jeudi 13 septembre - par Dr. salem alketbi

Les Etats-Unis et le Leadership mondial

JPEG

Selon de nombreux analystes politiques respectables, l’influence américaine sur la scène mondiale diminuera au profit de la multipolarité, mais les événements récents nous disent que les États-Unis restent le leader mondial et continueront ainsi au moins dans un avenir prévisible.

C’est une réalité à laquelle les Arabes doivent faire face, que cela nous plaise ou non, que nous aimions ou non l’homme à la Maison-Blanche. Il ne s'agit pas d'être pro-américain, mais d'appeler un chat un chat et de ne pas retenir son souffle pour que l’improbable seproduise.

Je dis cela parce que les États-Unis prouvent au monde qu’il a toujours un modèle puissant, malgré les critiques acerbes à l’encontre de l’attaque du président Trump aux valeurs américaines, selon certains chercheurs et experts. Nous devons accorder beaucoup d'attention à ce qui se passe aux États-Unis, en particulier après que le récent livre de Bob Woodward "Fear" ait reçu une attention internationale sans précédent, même avant sa sortie. Cité par de nombreux médias, le livre devrait toucher des dizaines de millions de personnes à travers le monde.

Quel que soit le contenu de ce livre, qui sera publié en quelques jours, il nous donne un autre aspect du pouvoir dans le modèle américain. Il raconte l'histoire d'un leader fort qui est toujours en charge, qui répond à ses adversaires et critiques. Le livre rapporte des déclarations alléguées de membres de la Maison Blanche, des membres du cercle restreint du président le qualifiant de menteur et d’idiot. Le nouveau livre de Bob Woodward affirme que des assistants de Trump ont arraché des papiers du bureau du président pour protéger la sécurité nationale et que Trump voulait assassiner Assad en Syrie, mais le secrétaire à la Défense James Mattis a déclaré : selon le livre que Trump a ordonné à son secrétaire à la Défense d’assassiner le président syrien Bachar al-Assad et à "en tuer beaucoup" dans le régime du chef, à la suite d’une attaque chimique contre des civils, Mattis. aurait dit au président lors d'un appel téléphonique, qu’il va "aller droit au but".

En plus de cela, une chronique anonyme du New York Times a dénoncé le style de leadership du président américain et a affirmé qu’il y avait "une résistance discrète" au sein de sa propre administration.

Woodward est un journaliste respectable qui publie des écrits bien documentés, ce qui rend difficile pour l'équipe Trump de le discréditer. Mais ici réside le pouvoir du modèle américain de gestion des conflits qui garantit les intérêts de chaque partie au conflit.

Des millions de personnes dans le monde éprouvent du ressentiment à l’égard de la politique du président Trump, mais nous devons admettre que nombre d’entre eux continuent d’examiner ce modèle d’interaction entre les personnes au pouvoir, les médias, les partisans et les opposants. Aucune loyauté idéologique et aucune appartenance externe. Tout le monde recherche l'intérêt de l'Amérique et tout le monde se bat pour protéger ce modèle.

Les institutions américaines chargées des interactions entre le président et ses critiques font un excellent travail, car ces interactions ont créé un équilibre entre les dommages causés aux États-Unis par la politique étrangère de Trump et l'image positive de la situation. gérée par des institutions américaines. Beaucoup ont entendu parler de la conversation téléphonique entre le président Trump et Woodward, lorsque Trump a dit à Woodward qu'il comprenait que le livre allait être "négatif", ce à quoi Woodward a répondu "Je crois en notre pays et parce que vous êtes notre président, je vous souhaite bonne chance."

L'avenir de Trump ne sera pas déterminé par le livre mais par les prochaines élections de mi-mandat du Congrès, qui pourraient être affectées par le débat houleux autour du président. Sur la base des résultats de ces élections, les républicains peuvent décider de leur position sur toute action attendue à propos du président Trump, bien que cela soit peu probable d'autant plus que la victoire des démocrates à la majorité dans les deux chambres du Congrès est encore improbable.



9 réactions


  • Reiki Reiki 13 septembre 12:42

    Se qui me choque se n est pas le leadership des Américains. Mais la faiblesse de L Union Européenne. Je suis même rassurer de voir qu’il peuvent être les leaders de se monde avec si peu cela nous laisse une chance de faire mieux. Leur véritable force es le Dollar et nous savons tous que énormément de pays cherche a se en passé et quand cela arrivera se sera fini d être premier.


