mercredi 23 novembre - par rosemar

« Les Ukrainiens l’ont bien cherché ! »

JPEG

Une rhétorique qui dénie toute responsabilité de la Russie dans le conflit qui l'oppose à l'Ukraine !

Pour le Kremlin, Kiev est responsable des souffrances des civils ukrainiens...
Le porte-parole du Kremlin affirme que les souffrances endurées par la population ukrainienne sont la "conséquence" du refus de Kiev de négocier.

Quel cynisme !

"C’est comme le conjoint qui frappe sa compagne, voire la tue en arguant que c’est de sa faute, qu’elle l’a bien cherché, qu’elle l’a poussé à bout.", écrit un lecteur du journal Le Point.

 

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a commenté les souffrances de la population civile ukrainienne, confrontée à des coupures de courant en plein hiver après les frappes russes sur les infrastructures énergétiques. Il a rejeté la faute sur Kiev et son refus d'ouvrir des négociations avec le Kremlin. 

Négocier mais dans quelles conditions ? !

Une autre déclaration de Ségolène Royal a de quoi surprendre : "L'Ukraine annonce des centaines de frappes tous les jours. Qui a vérifié ces informations ? Après les fausses informations sur la Pologne qui ont failli déclencher une guerre mondiale, seule une information indépendante doit être relayée. Une mission de médiation, vite la paix." 

 Certains lui conseillent notamment de se rendre sur place pour constater par elle-même tous les dégâts que cette guerre provoque. Ségolène Royal mettrait-elle en doute les destructions et les ravages de la guerre en Ukraine ?

Depuis le début du mois d’octobre, Moscou multiplie les salves de frappes de missiles sur les infrastructures énergétiques vitales de l’Ukraine. Une guerre dissymétrique puisque les Ukrainiens sont sous le feu des bombes russes qui attaquent leur territoire...

 

 "Près de la moitié de notre système énergétique a été mise hors d'état de fonctionner", a déclaré le ministre ukrainien Denys Chmygal lors d'une conférence de presse à Kiev avec le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Il a ainsi réclamé "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à cette situation.

 

Après plus d'un mois et demi de bombardements à l'aide de missiles ou autres drones kamikazes, les dégâts sur le réseau énergétique ukrainien sont importants. De nombreux Ukrainiens doivent affronter le début de l'hiver avec peu ou pas d'électricité et sans eau chaude, alors que la première neige de l'hiver est tombée sur le pays.

 

Comment survivre dans ces conditions ? L'hiver arrive et il fait froid, très froid en Ukraine.

 

Et forcément les haines s'exacerbent contre l'ennemi russe qui réduit à néant les infrastructures ukrainiennes.

 

Une guerre féroce est engagée : sur le terrain, si les Ukrainiens ont gagné des batailles, les bombardements russes mettent le pays et la population civile à rude épreuve.

Une tactique de guerre impitoyable de la part des Russes...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2022/11/les-ukrainiens-l-ont-bien-cherche.html

 

Source :

https://www.lepoint.fr/monde/pour-le-kremlin-kiev-est-responsable-des-souffrances-des-civils-ukrainiens-17-11-2022-2498189_24.php

 



179 réactions


  • Massada Massada 23 novembre 14:25

    Premières images des bombardements sur Kyiv il y a quelques minutes. Il y a des victimes.
    C’est un complexe d’appartements qui a été touché, aucun intérêt militaire
    C’est encore la confirmation que la Russie est un état terroriste

    https://twitter.com/LoupBureau/status/1595405069909954562


  • Clark Kent Clark Kent 23 novembre 14:32

    Svp, restez-en aux chuitnantes , à la splendeur du merveilleux spectacle de la nature et àl’émotion que vous procurent les talents des joueurs de flutiau, et laissez aux adultes les domaines dans lesquels ce qui se joue n’est pas du registre des sentiments, ni même de la raison, mais des intérêts et de la domination.

    Vos simulacres de compassion et vos faux émois n’ont pour but que de mettre en demeure de choisir son camp. Vous avez choisi le vôtre, on l’aa bien compris, mais laissez tranquilles ceux qui ne veulent se ranger derrière un étendard pour en combattre un autre. On se croirait dans une cour de récré où les rapports de forces étaient obligatoires et manichéens. Laissez ceux qui en ont envie être adultes.


    "C’était l’oncle Martin, c’était l’oncle Gaston

    L’un aimait les Tommies, l’autre aimait les Teutons

    Chacun, pour ses amis, tous les deux ils sont morts

    Moi, qui n’aimais personne, eh bien, je vis encore "


    • Garibaldi2 24 novembre 04:48

      @rosemar

      Il semble que vous confondiez l’équipe Zélensky et les Ukrainiens ! Ce ne sont pas les Ukrainiens mais les gouvernements ukrainiens en place depuis 2014 qui ont conduit à la guerre. Premier épisode : l’assassinat d’un négociateur de la délégation ukrainienne quand l’Ukraine et la Russie se parlaient encore.

      Quand Porochenko dit que les enfants des régions séparatistes ’’resteront dans les caves du sous-sol’’ sous les bombes ukrainiennes :

      https://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8

      qui s’en émeut sur les chaînes d’info française ? Même nos ’’décodeurs’’ tentent de faire croie que Porochenko n’a pas dit ce qu’il a dit et que c’est une erreur de traduction !

      Je vous invite à vérifier par vous-même les propos pouvant être tenus sur une chaîne de TV ukrainienne sans soulever une vague d’indignation en ’’occident’’ : https://www.youtube.com/watch?v=fGCNKNFy5Do

      Commentaire du posteur de cette vidéo : ’’Ce n’est pas un film apocalyptique, c’est ce qui passe sur la chaîne ukrainienne Hromadske TV où des journalistes « érudits », « civilisés » et « libéraux » se lâchent sans complexes. Ne croyez pas qu’il y ait l’ombre d’un blâme qui plane sur le personnage en question, Bogdan Boutkevitch. En Ukraine post-maidan, de tels propos font partie de la vie de tous les jours, sont plus que banalisés et encouragés.

