mercredi 17 juin - par Pierre-Gilles Bellin

Les Extraterrestres sont là, ce sont les Américains qui le disent : on ne va pas en faire une soucoupe

Ca y est, les Extra-terrestres sont là : le Pentagone vient de le reconnaître. Pas une fois. huit. HUIT. Un ex-directeur de la DGSE, Alain Juillet, excellent homme au demeurant, l'a reconnu dans Paris-Match (au Monde ça ne passe pas encore, ce n'est pas assez digne comme sujet). Mais globalement, la presse mainstream française a eté obligée d'avaler le parapluie. Et tout entier encore. Et ce depuis qu'un vrai journal d'investigation, le New-York Times, a montré que le Pentagone poursuivait son programme de recherche d'Ovnis, nommé AATIP (Air Advanced Threath Identification Program), et sortis des vidéos de poursuite par les jets US qui ont fait le tour du monde. Et depuis les révélations s'enchaînent. Alors, j'ai interviewé un journaliste d'investigation sans le titre. Pour qu'il nous livre les faits cash. C'est gratuit : on veut juste vos commentaires. On adoore.

Nous avons voulu détailler les faits le plus précisément possible afin que, chers amis lecteurs, vous puissiez vous faire votre opinion. Il faut néanmoins vous le dire : Franck Maurin, l'auteur que nous avons sollicité pour cette analyse, rencontré aux dîners ufologiques Nantais (voir ici), m'a souligné que des analystes sceptiques ont tenté d’avancer des hypothèses conventionnelles à ces vidéos : mouches collées sur les caméras des avions, ballons-sondes, confusion avec les tuyères d’un avion pour Gimbal, drones secrets… Mais ces théories ne cadrent pas avec les déclarations concordantes et crédibles des pilotes et radaristes, que Franck Maurin a rassemblé et analysé.

Ovnis : donc, c'est "extra-terrestre"

Quand un ancien Directeur de la DGSE reconnaît qu'aucun des engins apparaissant sur les vidéos déclassifiées de l'armée US ne peut avoir été construit par l'homme, à la fois dans le documentaire « Ovnis : une affaire d'États » du réalisateur français Dominique Filhol, diffusé en avril 2020 sur la chaîne Planète+) (voir ici le teaser) et sur Paris-Match (voir ici), quand cet ex-Directeur de la DGSE dit que le problème est donc, selon lui : « D'où ça vient », il donne au phénomène Ovni une touche para-officielle qui n'échappera à personne. Chers amis lecteurs, vous le savez bien, un Directeur du Renseignement, même « ex » (Monsieur Alain Juillet, auquel il vient d'être fait allusion, a occupé le poste de 2001 à 2002), cela n'est pas rien : cela tient un peu du Ministre de la défense, des affaires extérieures, il est l'homme censé en savoir le plus sur les sujets « stratégiques » du moment ; et il est aussi considéré comme l'homme le moins humoristique de France (aidé par le fait parce qu'il ne s'exprime jamais). Aussi, la transparence de ses propos a été remarquée et saluée dans certaines sphères médiatiques et ufologiques, celles où l'on s'intéresse aux Unidentified Flying Objets, UFOS, Ovnis en français. Il était logique de faire appel à un analyste érudit de la question pour pousser la question. Franck Maurin n'est certes pas issu du sérail scientifique ou académique, mais est l'auteur d'un livre fort sérieux, Mystères du phénomène Ovni : de la préhistoire à nos jours (réédité en 2016, Editions la vallée heureuse, voir ici). Il prépare de nouveaux travaux sur le sujet. Il a prononcé une conférence très pointue sur la déclassification des vidéos américaines aux dîners ufologiques de Nantes, qui m'a beaucoup impressionnée. Il était logique de l'interviewer. Les trois vidéos s'appellent, dans l'ordre chronologique : « Flir1 », « Gimbal », « Go Fast ». Depuis, à ces trois vidéos s'en sont rajoutées cinq autres : grâce au travail de citoyens américains ayant esté en justice au nom du Transparency Act.

Du dévoilement à la reconnaissance officielle des Ovnis par les USA

L'affaire commence en décembre 2017, quand le New-York Times, "le" media d'investigation US, publie trois vidéos où l'on voit des avions de chasse Navy F/A-18 Super Hornet poursuivre des Ovnis et surtout révèle l'existence d'un programme secret du Pentagone sur le sujet, nommé AATIP (2007- 2012), à la tête duquel se trouvait Luis Elizondo (voir ici) : AATIP, soit « Advanced Aerospace Threat Identification Program », ou « Programme d'identification des menaces aérospatiales avancées ». Ce programme répond à un éventail de menaces, naturelles, humaines, mais aussi à celles résultant de la présence d'Ovnis dans notre ciel, avec une orientation technologique très SF : propulsion spatiale, microondes, supraconductivité, propulsion, téléportation, trous de vers, etc. Précision d'importance : dans AATIP, les Ovnis en tant que tels ne monopolisent cependant pas l'ensemble du budget, et leur étude se fait sous le la direction de Robert Bigelow (voir ici), devenu industriel pour la Nasa. La confirmation finale de l'affaire débusquée par le New-Yort Times est due au journal Popular Mechanics, magazine américain grand public consacré à la science et la technologie, qui mène à son tour un travail d'investigation de premier choix, allant jusqu'à publier des extraits des rapports de Bigelow Aerospace dans un article intitulé «  » (voir ici).

Quid des vidéos qui font le buzz ? Analyse de la première, ou « Flir1 », partie émergée d'un nombre impressionnant d'engins (80)

La première vidéo diffusée, « Flir1 », (voir ici) vient du groupe aéronaval du porte-avion nucléaire USS Nimitz (voir ici). En novembre 2004. Le Groupe Nimitz était positionné auprès de la frontière Etats-Unis/Mexique entre San Diego et Los Angeles, à proximité des îles San-Catalina et San-Clemente. L'un des buts semble avoir été, au bout de ces deux semaines, de développer au-dessus de ces eaux une expérience aéronavale qui devait faire revenir les USA au temps où ils enchaînaient les records de vitesse. En attendant, de facto, depuis quinze jours, les radars de la flotte apercevaient des objets inconnus qui arrivaient par grappes à des altitudes allant jusqu'à 80000 pieds (24 kilomètres). Visions et constations si inattendues que les radaristes ont commencé par réinitialiser leur matériel. Mais force fut alors de constater que les objets continuaient d'arriver, tombant en un instant de 80000 pieds à 20000 pieds (6 kilomètres). Kevin Day, l’un de ces radaristes opérant sur l’USS Princeton (navire appartenant au groupe aéronaval USS Nimitz), a pu estimer les vitesses tenues dans ces trajectoires invraisemblables à environ 38000 km/h. Quand les objets arrivaient à basse altitude, ils alternaient alors les phases de vol stationnaire, d'accélération et de décélération, de tournants à angle droit (insistons sur ce point : de tournants sans ralentir). Les pilotes de F/A-18 ont pu comparer ces trajectoires à des « balles de ping-pong » rebondissant en tous sens.

