vendredi 4 août - par christophecroshouplon

Les enfants gâtés de Mai 68

Mai 68 naquit d’un mouvement social ouvrier et fut récupéré par un paquet d’enfants de bourgeois et de petits bourgeois avides de liberté pour eux avant tout. Ils en avaient certes grand besoin car en effet la France du Général les corsetait, mais on peut légitimement avec le recul se demander si leur véritable slogan n était point IL EST INTERDIT DE M'INTERDIRE. Tant le legs qu’ils laissent aux générations suivantes est mince et tant à eux il n’aura guère manqué, à eux qui occupent encore le dessus du panier. Et mégotent les places et s’accrochent aux lustres comme des crabes.

Je parle bien des bourgeois et d'eux seuls, ainsi que de tous ceux qui de quelque bord politique qu’ils soient ont gravité autour de ce modèle. Car quoi, l’emploi, les retraites, l’accès à la propriété et au crédit, la profession de bailleur et les loyers pratiqués ad hoc, le consumérisme, l’implication dans la publicité, les médias, les organes de pouvoir, les postes grassement payés dans les grosses boites à fric – ce furent bien eux et non la génération d'avant ou d’après. Leurs parents ont connu la guerre, se sont saignés pour eux notamment sans forcément agiter l’héritage en chiffon rouge autant, et n’ont quant à eux pas accumule divorces et remariages. Que cèdent- ils donc vraiment, défiscalisation déduite, à la génération suivante sinon des règles, des leçons et des normes dont ils s’affranchissent souvent, eux les champions toutes catégories du libertaire pour ma pomme, je pose la question. Et une autre, ces héritages qui perpétuent les inégalités et déresponsabilisent quelque peu rendent-ils vraiment tant service…

De bonne volonté certes, mais encore et toujours et jusqu’au dernier souffle accrochés au guidon sans maitriser les nouvelles règles de conduite. Car ce monde tel qu’ils nous le lèguent le comprennent ils encore, j’en doute, il n y a qu’a voir les chaines qu’ils écoutent, les livres et les journaux qu’ils lisent. Que du vieillot, que du compassé, que du XXème siècle. Et ça SAIT pour les autres, tous les autres, ceux là d'à côté dont ils ne partagent pas la misère, ceux-là au loin dont ils méconnaissent la culture, eux qui à l’étranger ne quittent pas le VIP touristique et se contentent de ramener des poteries made in China. Ils ont et professent de belles valeurs d’amour de son prochain et de tolérance universelle, cela suffit amplement.

Faire la morale quand on a tout et davantage et qu’on ne se l'applique pas toujours est facile mais rend peu crédible, c’est pourquoi certains de leurs enfants prennent leur distance au sens propre ou figuré. Cette génération surprotégée et gâtée ne se rend tout bonnement pas compte de sa chance et aligne les certitudes comme d’autres des perles. Pourquoi interroger le réel quand tout va bien et que la sécu paie et que la mutuelle rembourse. Et tant pis si leur corps leur parle, ils ne l’entendent guère et s’en remettent au spécialiste qui parce que blouse blanche dit le vrai par définition. Ou à l’expert es méditation tout droit venu du Népal et qui joue avec leur crédulité et leurs sous pour la bonne cause.

Pour eux Macron c’est tout bon, l’Union Européenne veut le bien des peuples, Le Pen est facho, l’écologie c’est merveilleux, le tri sélectif c'est absolument indispensable et fumer tue. C’est simple à comprendre, d’ailleurs c’est ce que dit la TV. Et si le réel dit l’inverse alors dissolvons-le ça vaut mieux.

Ils ne le font vraiment pas exprès, ces gens-là sont foncièrement bons, aucun problème, juste un peu dépassés par les évènements et à l’abri autour de tables de restaurants que leurs propres enfants ne pourront jamais s’offrir par eux-mêmes. Depuis la place près de la fenêtre c’est à peine s ils peuvent distinguer le visage de cette femme sans âge en guenilles. Le plat est servi, attablons-nous, nous tacherons de lui donner une pièce à la sortie s'il nous reste un peu de menue monnaie.

Eux qui souvent pontifient à la lecture du dernier bloc-notes de BHL dans Le Point, ils ne se rendent guère compte du regard que pose sur eux ce petit peuple, ce petit personnel à qui ils parlent parfois sur un ton légèrement condescendant avec l’air aimable, toujours aussi désespérément aimable. Ces gens-là n’en pensent pas moins et ont le savoir-vivre de garder pour eux ce qu’ils voient et ressentent, de ne pas relever ce propos à la limite de l’humiliation ou ce regard hautain qui ils trahissent parfois malgré eux. Car eux savent qu’ils n’ont pas le choix, ils sont dans la soute alors intelligemment et en pro ils jouent le jeu des apparences.

Ils font et se font la leçon et psychologisant à tout va à la serpe, comme dans le magazine du même nom. Freud est leur gourou, Juppé leur pape, Eric Emmanuel Schmidt et Eric Orsenna leurs auteurs de chevet. Quant à Cohn Bendit, leur héros binational labellisé UE et grand amateur de chair enfantine, c’est un bon pote et un type bien comme il faut.

Ils partiront entourés, ils le méritent, je dis ça sans ironie aucune. Mais quelque peu surpris de se découvrir mortels. Car sans foi pour beaucoup d’entre eux ils craignent la mort et la souffrance et veulent partir dans leur sommeil sans le moindre mot d’estomac. Interdit de m'interdire, telle sera la prescription avec chèque qu’ils transmettront à leur médecin.



158 réactions


  • amiaplacidus amiaplacidus 4 août 11:05

    @l’auteur, votre prémisse : "...Mai 68 naquit d’un mouvement social ouvrier et fut récupéré par un paquet d’enfants de bourgeois et de petits bourgeois avides de liberté pour eux avant tout... « est totalement fausse.

    C’est exactement le contraire, le mouvement initial, c’est des étudiants des classes bourgeoise et petite-bourgeoise. Étudiants en sciences sociales, lettres, philo, essentiellement. Les organisations ouvrières n’ont suivi que plus tard, avec beaucoup de réticences. L’histoire a montré que ses réticences étaient justifiées.

    En 1968, j’étais, fils, petit-fils, ... d’ouvriers, étudiant (parmi les très rares étudiants issu de la classe ouvrière à l’époque) dans une école d’ingénieurs suisse et il ne s’est pratiquement rien passé, tout au plus quelques tracts distribués par les étudiants en lettres de la fac voisine.

    Mon père, syndicaliste engagé m’avait dit : » c’est des enfants de bourgeois qui font leur crise de rougeole, sans inquiéter papa-maman, lorsqu’ils se seront bien agités, il reviendront à la soupe et tu les retrouveras aux postes de commandes sans aucun scrupule pour opprimer les travailleurs ".
    Si déjà à l’époque j’approuvais mon père, maintenant, avec le recul, je peux encore apprécier sa prescience, ou, plutôt, sa profonde connaissance des mécanismes humains de l’exploitation du travail des autres.


    • Gorg Gorg 4 août 11:20

      @amiaplacidus

      Bonjour amiaplacidus

      Excellente piqure de rappel...


    • cevennevive cevennevive 4 août 11:44

      @amiaplacidus, bonjour,


      Oui, vous avez raison. C’est exactement ce qui s’est passé. C’est la faculté de Nanterre qui a lancé le programme...

      Moi, à l’époque, j’étais salariée dans une usine de pantalons de Nîmes, mais aussi étudiante par correspondance. L’usine où je travaillais n’a été fermée (d’autorité par les syndicats) que trois semaines après le début des grèves. C’est d’ailleurs moi qui ai reçu les représentants des syndicats car j’avais un boulot modeste dans les bureaux, le patron étant absent (et pour cause...).

      Les observations et développements politiques de l’auteur sont justes mais partent d’un mauvais concept.

      D’autre part, lorsque l’usine a rouvert mon salaire avait presque doublé...

    • Fergus Fergus 4 août 11:53

      Bonjour, amiaplacidus

      C’est parfaitement exact : le mouvement a été initié par les étudiants qui, très majoritairement, étaient à cette époque, issus de la bourgeoisie. A cet égard, il es très intéressant de relire l’excellent livre de Robert Merle Derrière la vitre inspiré par la journée « anti-impérialiste » du 22 mars sans laquelle il n’y aurait peut-être pas eu Mai-68.

      Parfaitement exact également que le mouvement a été au départ observé avec distance, voire une certaine hostilité, par les syndicats ouvriers dont certains militants n’hésitaient pas à traiter les étudiants de Nanterre de « petits cons » !


