samedi 16 février - par Philippe Khalfine

Les armes nucléaires : 2 minutes pour détruire l’humanité

La réaction d’expansion du noyau de la bombe à hydrogène à la suite d’une explosion commence dans un cent millionième de seconde. En même temps, l’éclat de la lumière est si intense que les parties vertes et jaune du spectre peuvent être vues un instant, même à travers le boîtier en acier de la bombe, comme si elle était en cellophane transparente.

L’homme en ce moment n’est pas loin de l’épicentre, il est toujours au-dessous du noyau, il est toujours en vie et ne subit aucune blessure. Mais au bout d’un dix millième de seconde, l’énergie de l’explosion est transmise à l’air. Sous l’épicentre, le champ neutronique créé par la détonation d’une bombe se dilate, le sang dans le cerveau humain commence à vibrer à une vitesse telle qu’il se réchauffe à l’état de vapeur. C’est la mort la plus rapide de l’histoire de l’humanité – pas un seul nerf n’aura le temps de ressentir la douleur, car les nerfs et le cerveau ainsi que les influx nerveux cessent instantanément d’exister. Pour quitter la fameuse « ombre », une personne doit être relativement éloignée de l’épicentre.

Si une personne se trouve dans l’épicentre, les rayons traversent ses os, les chauffant à peu près comme une spirale de lampe incandescente, ce qui entraîne une explosion de chair instantanée qui s’envole et se détache du squelette et n’a même pas le temps de tomber au sol car elle se transforme en gaz. Une personne n’a même pas le temps de penser à ce qu’il adviendra de ses proches, de ses enfants. Et pour l’épicentre, le rayonnement thermique, une onde explosive et des rayons mortels pour tous les êtres vivants se propagent rapidement. Les personnes qui se trouvent dans d’autres zones touchées mourront beaucoup plus douloureusement.

Jamais auparavant, dans toute l’histoire du nucléaire, nous n’avions été aussi près de ce point décisif. En dépit de divers programmes de désarmement, le monde possède suffisamment d’armes nucléaires pour que l’humanité et la plupart des espèces disparaissent de la surface de la planète.

En 1986, la guerre froide est entrée en vigueur, semble-t-il, dans sa phase la plus dangereuse. En 1986, la plus grande masse d’armes nucléaires actives au monde a été enregistrée. Aujourd’hui, 92 % de la masse totale des armes nucléaires se trouvent en Russie et aux États-Unis. Les armes sont devenues plus précises, ce qui a entraîné une diminution de la puissance des ogives.

Mais serez-vous rassuré par le fait que vous allez mourir d’une explosion d’une charge de moindre puissance  ? À peine. Les moyens de livraison donnent aujourd’hui une précision accrue de la frappe, mais la masse totale des armes nucléaires reste monstrueuse, et la situation de guerre nucléaire provoquera, avec une probabilité élevée, l’utilisation de tout un arsenal pouvant être activé.

AN602, également connue sous le nom de Tsar Bomba, une bombe aérienne thermonucléaire mise au point en URSS en 1954-1961. Un groupe de physiciens nucléaires sous la direction d’un académicien de l’Académie des sciences de l’URSS I. V. Kurchatov.

« Tsar Bomba » est le dispositif explosif le plus puissant de l’histoire de l’humanité. Ses essais ont eu lieu le 30 octobre 1961 largué par un avion Tu-95V sur le site d’essais nucléaires « Sukhoi Nos » (île Novaya Zemlya). La puissance de l’explosion mesurée était de 58,6 mégatonnes en équivalent TNT. L’utilisation de l’AN602 a clairement démontré que l’Union soviétique disposait d’un pouvoir illimité en matière d’armes de destruction massive. Le résultat scientifique est une vérification expérimentale des principes de calcul et de conception des charges thermonucléaires à plusieurs étages.

Les tests de la « Tsar bomba » (bombe du tsar) ont permis à l’humanité de comprendre à quel point notre petit monde peut être fragile. À ce jour, des scientifiques du monde entier ont clairement indiqué que l’utilisation massive des armes nucléaires par la Russie, les États-Unis, la Chine et d’autres pays du club nucléaire aurait des conséquences énormes en raison de la contamination radioactive induite et d’une énorme libération d’énergie de toutes sortes. Le climat peut changer radicalement. Peut-être le début d’une nouvelle ère glaciaire. Selon certains scientifiques, l’apocalypse nucléaire ressemblera à la chute d’un énorme météorite il y a 65 millions d’années sur le territoire de la péninsule mexicaine du Yucatan. Durant cette période, il y a eu une extinction massive d’espèces.