Focus sur le lieu géographique autour duquel ont été réalisées les vidéos d'Ovnis

L'île de San Catalina est un morceau de Paradis, au bout de nulle part, comme il se doit. Pourtant, elle avait déjà attiré l'attention sur le sujet Ovni. Il y a une dizaine d'années, en effet, la National Geographic Channel avait produit une série intitulée « Chasseurs d'Ovnis » (« UFO Hunters »). L'un des épisodes (voir ici) faisait référence à un accident arrivé à un petit avion qui, en arrivant vers l'île, serait rentré en collision avec un Ovni volant à basse altitude, voire surgissant des flots (je n'ai pu retrouver le moment où l'on en parle dans le documentaire). Se pourrait-il que Catalina soit l'un de ces endroits où l'on voit historiquement beaucoup d'Ovnis ? De son côté, Franck a souligné que lors de la « bataille de Los-Angeles », en février 1942, la DCA américaine avait pris pour cible une flottille d'Ovnis qui passait au-dessus de Los-Angeles en venant de la mer (en les confondant avec des appareils de chasse japonais).

 

Popular Mechanics, ou le Science et vie à l'américaine : un grand journal, qui aborde la notion d'extra-terrestres de manière complètement décomplexée, et est un grand fouineur devant l'Eternel. © Popular Mechanics
Popular Mechanics, ou le Science et vie à l'américaine : un grand journal, qui aborde la notion d'extra-terrestres de manière complètement décomplexée, et est un grand fouineur devant l'Eternel. © Popular Mechanics

 

L'île de Catalina possède deux villages, Two-Harbours, connue sous le nom de « l'Isthme », avec 300 habitants, et Avalon. Il n'a qu'un seul restaurant, un hôtel et un magasin général. © Anonyme L'île de Catalina possède deux villages, Two-Harbours, connue sous le nom de « l'Isthme », avec 300 habitants, et Avalon. Il n'a qu'un seul restaurant, un hôtel et un magasin général. © Anonyme
Publicité

 

Les radars du Groupe Nimitz (2004) : autant de réponses que de questions

La portée des radars de Nimitz est-elle de 24 kilomètres en altitude seulement, c'est-à-dire la zone du ciel où ont été localisés les Ovnis les plus hauts ? Question capitale pour l'origine de ceux-ci. Pour quelles raisons : rien, en effet, ne semble leur interdire dans leur technologie de venir de l'orbite terrestre, ou d'apparaître soudainement d'une sorte de point Oméga, un peu comme si l'ouvrait une porte dans un coin de ciel. Sur la portée usuelle des radars, je vous ai donc rajouté deux liens : dans le premier, Thalès in l'Usine Nouvelle (voir ici) montre qu'en 2013 seulement apparaît un engin monté sur chenilles qui détecte des cibles à plus de 470 kilomètres de distance et 30 kilomètres d'altitude. Dans leur Histoire des radars en France et dans le monde, Jacques Darricau et Yves Blanchard confirment plutôt la grandeur de ces possibilités physiques.

L'histoire des radars en France et dans le monde : intéressant et utile pour notre sujet (pdf, 2.2 MB)

 

Un court texte mentionnant les portées auxquelles sont peu à peu arrivés les radars Thomson pour la France. © Jacques Darricau et Yves Blanchard Un court texte mentionnant les portées auxquelles sont peu à peu arrivés les radars Thomson pour la France. © Jacques Darricau et Yves Blanchard

 

Cette histoire, très complète, dont est tiré ce texte, nous permet de supposer avec une bonne certitude que les 24 kilomètres d'altitude sont dans la limite de la portée maximale des radars de l'USS Nimitz. Mais ceci soulève alors une autre question : comme la couverture radar aérienne des Etats-Unis pour parer à une guerre nucléaire englobe la stratosphère, à laquelle s'ajoute tout le système satellitaire d'alerte et d'observation, les observations du radariste Kevin Day ne nous donnent aucune certitude. En effet, nous aurions la connaissance du début de la trajectoire des objets si nous avions celle des radars balayant la stratosphère.

Car, en effet, un débat agite le monde des « Ufologues » : les engins proviennent-ils de l'espace ou... de bases enterrées. Eh oui, chers lecteurs, je dois vous dire que ces deux hypothèses sont débattues, même si la seconde heurte totalement le sens commun. Mais ici, nous faisons subir une torsion au sens commun, comme vous vous en apercevez. D'où l'intérêt de l'accident isolé découvert par les Ufos hunters du National Geographic. A ceci s'ajoute en plus une troisième hypothèse : l'émersion des engins dans notre dimension, puis l'immersion dans la dimension dont ils sortent. Mais continuons à écouter Franck Maurin : même si, pour le moment, nous n'avons pas de réponses à la question, il remarque que certains des objets évoluaient juste au-dessus des eaux, au-dessus d’une zone de « bouillonnements » de 50 à 100 mètres de large, d’origine indéterminée.

Dans les vidéos, on voit bien que les Ovnis quittent l'autotrack du radar des avions qui les poursuivent, lequel autotrack détecte une source de chaleur d'un objet, la vidéo montrant un moment un objet qui passe du stationnaire à la vitesse supersonique de Mach 1, ceci instantanément (et ce selon les analyses du magazine Popular Mechanics). Voir aussi le témoignage du pilote vétéran David Fravor, qui, à bord de son F/18 s’est approché de l’Ovni qu'ils surnommeront avec ses coéquipiers, en raison de sa forme, le "Tic Tac" (voir ici l'interview de David). Dans cette circonstance, l’objet fonce alors vers l'avion de Fravor, l’évite, effectue un cercle, puis accélère à plus de environ 6000 km/h jusqu'à « Cap Point ». « Cap Point » est le nom de code de l'endroit où les avions devaient se retrouver dans le cadre de l'exercice. Pour les experts du Renseignement, seuls les aviateurs et les ordinateurs de bord possédaient cette information : la trajectoire de l'Ovni montre certainement qu'à un moment il a acquis de lui-même cette information, on ne sait par quel moyen. La réponse au comment de cette information est certainement un autre point capital pour l'analyse de ces appareils. Au final, on ne sait pas si les objets repartent tous dans l'espace... Aucun des éléments dont disposaient les radaristes, aucune des observations des gens qui les scrutaient à la jumelle, ne nous le disent. Toutefois, il est bien clair que nous ne disposons que des descriptions que l'on a bien voulu nous donner... A un moment, cependant, les objets disparaissent : ainsi, un Ovni arrivé à « Cap Point » repart à la vitesse fulgurante de 38 000 km/h vers le ciel... Ces faits sont révélés par le radariste Kevin Day, que nous connaissons bien désormais, et qui opérait sur le navire USS Princeton à proximité du Nimlitz (voir ici son interview). Il est observé que certaines vitesses d’ovnis dépasseraient les 80000 km/h.

Pendant ce temps, sous la mer

Afin de sécuriser les groupes aéronavals, il est de coutume qu'ils soient accompagnés, sous les flots, par des sous-marins. Il en était ainsi bien sûr de l'USS Nimitz. Le sous-marin nucléaire d'attaque USS Louisville l'accompagnait discrètement et a constaté deux objets qui pénétraient dans l'eau et continuaient à y évoluer à 900 km/h... Puis, après, d'autres sous-mariniers ont mentionné qu'ils n'allaient finalement que deux fois plus vite que leur propre sous-marin... Des versions différentes, qui tiennent peut-être au fait qu'ils n'avaient-ils plus franchement le droit de tout dire... C’est peut-être pour cette raison, ajoute Franck, que dans sa version upgradée d'août 2019, le documentaire The Nimitz Encounters Updated USO, réalisé par Dave Beaty, ne fait plus allusion à ce présumé signalement.

