vendredi 4 septembre 2020 - par babelouest

Les anglo-saxons haïraient-ils la France ?

La France, je ne pense pas que les anglo-saxons la haïssent ; non, c'est plutôt un ensemble. Ils pensent argent, en France c'est très mal vu. Ils pensent individuel, la France a un grand sens du collectif qui se retrouve dans des coopératives et des Mutuelles très dynamiques (mais qui ne recherchent pas le gain) ; ils adorent les procédures qui font changer le droit à chaque procès, nous avons une assise très sûre quoique modifiable à la longue nommée le Code Napoléon. Nous sommes la seule Nation proche d'eux qui se prétend unitaire alors que les autres sont des associations plus ou moins lâches de provinces, de Länder, dans des ensembles oscillant entre des fédérations et des confédérations. D'autres facteurs jouent aussi sans doute, comme la langue française, précise, trop pour eux. Tout cela fait que les anglo-saxons ne nous comprennent pas, et sans doute nous craignent un peu.

D'où ces coups de boutoir sur la langue, que leurs complices dans la place ont l'ordre de mettre plus bas que terre pour promouvoir le Globiche (que même un vieil Anglais va très mal apprécier).

D'où cette promotion (vicieuse et intéressée) du droit coutumier, versatile, hoquetant de jugement en jugement, de préférence devant des Cours officieuses.

D'où cette promotion énorme et ignoble de l'Argent, et de la valeur vénale en lieu et place de la valeur en soi, de la valeur d'usage, de la valeur en tant que beau, que bon, et qui ne se mesure pas.

Publicité

D'où ce pilonnage du vrai Beau par un "art officiel" grotesque, pire que les réalisations soviétiques, et qui déteste "l'Art vivant" trop libre, trop passionné, trop peu contrôlable.

D'où aussi, par cinquième colonne interposée, ce programme visant à transformer d'autorité les petites communes, en grands machins anonymes où personne ne se connaît ; et EN MÊME TEMPS en fusionnant les départements où chacun avait ses marques, dans de grands Duchés à échelle européenne chargés de démembrer la France en provinces du quasi-haut-Moyen Âge .

Non, les anglo-saxons ne nous haïssent pas, ils veulent seulement nous mettre sous leur joug, selon LEURS règles pour que nous leur soyons utiles. Le tunnel sous la Manche, pourtant tant de fois remis, puis abandonné, était-il finalement une si bonne idée ? Un journal britannique, au cours d'une tempête qui bloquait les navires dans les années 50, n'avait-il pas titré avec naïveté « Le Continent est isolé » ? Honni soit qui mal y pense.

bab



38 réactions


  • Pauline pas Bismutée 4 septembre 2020 12:39

    Je crois plutôt qu’ils nous envient, plus ou moins secrètement ...


    • babelouest babelouest 4 septembre 2020 12:52

      @Pauline pas Bismutée c’est bien possible..... du moins les britanniques ordinaires ! Pour les politiciens je ne sais pas, ils sont tellement bloqués par le système !


    • velosolex velosolex 4 septembre 2020 22:23

      @babelouest
      IL y a quelques centaines milliers de britanniques dans notre pays, et j’en connais pas mal, qui n’ont aucune envie de retourner en Angleterre, pour différentes raisons : Pays devenu ultra libéral avec un système social à la dérive, maisons trop chères, inabordables dans un pays trop petit, clivage entre la population, amenant l’autochtone à rêver d’une vie meilleure, dans le sud, qui commence grosso modo dés qu’on a franchi la Manche. 
      L’Angleterre va mal. Les Anglais que je connais y vont de moins en moins et en reviennent catastrophés ; Les Français qui y vivent pensent revenir sur le continent, quand il ne l’ont pas déjà fait, anticipant d’ailleurs les déplacements économiques ; Le Brexit apparait comme un pari fou, une tare ultime et décisive, juste lancé aux bénéfices de ces initiateurs, qui ont choisi de faire sauter la banque, pour s’emparer du butin. 
      En Bretagne, ça serait dommage de les voir repartir. Certains me sont chers. Je connais un ancien rugbyman cornouaillais qui donne des cours de cornic, et apprend le Breton, des langues d’ailleurs très apparentés. La naturalisation semble pour eux une promesse, mais bien peu pourront y prétendre. J’ai accompagné un couple d’amis à Quimper, afin de faire le traducteur auprès du service d’immigration. Face à un rond de cuir intransigeant et stupide, poussant le zèle à demander des pièces non obligatoires, on se dit que la connerie est bien internationale. 
      D’autre part, le sentiment d’appartenance ne vient pas d’une vie étroite,chauvine de son pays, Malheureusement nous n’avons pas la souplesse des allemands, avec leurs Landers, ou des espagnols, qui sont dans un système où Madrid ne régente pas tout, mais ou chaque province a une vraie autonomie, et n’est pas infantilisée comme en France, où les langues régionales sont considérées encore comme des patois, alors que ce sont les meilleurs instruments pour agrandir son champ phonétique. Voilà pourquoi nous sommes si nuls dans ce pays en langue étrangère ; Il n’y a pas que l’histoire, il y a la manière d’apprendre, et de voir. On peut très bien avoir plusieurs identités, bretonne et française par exemple, et se considérer tout autant comme européen. 