Bien que la masse des armes nucléaires dans le monde soit inférieure à celle de 1986, le danger de leur utilisation est beaucoup plus élevé que pendant la « crise des Caraïbes ». Cela est principalement dû au fait que les États-Unis perdent rapidement leur influence mondiale et que la Russie entre à nouveau dans l’arène politique mondiale. La Chine est aussi un nouveau pouvoir géopolitique, qui jouit aujourd’hui d’un niveau sans précédent de pouvoir militaro-politique et économique. Le monde était bipolaire jusqu’en 1991. Depuis 1991, l’ère d’un monde presque unipolaire est arrivée. Mais aujourd’hui, le rapport de forces est irrémédiablement bouleversé. Nous vivons à une époque de changements turbulents et tragiques.

Sous nos yeux, la technologie des armes fait des progrès sans précédent. Les systèmes à hyper-vitesse, les moteurs nucléaires pour les missiles de croisière, qui confèrent à ces missiles une portée pratiquement illimitée, les technologies spatiales pour la livraison d’ogives, les véhicules aériens sans pilote sous-marins équipés d’ogives nucléaires – ne constituent pas toute la liste des prédateurs de notre siècle.

Les armes nucléaires sont également apparues, par exemple en Corée du Nord, en Iran, en Inde et en Israël. Cela a pratiquement annulé tous les accords antérieurs sur la non-prolifération des technologies d’armes nucléaires. Désormais, tous les pays du monde peuvent mener leurs propres développements dans cette direction.

L’URSS a éclaté en 1991. Ensuite, l’heure de « l’Apocalypse » a été annuler, et le monde, pour un court laps de temps, est devenu un système unipolaire. Ce temps est considéré comme le plus sûr pour toute l’histoire atomique de l’humanité. Mais nous assistons aujourd’hui à la dissolution rapide des États-Unis et de la Russie de tous les accords officiels sur les restrictions à la production et à l’utilisation d’armes nucléaires. Cette crise est inextricablement liée à la croissance rapide de la technologie, aux nouvelles avancées scientifiques et à la révision de la formation sociale de toute l’humanité. Le monde ne peut plus exister dans cette formation. Mais les anciennes élites mondiales ne veulent pas perdre leur pouvoir et leur influence. Nous attendons la métamorphose. Nous attendons une ère de changement.

Auteur : Tanaї Tcholkhanov, journaliste à News-Front

Traduction : Philippe Khalfine, journaliste à News-Front

Source : https://fr.news-front.info/2019/02/14/2-minutes-au-bout-du-monde/

 



31 réactions


  • Julien S 16 février 09:02

    Il y a trente-cinq ans la propagande soviétique nous terrifiait avec l’hiver nucléaire ; maintenant ce sera un été. 


    • Arogavox 16 février 19:29

       « La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde »
       Paul Valéry


  • Raymond75 16 février 09:48

    Après la seconde guerre mondiale, l’ONU avait voté une résolution pour interdire les armes nucléaires ; bien entendu il n’en a rien été. Pendant la ’guerre froide’ la folie humaine a engendré des stocks délirants d’armes nucléaires. Ils ont été sensiblement réduits, avec encore des milliers d’armes en Russie et aux USA, mais d’autres pays ont accédé à cet armement, ou sont sur le point de le faire.

    Un seul pays dans l’histoire a renoncé aux armes nucléaires et a détruit armes et usines de production : l’Afrique du sud à la fin de l’apartheid ... La France a cessé de produire des matières fissiles militaires, mais continue de perfectionner ses armes. L’OTAN et Poutine se livrent en permanence à des provocations et intimidations ...

    Cela montre que l’humanité se situe toujours à un état infantile de son développement : de nombreux pays ne maitrisent pas leur explosion démographique, ce qui interdit tout développement de l’enseignement et de l’économie, et détruit les ressources. Les autres en sont encore à se menacer, quand ils ne retournent pas dans la barbarie armée ... Nous sommes encore à la maternelle !

