mercredi 11 avril 2018 - par GÉOPOLITIQUE PROFONDE

Les dernières avancées de l’IA

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une IA dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’IA sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’IA interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

 

  • Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs IA respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

 

  • Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une IA détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

 

  • Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des IA. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

 

  • Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des IA. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine). Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs.

 

 

Franck Pengam

 

Extrait de Géopolitique Profonde n°2, Première Quinzaine de Mars 2018.

www.geopolitique-profonde.com



28 réactions


  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 11 avril 2018 10:00

    certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour

    C’est pas un signe d’intelligence, j’ai jamais réussi à comprendre George Bush.

    Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

    Et si l’on pose des questions interprétables, il est de combien le score ?

    DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non.

    DARE va nous dire que Stephen Hawking a menti toute sa vie. Tout comme pour la conduite autonome, l’IA n’arrête pas de se planter royalement sur des choses qui nous semblent évidentes.

    Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des IA

    C’est pas de l’intelligence artificielle, c’est de la statistique et de la probabilité

    Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des IA.

    Blue Brain de l’EPFL simule 10.000 neurones, et ce, depuis 2008.

    D’ici 2028, l’IA pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.

    Un générateur de QCM ? La privatisation tant espérée de l’éducation ?

    L’IA c’est comme les Webservices, le Web 2.0, le Blockchain, le Cloud, le virtuel... et tous ces bons mots que les marketeurs nous ressortent tous les deux ans pour nous vendre leur bric à brac. Cette année c’est Terminator qui fait des statistiques.


    • V_Parlier V_Parlier 11 avril 2018 10:05

      @La Voix De Ton Maître
      Excellent récapitulatif qui m’évite ce travail smiley


    • V_Parlier V_Parlier 11 avril 2018 14:04

      @La Voix De Ton Maître
      « Cette année c’est Terminator qui fait des statistiques. »
      -> Pire que ça : Cette année Terminator joue le rôle d’un président de la république française. (Il y en a 2 autres aussi, à Washington et à Londres. Les terminators féminins existent aussi depuis l’épisode 3).


  • V_Parlier V_Parlier 11 avril 2018 10:04

    « l’IA pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classe »
    -> C’est un cyborg blindé qui donne des baffes ?


  • gaijin gaijin 11 avril 2018 12:00

    trop bon smiley
    " L’un de leur rovers à six roues explore la surface de Mars en mode autonome. Soudain, le véhicule se dirige vers la droite, longe une falaise, marque un temps d’arrêt puis se jette dans le vide et s’écrase 400 mètres plus bas. A 70 millions de kilomètres de là, à Houston, les spécialistes de la NASA sont effondrés. Plus rien ne peut sauver une mission qui aura coûté plus d’un milliard de dollars. Le rover, équipé d’un système d’intelligence artificielle, a pris des décisions qu’ils ne peuvent pas expliquer. « 

    et foutre un bazard d’un milliard en l’air ç’ est une preuve d’intelligence ?

    non mais allo .....

    n’importe quelle intelligence naturelle vous répondra : on aurait pu donner a bouffer a combien de monde pour le même prix ?

    une citation : » l’intelligence commence quand la pensée comprend qu’elle ne peut rien inventer de nouveau " Krishnamurti
    quand une machine pourra m’expliquer le sens de cette phrase on pourra parler d’ intelligence artificielle ...


  • MagicBuster 11 avril 2018 15:16

    Ce qui fait des progrès énormes en ce moment c’est le DEEP Learning.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Apprentissage_profond

    Cela s’explique par la puissance des technologies nouvelles qui analyse sur le grand nombre les comportements humain par le biais de flux.

    https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-nvidia-titan-v-gpu-volta-de-110-tflops-taille-pour-le-machine-learning-70239.html


    • gaijin gaijin 11 avril 2018 16:26

      @MagicBuster

      deep learning ?

      oh my god ........ smiley


    • V_Parlier V_Parlier 11 avril 2018 19:46

      @gaijin
      Dans un papelard orienté « business » j’ai lu qu’il existait aussi du « deep working ». Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ça ne désigne pas le futur des salariés sous Macron mais simplement le vrai travail (*) que fait quelqu’un dans une entreprise, une fois qu’il s’est acquitté de ses tâches administratives ! Ca m’en a foutu un coup, cet aveu soudain de la raison de l’improductivité dans les grosses boites ! smiley

      (*) Autrement dit le travail comme avant : Le technicien qui fait de la technique, le médecin qui fait de la médecine, etc...


    • gaijin gaijin 11 avril 2018 20:09

      @V_Parlier
      j’avais vu une info ( mais j’ai pas trouvé de lien ) que selon l’éditeur de logiciel sage la france détenait le record du cout de l’administratif ( ce qui n’étonne personne ) soit 45 milliards par ans ....
      rigolo non ? ça pourrait s’appeler du « deep fucking de coléoptères »
      j’ai quitté le monde de l’entreprise quand la réunionite a atteint les ateliers de production .....
      parait que en france le travail coute trop cher mais mais personne ne veut chiffrer le cout des délires managériaux .........