    • babelouest babelouest 5 septembre 2020 05:53

      @velosolex personnellement je ne me sens PAS DU TOUT européen, c’est une notion qui n’a pas de sens autre que strictement géographique si on considère l’extrémité occidentale de l’Asie comme un continent, alors qu’elle n’est qu’une péninsule très découpée donc sans aucune unité. Malmö et Porto sont des ports, c’est leur seule ressemblance.
      .
      L’Espagne a son histoire, l’Allemagne en a une autre qui n’a que 150 ans, l’Italie n’est guère mieux, la Belgique pourtant petite n’a même pas partout la même langue, la Suisse peut s’enorgueillir d’une unité liée à l’intérêt commun, elle qui utilise quatre langue, est l’hôte de trois religions et se révèle la fédération de vingt-quatre cantons .... on ne peut donc pas comparer avec la France dont les contours approximatifs débutent en 843, et où dès 1214 les milices des villes françaises viennent soutenir victorieusement le roi Philippe Auguste face (déjà) à une coalition « européenne », ce qui a scellé l’unité.
      .
      Personnellement je suis français, et accessoirement poitevin, donc d’une région de passage : le Seuil du Poitou n’est guère à plus de 40 Km un peu plus au nord, où se mesurèrent Wisigoths et Francs, Sarrazins et Francs, Anglais et Français. On peut même imaginer un clin d’œil à l’Histoire, quand les magnétoscopes japonais devaient tous se faire dédouaner à Poitiers, en 1982.


    • Fergus Fergus 5 septembre 2020 09:42

      Bonjour, velosolex

      Je confirme ce regard sur les Britanniques qui vivent en Bretagne. J’ai ai connu et fréquenté plusieurs lorsque je vivais à Morlaix. Et je les retrouve dans votre commentaire.

      « On peut très bien avoir plusieurs identités, bretonne et française par exemple, et se considérer tout autant comme européen. »

      Ravi de lire cela qui rejoint ma propre opinion sur le sujet. A cette triple identité s’ajoute celle d’Auvergnat dans mon cas. Et je suis aussi à l’aise avec l’une qu’avec les autres.


    • Fergus Fergus 5 septembre 2020 09:47

      Bonjour, babelouest

      Etre européen, c’est pour moi une évidence.

      Au point de vue culturel, un Alsacien est d’ailleurs plus proche d’un Allemand que d’un Basque. Un Basque de France d’un Basque d’Espagne que d’un Cht’i. Un Corse d’un Italien que d’un Breton,etc.

      A titre personnel, je me sens chez moi de Séville à Oslo, et de Quimper à Berlin.


