mardi 25 octobre 2016 - par ddacoudre

Les revendications des policiers dérapent

Nous n'y coupons pas.

Des slogans de l’extrême droite apparaissent dans la bouche de policiers s’en prenant ou dénonçant le laxisme de la justice.

Venant de la part d’un citoyen lambda, l’on peut admettre que l’ignorance nous conduit à avoir des jugements sans fondement ou approximatifs. Tous nous y succombons faute de ne pouvoir tout savoir et tout connaitre.

Mais en l’espèce venant de policiers qui dans leurs formations sont instruits sur ces sujets, cela et le résultat d’une intention délibérée.

L’augmentation de détenus dans les prisons, comme dans ceux qui bénéficient d’aménagements de peines, fait la démonstration du contraire, alors que l’augmentation globale de la délinquance et de la criminalité n’est pas significative, malgré ses fluctuations.

La surpopulation dans les prisons où ne sont même plus respectés les espaces des conventions humaines en est une autre, particulièrement dans les maisons d’arrêts. Démontrant par là deux particularités, l’augmentation de la mise en prévention préventive, et la sévérité de la justice.

L’augmentation de la détention provisoire est régit par la loi.

Article 143-1 .

Modifié par LOI n°2009-1436 du 24 novembre 2009 - art. 93

Sous réserve des dispositions de l'article 137, la détention provisoire ne peut être ordonnée ou prolongée que dans l'un des cas ci-après énumérés :

1° La personne mise en examen encourt une peine criminelle ;

2° La personne mise en examen encourt une peine correctionnelle d'une durée égale ou supérieure à trois ans d'emprisonnement.

Publicité

La détention provisoire peut également être ordonnée dans les conditions prévues à l'article 141-2 lorsque la personne mise en examen se soustrait volontairement aux obligations du contrôle judiciaire ou d'une assignation à résidence avec surveillance électronique.

Article 144

Modifié par LOI n°2009-1436 du 24 novembre 2009 - art. 93

La détention provisoire ne peut être ordonnée ou prolongée que s'il est démontré, au regard des éléments précis et circonstanciés résultant de la procédure, qu'elle constitue l'unique moyen de parvenir à l'un ou plusieurs des objectifs suivants et que ceux-ci ne sauraient être atteints en cas de placement sous contrôle judiciaire ou d'assignation à résidence avec surveillance électronique :

1° Conserver les preuves ou les indices matériels qui sont nécessaires à la manifestation de la vérité ;

2° Empêcher une pression sur les témoins ou les victimes ainsi que sur leur famille ;

3° Empêcher une concertation frauduleuse entre la personne mise en examen et ses coauteurs ou complices ;

4° Protéger la personne mise en examen ;

5° Garantir le maintien de la personne mise en examen à la disposition de la justice ;

6° Mettre fin à l'infraction ou prévenir son renouvellement ;

7° Mettre fin au trouble exceptionnel et persistant à l'ordre public provoqué par la gravité de l'infraction, les circonstances de sa commission ou l'importance du préjudice qu'elle a causé. Ce trouble ne peut résulter du seul retentissement médiatique de l'affaire. Toutefois, le présent alinéa n'est pas applicable en matière correctionnelle.

L’article 144 est une des sources essentielles de la détention provisoire. L’on lit très clairement la finalité du 5°et 6° alinéa, qui est largement utilisé.

La prison n’est pas une finalité.

Publicité

D’où les mesures d’aménagement de peine qui ont été légiférés et dont le juge du même nom décide sur la base d’un projet d’insertion sociale, de l’étude du comportement en détention, et nom au hasard de ses humeurs.

Le leitmotiv.

Souvent le leitmotiv qui revient c’est : Nous retrouvons dans la rue ce que nous avons arrêté la veille. Cette phrase est symptomatique des Frontistes. Par la rumeur qu’ils entretiennent elle c’est rependu au fil de tous les « commérages » qu’entretiennent les citoyens entre-deux, rare sont ceux qui vont vérifier ces allégations. Quand ont la prend en l’état c‘est que déjà elle trouve sa place dans notre pensée.

Si la liberté s'importe mal, l'intolérance fait école.

En droit nul ne peut être incarcéré avant que le tribunal compétant l’ai prononcé comme peine ajustée aux faits.

