vendredi 10 juillet - par de Lima

Les mensonges des incendies forestiers au Portugal

Chaque année le Portugal a son lot d’incendies meurtriers. Le réchauffement climatique pourrions nous dire inlassablement. Pourtant, un tiers des incendies au Portugal est d’origine humaine et intentionnelle, c’est environ 34000 Ha qui partent en fumée si l’on peut dire, un autre tiers au moins, est non intentionnelle. 

Les mensonges des incendies forestiers au Portugal

Pour mettre les choses au clair, cet article est plutôt un article d’opinion fondé sur des faits que je ne prétends pas être totalement impartiaux. Cependant, agacé par la pensée unique en la matière à chaque fois que je me rends au Portugal, j’ai décidé d’écrire cette tribune.

Chaque année le Portugal a son lot d’incendies meurtriers. Le réchauffement climatique pourrions nous dire inlassablement. Pourtant, un tiers des incendies au Portugal est d’origine humaine et intentionnelle, c’est environ 34000 Ha qui partent en fumée si l’on peut dire, un autre tiers au moins, est non intentionnelle. Évidemment, on aura compris qu’entre le non intentionnel et l’intentionnel, la confusion participe de l’obscurantisme volontaire qui règne en la matière.

Car il faut savoir que bizarrement le Portugal est bien à part. Il y brule plus d’Hectares par habitant qu’ailleurs, même pondéré par la surface forestière. Que se passe t-il donc de si étrange au Portugal pour que passés 200 km au dela de la frontière, il ne se produise plus le même phénomène ? 

Certes, on parle beaucoup du réchauffement climatique et de la politique forestière du gouvernement trop axée sur l’eucalyptus peu couteux mais aussi peu résistant. On dit aussi que les maisons seraient trop proches des forêts, qu’il n’y aurait pas de cadastre forestier pour des forêts somme toutes privatives. Ce serait également la faute des plans d’austérité de la Troïka qui auraient réduit drastiquement les budgets notamment consacrés à la lutte contre les incendies (Formation des pompiers, gardes forestiers, recrutement de météorologues, achat de canadairs). Pourtant, paradoxalement, l’UE a versé 50 millions d’euros au Portugal en 2017 l’année de Pedragao Sul, 19 millions par l’administration interne, et le plan national des zones irriguées est doté d’un budget de 500 millions d’euros. 

Les incendies ne sont pas directement criminels au sens meurtrier du terme heureusement, il s’agit plutôt d’une conséquence humaine dramatique collatérale, mais les intérêts économiques et les dégâts au sens matériel eux, nous paraissent étrangement et directement juteux pour toute l’économie. 

Sur le terrain économique il y a trois phénomènes et il faut savoir que l’industrie du bois du Portugal est leader mondial et que c’est la principale industrie exportatrice qui booste le PIB national :

  1. La hausse des prix de certaines catégories de bois du fait de la rareté générée par les incendies, ce bois est ensuite exporté directement sans transformation plus cher.
  2. Au contraire, pour d’autres catégories, qui servent d’intrants à toute l’industrie de transformation du bois, on créé une baisse des prix par diminution fictive de la qualité. Il suffit qu’il ne soit pas détruit totalement mais légèrement incendié. Du coup l’industrie de transformation nationale a un bois en intrant moins cher qu’elle transforme pour un prix plus élevé du produit fini. C’est « la marge du bois ».
  3. Coté économique, il faut ajouter un dernier intérêt : l’obtention de subventions pour catastrophe naturelle, subventions impossibles à obtenir autrement, du coup tout le monde joue les mains liées, liées à de possibles incendies...

Que des incendies démarrent en quatre endroits différents dans un même village entre 16H et 6H du matin à l’heure où les vents sont les plus puissants, et que cela n’émeut pas grand monde, pourquoi pas. Qu’il existe un parcours touristique des incendies, cela commence à être problématique. Que personne ne s’émeuve du fait que certains fonctionnaires des forces armées prennent leurs vacances au moment où le pays en a le plus besoin, pourquoi pas. Que ces derniers volent l’été dans des shows ultra rémunérés d’entreprises privées, cela commence à agacer.

Car les intérêts économiques sont colossaux et le prix en temps réel des dégâts (le time to market) sert aussi de repère au montant des subventions européennes et gouvernementales au titre de catastrophe naturelle (point 3 plus haut). Ces subventions sont versées aux entreprises dédiées à la fourniture des équipements des pompiers, aux moyens de communication, aux formations, à l’industrie automobile et véhicules tout-terrain, aux hélicoptères et…aux municipalités (financement des routes et des chemins, des maisons…). Et ceci en plus de « la marge économique du bois ». Si les zones industrielles sont comme par hasard créées à proximité des zones à risque…les intérêts économiques sont dramatiquement interconnectés. 