    • V_Parlier V_Parlier 11 avril 2018 21:20

      @gaijin
      Il faut reconnaitre aussi que toutes ces méthodes procédurières en vigueur dans les grosses boîtes (privées, et oui !) nous viennent des américains qui se sont inspirés des japonais. Ca n’a certes pas amélioré la situation en France où l’ADN de ls suradministration était déjà activé...


    • gaijin gaijin 12 avril 2018 09:37

      @V_Parlier
      pas que
      la question est celle de l’économie financière : il ne s’agit plus pour l’entreprise de prospérer et de perdurer mais de servir une rente immédiate aux actionnaires ce mode de fonctionnement est destructeur dans l’ancien temps ça s’appelait manger son blé en herbe .....

      https://www.youtube.com/watch?v=GRrZFL3z0aY
      « quand l’ hivers viendra , quand l’ hivers viendra ............ »

      un autre problème est la fragmentation des responsabilité : l’entreprise est dirigé par un employé piloté par un système financier ou personne n’est responsable : c’est un système aveugle dans lequel le type qui est actionnaire de l’entreprise dans laquelle il bosse ( sans le savoir par le biais de fonds de pension , placements divers ......) participe du fait de détruire son outil de travail
      mais il n’est pas responsable étant inconscient de de son action
      le financier obéit aux impulsions aveugles des actionnaires : « je veux plus , je veux le maximum »
      le pdg obéit aux ordres du financier : pressurez !

      et tant va la cruche a l’eau ..................

      personne n’est au commandes ( les vrais entreprises avec un vrai patron fonctionnent très bien a part qu’elles sont obligées de réagir aux dictats des entreprises financiarisées )

      je simplifie mais c’est l’essentiel du fonctionnement ...........
      « la jument de michao a passé dans le pré ......a mangé tout le foin ...... »


    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 09:33

      @gaijin
      Ca va en effet bien plus loin que les problèmes administratifs du salarié mais c’est tout aussi exact. J’ai vu et je vois ça presque au quotidien.


  • MYALGOTRADE 11 avril 2018 16:56

    Dans l’histoire qui nous est contée, la pauvreté de l’activité du personnage principal incarné par Joaquin Phoenix est frappante. S’il se déplace chez lui et occasionnellement en ville, pour le reste, il ne fait rien de ses journées, sinon parler sans fin. Rien avec son corps : sport, danse... Rien de ses mains : musique, cuisine, bricolage... Aucune de ces activités qui demandent un apprentissage avec d’autres pour faire face à des situations réelles complexes voire nouvelles, sans mode d’emploi et grâce à des gestes précis et sûrs.

    Le scénario du film fait alors de ce personnage une proie évidente pour une intelligence artificielle qui n’a ni corps ni mains, qui ne fait que parler et qui est partout sans trêve. Il ne s’agit entre eux que de traiter, d’échanger une information aisément numérisable, ce qu’est toute expression orale ou écrite de notre pensée, au moins quant à son contenu.


  • Enabomber Enabomber 11 avril 2018 22:45

    Il nous restera toujours un apanage : je ne vois pas les progrès de l’IA au lit, sauf question haleine.


  • pemile pemile 11 avril 2018 22:53

    @Géopolitique Profonde "tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’IA sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans« 

    Qui sont ces  »commentateurs" ?


    • GÉOPOLITIQUE PROFONDE Géopolitique Profonde 12 avril 2018 10:09

      @pemile L’information est tirée d’un L’Express (papier) : des analystes experts du domaine, des scientifiques et chercheurs spécialisés, des entreprises travaillant sur l’IA, bref des gens du milieu. Ces points sont approfondis dans la revue avec des noms et prochainement avec un gros dossier sur le cas chinois. On entend régulièrement ce genre d’infos, exagérés ou non, aux Etats-Unis et en Chine, d’où la tranche un peu absurde de 30 à 200 ans. 


  •  Christian Deschamps Ratatouille 12 avril 2018 00:38
    Vera est un robot intelligent qui remplit la fonction de directeur des ressources humaines. Son objectif est de trouver le candidat idéal pour les entreprises . Grâce aux technologies de reconnaissance vocale de Google, Amazon et Microsoft qu’elle a pu combiner et assimiler, elle est capable de dialoguer avec les humains. À côté de cela, ses programmateurs l’ont entraînée à comprendre le vocabulaire propre au secteur du recrutement en la nourrissant de 13 milliards de phrases et syntaxes issues de la télévision et de Wikipédia, afin d’avoir des répliques plus naturelles et de mieux comprendre ses interlocuteurs.
     
    Vera est née d’une idée de deux jeunes DRH russes, Vladimir Sceshnikov et Alexander Uraksin. De par leur expérience professionnelle, ils se sont rendu compte que le métier pouvait être lassant et souffrait de lenteurs contre-productives. « Nous nous sentions comme des robots, donc nous nous sommes dis qu’il serait mieux d’automatiser la profession », explique Uraksin à Bloomberg. Une intuition qui les mène à fonder la start-up Robot Vera, afin de mettre au point cette « intelligence artificielle DRH ».