    • velosolex velosolex 5 septembre 2020 11:04

      @babelouest
      Beaucoup de contradictions apparaissent dans votre écrit. Comment pouvez vous dire que la France se trouve face à une « coalition européenne », sous Philippe Auguste, déjà, alors que vous niez qu’elle existe aujourd’hui.... La France a sans doute réussi son unité politique plus vite que les autres, hormis l’Espagne, mais c’est au prix du centralisme autoritaire, indispensable pour imposer un leadership commun a des régions qui n’ont aucune unité linguistique, un patchwork. La France du début d’après la révolution, découpé en départements, c’est déjà l’Europe en devenir, entre les régions du sud, au parlé d’oc, ou catalan, à l’alsace parlant un dialecte allemand, au conté Niçois encore intégré à ce qui va devenir l’italie, un pays qui comme l’Allemagne, ont bien eux, une unité linguistique présente, et utile au commerce, bien avant que soit réussi l’unité politique,( retrouvé simplement d’ailleurs pour l’Italie, quand on sait que Rome a bien réalisé, elle, la première unité européenne) . L’histoire de France qu’on apprend ou du moins qu’on apprenait à l’école est un livre d’images, utile sans doute au lien national, mais bien peu nuancé, et s’attachant au motif d’ensemble comme l’avait fait Michelet, fabriquant le sentiment national. Des « empires » ont disparu, en France, comme le duché de Normandie, la Bourgogne, qui s’étendait du Lyonnais jusqu’aux Flandres. Ca n’empêchait pas les régions linguistiques communes aux autres pays de s’imbriquer les unes dans les autres, le commerce imposant des foires de champagne aux marchés de la Hanse, et jusqu’aux ports de la baltique une grande activité commune. Flatter abusivement le sentiment national, en niant les particularités régionales, les exceptions à la langue, à la culture et à la religion ont amené des catastrophes tout au long de l’histoire. ( répression des bretons à l’époque de l’affaire du papier timbré, massacre des albigeois, perte de toute une élite cévenole, au profit des états allemands qui ont accueilli les cévenols, sous louis quatorze. Je regrette simplement que l’’Europe, bien perfectible ne se soit pas réalisée plus tôt, à l’époque d’avant 14 où Romain Rolland et Zweig la pensait possible, c’est à dire avant 14... Mais l’on pourrait dire même avant 71, car des intellectuels des deux bords la souhaitait déjà, afin d’intégrer les états allemands dans autre chose qu’un nationalisme stupide qui donna suite à ce qu’on sait, tout cela centrifugé par la bétise d’un Napoléon 3 . Aucun pays d’UE ne suggère plus l’Europe dans sa diversité que la France, un pays improbable, et qui s’est ressoudée grâce à une belle utopie, la république, née de la révolution ; Les gens ont besoin de mythes et d’’espérance.


    • velosolex velosolex 5 septembre 2020 11:18

      @Fergus
      Moi même je suis né en Normandie, de père breton il est vrai, et avec un nom qui faisait que les instituteurs ne manquaient pas de me faire remarquer que je pouvais difficilement nier mes origines. Ceci dit sûrement sans malice, et j’en ne faisais pas une affaire, tant cela me rendait presque fier, mais de telles déclarations maintenant, seraient jugées discriminatoires.
      J’ai passé les deux tiers de ma vie en Bretagne, mais un petit coin de Normandie reste en moi. La famille de ma mère était des Andelys, qui domine la Seine. C’était là que siégeait a forteresse de Richard coeur de lion, qui commandait l’entrée du duché. Ce n’est pas à l’école que j’ai appris l’histoire de la Normandie, avec ses émigrants Vikings, qui façonnèrent l’histoire locale, pas plus que les Bretons apprennent l’histoire de la Bretagne, un duché indépendant et fier. Au seizième et dixseptième siècle, la Bretagne eu son siècle d’or, les ports marchands les plus puissants d’europe, un commerce des voiles qui rayonna jusqu’en Amérique du sud, et qui fit que même la Bretagne intérieure avait des manufactures en rapport et une économie puissante. C’est louis quatorze par son centralisme, ses guerres et les blocus qu’il déclencha qui fut la perte de cette bretagne au monde, mais aussi de la France d’ailleurs. Il faudrait parler aussi de l’immigration de plusieurs centaines de gallois et de cornouaillais au sixième siècle, qui boosta de nouveau le pays. Bon j’arrête là. Salut


    • babelouest babelouest 5 septembre 2020 11:31

      @velosolex vous noterez que les termes « coalition européenne » sont entre guillemets : il s’agit d’une simple indication géographique. En aucun cas cela ne pourrait être autre chose.La France n’est pas qu’une langue, qui s’est formée à la dure, mais elle est aussi et surtout un projet commun qui n’existe guère ailleurs. D’où un résultat comme Valmy. Cela n’empêchait pas les différences, au niveau des cellules familiales, à celui des traditions d’héritage, à celui des religions (à partir de 1681 les gens de mon coin ont beaucoup souffert des dragonnades, mais 20 kilomètres plus au nord commençait la région que l’on a appelée un siècle plus tard la Vendée militaire).
      .
      Certes, la Francie, puis le royaume de France (longtemps à géométrie très variable), puis la République française en ont vus, des avatars. Vous êtes européen ? C’est votre droit, souffrez que je ne vous accompagne pas dans cette démarche. Mon idéal serait un monde où n’existent que les communes, s’entendant de temps en temps pour accomplir des travaux communs, mais surtout n’acceptant AUCUNE autorité supérieure quelle qu’elle soit. Ce jour-là, la notion de France peut disparaître, mais en aucun cas elle ne sera remplacée par bien pire : une pseudo-« Europe ».


