vendredi 7 février 2020 - par La marmotte

Les démocrates n’ont pas éliminé Trump mais ils ont atteint leur objectif

Les représentants du plus ancien parti américain peuvent être fiers d'eux. Oui, ils ont dû plonger dans la boue des jeux politiques, mais ça valait le coup.

JPEG

Qu'ont exactement accompli les démocrates ? Trump est toujours assis dans le fauteuil présidentiel. Peut-être qu'une autre question devrait être posée ici : Le renvoi de Trump était-il un véritable objectif ?

Pour comprendre, il faut revenir sur le passé où l'enquête de l'ingérence russe dans les élections ne semblait pas encore aussi absurde. Qu'est-ce qui pourrait vraiment forcer ceux au pouvoir à déclarer que la Russie, le concurrent stratégique américain sur la scène internationale, est suffisamment puissante pour intervenir dans les processus politiques intérieurs américains ?

Hillary Clinton a activement utilisé les services des autorités ukrainiennes pendant la course aux élections de 2016. Il n'est pas habituel d'en parler dans les cercles des démocrates américains, mais le fait demeure. C'est l'administration du démocrate Barack Obama qui a soutenu le coup d’Etat en Ukraine, et qui a assuré l'arrivée au pouvoir dans le pays de Petro Porochenko. Il est logique que Kiev ait cherché à rembourser la « dette », bien que les élites ukrainiennes n'aient clairement pas compris dans quel genre d'aventure elles se livraient.

Lorsque Trump a gagné, l'appareil d'État Ukrainien a été paralysé pendant plusieurs jours. Les responsables qui ont vivement critiqué le républicain anticipaient déjà les problèmes.

Il y avait notamment ceux qui ont essayé de faire la lumière sur ce qui se passait en 2017. Par exemple, le député Andrei Derkach a exigé que le procureur général ouvre une procédure pénale contre les employés du National Anti-Corruption Bureau pour ingérence dans l'élection présidentielle américaine.

Il s'avère que Donald Trump pourrait alors commencer une campagne contre les démocrates à sa poursuite. Cependant, comme nous le savons maintenant, il n'était pas autorisé à le faire. Le président a été accusé d'avoir comploté avec Moscou, et toute cette histoire a duré 22 mois. Pendant ce temps, l'équipe de Robert Mueller a inculpé trente-quatre personnes et trois sociétés. Huit d'entre eux ont plaidé coupable ou ont été reconnus coupables d'infractions pénales. Parmi eux se trouvaient cinq associés de Trump, mais aucun d'eux ne pouvait être accusé d'avoir comploté avec les Russes.

En mai de l'année dernière, l'enquête déjà discréditée s'est terminée par un verdict inutile de Mueller : « Si nous avions eu la certitude que le président n'avait clairement pas commis de crime, nous l'aurions dit. Cependant, nous n'avons pas déterminé si le président avait commis un crime. ».

Dès que Joe Biden a été identifié comme un candidat clé du parti, il est devenu clair que Donald Trump pourrait se venger.

L'Ukraine a de nouveau été entraînée dans la lutte politique américaine. Biden n'était clairement pas de ceux qui avaient peur de parler de la façon dont il avait forcé le président d'un autre pays à révoquer le procureur général, qui avait ouvert une enquête contre son fils, Hunter Biden, qui faisait partie du conseil d'administration de la compagnie de gaz Burisma, qui travaillait en Ukraine et était impliquée dans une fraude financière. Joe Biden a tout fait pour empêcher une enquête, trop cher pour les démocrates. Ils avaient à nouveau besoin d'une raison pour attaquer Trump, et de toute urgence. Le choix est tombé sur la conversation téléphonique notoire avec le président d'Ukraine, Vladimir Zelensky. Et nous devons rendre hommage aux architectes de ce scandale. Seuls de vrais professionnels, au détriment d'un argument aussi controversé, peuvent parvenir au début de la procédure de mise en accusation. Bien sûr, ils ont compris dès le début que la démission de Trump ne fonctionnerait pas. Mais, comme nous l'avons dit plus haut, ils n'en voulaient pas. La tâche principale dans le cas de l'intervention russe et dans l'histoire de la "pression" sur l'Ukraine est de détourner l'attention.

Pour cela, une production théâtrale impressionnante a été créée, dont nous avons regardé la scène finale la veille. Les chiffres clés ont bien contribué à l'escalade de la situation lorsque Trump a refusé de serrer la main de Pelosi, et elle a déchiré sa feuille où été écrit son discours. Un tel échange démonstratif de démarches est digne des meilleures émissions de téléréalité. L'histoire même de la destitution s'est terminée comme prévu. L'article sur l'abus de pouvoir a été soutenu par 48 sénateurs contre 52. Et seulement 47 sénateurs étaient prêts à accuser Trump au Congrès. Cependant, personne n'a soutenu l'acquittement de Trump, ce qui laisse une fenêtre d'opportunité aux démocrates.

