samedi 21 janvier 2017 - par astus

Les navigateurs de l’impossible

Comme tous les quatre ans les participants à ce 8ème Vendée Globe se sont élancés depuis les Sables d’Olonne pour un tour du monde à la voile sans escale ni assistance sur des bateaux IMOCA de 60 pieds qui sont les plus puissants monocoques de course modernes. Souvent ignorés des médias ces 29 concurrents de 10 nationalités ont été acclamés à leur départ par une foule enthousiaste de plusieurs centaines de milliers de spectateurs. Et beaucoup fêterons aussi leur retour, dont la superbe victoire d’Armel Le Cléac’h. Mais comment expliquer cette ferveur populaire pour ces navigateurs de l’impossible embarqués plus de deux mois sur ces engins pouvant filer à 30 nœuds ?

Il n’y a peut-être que les poètes pour célébrer la mer : « Homme libre, toujours tu chériras la mer ! » écrit Baudelaire, ou les inconscients, car les vrais marins, eux, en ont peur. Et de nombreux dictons en témoignent : « Si tu vas en guerre, prie une fois. Si tu vas en mer, prie deux fois  » ou « Qui voit Ouessant voit son sang (…) Qui voit Sein voit sa fin (…). Maurice Duron, dans son livre « Des mots de voile et de vent  » rappelle que « La mer est l’amante des poètes, des terriens exaltés, nullement celle des marins (…) Il ajoute que « Dans les recueils de chansons et dictons, très peu célèbrent la mer, que le marin appelle lui-même la peau du diable ».

Car malgré leurs machines sophistiquées en carbone équipées de foils tels des ailes d’albatros, les navigateurs d’aujourd’hui qui affrontent les tempêtes dantesques des 50 èmes hurlants ont la même hantise de protéger l’esquif dont leur vie dépend que leurs ancêtres dont ils sont les héritiers (Cf. Notes). Mais aujourd’hui le danger de collision avec des objets flottants non identifiés est très élevé et les risques d’avaries innombrables : démâtage, drisses rompues, foils brisés, voiles déchirées, électronique et pilotes en rade, cadènes ou safrans arrachés, problèmes de quille, pannes électriques, incendie, voie d’eau … 11 de ces marins ont déjà abandonné… Et les autres se retrouvent souvent démunis face à des variations de vent extrêmes auxquels s’ajoutent les blessures, l’humidité, le bruit, la fatigue, la solitude, la peur et le manque de sommeil. Ils s’improvisent alors réparateurs en tout ce qui peut dysfonctionner grâce à de multiples compétences avec le risque permanent d’une chute à l’eau fatale.

Mais cela nous montre qu’au-delà de l’enjeu sportif ce Graal des marins est un voyage initiatique d’où ces navigateurs de l’impossible reviennent transformés de l’intérieur par les défis remportés sur eux-mêmes : « …terminer c’est déjà une victoire… » déclare le brillant second Alex Thompson. « Je ne suis plus le même homme. Il y a eu un changement » confie Éric Bellion. Et Jean-Pierre Dick a les mêmes mots « Le Vendée Globe a changé ma vie ». Déjà en 1969 Bernard Moitessier parlait de sauver son âme. Et pour Stéphane Le Diraison « Ce qui est important c’est d’être en paix avec soi-même ». De fait cette compétition qui est la plus longue au monde est aussi une quête spirituelle qui concerne chacun de nous, d’où son phénoménal succès, parce que cette épreuve met en lumière les valeurs fondamentales sans lesquelles les individus comme les sociétés ne vivent pas bien. Parmi celles-ci, car on ne peut les citer toutes, il y a le courage et la prudence, la confiance et la responsabilité. Il faut en effet du courage pour affronter les dangers d’une telle aventure et ses nombreux imprévus, mais aussi de la prudence pour revenir vivant et retrouver la chaleur des proches si longtemps absents. Il faut également une confiance partagée avec ceux qui ont aidé à préparer le projet. Cela suppose que chacun assume pleinement ses responsabilités pour tendre vers une fiabilité optimale qui renforce la confiance et entretient l’espoir. Cela explique qu’un marin ne se retrouve jamais seul en danger sans qu’un autre vienne le secourir. La solidarité des gens de mer n’est pas un vain mot.

Or dans nos sociétés contemporaines cette confiance qui est le ciment indispensable de toutes les relations sociales, s’est beaucoup affaiblie au XXIème siècle. C’est même plutôt la défiance qui règne aujourd’hui partout en maîtresse tyrannique : démocratie en crise, attentats, confusion politique, communautarismes, économie en panne, mouvements migratoires, pollutions diverses, chômage de masse et pauvreté nous laissent accroire que si décidément cela va aussi mal, c’est toujours à cause des autres. Il semble alors légitime de se méfier de son voisin, d’entretenir le doute envers tout le monde, et de soupçonner des complots ourdis en secret. Or s’il est exact que de nombreux problèmes bien réels attendent de vraies réponses, l’absence de confiance en soi et dans des relations sociales si tourmentées est un phénomène tout aussi important et nocif que les difficultés elles-mêmes parce que celles-ci en sont parfois la conséquence, et non la cause, ce qui empêche toute solution. Car on ne peut se cacher indéfiniment le fait qu’une société déprimée qui tourne le dos à son passé, jugé dépassé, et qui se moque de son avenir, car « après nous le déluge  », pour vivre de façon égotiste dans l’auto engendrement de sujets sans repères avec une hystérisation permanente de l’instant ou des modes technologiques, est en mauvaise posture.

Publicité

Pourtant ces navigateurs de l’impossible nous laissent entrevoir qu’on peut faire preuve de courage confiant et qu’il existe d’autres projets de vie que celui d’un monde artificiel qui incite à avoir toujours plus pour être toujours moins. Ils incarnent avec simplicité des valeurs d’espérance qui sont le fil d’Ariane de l’humanité. Et c’est précisément ce que nous montre l’Odyssée, l’une des épopées mythiques constitutives de l’Occident, dans laquelle Homère nous raconte les difficultés d’Ulysse, ce premier navigateur de l’impossible retour en Ithaque, qui contrairement à ce qu’écrit Du Bellay n’a pas vraiment « fait un beau voyage ». Car si les marins d’aujourd’hui subissent toujours les violences de Neptune, qu’ils saluent avec respect en passant l’Équateur, Ulysse fut aussi en son temps confronté à de terribles périls et à des adversaires effrayants. D’abord Poséidon, le dieu de la mer, qui lui tient rigueur d’avoir rendu aveugle son fils le cyclope Polyphème, mais aussi Éole, le gardien des vents de tempête, les Lestrygons, ces géants cannibales, la magicienne Circé qui change les hommes en pourceaux, les Sirènes au chant mortel, ou les terrifiantes Charybde et Scylla…

Or s’il triomphe de toutes ces épreuves c’est parce qu’il est courageux et prudent mais aussi confiant et responsable. Ce récit initiatique de l’espérance nous incite à distinguer les vrais dangers des peurs imaginaires du sommeil de la raison pour y faire face et agir sans attendre que cela vienne d’autrui. Chacun peut alors se demander comment s’inspirer de ces valeurs pour tenter de remettre à flots cette société de narcisses hors du temps et déboussolés afin d’éviter qu’elle ne sombre à nouveau dans les tempêtes océaniques d’illusoires croyances et de fausses solutions si souvent associées aux naufrages de l’Esprit comme aux orages de l’Histoire. 