      Remarque : Les gens que Boutkevitch accuse de ne « servir à rien » (et qui ne travailleraient soi disant pas dans les usines) ne sont absolument pas assistés par Kiev mais se contentent de leurs propres moyens de subsistance. Cela n’est déjà pas correct pour quelqu’un de sa classe...

      Boutkevitch travaille en outre pour ce journal : http://www.tyzhden.ua

      La vidéo originale non coupée (pour les ukrainophones qui souhaitent vérifier) : http://www.youtube.com/watch?v=hCD4RS... L’original est encore pire que ce montage coupé, quoi que prétendent certains activistes qui voient de la « propagande pro-russe » là où on ose révéler ce qui n’est pas beau à montrer. Traduction plus complète : http://pobudushego.ucoz.com/boutkevit...

      La censure et la persécution annoncées à la TV : https://www.youtube.com/watch?v=_aYFI...’’


    • Bertrand Loubard 24 novembre 11:13

      @rosemar

      L’Ukraine ne bombardait pas son propre peuple dans le Donbass, mais les autonomistes russophones. Ces attaques ont été constatées par les membres de l’OCDE, depuis 2014. Quant aux crimes des uns et des autres dénoncés tant par Human Right Watch que par Amnesty International ils ont valu des « sanctions aux lanceurs d’alertes non conformes » !

      Bien à vous.


    • yakafokon 24 novembre 12:54

      @Bertrand Loubard
      Dans le Donbass, les oblasts de Donetsk et de Lougansk étaient ukrainiens, bien avant que l’armée russe n’intervienne.
      Mais tous ces ukrainiens étaient des russophones ( le russe étant leur langue maternelle ), ce qui ne leur a pas évité de se faire massacrer par les bombardements incessants des nazis de Kiev ( à la Rada, ce sont les nazis mis en place par les Etats-Unis qui mènent le bal, au cas où vous l’auriez oublié ).
      Préférant être des bouchers que des veaux, les habitants du Donbass ont créé deux républiques autonomes, et ont pris les armes...avec un certain succès !
      La Russie a fini, au bout de huit ans de massacres permanents, par intervenir pour protéger ces russophones, qui entre-temps avaient demandé le passeport russe ( aux termes de la Charte des Nations-Unies sur le droit des peuples opprimés à disposer de leur destin ).
      Ce sont donc des citoyens russes « de jure », que défend l’opération spéciale Z !
      Quant aux « lanceurs d’alerte américains », mieux vaut ne rien dire que de sombrer dans la grossièreté !


    • Eric F Eric F 24 novembre 16:54

      @yakafokon
      Dans la chronologie, le gouvernement nationaliste ukrainien pos-Maïdan a pris des mesures discriminatoires contre la langue et culture russe en Ukraine, ce qui a conduit d’une part à la réannexion de la Crimée par la Russie, et d’autre part la sécession des territoires séparatistes du Donbass avec l’appui informel russe.
      Les forces ukrainiennes ont lancé des attaques dans le Donbass après que les milices séparatistes aient pris le contrôles de ces régions (’’avec un certain succès’’ comme vous l’écrivez). Les missiles étaient envoyés de part et d’autre, les villages de la zone contrôlée par les forces ukrainiennes en recevaient tout autant.
      Et de part et d’autres des milices ultra-nationalistes ont été impliquées, et des bavures ont été commises, il n’y a pas des nazis d’un côté et des Bisounours de l’autre.

      L’attribution de passeports russes ne constitue en rien un titre de propriété territoriale sur la région. Donnons des passeports Français aux Wallons, et déclarons la Wallonie française de jure (historiquement elle l’a été sous le premier empire). .

      Le gouvernement russe n’a absolument pas ’’attendu’’, il a contribué au pourrissement pour créer le prétexte à envahir bien plus largement que le Donbass : soit prendre le contrôle global du pays, soit au moins la bande territoriale jusqu’à la Crimée (hypothèse que j’avais évoquée avant l’opération de février, en commentaire à un article de Christelle Néant -il est regrettable que ses articles d’avant la guerre aient été effacés-).

      Il y a des responsabilités partagées sur les causes, mais l’agression par les chars et missiles de l’ensemble du pays, en niant jusqu’à son droit à l’existence en tant qu’état, est la plus lourde.
      Mais après avoir aidé l’Ukraine à ne pas disparaitre, nos pays doivent maintenant pousser à une négociation, avant qu’il ne soit rasé.


    • velosolex velosolex 25 novembre 00:06

      @Garibaldi2

      Fanchement je préfère le Garibaldi 1....Qu’’un propagandiste prenne le nom d’un révolutionnaire, est une tentative d’OPA sur la liberté, à seul fin de défendre un dictateur
      Inutile de se perdre en phrasologiie vaine. Votre maître, menteur pathologique, a tenté un blitzkrieg sur un pays libre, et reconnu par l’ONU, qui a échoué lamentablement. 
      Il n’a plus maitenant que la haine, et l’esprit de vengeance, qu’il exerce en décimant les civils, à coups de missiles, lancés à 1000 kms.....
      Je ne perdais pas à vous montrer les videos. Vous ne les regarderez bien sûr pas, pas plus que je ne lirai votre propagande. 

      Combien un influenceur est il payé, dans une de ces usines à trolls ou vous bossez. ?....