    • mmbbb 5 septembre 2020 11:45

      @velosolex massacre des Albigeois , Philippe le Bel un etat une religion ! 
      Louis XIV ne tolérait guere les autres religions . Les huguenots donnerent a l Allemagne une elite eclairee . Les jansénistes ne furent guere epargnes 
      Vous oubliez l etat jacobin centralisateur par nature peu enclin a la diversite .
      La III Rébublique dont l adage des hussards « nos ancêtres les gaulois » , voulaient que tous les francais soient avant tout unis et identifies par une même origine avant d etre savoyards bretons landais ect .
      Cette volonte d unite a ete un laminoir des idendites regionales
      Seul la gauche bete et mechante actuelle dont Bel Kacem , se moquait de cette assertion . La gauche est desormais mondialiste et ne veut pas des identites regionales : elle poursuit l oeuvre des jacobins .
      Vous faites allusion a la Hanse , ce fut avant l heure un marche commun de la vente de l hareng qui assura la prosperite de ces diverses provinces du Nord .


    • babelouest babelouest 5 septembre 2020 11:46

      @velosolex les Andelys ? Tiens, c’est là que j’ai failli être présenté comme candidat aux législatives de 2017. Un manque de moyens de mon petit parti a obligé à restreindre les candidatures.
      .
      Ma région aussi a souffert de Louis XIV, beaucoup de huguenots sont partis qui en Allemagne (d’où l’érection d’un temple calviniste à Celle, au milieu de luthériens), qui aux Pays-Bas, qui au Nouveau-Monde. La vie d’une nation n’est hélas pas un long fleuve tranquille. Ce qui faisait d’ailleurs fonctionner les foires du coin, c’était jusqu’à il y a moins de cent ans le commerce des mules avec l’Espagne. Rien à voire avec les foires de Champagne et la Hanse !


    • nemo3637 nemo3637 6 septembre 2020 00:17

      @babelouest
      Mon idéal serait un monde où n’existent que les communes, s’entendant de temps en temps pour accomplir des travaux communs, mais surtout n’acceptant AUCUNE autorité supérieure quelle qu’elle soit.

      En somme vous êtes un anar comme moi ! Ben ça j’laurais pas cru !...


    • babelouest babelouest 6 septembre 2020 06:49

      @nemo3637, si, si, d’ailleurs j’avais écrit ceci :
      https://ti1ca.com/t8oqg46m-Anarchie-A5-2018-08-Anarchie-A5-2018-08.pdf.html
      qui demande à être discuté, amendé, complété... ce n’est qu’un canevas !
      .
      « L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre. »
      (Élisée Reclus)



  • Pauline pas Bismutée 4 septembre 2020 13:19

    Les politiciens, aucune idée... mais les anglo-saxons que j’ai rencontré

    et avec lesquels j’ai bossé a l’étranger m’ont très souvent fait l’éloge de la « France », notre style, bouffe, climat, architecture, etc... certains commencaient par m’envoyer des « piques », pour tester, mais comme ils apprécient en général l’humour et l’auto dérision, ça a toujours bien fini... (et je leur expliquais que je n’ai jamais été en Angleterre pour les mêmes raisons : style, bouffe, climat... du second degré, of course !)


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 4 septembre 2020 13:42

    Les Anglais sont le seul peuple qui ait trouvé le moyen de retirer tout pouvoir à la personne dont l’effigie orne leurs pièces de monnaie et leurs billets de banque.

    Mais comme diasit Jeanne d’Arc à propos de cet article :

    « De l’amour ou de la haine que les Anglo-saxons ont pour nous, je n’en sais rien, mais je sais bien qu’ils seront tous boutés hors de France, excepté ceux qui y périront. »


    • babelouest babelouest 4 septembre 2020 17:51

      @Séraphin Lampion mais il est bien connu que ce qui possède le Pouvoir sur l’île d’Albion, c’est ce qu’on appelle « la Couronne », qui n’a rien à voir avec la vieille dame de Buckingham Palace, ni avec sa couronne royale. C’es l’autre nom de l’État profond.