Dans l’ambiance actuelle l’on sent parfaitement que du droit beaucoup en font fi. Pour eux toute personne accusé d’un fait doit être mise en prison. Certains états le font. Ils s’appellent des dictatures. Nous pouvons donc nous interroger philosophiquement ou éthiquement quand des démocraties prennent pour exemple des pratiques dictatoriales.

Nous l’avons déjà fait avec la garde à vue. Dans les années 60 à 70 se rendre en vacance en Espagne requérait quelques précautions, ne jamais avoir un accident de voiture, ne pas se trouvé pris dans un imbroglio, car alors la Guarda civile vous portait directement en prison au poste. Personnellement je n’ai jamais eu à y faire face. Et nous disions : C’est normal c’est la dictature de Franco.

C’est aujourd’hui une pratique parfaitement étendue dans le pays. Des pays dictatoriaux ou théocratiques imposent à ceux qui les visitent des contraintes qui nous déplaisent. Il n’est pourtant pas rare d’entendre : Nous n’avons qu’à faire pareil. Le plus souvent chez les adeptes du FN ou des décomplexés. Ceci est un glissement qui fragilise la démocratie et pas d’aujourd’hui. La rumeur et les commérages s’ils constituent notre quotidien doivent être mesurés, c’est la moindre des choses. Sauf que la plupart du temps nous n’avons ni le temps ni les moyens de le faire, même avec le net qui rend de grands services dans ce domaine, mais qui également multiplie la prolifération de la rumeur par les réseaux sociaux et les e-mail.

Il est donc bien évident que si l’individu arêté par la police ne rentre pas dans le cadre légal de la détention provisoire, il est relâché jusqu’à son jugement. Et aucun policier n’a à anticiper sa peine, même s’il en a une idée par la pratique de son métier. Un juge des libertés veille à cela, car nous sommes encore en république et que la loi protège avant toute chose la liberté individuelle.

Ma vie vaut-elle plus qu'une autre ?

La demande qui émerge, est également, que ceux qui s’en pennent aux forces de police soient sévèrement punis. Cela n’est pas acceptable en démocratie. Il n’y a pas une vie de citoyen qui vaille plus qu’une autre. Je sais bien que la réalité est toute autre suivant la fortune des uns et des autres, mais la déclaration des droits de l’homme est claire, les hommes sont égaux en droit.

Il est donc curieux que ceux qui sont chargés de l’appliquer veuillent la fouler aux pieds. Ils prennent des risques professionnels, et en principe ils reçoivent une prime de risque, ce qui n’est pas le cas des salariés. En 2015 0, 0025% des salarié sont morts au travail, 552. Les forces de sécurité en ont perdu 6 en 2015 ce qui représente 0,0023%. D’où nous vient alors ce sentiment que leur existence est plus précieuse que celles des salariés ?

 



121 réactions


    • leypanou 26 octobre 2016 16:42

      @Albert123
      Vous n’avez aucune idée à quel point des policiers ne sont pas d’accord avec le comportement de certains de leurs collègues et qu’ils la bouclent car ils n’ont pas intérêt à l’ouvrir pour différentes raisons.

      De même, des policiers qui quittent la police ce n’est pas ce qui manque aussi. Mais cela, les médias n’en parlent (pratiquement) jamais.


    • Dom66 Dom66 26 octobre 2016 17:05

      @Robert GIL

      Problème policier ??

      Police municipale


    • tf1Groupie 26 octobre 2016 18:04

      @Robert GIL

      Il y a juste un problème avec ta video : elle ne montre pas la violence qu’il y a en face.

      Si une video montrait la violence de ces jeunes « multirécidivistes », envers leurs autres camarades, ou envers les enseignants, il y aurait également plein de gentils téléspectateurs qui seraient scandalisés. Mais on ne montre pas, c’est pas mainstream.

      Quand des bandes d’ados tabassent bestialement des victimes, parfois jusqu’à la mort, pas de video, pas de protestations de Robert Gil ou de ddacoudre, rien, éventuellement une chanson .
      Une omerta des bien-pensants.


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 21:12

      @tf1Groupie

      arrête de faire des procès d’intention et de vouloir nous présenter comme des défenseurs des malfrats. la seule chose que je soutiens par rapport au droit français et la déclaration des droits de l’homme, c’est que les malfrats ne sont pas de la racaille qu’il faut abattre, ils sont des humains avec famille et amis comme les policiers et nous même, ils sont citoyens à part entière et disposent des droits communs, ils ne peuvent être condamné sans jugement ou être abattu sans cas de légitime défense, si tu es contre cela dit le clairement.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


    • tf1Groupie 26 octobre 2016 22:02

      @ddacoudre

      Les policiers aussi sont des citoyens à part entière et ne peuvent être condamnés sans jugement ou être abattus sans cas de légitime défense ... et pourtant.