  • Massada Massada 23 novembre 14:38

    23 novembre 2022 : le groupe Wagner vient d’être reconnu et qualifié précisément pour ce qu’il est par le parlement européen : une organisation terroriste.

    Un vote historique. 


    • bernard29 bernard29 23 novembre 18:16

      @Massada
      Bravo au parlement européen.


    • bernard29 bernard29 23 novembre 18:19

      @bernard29
      Et merci à Massada pour ses informations.


    • pemile pemile 23 novembre 19:53

      @Massada

      Le ministère russe de la défense estime qu’il lui faudra encore tirer au moins 3 000 missiles avant que le niveau de vie de l’Ukraine n’atteigne celui de la Russie. smiley

      https://twitter.com/Sputnik_Not/status/1595446507909664768


    • buratino buratino 24 novembre 06:13

      @Massada Toujours là, pas assez de couilles pour aller les aider. En France aussi, il y a du terrorisme, mais ici les couilles les défendent


    • Bertrand Loubard 24 novembre 12:36

      @Massada

      Il est vrai que depuis quelques mois on parle, jusqu’au cœur de l’Afrique Centrale, du « Groupe Wagner » et ce, avec l’air condescendant des connaisseurs qui l’« avaient bien dit depuis belle lurette ». Ce groupe a été fondé en 2014 par un certain Prigogine proche de Poutine. IL est vrai que ce groupe est plus récent que celui d’Erik Prince (ancien SEAL, forces spéciales de l’US Navy), fondateur de la plus grande société militaire privée du monde, Academi (anciennement Blackwater Worldwide), en 1997. .... Erik Prince serait assez proche des clans Dirk Cheney (promoteur de la privatisation des forces armées lancée dans les années 1990) et Clinton (cfr. Génocide du Rwanda –CIA -– Samantha Power). Le débarquement raté de la baie des Cochons à Cuba a aussi été une « opération » spéciale de la CIA ...Mais tous ceus-là c’est pour défendre nos valeurs .... Donc le parlement européen n’a rien à y voir.... Bien à vous.


    • Eric F Eric F 24 novembre 17:04

      @Massada
      ’le groupe Wagner vient d’être reconnu et qualifié précisément pour ce qu’il est par le parlement européen : une organisation terroriste. Un vote historique’’ 

      Ce vote n’a rien d’historique dans la mesure où une instance occidentale se prononce contre une milice anti-occidentale, c’est donc un non-évènement.
      Si cela était effectué par une majorité qualifiée de l’Assemblée Générale de l’ONU, on pourrait alors y attacher une certaine signification.


    • velosolex velosolex 24 novembre 23:27

      @pemile

      Poutine tente de faire le maximum pour accélérer le réchauffement climatique, sur fond de glaciation.
      En octobre, il a fait un discours halluciné sur le « satanisme » de l’occident. Le diable semble s’habiller en Pravda.....


  • Clocel Clocel 23 novembre 14:41

    Où est votre indignation à géométrie variable, lorsque Israël bombarde Gaza ou la Syrie ?

    Lorsque l’oncle Sam utilise son armée pour venir piller le pétrole de l’Irak et de la Syrie ?

    Un peuple est responsable de ses « dirigeants », il doit assumer les choix qui sont faits en son nom ou venir remplir un des « états » poubelles de l’UE.

    Gardez bien ça à l’esprit lorsque la France devra rendre des comptes pour les errances politiques de ses leaders, validées par des pseudo-démocrates.


    • voxa 23 novembre 20:26

      @Clocel

      Surtout quand on voit ici même un primate raciste tueur d’enfants venir faire la propagande d’Israheil.

      Massada le rénégat à la mémoire bien courte, pour défendre les tenants et acteurs de la solution finale.

      .


    • rosemar rosemar 23 novembre 22:19

      @Clocel

      Et des enfants ukrainiens souffrent et meurent aussi.


    • voxa 24 novembre 07:39

      @rosemar

      vous avez raison, eux, en plus, ils sont blancs...

      Les palestiniens, eux, c’est des bougnoules, n’est-ce pas ?


    • Clocel Clocel 24 novembre 09:52

      @voxa

      Si « l’Histoire » officielle est autant encadrée, tu dois bien te douter qu’il y a des trous dans la raquette, qui, connus, gêneraient considérablement le narratif sur lequel toute l’escroquerie repose.


    • yakafokon 24 novembre 13:21

      @rosemar
      C’est vrai...mais essentiellement dans le Donbass, sur la rive gauche du Dniepr !
      Environ 15.000 morts entre 2014 et 2022 ( dont des enfants évidemment ).
      Quant aux autres, ceux de l’Ouest du pays, la population doit se soulever pour virer les nazis ukrainiens mis en place à la Rada de Kiev par les Etats-Unis !
      Avant l’intervention de ces criminels professionnels, ceux qui parlaient russe et ceux qui parlaient ukrainien cohabitaient sans problème, et même souvent se mariaient entre-eux !
      Mais c’était sans compter sur la « révolution orange » ( une grande spécialité américaine, comparable à la choucroute pour les alsaciens ).
      Et les ukrainiens ont sauté dans la marmite à pieds joints !
      S’ils avaient été un peu plus méfiants, il n’y aurait pas eu de massacres, le Donbass ne se serait pas soulevé, la Crimée serait toujours ukrainienne, et la base navale de Sébastopol qui abrite la Flotte russe de la Mer Noire, serait toujours louée à la Russie jusqu’en 2042 !
      Mais demander à des nazis d’être intelligents, c’est mission impossible !