Pendant ce temps, très haut au-dessus de la mer

Retour à ce que nous disions en liminaires : comme si les marins suivaient un story-stelling impeccable, Franck Maurin remarque que, certes, le groupe aéronaval USS Nimitz participait à un exercice de routine en ce 14 novembre 2004, fameux jour de la rencontre avec l’ovni "Tic Tac", mais deux jours plus tard, à quelques centaines de kilomètres plus loin (donc à un jet de pierre pour des Super Hornet qui voisinent les 2000 km/h), est expérimenté un drone dernier cri, pouvant atteindre les 12000 km/h, le X-43 Scramjet (voir ici, mais lors d'un essai, semble-t-il, de 2017).

Pourquoi les militaires, si « Secret défense », se mettent-ils à parler ? Et en nombre aussi élevé ?

A partir de 2017, en effet, les pilotes se sont retrouvés sur les médias en nombre clairement inhabituel. Sur CNN, par exemple, David Fravor présente ainsi le fameux « Tic Tac », engin d’environ 12 mètres de long, sans hublot ni système de propulsion apparent ou panaches de fumées. Chad Underwood, autre pilote de F/A-18 ayant approché et filmé l’ovni dans la même journée, déclare dans la presse que les manœuvres et le comportement du tic tac ne sont pas compatibles avec la physique (voir article du New York Magazine). Dans un rapport intitulé « A Forensic Analysis of navy Carrier Strike Group Eleven’s Encounter with an Anomalous Aerial Vehicle », un collectif de scientifiques américains (Scientific Coalition for Ufology) estime que les manœuvres de l’ovni « Tic Tac » conduiraient à faire subir 12000 G à leurs pilotes, sachant qu'un pilote humain peut généralement supporter de 6 à 8G, plus difficilement 10 à 12G dans les cas extrêmes (1G = la pesanteur). Mais pas davantage. En supposant que les données radars soient fiables, les analystes de ce rapport calculent que les accélérations du Tic Tac, pour un aéronef équivalent en taille et masse, nécessiteraient une énergie de 90 gigagwatts (page 18 du rapport). Ces estimations apparaissent édifiantes, car elles surpasseraient la capacité énergétique de toutes les centrales nucléaires française réunies (63 Gigawatts, production installée, données à ce jour). Sur ces bases, des chercheurs envisagent des pistes de réflexion qui se situeraient au-delà de la physique classique et connue (autres dimensions, mécanique quantique, hypothèse extraterrestre de second degré…).

Publicité

Les propos et témoignages concernant les phénomènes ovnis se libèrent, car ils entrent tout naturellement dans le cadre de l'officialisation du phénomène aux USA et, par ricochet, dans le monde entier (même le Japon se met à développer un protocole de rencontre aérienne). Décembre 2017 : New-York Times. Avril 2019 : l’US Navy nous apprend qu'elle développe un protocole de reconnaissance des Ovnis, puis en septembre, elle admet officiellement les trois vidéos comme inexpliquées (puis huit à présent). Pendant ce temps, le New-York Times, rejoint par le Washington Post, continue l'enquête, peu à peu reprise par l'ensemble des media mainstream, de CNN à Fox News. Résultat, peut-être, de la pression médiatique : en avril 2020, le Pentagone (au départ plutôt réticent et critique, parfois très critique vis-à-vis Luis Elizondo, qui dirigeait le programme AATIP), reconnaît à son tour les trois vidéos comme « inexpliquées ». En plus de ces enquêtes convergentes, Franck nous décrit comment d'autres éléments de contextualisation (qui manquent souvent pour effectuer une analyse globale) s'associent peu à peu pour nous donner un panorama plus précis des faits : les premières vidéos, mais qui n'étaient pas assez longues, sont en effet en soi décontextualisées. Puis nous apprenons par exemple qu’une version plus longue (de 8 à 10 minutes) de la vidéo "Flir1" a circulé pendant une journée sur les réseaux de communication internes des navires USS Nimitz et USS Princeton (source : rapport S.C.U.). Les pilotes et techniciens ayant vu cette version originale (David Fravor, Kevin Day, Jason Turner…) parlent d’une qualité vidéo beaucoup plus élevée où se distinguent très clairement les mouvements erratiques et inexplicables de l’ovni Tic Tac. En dépit des demandes de déclassification dans le cadre de la loi F.O.I.A., cette vidéo reste à ce jour classée Secret défense aux Etats-Unis. La raison officielle étant que « cela pourrait causer des dommages graves à la sécurité nationale ».

De la côte ouest à la côte est des USA : nouvelles rencontres

A ceci, s'ajoutent les propos des pilotes interviewés dans des médias et des documentaires. Mais, surtout, un autre phénomène renforce la contextualité du cas Nimitz, qui cesse d'être un cas typique et unique : le même phénomène se reproduit en effet au large des côtes de l'est de la Virginie et de la Floride, en 2015, où cette fois ci le porte-avion en jeu était le USS Theodore Roosevelt. Anecdotiquement (à ce niveau, bien sûr), une nouvelle forme d'Ovni apparaît un moment, plus surprenante encore que le « Tic Tac » : une sphère enchâssée dans un cube (témoignage du pilote Ryan Grave). Il est aussi question d’autres objets volants inconnus aux performances inexplicables en termes de manœuvres (vols stationnaires suivis d’accélérations hypersoniques, virages à pleine vitesse, évolutions à hautes altitudes…) et d’autonomie (supérieure à douze heures selon les témoins).

Mais dans ces deux affaires, combien avons-nous d'objets en tout : selon les radaristes de l'USS Princeton concernant les incidents du Nimitz, cela dépend des fois ; parfois, soudainement, 2 ou plus ; d'autres fois, le maximum était de 20... En tout, on arrive à 80 objets pour le seul Nimitz. A ce titre, on consultera aussi avec attention les propos du pilote Ryan Graves (voir ici le reportage qu'en donne le New-York Times). Ou encore, du même pilote, (voir ici). Dans une autre interview sur TV History, Ryan Graves signale par ailleurs qu’il existe aussi une version longue de la vidéo Gimbal, non diffusée, où se distingue un groupe d’Ovnis effectuer un mouvement synchronisé. Quant à la vidéo de l'affaire Go Fast de 2015, elle donne ceci : voir ici.

Progrès technique dans les radars et instruments d'observation

Entre 2004 et 2015, Franck souligne qu'il y a eu un remarquable progrès dans les technologies d'observations des phénomènes Ovni, lesquels ne se tiennent pas toujours dans la sphère du visible, ou/et de l'infrarouge. Si les épisodes mentionnés dans les affaires de 2004 et de 2015 développent des effets radars, je me permets de rajouter personnellement qu’il ne semble pas toujours en être de même : cela peut être pourquoi, par exemple, Thalès a développé dans l'une de ses usines de la région parisienne un radar dit passif, qui utilise les trous, les « creux », créés dans le smog électromagnétique pour détecter les objets les plus furtifs. Au niveau franco-français, par exemple, un article de Ouest France intitulé « Thalès renforce son ancrage près de Rennes », rapporte ceci : « Dans l'ensemble des données, de plus en plus nombreuses, fournies par les radars militaires, nous traquons les anomalies. » Bien évidemment, le déplacement d'un Ovni sur Rennes et ailleurs est une anomalie sur laquelle il devient peu à peu possible de lever le brouillard. Les progrès des radars entre 2005 et 2016 sont exponentiels. Pour qui s'intéresserait de plus près aux interprétations techniques que nous essayons de rendre, un ex-pilote de Rafale, Pierre-Henri Chuet (formé entre autres par l'US Navy, ex de la Navale), a produit une vidéo intitulée : « Vidéos d'Ovnis déclassifiées : analyse des images avec un ancien pilote de chasse » (voir ici). Datée d'avril 2020, vous ne perdrez pas votre temps. A voir également : Joe Rogan Podcast.