      Mais surtout il faut arrêter avec ton alibi la Déclaration des droits de l’homme.

      Tu galvaudes cette Déclaration qui signifie qu’un citoyen ne peut être discriminé pour sa couleur, ses opinions ou encore ses origines.
      Par contre un citoyen qui commet un délit DOIT être discriminé.
      Car cette Déclaration stipule notamment que que « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui », et elle dit aussi que la sureté est un droit imprescriptible.

      Alors je ne vois pas où tu défends ces principes, te cantonnant à un ou 2 articles de la Déclaration.
      Ton argumentation est à charge contre les policiers et au bénéfice des malfrats.

      La Déclaration des droits de l’homme stipule aussi qu’une force publique est nécessaire et qu’elle est instituée pour le bien de tous.

      Et je n’ai jamais dit, ni même suggéré, que les malfrats doivent être abattus : c’est toi qui es dans le procès d’intentions.


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 23:31

      @tf1Groupie
       je n’ai jamais dit que c"’était toi qui l’avait dit, c’est seulement moi qui précise ce fait.
      je n’ai aucune argumentation à charge des policiers, ils ne sont pas tous exemplaire comme dans tous les groupes sociaux ou professionnels et je n’ai rien contre la police qui est nécessaire dans une démocratie. je dis seulement que c’est la loi du peuple qui fixe ses missions et non pas eux même s’ils ont le droit d’avoir une opinion en la circonstance et qu’il peuvent les faire remonter0 je suis clairement contre l’usage des forces de polices pour maintenir la misère, ça c’est bon dans les dictatures. j’ai fait quatre article et j’ai clairement écrit qu’ils avaient bien fait de manifesté, même s’il en ont pas le droit, ils ne mettent en cause personne en défendant leur intérêt, et le gouvernement a été judicieux de ne pas leur opposer leurs collègues et laisser se dérouler les manifs concernant l’article 29 effectivement, c’est pour cela que la police appréhende ceux qui nuisent à autrui dans le cadre que fixe la loi qui reforme ou abroge d’ancienne loi ou en créé de nouvelles. ce n’est pas cela que je reproche, c’est de vouloir se distinguer des autres en bénéficiant d’un régime privilégié, de colporter des rumeurs alors qu’ils savent ce qu’il en est du droit français. ou tu as vue qu’un citoyen qui commet un délit doit être discriminé. il a les mêmes droits que sa victime pour se défendre en tant que citoyen et quand il a purgé sa peine, il est quitte avec la société. tous les ans 3 millions de citoyens, puisqu’il y a 38% de récidive, ont à faire à la justice, tu en croises tous les jours. la duddh je la prends dans son ensemble et l’on ferait bien de l’apprendre à tous les citoyens, car l’on marche dessus depuis pas mal de temps surtout avec le problème de la nationalité. cordialement.


    • tf1Groupie 27 octobre 2016 00:14

      @ddacoudre

      Qui fait usage des forces de police pour maintenir la misère ? Accusation ridicule !

      C’est comme le mot discriminer dont tu ne comprends pas le sens : c’est faire une différence.
      Et bien sûr qu’il faut faire une différence entre un criminel et un citoyen honnête, sinon on ne condamne aucun crime.

      Toi qui nous fait cours de Droit tu devrais savoir qu’en Droit les mots sont importants.

      C’est comme cette histoire de régime privilégié.
      De manière générale les fonctionnaires, qui représentent l’Etat, ont des prérogatives particulières et des obligations particulières.

      Par exemple, l’existence du « délit d’outrage à un agent public » est pour toi un privilège ?
      Si tu ne sais pas pourquoi les représentants « bénéficient » de cette protection particulière creuse un peu le sujet.


