jeudi 9 janvier - par Dr. salem alketbi

Les priorités de la jeunesse et l’avenir des pays arabes

JPEG

Le discours de SA Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Vice-Premier Ministre, Souverain de Dubaï, sur l’avenir des pays arabes et le rôle de la jeunesse dans cet avenir, diagnostique sans aucun doute l’un des plus importants dilemmes de développement et d’émancipation face au déclin civilisationnel et économique que connaissent de nombreux pays arabes.

«  Si le dirigeant a peur de son peuple, alors le peuple doit craindre pour l’avenir de son pays,  » a déclaré Son Altesse Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, établissant un repère qui permet de définir la nature des relations entre dirigeants et peuples. L’absence de confiance entre le dirigeant et son peuple conduit obligatoirement à élever un haut mur de peur et d’anxiété.

Certains dirigeants craignent la colère de leur peuple ou sa réaction face aux mauvaises conditions de vie, à la détérioration de l’économie et des conditions de vie et à la corruption endémique dans le pays. Certains citoyens souhaitent que leur dirigeant soit absent de la scène pour une quelconque raison. Mait les deux sont le reflet d’une relation malsaine qui ne peut fournir les conditions appropriées pour construire des États et réaliser les aspirations des peuples. C’est plutôt comme une bombe à retardement. Il peut s’agir de raisons internes ou d’interventions externes qui utilisent la colère sous-jacente et s’efforcent de la diriger et d’en tirer profit pour persuader des intérêts stratégiques.

SA Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum a été très franc et clair lorsqu’il a dit que «  La vie de millions de jeunes arabes est en train de vaciller et leurs espoirs sont évaporés par un dirigeant qui a peur de dormir parmi son peuple.  »

Il a attiré l’attention de tous, dans le cadre d’une discussion qui ne demande qu’honnêteté et ouverture, sur les limites de la responsabilité du dirigeant. Il a cité le juste calife Omar bin Khattab qui craignait que si une mule trébuchait, il en serait tenu responsable le jour de la Résurrection. Les dirigeants sont responsables de la vie et des espoirs de millions de jeunes qui ont été perturbés par l’échec des politiques de développement et la mauvaise gouvernance dans de nombreuses régions du monde arabe.

On pourrait faire valoir que le développement exige d’énormes ressources et que le progrès et le développement dépendent de la disponibilité de ressources économiques suffisantes pour y parvenir.

Publicité

Cependant, certains pays arabes en proie à des conflits et à des crises internes aiguës possèdent de grandes ressources naturelles, notamment le pétrole, le gaz, les ressources et les compétences humaines.

Par conséquent, la question n’a rien à voir avec la richesse et la pauvreté matérielle. Elle est étroitement liée à l’efficacité de la gestion, à la rationalité de la gouvernance, à la transparence et à l’instauration de l’État de droit, de la justice et des droits de l’homme, ainsi qu’à la politique sérieuse du gouvernement en matière de lutte contre la corruption et d’amélioration de l’efficacité des performances du gouvernement.

Les jeunes constituent 60 % de la population de la région arabe. La jeunesse est une énergie formidable qui peut être utilisée pour réaliser des progrès. En l’absence de plans pour cela, les opportunités des partisans des complots et des ambitions peuvent facilement attirer les jeunes et diriger leurs énergies vers des objectifs déstabilisants.

Son Altesse Sheikh Mohammed bin Rashid a lancé un appel au réveil à tous les dirigeants et responsables de notre région arabe. Il est nécessaire d’écouter la voix des jeunes, de communiquer avec eux, et de travailler pour les engager à prendre la responsabilité de l’action nationale.

La jeunesse est l’un des piliers du modèle de développement des EAU. Depuis des années, les Émirats arabes unis s’attachent à autonomiser les jeunes et à tirer parti de leur potentiel. Un ministre d’État chargé des affaires de la jeunesse, âgé de 22 ans, a été nommé pour devenir le plus jeune ministre du monde. Le Conseil de la jeunesse des Emirats et la Fondation fédérale de la jeunesse ont été créés.

Le sondage annuel du PCW, qui mesure l’opinion de la jeunesse arabe sur de nombreux sujets, a indiqué à plusieurs reprises dans ses résultats annuels que les Émirats arabes unis sont le pays préféré dans lequel la jeunesse arabe aspire à vivre et souhaite que leurs pays suivent comme modèle de progrès et de compétitivité mondiale.