Luis Elizondo, Alain Juillet : en guise de pré-conclusion

Laissons peut-être la pré-conclusion à Luis Elizondo, qui a dirigé le programme Aatip : je vous laisse travailler. Et je tiens à vous mettre quelques phrases prononcées au débottté par Alain juillet, sur le débat consacré au document Ovnis : secrets d'état, "Ovnis : une affaire d'Etats" produit par Canal Plus, sur le site du Mufon France (voir ici), une association menée par Pascal Fechner, et dont je tiens à souligner le très intéressant travail : « Les premiers qui m'ont attiré l'attention sur ces phénomènes mal identifiés, ou non identifiés, ce sont les gens de l'association 3AF [une association de professionel spécialiste de l'aéronautique], avec qui dans les années 2004-2005, quand j'étais à l'intelligence économique, on avait pu échanger.[...] au départ on était parti sur d'autres problèmes, à savoir des problèmes aériens de propulsion, des problèmes où il y a actuellement des problèmes de développement dans l'espace de l'aéronautique [...] et [c'est] devenu de plus en plus une réalité qui s'appuyait sur des faits de moins en moins discutables, si vous voulez. Et ça, je crois que c'est cette réalité crédible, qui fait qu'on rentre aujourd'hui dans une époque on ne peut pas nier le problème, on ne peut pas jeter ce problème là dehors en disant ''mais non, c'est des fumisteries, c'est des visions de professeur Tournesol '', attention danger. [...] Et le deuxième, que je voudrais dire, c'est une chose que j'ai faite, car moi je suis aussi un homme du renseignement, c'est ... j'ai appris une chose dans ma vie dans le Renseignement, c'est que un secret ne reste jamais un secret longtemps. [...] Or, ce que je constate, et ne je suis pas le seul, ce que je constate aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas depuis un grand pays dans le monde, aucun, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, où vous voudrez, aucun grand pays n'a laissé sortir volontairement ou involontairement des informations montrant qu'ils maîtrisaient ce type de problème, soit dans des engins volants, je dirais, humains, pilotés, soit, parce qu'en plus compte tenu des parcours erratiques de ces engins ils peuvent être difficilement, car les gens sous les fameux G mouraient, car même là, aucun pays ne posséderaient des drônes. [D'où] le troisième problème : c'est d'où ça vient. Et là c'est autre chose. »

Ma conclusion

Sur le plan technique, je m'efface naturellement... A plusieurs reprises, l'ex-pilote de Rafale dont Franck Maurin m'a signalé l'excellente analyse, Pierre-Henri Chuet, a remarqué (dans le cas de l'USS Nimitz) que, quel que soit le nombre des Ovnis qui évoluaient et sortaient en grappes, donc en flottilles, il y avait une absence totale d'anxiété, de stress des pilotes. Propos peut-être à modérer, où Franck Maurin souligne que plusieurs pilotes ont déclaré avoir eu peur en voyant le Tic Tac, même si celui-ci n’a jamais démontré d’intentions offensives. A cela, s'ajoute lors du débat du Mufon, l'avis d'Alain Juillet, sur la non dangerosité du phénomène. Mais, et c'est mon avis, cette opinion apparaît en contradiction avec le développé de l'acronyme AATIP : « Advanced Aerospace Threat Identification Program », ou « Programme d'identification des menaces aérospatiales avancées ». Pour un programme orienté Ovni, il y a là une curieuse dissonance entre les réactions terrains des pilotes, forcément briefés par leur hiérarchie, et plutôt décontractées en général, et les réactions au niveau du pouvoir fédéral.

Je vous ai donc mis un rapport d'étape de Bigelow Aerospace. Y apparaît un Ovni triangulaire, forme qui, semble-t-il, n'a pas été évoquée par les témoins des phénomènes sur les deux groupes aéronavals. Pour ma part, j'ai la faiblesse de considérer que les typologies d'aéronefs renvoient à des origines sociales différentes : outre l'origine des appareils qui ont survolé le Nimitz et le Théodore Roosevelt, cette typologie triangulaire à laquelle fait référence Robert Bigelow mériterait certainement que l'on s'y arrête davantage. Quoi qu'il en soit, par son sérieux à identifier et à réunir toutes les sources concernant l'affaire AATIP, Franck Maurin contribue à lever le voile. Je me permets de vous redonner le titre de son livre, que je vous recommande chaudement : Les mystères du phénomène Ovni : de la préhistoire à nos jours (voir ici).

 

Des Tic Tacs aux Ovnis triangulaires : tant sur l'USS Nimitz que sur l'USS Theodore Rossevelt, aucune menace n'est évoquée. En revanche, c'est le mot "menace" qui a certainement aidé Bigelow à vendre sa prestation au Congrès américain. Est-ce que cette menace fait référence aux Ovnis triangulaires, qui n'apparaissent pas dans les épisodes mentionnés tant en Californie qu'en Virginie, mais occupent une place de choix sur le rapport ci-dessus ? Cela, en, tout cas a permis à un autre chercheur français d'intituler un ouvrage : "Les triangles de la nuit, un phénomène inquiétant" (Daniel Robin). © Bigelow aerospace Des Tic Tacs aux Ovnis triangulaires : tant sur l'USS Nimitz que sur l'USS Theodore Rossevelt, aucune menace n'est évoquée. En revanche, c'est le mot "menace" qui a certainement aidé Bigelow à vendre sa prestation au Congrès américain. Est-ce que cette menace fait référence aux Ovnis triangulaires, qui n'apparaissent pas dans les épisodes mentionnés tant en Californie qu'en Virginie, mais occupent une place de choix sur le rapport ci-dessus ? Cela, en, tout cas a permis à un autre chercheur français d'intituler un ouvrage : "Les triangles de la nuit, un phénomène inquiétant" (Daniel Robin). © Bigelow aerospace

Pierre-Gilles Bellin



348 réactions


    • Xenozoid Xenozoid 18 juin 19:17

      @arthes 

      la réalité est une production de l’esprit et l’interprétation qui va avec


    • arthes arthes 18 juin 19:23

      @Drugar

      Justement, je vous renvoies à la réponse que je donne à Xéno....Dans le fond, je ne pense pas que la solution aux questions existentielles soit hors du champs humain.

      Les spéculations sur les extraterrestres ne sortent pas de ce champs, pour moi ce sont des projections, des fantasmes, limités à notre perception,  mais, je conviens parfaitement qu’il faille , pour ceusses qui s’y intéressent (vous avez bien compris que ce n’était pas mon cas) expérimenter ce champs pour voir où (dans la mesure où la démarche est scientifique, sincère et toussa) le mur qui se dresse, et ce mur , pour moi, ce sont nos propres limites cognitives...La où chacun peut percevoir qu’il part dans un délire perso....J’en reviens au paragraphe premier.