    • Sozenz 4 août 13:14

      @amiaplacidus
      beau témoignage , merci ^^


    • christophecroshouplon christophecroshouplon 4 août 14:03

      @Sozenz 

      Autant pour moi, merci pour votre juste correction

    • christophecroshouplon christophecroshouplon 4 août 14:09

      @christophecroshouplon

      Apres verification il semblerait - cf commentaire-apport plus bas- que je sois dans le juste ... Je mets un conditionnel, remarque au passage

    • JC_Lavau JC_Lavau 4 août 14:53

      @amiaplacidus. Affirmatif. On voit que toi et ton père, vous y étiez.


    • Delphus Delphus 4 août 15:57

      @amiaplacidus
      Cela commence pourtant avec les ouvriers de chez Renault non ?!



    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 août 16:02

      @amiaplacidus

      Tout à fait d’acord avec vore correction initiale.
      De plus :http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/13/1329497-cohn-bendit-a-nanterre-des-dortoirs-a-la-direction.html

      1. La mixité des résidences universitaires et l’incident de la piscine

      Tout commence en 1967 : le jeune Dany, 22 ans, étudie la sociologie à Nanterre. La faculté, tout juste construite et inaugurée (entre 1964 et 1966), est déjà le théâtre d’agitations estudiantines, notamment liés aux mauvaises capacités d’accueil de l’établissement.

      Le 21 mars, des étudiants décident de manière spontanée d’investir le bâtiment de la cité U réservé aux étudiantes : si les filles pouvaient se rendre à loisir dans les chambres des garçons, l’inverse était proscrit. Les contestataires, défendant de façon plus qu’intéressée la mixité des résidences universitaires, se font déloger par les forces de l’ordre.

      L’affaire en reste là, mais à la rentrée suivante, les troubles étudiants s’amplifient.

      Le 8 janvier 1968, le ministre de la jeunesse et des sports, François Missoffe, vient inaugurer la piscine du campus de Nanterre. L’occasion est trop belle pour une cinquantaine d’étudiants anarchistes de prendre à partie l’homme politique sur la question de l’ouverture aux garçons des logements des étudiantes.

      L’un des jeunes libertaires l’interpelle : « J’ai lu votre Livre blanc [sur le thème de la jeunesse, ndlr]. Six cents pages d’ineptie. Vous ne parlez même pas des problèmes sexuels des jeunes. » Croyant à une plaisanterie, François Missoffe conseille au jeune homme, s’il a ce genre de problèmes, de piquer un plongeon dans la piscine.

      L’étudiant s’appelle Daniel Cohn-Bendit, et l’incident sera plus tard considéré comme le point de départ des évènements de Mai 68.



    • Thucydide Thucydide 4 août 17:27

      @amiaplacidus
      J’allais le dire, avec une petite précision sur un détail hautement significatif :
      Tout a commencé avec le Mouvement du 22 mars, créé par daniel Cohn Bendit pour protester contre...
      L’interdiction faite aux garçons des cités universitaires d’aller visiter nuitamment les chambres des filles (!)

      Ceci pour rappeler la profondeur des réflexions politiques qui ont été instrumentalisées pour obtenir le départ de De Gaulle.


    • HELIOS HELIOS 4 août 18:05

      @Jean-Pierre Llabrésé



      ... comme certains d’entre-vous, j’ai vecu et participé de l’interieur a ce que vous appelez « Mai 1968 ».

      Comme a cette époque, j’ai toujours du mal a supporter les « généralisations » que l’auteur fait, gratuitement et comme tous ceux qui critiquent, ne savent pas prendre leurs responsabilités et s’excusent, en accusant ma génératuion de tous leurs maux.

      En 1968, il y a eu de tout, comme toujours, des sincères, des manipulateurs, des profiteurs, des couillons et comme maintenant, des idiots utiles.

      S’il y a une génération plus coupable que les autres, ce n’est surtout pas celle qui nous a libéré du carcan de l’apres guerre... mais ce serait plutot la suivante qui a profité de la terre societale fraichement labourée et donc accueillante, pour y planter autre chose, quitte a des retours en arriere, leurs vices émergents... et pire, mes enfants, la génération +2 ne fait rien et nous accusent maintenant d’avoir permis tout cela, sans imaginer un quart de seconde que c’est a eux de gerer le problème plutot que de chercher des coupables quels qu’ils soient !!!

      Désolé, l’auteur, je n’ai pas pris le temps de lire tous les commentaires, il y en a d’ailleurs franchement débiles, j’hesite toujours a qualifier les interventions, mais ce serait bien que ceux qui s’expriment, le fasse en connaissance de cause ou se taisent. je sais bien que quand on a rien a dire, ce n’est pas une raison pour se taire, justement....

      Alors, je vous le dis franchement, comme je l’ai dis a mes enfants qui n’ont plus l’age d’etre admonestés mais comme a des adultes que vous etes : si vous n’etes pas d’accord avec la societe que nous vivons, c’est parce que vous etes des cons, des limaces et ce qui vous arrivent est exactement ce que vous meritez.
      Lorsque ça n’allait plus, des milliers de gens sont descendus dans la rue, justement en 68 et vous que faites vous ? vous ecoutez les malins qui vous expliquent qu’il ne faut pas voter, pas faire ceci ou cela... NON !!! agissez bordel, cela me met en colère de voir ceux qui se plaignent de Macron et de ses députes ou de ses predécesseurs. Ce qui vient de se passer en mai et en juin, c’est une douce réplique de 68... et cela m’a fait plaisir. non pas le résultat, mais la démarche.

      ... tiens, vous voulez un exemple dont le modèle vaut pour les 50 ans qui viennent de s’ecouler... en 1968, ma jeunesse voulait vivre sa vie dans un monde rassurant, ouvert sur ce que nous pensions etre l’ouverture, heureux de ce que nous construisions, une Europe solidaire, dans laquelle nous pourrions voyager, etudier etc ... une Europe qui permettrait d’affronter l’URSS si necessaire, comme les Etats Unis etc.... et vous voyez ce que la génération +1 a fait de l’Europe... un enfer, une dictature dans laquelle tous les pays se font concurrence et perdent leur souverainetés, qui perd toute sa substance... une vrai colonie des structures financières internationales, en clair le renouveau du III eme Reich allemand avec des nuances certes, mais un vrai IV Reich et pour que ce soit possible, Paris qui devrait etre la ville lumière de l’occident ne fait que d’oter la dignité de ses citoyens... dignité, dignité, dignité... un mot que l’auteur a un peu oublié en écrivant son article.

      Ce n’est plus mon monde, c’est a vous de l’entretenir,, le developper et assurer son évolution, je profite actuellement de ce que j’ai moi-même construit, je continue a le partager avec mes enfants et bientot mes petits enfants... je n’ai rien volé, ce que j’ai, je l’ai payé de mon travail, mon investissement, mes economies et a mon époque on ne dépensait pas 10% du smic pour un forfait téléphonique, on dépensait cet argent dans un credit pour sa future maison. (par exemple) !

      Bien a vous tous

    • amiaplacidus amiaplacidus 4 août 18:26

      @JC_Lavau Qui écrit  :
      « Affirmatif. On voit que toi et ton père, vous y étiez. ».
      -----
      Je n’y étais pas, comme je l’ai écrit, j’étais étudiant en Suisse. Hébergé gratuitement chez un oncle et exempté de taxes, je ne pouvais pas m’offrir le luxe financier d’aller m’amuser dans la rue avec les étudiants petits-bourgeois (de toute façon, à Lausanne, il ne se passait pas grand chose, en dehors de la fac de lettres qui a fait quelques sit-in ), je devais réussir les examens de fin-juin (réussis d’ailleurs).

      En revanche, mon père, comme délégué syndical, a participé aux négociations, sur un plan local. Négociations qui ont abouti à un mieux pour les travailleurs. Mieux qui a été, petit à petit, grignoté (jusqu’à la situation actuelle) par une grande partie des étudiants de mai 68, une foi leur crise passée et lorsqu’ils sont revenus chez papa-maman.
      .
      .

      @Delphus qui écrit :
       « Cela commence pourtant avec les ouvriers de chez Renault non ?! »
      -----
      NON
      .
      .

      @Thuclide qui écrit :
      « Tout a commencé avec le Mouvement du 22 mars, créé par daniel Cohn Bendit pour protester contre...
      L’interdiction faite aux garçons des cités universitaires d’aller visiter nuitamment les chambres des filles (!)

      Ceci pour rappeler la profondeur des réflexions politiques qui ont été instrumentalisées pour obtenir le départ de De Gaulle
      . »
      -----
      Exactement.
      D’ailleurs, D. Cohn-Bendit l’archétype même de l’étudiant petit-bourgeois : père avocat, mère juge. Son ralliement au capitalisme, avec comme nouvelle couverture l’écologie (cf « une écologie qui prenne acte de l’économie de marché pour mieux la réguler  » in « Une envie de politique » de D. Cohn-Bendit 1998). Bref, D. Cohn-Bendit, l’exemple parfait du petit-bourgeois qui s’amuse dans sa jeunesse avant de passer aux « choses sérieuses ».