 

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » (Mark Twain)

Notes

De l’antiquité au XVème siècle en Occident, les marins firent surtout du cabotage et peu de navigation hauturière en raison de vaisseaux mal conçus pour affronter la haute mer, de portulans rares et imprécis, et de superstitions tenaces. Car les abysses sont alors peuplés d’êtres bizarres ou menaçants comme dans les tableaux de Jérôme Bosch : hydres, serpents de mer, gorgones et autres monstres terrifiants. Il existe bien « des pays de lait et de miel », et l’or de Cipangu abonde, ce qui donne envie d’aller y voir, mais la « Mer des ténèbres » prouve aussi que l’Enfer est au bout du voyage. De plus en allant vers le sud l’eau peut se réchauffer au point de bouillir, et des « pierres d’aimant » peuvent arracher les clous des navires pour les faire couler. Et jusqu’au XVIIIème siècle le scorbut, cette « peste des mers », fit durant les voyages au long cours probablement plus de victimes que les naufrages.

Publicité

Mais plusieurs progrès techniques vont rendre les navigations plus sûres : gouvernail d’étambot pour mieux se diriger, amélioration de la fiabilité des carènes, voiles d’avant favorisant le louvoyage, boussole inventée par les Chinois pour tenir un cap, ou astrolabe emprunté aux Arabes pour mesurer la hauteur du soleil et permettre avec les tables de déclinaison le calcul de la latitude. Et si la longitude resta longtemps incertaine par manque de repères temporels précis, cela n’empêcha pas le portugais Fernand de Magellan, soutenu par le futur Charles Quint, de partir en 1519 avec 237 hommes et cinq navires pour le premier tour du monde à la voile, dont lui-même ne reviendra pas malgré les découvertes du détroit éponyme et de l’océan Pacifique. Car c’est finalement Juan Sebastián Elcano qui rentrera en Espagne en 1522 sur la « Victoria », sans Magellan tué aux Philippines, avec seulement 18 rescapés, après un premier tour complet par la mer qui confirme une rotondité de la terre déjà connue.

La voie est alors tracée pour d’autres circumnavigations en équipage, de Francis Drake au XVIème siècle à Bougainville au XVIIIème ou pour la première fois en solitaire avec Joshua Slocum entre 1895 et 1898. Cela ouvre la route à Robin Knox-Johnston qui est le premier homme à faire en 1969 un tour du monde seul sans escale, et à Bernard Moitessier sur Joshua, qui a inspiré des générations de navigateurs. Dans son livre « La Longue Route » celui que tout le monde attendait en vainqueur du Golden Globe Challenge qui venait d’être créé abandonne la course : « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique, parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. » Cette année Armel Le Cleac’h améliore le temps de François Gabart de près de 4 jours avec seulement 74 jours de traversée. Pour mémoire Titouan Lamazou en avait mis 109 lors du premier Vendée Globe en 1990. Et depuis 2016 ce tour de la planète en solitaire et sans escale, superbement réalisé sur un trimaran de 31 m. par Thomas Coville en seulement 49 jours, prouve que l’adaptation des foils sur ces bateaux est un avantage décisif.

 

Image : Mono Banque Populaire VIII Vendée Globe Copyright Y. Zedda-BPCE_1123

 



70 réactions


  • ENZOLIGARK 21 janvier 2017 12:39

    ... Banque Populaire de l ’ impossible ... , ... aurait fait au$$i un bon titre sachant que , ... TANT QUE PARLE L ’ ECONOMIE # [ Music / video en VO nuclearisee by Silmarils ... ] ... , # sabordee . ballotee , Mooodifiee , orientee , ( ... ) par les ecoutes sous marines de la N$A U$ ( Hello ! ... les cakes ... ) . ... АФФ ИСС ... 


    • ENZOLIGARK 21 janvier 2017 12:47

      @ENZOLIGARK ... , ... Lire OU Relire  : ... Les Dossiers du Canard enchaine No 135 Avril 2015 ... CES TRES CHERS BANQUIERS ... « Chers clients , Merci de nous enrichir aussi genereusement » ... . ... АФФ ИСС pe a Corsica * ...


    • ENZOLIGARK 21 janvier 2017 12:49

      @Orange Skyline 4230 ... , .... Niet ... World of Tanks ici ... . AhAhAhAhAh ... . ( + 9 ) . ... 


    • Michel DROUET Michel DROUET 22 janvier 2017 09:14

      @ENZOLIGARK
      C’est quoi votre langue ? Ce serait utile de nous communiquer un site de décodage...


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 09:28

      @Michel DROUET ... , ... corsematin . com ..... MAIS comme maintenant il faut une clee bien gardee ( de tous mes ecrits ... sans doute dans la capitale historique de l ’ Ile de Beaute a Corti * ... . ... Sinon essayez chez corsicalibera . com .... eux savent et me connaissent ... , mais les corses [ Bonghjornu per tutti *** ... ] ne sont pas des bavards ( comme moi un peu trop parfois ... ) , il vous faudra sans doute du temps et faire svos preuves avant le changement de « conversation » ... . .... Cordialement . ... AFF ISS pe a Corsica * ... 


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 09:55

      @Michel DROUET ... Yandex . ru .... Google . ru .... ENZOLIGARK .... ( la proposition d ’ achat du NOM de mon profil comportait deja 6 zero ... il y a 3 ans ... ) . Pas en roubles ... ... АФФ ИСС ... 


  • petit gibus 21 janvier 2017 12:40
    « Marin de l’impossible »

    oui pour ça je les admire
    mais ce qui me gêne dans cette recherche de l’exploit
    c’est cette compétition hyper médiatisée
    pour moi la compétition se justifie
     contre soi même et pas contre les autres

    Le 3ème le 4ème le dernier
    méritent autant de considération que le 1er

    Le sponsoring la pub la culture du premier
    sont là pour tout gâcher


    • astus astus 21 janvier 2017 13:58

      @petit gibus


      Merci pour vos remarques avec lesquelles je ne suis cependant pas totalement d’accord.
      Cette compétition n’est pas hyper médiatisée : sitôt passée l’arrivée des premiers vous n’en entendrez plus parler pendant 4 ans, contrairement à d’autres sports. Pas plus tard que ce matin aux informations sportives sur France Inter et dès le lendemain de l’arrivée des 2 premiers il n’y a pas eu un seul mot là-dessus, contrairement aux joueurs de tennis ou de handball.