      Anecdote ; Je suis allée faire un tour avec fifille, 27 ans, tout à l’heure, dans la nature, et....Ce truc des extraterrestres m’a piqué, je lui en parle et elle me sort, au retour (parce que nous avions vu ce que nous appelons un colibri, et qui n’en est pas un, butiner des fleurs sauvages, et qui magnifique, mais hélas, devenu si rare...) : « Dans le fond, il y a des gens qui croient voir ce qui n’existe pas, et qui ne voient pas ce qui existe. »

      c’est ...Quasi goethéen....


    • arthes arthes 18 juin 19:24

      @Xenozoid
      Da !!!


    • Xenozoid Xenozoid 18 juin 19:29

      @arthes


      ps : la plupart des documentaires animalier sont fait avec de l’anthropomorphisme,centrisme,mais de temps en temps il y a des exeptions, microcosmos 1996, tres bon je te le recommande a voir, c’est aussi mon hobby et j’adore la macro


    • Pierre-Gilles Bellin 18 juin 19:31

      @arthes
      Magnifique.


    • Pierre-Gilles Bellin 18 juin 19:40

      @Xenozoid
      On est certain de la réalité quand on se cogne dessus.


    • arthes arthes 18 juin 19:42

      @Pierre-Gilles Bellin
      Merci (surtout pour Goethe )


    • arthes arthes 18 juin 19:43

      @Xenozoid
      Danke, pour le fil, je regarderai....


    • Drugar Drugar 19 juin 10:34

      @arthes
      « Les extraterrestres, c’est comme les poltergeist , en définitive, une production de l’esprit... Et l’interprétation qui va avec.... »

      Cela me parait être un jugement bien hâtif. Mais c’est votre avis et je le respect.


    • New Holland-E-215 19 juin 11:01

      @Drugar

      Des voyageurs terrestres du passé ou futur seraient-ils considérés comme des « extra »-terrestres ?

      That’s a question ! smiley


    • Drugar Drugar 19 juin 13:31

      @New Holland-E-215
      C’est une question, en effet, mais la réponse dépend des circonstance.
      Cependant, c’est une question qui à peu d’Intérêt car les voyages dans le temps (au sens de monter dans une machine pour se rendre à l’époque que l’on souhaite) sont impossibles.


    • foufouille foufouille 19 juin 14:06

      @Drugar

      le voyage dans le temps est impossible pour nous.


    • Analis 19 juin 16:03

      @arthes

      « Dans le fond, il y a des gens qui croient voir ce qui n’existe pas, et qui ne voient pas ce qui existe. »


      J’aimerais savoir quelle est exactement la signification et /où le contexte de cette phrase. Car si elle veut dire que certains préfèrent croire aux extra-terrestres (ou quoi qu’ils soient), qui seraient inexistants dans son opinion, on peut très bien la retourner la phrase à son autrice, et que c’est elle qui est incapable de voir l’évidence de leur présence, peut-être par refus psychologique. Après tout, vue l’accumulation d’éléments en faveur de leur présence (et je laisse là de côté les films qui ont incité à écrire cet article), c’est une façon parfaitement rationnelle de considérer les choses.

      Ceux (celles) qui rejettent tous les phénomènes qui les dérangent agissent le plus souvent par crainte de ce qui remettrait justement en cause leur vision du monde toute tranquille.



    • gnozd gnozd 21 juin 21:16

      @foufouille

      Si le temps était une grandeur physique, peut-être que ce serait possible.


  • nono le simplet nono le simplet 18 juin 18:33

    il y a une preuve irréfutable qu’il y a des êtres supérieurement intelligents dans l’univers ... c’est qu’ils ne sont pas venus nous voir !


    • Xenozoid Xenozoid 18 juin 19:19

      @nono le simplet

      certain voient des chiffres lá ou d’autres voient des palmares,va savoir


    • nono le simplet nono le simplet 18 juin 19:33

      @Xenozoid
      voui, et certains ne sont pas visités par la lumière, alors que d’autres si ... mais c’est vrai que la lumière ne sert pas beaucoup aux aveugles ...


    • arthes arthes 18 juin 19:38

      @nono le simplet

      Ouais, mais déjà t’as pas la lumière à tous les étages...


    • Xenozoid Xenozoid 18 juin 19:38

      @nono

      pas plus que de l’âne et l’eau ou du doigt et de la lune, qui est difficille pour un aveugle qui ne verra pas le reflet de la lune sur l’eau


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:18

      @Claire

      Ouais, mais à mon avis, s’ils étaient réellement supérieurement intelligents, ils seraient déjà venu nous détruire, tuer le serpent dans l’œuf, avant que la bête ne s’en échappe et les morde. 

      >Pour montrer leur puissance , il n’ ont pas besoin de tuer tout le monde , tu te souvient de nagasaki et hirochima , les US aurais pu « compléter tout en gardant de la reserve pour l’ afrique , l’ europe , le moyen orient et la russie ...

      Je te conseille »les maitre du mondes" de robert charoux 

      le probleme a N-corp est un classique de la mécanique orbitale .
      Ton roman peut être sympatoche merci :)


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:21

      @RexImperator

      Ps si tu as les autres (de charoux) tu est vernis , c’ est introuvable .


    • nono le simplet nono le simplet 19 juin 00:40

      @Claire
      Dis nono, j’ai vu quelqu’un ci-dessus qui parlait du « problème à trois corps ». Tu l’as lu ?

      non, je sais même pas de quoi ça parle ...
      pour le reste, si je faisais partie d’une civilisation extraterrestre avancée et si j"avais les moyens techniques de le faire, je ferais des reportages sur la Terre, un sorte de feuilleton, pour les faire rigoler ... le rire est sûrement le propre de l’extraterrestre avancé smiley


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:43

      @nono le simplet

      roman de sf chinoise bassé sur le Ncorps 
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Probl%C3%A8me_%C3%A0_N_corps
      deja present a l’ epoque de newton :) 


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:44

      @nono
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Sundman pour la résolution(partielle) du 3


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:48

      @nono le simplet

      quand je te disait qu’ il fallait que tu te mette a orbiter TM
      les MFD te le calcule en 3 click , c’ est magique :)


    • Cyrus RexImperator 19 juin 00:53

      @nono le simplet

      je ferais des reportages sur la Terre, un sorte de feuilleton, pour les faire rigoler ... le rire est sûrement le propre de l’extraterrestre avancé 
      >oui c’ est pas faux , d’ en haut c’ est as la fois ET telephone maison , et une petite boule bleu sans importance ... très névrosant dans cette dichotomie .


    • nono le simplet nono le simplet 19 juin 01:01

      @RexImperator
      ah ! la théorie du chaos, l’effet papillon ... tout ça ... ça me passionne pas vraiment ...


    • Cyrus RexImperator 19 juin 01:05

      @nono le simplet

      pour un rechaufiste comme toi , la théorie des plateau devrai le faire ...
      A toi de trier , brule le reste :)


  • Eric F Eric F 19 juin 11:24

    Si des extraterrestres ont de telles technologies pour maitriser l’espace-temps et venir jusqu’ici depuis les confins de l’univers, ils auraient rendu leurs engins furtifs.
    Et s’ils ne voulaient pas être furtifs, ils prendraient contact.

    Ceci étant, il est normal que les états cherchent à investiguer les phénomènes inexpliqués. Il y a des siècles c’étaient sur les dragons, ensuite sur les apparitions mariales, maintenant sur les ovnis...