    • roby 4 août 18:36

      @Fergus


      C’est exactement ce qui s’est passé, j’étais un jeune syndicaliste CFDT à l’époque et nous n’avons adhéré qu’à contre-coeur à la grève générale 


    • amiaplacidus amiaplacidus 4 août 18:46

      @amiaplacidus
      Je complète.

      D’autres étudiants petits-bourgeois ont eu une autre attitude, je pense, c’est un exemple, à Alain Krivine, même s’il représente une position politique qui pour moi est totalement contre-performante, il faut lui reconnaître le mérite d’être toujours resté cohérent avec lui-même.
      .
      .
      En ce qui me concerne, je crois être aussi cohérent. Je n’ai jamais occupé une quelconque position hiérarchique, j’ai fait une carrière horizontale dans la recherche en développant de l’instrumentation pour la physique des hautes énergies.
      Il est vrai que j’ai été bien rémunéré et que j’ai une confortable retraite. Mais, est-ce vraiment un mal de bien gagner sa vie, par son travail, tout ayant des idées fortement ancrées à gauche ? Faut.il nécessairement être un traîne-misère pour vouloir une autre société, un autre partage des revenus ?
      .

      Incidemment, je repense à un article paru hier ou avant-hier, à propos de la cravate. Je ne portais pas de cravate, même si je côtoyais des prix Nobel, qui eux, de toute façon, n’en portaient pas non plus.
      Alors, la cravate, un accessoire pour masquer sa médiocrité ?


    • i-diogene i-diogene 4 août 18:51

      @amiaplacidus


      Il convient juste de reprendre l’ origine :

      Mai 68 a été incité par un mouvement mondial libertaire et contestataire qui a démarré dans les années 60, aux USA et en Grande Bretagne..

      Cela englobe le mouvement pour la paix au Vietnam..

      Ce mouvement a été principalement véhiculé par la musique : le rock et le folk..

      En effet, dès mai 68, les syndicats, les idéologies, communistes, trotskistes et anarchistes ont récupéré ce mouvement contestataire, particulièrement en France, au quartier latin et à la Sorbonne..

      Ce qui ne veut surtout pas dire que tout les contestataires étaient favorables à cette main-mise idéologique.. Loin de là..

      La plupart des jeunes se fichaient de la politique, ne cherchant qu’à se libérer des contraintes d’une société trop psychorigide..

      Il en est ressorti une créativité incroyable, particulièrement dans les domaines suivants :

      - rejet de la morale catho,
      - droit social, 
      - arts (musique, théâtre, cinéma, etc..),
      - libération sexuelle, fin de l’ omerta,
      - naissance de l’ écologie,
      - etc...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 18:59

      @amiaplacidus
      C’était sans doute l’une des premières « révolution colorée » pour faire partir de Gaulle ...
      Car de Gaulle était vent debout contre l’ Europe anglo saxonne qui se préparait.
      Il était bien le seul en Europe, tous les autres dirigeants étaient alignés sur Washington !

      « Le Mai 68 dont les médias n’ont pas voulu parler »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 19:08

      @christophecroshouplon
      La question est de savoir qui était derrière les étudiants et tiraient les ficelles.... ?? On trouve des informations intéressantes dans le livre « C’était de Gaulle » de Peyreffite, dont je vous conseille la lecture, car on nous a beaucoup menti sur de Gaulle.

      Pour diverses raisons, de Gaulle n’avait que des ennemis dans les médias et la classe politique.

      De Gaulle ne voulait pas du dollar comme monnaie de réserve.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 19:13

      @amiaplacidus
      Laissez-les braire ! On dirait que c’est un crime d’avoir au moins une génération dans notre histoire qui n’a connu ni la guerre, ni le chômage ...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 19:14

      @i-diogene
      ça, c’est le store telling des médias ...


    • velosolex velosolex 4 août 19:18

      @Fergus
      Pas vraiment...« Pour définir les étudiants d’origine populaire, un texte des sociologues Michel Euriat et Claude Thélot, publié en 1995, évoque certes les enfants d’ouvriers et d’employés, mais aussi les enfants de paysans et d’artisans commerçants. Et, selon les deux chercheurs, « la proportion (de ces) jeunes d’origine “populaire” dans les quatre grandes écoles retenues (Polytechnique, l’Ecole normale supérieure, HEC et l’Ena) a beaucoup diminué : environ 29 % Différence avec nous : Le simple bac est un facteur d’intégration, et permet l’accès à des concours administratifs de techniciens, et l’école normale d’instituteur s’ouvre après un concours au niveau du BEPC. 

      Un »long« et non une caricature d’article n’y suffirait pas. Mais il est évident que bien d’autres paramètres doivent être pris en compte, pour avoir une vision de la société française de 68. Les qualificatifs »petits cons« étaient monnaie courante à cette époque de »conflit de génération« terme peu employé, voir oublié maintenant, mais oh combien révélateur du climat, et que l’auteur nous ramène en toute innocence, le nez dans le guidon de cette époque. En tout cas cette société est beaucoup moins clivée et bien plus égalitaire qu’elle l’est actuellement. Les différences de salaires sont beaucoup moins profonds qu’aujourd’hui. Il est vrai que la saignée du corps industriel n’a pas encore commencé, et que les ouvriers constituent le gros bloc de la société française, et que le monde paysans est encore important. Bien des membres de notre »élite" actuelle, ont joué de ce facteur d’intégration inédit, qui a commencé après guerre pour commencer à s’éteindre dans les années 80, avec retour des bien nés, et des fils de bourgeois. Mais ne pas croire que l’intégration de cette nouvelle élite donnera toujours une chance à sa progéniture. Braudel montrera qu’il faut plusieurs générations pour qu’un carnet d’adresse soit conséquent. Berrigovoy en étant le révélateur, toujours fustigé par rapport à ses origines.

    • velosolex velosolex 4 août 19:50

      @velosolex
      Lire Bourdieu à la place de Braudel......


    • Gorg Gorg 4 août 20:31

      @amiaplacidus

      « Mais, est-ce vraiment un mal de bien gagner sa vie, par son travail, tout ayant des idées fortement ancrées à gauche »

      Pertinente remarque... comme tout le post d’ailleurs.


    • i-diogene i-diogene 4 août 20:47

      @Fifi Brind_acier


      Mais non, ce sont les années 60 que j’ ai vécues.. !

      La politique, on s’ enfichait, le mot d’ ordre, c’ était : musique, amour , paix, liberté..

      Mais 68 n’ est qu’une récupération politique du mouvement hippie..
      Dans les années 60, la mentalité curaillon de la France n’ avait rien à envier à celle des puritains espagnols.. !^^

      Bref : le carcan a volé en éclats, et les revendications syndicales ne sont qu’une infime partie du phénomène de société engendré..

    • oncle archibald 4 août 22:16

      @amiaplacidus : oui, vous avez tout à fait raison et l’origine exacte du mouvement est la revendication de la mixité dans les cités universitaires qui a l’époque étaient séparées filles d’un côté garçons de l’autre avec obligation pour les unes et les autres de regagner leur secteur dédié avant 22heures. 


      Les mouvements ouvriers ont été très critiques jusqu’à ce que le mouvement de révolte ne prenne une toute autre dimension. Devant cette ampleur inattendue ils ont eu peur de rater une occasion et ont pris le train en marche.

      Les eudiants en lettres étaient en effet en pointe partout et venaient tenir des conférences à l’école d’architecture, conférences fumeuses employant un vocabulaire d’initiés ou les conférenciers très satisfaits d’eux mêmes traitaient de pauvres minables ceux qui prétendaient les obliger à préciser leurs propos abscons.

      Après lorsque la France fut totalement paralysée par les grèves ce fut tout à fait autre chose qui aboutit finalement après les fameux accords de grenelle à une augmentation inédite des salaires, très vite réduite à néant par l’inflation .....

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 août 05:44

      @i-diogene
      Ce que vous décrivez, c’est à mon avis, la surface des choses. Bien sûr que la bienpensance de Droite de l’époque était pesante, c’est justement ce levier qui a été utilisé pour provoquer un conflit entre la jeunesse et de Gaulle, pour le faire partir.


    • mmbbb 5 août 08:29

      @Fifi Brind_acier il est vrai que vous avez des pensees beaucoup plus profondes. « Bien sûr que la bienpensance de Droite de l’époque était pesante »" ha bon en voila une revelation Diantre ! 