    300 entreprises clientes
    Depuis sa première utilisation en décembre 2016 en Russie, le robot enchaîne les contrats et compte désormais comme clients plus de 300 entreprises dont des multinationales telles que Pepsi, Ikea et l’Oréal. Le retour sur investissement semble de taille, puisque Vera réduirait le budget alloué au recrutement de plus d’un tiers pour les entreprises qui l’utilisent.

  •  Christian Deschamps Ratatouille 12 avril 2018 00:40

    Contrairement aux DRH humains, Vera est capable de passer des entretiens avec plus de mille postulants simultanément, par vidéo ou par téléphone. Depuis qu’elle travaille pour Pepsi, par exemple, l’intelligence artificielle a effectué plus de 40 000 coups de fil, envoyé 37 000 mails et plus de 100 candidats ont passé un entretien vidéo avec elle.
     
    Les jeunes entrepreneurs estiment que Vera rapportera plus d’un million de dollars à leur start-up d’ici la fin de l’année 2018. Pour ce faire, ils tentent aujourd’hui de lui apprendre à reconnaître les émotions comme la colère, le plaisir ou la déception. Ainsi, son jugement sur la personne sera plus habile et moins déshumanisé. Une mise à jour bienvenue si un jour Vera s’occupe aussi des licenciements ...


    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 09:38

      @Ratatouille
      Etant donné le fonctionnement actuel des RH, ça ne changera pas grand chose en effet. Peut-être même que ce sera plus facile de pipeauter comme on doit toujours le faire lors d’un de ces entretiens psycho-machin-profilo-mescouilles où un gugus essaye toujours de vous mettre en difficulté parce-qu’il pressent presque surnaturellement une incompatibilité d’ordre presque astrologique de votre « profil » avec le « poste ».

      « Vera » ça veut dire « Foi ». (C’est aussi un prénom féminin ordinaire). Amusant.


  • Christian Labrune Christian Labrune 12 avril 2018 08:35

    à l’auteur,
    Je lis encore bien des conneries dans les commentaires qui sont des réponses à votre article, mais quand même un peu moins que d’habitude. On ne dit plus que les machines, « c’est binaire », qu’il faudra bien évidemment toujours des hommes pour les programmer, qu’un « robot » ne pourra jamais être conscient, etc..

    De fait, beaucoup ont dû peut-être se rendre compte que ceux qui rigolaient lorsque Clément Ader faisait décoller le premier « avion » sur une dizaine de mètres avant le crash final - l’idée de faire voler un appareil plus lourd que l’air était vraiment un rêve des plus loufoques ! - auraient peut-être un peu moins ri si on avait pu leur montrer le décollage des 570 tonnes d’un Airbus A380.


  • L'Astronome L’Astronome 12 avril 2018 08:38

     
    On en arrive à regretter qu’on n’ait pas prévu la création d’outils fondés sur l’ I.-.A. pour la politique et le social, devant les I.-.Âneries de nos gouvernants.
     


    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 09:42

      @L’Astronome
      Tout dépend des données d’entrée et des buts que vous fixez à l’IA. Si vous entrez :
      * Situation = libre échange mondial
      * Contraintes = appliquer les GOPE
      * But = rembourser la dette de l’état
      * Limites imposées = garder au moins suffisamment de gens en vie

      Et bien vous allez tomber sur le programme de Macron. Macron est une IA en quelque sorte smiley


  • gaijin gaijin 12 avril 2018 09:40

    on note avec regrets l’absence de réponses de l’auteur
    trop dur de communiquer avec des humains ?


  • vachefolle vachefolle 12 avril 2018 11:50

    Stop buzzing avec l’IA, le Deep Learning, le Big Data,....
    L’IA c’est de l’informatique ni plus ni moins.

    Donc ca va bouffer notre job (comme le fait l’informatique depuis 30 ans) de plus en plus ca c’est sur.

    Mais les lecteurs de code barres qui remplacent les caissières dans les supermarchés aussi, et il n’y a pas d’IA.

    Quand au jour ou on aura une IA consciente... LOL.... les prédictions n’ont aucun sens.
    Ca peut aussi bien arriver dans 30 ans que jamais.

    Car la question de fond est qu’on ignore l’origine de la conscience humaine (quantique, autre), donc on ne peut pas reproduire un mécanisme qu’on ne comprend pas.


    • V_Parlier V_Parlier 13 avril 2018 09:44

      @vachefolle
      Aussi perfectionnée et imitatrice que puisse être l’IA, comment imaginer qu’elle puisse avoir une conscience ? Tout au plus ce sera une simulation de conscience parce-qu’on lui aura imposé des règles de décisions dans ce but, c’est tout. La conscience c’est avant tout ressentir qu’on existe, avant le reste.


Réagir