    • Analis 19 juin 22:28

      @Eric F

      Si des extraterrestres ont de telles technologies pour maitriser l’espace-temps et venir jusqu’ici depuis les confins de l’univers, ils auraient rendu leurs engins furtifs.

      Et s’ils ne voulaient pas être furtifs, ils prendraient contact.


      Le gros problème, c’est qu’on ne doit pas faire d’affirmations lapidaires de ce genre dans une discussion de ce genre. Plein de posteurs ici en font en croyant terminer ainsi le débat, on peut dire que c’est un fléau dans ce domaine, mais elles doivent être écartées à tout prix.

      Toutes les considérations du genre "des extra-terrestres n’agiraient pas comme cela, ils entreraient déjà en contact avec nous etc..." sont vides et creuses. De toute façon s’ils sont là, ils sont là, et aucune réflexion à ,l’aspect rationnel n’y changera rien. Et il convient de préciser « à l’aspect rationnel », car la rationalité en question n’est que ce que l’auteur de la réflexion considère comme rationnel. Et on ne peut absolument pas extrapoler ce que serait le comportement d’une intelligence différente et/ou supérieure. Après tout, même quand on regarde le comportement de nos semblables, leurs actes nous échappent souvent. Alors, avec des extra-terrestres, issus d’une évolution différente, et susceptible en outre de posséder un super-esprit plus vieux de millions voire de dizaines ou de centaines de millions d’années, il est vain d’essayer de prévoir leurs intentions. Leur apparent jeu du chat et de la souris ou d’ombres chinoises peut être le résultat d’émotions que nous ne comprenons pas, il peut même être une forme de manipulation, d’amusement de leur part, ou même d’art (ces hypothèses rejoignent ce que Jacques Vallée appèle le système de contrôle, ou Charles Fort et John Keel le farceur cosmique).

      Ensuite, un contact direct ne pourrait pas être une bonne chose. Car entre des intelligences de niveau très différent, le seul rapport possible est celui de la domestication. On sait ce que des contacts précipités entre des civilisations humaines de niveaux différents ont amené, de pures catastrophes pour la moins avancée. Et avec une intelligence non-humaine, différente et sans doute incompréhensible à bien des égards, la situation serait bien pire. Peut-être que les extra-terrestres attendent simplement l’espèce humaine suivante, ou encore celle qui lui succédera, ou encore après.


    • Pierre-Gilles Bellin 19 juin 22:47

      @Analis
      C’est une hypothèse qui se tient : mais l’enfantement se fera-t-il dans la douleur ? Nous ne pouvons pas l’exclure.


    • Eric F Eric F 21 juin 11:05

      @Analis
      Tout type d’argument est recevable, y compris ceux de l’élémentaire rationalité,
      Le point de consensus est qu’il faut une technologie considérablement supérieure à la nôtre pour envoyer des engins depuis des distances sidérales. Tout ça pour se limiter à d’épisodiques et subreptices cas de ce que vous désignez à juste titre d« apparent jeu du chat et de la souris » sans action ni contact n’est certes pas *définitivement impossible* mais pour le moins *extrêmement improbable*. Observer et attendre se baserait sur des moyens furtifs.


    • gnozd gnozd 21 juin 21:23

      @Analis

      "Car entre des intelligences de niveau très différent, le seul rapport possible est celui de la domestication

      "

      C’est vrai mais ça aussi c’est une analyse anthropocentrée ! Comme vous le dites au début de votre post, on ne peut rien extrapoler...


    • Analis 22 juin 12:00

      @Eric F

      Tout type d’argument est recevable, y compris ceux de l’élémentaire rationalité,

      Le point de consensus est qu’il faut une technologie considérablement supérieure à la nôtre pour envoyer des engins depuis des distances sidérales. Tout ça pour se limiter à d’épisodiques et subreptices cas de ce que vous désignez à juste titre d« apparent jeu du chat et de la souris » sans action ni contact n’est certes pas *définitivement impossible* mais pour le moins *extrêmement improbable*. Observer et attendre se baserait sur des moyens furtifs.

      Ça, ce n’est que vous qui le dîtes. Mais déjà, ce jeu du chat et de la souris représente une forme d’action et de contact, car comme ils seraient en effet furtifs (l’insaisissabilité dont ils font preuve en est la meilleure preuve), c’est qu’il s’agit d’un choix. Sans doute pas la forme que vous aimeriez, ou qu’aimeraient les doctes grands esprits des intellectuels et décideurs pétris d’humanisme pédant qui aiment faire la pluie et le beau temps et dire aux gens ce qu’ils pensent, et qui s’offusquent de voir ces supposés engins traverser nos cieux sans même demander leur autorisation (ce qui explique déjà, avant toute autre considération, pourquoi ils gardent le silence à ce sujet et essaient d’interdire à d’autres de se pencher dessus). Mais des E.T.s n’ont pas à se plier à ce genre de considérations. Et comme je l’ai dit, la rationalité que vous mentionnez n’est que ce qui paraît rationnel à ce cadre de pensée, et encore dans sa version étriquée. De façon encore plus grave à leurs yeux, il y a des possibilité telles que cette planète ne soit qu’un terrain d’expériences, ou même un parc d’attraction (Jacques Vallée parle lui d’un système de contrôle, pouvant jouer sur les croyances et les façonner jusqu’à un certain point, ce qui est compatible avec ces deux options et d’autres), ce qui est absolument répugnant à ces esprits si raffinés (et il faut le dire, aussi au commun des mortels). Mais la réalité n’a pas à leur plaire, encore une fois. En fait, la probabilité qu’une intelligence supérieure nous considère comme tel, comme nous considérons nos animaux d’élevage ou de travail, est finalement assez élevée.

      On ignore d’ailleurs complètement ce que pourrait faire du point de vue technologique une civilisation beaucoup, beaucoup plus avancée que la nôtre. Peut-être n’est-ce pas si difficile que cela pour elle de venir régulièrement sur Terre. Je ne veux pas entrer là sur les considérations au sujet des trous de ver, du déplacement par distorsion de l’espace-temps (warp drive en anglais), de la téléportation, des autres dimensions où les lois de la nature peuvent être différentes, toutes choses qui nous sont complètement inaccessibles actuellement, et sans doute encore pour très longtemps, mais il faut se rappeler l’adage d’Arthur Charles Clarke : toute technologie suffisamment avancée serait pour nous indistinguable de la magie. Et franchement, dans l’univers, il doit très probablement exister plein de choses qui relèvent de la magie à nos yeux.


  • Sylv1 21 juin 10:27

    Quand on voit qu’il y en ait encore pour gober tout ce que peuvent dire les instances américaines malgré tous les mensonges proférés depuis des siècles, on n’est pas sorti de l’auberge.


  • zygzornifle zygzornifle 21 juin 13:14

    Il parait aussi qu’il y a des intra-terrestres qui vivent a l’intérieur de la planète 

    ...


  • vachefolle vachefolle 21 juin 21:17

    Bon, des vidéos qui ne changent pas fondamentalement la donne.

    N’oublions pas que les US sont des champions toute catégorie de la manipulation.

    Or en matiere d’OVNI il y en a des kilos de manipulation.

    L’Armée a toujours eu intéret a faire passer des messages « sous le radar » de presence d’Ovni, afin de justifier tous les budgets et programmes secrets.