    • ddacoudre ddacoudre 27 octobre 2016 09:47

      @tf1Groupie

      bonjour tu es sérieux quad tu me dis que je ne comprend pas le sens de discriminer. smiley
      alors tu ne tes pas rendu compte que les forces de police au nom de l’ordre s’opposait aux actions des syndicalistes de salariés, mais tolérait celles des agriculteurs bien plus violente, tu as un filtre cognitif particulièrement efficace. smiley
      le délit d’outrage à agent public relève du même droit de tout citoyen de de se plaindre d’être victime d’une diffamation, la seule chose c’est que c’est spécifié.
      le respect de la vie privé emporte un certain nombre de confidentialité et tous pouvons nous en prévaloir, les fonctionnaires son soumis à un devoir de réserve pour ne pas divulguer les informations donc ils ont connaissance dans le cadre de leurs fonctions ou de ce qui est classé secret défense. dans ce conflit avec les policiers, ce qui ont rappelé le droit de réserve les concernant se sont plantés, il ne s’applique pas en la circonstance. enfin je partage des points de vue contradictoirement en étayant mes propos , je ne donne pas de cours de droit, je vous prends pour ce que vous êtes, des contradicteurs que je respecte toujours pour prendre la peine de me lire et de me laisser un commentaire. En retour de quoi je vous réponds. je ne suis ici le juge d’aucune idée et tu auras de la peine sur le prés de 300 articles que j’ai écris de trouver une insulte envers qui que ce soit.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com .


    • tf1Groupie 27 octobre 2016 10:35

      @ddacoudre

      Oui je suis sérieux concernant le mot discriminer : tu fais un mauvais raccourci en confondant l’usage répandu de ce mot qui est associé à une discrimination injuste ; va voir dans ton dictionnaire.

      De la même façon tu ne connais pas le délit d’outrage à agent public qui n’a rien à voir avec la diffamation. Va t’informer : Internet est ton ami.

      Je répète : avant de t’intéresser au Droit commence par connaitre le sens des mots !


  • Ruut Ruut 26 octobre 2016 15:23

    Mdr la France est devenue un pays du Tiers monde mais les responsables en place n’en ont pas encore conscience.
    Par contre les Flics ils le constatent tous les jours.
    Quand a la justice ....... elle peut maintenant s’appeler injustice tellement elle ne s’en prend qu’aux incivilités en laissant impunis les criminels.

    Mais rassurez vous cette tendance est globale en Europe.


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 16:11

      @Ruut
      bonjour désoler de te dire que tu racontes n’importe quoi et tu aurais bien du mal à démontrer ton point de vue par des éléments réfutables. c’est ton ressenti je le respecte mais je ne le partage pas. beau coup de pays du tiers monde aimeraient notre niveau de vie.
      si tu attende de la justice la vengeance tu sera toujours déçu.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 26 octobre 2016 16:53

    Auteur


    je suis sidéré par ce que vous écrivez !

    «  »Ma vie vaut-elle plus qu’une autre ? La demande qui émerge, est également, que ceux qui s’en pennent aux forces de police soient sévèrement punis. Cela n’est pas acceptable en démocratie. Il n’y a pas une vie de citoyen qui vaille plus qu’une autre. Je sais bien que la réalité est toute autre suivant la fortune des uns et des autres, mais la déclaration des droits de l’homme est claire, les hommes sont égaux en droit.«  » 

    C’est une profonde incompréhension et c’est grave ! La « demande » des policiers n’est pas ce que vous dites ! Et je vois encore une fois que la « démocratie » est la chose la moins comprise par les Français ! 

    Les hommes ne sont pas égaux en droit parce qu’ils ne sont pas égaux en devoirs : ce n’est pas pour rien que j’ai invité les humains depuis 2003 à gommer de leur esprit la récitation française des « droits de l’homme », elle ne vaut rien et elle a crée un monde à l’envers ! Les homme sont seulement égaux devant les lois et ceux qui sont payés pour les respecter, les faire respecter et les appliquer de manière impartiale, doivent assurer ce Devoir pour que la multitude ait ses plein Droits ! C’est cela la garantie d’une démocratie responsable et constructive ! 

    Ce qu’il faut exiger « ddacoudre » est ceci : Le policier (tout comme le gendarme, tout comme le député, tout comme le sénateur, tout comme le président...) n’est pas la loi, il la représente et la fait respecter en interpellant les minables hors loi avec toute la rigueur ET C’EST TOUT !

    La véritable démocratie sera effective lorsque la « DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » sera promulguée !

    Je blâme les Gouûûûchistes et les Drwaaaatistes du Pendule Gauche-Droite figé pour l’éternité, la France ne se remettra que lorsqu’elle aura compris mes écrits de 2001 et de 2003 ! 