      Quant à ceux qui s’offusquent qu’une banque ait sponsorisé Armel Le CLEAC’H cela n’enlève rien à sa performance exceptionnelle et ne le rendra pas beaucoup plus riche par la suite, contrairement à d’autres sports où des joueurs arrogants sponsorisés par Nike Coca Cola ou Le Qatar (est-ce mieux ?) sont payés à prix d’or pour jouer au ballon, ce qui est à la portée de nombreux crétins suffisamment bien conseillés toutefois pour placer ensuite leur magot à l’abri dans des paradis fiscaux. Il y a quelques exemples récents, et aussi pour les hooligans dans les stades, que je préfère éviter de rappeler ici...

      Mais je partage tout à fait votre avis sur le fait que le seul fait de terminer cette course est un exploit en soi qui mérite autant de respect que pour ceux qui sont devant.

      Cordialement



















    • Alren Alren 21 janvier 2017 16:23

      @petit gibus

      pour moi la compétition se justifie contre soi même et pas contre les autres

      C’est, à mon avis, parce que chaque marin est en compétition contre lui même tout autant que contre les autres concurrents, en recherche d’exploit personnel, de dépassement de limites et aussi parce qu’il affronte des dangers réels (à l’image des alpinistes de « premières ») que le public averti se passionne pour cette course.


    • astus astus 21 janvier 2017 16:35

      @ Alren


      Tout à fait d’accord avec vous : dans cette compétition le dépassement de soi repose sur des valeurs qui sont de nature à encourager d’autres personnes à être plus exigeantes avec eux-mêmes au lieu de s’abandonner à la morosité ambiante. 
      A ce sujet, et en prolongement de l’article, chacun peut s’interroger sur le fait de savoir si les français sont toujours bien capables de distinguer les problèmes réels de ceux qui sont imaginaires si l’on en croit une enquête menée il y a deux ans dans 65 pays pour mesurer l’optimisme des populations, leur confiance dans l’avenir et leur sentiment de bonheur. 
      Celle-ci montre en effet qu’en 2015 la France était 64ème sur 65 en terme d’optimisme alors que des pays comme le Nigeria, l’Afghanistan ou le Pakistan avaient un indice d’optimisme très largement supérieur au nôtre en dépit d’une vie notoirement beaucoup plus difficile : misère du plus grand nombre, guerre omniprésente, rapts criminels, corruption endémique, condition lamentable des femmes, attentats fréquents, routes impraticables, hôpitaux archaïques, retard dans l’éducation, eau non potable … etc. 

      Cette étude est donc la preuve que notre peuple est globalement déprimé, ce qui explique sans doute que nous sommes les rois du french bashing et de grands consommateurs de psychotropes. On peut alors suggérer aux plus mécontents d’entre nous d’aller vivre dans ces contrées pour prendre enfin conscience des réalités de ce monde après un séjour thérapeutique au Bhoutan pour se déconditionner de leurs perceptions erronées. C’est en effet le pays où l’on est le plus heureux au monde car les habitants s’appellent des « boutentrains » (rires !) 

      http://www.bva.fr/data/sondage/sondage_fiche/1641/fichier_presentation_des_ resultats_-_etude_win_eoy_-_decembre_20143b17c.pdf 


    • baldis30 21 janvier 2017 20:23

      @astus

       je partage totalement votre avis ! il est vrai que le dernier a le même mérite que le premier, moins d’habileté peut-être, moins de chance, un matériel moins élaboré ....

      S’il n’y a pas un moteur( le premier) pour servir de point de repère il n’y a pas le même goût inhérent à l’espèce humaine ..., et peut-être bien aussi à bien des animaux de l’étage supérieur où des hiérarchies se créent dans les regroupements ( voir loups par exemple) . Humain ou animal ?

      remarquons toutefois que faire le tour du monde en 74 jours sans escale et sans faire trop de fautes devrait inspirer tous les politiciens qui mettent moins de 74 secondes pour déblaterer des âneries ...


    • howahkan 22 janvier 2017 09:30

      @petit gibus et @ la planète de moutons

      @la planète

      Salut le but de la competition qui depuis 3000 ans environ est un des jouets favoris du maître parasite financier qui ne travaille jamais et possède quasiment tout, pour abrutir la masse avec son acceptation genre : oui oui oui maître abruti moi bien car je veux oublier ma vie que je n’aime pas et qui fait mal..et me terrifie car j’ai basé celle ci sur la durée et sur la réalisation de tous mes désirs or de ce coté c’est déjà foutu avant d’avoir commencé, et donc je suis sur la mauvaise route mais je veux y rester car c’est pas terrible mais je connais cette vie glauque, alors que de me lancer dans l’inconnu je ne veux pas..même si ma vie n’a aucun sens !!

      , à ce stade on dirait de la religion non ?? , le but principal est de diviser la masse, comme l’est l’argent, ça marche bien puis 3000 ans et pour l’instant je ne vois rien d’autre venir car la competition est comme les drogues ou le suicide une façon d’oublier sa vie de merde , de non sens et de souffrance un instant..

      Et tout ceci sous des dehors bien maîtrisés par le maître qui est le créateur de toutes ces compétitions qui sont en fait des éliminations qui existent uniquement pour créer une mentalité d’abord qui sera alors la base d’une société injuste,violente etc dont personne sauf exceptions de + en + nombreuses sauf sur avox, ne saisit que le but est d’éliminer entre autre..et d’amener la foule à faire de même sans que elle s’en rende compte..amène naturellement tout le monde a vivre les uns contre les autres en conflit, au vol ,au conflit et à la guerre..et 80% de la planète ne comprends rien du tout à cela..si je puis me permettre d’énoncer un fait donc une vérité...

      salutations..


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 09:37

      @howahkan ... , ... Aloha * ..., ... VIVE LES DROGUES OFFICIELLES MEME A LA BOURSE DE PARIS ... en gro$ ... ! ( ? ) . ... AhAhAh ... . ... AFF ИСС ...