    Nous sommes dans une période de vide idéologique, sans vision d’avenir, sans projet. Les économies sont livrées à la spéculation et à la cupidité. Cette période est déprimante et porteuse de dangers considérables.

    La folie militariste en est une illustration. Bien sur il faut être capable de se défendre, comme la Suisse qui ne menace personne, mais il faut avoir aussi et surtout la volonté de rechercher l’apaisement et la compréhension de l’autre.

    Les militaires sont essentiellement des hommes : mourir ou être blessé à la guerre est la grande malédiction masculine. Né dans les années 50, je fais partie de la première génération d’hommes français qui n’a pas connu la guerre !!! cela n’a jamais existé avant ma génération, aussi loin que l’on remonte dans le temps ... Mais les guerres sont décidées par les peuples et leurs représentants, dont font partie les femmes. Elles ont donc autant de responsabilité dans cet état de fait.


    • Le Sudiste Le Sudiste 16 février 10:03

      @Raymond75
      Sur la prolifération des armes nucléaires, la France a eu un rôle central qui plus est quand les US et L’URSS (puis la Russie) avaient signé les accords START dès le début des années 90.
      C’est la France qui sera donc l’intermédiaire entre les US et l’Iran ou l’Irak par exemple ce qui nous vaudra aussi quelques attentats dans Paris.
      « La République atomique » (Doc indispensable de Dominique Lorentz de 1h27)


    • Raymond75 16 février 10:29

      @Le Sudiste

      C’est aussi la France qui a organisé le ’transfert technologique’ qui a permis à Israël de disposer d’un armement nucléaire : centrale de Dimona destinée à produire les matières fissiles (et non de l’électricité), plans pour construire la bombe, et missile ’Jericho’ en réalité des missiles dassault ...


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 février 10:39

      @Raymond75. Pis tout ça, c’est la faute de l’antisémitisme des français...


    • François Vesin François Vesin 16 février 11:33

      @Raymond75

      1) « Mais les guerres sont décidées par les peuples... » 
      Allez expliquer ça aux Afghans, aux Irakiens, aux Libyens, aux Syriens, etc

      2) Vous proclamez faire partie de la première génération d’hommes français
      à n’avoir pas connu la guerre...
      précisez  sur notre territoire national   !!
      La France est actuellement en guerre et elle sème la mort aux quatre coins
      du Moyen-Orient et de l’Afrique, mais le peuple n’a jamais été consulté
      de telle sorte qu’il ne se sent absolument ni responsable, ni coupable 
      des exactions commises en son nom ! Est-ce ça la démocratie ?
       


    • Raymond75 16 février 13:08

      @François Vesin

      Je parlais d’homme civil mobilisé bien sur.

      Les guerres ne sont pas décidées par les peuples en effet, mais ceux ci, dans les démocraties, ne s’y opposent que très rarement, hommes et femmes comprises.


  • Le Sudiste Le Sudiste 16 février 09:50

    Bonjour,

    Je suis tombé hier sur un intéressant article de Consortium News, l’idée présentée est l’évolution vis à vis des bombes nucléaires. Pour faire simple, l’énorme puissance des bombes est un frein à son utilisation.

    L’avenir semble être à l’utilisation de bombe « peu puissante », deux trois fois moins puissante que celle balancée sur Hiroshima, ce qui en permettrait une utilisation tactique puisque cette faible puissance serait du coup acceptable...

    Version en anglais Traduction google


  • Julien S 16 février 13:52

    Personnellement j’ai inventé le fusil à balles nucléaires. Voici le principe : la balle de forme classique allongée est de géométrie subcritique, mais en s’aplatissant à l’impact sa géométrie devient surcritique. Le puissance attendue est de quelques tonnes de TNT seulement, car le rendement de fission selon ce principe est mauvais. Une balle sur une façade abat un immeuble, sur un navire le coule, etc. 

     smiley

    .Seul problème non résolu : on ne connaît pas d’isotope fissile à masse critique de quelques grammes. 

     smiley


    • Raymond75 16 février 14:05

      @Julien S

      Persévérez dans vos recherches,ne vous découragez pas  smiley

      Avez vous songé à l’antimatière ? quelques atomes suffiraient pour détruire un bloc d’immeuble, ou pour ’neutraliser’ une foule : très bon rendement ...