    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 19:18

      @Mohammed MADJOUR
      bonjour ne tombe pas en sidération s’il te plait, ils ont demandé qu’il y ait plus de sévérité pour ceux qui tuent ou s’en prennent aux forces de police, désolé
      les droit de l’homme sont un mythe comme tant d’autre, les hommes ne sont pas biologiquement égaux et il doivent pour pouvoir vivre ensemble en concentration humaine dans des espace restreint se conformer à des réglés de sociabilité. les droit de l’homme posture que devant le droit tous peuvent en attendre la même chose parce que on les considère comme naissant égaux ( ce qui bien sur est faux). cela ne me gène nullement que l’on passe à la déclaration des devoir humains pourvu qu’elle dise que la guerre est un crime contre l’humanité.
      cordialement. ddacoudre.over-blog.com.


  • Esprit Critique 26 octobre 2016 17:10

    Problème, avec un dés a coudre, il devient impossible de toucher du doigt les vrais problèmes.

    On perçoit un monde déformé.

    Ainsi , si nos prisons sont pleines c’est de Suédois, de bouddhistes, d’esquimaux et même peut être de chocolats glacés......

    La Réalité : « .......1 336 détenus sont repérés pour radicalisation, contre 700 il y a un an...... »


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 21:30

      @Esprit Critique

      bonjour qui te dis que je ne sais pas de quoi se compose la population pénale. et toi est-ce que tu connais la panne de l’assesseur social où les français, les espagnols, les portugais, les italiens etc ont laissé les taches ingrates aux derniers arrivants qui s’amoncellent dans les cité et devant la faiblesse de la république se tournent vers les religions avec tout ce que cela peut apporter de réconfort et de négatif. il y a environ 130 000 étrangers en prison et bon nombre de gens des cités pour vols et trafics de stupéfiants généralement jeunes l’ONDRP tient des analyses sur la population pénale, ils suffit de les consulter.
      je ne vais pas dire que j’aime les partisans de Desh ou ceux qui veulent nous tuer sans distinction. mais dans ce cas il faut être clair l’on ne peut arrêter des gens sur seulement l’adhésion à une idéologie si elle n’a pas été déclaré illégale. ensuite que l’on interpelle des gens qui envisagent de commanditer ou faire un attentat ok que l’on appréhendes des gens qui font l’apologie du crime ok et cela doit s’arrêter là, ensuite les gens ont le droit de penser librement et de dire ce qu’ils trouvent bien ou non dans la mesure où ils ne passent pas à l’acte. toute autre approche conduit à la dérive., comme avec le maccarthisme.
      cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


  • Clofab Clofab 26 octobre 2016 17:26

    Les DROITS DE L’HOMME contre LE PEUPLE. (extrait)

    La France parviendra-t-elle à ne pas se laisser entrainer dans l’orbite du monde arabo-musulman ? Rien n’est moins sûr, car dans sa confrontation avec l’islam de masse installé sur son sol, la France se trouve mortellement handicapée par ce qui fait sa fierté et constitue la seule identité qu’elle veuille bien revendiquer aujourd’hui : les droits de l’homme

    "Lorsque les pays occidentaux font des droits de l homme le centre de la politique, ils s enferment dans une impuissance collective. Cet ouvrage n est pas un livre contre les droits de l homme bien évidemment, mais contre cette idéologie, cette nouvelle religion séculière centrée sur l obsession de la non-discrimination, qui paralyse la politique de certains pays occidentaux et particulièrement de la France dans une période où l équilibre sociétal du pays est menacé et où la conquête silencieuse de l islam s opère sous la protection des droits de l homme. C est avec une logique implacable que l ouvrage démonte les ressorts de ce mécanisme pervers.
    Nous ne sommes plus dans le cas de figure des droits d un peuple face à son État, nous dit-il avec force, mais du droit d un peuple d être défendu par son État."