    • howahkan 22 janvier 2017 09:47

      @howakhan

      et là le mouton humain , contrairement au mouton animal , lui veut un maître, le mouton animal n’est pas aussi stupide, si il n’y a pas de berger il ne va pas aller en chercher un smiley.. le mouton humain est prés à être tondu AVEC son consentement..c’est magnifique..cela fait il va alors croire à tout ce que dit le maître,big bang, expansion, évolution etc tout ceci pour s’ auto féliciter genre "au début il n’y avait rien du tout, puis on sait pas comment mais on vous le dit quand même apparu l’humain qui regardait l’univers,alors tout pri$ son sens car l’humain le regardait, rigolez pas y’a plein de scientifiques renommés qui disent -répète cela.....

      Dieudonné est dépassé..

      Salut enzo....


  • joeblow 21 janvier 2017 13:00

    • astus astus 21 janvier 2017 14:22

      @joeblow


      Il est encourageant de voir aussi cette face de la pression subie pendant si longtemps par ces hommes ! 
      Merci pour le lien.



  • ENZOLIGARK 21 janvier 2017 13:01

    On parle d ’ une edition future ou les navigateurs devront pecher leur nourriture pour piiiimenter encore plus la bOOOucle ... ? ! . .... VA Y AVOIR DU SPORT ... , c ’ est suuuuure ! . ... AFF ИСС ...


  • Radix Radix 21 janvier 2017 13:04

    Bonjour Astus

    Bon article.

    A vos citation j’ajouterai celle-ci :« Il y a trois sortes d’hommes, les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer ! ».

    Car tant que le marin n’est pas rentré au port sa vie est comme suspendue !

    Radix


    • ENZOLIGARK 21 janvier 2017 13:11

      @Radix ... , Bonghjornu ... , ... on a quelque chose cote citation pour les cosmonautes OU bien ... ? . ... АФФ ИСС = ISS ...


    • astus astus 21 janvier 2017 13:39

      @Radix


      Merci pour cette citation complémentaire qui repose un peu au milieu de cette pollution ambiante.
      Mais personnellement j’ajouterai une 4ème catégorie : les hommes qui sont apparemment vivants à l’extérieur, mais qui sont morts à l’intérieur et ne le savent pas.
      Bien à vous.

    • astus astus 21 janvier 2017 14:15

      @astus


      C’est naturellement une allusion à ces « sujets sans repères » et à ces « narcisses hors du temps et déboussolés » dont il est question dans le texte.

       

    • Radix Radix 21 janvier 2017 16:36

      Bonsoir Astus

      Cette dernière catégorie ne m’intéresse pas... Même si elle est très représentée sur ce forum !

      Radix


    • astus astus 21 janvier 2017 16:48

      @Radix

      Ce sont en effet des pervers narcissiques peu recommandables, dénués de toute compétence et de toute empathie, incapables d’écrire le moindre article, qui pensent pouvoir se débarrasser de leurs problèmes sur autrui en attaquant en permanence les liens pour échapper à leur nullité abyssale qu’il imaginent hors d’eux afin d’éviter de la voir en eux.

    • Radix Radix 21 janvier 2017 17:08

      @ENZOLIGARK

      Au terme cosmonaute ou astronaute, je préfère spationaute, car si on est allé dans l’espace, nous ne sommes pas encore allé dans le cosmos, ni sur un astre !

      Autrement si vous désirez une citation qui pourrait s’appliquer à votre cas, je vous propose : « Ce grand vide qui fait si mal ! » disait le poète... après un mal de tête !

      Radix


    • Osis Osis 21 janvier 2017 17:27

      @astus
      "Ce sont en effet des pervers narcissiques peu recommandables, dénués de toute compétence et de toute empathie, incapables d’écrire le moindre article, qui pensent pouvoir se débarrasser de leurs problèmes sur autrui en attaquant en permanence les liens pour échapper à leur nullité abyssale qu’il imaginent hors d’eux afin d’éviter de la voir en eux."

      Çà va les chevilles ?

      Ce doit être grisant de se sentir aussi supérieur...
      pour quelqu’un comme vous qui aimez les zumains...


    • astus astus 21 janvier 2017 17:50

      @Osis

      Vous préférez sans doute soutenir les trolls pollueurs d’Agoravox et tendre l’autre joue face à leurs attaques imbéciles qui vous paraissent plus intéressantes qu’un article écrit en français mais ce n’est pas mon choix. 

    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 06:16

      @Radix ... , ... Aloha * ... , ... « Lorsque les goelands ont pied , il est temps de changer de bord » ... ; ou encore : ... Quand les enfants migrants ont fini echoue sans trouver le port , trop tard pour leur montrer l ’ etoile * du Nord ... . ... Et concernant « mon cas » ... , etant deja en « formation » pour mon futur diplome [ A F F ] du .... grand vide , votre « ordonance » ressemble a celle d ’ un medecin qui n ’ a pas pu aller plus loin ... ( ! ) . ... E CORSICA * LIBERTA SERA ... АФФ ИСС ...  


  • oncle archibald 21 janvier 2017 15:33

    La voile est un sport magnifique que l’on peut pratiquer à n’importe quel niveau avec beaucoup de plaisir, mais cette course dantesque ne peut être gagnée qu’avec de supers machines barrées par des supermarins.

    Ils doivent être au top à tous points de vue, préparation physique, gestion de la nourriture et du sommeil, interprétation des cartes météo, tactique lorsque la course se joue à trois fois rien comme ce fut le cas cette année encore ... La moindre erreur est sanctionnée très durement et peut même engager la vie du marin.

    Tous les engagés du Vendée Globe sont des supermans. Ceux qui ont abandonné sur des avaries qui prouvent à quel point les océans sont aussi des poubelles pleines « d’Objets Flottants Non Identifiés » sont aussi méritants que les autres, et celui qui finira dernier aussi.

    Tous ces marins d’exception n’attendent aucune récompense financière personnelle. Comme en Formule un ce sont les meilleurs pilotes qui disposent des meilleures machines parce que les sponsors qui ont beaucoup misé veulent un « retour sur investissement » ... C’est normal aussi et ça ne me gène pas. Bref. Je suis d’accord sur tout avec l’auteur.


    • astus astus 21 janvier 2017 16:24
       Bonjour à vous oncle archibald,

      Vos remarques sont les bienvenues notamment quand elles soulignent le profil hors norme de cette compétition dont il faut rappeler qu’elle est la plus longue au monde ce qui suppose des compétences exceptionnelles, et, comme vous le soulignez à juste titre, dans des domaines très divers.
      Ceux qui s’engagent là-dedans ne deviendront ni riches ni même vraiment célèbres et c’est un bonheur de partager avec eux leur passion (Moitessier disait que rien de grand ne se fait sans passion). Ils sont en tous cas des dizaines de milliers au départ comme à l’arrivée et pas moins de 450 000 compétiteurs virtuels sur la toile, ce qui est un signe qui ne trompe pas. 
      Souhaitons que tous ceux qui ne connaissent pas la voile puissent s’initier à ce loisir merveilleux et non polluant qui peut aussi devenir un sport très exigeant (et très formateur pour les individus, comme pour l’alpinisme je suppose) selon le niveau auquel on le pratique. 

