’il y ait épisodiquement le Feu dans les banlieues


    • Vraidrapo 26 juillet 10:46

      @Fifi Brind_acier
      Il faut :
      - monter sur une caisse ou un tabouret sur les Places Publiques et haranguer les foules chaque samedi sur les Marchés, (les potes de Kon-Bendix savaient le faire en 68)
      - interpeler les passants, les faire parler au micro susciter les débats sur place,
      - puisque les journalistes ne font plus leur boulot, les électeurs devraient aller dans leur brasserie/café-bar préféré, non pas pour regarder le fouteballe mais, pour débattre de leur choix de société comme au XIXè siècle.
      Sur Internet, jusqu’à présent ça ne semble efficace que pour les Pétitions Vertes ou les DDH


    • Sozenz 26 juillet 14:41

      @Vraidrapo
      les gens n écoutent pas vraiment .
      ils ont besoin de souffrir dans leur chair pour accepter de changer d avis .. SI, S.... il y a ceux qui ne veulent pas croire qu’ une politique intérieure en France puisse être dictatoriale et destructrice . et il y a les naifs qui croient encore aux paroles même après X traitrises .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 18:45

      @Vraidrapo
      Dès la rentrée, les militants de l’ UPR seront sur le terrain pour informer et tracter !


    • Pere Plexe Pere Plexe 26 juillet 19:14

      @Fifi Brind_acier
      Clairement l’UPR a le plus gros ratio militant/électeur ...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 19:54

      @Pere Plexe
      14 millions de vues sur la chaîne Youtube de l’ UPR, et le site de l’ UPR est le site politique le plus fréquenté de France. Il faut laisser le temps au temps, tout ce que fait Macron a été annoncé par l’UPR. C’est à cela qu’on mesure la valeur des analyses politiques !


    • Vraidrapo 26 juillet 21:25

      @Fifi Brind_acier
      Militer dans la rue, ce n’est pas évident...
      J’ai essayé de dialoguer avec des militants autour d’un trépied... ça a tourné court : dès qu’il n’y a plus d’argument de bonne foi, ça se crispe et ça tourne le dos pour alpaguer le prochain chaland.
      Ceux qui ont de la bouteille, ne devraient pas lâcher les jeunes, livrés à eux-mêmes... S’ils se trouvent en face de quelqu’un qui a du vécu... et de la mémoire... ils ne s’en sortent pas.
      Toutes les facettes de Mai 68 (même les plus glauques) sont à approfondir pour le militantisme d’aujourd’hui, en particulier le double jeu du Mage de France-Intox, Dany le Rouge (même pas Rose).
      Moi, je dis ça, après chacun fait comme il veut...


    • Lonesome Cowboy Lonesome Cowboy 27 juillet 00:45

      @Fifi Brind_acier

      tout ce que fait Macron a été annoncé par ceux qui ont lu son programme. Incroyable perspicacité en effet !

      On peut pas dire la meme chose de l’analyse de Trump...

    • Pere Plexe Pere Plexe 27 juillet 16:38

      @Fifi Brind_acier
      Ce n’était pas une moquerie facile mais un vrai constat.

      Dans mon bled moins de 10 voix mais un affichage digne des « grands » partis...

    • lloreen 30 juillet 09:22

      @Vraidrapo
      « Si quelqu’un a une idée de la méthode de calcul »
      Des chiffres sur un écran.


  • BA 25 juillet 18:40

    Macron n’est qu’une bulle.

    La zone euro aussi est une bulle.

    Ces deux bulles éclateront tôt ou tard.

    Sept pays européens sont en faillite.


    Ces sept pays empruntent de plus en plus d’argent en émettant des obligations d’Etat. Mais comme plus personne ne veut ces obligations d’Etat pourries, il ne reste plus que la Banque Centrale Européenne pour racheter ce papier sans valeur.


    Plus les pays européens sont en faillite, plus ils empruntent des milliards d’euros, et plus la BCE rachète ces obligations d’Etat pourries !


    Résultat : la BCE est devenue une gigantesque fosse à merde. La BCE a dans ses livres des centaines de milliards d’euros d’obligations d’Etat pourries, et elle continue à en racheter des milliards supplémentaires !


    Le bilan de la BCE vient juste de dépasser …


    … le PIB du Japon !


    http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2017/07 /17/20170718_gdp.jpg


    La zone euro est devenue une gigantesque bulle obligataire, et cette bulle continue de gonfler.


    Le jour où la bulle obligataire de la zone euro éclatera, le monde tremblera.


    Voici les sept pays européens les plus surendettés :


    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 310,622 milliards d’euros, soit 176,2 % du PIB.


    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2260,275 milliards d’euros, soit 134,7 % du PIB.


    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 243,487 milliards d’euros, soit 130,5 % du PIB.


    4- Belgique : dette publique de 458,778 milliards d’euros, soit 107,7 % du PIB.


    5- Chypre : dette publique de 19,432 milliards d’euros, soit 107 % du PIB.


    6- Espagne : dette publique de 1128,719 milliards d’euros, soit 100,4 % du PIB.