Comme nous le voyons, toutes ces années, ils ont résisté aux scandales, et jusqu'à la nouvelle élection présidentielle, 9 mois supplémentaires. Par conséquent, bien que la question de la destitution ait été résolue, l'histoire de la pression de Trump sur l'Ukraine sera toujours utilisée. La meilleure défense est une attaque, et les démocrates comprennent que c'est le seul moyen de cacher leurs propres crimes au public.



18 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 février 2020 08:47

    Non seulement la guerre entre Cosa Nostra et la Mano Nera n’est pas terminée aux Etats-Unis, mais elle se situe au sein de l’état (profond et émergé) et elle s’est mondialisée. Comme disait Bonassera dans « le Parrain » : « Je crois en l’Amérique ».


  • Scuba 7 février 2020 10:18

    j’ai du mal a comprendre où vous voulez en venir.

    le résultat de cette mascarade est désastreux pour les démocrates :

    Trump n’est pas destitué, et il vas continuer à se vanter sur tous les média.

    — La procédure a clairement montré que Biden (et son fils) sont complètement corrompu, ce qui ruine toute ses chances dans la primaire (et à la présidentielle, si les Démocrates comettent l’erreur de le choisir)

    La côte de Trump dans l’opinion est au plus haut.

    le désastre du caucus de l’Iowa a ruiné la campagne des Démocrates.

    Comment pouvez vous dire que les démocrates ont atteint leur buts ?


    • Trelawney 7 février 2020 10:59

      @Scuba
      Si le but des démocrates est de décevoir, on peut dire qu’ils ont atteint leur but


    • Julot_Fr 7 février 2020 11:00

      @Scuba

      Il s’agit pour les democrates d’attaquer Trump en permanence pour 2 raisons. 1. Empecher la contre attaque de Trump, tant qu ils attaquent, ils controlent le narrative avec l’aide unanime des media 2. Le principe de la propagande vu par les ingenieur sociaux est de ne pas laisser la population respirer et se poser des questions, ils doivent donc maintenir un show permanent sinon les zombies pourraient se reveiller


    • Scuba 7 février 2020 11:31

      @Trelawney
       
       smiley smiley smiley


  • caillou14 rita 7 février 2020 10:21

    La descente aux enfers des démocrates est consommée !

    C’est la victoire de Trump sur toute la ligne, avec l’acharnement stupide des opposants à son régime !

    Le geste de Nancy Pelosi en déchirant le discours de Trump restera l’aveu de leur défaite et la porte ouverte a une réélection du fada au pouvoir !

     smiley


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 février 2020 11:27

      @rita

      Absolument.

      Plutarque rapporte ainsi les paroles de Pyrrhus après la bataille d’Héraclée (et non pas « des raclées » :

      « Les armées se séparèrent ; et on raconte que Pyrrhus répondit à quelqu’un qui célébrait sa victoire que « encore une victoire comme celle-là et il serait complètement défait ». Il avait perdu une grande partie des forces qu’il avait amenées, et presque tous ses amis et principaux commandants ; il n’avait aucun moyen d’avoir de nouvelles recrues (…). Tandis que, comme une fontaine s’écoulant continuellement de la ville, le camp romain se remplissait rapidement et abondamment d’hommes frais, pas du tout abattus par la défaite, mais gagnant dans leur colère une nouvelle force et résolution pour continuer la guerre. »

      À chaque victoire de Pyrrhus, les Romains perdaient plus d’hommes que lui mais ils pouvaient facilement recruter de nouveaux soldats ; leurs pertes affectaient donc beaucoup moins leur effort de guerre que celui de Pyrrhus.

      La citation : « Si nous devons remporter une autre victoire sur les Romains, nous sommes perdus » (Plutarque, Apophtegmes de rois et de généraux, « Pyrrhus ») pourrait s’appliquer aux démocrates américains… s’ils avaient remporté une victoire..


  • Désintox Désintox 7 février 2020 14:04

    Le Sénat américain a refusé d’auditionner les témoins.

    Tout est dit


  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 7 février 2020 14:35

    Il y a quelque chose qui mérite d’être rappelé : l’attitude des médias français qui ont massivement soutenu le point de vue des démocrates et cherche à maintenir le suspens en annonçant à de nombreuses reprises depuis l’élection présidentielle une destitution imminente de Trump. De grands experts des USA faisant preuve d’une objectivité au delà de tout soupçon.