    Ce fut clairement le cas de Roswell ou l’bojectif etait de faire croire aux Russes que les US avaient récupéré de la techno ET, dans la guerre froide.

    Alors quoi de neuf. Que des especes technologiquement avancées existent et se promenent dans l’espace c’est une evidence statistique.

    Encore faut-il qu’elles ne soient pas trop eloignées de nous, sinon, a moins que Enstein ait oublié quelques equations, nous ne les rencontrerons jamais.

    Ces OVNI seraint donc des drones inabités ET. pourquoi pas. Rappelons que ces objets si ils existent sont des ET-IA. Pas de raison pour un ET en chair et en mou de prendre le risque d’aller visiter une planete lointaine. Envoyons les robots.

    Cependant il y a un soucis de taille : Que viennent-ils faire ?

    Si c’est pour faire de l’observation, inutile de se déplacer aussi pres. Un simple satellite equipé peut voir tout ce qui se passe sur terre, on est deja capable de le faire, alors des ET sans soucis.

    Si c’est pour visiter des lieux « exotiques » alors inutile de se promener au dessus du pacifique vide, alors qu’il est possible d’aller visiter les chutes du niagara ou les parcs africains.... sans parler de BoraBora.

    Si c’est pour faire de la propection ou de la science, alors l’objectif est de répérérer des echantillons de roche, vegetaux, animaux... mais pour ca il faut s’arreter.

    Si c’est pour etre vu, alors autant allez faire un tour au dessus de NY ou Londres, ca aura plus de succés.

    Bref, le probleme de ces observations, c’est qu’elles ne répondent a aucune logique, or ces ET technologiquement avancés ont une logique.

    Merci de ne pas répondre que les voies des ET sont impénétrables.... Ce ne sont que des especes vivantes comme nous avec quelques millenaires d’avance.

    Donc quand on me donnera une raison rationnelle pour laquelle un drone ET qui aurait traversé la moitié de la galaxie viendrait survoler le pacifique pendant 2 minutes avant de partir, je commencerai a me poser des questions.


    • gnozd gnozd 21 juin 21:29

      @vachefolle

      C’est parce qu’ils sont joueurs ! En fait, c’est leurs mômes qui viennent d’avoir leur permis, et ils se lancent des défis du genre « xfrfeygmdlkssgklmb mfkmjzz jncgeti schtroumboumffe », ce qui se traduit approximativement par :« hé les poteaux, si on allait faire flipper ces connards de terriens !? Le premier arrivé peut passer la nuit avec ma schtroumboumfe »

      C’est con les jeunes...


    • Analis 22 juin 13:54

      @vachefolle

      N’oublions pas que les US sont des champions toute catégorie de la manipulation.

      Or en matière d’OVNI il y en a des kilos de manipulation.

      L’Armée a toujours eu intérêt a faire passer des messages « sous le radar » de présence d’Ovni, afin de justifier tous les budgets et programmes secrets.

      Ce fut clairement le cas de Roswell ou l’objectif était de faire croire aux Russes que les US avaient récupéré de la techno ET, dans la guerre froide.

      Au vu de ce que l’on sait, l’ « Armée » de tout pays a toujours essayé de jouer la dissimulation et il n’y a jamais rien eu de sérieux en matière de justification de programmes d’armement par une menace E.T.. Les ouvrages de Nicholas Redfern (Body snatchers in the desert) et de Mark Pilkington (Mirage Men, où il recycle les racontards qu’une poignée de désinformateurs de l’AFOSI lui ont sortis) n’ont rien donné de probant. Ils ont par contre souvent laissé entendre qu’ils étaient plus ou moins derrière les manifestations d’OVNIs, outre l’ouvrage que je viens de mentionner on se souvient de la CIA qui avait fait passer par un des ses historiens l’affirmation extravagante qu’elle était derrière 50 % des observations suivant le lancement des avions U2 et Blackbirds, la vérité n’étant même pas le centième de cela. Histoire de laisser croire qu’il n’y avait rien d’ « étranger » et qu’ils ne contrôlent pas derrière tout cela.

      S’agissant de Roswell, il vaut mieux ne pas se plonger dans cette affaire compliquée au possible, qui a mené beaucoup d’ufologues à perdre un temps monstrueux, sans déboucher sur rien de certain. Je dirai juste qu’il n’y a là encore rien qui suggère que les services secrets US aient monté ces affaires de crashes et récupérations de soucoupe volante pour mener les Soviétiques sur de fausses pistes. L’idée est en soi peu plausible, tout ce que cela peut m’évoquer, c’est l’image d’un responsable du KGB ou du GRU s’esclaffant de rire en entendant une telle histoire. En fait, il prenne la chose au sérieux impliquait que lui, ses services et ses collègues militaires avaient de très bonnes raisons de penser que les soucoupes volantes existaient, ce qui impliquait par ricochet qu’il avait de très bonnes raisons de penser que les états-uniens croyaient eux aussi qu’elles existaient, et avaient donc les mêmes raisons de croire que le camp de face était dans la même situation de le croire. Autrement dit, qu’elles existaient, selon toute vraisemblance.


      Merci de ne pas répondre que les voies des ET sont impénétrables.... Ce ne sont que des espèces vivantes comme nous avec quelques millénaires d’avance.

      Alors, désolé, mais je me vais me montrer très impoli ! En fait, un corolaire du contact avec une entité supérieurement intelligente est que nous ne pourrions jamais comprendre toutes ses motivations, de même qu’un chien ou une vache ne pourront jamais nous comprendre autrement que de façon superficielle. Il est vrai que nombre de religieux ont utilisé un tel argument durant des millénaires pour éviter qu’on ne questionne leurs dogmes, mais sur le fond, il relève de la logique même quand on est confronté au surhumain.

      En fait, vous vous retrouvez dans la position en miroir de ces ufologues « tôles-et-boulons » qui interprétaient tout au premier degré, pensaient que tout devait être très rationnel, et étaient souvent d’avis qu’un contact était pour bientôt. Comme celui-ci ne venait pas, certains ont arrêté et d’autres se sont enfoncés dans une vision de plus en plus rétrécie de leur champ d’études, pourtant si vaste, tandis que le public perdait tout intérêt pour ces affaires.


      Donc quand on me donnera une raison rationnelle pour laquelle un drone ET qui aurait traversé la moitié de la galaxie viendrait survoler le pacifique pendant 2 minutes avant de partir, je commencerai a me poser des questions

      On ne peut pas vous donner de réponse, et on n’est d’ailleurs pas requis de le faire, vue l’impossibilité de la tâche demandée. Donc, vous continuerez à ne pas vous poser de questions. Mais vous n’êtes pas non plus requis de le faire. Dans ce domaine, je pense qu’il faut se résoudre à admettre qu’on n’aura pas les réponses définitives à nos questions. Pour les autres, rien ne les oblige à s’y intéresser.


  • jessyzz jessyzz 21 juin 21:25

    Salut euh juste une petite réflexion, comme ça : tout le monde sait que l’homme n’utilise qu’une partie INFIME de son potentiel cérébral, ça n’est venu à l’idée de personne de creuser la question pour améliorer ses facultés ? Visiblement non... Il doit pourtant y avoir une solution, puisqu’on sait qu’on a un potentiel...


    • gnozd gnozd 21 juin 21:34

      @jessyzz

      T’as des potes en ciel ?

      Faut les contacter fissa !