      Peut être peut on avoir accès à la bibliothèque personnelle de Edward Teller, passionné par ces recherche, et mort, bien malheureusement, trop tôt :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Teller


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 16 février 16:07

      @Julien S

      ... j’ ai tenté la balle a la nitroglycerine ...

      je ne sait pas pourquoi je n’ ais plus de fusil ni de main .... la balle a la nitro la seule balle anti-guerre LOL


    • JC_Lavau JC_Lavau 16 février 19:02

      @Raymond75. Raymond Devos a proposé l’antimatière :
      Au Caire les arabes sont antisémites,
      Et à Tel Aviv les juifs sont anti-Caire.


    • Garibaldi2 17 février 08:43

      @Cyrus

      Merci d’avoir fait l’effort d’écrire ce post avec vos pieds !


    • Julien S 17 février 13:35

      @Raymond75
      .
      Quelques atomes [d’antimatière] suffiraient pour détruire un bloc d’immeubles
      .
      C’est trop optimiste.
      L’annihilation d’un kg d’antimatière produit 25 milliards de kWh (via E = mc²), c’est-à-dire 50 milliards en fait avec la matière de la cible qui réagit avec l’antimatière. 
      Une tonne de TNT équivaut à 1160 kWh. 
      1 kg d’antimatière représente ainsi 43,1 mégatonnes de TNT.
      Pour équivaloir à 1 tonne de TNT, ordre de grandeur pour abattre un immeuble de bonne taille, il faut donc 23 microgrammes d’antimatière, ce qui fait en ordre de grandeur un milliard de milliard d’atomes. 


    • Jean Guillot poil 17 février 16:43

      @Julien S

      Vous allez intéresser le ministère de l’intérieur qui va mettre ses LBD 40 à la poubelle !


  • Le Comtois 16 février 16:05

    C’est complètement dépassé cela, rien ne vaut un bon petit virus de fin du monde, ça ne détruit pas la nature, ça réduit la population mondiale très rapidement, problème numéro 1 de la planète. L’avantage c’est que cela ne coûte pas cher et que l’on peut vacciner avant qui on veut sauver. L’idéal je vous le dit !! 


    • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 16 février 16:18

      @Le Comtois

      Si je peut me permettre de te détromper , un virus est un parasite de son hôte , quand il est suffisamment lethal pour en faire une arme de guerre et qu’ il détruit l’ espèce qui lui sert d’ hôte , il mute pour en infecter une autre .

      c’ est par exemple le cas de la grippe aviaire qui passe a l’ homme , ou de la grippe espagnol qui infecte les cochon .

      ceci dit , pas besoin de virus , ou de bombe nucléaire pour détruire l’ humanité , la surpopulation et l’ exploitation intensive de la planète s’ en charge très bien . 


  • armand 16 février 17:15

    Bonjour, je n’y crois pas une seconde parce que il faut répondre à « et après on fait quoi ? »

    surtout qu’aujourd’hui pour bloquer un pays, il suffit d’envoyer en une fois quelques cruises missiles, chargés nucléaire sur des centre de production d’énergies et surtout de « dispatching », rajoutez à cela des infrastructures et les hopitaux régionnaux et ouala


    • baldis30 16 février 18:27

      @armand

      bonsoir
       il y a bien plus simple encore ...


    • UnLorrain 16 février 19:28

      @armand

      Pourquoi ne pas avoir envoyer sur les montagnes afghane un de ces minuteman a charge nucléaire plutôt que la méconnue bombe MOAB soit disante a la limite du conventionnel ? Maîtrise du ciel comme l’instant d’avant Hiroshima Nagasaki pourtant...Car,ce n’est que mon avis,les pays détenant le feu nucléaire ne peuvent l’utiliser que par larguage de bombe. Aucuns pays ne détient la science qui permet d’équiper sa myriade de missiles de tête nucléaire, les vices du monde que verra Flaubert au collège, c’est du bluff.

      Un docu TV,qui date maintenant, De Closets,était révélateur, la fission nucléaire difficile ( théorie et pratique,cela va de soit,et mieux en le précisant ) a maîtriser, est le détonateur de la fusion nucléaire, le thermonucléaire, extrêmement plus difficile a maîtriser. La bombe est probablement domestiqué mais pas le missile.