    • Eric F Eric F 24 novembre 17:18

      @yakafokon (commentaire du 24 nov. 13:21)
      Il manque un élément à votre narratif, c’est que le mouvement protestataire en Ukraine avait débuté avant Maïdan pour des raisons économiques et de corruption du gouvernement Ianoukovitch, et du fait que la Russie ait fait pression contre ce gouvernement pour qu’il dénonce au dernier moment un accord avec l’UE, qui faisait partie de son programme électoral. Une sorte de mouvement GJ local auquel s’ajoutait des intellectuels, avant qu’il soit effectivement instrumentalisé par des ultra-nationalistes.
      Il y avait des ingérences des deux blocs, c’est évident.


    • velosolex velosolex 24 novembre 23:31

      @Clocel
      Au moins, votre diatible pédalent dans la choucroute Poutinienne, nous donne un renseignement utile, en voyant le nombre d’étoiles en toc. 

      36 influenceurs sont là pour vous aider à pousser la guimbarde de la propagande

      Ca situe le niveau d’infection du site, mieux qu’un antivirus. 


  • Zolko Zolko 23 novembre 14:42

    Négocier mais dans quelles conditions ?

     

    ben ... c’est le principe d’une négociation : on commence par négocier, et on verra pendant la négociation les conditions à la fin. Vouloir négocier avec des pré-conditions n’a pas de sens, c’est la négation de ce qu’est une négociation.Zelensky dit en substance que la Russie doit d’abord s’avouer vaincue et ensuite seulement négociera-t-il. C’est absurde.

     

    Ne prétendiez-vous pas être prof de français ?


    • Eric F Eric F 24 novembre 17:25

      @Zolko
      Il peut y avoir des conditions à une négociation, comme par exemple un cessez le feu préalable, mais pas de condition sur le ’’résultat’’ avant d’avoir négocié.

      Il n’y a pas que l’aspect d’occupation territoriale, celle des destructions d’infrastructures entre aussi en ligne de compte.


    • velosolex velosolex 24 novembre 23:34

      @Eric F
      Il n’y a pas de négociation avec un type qui tente de faire un génocide, et qui veut gagner du temps avant de s’attaquer au reste de ses anciennes possessions coloniales
      Les pays Baltes, et la Pologne ne le savent que trop. 


    • Zolko Zolko 25 novembre 11:16

      @velosolex : bon, ben si les Ukrainiens ne veulent pas négocier, alors les missiles vont continuer de pleuvoir. Les Ukrainiens fatigueront avant les Russes, pourquoi repousser l’inévitable ?


  • samy Levrai samy Levrai 23 novembre 14:45

    Cela fait combien d’articles bébêtes reprenant la propagande idiote euro atlantiste que Rosemar commet ?

     cela après le truc du même tonneau concernant la terrible maladie qui après 8 vagues et frisée l’extinction de l’espece, nous laisse avec seulement 8 milliards d’individus...

    Nous avons ici un thermomètre de la bêtise ambiante et moderne.


  • Zolko Zolko 23 novembre 14:55

    Après plus d’un mois et demi de bombardements à l’aide de missiles ou autres drones kamikazes, les dégâts sur le réseau énergétique ukrainien sont importants

     

    Et vous ne comprenez pas ce que cela veut dire ? Ca veut dire que jusqu’à maintenant, la Russie n’avait PAS bombardé les infrastructures civiles. Elle le fait seulement depuis que l’Ukraine a commencé à le faire avec le pont vers le Crimée et le barrage sur le Dniepr !!! 

    Et pourtant, Poutine l’avait bien dit tout-ça avant : « nous n’avons pas encore vraiment commencé ». Mais vous ne l’avez pas cru/compris. Voilà ce qu’il voulait dire.

    Vous êtes tellement arc-boutée sur votre propagande que vous ne comprenez pas ce que vous écrivez vous-même. Et pour la bombe atomique, vous comprenez ce que ça veut dire ? L’Ukraine ne peut pas gagner, elle n’a que 2 options : capituler ou être détruite. Détruite = Vitrifiée. Vous comprenez ça ? Et ça ne sert à rien de dire que Poutine est méchant, il s’en fout de votre opinion !


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 23 novembre 14:58

      @Zolko

      Salut oui tout à fait, je cite : Et ça ne sert à rien de dire que Poutine est méchant, il s’en fout de votre opinion !

      sauf si l’avatar rosemary est un employé de cabinet genre McKinsey et que son propos outre de comme on dit « troller » s’adresse surtout aussi aux naifs en quête de piquouse qui traîneraient sur ce site


    • Croa Croa 23 novembre 19:36

      À Zolko,
      Il y a une logique à ça. Le réseau énergétique facilite l’arrivée des armes ainsi que leur utilisation. Il est donc normal qu’il soit dans le collimateur. En plus les Russes n’exagèrent pas vu qu’ils ménagent les centrales nucléaires.


    • Gasty Gasty 24 novembre 11:13

      @Géronimo howakhan

      "aux naifs en quête de piquouse qui traîneraient sur ce site

      "

      C’est effectivement pas l’endroit idéal pour eux. Rosemar ( et bien d’autres ici ) doivent être en mission spécial pour rapatrier les égarés de la propagande officielle.


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 24 novembre 11:19

      @Gasty

      Salutations, Oui c’est une évidence...


  • mursili mursili 23 novembre 14:56

    Une vidéo pour faire bander Massada...

    https://www.youtube.com/watch?v=5kJFIKER1k8

    Les Palestiniens l’ont bien cherché...


  • Massada Massada 23 novembre 14:58

    Le Parlement européen vient de reconnaître la Russie comme État parrain du terrorisme et comme État qui utilise le terrorisme comme moyen.

    https://twitter.com/nexta_tv/status/1595397234991964166


  • Massada Massada 23 novembre 15:08

    L’UE prévoit de confisquer les avoirs russes (17 milliards d’euros) et les transférer à l’Ukraine, a déclaré le commissaire européen à la justice Didier Reynders.
     