      Bien à vous. 


  • petit gibus 21 janvier 2017 17:35
    Merci astus de citer Moitessier qui est pour moi l’idéal de l’esprit marin
    et par extension de l’esprit humain
    pour avoir en 68 alors qu’il arrivait en vainqueur
    renoncé à franchir la ligne d’arrivée

    « Souhaitons que tous ceux qui ne connaissent pas la voile puissent s’initier à ce loisir merveilleux..... »

    Un souhait qu’on aimerait qu’il puisse plus facilement se réaliser
    mais bon c’est un autre sujet smiley

    • oncle archibald 21 janvier 2017 18:41

      @petit gibus : j’avais pratiqué un peu enfant et à l’adolescence, sur Vaurien et aussi sur Sharpie 9m2 que personne plus ne connait, puis pris dans le tourbillon de la vie professionnelle et familiale, plus rien jusqu’à la retraite ...

      Mes enfants craignant que je ne supporte pas l’inactivité m’ont offert un stage de voile. Ils ne se sont pas trompé, ça a mordu ! Je me suis offert un petit croiseur cotier pour des sorties pépère avec mes petits enfants. Le bonheur c’est quand à la sortie du port on se met face au vent pour hisser les voiles et qu’enfin on peut couper le moteur.

      Même pour un « vieux débutant » comme moi, en dehors de toute compétition et bien sûr avec le souci constant de la sécurité de mes « passagers » c’est un plaisir immense de préparer une sortie en mer, de régler au mieux les voiles, de serrer au plus près le vent, de naviguer entre le cap d’Agde et le cap Leucate qui me tiennent lieu grands horizons !

      Je dois faire l’année avec 20 litres de carburant puisque je n’utilise le moteur que dans les ports. Un petit bateau d’occasion est à la moitié prix d’une piètre voiture. Les seules dépenses couteuses sont la place de port et le carénage annuel qui sont très réduites si l’on choisit un bateau de moins de 2,50m de largeur qui peut se mettre sur une remorque.


    • astus astus 21 janvier 2017 18:59

      @oncle archibald


      Et j’ajoute que l’on trouve des 420 , 470, Vauriens ou Mousses en état correct pour moins de 1000 euro, ce qui est un budget raisonnable pour naviguer à deux dans des endroits un peu abrités. De plus c’est sur les dériveurs que l’on apprend le mieux...parce que les erreurs se payent comptant ! Mais j’apprécie aussi les petits croiseurs côtiers (Corsaire, MicroChallenger insubmersible, Microsail etc.)
      Par contre les Sharpie 9 m2 ou 11 m2, les Pacific et les Loups (sauf reconstruction récente) ont disparu de nos plans d’eau...


    • petit gibus 21 janvier 2017 19:40
      @oncle Archibald

      « Un petit bateau d’occasion est à la moitié prix d’une piètre voiture » ! ! !


      « Les seules dépenses couteuses sont la place de port et le carénage annuel qui sont très réduites si l’on choisit un bateau de moins de 2,50m de largeur qui peut se mettre sur une remorque. »

      Mais où sont passés les si nombreux loueurs de plage
      de petits hobby 14 ou 16 de petits 4,20 ou 4.70
      de planches à voiles pour tous niveaux.........

      Qui pour qq heures pendant ses 15 jours de vacances sur nos plages
      va se payer un anneau ou une place de parking dans nos ports de plaisances ?

      Et oui la voile reste un sport pratiqué par une minorité de mordus
      ou de m’as tu vu dans nos ports de plaisance

      Petite devinette smiley

      Connais tu le nombre de sorties moyenne
      pour un port comme Port Camargue qui se vante d’être le
      premier port de plaisance d’Europe ? ? ?

      1 sortie par an ! ! !

      Tout est fait pour que la voile devienne un sport de masse
      et d’éducation pour notre belle jeunesse smiley smiley smiley




    • petit gibus 21 janvier 2017 20:17
      @astus

      « Et j’ajoute que l’on trouve des 420 , 470, Vauriens ou Mousses en état correct pour moins de 1000 euro, ce qui est un budget raisonnable pour naviguer à deux »

      Ben oui mais pour un dériveur de plage moderne pas trop lourd
      facile à gréer faut plutôt compter 8000 euro
      quand une dacia elle coute 7900 euro smiley

    • Fanny 22 janvier 2017 01:36

      @petit gibus

      Surprenante statistique !

      Car les ports (pas tous ?) infligent des pénalités financières à ceux qui ne sortent pas suffisamment (en deçà de 14 sorties/an dans le port que je connais). Et sont virés s’ils font le mort deux ans durant.

      Mais quel bel article ! Justesse des mots et des propos.

      J’ai croisé par hasard un des participants (ami de mon fils) juste avant son départ fin 2016. Il a cassé son mât après avoir tenu un rang très honorable durant une moitié de la course. J’étais ému face à un marin (non professionnel, il est salarié le reste du temps) qui allait s’engager sur ce tour du monde, en présence de sa femme et de ses enfants qui allaient vivre une période difficile, attendant le retour de leur héros. Un exemple pour notre jeunesse, et pas seulement.

      J’ai suivi cette course avec grand intérêt. Une chose m’a troublé : les bateaux au départ paraissent très semblables. Mais les écarts sont très vite énormes entre les premiers et les suivants. Qu’est-ce qui crée, techniquement, ces écarts ? Pas uniquement le fait que Gabart et Le Claec’h sont ingénieurs, quand même (ironique : mais je défends cette profession qui, dans l’ensemble, fait du très bon boulot en France - profession qui fut la mienne, bien entendu). 

    • petit gibus 22 janvier 2017 02:10
      @Fanny

      « Surprenante statistique  »

      Et oui, nous sommes ici dans le midi

      Nous avons pourtant de très bon navigateurs
      Je pense à Kito de Pavant qui à la suite de ce Vendée globe
      est complètement ruiné


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 05:56

      @Fanny ... , Bonghjornu .. , ... les penalites financieres sont aussi pour les mairies qui ne construisent pas un certains nombres de logements par an ... . Mais comme vous le savez , les maires PREFERENT PAYER UNE AMENDE PLUTOT QUE D ’ APPLIQUER VOS LOIS ... . ... frOnce 2017  UE$A ... . ... A FRANCIA SYSTEMA BASTA i FORA ... INDIPENDENZA SOLA SOLUZIONE pe a Corsica * ... 