  • Christian Labrune Christian Labrune 13 septembre 12:52
    à l’auteur,

    Peut-être que Trump est idiot - on s’en fout !- mais sa politique est en tout cas infiniment moins stupide que celle des Macron et des Merkel ou celle de son prédécesseur à la Maison Blanche. Merkel, sans qu’on puisse évidemment lui faire le procès de l’avoir jamais voulu, aura fini pa obtenir ce beau résultat de faire entrer plus de 90 députés néo-nazis au Bundestag, et Macron qui devait « révolutionner » la politique française est tombé plus bas dans les sondages que ne l’était le pauvre Hollande au même point de son mandat. Il avait misé sur un redressement de la croissance qui n’est pas au rendez-vous, et il n’a plus désormais qu’à naviguer à vue en essayant d’éviter les catastrophes, et surtout celles qu’engendrent régulièrement ses propres maladresses. Il était bavard, il n’ose plus rien dire. L’Europe est sur le point de s’effondrer, mais il ne me semble pas que l’Amérique se porte si mal.

    Certains observateurs ont fait remarquer que les attaques dont Trump est victime ne changent rien au soutien de ceux qui l’ont élu, les renforceraient même dans leur détermination. Il est difficile d’en juger de si loin, mais si les démocrates ne parviennent pas à obtenir la procédure d’impeachment dont ils rêvent depuis le début, plus le temps passe et plus ils vont être ridicules. 
     

  • Spartacus Spartacus 13 septembre 16:26

    Le livre de woodward est le livre d’un opposant engagé et discrédité.


    Dans son précédent livre All the President’s Men, il est accusé d’avoir inventé des aveux à la mort de William Casey l’ancien dirigeant du FBI.

    Ce n’est pas le journaliste pur et rose d’il y a 45 ans du watergate décrit par son journal tout aussi engagé le New York Times.

    C’est un journaliste haineux souffrant de ce qu’on apelle aux USA le Trump Anxiety Disorder

  • Spartacus Spartacus 13 septembre 16:46

    Le Trump Anxiety desorder se définit comme « un état mental dans lequel une personne se conduit de manière exagérément folle à cause de son aversion pour Donald Trump » au point où elle abandonne toute logique et raison. Les symptômes de cette maladie peuvent être très variés, allant d’explosions hystériques à une rupture mentale complète. »

    Malheureusement, les symptômes se manifestent dans la société Americaine par également par des actes d’intimidation et d’agression à l’encontre des partisans de Donald Trump.

    Les principaux touchés sont les professions qui ne vivent pas dans l’autonomie ou la recherche d’une autonomie individuelle, mais dans les professions proches de l’état ou en dépendances de l’état. On note aussi de nombreux touchés dans les professionnels de sciences sociales et politiques comme les « journalistes ».


  • MagicBuster 13 septembre 16:59

    Bonjour Docteur Salami

    Il doit y avoir quelque chose de vrai dans l’acupuncture...
    On n’a jamais vu un hérisson malade !


  • Pere Plexe Pere Plexe 13 septembre 18:52

     « mais les événements récents nous disent que les États-Unis restent le leader mondial »

    Ah...
    On peut savoir lesquelles ?

  • phan 13 septembre 20:05
    Leader en exportation d’armes, en tortures, en guerres d’agression, d’occupation, en propagandes mensongères ...
    Pendant ce temps les Saoudiennes sont championnes en boxe.

  • Homphilo 14 septembre 18:07

    Ce commentaire d un pro us n a pas grand interêt.les us pesaient pour 50 pour cent dans les echanges mondiaux en 1950 pour ne peser que 15 pour cent en 2018.de nombreux pays se preparent à exclure le dollars us pour leurs echanges.les brics engrangent une avancée spectaculaire .la chine detient entre ses mains la plus grosse partie de la dette us.elle s implante fortement en afrique en amerique du sud et au proche orient. Les russes ont une armée d une puissance technologique supêrieure aux US les pays des brics amassent de l,or.tout cela est un signe de dėcadence des USA


Réagir