    • Gégène Gégène 23 novembre 16:11

      @Massada

      c’est génial de confisquer et transférer les avoirs russes. au moins maintenant, on sera tranquilles : plus personne ne viendra nous emmerder à vouloir investir en Europe smiley


    • buratino buratino 24 novembre 06:16

      @Massada L’UE c’est bientôt fini, sur les migrants, le covid, l’écologie, l’Ukraine, c’est chacun pour soi, L’UE, c’est de la merde


    • mursili mursili 24 novembre 19:29

      @Massada

      Voilà qui va rendre l’euro encore plus attractif.


  • Massada Massada 23 novembre 16:12

    Bombardements massifs des Russes en Ukraine notamment sur Kiev coupure d’électricité en Moldavie après des bombardements sur les infrastructures énergétiques en Ukraine : la guerre déborde en Pologne et maintenant Moldavie !

       

    Jusqu’où le criminel Poutine va-t-il aller ?


    • cétacose2 23 novembre 20:06

      @Massada

      Ia guerre déborde en Pologne et maintenant Moldavie !

       

      Jusqu’où le criminel Poutine va-t-il aller ? Réponse : on espère que ce soit Israël....


    • voxa 23 novembre 20:37

      @Massada

      Pas jusque là en tout cas...

      https://www.youtube.com/watch?v=5kJFIKER1k8


    • Samson Samson 23 novembre 21:37

      @Massada
      « ... la guerre déborde en Pologne et maintenant Moldavie ! »
      Ce n’est pas la guerre qui déborde en €urope, ce sont seulement les rationnements énergétiques auxquels elle donne lieu. Notons que leur plus grosse part a été décidée à Washington et adoptée sans autre réflexion par l’€urocratie pour sanctionner les Russes et détruire leur économie !
      Comme on dit à Moscou : « A bon entendeur, salut ! » smiley smiley smiley

      « Jusqu’où le criminel Poutine va-t-il aller ? »
      ... jusqu’à ce qu’« on » comprenne qui est le maître du jeu, peut-être ?!?


    • microf 24 novembre 14:35

      @Massada

      Si le Président Poutine avait fait comme les Américains, cette guerre serait déjá terminée.

      Nelson Mandela.

      https://youtu.be/WA67pvbgDK4

      If there is a country that has commited unspeakable atrocities in the world it is the United States of America.

      They don´t care for human beings. Fifty seven years ago, when Japan was retreating on all fronts, they decided to drop an atom bomb on Hiroshima and Nagasaky, killed a lot fo innocent people, who are still suffering from the effects of those bombs.

      Those bombs were not aimed against the Japanese, they aimed against Soviet Union to say, look, this is the power that we have, if you dare oppose what we we do, this is what is going to happen to you.

      Because they are so arrogant, the decided to kill innocent people in Japan who are still suffering from that. Who are they now to pretend that they are the policemen of the world ?

      Traduction version francaise :

      S’il y a un pays qui a commis des atrocités innommables dans le monde, ce sont les États-Unis d’Amérique. Ils ne se soucient pas des êtres humains.  Il y a cinquante-sept ans, alors que le Japon reculait sur tous les fronts, ils ont décidé de larguer une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaky, tuant beaucoup d’innocents, qui souffrent encore des effets de ces bombes. Ces bombes n’étaient pas dirigées contre les Japonais, elles visaient l’Union soviétique pour dire, regardez, c’est le pouvoir que nous avons, si vous osez vous opposer à ce que nous faisons, c’est ce qui va vous arriver. Parce qu’ils sont si arrogants, ils ont décidé de tuer des innocents au Japon qui souffrent encore de cela. Qui sont-ils aujourd’hui pour prétendre qu’ils sont les gendarmes du monde ?

    • xbrossard 24 novembre 16:14

      @Massada

      vous parlez de ça pour la pologne ?

      https://lesactualites.news/divertissement/un-journaliste-de-lassociated-press-licencie-pour-une-histoire-erronee-sur-lattaque-russe/

      « L’Associated Press a licencié lundi un journaliste de la sécurité nationale qui avait fourni des informations erronées sur une frappe de missile en Pologne la semaine dernière, ce qui a donné lieu à une alerte largement diffusée mais inexacte et à un article suggérant que la Russie était responsable de l’incident.

      James LaPorta, 35 ans, a été licencié après une brève enquête, ont confirmé des responsables de l’agence de presse au Washington Post. »


  • Massada Massada 23 novembre 16:21

    Les collabos 2022

    Ont voté à Strasbourg contre la résolution « Russie sponsor du terrorisme » : Thierry Mariani, Gilles Lebreton et Jordan Bardella.
    Se sont abstenus : Brice Hortefeux, Nadine Morano, Manon Aubry, Leïla Chaibi, Anne-Sophie Pelletier et Younous Omarjee.

    https://ibb.co/Xyvrttd


  • roman_garev 23 novembre 16:29

    La Russie est au centre géographique de la zone de conflit.

    L’Eurasie a été identifiée il y a fort longtemps comme telle. Ce qui rend le controle de l’Eurasie determinant dans le futur conflit mondial. La question n’est pas de savoir si ceux qui pensent cela pensent juste ou pas, il suffit de savoir qu’ils le croient. Il est cru par les stratèges que le rôle geopolitique de cette region du monde est central, que c’est un pivot et un levier. Le plus important c’est que les protagonistes des futurs conflits le croient.

    Dans cette optique les Américains/Anglo-saxons veulent controler la zone centrale, ses matières premières, ses ressources, et pour cela ils considèrent qu’il faut démanteler la Russie, la vassaliser. Ils ont donc fait en sorte de faire de la Russie un ennemi depuis l’échec de l’annexion des années 90. Ils ont diabolisé la Russie pour pouvoir en toute bonne conscience de leur opinion publique, la coloniser.

