jeudi 13 septembre - par Marcel MONIN

Les gens qui ont de l’argent … ne sont pas pauvres

Les gens qui ont de l’argent … ne sont pas pauvres. (réflexion sur la notion de plan anti-pauvreté)

D’un côté les récents gouvernements ont fait, et les gouvernements du moment font avec application, ce qu’il faut pour que les salariés gagnent moins (mise en pièces du droit du travail, divers systèmes de recrutements à bas prix, etc…) ou soient au chômage ( délocalisations des productions, embauche de travailleurs étrangers au tarif étranger, etc … dans le cadre de la célébration du culte de la « mondialisation » et de la déréglementation de tout). Les mêmes gouvernants suppriment progressivement les services publics dont les prestations étaient payées par la collectivité et profitaient ainsi à tout le monde, donc aux plus démunis aussi …

D’un autre côté, les dirigeants actuels annoncent un plan « anti pauvreté » sans modifier ce qui précède. (Et en oubliant de situer ce plan dans la logique des théories qu’ils affectionnent du « ruissellement » ou des « premiers de cordée »… selon lesquelles l’accumulation de la richesse par quelques uns serait censée faire le bonheur de tous).

D’où les questions :

1. comment les gens pauvres peuvent-ils ne plus l’être si l’on ne fait pas en sorte qu’ils gagnent plus d’argent (moins de chômeurs, meilleures rémunérations) ?

2. le plan dit anti pauvreté est-il en réalité eu égard à son contenu, comme jadis la charité de l’Eglise et aujourd’hui les restaurants du cœur et autres oeuvres caritatives, lesquelles ne suffisent plus eu égard à la situation, le moyen (ou l’astuce visant à cela) de continuer à faire supporter à ceux qui en sont victimes, la pauvreté qu’engendre mécaniquement le système que les gouvernants ont choisi de gérer et de continuer à gérer ?

Marcel-M. MONIN m. de conf. hon. des universités. docteur d’Etat en droit.



11 réactions


  • Raymond75 13 septembre 12:40

    Réflexions de bon sens, qui ne sont jamais évoquées par les économistes, sociologues ou ’experts’ en tous genres qui se bousculent pour passer à la radio ou à la télé !!!


  • kirios 13 septembre 12:51
    bravo et merci pour votre article .

    "D’un côté les récents gouvernements ont fait, et les gouvernements du moment font avec application, ce qu’il faut pour que les salariés gagnent moins"

    j’y ajouterai :

    avec la complicité des électeurs qui par peur ou par bêtise les votent ou s’abstiennent

  • NEMO Joker 13 septembre 14:13

    j’ai entendu Micron à la radio dans ma voiture et il a prononcé les mots de « classes défavorisées ». 


    Il y aurait donc des « classes » ?

    Ce n’est pas une « race », les pauvres ?

    Ce n’est pas leurs gènes qui les poussent à choisir une vie médiocre ?

    Je suis très déçu par ce président qui a pourtant été éduqué dans les meilleurs établissements de notre congrégation et semblait porteur des vraies valeurs.

    La pauvreté n’est dure que pour les anciens riches, parce qu’ils ont du mal à s’habituer.

    Quand on a toujours vécu comme ça, on s’est adapté, et même souvent depuis lusieurs générations, donc on a le mode d’emploi.

    Alors que moi, qui va me rembourser la valise de billets qui était dans la voiture qu’on m’a volée à Zurich pendant que j’étais au restaurant en attendant l’ouverture de la banque ?
    Je suis vraiment très déçu.

    La prochaine fois, je voterai PS.

    • NEMO Joker 13 septembre 14:37

      @bob14

      Evidemment !
      On ne peut pas faire confiance aux collectivistes de l’éducation nationale, anti-américanistes primaires noyautés par les marxistes, et à la carte scolaire pour assurer une ségrégation digne de ce nom ! Il suffirait qu’une famille nombreuse reprenne l’épicerie du bout de la rue où j’habite fermée depuis la mort de ce pauvre homme qui est mort le mois dernier alors qu’il était ouvert même le dimanche depuis quarante ans, pour que leurs gamins crottés viennent donner des poux et apprendre des gros mots à nos chers petits ! Vous n’y pensez pas.

    • aimable 13 septembre 17:21

      @Joker
      quand il a parlé de classe défavorisée , il a voulu dire les plus pauvres de chez les riches , selon son parcours cela me semble plus vraisemblable .


  • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 17:01

    Le plan anti-pauvreté ne sortira jamais les pauvres de leur condition , il faut de l’argent pour remplir son estomac pas des plans a 2 balles ....


  • amiaplacidus amiaplacidus 13 septembre 18:21

    Mais, le plan pauvreté de Macron est une brillante réussite, la preuve, il y a de plus en plus de pauvres en France.


  • Le421 Le421 13 septembre 19:40
    J’ai vaguement écouté quelques morceaux choisis de la diatribe de Jupiter, ce matin, et je me suis demandé si le fantôme de Henri Grouès ne s’était pas momentanément réincarné en lui.

    Je reconnais un courage certain à ce falsificateur pour pouvoir sortir de cette manière des paroles dont il ne pense même pas le premier mot de la première phrase.

    Chapeau l’artiste !!

    Enlève ton masque, on t’a reconnu !!

    Et ta porcelaine de Sèvres, elle résiste bien au lave-vaisselle, escroc ??

  • Ciriaco Ciriaco 13 septembre 22:47
    Drôle de question. Un Président, qui plus est de la Vème, ne sera jamais pour là pour faire opposition. On peut entendre comment il gouverne, comment il dirige ; sur la pauvreté, ce n’est pas ce que j’ai entendu de pire - du moins si je m’attache à la prévention.

    Le contrat usuel est évidemment reconduit, en contrat républicain ; la société de travail, usuellement 40 ou 50h de routine par semaine. Heureux les manouvriers et les techniciens, qui construisent avec leurs mains ; s’ils sont la mécanique, au moins sont-ils loin de la décision de vendre en masse de l’inutile et du malsain et de s’y retrouver en effet premier - de cordée pourquoi pas, s’ils veulent bien enlever la corde autour du cou et faire quelques pas sur le sol ; Mr Macron l’a dit lui-même, il découvre la pauvreté.

    Bien sûr on retrouvera le « devoir », les contrôles et les avertissements. N’étudiez jamais pour travailler, mais pour profiter d’une courte période de liberté ; car si vous y êtes sensible et si en plus quelques hasards vous font bon élève, vous serez laminé par la suite : l’Université et la culture donnent trop de richesse dans un monde si pauvre.

    • Le421 Le421 14 septembre 09:08

      @Ciriaco

      Voyons, 8 milliards pour le plan pauvreté !!
      Énorme, non ?
      Hein ?? Sur 4 ans ?
      Ah ! Bon, ça fait quand même 2 milliards par an.
      Soit près de 5.5 millions par jour.
      Pour 10.000.000 de pauvres...
      Bé, heu, voyons, tous ces chiffres, je me perds...
      0.55€ par jour.
      Sans compter tous les parasites qui vont se servir au passage sur ce « plan pauvreté ».
      Parasites que j’estime à 50% car eux, ils ne vont pas se contenter de quelques centimes.
      Ben, restera environ 30 centimes pour aider les pauvres, chaque jour.
      Là, tout de suite, on comprends mieux.
      On respire !!

Réagir