  • binary 4 septembre 2020 13:43

    Les anglais ont toujours voulu piller la France, et c est bien ce qu ils ont fait chaque fois que l occasion s est présentée.


  • ZenZoe ZenZoe 4 septembre 2020 15:29

    Ils sont jaloux.


  • eddofr eddofr 4 septembre 2020 15:53

    Vieil adage anglo-saxon :

    La France est le plus beau pays du monde, dommage qu’il soit peuplé de français.


    • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 4 septembre 2020 19:04

      @eddofr
      C’est un adage que je serine depuis des années ... et pourtant je suis Français ... !!


    • Xenozoid Xenozoid 4 septembre 2020 19:07

      @Joseph DELUZAIN

      ici au pays bas ils disent que c’est de gaulle qui a dit ça


    • Xenozoid Xenozoid 4 septembre 2020 19:12

      @Xenozoid

      et pour le fun

      quand napoléon a placé sa famille au throne des pays bas,le napoleon a fait un discours,il finira par dire qu’il était le lapin de la hollande


    • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 5 septembre 2020 09:51

      @Xenozoid
      De Gaulle a dit autre chose quand il était en Irlande :
      « Il faudrait, pour que l’Irlande s’en sorte, échanger le peuple irlandais avec le peuple hollandais ... mais la Hollande serait noyée en peu de temps »
      Il faisait allusion là à la désinvolture des Irlandais face à l’esprit travailleur et opiniâtre des Hollandais.


    • mmbbb 5 septembre 2020 15:05

      @Joseph DELUZAIN De Gaulle avait aussi dit que les francais sont des veaux !
      Il n avait pas tort d autant plus que desormais ils se font saigner dans la rue mais selon le rite hallal !


  • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2020 17:10

    Bof si ça les amusent pourquoi pas ….


  • mursili mursili 5 septembre 2020 03:15

    Euh...vous voulez parler des Américains ou des Anglais (ou des Canadiens, des Australiens, ou encore des Néo-zélandais) ?

    Ils auraient donc tous les mêmes idées sur la France et les Français ? 

    Même après le Brexit les Britanniques exerceraient encore leur influence dissolvante sur l’Union Européenne ? J’ai plutôt l’impression que les Euro-régions sont une idée allemande, mais les Allemands ne nous veulent que du bien, n’est-ce pas ?

    Deux bonnes nouvelles ces dernières années : le Brexit, et un président Trump qui demande aux Européens d’assurer eux-mêmes leur défense. N’est-ce pas la preuve que les Anglo-saxons nous aiment bien ?


    • babelouest babelouest 5 septembre 2020 06:07

      @mursili je n’ai rien contre les anglo-saxons « de la rue », mais en général contre leurs dirigeants plus ou moins (et souvent plus) inféodés aux puissances d’argent. C’est un Anglais qui possède maintenant le très vieux château-fort (ou ce qui en reste) où ma grand-mère était fermière. Il m’est arrivé d’envoyer concourir un diaporama en Australie, puis en Nouvelle-Zélande, en 1995. En revanche si je connais des Québécois, les Canadiens anglais je n’en connais pas.


    • nemo3637 nemo3637 6 septembre 2020 00:26

      @babelouest
      C’est un Anglais qui possède maintenant le très vieux château-fort (ou ce qui en reste) où ma grand-mère était fermière.

      Alors là, ça me révolte ! Perfide Albion ! Prenons les armes pour reprendre le château de votre mémé.


    • babelouest babelouest 6 septembre 2020 07:14

      @nemo3637 hélas, elle n’y était que fermière, pas propriétaire ! Un château fort datant des invasions des Vikings, sur le bord du Golfe des Pictons en cours de comblement. Il ne restait guère que la grande poterne, deux ou trois pièces assez humides mais aux murs de pas loin d’un mètre d’épaisseur, et un sol formé de grandes dalles plates au départ, mais plutôt usées. La cour du château était transformée en jardin. Quant au puits, en été il proposait une eau d’un goût délectable, et si fraîche ! On la sortait avec un petit seau au bout d’un manche de deux mètres. Je raconte tout cela....
      https://www.lulu.com/fr/fr/shop/jean-claude-cousin/il-avait-des-lunettes-et-une-t%C3%AAte-ronde/paperback/product-1p7ye9p7.html


  • Pauline pas Bismutée 5 septembre 2020 05:55

    @ mursili

    Les Canadiens voient quelquefois de travers les français qui parlent anglais car certains états canadiens exigent le bilinguisme pour certaines professions (du moins quand je vivais là-bas) et beaucoup ne sont pas bilingues (parmi les anglophones).