    On ne peut qu’adhérer à ce qui est dit dans cet essai de Jean Louis Harouel. agrégé de droit, professeur émérite de l Université Panthéon-Assas 


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 19:39

      @Clofab
      très intéressant je connaissais ce point de vue. je viens juste d’écrire à M. Madlour que les droits de l’homme sont un mythe, comme les religions et autres libéralisme, marxisme ou capitalisme dans leur concept d’organisation de la vie. nous ne savons faire que cela. respecter les droit de l’homme n’est pas se laisser tuer. si tu veux une analyse sur ce point plus précis tourne toi vers le bouddhisme qui tout en prêchant la non violence se sont défendus.
      si demain les citoyen se convertissent à l’islam tu n’y pourra rien. ceux qui parlaient le latin pensaient la même chose ils ne voulaient pas que leur langue meurent, comme l’ancien grec il sont encore enseignés dans les universités catholiques ou protestant pour comprendre le sens et les fondements de la bible, sinon de l’enseignement général il a disparu. l’espace dans lequel on vie est déterminant, les arabes musulmans ne resteront pas non plus musulman toute la nuit des temps quand dieu sera devenu laïque. le fait que le monde s’ouvre aux uns et aux autres rend le syncrétisme incontournable. et chacun choisit ce qui apporte une solution momentané à son existence et l’on ne doit pas prendre le droit d’y soumettre les autres et cela vaut pour tous.
      alors qu’il y ait des états, des individus qui font du prosélytisme et veulent soumettre les autres c’est certain, alors e qui ne veulent pas être soumis comme les bouddhistes il faut se défendre, mais à notre tour il ne faut pas imposer notre civilisation à eux qui n’en veulent pas, et laisser faire le temps et les descendants en les gardant dans un esprit de tolérance.
      cordialement ddacoudre.over-blog.com.


  • njama njama 26 octobre 2016 18:26

    La surpopulation carcérale c’est Sarkozy dix ans de politique sécuritaire de la droite qui a jeté avec les procédures de comparution immédiate, presque 20.000 détenus de plus en 10 ans de pouvoir de la droite !  (statistiques ici)

    La suppression des îlotiers c’est Sarkozy ministre de l’intérieur.

    Toulouse : quand Sarkozy fustigeait la prévention
    Samedi, 12 Novembre, 2005
    L’Humanité
    Retour dans la Ville rose, là où, en février 2003, lors d’une sortie fameuse, l’actuel ministre de l’Intérieur était venu remettre en cause les missions préventives de la police de proximité.

    « Votre rôle n’est pas de jouer au football avec les jeunes des quartiers, mais de vous mettre au travail. » Ce coup de gueule contre les policiers toulousains poussé un 3 février 2003 par Nicolas Sarkozy devant caméras et micros devait sonner le glas de la police de proximité. Des années de travail et des liens patiemment tissés avec les habitants dans des quartiers difficiles de la Ville rose ont ainsi été balancés d’un revers de main.

    Peu de monde, à Toulouse, a oublié cette sortie du ministre de l’Intérieur. Ni les policiers ni les gens des quartiers. Il est fréquent ces derniers temps d’entendre du côté de la Reynerie, de Bagatelle ou de la Faourette des personnes, des mères, particulièrement, regretter la disparition des îlotiers et de policiers attentifs aux inquiétudes ou plaintes exprimées. « On connaissait des policiers, on savait à qui on pouvait s’adresser. »

    Les missions fixées aux commissariats ont donc rapidement changé. Moins de proximité et de prévention pour plus d’opérations de contrôle, de police-secours, de chasse aux délits routiers. « On s’occupe plus du chiffre que du travail en profondeur, les gens nous font remarquer que l’on nous voit moins à l’écoute. Avec des plages horaires toujours plus étendues mais avec moins d’emplois, on tire sur la couenne et nous n’en pouvons plus », témoignaient déjà, il y a deux ans, des fonctionnaires de police du commissariat de Bagatelle (l’Humanité du 18 octobre 2003).

    lire la suite : http://www.humanite.fr/node/338432

    Toulouse !
    coïncidence ?
    11 mars 2012 assassinat d’un militaire à Toulouse
    Mohamed Merah
    19 mars 2012 tuerie à l’école juive

    Sarkozy en était de plus conscient et n’avait pas du tout l’intention d’abandonner sa politique répressive si j’en crois cet article du 13/09/2011 de rue89.nouvelobs.com :

    Prisons : la folie des grandeurs de Nicolas Sarkozy
    Par Observatoire international des prisons
    « Quand Sarkozy dit qu’il veut 30 000 places de prison en plus, il veut en augmenter le nombre de 50%, rien que ça », tweete l’avocat Maître Eolas.
    Annonçant un objectif de 80 000 places à l’horizon 2017, le président de la République entraîne le pays dans une politique pénale coûteuse et contreproductive en matière de prévention de la récidive. Invoquant le nombre de peines « inexécutées », il estime que la France a besoin de 30 000 places d’emprisonnement supplémentaires pour mettre en œuvre les décisions des magistrats.
    ---------------------------------------------
    Manuel Valls a annoncé récemment un projet de création de 33 prisons supplémentaires pour 16.000 places, qui en fait ne feront qu’absorber la surpopulation carcéral.