    7- France : dette publique de 2209,768 milliards d’euros, soit 98,7 % du PIB.


    http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/8118671/2-20072017-AP-FR.pdf/87b3b2bf-1078-4656-8aef-33ca0761e9d6


    • fatallah 25 juillet 22:34

      @BA
      votre message, intéressant, est hors sujet. Ce sujet de la dette est bien traité sur d’autres sites, dont insolentiae.com . Vous avez aussi le blog de Jovanovic, horrible à regarder mais avec des infos croustillantes


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 juillet 06:47

      @fatallah
      Même si c’est apparemment hors sujet, cela indique bien que l’ UE est en perdition.
      Que les pays européens sont de plus en plus divisés.
      Et que l’euro va éclater, car au lieu de faire converger les économies, il les fait diverger de plus en plus. Ce qui signifie que l’alternative, c’est de rassembler pour en sortir dans les meilleurs conditions possibles.
      Ceux qui sortiront de l’euro en premier s’en sortiront le mieux - Stiglitz.


  • Durand Durand 25 juillet 19:14


    65% de côte de popularité après avoir été élu il y a deux mois par 18% des inscrits ?!!! On nous cache quelque chose ?



    • troletbuse troletbuse 25 juillet 22:21

      @Durand
      Tu as raison. 65% des sondés de LREM,et HERPES et UDI. Même ceux qui n’ont pas répondu sont dans les 65%. Foutaise que ces côtes de popuparité. Naturellement, nos merdias se jettent la dessus comme la vérole sur le bas-clergé breton.  smiley


  • Yanleroc Yanleroc 25 juillet 20:19
    Casier vierge pour les élus : L’idée est abandonnée
    « Dernier épisode en date, l’inéligibilité des personnes ne disposant pas d’un casier judiciaire vierge, mesure qu’avait promise Emmanuel Macron durant sa campagne, va finalement disparaître du projet suite à un amendement voté par les députés le 24 juillet. »

  • troletbuse troletbuse 25 juillet 22:23

    Moche, inculte, bête et soumis : voilà ce que je vois en lui


  • francois 26 juillet 11:59

    Macron, en a fait son slogan « En même temps ».donc nulle contradiction dans ses décisions.

    Après est-ce que ses décisions sont prises sous le sceau du bon sens, non.

    Enarque donc inculte et ignare, financièrement intoxiqué, vivant dans une bulle, excellent communiquant (danger n° 1), ayant fait allégeance à Merkel et gouvernant des moutons.

    Droit devant dans le mur.


    • Yanleroc Yanleroc 27 juillet 01:51

      @francois, il faut donc dire et répéter que l’enfant gâté à sa mémère 

      est un enculé, et que ses manières d’ apprenti dictateur ne finiront pas de dresser contre lui ! 

      L’ Armée, les étudiants, les retraités, le petit commerce, tout ce qui est bon à racketter, y comprit, d’ abord et surtout la France, 
      sauf l’ Hyper classe qui triera ses esclaves les plus dociles, 
      les autres crèveront peu à peu, et ne se reproduiront plus..
      c’ est bien, ça m’ arrange, puisse t-il être pire que Sarko, Hollande et ceux avant lui, mais très vite, pas dans 5 ans, et on saura enfin si l’ Homme ( le Français de baâse) est une grenouille morte-vivante ou un homme du 21ème siècle, non pas plein de suffisance, 
      mais un Homme prêt à réaliser ses rêves, et ne plus les vivre par procuration, ni même individuellement, mais en groupe  !
      On en revient à l’ Unification de la Masse !



  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 juillet 21:29

    Laissez les détails...


    Votre Zigoto a déjà oublié la populace française, il s’affaire à autre chose ! Il est sur la même ligne déjà depuis longtemps tracée par les sorciers de l’Elysée. Il continue donc à faire des boulette aux pays des zzzzarrrabes !

    LA “PAIX FRANÇAISE”

  • petit gibus 26 juillet 21:58
    @ Fifi

    Tes vacances sont déjà terminées Fifi ? ! smiley



  • lahalle 29 juillet 09:54

    En parlant de contradiction, que penser de la nouvelle fulgurance de Macron & Cie, à savoir la fracassante annonce que pour toute nouvelle norme créée deux autres seront supprimées ?

    D’abord se renseigner sur ce qu’est une norme :

    Wikipedia nous dit :

    "Une norme, du latin norma « équerre, règle », désigne un état habituellement répandu, moyen, considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme générique désigne un ensemble de caractéristiques décrivant un objet, un être, qui peut être virtuel ou non".

    Donc, nos nouveaux sauveurs, devraient dans les jours à venir, désigner deux normes à supprimer, en remplacement de celle qu’ils viennent de créer...

    Puisque fixer un rapport fixe entre norme créées et normes supprimées..... Ca s’appelle une norme


  • lloreen 30 juillet 08:47

    Les français disposent d’un conseil national de transition qui est le seul organe LEGITIME, reconnu par le droit international.Il a été crée le 18 juin 2015 et dont le porte-parole est monsieur Eric Fiorile dont voici une vidéo apportant toutes les précisions aux nombreuses questions posées par les français.
    https://www.youtube.com/watch?v=CaV-EMA_Cp4

    Si les français veulent se créer un futur « à l’islandaise », ils disposent d’un moyen de droit pour le faire.


Réagir