    La tactique vis à vis de la Russie vise à l’exploiter, la piller, l’intégrer à l’espace capitaliste financiarisé pour le renforcer et enfin à encercler la Chine.

    Je simplifie mais c’est en gros le schema.

    Il faut briser la nation russe, la forcer à se libéraliser, à se wokiser, c’est à dire à se diviser, à s’affaiblir. Il faut en prendre le contrôle politique direct par un gouvernement fantoche et le contrôle social indirect par l’occidentalisation.

    Il faut donc en prendre le contrôle indirect, un peu à la façon dont le contrôle de l’Europe a été pris. Par le soft power multiforme et la séduction .

    Les Russes ont été tentés un moment de jouer le jeu mondial américain mais les conditions posées par les élites capitalistes américaines et britanniques ont été tellement scandaleuses – pillage, soumission – qu’un gouvernement autoritaire s’est généré et il a adpoté la voie opposée. Il s’est rapproché de la Chine grace à la faveur de la multiplication des maladresses cyniques des occidentaux. De dépit et en vertu de l’engrenage anterieur, la coalition Anglo-saxonne a piegé la Russie dans une guerre fratricide censée l’affaiblir et renverser son régime de résistance.

    Nous en sommes là.

    Étant donné que la seule voie de survie dans cette phase historiquement descendante du capitalisme financiarisé est de soumettre l’Eurasie à une exploitation balkanisée – Nouveau Monde 2.0 – la Russie se trouve engagée une nouvelle fois dans le grand combat de sa vie. 

    Il n’y a nulle exagération à comparer cette lutte à mort à celle des années 1920 puis à celle des années 1940.

    Ce combat ne peut se terminer que de deux manières. 

    Il n’y a pas de négociation pour sortir de l’Histoire.

    source : Bruno Bertez


    • Zolko Zolko 23 novembre 17:35

      @roman_garev : l’analyse est juste mais la conclusion est fausse (je pense). Nous assistons à la fin d’un cycle, celui de la révolution industrielle, qui a commencé vers 1800 avec l’invention de la machine à vapeur, et qui est centré, grosso-modo, autour des énergies fossiles (charbon, puis pétrole, et maintenant gaz).
       
      Ce cycle avait, de plus, plusieurs caractéristiques :

      • création monétaire par la réserve fractionnaire
      • explosion démographique par les engrais artificiels
      • domination militaire sur les mers et océans
      • langue anglaise
      • ressources naturelles infinies

      c’est ce cycle qui arrive à sa fin. Le prochain cycle se fera autour de la rareté des ressources naturelles. Et là, on voit que l’alliance entre la Russie, la Chine et l’Inde, qui peuvent commercer sans passer par la mer et donc échapper à la marine US+UK, sera la force dominante pour environ 2 siècles. L’alliance entre les ressources de la Russie, le savoir-faire industriel de la Chine, et le savoir-faire informatique de l’Inde, sera le prochain moteur de l’Humanité.

      Quelles-que soient les actions de l’empire anglo-saxon mourant, l’Histoire est déjà écrite. La seule question est de savoir combien de millions ou de milliards de morts il faudra pour qu’ils comprennent. La Russie a déjà gagné cette guerre, et tout le monde, à part les occidentaux, le sait. Même Israël a abandonné les USA et refuse de les suivre dans cette guerre, alors imaginez les autres !


  • malhorne malhorne 23 novembre 17:53

    C’est comme le conjoint qui frappe sa compagne, voire la tue en arguant que c’est de sa faute, qu’elle l’a bien cherché, qu’elle l’a poussé à bout."

    tient c’est l’argument du dégénéré quatennens ,afin de justifier ses giffles !!

    seule la rousseau pourrait le déconstruire et le guérir de ses pussions !!


    • xbrossard 24 novembre 16:17

      @malhorne

      mais aussi l’argumentaire de la petite frappe à l’école qui se fout de la gueule du gros balèze tranquille jusqu’à ce que ce dernier lui foute une rouste. Et après le petit va pleurer dans le giron de la prof


  • Samson Samson 23 novembre 18:00

    Bonsoir @Rosemar

    "Pour le Kremlin, Kiev est responsable des souffrances des civils ukrainiens...
    Le porte-parole du Kremlin affirme que les souffrances endurées par la population ukrainienne sont la « conséquence » du refus de Kiev de négocier.« 


    Bien évidemment ! En décembre dernier, il y a un an déjà, la Russie avait directement présenté ses limites sur l’expansion de l’OTAN à ses frontières et proposé à Washington dont l’€urope et les autres membres de l’OTAN ne sont jamais que les dociles larbins une négociation. Washington et l’OTAN avaient alors soigneusement décliné l’invitation.

     »Négocier mais dans quelles conditions ? !« 

    Si Kiev avait dès le début des hostilités accepté de négocier avec la Russie, le Donbass serait toujours ukrainien mais aurait probablement acquis l’autonomie que lui garantissaient les accords de Minsk, que jamais ni la France ni l’Allemagne qui en étaient pourtant garants pour l’Ukraine n’ont cherché à faire appliquer et respecter, au contraire de la Russie qui, constatant l’imminence d’une offensive ukrainienne, l’a précédée par son »Opération Spéciale de Police« . Et plus de 100.000 soldats, appelés et troufions ukrainiens seraient toujours en vie, sans compter les innombrables destructions qui auraient été évitées.

    Mais Kiev s’est soumise aux ordres de Londres et Washington qui, trop heureux de ce casus belli qu’ils ont soigneusement attisé, ont décrété des sanctions - surtout €uropéennes d’ailleurs ! - destinées à définitivement écraser l’économie russe.