    Si le bilan de François Hollande est calamiteux, je crois par contre qu’il faut saluer le travail de Christine Taubira qui avait hérité de cette situation carcérale générée par 10 années de sarkozysme, et durant ses fonctions cette population est restée assez stable.

    Si Sarkozy avait été réélu en 2012, il est probable qu’il aurait continué au même train...
    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Il faut toujours revenir aux chiffres :

    (njama 1er juillet 2014 17:48) :

    Durant le Gouvernement Jospin du 2 juin 1997 au 6mai 2002, les chiffres de population carcérale écrouée baissent. En 1997, de 54 269 on passe à 48 594 en 2002, soit moins 5315 environ moins mille par an, ou, en pourcentage un peu moins de 10 % sur ces 5 ans.

    Sous Chirac avec Nicolas Sarkozy ministre de l’intérieur, ça explose ! résultat de la politique dite de « sécurité » ?

    En 2003, 55 407 ! soit + 6813 qu’en 2002, et encore + 3839 en 2003 !

    + 10.652 en seulement deux ans

    67 373 détenus au 1er juillet 2012
    soit presque 20.000 détenus de plus en 10 ans de pouvoir de la droite !

    Les médias nous racontent que la population carcérale a explosé, or elle n’a que très peu progressé depuis que le PS est au pouvoir
    68 859 personnes étaient incarcérées au 1er avril 2014

    C’est 11 179 détenus de plus que la capacité totale des prisons : 57 680 places au 1er mars. Le précédent record avait été atteint au 1er juillet 2013, avec 68 569 personnes incarcérées.

    http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/le-nombre-de-detenus-en-france-bat-un-nouveau-record_579049.html


    • titi 26 octobre 2016 19:07

      @njama

      Ca fait 5 ans que la gauche a tous les pouvoirs.

      Le discours « c’est pas ma fôte c’est la fôte à Sarko » ca marchait peut être avec les demeurés en 2012-13 mais là en 2016 c’est vraiment plus crédible.


    • njama njama 26 octobre 2016 20:05

      @titi
      Ce n’est pas ce que je voulais dire

      Il me semble que les policiers se plaignent de leurs conditions de travail, ce n’est pas la gauche qui les a changées en 2002, la suppression des îlotiers, qui veut dire une police de proximité, c’est Sarko ...

      ok Christine Taubira n’a pas rétabli ce qui était en vigueur du temps de Jospin
      mais prenez la question dans tous les sens, la surpopulation carcérale, c’est Sarko, les chiffres sont là pour l’attester


    • ddacoudre ddacoudre 26 octobre 2016 21:51

      @njama

      bonjour je connais tout cela. certes moi aussi j’utilise les chiffre pour avoir non quelque chose de juste mais la vision d’une tendance.
      je me plains souvent du ressenti des gens sans mesure pour l’apprécier, car ils extrapole à partir de ce qu’ils vivent et l’accorde au général. c’est connu c’est ainsi que l’on a vue des village voté FN alors qu’ils n’avaient aucun problème ni de délinquance ni d’immigration.
      pourtant l’ONDRP fait des étude de victimisation qui démontre que beaucoup de personnes sont,je vis dire « dérangés » dans leur quotidien par des faits sans gravité, mais qui les indisposent. comme la société est devenu plus sensible, des incivilités sont perçus comme une agression. cela concours au sentiment d’insécurité. pour les cité je ne doute pas que les policiers soient agressé ou du moins invectivé. ce qu’ils ignorent ou fin d’ignorer c’est que les cité sont un bon justificatifs pour accéléré un état policier qui sera nécessaire socialement.
      avec ceux que gagnent les actionnaires il y aurait de quoi solutionner le problème, voir le lien.
      http://img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L460xH310/dividendes-verses-en-france-entre-2010-et-2016-au-premier-trimestre-1949b.png
      cordialement ddacoudre.over-blog.com.


Réagir