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 06:34

      @ENZOLIGARK ... , ... [ une info parfaite de Fanny * ] ... qui me fait penser a ceci  : ... les collonialistes europeens ont pille / tue / guerroye / ... partout sur le globe depuis des siecles et nous en voyons le triste resultat lamentable de nos jours ... . .... Si des bateaux ne sortent jamais ou presque du port ... , pourquoi ne pas y loger des familles de migrants ( un comble sans mesures ... ) qui debarquent chez vous tous les jours ! . .... Allez les gOOOlois , un peu de courage .... l ’ annee du Coq OU celle des poules ( mouillees ) ... . .... AhAhAhAhAh ... . ... A FRANCIA FORA .... ИСС pe a Corsica * ...


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 06:37

      @Griffon Jaune ... , ... des raviolis ... fumees a quoi ! ? . .... Basilic jamaicain au minimum ... 


    • ENZOLIGARK 22 janvier 2017 13:38

      @ENZOLIGARK ... , ... Colons suite ... : " ISRAEL : la colonisation relancee , entretien Trump Netanyahu ( corsematin . com du jour ... ) ... . ... АФФ ИСС ...


    • astus astus 23 janvier 2017 11:36

      @Fanny


      Excusez ma réponse un peu tardive. Il existe en effet des écarts importants entre les bateaux : certains sont des « vieux bateaux » qui ont fait déjà plusieurs courses et sont « recyclés » pour des navigateurs qui font leurs premières armes, avec bien sûr des sponsors qui ont moins de moyens que d’autres (on va encore me reparler de ces salauds de banquiers !), mais cela permet à des marins peu connus (et la plupart le sont) de tenter l’aventure ou de porter des idées généreuses (Leucémie espoir, ou Initiatives Coeurs, par exemple) alors que d’autres ont des bateaux neufs très affutés mais en même temps souvent plus fragiles en raison de leur côté expérimental, notamment pour les foils ou d’autres technologies qui prennent du temps pour être validées. C’est un peu comme pour la formule 1 car les meilleures innovations serviront ensuite à tout le monde. Notre pays, avec l’Australie, la Nouvelle Zélande, la Grande Bretagne et les USA est en pointe dans tous ces domaines créateurs d’emploi. Et il est d’ores et déjà certain que les foils représentent par rapport aux dérives traditionnelles un avantage décisif. 
      Bien à vous.

  • jymb 21 janvier 2017 17:45

    Bon de nouveau il me faut pousser un coup de gueule anti-stupidité
    Je mets un point d’honneur à ne jamais acheter des produits et services des entreprises dont le nom apparaît sur les maillots des « sportifs » ou les voiles des bateaux ou équivalents

    Qui paye l’amusement de ces quidams ? Le client à travers ses achats, à qui on ne demande pas son avis

    Qui fait de la propagande éhontée ( tout en floutant par ailleurs hypocritement la moindre marque dans les reportages autres que pseudo sportifs !!! ) ? la télé

    Que les abêtis revoient le sketch des Inconnus
    https://www.youtube.com/watch?v=e0mVyWMup80

    Vous n’en avez pas assez de vous faire vider les poches jusqu’à la couture ? vous n’êtes pas écoeurés de contempler des « entraîneurs » pérorant devant un mur tapissé de nom de marques ?

    Le jour où l’on aura le choix entre le prix normal et le prix volontairement majoré pour subventionner ces zozos, d’accord. Mais à ce jour, Sodebo ou Banque Populaire, ou Hugo Boss, ou Maître Coq etc  : poubelle
    Et lorsqu’il s’agit de la région machin ou de la ville bidule c’est encore pire, c’est du détournement d’impôts donc d’argent public


    • baldis30 21 janvier 2017 20:34

      @jymb

      N’achetez pas de pétrole du Qatar,..... de l’électricité d’EDF ( voir par exemple le kayak...) !


    • damocles damocles 22 janvier 2017 10:22

      @jymb

      tres bon le sketch des Inconnus , je ne connaissais pas ....

    • jymb 22 janvier 2017 12:06

      @baldis30

      Je suis d’accord, il faudrait pouvoir disposer d ’une liste des gaspillages, détournement ou autres pour choisir le plus en transparence possible 
      Exit ceux qui arrosent les footballeurs, ceux qui fabriquent des radars, ceux qui gavent les dictatures rétrogrades, etc 
      Cela sera un long travail vu l’étendue des dégâts.
      Dans les années 70, on parlait par exemple d’indépendance énergétique....algues, hydrogène, autoproduction électrique..rien de punitif ou de vexatoire à l’inverse de ce que prônent les khmers verts et les autophobes haîneux, mais des aventures (vraies celles là ) à engager

    • baldis30 22 janvier 2017 12:12

      @jymb
      n’achetez pas non plus de Renault, de Mercedes, de Ferrari, et autres qui subventionnent la formule 1.

      n’achetez pas non plus des VW, BMW, et autres Citroën et Peugeot qui subventionnent les rallyes

      marchez à pied et encore ne subventionnez pas les marchands de chaussures qui font une publicité indécente : on peut marcher sans chaussures, ou à la rigueur fabriquer soi-même ses sabots ...


    • baldis30 23 janvier 2017 07:52

      @jymb

      Il y a les gaspillages mais aussi la potentialisation du voisin avec lequel on n’a pas d’intérêt mercantile en commun mais dont la présence est intéressante : j’ai vu une très grosse entreprise française, privée, s’occuper d’une petite entreprise quant à son organisation, sa visibilité. Ils n’avaient rien de commun sauf d’être voisins. C’est quelque chose d’éminemment positif ! Le cas de la voile avec les retombées que le remarquable article initial et la suite ont mis en lumière peut rentrer dans ce cadre !

      Evidemment si on aborde le problème du football.... il y a deux faces... le foot professionnel masculin et le reste ( dont le foot professionnel féminin qui porte très haut la valeur de ce sport !) !

      Indépendance énergétique ? la première des choses à faire c’est de faire le vrai bilan avec l’énergie utilisée en France mais vendue dans des produits exportées et inversement inclure l’énergie importée dans des produits finis ... ( outre les variations de stock...) ! Dans cet ordre-là et pour de basses raisons de pollution combien d’entreprises font fabriquer dans des pays du tiers-monde ( et maintenant aussi du quart-monde) ... Ne nous étalons pas sur les raisons pour lesquelles ils ne sont pas poursuivis dans ces pays ..... Chuuuut !