  • bebert bebert 7 février 2020 15:17

    C’est un Trump qu’il faudrait en France en remplacement de freluquet et de la gauchiasse 


    • Buzzcocks 7 février 2020 16:33

      @bebert
      J’aimerais bien voir ça perso.... Quand Macron va à Brégançon, c’est déjà limite l’émeute sur les réseaux sociaux pour dire que notre Jupiter se pavane en vacances quand la France souffre.... si il s’absentait tous les week ends pour jouer au Golf avec des frais de sécurité de l’ordre de la centaine de millions, on ajoute que Trump loge ses amis dans son propre réseau d’hôtels au frais du contribuable.... Pas sur que les français, qui se plaignent d’ peu près tout, trouvent le personnage sympa très longtemps.
      Si on prend Sarko, après 10 mois, son côté racaille de banlieue avait vite lassé le peuple, et la populace trouvait le personnage assez peu digne de la fonction.


  • troletbuse troletbuse 7 février 2020 16:59

    Leur objectif est : Rester dans l’opposition jusqu’en 2024. On avisera ensuite..


  • Kapimo Kapimo 7 février 2020 17:09

    Si le but des démocrates est de cacher au public leur dernières magouilles relatives aux primaires présidentielles, c’est en partie réussi.

    https://www.dedefensa.org/article/desastre-dans-liowa-bouffe

    Avec le Russia-gate, puis cette procédure, l’état profond US (auquel sont aussi soumis les démocrates) oblige Trump à faire des choses qu’il n’aurait sans doute pas faites (l’assassinat de Soleimani entre autres).


  • charly10 7 février 2020 18:56

    Moi je modifierai le titre de l’article comme suit ;

    « Les démocrates n’ont pas éliminé Trump mais ont-ils  atteint leur objectif »

    Je crois qu’à force de s’acharner contre Trump, l’opinion de l’américain moyen, (même celui qui hésite  encore entre conservateurs et démocrates), ne se retourne contre les démocrates. Lorsque on en fait trop dans la lutte, quel que soit sont bien fondé, cela se retourne inévitablement contre les auteurs de  l’attaque.

    Surtout lorsque, depuis l’origine de la procédure, il est notoire que le sénat US majoritaire dans la décision finale mettra un veto.

    Pour descendre ce genre d’adversaire il faut y aller caché et jouer très fin.

    Cet homme a une attitude détestable, mais il a mis en œuvre une politique et des savoirs faire économiques, certes hétérodoxes, mais bénéfiques pour son pays. Il ne gouverne pas comme un politique,c’est un commercial agressif.

    Il faudra a coup sur, le supporter encore 4 ans. 

     


  • damocles damocles 7 février 2020 19:40

    Les democrates sont lamentables , ET TANT QU’ILS NE SERONT PAS DEBARASSES DU CLAN CLINTON-BIDEN , ils ne sortiront pas de l’ ornière où ils se sont englués 

    Des trucages contre Sanders lors de la precedente élection à la procedure de destitution perdue d’avance et qu’ils ont pris dans la figure comme un boomerang avec « l’ ukaine-gate » de Biden père et fils , ils n’ont fait que s’ enfoncer avec Pelosi la« bave aux lèvres » comme chef de meute !

    Même si l’on n’a pas de sympathie particulière pour Trump , on ne peut qu’être affligé par la nullité des démocrates !


  • jjwaDal jjwaDal 8 février 2020 22:54

    L’unique objectif du parti démocrate est d’empêcher que Sanders ne soit (comme lors de la précédente campagne présidentielle), le candidat du parti démocrate opposé au candidat républicain. Tout le reste est secondaire, y compris la procédure intentée contre Trump. Trump remplissait toutes les conditions pour être destitué, sauf l’accord du sénat qui était exclu dès le départ.
    On remarquera que ceux qui ont envoyé en Irak des soldats se faire tuer , ont, transformé la Syrie et la Libye en camp d’entrainement pour terroristes et oeuvrés pour une guerre civile en Ukraine, n’ont a aucun moment été « éligibles » à une procédure de destitution.
    Dans ce type de procédure, on cherche les fautes morales aux yeux de la frange psychopathe au sommet de la hiérarchie sociale US, nullement les crimes et délits. Envoyer les troupes US tuer des civils et ramener des « body bags » ne sera jamais un motif de destitution.
    Donc on est clairement dans le domaine du cirque et de la prestidigitation. Trump a plutôt moins de sang sur les mains, qu’Obama ou Buch junior par ex, deux présidents nullement inquiétés.
    Se souvenir quand même que Bill Clinton a connu cette procédure pour basiquement un petit travail de sucette d’une stagiaire à la Maison Blanche, alors que J.W. Busch a envoyé les troupes US faire des millions de morts en Irak pour des armes de destruction massives inexistantes. On mesure mieux alors la portée d’une procédure en destitution sauce USA.
    S’il y eu une motivation pour cette procédure, elle ne pouvait viser qu’à affaiblir Trump pour pouvoir lui opposer un candidat ayant peu de chances de le vaincre dans une élection. Pari dangereux, car le dégoût qu’inspire cet homme pour de très nombreux américains est comparable à celui éprouvé pour le parti Démocrate lui même...


Réagir