    • mmbbb 5 août 09:52

      @Fergus Toutes les revolutions ont ete initiées par les intellos . Louix XVI se méfiat des « club de pensée ) Je doute qu il y avait des paysans de la Creuse dans ces clubs , Quant a la revoution Russe idem, Trostki etait tout de meme un petit bourgeois terrien au regard des Moujiks . Quant aux syndicats francais , le PC avait une tres grande aura ( l auteur aurait pu le dire La France avait un autre paysage social c ’est l evidence même ) et la CGT son bras armé dans les luttes Il est evident que les objectifs etaient différents et que les ouvriers etaient dans la lutte des classes sociales. A cette epoque » classe sociale « avait un sens et les gauchos bouffaient du bourgeois matin midi et soir Par ailleurs, pour cette classe sociale de gauche , leur Jerusalem terrestre etait a l est : . l URSS un modele indépassable .Les universitaires representaient une » nouvelle classe" émergente puisque la demographie d ’apres guerre et la necessite d avoir des francais mieux formes provoqua la construction de nouvelles universites lycee etc. Le modele de pensee traditionelle francais etait contesté puisque la religion etait encore .prégnante Cette pensee n ’est pas effacee et resurgit avec le recul de notre laicite Voir les propos de la philosophe Chantal Delsol qui ecrivit dans un artcile paru dans le FIG que l etat laic l empechait de vivre pleinement sa religion.  A moins d avoir ferme les frontieres a la maniere de la Coree du nord, La France aurait ete gagnee par cette mouvance mondiale, Le cineaste italien Pasolini n a t il pas produit des oeuvres critiquant la societe bourgeoise italienne A cette epoque ce cineaste influencait le milieu intello francais Un exemple parmi d ’autres de cette mouvance d apres la guerre .


    • Dzan 5 août 10:17

      @HELIOSJe vis la même chose.
      des enfants qui ont voulu tout, tout de suite. Qui ne s’inscrivent même plus sur les listes électorales
      Pourvu qu’il y ait Canal + à la demande, la 4G.


    • mmbbb 5 août 10:46

      @Dzan @ Helios Ne les blâmez pas ces enfants. Lorsque ces gamins constatent et analysent cette « offre électorale » je pense qu ils ne sont pas si idiots . Qu avancent les politques ? ont ils une perspective , un projet ? Il est de bon ton de critiquer ces jeunes mais vous devriez être plus acerbe envers ces politques qui in fine n ont qu en tete leur carrière. Cette semaine Mercier ( il fut president de la communate urbaine de Lyon, j habite à coté ) vient d être mis en examen comme tant d autres qui magouillent et ne pense qu au cumul de mandat indemnités et voitures de fonction .


    • pemile pemile 5 août 10:58

      @mmbbb « Toutes les revolutions ont ete initiées par les intellos »

      Quid des révoltes, des insurrections ?


    • mmbbb 5 août 11:57

      @pemile je parle des revolutions la revolution francaise entre autre. D ailleurs le Directoire a zigouille Babeuf trop genant . La revoution russe a ete confisqué au peuple des que Lenine a mis en place sa police poliitqie, la Tcheka qui musela le peuple russe sous le pretexte de combattre les contre revolutionnaires un grand classique  Les revoltes les insurrections , elles ont toujours existée et encore mais ne débouchent pas forcément sur des revolutions. . En revenant a mai 68 et en reprenant le slogan pertinent « CRS SS » , comme l a ecrit ironiquement Henri Amouroux qui connu les SS en chair et en os les vrais ceux qui etaient armes de leur MAUSER et habilles de leur uniformes Hugo Boss , si les CRS avaient ete des SS , cette revolution auraient ete matee en une semaine . C’est ce qui se passe dans beaucoup de pays, les revoltes et insurrections finissent rapidement a coup de fusil a balle reelle et sont aussi tres vite oubliées.


    • i-diogene i-diogene 5 août 17:04

      @Fifi Brind_acier


      Pesante et castratrice : le paternalisme gaulliste n’ était qu’un totalitarisme masqué.. !^^

      ... Mais résumer mai 68 à la politique et au syndicalisme est trop réducteur... Il s’agit plutôt d’un changement mondial de société, de valeurs et de paradigme. :
      iches en créativité : 
      - mai 68, s’inscrit dans un mouvement libertaire et contestataire mondial..
      - rejet de la société de consommation, 
      - rejet du politiquement correct d’une bourgeoisie principalement chrétienne,
      - rejet des nationalismes,
      - rejet du conformisme,
      - etc..

      Les années 60 à 80, ont été particulièrement riches en créativité sur le plan MONDIAL..

      Quant à D. Cohnbendit, Valdek-Rochet et consort, il n’ ont fait que prendre le train en marche et détourner une partie infime du mouvement mondial au profit de leur idéologie..

      Il est à noter que ce sont les syndicats qui ont mis fin aux grèves et aux manifs, afin de récupérer une contestation générale qu’ils n’ avaient pas incitée et qui les excluait dès le départ (patrons et syndicats, même combat..)..

      Bref.. ! Les médias français ont suivi les syndicats et étudiants, parce qu’ils concentraient les seuls interlocuteurs possibles...

      .... Mais ça n’ a jamais stoppé la dynamique planétaire.. !^^

    • capobianco 7 août 08:48

      @roby
      La cfdt ne change donc pas, elle est là pour aider les employeurs et les gvts. Vous n’avez pas « adhéré » vous avez été désavoués par les salariés et contraints à rester chez vous. Cela ne vous a pas empêché de fanfaronner sur les résultats obtenus sans vous.


  • Taverne Taverne 4 août 11:19

    Et les accords de Grenelle, c’est du pipeau ?


    • Fergus Fergus 4 août 11:43

      Bonjour, Taverne

      Excellente question !

      Cet article met en évidence des critiques recevables, c’est une évidence. Mais il est très caricatural : Mai 68 ne mérite ni les excès de louanges dont ce mouvement a été l’objet, ni les virulentes condamnations que ses adversaires ont proféré depuis.

      Le bilan de Mai 68 est mitigé : il a globalement induit une trop large permissivité et un rejet des règles dont on paye les conséquences, mais il a également fait avancer des questions sociales et renforcé les droits des travailleurs.


    • Vraidrapo 4 août 12:10

      @Taverne
       Selon certains analystes de l’époque, les avantages salariaux des Accords de Grenelle ont été lessivés en 12 mois... A vérifier.


    • Radix Radix 4 août 19:06

      Bonjour Vraidrapo

      Cela a pris un peu plus de temps, le temps que l’inflation galopante à l’époque fasse son effet et que cela ne se remarque pas trop !

      Radix


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 août 06:04

      @Fergus
      Un train peut toujours en cacher un autre, et certaines révolutions peuvent être sournoisement culturelles ... « Quand la CIA infiltrait la culture »


      On ne s’en aperçoit que bien plus tard, mais la permissivité dont vous parlez a fait sauter les valeurs et des référence qui prévalaient encore en France : valeurs familiales, catholiques, nationales, rurales, Gauche Communiste, souveraineté du pays etc.

      La Droite gaulliste a résisté peu de temps, et ce sont les débuts de la déviance de la Gauche française vers la politique néo conservatrice venue des USA.. : consommation, Terra Nova, abandon de la classe ouvrière au profit des minorités, multiculturalisme, Union européenne, OTAN, mise en cause de l’autorité des enseignants, des savoirs fondamentaux à l’école etc

      Pas sûr que nous ayons gagné au change ... !


    • i-diogene i-diogene 5 août 17:30

      @Fifi Brind_acier

      - Les valeurs catholiques.. ?

      NAN.. : la dictature totalitaire de l’ église catho, ne valait guère mieux que celle de l’ Islam fondamentaliste... !^^

      .. Ajourd’hui, elle n’ a plus aucune autorité sur la société... 

      ... C’est toujours ça de gagné.. !^^

  • bob14 bob14 4 août 12:04

    Ces événements, enclenchés par une révolte de la jeunesse étudiante parisienne, puis gagnant le monde ouvrier et la plupart des catégories de population sur l’ensemble du territoire, constituent le plus important mouvement social de l’histoire de France du xxe siècle....Retournez à l’école apprendre votre histoire !


    • Arthaud Arthaud 4 août 15:52

      @bob14


      Vous dites : « le plus grand mouvement social de l’histoire de France du xxe siècle.... »

      Mouvement social ?

      Vous êtes fou ?

      Mai 68 a été une orchestration menée de main de maîtres pour faire sauter les derniers verrous entravant la société de consommation ..

      Parfaitement réussi .. Proprol a suivi au bord de l’epectase, comme la horde de rats du joueur de flûte .. aliéné à mort, mais content, poussé au gouffre, mais content, « libéré »

      Et personne n’émet l’hypothèse d’un Dany-le-Bouge payé par la CIA et Cons-sorts ! .. Personne, derrière, voit la main de ma soeur dans la culotte ?