    Elles ont surtout et au delà de toute espérance réussi à en seulement quelques mois ruiner tout ce qui reste d’économie et de tissu productif €uropéen et accélérer l’effondrement du projet occidental de Nouvel Ordre Mondial unipolaire au profit d’un ordre mondial multipolaire mené tambours battant et à marche accélérée par les nouvelles puissances émergentes (Russie, Chine, Afrique du Sud, Iran, Inde, Turquie, Brésil, Argentine, Nigéria, ...)

    En regard de l’évolution de la situation et quoiqu’en prétende notre propagande, Washington et Londres finiront comme ils l’ont toujours fait avec leurs »alliés«  par lâcher Kiev : ce n’est qu’une question de temps quand, malgré le soutien de toute l’infrastructure de l’OTAN et les milliards d’armements déversés sur l’Ukraine, la suprématie militaire, stratégique et technologique russe sur le terrain reste patente pour tous les observateurs et experts un tant soit peu sérieux !


    Au plus Kiev tarde à négocier, au plus l’Ukraine aura à perdre et se verra dépecée. Et notre presse-tituée pourra certes le déplorer en versant des larmes de crocodile sur la »démocratie« ukrainienne et en persistant à nous raconter des »couilles« , mais c’est çà la stricte réalité sur le terrain !


     »Une tactique de guerre impitoyable de la part des Russes...« 

    Vous connaissez des tactiques de guerre qui ne soient pas »impitoyables«  ?

    Si les Russes étaient aussi impitoyables, barbares et férocement destructeurs que le prétend notre propagande, pourquoi donc auraient-ils attendu jusqu’octobre pour s’attaquer aux infrastructures énergétiques ukrainiennes, quand le conflit a débuté en février et alors même que dans toutes les guerres menées par l’Otan (Serbie, Irak, Afghanistan, Libye, Syrie, ...), les infrastructures énergétiques ont toujours constitué les toutes premières cibles.

    Désolé d’infirmer ainsi les slogans du narratif officiel en vous faisant perdre ce qui vous reste encore d’illusions mais, si même »En Marche vers Nulle Part« la propagande de notre »élite" managériale en est toujours plus déconnectée, la réalité a aussi de temps en temps ses droits !

    En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


    • rosemar rosemar 23 novembre 21:40

      @Samson

      Tout de même, dans ce conflit, les Russes visent toutes les infrastructures de l’Ukraine, une façon de viser aussi la population civile... des enfants, des femmes, des vieillards sont victimes de ces bombardements intenses...


    • rosemar rosemar 23 novembre 21:55

      @Samson

      « Un biais qui lui a d’ailleurs régulièrement été reproché. Benoît Vitkine, correspondant du journal Le Monde à Moscou, explique sur Twitter : « Je me souviens de son film de 2017, sans doute sincère mais dramatiquement naïf : elle était trimballée dans les territoires séparatistes par… des responsables de ces mêmes territoires. C’est eux que l’on entendait dans le film poser des questions aux témoins, pas la journaliste. » Et Benoît Vitkine d’ajouter que les éléments rapportés dans ce film ont par la suite été démentis : il s’agissait de « fables concoctées par la TV russe ». »


    • Samson Samson 23 novembre 22:53

      @rosemar
      « Tout de même, dans ce conflit, ... des enfants, des femmes, des vieillards sont victimes de ces bombardements intenses... »

      Ben oui, c’est la guerre ! ;-(
      Et tant qu’il n’y aura pas de négociations, on assistera à une escalade dans les moyens militaires, les destructions et le sang versé, alors même que l’issue du conflit ne fait hors propagande hélas aucun doute ! ;-(


    • Zolko Zolko 24 novembre 09:32

      @rosemar

      il s’agissait de fables concoctées par la TV russe

       
      peut-être, admettons. Montrez-nous alors la vraie vérité vraie avec un reportage par la TV française. SUR PLACE ! Un reportage qui interrogeait les habitants du Donbass, de Mariopul, de la Crimée, d’Odessa ...

    • Gasty Gasty 24 novembre 12:18

      @rosemar

      « Tout de même », dans ce conflit, USA/OTAN/UE ont empêchés toutes négociations et ont fournis l’Ukraine en armes afin d’alimenter le conflit vers la destruction.Résultat, toutes les infrastructures de l’Ukraine en prennent un sale coup, et par extension la population civile bien évidement... ( inutile d’ajouter des enfants, des femmes, des vieillards). C’était couru d’avance car les mises en gardes sur les conséquences ont largement été mise en évidence.
      Et on ne vous a jamais entendu vous scandaliser par cette obstruction à la paix. Vous en êtes encore à prétendre que Poutine a mis fin aux accords de Minsk, ceux-la même qui n’ont jamais été respectés par Kiev. C’est la faute à qui exactement ???? Qui a frappé durant ces 8 années pendant que l’Allemagne et la France garante des accords, ont fermés les yeux ?
      Du cynisme , voyez si vous ne pourriez pas en trouver chez vous, vous qui passez votre temps à nier depuis le début les causes de ce conflit et a tuer l’Ukraine à votre petit niveau.


    • velosolex velosolex 24 novembre 23:39

      @Samson
      Les iraniennes et les Afghanes qui luttent contre deux régimes tous aussi pourris que celui des Russes, mettant leur vie en péril dans les manifs, ont plus de couilles que tous ce troupeau qui n’ose sortir et foutre le dictateur par la fenêtre du kremlin. 

      20 ans de propagande, et 1 siècle de goulag, sauf la récré de l’aire Gorbatchev ont c’est sûr un peu plus robotisé l’hommo soviéticus, ce ours qui se prend pour un éleveur d’abeilles. 