    Les Australiens ne semblent pas anti-français, ils s’en foutent un peu (ils se foutent d’ailleurs un peu de tout, « she’ll be right, mate »)

    Les Néo-Zélandais commencent à oublier l’affaire du Rainbow Warrior, qui, croyez-moi, leur est restée à travers de la gorge pendant un bon moment !


    • Pauline pas Bismutée 5 septembre 2020 07:06

      @Pauline pas Bismutée

      oups, en travers...


    • nemo3637 nemo3637 6 septembre 2020 00:39

      @Pauline pas Bismutée
      C’est très rare, sauf dans l’administration gouvernementale, qu’on exige le bilinguisme au Canada. Le Québec mis à part bien sûr.
      Pour se faire accepter, et même pour faire accepter et faire comprendre sa propre culture, il vaut mieux parler la langue des gens du coin. J’ai beaucoup apprécié de séjourner en Ontario (anglophone) où j’ai trouvé les Ontariens, dans l’ensemble, beaucoup moins xénophobes que nombre de Québécois. Normal : ce sont tous des descendants d’immigrés de fraiche date... En toute modestie, sans le vouloir vraiment, par sympathie, nombre de gens que j’ai fréquentés en Colombie britannique, se sont mis à apprendre le français


  • eau-pression eau-pression 5 septembre 2020 12:09

    Au rugby, les Anglais nous ont piqué le beau jeu pour ne nous laisser que la mécanique newtonienne des kilos lancés.

    Et je leur en veux. Et, moi qui n’aime pas la violence, je me prends à regretter que McCaw puisse passer toute la finale à pourrir les balles dans notre camp, alors qu’un Cholley lui aurait sans être trop puni fait mordre le gazon.

    Enfin, j’aime bien l’anglais au jardin, quand j’entends un canard parler.


  • saint louis 5 septembre 2020 19:59

    Dans Anglo Saxon, ne pas oublier que les Saxons sont les habitants de la Saxe en Allemagne.

    Mais c’est un peu la même culture que les Anglos en opposition des Latins que nous sommes pour la plupart.

    Et dans l’histoire depuis les Romains, ce sont ces fameux Anglos Saxons qui n’ont cessés de venir nous causer des misères chez nous, sans jamais nous imposer leur culture.

    Donc oui ils sont jaloux.


    • babelouest babelouest 6 septembre 2020 07:31

      @saint louis il est assez amusant de se souvenir qu’au début du XVIIe siècle une jeune fille de mon coin, née de petits hobereaux locaux, était allée avec une amie à la cour de La Haye. Là elle avait séduit un homme de passage, puis l’avait épousé. C’était justement un homme du Hanovre, le duc de Brunswick. Sa fille épousa le futur Georges 1er de Grande Bretagne, de cette union résulta Georges II, et la mère du grand Frédéric II de Prusse.
      .
      Jusqu’à une date récente la famille de cette jeune fille vivait dans le même manoir, d’ailleurs François Mitterrand leur avait rendu visite plusieurs fois en tant que cousin éloigné.
      .
      Pour en revenir à cette personne « exilée » en Basse-Saxe, vu que d’assez nombreux Poitevins huguenots s’étaient réfugiés là-bas elle avait fait construire un temple calviniste (dans une région où l’on était plutôt luthérien), et elle tenait cour comme Aliénor d’Aquitaine à Poitiers bien plus tôt, dans son château de Celle (ou Zell) : elle apprenait le français aux nobles locaux, souvent plutôt illettrés. C’est sans doute pour cette raison que plus tard Voltaire alla chez Frédéric II, qui se vantait de faire de la poésie en français.


  • Iris Iris 6 septembre 2020 02:04

    Mort de rire, la perfide Albion !

    Comme vous le dites les British ne nous haïssent pas, et ils ne nous craignent pas non plus d’ailleurs.
    En fait nous sommes pour eux surtout une très bonne destination de vacances.
    Pour le reste nous sommes victimes de notre complexe d’infériorité.
     


Réagir