      Wouarf

      NB : je parle d’hypothèse .. j’ai peur de prendre l’article 79 au cul .. J’affirme pas spa !

      Au fait, Dany-Le-Bouge .. gras, prospère, rond et luisant, roulant mémère, blindé de tunes, plateaux de spectron à miam-miam qu’en veux-tu .. 

      « Elu » ! « Elu » en plus .. Lui qui disait élections-piège-à-cons

      Pouahh ! 

      Mais heureusement .. nous, Proprol, même endormi, même abruti, même culpabilisé à donf, même fliqué idem, même amusé public à en avoir le tournis, même voué au foules hystérisées zombifiées, même gâtés par l’industrie de la réclame et du tourisse..

      Nous, Proprol, on va finir par se réveiller ..

      Un peu la tête dans le cul, à force, certes .. mais réveillé quand-même.

      Quant à votre « Retourner à l’école apprendre votre histoire ! » .. Vous le savez pas vous, que l’histoire à l’usage des petits gnières jusqu’aux grand-pères, elle est écrite par les gardes-chiourme ?

      Vous seriez bien le seul à pas le savoir


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 19:30

      @bob14
      Dany le Rouge est de Gauche comme je suis moine tibétain !! C’est un européiste fédéraliste compulsif, il a créé en 2004 « The European Young Leaders ».


      « Mai 68- Cohn Bendit et la CIA »

      PS : de Gaulle était non seulement contre l’Europe anglo saxonne et contre le dollar, mais aussi contre la guerre du Vietnam !

    • baleti baleti 6 août 21:21

      @bob14

      .«  »Retournez à l’école apprendre votre histoire !«  »
      Tu crois encore,que c’est a l’école que tu va apprendre l’histoire en général ????????
      L’histoire est écrite par ceux qui gagne (qui gouverne)

      les parents de cohn bendit, ami de Hannah Arendt, qui elle même ami de longue date de
       Hans Jonas,
      Comment passe on du communisme, a l’engagement sioniste ???
      Le plus intéressant c’est le rapport de ses sioniste, avec la kabbale et le gnosticisme

      Même a CIA a été le pion d’une organisation, bien plus compétente et plus motivé, dans les événement de 68,


  • pallas 4 août 12:07

    Bonjour christophecroshouplon,

    La France n’existe plus en terme d’état et nation depuis la défaite écrasante lors de la seconde guerre mondiale.

    La Génération Mai 68 dont le surnom « Après Moi le déluge », est partit dans des dérives sectaires, tel le multiculturalisme, le dieu argent, et sans compter bon nombre d’affaire de pédophilie (il y a énormément de reportage à la télévision).

    Maintenant, nous voila sur un lieu qui est devenu les Balkans, dont il n’y a que le vide de la pensée et dont le monde nous voient comme des détritus, des moins que rien.

    Je vais prendre exemple d’un autre pays maintenant.

    Je critique beaucoup Le Japon sur leurs forme de société d’Harmonie qui est le nom officiel de la doctrine (nié son existence) et auquel l’individu n’existe pas et à l’extrême La France c’est La Négation d’Autrui.

    L’un comme l’autre, La France et le Japon, deux sociétés littéralement différentes explosent de l’intérieur.

    La Génération Mai 68 existe aussi au Japon, suivant un code de l’aliénation de l’individu, La France à fait le même choix en niant l’existence de l’autre, donc soit même.

    Deux Pays, les même Génération d’après, et au final le résultat est pareil.

    C’est très interessant tout ça.

    Salut


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 août 15:06

      @pallas
      La France n’existe plus en terme d’état et nation depuis la défaite écrasante lors de la seconde guerre mondiale.

      Salut Monsieur le (franco-)Allemand,

      il faudrait vous présenter de la sorte, comme ça on comprendrait mieux votre intérêt pour piétiner les cadavres : vous regrettez visiblement qu’Hitler et Guillaume II n’aient pas pu achever le boulot.

      Comme je vous plains smiley Mais soyez rassuré, Merkel bosse bien, elle aussi.

      L’organisation allemande...nostalgie....

       smiley


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 août 15:33

      @pallas

      Pallas, en clair et en bon Allemand : http://www.agoravox.fr/commentaire4947017


    • pallas 4 août 15:58

      @Olivier Perriet

      Ben oui c’est vrai et reconnu par les politiques eux même et tous les historiens, d’ou les excuses à tout azimut.

      Il y a eu des documentaires à la télévision, RMC, National Géographic, France 5, Arté.

      Vous faites simplement la cohérence envers mes propos.

      Il faudrait un article sur les viols et autres exactions envers les populations civils après la première guerre mondial.

      La haine et la colère viens toujours de la.

      Vous avez raison sur un point, mon existence n’existerai pas s’il n’y avait pas eu viol, c’est un fait.

      Salut


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 août 19:47

      @pallas

      Oui bof, la guerre ça tue, non ? C’est un peu facile de déclencher les hostilités (vaste débat là encore...) et de venir se plaindre des conséquences après.

      Au petit jeu de « c’est qui qu’a commencé », je ne pense pas que les soldats « coloniaux » (si c’est ça votre sujet, je connais « la honte noire » moi aussi) qui ont occupé l’Allemagne après 1918 aient été pire que les autres.

      Mais si ça vous permet de régler vos comptes et de justifier votre fiel, j’ai envie de dire tant mieux pour vous.

      Encore faut-il bien admettre qu’on oriente des débats généraux au service de son histoire personnelle.


    • i-diogene i-diogene 5 août 18:12

      @pallas

      Holala, quel infâme brouet.. !

      AVant mai 68, l’ église catho imposait l’ omerta sur la sexualité à toute la société :

      - Personne n’ en parlait, ni en publique, ni les médias (journaux, télé, radio).. C’était un sujet tabou.. A tel point que les plaintes affluent encore aujourd’hui, sur des actes pédophiles organisés avant cette époque, et soigneusement cachés, dans les instituts catholiques ; : pensionnats, orphelinats, paroisses, foyers, etc..

      - c’ est seulement après mai 68, que les médias ont osé aborder ces sujets que sont l’ homosexualité, la pédophilie, le viol, la contraception, etc...

      La génération de mai 68 n’ a sûrement pas dérivé dans le sectarisme, mais s’ est libérée d’un autoritarismes sectaire de l’ église catho.. Pour explorer d’ autres voies :

      - athéïsme, agnosticisme,
      - et d’ autres religions : bouddhisme, indouïsme, chamanisme, etc..

      ... Et diverse sectes inventées de toutes pièces, mais c’ est loin d’ être la majorité..

      .. C’est justement le retour actuel au « politiquement correct » qui produit la négation de « l’ autre ».. :
      Communautarismes, intolérance et sectarisme n’ ont jamais été aussi prolifiques...

      ... SInon, la France n’ rien de comparable avec le Japon : là-bas, c’ est le plein emploi, le consumérisme est roi, mais les croyances sont tenaces.. !^^

  • jef88 jef88 4 août 12:12

    Mai 68 naquit d’un mouvement social ouvrier et fut récupéré par un paquet d’enfants de bourgeois et de petits bourgeois

    Je suis entièrement d’accord avec Amiaplacidus ! ! ! !

    Mon témoignage :
    J’ai été embauché le 2 mai 1968 comme employé de bureau dans une usine qui fabriquait des pièces pour l’industrie automobile.
    Le matin du 13 mai le directeur a réuni tout le personnel dans la cour et à déclaré :
    - La situation est grave, mais je peut vous affirmer que nous ne ferons pas de lock out !
    le délégué CGT qui était a côté de lui sur le perron :
    - C’est une histoire de petits bourges parigots ! Nous ne les suivrons pas dans ce délire ....
    Le délégué CFDT qui était à côté :
    - Je suis d’accord avec mon copain : pas de gréve !
    A 13h 30 en retournant au travail le portail de l’usine était verrouillé et dessus une pancarte :
    « Nous avons constaté que des membres de la SNCF parcourent les rues équipés des barres à mine. N’étant pas en mesure d’assurer votre sécurité nous avons décidé de fermer l’usine ! »
    Le lendemain, dans le journal local : « La C**M en grève ! »
    Le 23 mai j’ai reçu un courrier qui m’informait que ma période d’essai n’était pas concluante, j’étais viré !
    EXPLICATION : La SNCF était en grève, les raffineries de pétrole bloquées, donc nous n’étions plus approvisionnés en matières premières ..... Donc, pour ne pas payer le chômage technique sur une durée inconnue la boite a utilisé un motif de violences ..........