Dans le sondage de 2019, 44% des jeunes arabes ont déclaré qu’ils préfèrent vivre aux Émirats Arabes Unis. C’est plus de deux fois le nombre de jeunes qui ont choisi les EAU comme leur pays idéal en 2012.

Cela a beaucoup de connotations. La première est l’échec de toutes les campagnes médiatiques tendancieuses menées par l’organisation terroriste Fraternité et les chaînes financées par le régime qatari pour discréditer les EAU, la jeunesse arabe ayant pris conscience des objectifs de cette propagande.

Publicité

Ces campagnes malveillantes ont peut-être contribué par inadvertance à sensibiliser la jeunesse arabe aux énormes succès de développement des Émirats arabes unis.

Cette question fait peser sur notre leadership une grande responsabilité nationale dans la défense des rêves de la jeunesse arabe et dans la recherche des ingrédients d’une vie décente pour eux. Il faut soutenir les capacités de leurs pays et les aider à sortir des crises, afin de prendre en compte les aspirations de la jeunesse de ces pays et de bénéficier de leurs puissantes énergies humaines, au lieu de les laisser en proie aux attraits des organisations terroristes ou aux détenteurs d’agendas financés par des régimes qui ne visent que le mal pour les Émirats et le reste du Golfe et des nations arabes.

Parler de la nécessité de se soucier de la voix des jeunes, de les écouter et œuvrer à réaliser leurs aspirations est un enjeu capital, de par son impact sur la sécurité et la stabilité dans notre monde arabe.

La principale garantie pour cela est d’améliorer la qualité de la vie, de travailler à la réalisation des aspirations de la jeunesse et d’ouvrir les fenêtres de l’espoir d’un avenir meilleur, mais surtout, l’éducation.

L’intérêt des EAU pour l’éducation et l’accent mis sur le développement des compétences des jeunes et leur préparation adéquate pour leur permettre de posséder les outils de compétition et les compétences nécessaires pour occuper les futurs emplois est quelque chose que la jeunesse arabe admire.

La jeunesse arabe apprécie les EAU parce qu’ils «  offrent un large éventail d’opportunités d’emploi,  » qu’ils sont connus pour leur sécurité et que leur marché du travail offre des salaires lucratifs et des emplois décents. Tous ces éléments sont des aspects de la planification et du développement économique.

La jeunesse arabe place l’emploi, la sécurité, une bonne éducation et la possibilité de rendre des comptes dans les secteurs gouvernementaux parmi ses principaux intérêts, au même titre que le rejet du terrorisme, de l’extrémisme et de la corruption. Ce sont toutes des questions qui nécessitent plus de planification et de mise en œuvre sérieuses et de qualité que d’argent, de richesse et de disponibilité des ressources.



5 réactions


  • phan 9 janvier 19:34
    Les deux altesses salafistes MBS et MBZ ont bombardé et monté un blocus pour affamer la jeunesse yéménite. Les résistants yéménites les ont prévenus : toutes les coordonnées des stations d’eau sont répertoriées, les drones vont agir, vous nous laissez mourir de faim, nous vous laissons mourir de soif, bande de bâtards wahhabites ! Le Paris Dakar fera une halte en enfer pour vous ! 

  • Kapimo Kapimo 10 janvier 02:46

    Que dire ? Les pays du golfe sont des théocraties, qui sont pour certaines bien gérées mais pour d’autres très mal gérées.

    Au lieu de claquer l’argent des hydrocarbures dans des projets souvent futiles, et de donner des conditions de vie lascives à leurs ressortissants, les pays du Golfe feraient mieux d’investir réellement dans le savoir et la connaissance, en commençant par obliger leurs sujets à mener de vraies carrières au travail, avec un éventail allant bien au-delà du commerce et du fonctionnariat.


    • popov 10 janvier 06:16

      @Kapimo

      Ils sont incapables de fabriquer un clou. Quand le pétrole sera épuisé et qu’ils n’auront pratiquement plus d’eau, il crèveront la gueule dans leurs cuvette de WC en or.


  • bebert bebert 10 janvier 17:17

    En tous cas chez nous les jeunes arabes ont un avenir « incendiaires » de voitures


  • Jonas 12 janvier 09:20

    Alors , je suis censuré ? Pourquoi , la vérité est-elle si dure ? 

    Comment , peut-on faire , éveiller , les jeunes arabo-musulmans , si le doute et la critiques sont interdits. ? 


Réagir