    • vachefolle vachefolle 22 juin 08:22

      @jessyzz
      C’est un Fake, les 5% du cerveau utilisé..... Malheureusement.
      Effectivement a un moment donné on n’utilise qu’un faible %, mais ca tourne selon les activités. Et puis le cerveau a beaucoup de redondance, ce qui explique que lorsqu’une partie est degradée, le comportement global ne se ressent pas de façon trés visible.


  • gnozd gnozd 21 juin 21:33

    En tout cas ça fait plaisir : 434 réactions à 21h30, le 21 juin, on voit que le sujet est fédérateur !

    Macron, ses sbires, le coronatsointsoin, les blacks, les tchétchènes et les rebeus, c’est que dalle devant les ET !!!

    On aime bien planer dans le cosmos, même pour les plus sceptiques...


  • Hervé Hum Hervé Hum 21 juin 23:57

    dire que les ET sont une « affaire d’Etat » est déjà une absurdité, dans la mesure où si les ET sont déjà ici, tous les Etat et leurs dirigeants ont autant de pouvoir de décision qu’une tribu encore isolée d’Amazonie peut penser en avoir face aux dirigeants Brésiliens via son armée. Aucun !

    L’humanité est tout comme une tribu isolée d’Amazonie face aux ET, car si eux peuvent venir ici, nous sommes incapable d’aller nulle part. Bref, cela n’a absolument aucun sens, c’est du pur déni de la réalité.

    En attendant qu’ils veuillent bien se faire connaître et en raison de ce que cela implique pour la conscience humaine, les ET restent encore du domaine de l’imaginaire collectif et individuel et non de la réalité, car pour cela, il faut obligatoirement que la preuve irréfutable soit établie. Et ces vidéos ne sont pas suffisantes pour cela.

    La réalité obéit strictement aux lois de la logique causale et pour l’instant, l’humanité n’agit pas en connaissance de cause de l’existence des ET, mais de l’idée qu’on s’en fait pour faire des films comme ET ou indépendance day, etc.


  • Pierre-Gilles Bellin 23 juin 12:36

    Bonjour Hervé,

    magnifique commentaire. Mais nous en savons plus, dans le petit monde du Renseignement pas si secret que cela, sur leurs intentions à ces visiteurs ou résidents « exogènes », le fait qu’ils soient là ou ailleurs en nous évitant le plus possible, etc. Lire à ce sujet le billet que j’ai laissé après mon passage à la fois bref et trop long comme « source » dans ce monde étriqué, pourtant aujourd’hui dirigé par un Normalien, Bernard Emyé qui, dans le passé, a fait preuve de réels talents de diplomates, du moins selon certaines rumeurs : paru sur mon blog de Mediapart, l’article est d’investigation est intitulé : Ovnis papers n°2, espions, télépathes et Ovnis : la dangereuse trilogie. https://blogs.mediapart.fr/pierre-gilles-bellin/blog/260320/ovnis-papers-n-2-espions-telepathes-et-ovnis-la-dangereuse-trilogie

    Et merci encore pour votre réaction qui pose le fond du problème.

    Cordialement, Pierre-Gilles Bellin


    • Hervé Hum Hervé Hum 30 juin 23:30

      @Pierre-Gilles Bellin

      bonsoir,

      je n’avais pas lu votre réponse et viens de tomber dessus, dirons nous par hasard.

      Sur les « intentions » des ET, il y a relativement longtemps en rapport à mon âge, j’avais conclu qu’elles devaient être nécessairement bonne, pour la simple raison que mon raisonnement de l’époque me disait qu’une civilisation ne pouvaient pas avoir atteint un tel degré de connaissance et de capacité technologique lui permettant de voyager à travers la galaxie, sans avoir dépassée ses propres conflits internes, donc, atteint ce que nous appelons la sagesse.

      Aujourd’hui, j’en connais beaucoup plus de cette sagesse et mon raisonnement de l’époque sonne plus comme une intuition de ce que la raison devait m’enseigner par la suite.

      Je vais vous poser une simple question et libre à vous d’y répondre.

      On peut tout imaginer à partir de la réalité, mais peut on imaginer quoi que ce soit sans elle ?

      La réponse donne une raison à l’existence de la réalité physique (pléonasme), l’autre raison étant que sans la réalité, il est impossible de communiquer entre deux êtres.... Différents ! Bien que cela soit une forme de tautologie ou Lapalissade, je doute que vous soyez convaincu de cela, quand bien même toutes les observations scientifiques ou même paranormales le confirment.


  • Pierre-Gilles Bellin 1er juillet 20:01

    Bonsoir Hervé,

    je crois que le réponse tient à la diversité des situations auxquelles les civilisations ET ont été confrontées et leurs réponses qui seront aussi diverses : cela peut aller de l’indifférence par rapport à nous, tant nous sommes banaux, à la prédation, en passant par l’inquiétude vis-à-vis de notre agressivité et la façon dont nous traitons le globe. Je crois que toutes les réponses sont possibles mais que nous ne tarderons pas à savoir. Pierre-Gilles


    • Hervé Hum Hervé Hum 1er juillet 23:07

      @Pierre-Gilles Bellin

      personnellement, je pense que les civilisations ET ont été confrontées aux mêmes situations que celles de l’humain, seulement, comme je vous l’ai écrit, elles ont dû apprendre à les surmonter ou mieux dire, les maîtriser pour pouvoir aller plus loin.

      Cette maîtrise passe obligatoirement par la connaissance et acceptation de ce qui conditionne la réalité, c’est à dire, la logique causale. C’est là que l’humain reste fondamentalement bloqué et menace sa propre existence, en n’acceptant pas de devoir se soumettre à la logique causale, car il est fondamentalement impossible de s’en affranchir sans autre conséquence que de détruire la réalité, c’est à dire, son propre Univers physique.Bref, soit il régresse, soit il élève sa conscience, mais dans ce dernier cas, il y a un hic...

      Contrairement à vous, je sais qu’il n’y a pas deux réponses possibles, mais une seule, c’est celle que commande la logique causale, mais pas celle dont vous avez connaissance.

      La réponse à la question que je vous ait posée et à laquelle vous n’avez pas répondu est que la seule chose qu’il soit possible d’imaginer sans la réalité, c’est à dire, sans obéir à un ordre logique causal (toute particule de matière est l’expression d’une relation de causalité, sans cela, aucune évolution ne pourrait avoir lieu !) c’est la réalité elle même, donc, un processus évolutif obéissant à un ordre logique causal et dont l’être ne peut pas changer. (il ne faut pas confondre apprendre à exploiter la matière d’avec pouvoir en changer la substance (relation causale) sans tomber dans l’imaginaire avec sa conséquence directe, c’est à dire, la destruction de l’Univers physique)

      Pour finir, j’ai lu votre article publié sur médiapart avec les « remote viewing ». J’avais déjà lu un article sur le sujet il y longtemps, sans m’y arrêter plus. 

      Deux remarques à ce sujet, Tout d’abord, je trouve assez « cocasse », le fait que les ET procèdent de la même manière pour communiquer et faire passer leurs messages que la vierge Marie. On peut donc se poser la question de savoir s’il s’agit bien de la vierge Marie ou le contraire d’ailleurs.

      Et le fait que l’apparition des ET est du même ordre que l’apparition de Dieu, puisque l’un comme l’autre règnent en maître sur les cieux, quand l’humain ne « règne » que sur la Terre.


Réagir