  • Sergio Sergio 21 janvier 2017 20:12

    Trente bonhommes ont fait le tour du monde en bateau, c’est une expérience faite de courage, d’abnégation, de partage. Ils n’ont pas essayé de se battre contre la mer mais ils ont su faire avec, contre c’est impossible. On pourra dire ce qu’on voudra, fallait le faire, après on en parlera plus à part ceux qui auront écrit cette course, pour les autres on s’en fout. Bernard Moite pour info avait fait cette course avec un poteau télégraphique pour mât, et pour ajouter une citation, j’ai travaillé sur des bateaux sur lesquels l’entretien était onéreux et le mot de l’époque était : « Un bateau on est content quand on l’achète, on est content aussi, quand on arrive à le revendre »


    En tout cas, article sympa fait pour ceux qui ont des voyages dans la tête et des histoires à raconter, on va en avoir besoin !!!!!

  • izarn izarn 21 janvier 2017 21:47

    je n’attaquerais pas le courage des navigateurs...
    Mais il faut dire, qu’il s’agit d’une course « Open » c’est à dire sans vraiment de règle stricte de jauge.
    Ceci met en avant les coureurs les plus richement sponsorisés, et qui ainsi ont des bateaux meilleurs que les autres....
    Vous pouvez toujours courir avec peu de moyen le Vendée Globe ; mais vous n’avez aucune chance de le gagner...


    • Osis Osis 23 janvier 2017 08:16

      @izarn

      Effectivement...

      Mais vouloir pisser plus loin que les autres passés 10 ans...
      C’ est tout de même inquiétant...

      S’il n’y avait pas de sordides histoires de fric en jeu, assurément on les soignerait.
       


    • ENZOLIGARK 23 janvier 2017 08:22

      @Osis ... , ... Aloha * ... , ... tres bonne remarque ... , attention tout de meme aux filles * * * , certaines detiennent des records ... 


    • Osis Osis 23 janvier 2017 09:27

      @ENZOLIGARK

      Pas d’inquiétude...
      Je sais que les dérèglements hormonaux peuvent toucher les sexes...


  • kssard kssard 21 janvier 2017 22:59

    Moi ce qui me gêne c’est le sponsor Banque Populaire. On savait que l’argent n’a pas d’odeur, on sait maintenant avec les paradis fiscaux qu’il n’a pas de frontière.
     Quel symbole cette voilure de plusieurs centaines de mètres carrés sur toutes les mers du monde. Pour ma part je ne me n’empêcher de considérer ces bateaux comme des immenses panneaux publicitaires pour promouvoir des banques sales qui planquent l’argent de leurs clients les plus riches dans les paradis fiscaux. Le véritable exploit n’est il pas le tour de force des banque de se faire admirer alors qu’avec la Loi Sapin 2 visant à la sécurité bancaire, c’est l’épargnant qui désormais devra renflouer les banques. A méditer...


    • astus astus 22 janvier 2017 08:15

      @ kssard


      Votre focalisation idéologique sur les banques vous empêche de voir que Yann ELIES (Leucémie Espoir), Éric BELLION (Comme un seul homme), ou Tanguy de LAMOTTE (Initiatives Cœurs), sont sponsorisés par des organismes centrés sur des projets généreux dont vous pourriez éventuellement bénéficier vous-même un jour, à votre corps défendant sans doute… 
      Et le fait qu’une banque ait sponsorisé Armel Le CLEAC’H n’enlève rien à sa performance exceptionnelle et ne le rendra pas beaucoup plus riche par la suite, contrairement à d’autres sports où des joueurs arrogants et grossiers sponsorisés par Nike Coca Cola ou Le Qatar (est-ce mieux ?) sont payés à prix d’or pour jouer au ballon, ce qui est à la portée de nombreux crétins suffisamment bien conseillés toutefois pour placer ensuite leur magot à l’abri dans des paradis fiscaux. Il y a quelques exemples récents, et aussi pour les hooligans dans les stades, faut-il rappeler tout cela ici ? 
      Enfin vous passez complètement à côté de ce texte qui met l’accent sur un certain nombre de valeurs sans lesquelles notre société restera déprimée c’est à dire immobile comme un voilier en panne de vent sur la mer, sans sillage du passé ni cap pour l’avenir, seulement balloté de droite à gauche et de gauche à droite par la houle d’idées inconsistantes et contradictoires. Quand la politique manque de souffle (anima), alors c’est la « pétole » (i.e. absence de brise) qui conduit tout droit à la pétaudière.



    • baldis30 22 janvier 2017 12:14

      @astus
      « Votre focalisation idéologique sur les banques vous empêche de voir que Yann ELIES (Leucémie Espoir), Éric BELLION (Comme un seul homme), ou Tanguy de LAMOTTE (Initiatives Cœurs), sont sponsorisés par des organismes centrés sur des projets généreux dont vous pourriez éventuellement bénéficier vous-même un jour, à votre corps défendant sans doute…  »

      ça ne les touche absolument pas ... repli complet sur soi-même


    • astus astus 22 janvier 2017 12:21

      @kssard


      Ils sont en effet eux-mêmes comme voiliers immobiles dans la pétole ballotés par la houle d’idées confuses.

  • Nellina Nellina 22 janvier 2017 21:15

    Bel article. 

    Merci pour honorer les marins de ce Vendée Globe. Les Français pris un à un ne sont peut être pas si défaitistes qu’on laisserait le faire croire.

    ....Narcisses hors du temps et déboussolés.... « Vivez votre vie, vous seuls la vivrez »

  • Trelawney Trelawney 23 janvier 2017 08:33

    Depuis que j’ai gagne ma vie comme pécheur de morues (pardon cabillaud) entre l’Islande et la Norvège, mais aussi pécheur de crabes des glaces en mer de Bering, je n’aime pas la mer. Il y fait toujours froid même quand il y a du soleil. Ca chahute dans tous les sens. Et des fois lorsque le temps s’y prête on y risque sa vie plusieurs fois par jour.

    J’ai des amis qui pratiquent la voile. Il appelle cela « la plaisance » et ils se nomment eux même « plaisanciers ».
    Lorsque l’on parle de tour du monde on a dans la tête les Moitessiers, Tabarly, Chichester où leur tour du monde fait plutôt figure de voyage initiatique.
    Pour les concurrents du Vendée globe, c’est une autre messe. Lorsque vous êtes dans un IMOCA 60 pieds, c’est comme si vous passiez 60 jours dans le tambour d’une machine à lavée 1400t/mn. Ca cogne de partout et comme vous etes dans une configuration « plutot mourrir que lofer » (lofer c’est reduire la vitesse), il faut croire que vous aimer vous faire mal et peur à la fois.
    Pour ce qui est des multicoques c’est encore un cran au dessus dans le maso. Une double coque de 30 mêtres de long avec 1000 m2 de surface de voile et des foils à chaque coque ne navigue pas, il vole au dessus des vagues. Donc imaginer faire du saute mouton avec des vagues de 6 7 mêtres de haut et vous aurez une idée de ce qu’est le tour du monde de Coville sur Sodébo (fini en 49 jours).