    • Sozenz 4 août 13:19

      @jef88
      merci a vous aussi qui par votre témoignage remet un peu les choses à leurs places .


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 août 15:37

      @jef88

      Bonjour,

      j’ai beau essayer de comprendre, je ne vois pas bien le rapport avec votre vécu en Déodatie, qui illustre plutôt un coup bas de votre patron de l’époque qu’une récupération d’un mouvement social par des petits bourgeois ???
       ?


    • capobianco 4 août 16:09

      @jef88
      Ah, les salauds de grévistes ! Noter que mettre sur le dos des millions de grévistes votre incompétence n’est pas très fair-play !

      Moi en 68 , 23 ans délégué syndical dans une usine de1300 personnes. La révolte étudiante ne mobilisait pas la classe ouvrière, la violence, les mots d’ordre étaient plutôt mal compris parmi les travailleurs (en tout cas, dans l’usine). Néanmoins nous sentions que quelque chose d’important pouvait se passer et lorsque Renault décida la grève et l’occupation de leurs usines, l’opinion bascula. Bien que très jeune, je fus désigné pour prendre la parole devant l’ensemble des salariés afin de nous aussi nous positionner dans le mouvement qui démarrait.

      La grève fut votée à une très forte majorité, seuls quelques cadres parurent hostiles mais sans oser le revendiquer vraiment. S’en suivirent 5 semaines d’occupation avec la participation d’une majorité du personnel syndiqué ou pas. Nombreux sont ceux qui ne faisant jamais grève s’investirent formidablement durant tout le conflit. Des solidarités formidables se développèrent dans tout notre quartier avec les habitants et commerçants.

      Les seules violences constatées furent celles de certains étudiants en médecine et dans la justice qui nous demandaient de détruire nos machines (fort vite éconduits) ainsi qu’un groupe de cadre désirant forcer l’entrée justement avec des barres à mine. Les ouvriers ont assurés la sécurité du mouvement et de l’ entreprise. Votre histoire de la sncf agressive c’est du pipo. 

      Dans l’usine, malgré la dureté et la durée de notre combat, personne ne fut « viré » et de nouveaux droits syndicaux avec de nouveaux militants permirent de mieux nous défendre et l’usine continua son évolution normalement mais dans un climat bien plus serein.

      Voila, résumé, mon vécu qui n’a rien à voir avec ce « c’est leur faute si je suis viré », on sent bien que vous étiez « étranger » à ce mouvement soit par votre jeunesse soit par votre hostilité de fait..


    • Dzan 4 août 17:43

      @capobianco
      Salut collègue de chez Renault je n’ai pas osé dire camarade, on me prendrais pour un bolchévique, que je n’ai jamais été.. Moi, j’étais chez Saviem.
      Nous avons vécu la même chose.
      Les étudiants, nous n’en avions rien à branler.


    • capobianco 4 août 19:02

      @Dzan

      Attention, il y a sur Avox des agressifs, voir très agressifs, qui ont tôt fait de nous juger .

      C’est assez drôle comment cette formidable période est racontée par certains. Dans l’usine où je travaillais (ce n’était pas Renault mais la compagnie électromécanique un gros trust suisse à l’époque) nous avons eu plusieurs visites d’étudiants en droit et en médecine venus nous donner des « cours de révolution » avec leur mesure phare, la destruction de l’outil de travail qui symbolise « l’oppression » . Ils ont obtenus des réponses essentiellement des copains non syndiqués, majoritaires sur place qui les ont gentiment éconduits.

      Il est vrai que ce mouvement étudiant n’était pas du tout compris ni soutenu par la population ouvrière ou pas. Cette révolte a cependant créé une ambiance qui a gagné le monde du travail comme un besoin de liberté et d’être entendu par les pouvoirs et c’est l’occupation de l’usine de Billancourt qui a déclanché la contagions de la grève. C’est mon vécu en tout cas.


    • jef88 jef88 5 août 15:17

      @Olivier Perriet
      le VRAI problème ?
      c’est la récupération d’une magouille par les syndicats.... les petits bourgeois n’étaient qu’un point de départ !


    • jef88 jef88 5 août 15:19

      @capobianco
      je ne vois pas ou est le problème de compétence !
      je me contente de témoigner !


    • capobianco 7 août 09:03

      @jef88
      « Le 23 mai j’ai reçu un courrier qui m’informait que ma période d’essai n’était pas concluante, j’étais viré !
      EXPLICATION : La SNCF était en grève, les raffineries de pétrole bloquées, donc nous n’étions plus approvisionnés en matières premières ..... Donc, pour ne pas payer le chômage technique sur une durée inconnue la boite a utilisé un motif de violences
      .......... »

      Je me contentai de commenter votre « explication » mais j’ai peut-être mal lu...


  • Gorg Gorg 4 août 12:16

    @L’auteur 

    Merci pour cet article, au vitriol certes, mais bon article… Très bien dit. 

    « Je parle bien des bourgeois et d’eux seuls »

    Vous avez bien fait de préciser, car on peut très bien s’être élevé honnêtement dans l’échelle sociale sans devenir nécessairement un bourgeois…

    « On peut légitimement avec le recul se demander si leur véritable slogan n était point IL EST INTERDIT DE M’INTERDIRE »

    Tout à fait, ceux-ci étant affranchi de toute difficulté matérielle, leur motivation première n’était que de pouvoir jouir de tout, à leur guise et sans entrave… Leur avenir ne les inquiétait pas, ils avaient déjà tout et tous les leviers pour l’assurer… Le sort des classes inférieures ne les préoccupait pas du tout…

    D’ailleurs, la plupart d’entre eux n’ont su que dilapider l’argent accumulé par Papa et Maman ou couler à petit feu (par leur incompétence) les boîtes qu’ils leur ont transmises…

    La consanguinité de classe qu’ils pratiquent fait des ravages chez eux… En fait, le temps passant, ils ont démontrés qu’ils sont très médiocres…

    L’intérêt du pays ne les concerne pas, seul compte leur intérêt propre…


    • pallas 4 août 12:28

      @Gorg

      Juste après Mai 68, en France les faits divers ont explosés et il y a eu un laxisme généralisé des forces de l’état, et de la police, un laisser faire coupable.

      Au Japon, à cette même période les faits divers ont aussi explosés, parcontre les forces de l’état étaient intransigeant et sans aucunes pitiés faisant beaucoup trop de zèle, punissant tout et n’importe quoi.

      Ces deux pays de l’extrême, rentrant tout deux dans le gouffre, alors que leurs chemins sont différents, arrivent au même résultat, l’autodestruction.

      La Génération Mai 68 n’est rien d’autre que le résultat de la seconde guerre, des pure produit du néant.

      Salut


    • Aristide 4 août 12:30

      @Gorg


      Vous avez bien fait de préciser, car on peut très bien s’être élevé honnêtement dans l’échelle sociale sans devenir nécessairement un bourgeois…
      Un aveu ? Pour essayer de justifier d’une position sociale avantageuse et conserver ce droit assez marrant de se la péter « révolutionnaire ». 

    • Gorg Gorg 4 août 15:21

      @pallas

      « La Génération Mai 68 n’est rien d’autre que le résultat de la seconde guerre, des pure produit du néant. »

      En Mai 68 j’avais 16 ans... dois-je considérer être un pur produit du néant... ?


    • Gorg Gorg 4 août 15:43

      @Atristide

      C’est tout ce que tu as à dire Atristide … ??? Tu peux te rendormir… on ne fera pas de toi un cheval de course…

      Je vais malgré tout te répondre, ça t’aideras, peut-être, à être moins bête…

      C’est tout à fait naturel de viser un niveau supérieur (professionnel, j’entends bien). De plus, c’est un challenge très motivant. Mais pour cela, comme le dit amiaplacidus plus haut, il faut le vouloir…, savoir s’en donner les moyens...,parfois savoir changer de région, et même quelques fois de pays… Bref, s’adapter en permanence…

      Mais bon, j’en conviens, tout ça te dépasse…

      Mais non, je n’ai rien à justifier, c’est toi qui es marrant, car ça n’empêche pas de conserver ses valeurs (bonnes ou mauvaises)… De plus, je ne suis pas révolutionnaire au sens ou tu l’entends... Alors, tu penses...


    • capobianco 4 août 16:13

      @pallas
      «  pure produit du néant »

      Comme le fond de votre pensée ?


    • pallas 4 août 16:14

      @Gorg

      C’est le cas, que dire de plus ?.

      En ce monde la pitié n’existe pas, le fort dévore le faible, une vision binaire, c’est votre génération qui à l’égalisé cela.

      Chacun ses problèmes de conscience après tout.