  • Xenozoid Xenozoid 16 février 18:33

    je trouve que tous cataclysme sera catastrophique,imaginé une révolution dans un pays plein de centrale nucléaire,ou une attaque de prévision/prédiction ,car prédire a besoin d’information, pas de bon sens.....power grid out,3 semaine et tout est remis a plat


  • OMAR 16 février 19:31

    Omar9

    .
    Bonsoir @P. Khafine : "Les armes nucléaires sont également apparues, par exemple en Corée du Nord, en Iran, en Inde et en Israël .." ;
    .
    L’épée nucléaire qui tournoie sur la tête de l’Humanité est trop acérée, trop menaçante, trop dangereuse pour que son analyse et son traitement soient pris à la légère.
    .
    Et intégrer l’Iran dans le club des nations possédant cette arme de destruction diabolique et massive, vous me fait penser à l’intervention de cette crapule de Colin Powell accusant l’Irak de posséder des armes ADM.
    .
    Alors, un peu plus de sérieux, d’attention et d’application de votre part...


  • JPCiron JPCiron 16 février 23:05

     Le climat peut changer radicalement.

      Peut-être le début d’une nouvelle ère glaciaire >


    Si le réchauffement climatique venait à être insupportable, alors, peut-être tenons-nous là, enfin, une solution efficace  : larguer une de ces grosses bombes atomiques sur le site d’un des nombreux super-volcans qui somnolent sur le globe.

     smiley


    (mieux vaut en rire, tant qu’on le peut !)


  • microf 17 février 00:47

    @Raymond75 « Un seul pays dans l’histoire a renoncé aux armes nucléaires et a détruit armes et usines de production : l’Afrique du sud à la fin de l’apartheid  »

    Exact ce que vous écrivez.

    Les africains ont abandonnés les armes nucléaires parce qu´ils sont sages, ils ont vus que cette arme n´est pas bonne pour l´humanité et ils l´ont abandonné.

    Cette attitude des africains confirme ceci, que ce sont les africains qui furent les premiers á découvrir la formule de l´arme nucléaire, mais s´étant rendus compte que cette arme n´est pas bonne pour l´humanité, ils jetèrent cette formule. La formule fut ramassée par ceux qui l´utilisent aujourd´hui, mais comme il leur manque la sagesse, ils la développèrent pour donner ce á quoi nous assistons aujourd´hui, la prolifération de ces armes et la ménace de de la destruction du monde.


    • Garibaldi2 17 février 08:51

      @microf

      Et d’après vous qui a aidé l’Afrique du Sud a mettre au point cette bombe en échange de la possibilité de pourvoir tester ses missiles ?

      C’est en échange de la promesse du démantèlement que Mandela a pu arriver au pouvoir.

      ’’ce sont les africains qui furent les premiers á découvrir la formule de l´arme nucléaire’’ et vous avez un source ou c’est un vieux sorcier qui vous a raconté ça sous un arbre à palabres ? smiley


  • zygzornifle zygzornifle 17 février 07:59

    Macron est pas mal non plus , en 2 ans il a détruit 70% du social en France .....


  • pepe 17 février 08:06

    extraordinaire combien on a de ces petits bijoux pour vaporiser cette humanite ds sa totalite,

    Comme quoi je desesperais, mais cette humanite a suffisamment de resource et courage pour comprendre que la seule solution pour elle est de s atomiser bravo


  • Jean Guillot poil 17 février 16:36

    Ecoutez-moi bien mes gens , un jour tout ceci explosera !


  • Matlemat Matlemat 17 février 20:47

     Les Algériens et les Polynésiens nous remercient pour nos essais nucléaires qui ont contaminés des populations en plus nos propres militaires.

     


  • Montdragon Montdragon 18 février 20:34

    Il faut aujourd’hui 8 minutes à un missile américain pour atteindre Moscou. Bien plus de temps qu’il n’en faut à la Russie pour décider d’appuyer sur le bouton.

    Je me permets de vous répondre que,non, c’est suffisant pour répondre..et de manière globale.

    Il suffit que le décideur de la contre-frappe soit sauf, bunkérisé.

    Après, quel objectif les USA veulent atteindre en premier lieu ? Les silos ?

    Silos attaqués, ils dégagent très rapidement leurs fusées sur cibles pré établies, militaires ou pas.

    Après, les sous marins entrent en jeu.

    Et là personne n’est gagnant, les ss-marins ont des scenario plutôt civils comme cibles.

    MAD !


Réagir