Peut-être que le gouvernement a réagi : en juillet 2017 il aurait proposé trois textes de loi : dans le cadre d’une réforme des forêts, l’objectif serait d’abord de limiter l’implantation d’eucalyptus puis de créer un cadastre forestier et renforcer les mesures de prévention. Est-ce suffisant ? Si le Portugal a les compétences pour faire face à un mécanisme si balisé (il sait le faire lorsqu’il s’agit de créer la future Silicon Valley européenne) il doit agir fortement en posant les conditions de sanctions sévères pour les incendies volontairement posés. 

 

 



20 réactions


  • JC_Lavau JC_Lavau 10 juillet 17:30

    Au Portugal comme en Australie, l’eucalyptus fait des ravages. L’arbre pyrophile voire pyromane par excellence.


    • Fergus Fergus 10 juillet 17:49

      Bonjour, JC_Lavau

      Vous avez raison de le souligner, l’eucalyptus brûle bien mais se régénère très vite grâce à ses qualités pyrophiles.


    • OMAR 10 juillet 18:21

      Omar9

      .

      @JC_Lavau

      .

      L’auteur ne démontre pas si tel ou tel arbre est pyrophile ou pas.

      .

      Il tente de démontrer que c’est principalement l’homme et non la nature qui crée les étincelles dans les forets portugaises.

      .

      Mais toi, tes portugaises comme tes neuronnes, , elles semblent ensablées...


    • myrrhe-lit-on Parpaillot 10 juillet 18:48

      imbecille de mamar , 

      tout le monde sait que l’ eucalyptus est pyrophyle .

      (c’ est a dire qui germe apres un feu )

      tout autant que pyromane car il comptient des essence ...

      Prochaine chiccha met un peut d’ huile essenteil d’ euclayptus , tu va vitre etre recoiffé  :)


    • OMAR 10 juillet 20:45

      Omar9

      .

      @Papagayo

      .

      -« imbécile » ne prend qu’un « L ».

      -« comptient, s’écrit »contient« .

      - »essence« pend un »s« à le fin, quand il est utilisé au pluriel.

      -Et »pyrophile«  veut dire »dont la propagation, la multiplication ou la reproduction sont stimulées par le feu".

      .

      Par contre pour l’idiotie, c’est plus simple : regarde-toi dans un miroir.


    • myrrhe-lit-on Parpaillot 10 juillet 21:10

      @omar 

      Sombre crétin , tu as loupé la faute essentielle 

      on ne dit pas pyrophile mais pyrophyte .

      tant qu’ as faire de corriger ne loupe rien :)


    • Garibaldi2 11 juillet 16:50

      @ Parpaillot


      pyrophile \pi.ʁɔ.fil\ masculin et féminin identiques

      1. (Botanique) (Écologie) (Ethnobiologie) (Phytosociologie) Se dit d’une plante ou d’une végétation qui se développe sur un substrat ayant subi un incendie.
        • Cette espèce très pyrophile avec ses feuilles visqueuses et densément velues sur leur revers, qui deviennent brunes en desséchant, se régénère facilement après les Ciste cotonneux ou blanchâtre (Cistus albidus). — (Claude Tassin, Paysages végétaux du domaine méditerranéen - Bassin méditerranéen, Californie, Chili central, Afrique du Sud, Australie méridionale, p. 102, IRD Orstom, 2012)
      https://fr.wiktionary.org/wiki/pyrophile

      Un ou une pyrophyte, terme inventé par l’ingénieur agronome Kuhnholtz-Lordat1, est une plante (phyton) dont la propagation, la multiplication ou la reproduction sont stimulés par le feu (pyr). Les écologues parlent également d’organisme ou d’espèce pyrophile (pyr signifiant feu et philein aimer/supporter) et distinguent les pyrophytes passifs et actifs.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrophyte

      Demain interro écrite !


    • mmbbb 11 juillet 20:25

      sauf que ces incendies font des victimes Il y a 5 ans a Collioure , dans les Pyrénées orientale , depart de feu criminel dans le maquis , Une equipe de pompiers volontaires allant au combat du feu , une femme a laisse sa vie retour de flamme apres un coup de vent .venant de la mer . En Australie il y a eu des morts et aussi en Californie quoique dans cette contrée ce sont les centaines de KM de ligne electrique en causant des arc qui sont a l origine de ces feux . 

      Sacre Lavau : Pyrophilman , les degats sont la ! 

      Ce sont des actes criminels !

      Il y a des parades juridiques La loi littoral classe les bois et les rendendt inconstructible , cela emmerde les promoteurs Le Portugal n a qu a durcir son arsenal juridique ! 