    Aussi lorsqu’un journaliste (pensant à « plaisance ») demande à Coville, quelle musique il écoutait à bord, ce dernier ne répond pas, mais il aurait pu dire : « le bruit d’une machine à laver tournant à 1400t mn et qui se balade de façon chaotique dans la pièce ».

    Décidément je ne comprendrais jamais ces marins

    • astus astus 23 janvier 2017 08:47

      @Trelawney


      Merci pour ce témoignage qui me fait penser à un livre, lu récemment : « Le grand marin » de Catherine Poulain, qui raconte la vie extrêmement dure, vécue réellement par une femme, des pécheurs de flétan et de crabe en Alaska. Et là il est bien évident que cela n’a vraiment rien à voir avec une quelconque « plaisance »...Ceux qui vivent de ce métier sont en acier trempé, et c’est peut-être un point commun avec ces navigateurs de l’impossible...

    • Trelawney Trelawney 23 janvier 2017 09:16

      @astus
      C’était en 75 et 76. J’avais 16 ans. 2 ans m’ont suffit à comprendre que je n’étais pas fait pour cela. Le métier est tellement dur que j’ai pris pour des vacances, les 6 mois de sélections pour la légion étrangère.

      C’est pour cela que j’ai du mal à comprendre la motivation de ces types. Parce que les 40ème rugissant même en été, coté sensations, on n’est pas loin du détroit de Bering

  • astus astus 23 janvier 2017 11:46

    La première vidéo est impressionnante ! Et dans un autre style, pour parler aussi d’Alex Thompson qui a été un brillant concurrent, mais plutôt casse-cou comme en témoignent les extraordinaires vidéos ci-dessous :


  • ENZOLIGARK 23 janvier 2017 13:15

    Le navire des pirates des Caraibes jette l ’ ancre .... en Siberie * ( sputniknews . com frOnce du 23 / 01 / 17 ... ) ... . ... Дa ! Дa ! ... . ... АФФ ИСС .... 


  • Trelawney Trelawney 23 janvier 2017 18:02

    Départ de Coville pour un tour de monde en solitaire de 49 jours (25 jours de moins qu’au vendée globe), avec un petit planté (genre planté du baton) au départ à Ouessant



  • Electric Electric 23 janvier 2017 18:17

    Pas un seul quidam inscrit sur le Vendée Globe virtuel ?

    C’était sympa. Météo temps réel, la même que les concurrents.

    Et pas le bruit du carbone H24.

    Arrivée compliquée avec des vents contraires, route au nord, au sud ?

    Très bon exercice de compréhension des grands systèmes météo planétaires.

    Les moins : pas d’option « casse » sur les voiliers virtuels.

    Dans le gros coup de piaule sous la NZ, je fonçais 25 nœuds sous spi par 50 nœuds établis, alors que Jean (Le Cam) capeyait en faisant le dos rond. C’est là que je l’ai décroché, et donc pas à la « régulière ».

    MAIS, les marins virtuels n’ont réussi à battre les vrais que lors de la remontée de l’Atlantique, et encore, car les conditions météo virtuelles ne prenaient pas en compte les bouffes et l’instabilité du zef après le pot au noir.

    Le gagnant du virtuel a fait 72 jours, un podium international, 199 nationalités représentées pour environ 450 000 participants.

    2 jours de mieux immérités donc par rapport aux coureurs réels (et je ne parle de ce qu’ils subissent dans leur caisse en carbone).

    La prochaine édition verra l’émergence de rafiots encore plus durs.

    je ne les envie pas.


    • astus astus 23 janvier 2017 18:34

      @Electric


      199 nationalités représentées pour environ 450 000 participants plus tous ceux venus en vrai au départ et à l’arrivée (plusieurs centaines de milliers de personnes quand même), cela finit par faire du monde, ce qui devrait aider à faire prendre conscience aux esprits chagrins qui critiquent cette épreuve qu’elle met en jeu des choses importantes, dont celle de redonner confiance. 

  • Electric Electric 23 janvier 2017 19:09

    @Astus

    Si on m’avait dit un jour qu’on ferait moins de 75 jours en monocoque sur un Vendée, ....

    Tout simplement incroyable.

    Dommage : les appendices trop fragiles sur ces voiliers. Le moindre ofni, et crac !

    ça devrait donner des idées aux RORO. Pourquoi ne pas y remettre des mats ? Il y a quelques tentatives, trop timides. 

    Pour l’anecdote, j’ai fêté avec Alain Thébault et son équipe à Hyères son record sur l’hydroptère.

    Pour l’heure, personne ne se risque à partir autour du monde sur des foils.

    On comprend.

    Cette épreuve virtuelle était TOP.

    Pour une fois, on finit moins ignorant à l’arrivée qu’au départ.

    Même en virtuel, la mer a toujours quelque chose à nous apprendre.

    Polémique sur les sponsors : la plupart des navigateurs sportifs crèvent de faim. ça reste de la bidouille, de la démerde pour la majorité.

    J’en connais qui sont des quasi clodos en vieillissant.

    Seule une poignée de navigateurs est bien dotée. Et ça ne dure pas des lustres. Et tout le budget passe dans le bateau et l’équipe.

    Et dans le sud, on ne navigue ni sur des cageots ni sur des poubelles.

    On y risque sa peau.

    Et les progrès technologiques se répercutent sur les voiliers de plaisance.

    Si on peut naviguer aujourd’hui dans de bonnes conditions, c’est grâce à eux.

    Tout l’équipement des plaisanciers de nos jours vient de la course au large ou de la régate.


    • astus astus 23 janvier 2017 19:24

      @Electric


      « j’ai fêté avec Alain Thébault et son équipe à Hyères son record sur l’hydroptère ». Oh le veinard ! Je suis au courant des difficultés matérielles de beaucoup de ces marins pour qui une carrière professionnelle est très aléatoire d’autant que la médiatisation ne se fait que de façon très ponctuelle et espacée. Mais il y a quand même le positif des retombées technologiques pour l’utilisateur lambda. Et je pense qu’en dépit de leur fragilité les foils sont la solution vitesse : je trouve seulement étonnant que l’on ait mis si longtemps à les adapter sur les voiliers alors que cette outil est connu depuis très longtemps et mis en oeuvre sur certains bateaux à moteur au moins depuis plus de 40 ans (par exemple les bateaux à grande vitesse qui relient la Sicile aux îles Lipari, ou sur des vaisseaux de guerre.
      Bon je m’arrête. Bonne soirée.

  • lautrecote 24 janvier 2017 13:06

    je passais par ici, c’est un bon bol d’air cet article !
    Petite question, d’un béotien, que boivent-ils sur leur bateau ?
    De l’eau qu’ils embarquent ?


Réagir