      Salut


    • Gorg Gorg 4 août 17:39

      @pallas

      « En ce monde la pitié n’existe pas, le fort dévore le faible »

      Miam, miam, tu m’a l’air tendre et croustillant à souhait mon p’tit Pallas...
      Arrêtes de faire la pleureuse... franchement...

      « Il y a eu des documentaires à la télévision, RMC, National Géographic, France 5, Arté »

      Voilà ton problème, tu vois le monde à travers la télé... mein armer kleiner Spatz...
       Sage mir, in welchem Land findet man trotteln so wie du... ?


    • pallas 4 août 18:30

      @Gorg

      Je crains que vous ne saisissez pas les propos, la réalité fera exemple de ceux ci.

      Vous n’êtes rien pour moi, que de faiblesse, juste l’exemple du parasite notoire.

      La réalité fera exemple pour moi.

      Vous êtes seul, sans rien, abandonnée de tous, sans le moindre échappatoire.

      Vous êtes née seul et vous mourrez seul.

      Tel est le châtiment que vous vous êtes imposés.

      Nous ne jouons pas, sa n’est pas un jeux vidéo.

      Salut


    • Gorg Gorg 4 août 19:51

      @pallas

      Oui, oui, mais bien sur....... Tu es un vrai phénomène mon p’tit Pallas... je suis scotché... Plus tard il faudra songer à te faire empailler... Comment non. ?... Si, si, tu le mérite... les anthropologues vont se régaler...


    • pallas 4 août 21:43

      @Gorg

      Vous ne connaissez pas l’histoire, mais elle n’est que confrontation, le fort survie et le faible disparait.

      Ces quelques centaines années de parenthèses s’achèvent, ce que vous pensiez être la guerre n’était qu’une bulle de paix, sans connaitre la réel signification de l’Enfer.

      Vous me demandez mon age, quel impertinence de votre part, je suis ce que je suis, et toi une poupée.

      Salut


  • Vraidrapo 4 août 12:25

    Je penche sur le souhait de la CIA de virer de Gaulle. Il avait aggravé son cas en décrétant l’embargo des armes vers le Proche Orient suite au bombardement du port de Beyrouth par Israël.
    Les Krivine, Gesmard, Josuah et Kon-Bendix (le pote à Rothschild) ont surfé sur la vague inespérée initiée à Nanterre un mois de mai pour obtenir le départ du Général ou le mettre en grande difficulté...
    Marcel Dassault a déplacé son usine de montage d’avions Mirage en Belgique pour continuer à fournir Israël.
    Jusqu’à aujourd’hui, le contribuable français soutient les Usines Dassault.
    Après 45, on avait nationalisé Renault pour trahison. Aujourd’hui, les Dassault continuent de traficoter les Élections pour garder leur siège.
    Cynisme de la politique, Tous les poulains de Kon-Bendix se revendiquent du Général et vont lui rendre hommage à Colombey, et p’tet que le Mage y va aussi de nuit, incognito ???

     


    • Arthaud Arthaud 4 août 16:02

      @Vraidrapo


      Excellent, bien vu ..

      NB : j’aurais du lire votre commentaire avant de publier le mien plus haut, ou je fais l’hypothèse - j’affirme rien spa ! vu l’article 79 .. hypothèse seulement, d’un Dany-le-Bouge stipendié ..

    • Vraidrapo 4 août 20:58

      @Arthaud
      une info à porter au dossier du bonhomme :
       En juin 68 Cohn-Bendit déclare à Hervé Bourges : « Il semble que la CIA se soit intéressée à nous ces derniers temps : certains journaux et associations américaines, filiales et intermédiaires de la CIA, nous ont proposé des sommes importantes ; inutile de vous dire l’accueil que nous
      leur avons fait... »(1)

      https://groups.google.com/forum/# !topic/fr.soc.politique/q3dLcmrxIW0


    • baleti baleti 6 août 21:28

      @Vraidrapo

      Très bonne remarque

      kon-bendix pote a rothshilde (et surtout a l’idéologie sioniste) a été passer sous silence, comme ses histoire de pédophilie.


  • jaja jaja 4 août 12:44

    Petit-fils, fils d’ouvrier et moi-même ouvrier Mai 68 a été pour moi un révélateur... Il était possible de faire trembler le Capital, il était possible de vaincre nos exploiteurs...

    Maintenant il n’est pas nouveau que ceux qui dirigeaient le mouvement, qu’ils soient ouvriers ou étudiants n’avaient aucune intention de mener le processus à son terme... Séguy sifflé à Billancourt et Cohn Bendit chassé des usines sont des images fortes qui restent dans toutes les mémoires...

    Mai 68 est à l’image de tous les soulèvements populaires : comment empêcher l’apparition d’une élite, syndicale ou politique, prête à s’emparer de toute parcelle de pouvoir pour son propre compte ? Comment empêcher la naissance d’une nouvelle oligarchie exploiteuse qui oubliera bien vite ses engagements initiaux ?

    J’ai connu ces « leaders » comme Alain Geismar qui, dans l’après Mai 68 ont singé la guerre civile mais qui se sont dégonflés (après la mort de Pierre Overney) alors que leur théorie des « nouveaux partisans de la guerre de classes » allait être prise très au sérieux par l’État et aussi par une partie des militants...
    Il ne leur restait plus qu’à dissoudre leur organisation (la Gauche prolétarienne) pour éviter tout débordement sanglant...

    Cela n’empêcha pas l’irruption de groupes comme les Napap ou Action directe dont on connaît l’histoire mais cela limita leur envergure...

    Bref analyser Mai 68 et ses suites ce n’est pas de la tarte. Beaucoup préfèrent éviter la complexité et se contentent de lieux communs sur cette date importante de l’histoire de France... C’est le cas dans cet article à charge contre cette révolte de la jeunesse étudiante qui entraîna la plus grande grève de l’histoire de ce pays (10 millions de grévistes)...


    • Aristide 4 août 13:00

      @jaja


      J’ai connu ces « leaders » comme Alain Geismar qui, dans l’après Mai 68 ont singé la guerre civile mais qui se sont dégonflés ...

      Et vous qui portez comme un général soviétique, les médailles de votre ascendance, vous n’avez pas singé. Il est marrant le vieux syndico pas adepte de la violence révolutionnaire mais qui regrette que les leaders de 1968 aient eu la jugeote de na pas provoquer la guerre civile.

      Ah, ces Rouillan et autres allumés qui ont assassiné, assument leurs actes, jusqu’à aujourd’hui et puis on a les clowns du NPA qui se la pètent révolutionnaire, qui pleurnichent au moindre pet sur le nez lors de manifestations où ils envoient de jeunes cons se faire les flics et exploser des vitrines.

      J’adore le « qui se sont dégonflés de faire la guerre civile », cela note un certain esprit assez affligeant d’un NPA de maison de vieux ...

    • jaja jaja 4 août 13:33

      @Aristide

      Aristide est un vieux rigolo qui ne comprend pas grand chose... Ce ne sont pas les leaders de 68 qui ont eu « la jugeote de na pas provoquer la guerre civile » mais seulement une petite partie d’entre eux qui pourtant la promettaient bruyamment et qui ont eu bien du mal à convaincre leurs troupes de ne pas passer à l’acte tout de suite après l’assassinat de l’ouvrier Pierre Overney à Billancourt...

      Dautre part si je ne suis pas un « adepte de la violence révolutionnaire » minoritaire, je ne suis pas non plus un bisounours et comprend tout à fait la contre violence révolutionnaire de masse nécessaire lorsque la Bourgeoisie réprime le soulèvement populaire...

      Quand à Rouillan il était à l’Université d’été du NPA, où ça n’a posé de problèmes à personne. Il manifeste régulièrement, notamment dans les rues de Toulouse et n’est nullement déconnecté du monde de la militance...

      Et dire que le NPA envoie des « jeunes cons se faire les flics et exploser des vitrines » est une calomnie dégueulasse de plus à mettre à votre actif....


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 4 août 13:50

      @jaja

      de ne pas passer à l’acte tout de suite après l’assassinat de l’ouvrier Pierre Overney à Billancourt...
      Ah ! L’éternel problème de la gestion des martyrs... Même morts, ils refusent de suivre la ligne de la direction.

      Quand à Rouillan il était à l’Université d’été du NPA, où ça n’a posé de problèmes à personne.
      Le contraire eut été étonnant ! Il faut bien des têtes de gondole, fussent-elles terroristes.

      le NPA envoie des « jeunes cons se faire les flics et exploser des vitrines » est une calomnie dégueulasse.
      C’est vrai. Il y a pire encore. Le NPA qui utilise la mort de ces jeunes cons pour sa propagande. D’Overney à Méric, la liste est (trop) longue.