  • Fergus Fergus 10 juillet 17:53

    Bonjour, de Lima

    Je ne doute pas que les 3 raisons que vous avez données jouent un rôle essentiel dans les nombreux départs de feu que l’on constate au Portugal, notamment dans les régions du centre. 

    Cela dit, je suis surpris que l’écobuage ne soit pas mentionné. Sauf erreur de ma part, il a toujours été plus ou pratiqué dans ce pays  comme en Espagne ou en Corse  pour favoriser la vie pastorale. Peut-être n’est-ce plus le cas ?


  • Esprit Critique 10 juillet 18:14

    Les incendies accidentels, ça n’existe, quasiment pas !

    Quand dans le Gard, autour de Lunel, le feu démarre 15 a 20 fois en plein été justement les deux jours ou il y a du vent, c’est que la région est infestées de criminels. Tout autre commentaire s’appelle de la complicité.


    • foufouille foufouille 10 juillet 18:26

      @Esprit Critique

      avec du vent un mégot suffit comme pour un barbecue, il faut de l’air pour démarrer le feu.


    • Esprit Critique 10 juillet 20:04

      Vous voudriez m’expliquer que c’est une concentration de fumeurs, que le hasard a réuni dans un rayon de 10 Km qui est la cause du problème ! ? 

      Sauf l’égaré qui a fumé a Notre Dame , ça va de soi. 


    • alinea alinea 10 juillet 20:17

      J’ai déposé une cigarette entière à l’intérieur d’un cône d’aiguilles de pin très sèches, aéré mais sans trop, dans une pinède, un jour de canicule et de brise thermique soutenue, dans le Gard, la cigarette s’est consumée vite, attisée, mais les aiguilles ne se sont pas enflammées.

      Donc cher esprit critique, je vous soutiens !!

      En revanche, la même chose sur un talus d’herbes archi-sèches, ça démarre ; chez nous c’est rare que ce genre de configuration débouche sur une forêt qui n’attendait que ça. Pourtant, il y en a des forêts qui brûlent.


  • troletbuse troletbuse 10 juillet 21:52

    Ca m’étonnerait que ce ne soit pas Bolsonaro

    Pour l’Australie, on a les oiseaux pyromanes. Je pense que c’est Bolsonaro qui les envoie  smiley

    https://www.lefigaro.fr/sciences/2018/02/02/01008-20180202ARTFIG00134-des-oiseaux-pyromanes-propagent-le-feu-dans-le-nord-de-l-australie.php


  • CN46400 CN46400 11 juillet 09:56

    Jusqu’en 1950, la forêt landaise brûlait allègrement chaque année, puis des mesures furent prises, surveillance visuelle, coupe-feu, chemins aménagés pour les pompiers, etc.. Depuis, plus de pbs graves !


  • ETTORE ETTORE 11 juillet 14:48

    Le « détestable » brûle bien et profite du vent «  »écologique« qui attise les convoitises.

    Si les arbres brûlent et que les euros fleurissent.....

    Il est certain, à ce compte là, que la nature seras toujours soumise aux intérêts financiers de certaines crapules.

    Que ce soit Bolsonaro ou un autre pyromane détaché par un intérêt calcinant.....nous constatons les résultats, et faisons un bruit de compassion, en nous remettant à l’injustifiable colère des cieux.

    Alors que les responsables, bien souvent sont plus terre à terre que le mégot incriminé .

    Ce sont ces criminels qu’ils faudrait employer à défricher et à faire la prévention.

    La soucoupe est pleine de ces extrémistes des deux bords.

    Entre ceux qui calcinent à tout vas, et ceux qui refusent de toucher une branche d’arbre sous raison de » sauvagerie à respecter ".

    Ces derniers se trompent de cible, autant que les premiers.


  • Kapimo Kapimo 12 juillet 14:16

    Les incendies,c’est comme les élections et tout ce qui représente un enjeu financier, c’est une activité mafieuse qui rapporte.


  • Pere Plexe Pere Plexe 13 juillet 18:26

    Perso ça fait une bonne trentaine d’années que je connais ces incendies estivaux.

    Si le Portugal sur cette période c’est métamorphosé la lutte contre les incendies reste largement archaïque.

    Au niveau des moyens, mais plus encore au niveau de la prévention.

    Par exemple le débroussaillage, la création de coupe-feu, les chemin d’accès, la surveillance. 

    Alors tous les étés les mêmes images des bombeiros et des autochtones avec des pelles et des tuyaux d’arrosage de 19mm...


  • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 13 juillet 18:27

    il n’y a plus d’incendie chez nous,ils ont coupés tout les arbres et bétonnés les prairies,le seul truc qui brule maintenant c’est les voitures, les poubelles et le sacs de déchets recyclable.

    Les pompiers ne viennent même plus, sauf si c’est un transformateur.


Réagir