    • Aristide 4 août 13:51

      @jaja


      Vous voir patauger dans vos regrets d’une guerre civile qui n’a pas eu lieu et vos voeux d’une révolution violente dissimulée, je me marre ... Convaincre les troupes de ne pas passer à l’acte, un peu à votre manière, à l’inverse de convaincre les vôtres troupes d’aller flamber du flic, tabasser du CRS et pourrir les manifestations ... Vous êtes un de ces batteurs de pavé encarté du NPA qui organisent le bordel dans toutes les manifestations, .

      Rouillan est un assassin, une vraie saloperie incapble de la moindre distance avec les faits qu’il a commis, il a au moins l’aplomb d’assumer ses saloperies. Vous êtes un de ces révolutionnaires en pantoufles assez miteux qui admirent ce type et n’ont pas le début du commencement de courage pour faire le centième de ce qu’il a commis. On peut lui reconnaître le droit de parler de la violence, mais vous .... ridicule comme le poupon révolutionnaire boboisé.

      Affligeant ...


    • jaja jaja 4 août 13:52

      @Robert Lavigue

      Tiens le nazi arrive en renfort d’Aristide... Trop drôle ! le même discours !


    • Aristide 4 août 13:57

      @jaja


      Sur le NPA, même chez FI et d’autres, ils pensent la même chose, vous dire, l’unanimité sur le jugement envers ce ramassis d’agitateurs de salon. Si vous croyez pouvoir jouer de cet amalgame c’es raté.



    • jaja jaja 4 août 14:13

      @Aristide

      Tout comme Lavigue et son avatar de collabo vous n’exprimez jamais ce que vous pensez, ce pour quoi vous êtes, mais n’êtes là que pour tenter d’enfoncer celles et ceux dont les positions politiques vous donnent de l’urticaire......
      Un vrai boulot de flic que chacun peut vérifier en feuilletant vos diverses interventions ...


    • foufouille foufouille 4 août 14:26

      @jaja
      comme « nazi » tu es pas mal aussi.
      un bon gros raciste qui veut remplacer les blancs.


    • jaja jaja 4 août 14:29

      @Aristide

      Tiens un déconneur lepeniste en plus en soutien à Aristide...

      Je veux remplacer les blancs.... !!! smiley Mais qu’il est con smiley


    • rocla+ rocla+ 4 août 16:28

      @jaja


      3 générations d’ exploités  qui continuent dans la joie et la bonne humeur  
      de se faire exploiter , le changement  dans la continuité . 

      Et dans mille ans ils seront encore dans ce trip de se faire mettre par le Grand Capital .

    • jaja jaja 4 août 16:44

      @rocla+

      Pourquoi seulement 3 générations d’exploités ?

      Autre chose tu me prêteras ta boule de cristal afin que moi aussi je puisse observer la société dans mille ans ?


    • Aristide 4 août 18:25

      @jaja


      Tout comme Lavigue et son avatar de collabo vous n’exprimez jamais ce que vous pensez, ce pour quoi vous êtes,


      Visiblement vous n’avez lu que ce que vous vouliez, vous auriez pu constater si vous aviez une once de bon sens que c’est pratiquement à l’opposé de vos valeurs. Je ne revendique aucun engagement militant mais une très grande proximité avec ce que l’on peut nommer l’humanisme. Représenté en son temps, par des Mélenchon et autres dans le PS et ailleurs.

      Un équilibre entre la liberté individuelle et la nécessaire solidarité. Je crois en un Etat fort et garant de la justice, de la sécurité des citoyens, de l’égalité de traitement dans tous les aspects de la vie, l’éducation, la santé, la liberté d’expression, ...Mais je ne tolère pas qu’au titre de ces obligations, il y ait une limitation à la liberté individuelle, celle de choisir sa vie personnelle, professionnelle, son expression, ... Et surtout je suis contre cet égalitarisme qui transforme le citoyen qui a réussi en prédateur, le cadre en jaune et collaborateur de classe, ... 

      Sur l’organisation de la société, je ne crois en rien au remplacement du capitalisme par un autre mode, comme la propriété collective, la socialisation, .... Tous ces modes d’organisation ont toujours abouti à remplacer une élite capitaliste par une autre, nommée élite prolétarienne ou autre, elle fait pire. Entrainant tous dans la médiocrité ...

      Voilà, ... voyez bien loin de vos égarements de vieux syndico qui manipule des concepts aussi fumeux que vos dirigeants sont médiocres.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 19:49

      @jaja
      Le PCF n’avait pas pour vocation de faire la révolution où que ce soit ... Depuis les années 20, Staline avait décrété « le socialisme dans un seul pays », l’ URSS.

      C’est, à mon avis, le grand malentendu entre de Gaulle et les Communistes, alors qu’ils avaient fait le CNR ensemble. Le PCF pensait que de Gaulle était un dictateur, ce qui était faux, et de Gaulle pensait que le PCF était révolutionnaire, ce qui était encore plus faux. 


    • jaja jaja 4 août 20:09

      @Fifi Brind_acier

      Le CNR du point de vue des communistes c’était le compromis voulu par l’URSS avec de Gaulle (qui maîtrisait ce processus depuis sa création en 1943)....
      Pas de Révolution en France... les FTP devaient rendre leurs armes....même si beaucoup étaient réticents voire même hostiles...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 août 20:13

      @jaja
      Nous sommes d’accord.


    • jaja jaja 4 août 20:15

      @Fifi Brind_acier

      Eh... C’est pas tous les jours hein ? J’ai dit une connerie ? smiley


    • Aristide 5 août 00:15

      @jaja

      Le jaja y demande et quand on lui dit, il ignore. Affligeant petit vieux ...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 août 05:39

      @jaja
      Quand je suis d’accord, je le dis, et quand le NPA confond les « révolutions colorées » de la CIA avec des révolutions populaires, je le dis aussi !
      Bonne journée quand même !


    • oncle archibald 5 août 06:35

      @jaja : Ce ne sont pas les leaders de 68 qui ont eu « la jugeote de na pas provoquer la guerre civile » mais le premier ministre Georges Pompidou qui a dirigé seul et totalement le pays quand de Gaulle l’a abandonné pour aller s’assurer dans le plus grand secret de a disponibilité de l’armée à Baden Baden.

      Pompidou a été génial en obligeant les CRS à prendre des pavés sur la gueule sans riposter sérieusement jusqu’à ce que l’opinion publique se retourne contre les fauteurs de troubles à l’ordre public. On est passé à deux doigts de la catastrophe et si elle n’a pas eu lieu c’est à Pompidou et à lui seul qu’on le doit. D’ailleurs à partir ce ce moment là la relation de confiance entre Pompidou et de Gaulle s’est largement distendue et on peut dire que Pompidou a été un des artisans de la victoire du non au referendum qui a chassé de Gaulle du pouvoir dont il ne voulait d’ailleurs plu, désarçonné par les évènements de Mai 68.


    • mmbbb 5 août 08:31

      @Aristide Besancenot est l archetype du révolutionnaire Il a des parents profs ! 


    • Aristide 5 août 08:52

      @jaja


      Ouais, j’adore sa révoltitude ...


    • jaja jaja 5 août 10:14

      @oncle archibald...

      « la jugeote de na pas provoquer la guerre civile » est une citation d’un post d’Aristide, elle n’est pas de moi...
      Voici ce que j’écrivais et qui concerne donc l’après mai 68, et non mai 68, avec la mort de Pierre Overney, donc en 1972 où les risques de passage à l’action armée d’une partie des militants était très forte, notamment à la gauche prolétarienne et où les dirigeants, Alain Geismar, Benny Lévy et autres ont du batailler ferme pour dissoudre l’organisation avant tout passage à l’acte :

      « Ce ne sont pas les leaders de 68 qui ont eu « la jugeote de na pas provoquer la guerre civile (citation Aristide) » mais seulement une petite partie d’entre eux qui pourtant la promettaient bruyamment et qui ont eu bien du mal à convaincre leurs troupes de ne pas passer à l’acte tout de suite après l’assassinat de l’ouvrier Pierre Overney à Billancourt...

      Ce qui n’a pas empêché Tramoni, l’assassin de Pierre Overney, d’être abattu à sa sortie de prison, quelques années plus tard, mais cela restait du domaine d’un petit groupe clandestin...(les NAPAP)...


    • mmbbb 5 août 10:24

      @Fifi Brind_acier Le PCF n ayant jamais pu prendre le pouvoir en France votre assertion paraît juste.


    • oncle archibald 6 août 07:01

      @jaja : dis donc Jaja tu nous fait un drole de salade .... Pierre Overney a été assassiné en 1972 pas en 1968 ! Et par un vigile de Renault pas par un CRS.


    • oncle archibald 6 août 09:11

      @oncle archibald : moinsser un post qui vous dérange ne fera jamais d’un mensonge une vérité .....


Réagir