  • Gisyl 23 novembre 20:02

    Où était votre indignation, Rosemar, lorsque les Ukrainiens bombardaient les populations civiles des villes séparatistes, les privant elles-aussi d’eau courante et d’électricité ? Vous ne pouvez même pas prétendre ignorer le fait car en tant que lectrice et commentatrice régulière d’Agoravox, Christelle Néant vous mettait au courant des souffrances des civils dans le Dombass là où les médias grand public les ignoraient (et continuent encore à les ignorer).

    Considérer qu’une vie prorusse vaut moins qu’une vie prooccidentale et pro-atlantiste, c’est aussi cela le nazisme au XXIe siècle.


  • Tolzan Tolzan 23 novembre 20:42

    Eh oui, les marionnettes ukrainiennes manipulées par les USA ont bien cherché la guerre.

    Il faut que vous compreniez que la guerre a débuté précisément le 23 février 2014. Et pourquoi ce jour-là ? Parce que c’est le jour où la Rada de Kiev, dans la foulée du MAIDAN, abolit le statut du russe comme langue officielle de l’Ukraine ! Cette décision fut la déclaration de guerre faite par les marionnettes de Kiev au peuple ukrainien russophone, une pure folie  ! Imaginons ce qui se passerait en Belgique si le gouvernement fédéral interdisait l’usage du flamand en Flandres à commencer dans les écoles !!!
    Dans le Donbass et en Crimée, là où 50 à 90 % de la population parle russe, la décision provoqua immédiatement de violentes réactions qui évoluèrent en insurrection armée et à là proclamation d’indépendance de la République populaire de Donetsk (le 7 avril 2014) puis de celle de Lougansk (le 11 mai 2014). En réponse, le pouvoir de Kiev envoya l’armée ukrainienne qui intervint contre les populations dans l’Est du pays un mois après la déclaration d’indépendance de l’oblast de Donetsk.

    Voilà résumé le début de la guerre en Ukraine. CE SONT DES FAITS ABSOLUMENT INDISCUTABLES ! Il faut aussi ajouter que cette guerre fit environ 14000 morts avant l’entrée en guerre de la Russie le 22 février 2022, selon les chiffres fournis par l’ONU.

    Eh oui, les marionnettes ukrainiennes manipulées par les USA ont bien cherché la guerre. Enfin... la réalité, c’est que ce sont les Américains qui ont cherché la guerre.

    Un conseil amical pour terminer : vous devriez envoyer un CV de candidature spontanée à BFM-TV ou à France Info. Vous avez toutes les chances d’être retenu et rejoindre le troupeau des analystes, chroniqueurs, experts et autres politologues à deux balles des plateaux télé qui ne savent rien, qui n’ont rien vu, qui n’ont rien à dire, mais qui commentent, qui causent, qui brodent, et qui élucubrent.


    • L’Autre 23 novembre 23:33

      @rosemar Le sieur Attal Gabriel, a dit le 13 avril 2022 que depuis 2014, la france livrait des armes au régime kévien : .https://player.odycdn.com/api/v4/streams/free/Gabriel-Attal-guerre-du-Donbass-depuis-2014/e3b416a64513a9e68a84c273def3d04ae457b26d/a01fdf
      Ce qui implique entre autre qu’au lieu de favoriser l’application des accords de Minsk, en sous main, la france participait à tuer des ukrainiens tout en se faisant passer pour vertueuse et faiseuse de paix.

      Les Accords de Minsk ont d’abord été négociés au téléphone entre Vladimir Poutine et Petro Porochenko puis, dans le format dit « Normandie », entre des représentants de l’Ukraine, de la Russie, de l’Allemagne et de la France. Ils ont ensuite été rédigés et signés par le Groupe de contact trilatéral (Ukraine, Russie, OSCE).La france faisant partie de l’OSCE, elle était de fait impliquée dans la procédure d’application des accords de Minsk. Mais bon, tout cela c’est normal, vu qu’il s’agit de combattre le vilain pas beau président de la Russie.
      Idem pour le 27 janvier 2022 : https://video.lefigaro.fr/figaro/video/guerre-en-ukraine-nous-avons-livre-des-armes-affirme-gabriel-attal/


    • bernard29 bernard29 24 novembre 12:00

      @Tolzan

      comment expliquez-vous les résultats du référendum de 1991 sur l’indépendance de l’Ukraine.

       

      Le référendum de 1991 sur l’indépendance de l’Ukraine a été accepté à 92,% des votants avec 84 % de participation. voici le résultat par régions (Oblast) : Référendum sur l’indépendance de l’Ukraine — Wikipédia (wikipedia.org) . 

      Résultat sur le Donbass

      • Oblast de Donesk ; 87 %
      • Oblast de Louhansk ; 86 %
      • Oblast de Kharkiv  OUI à 88,22%
      • Oblast de Kherson  ; OUI à 92,91 %

      Alors bien sûr , les régions peuvent changer d’avis et demander leur autonomie ou indépendance mais il faut un vote démocratique dans ces régions spécifiques, mais non une pression militaire d’une minorité agissante. 

      Ce n’est pas parce qu’une partie d’une population parle le russe, que les gens veulent être russes.


    • Zolko Zolko 24 novembre 12:21

      @bernard29 : puisque vous aimez les referendums de 1991, pourquoi ne mentionnez-vous pas celui en Crimee :
       

      Soutenez-vous le rétablissement de la République socialiste soviétique autonome de Crimée en tant que sujet de l’Union des républiques socialistes soviétiques et participant au Traité de l’Union ?

       
      oui à 94%. Ce qui veut dire que la Crimée est légalement Russe, et par extension cette guerre de la Russie est légale du point de vue droit international.

    • bernard29 bernard29 24 novembre 13:29

      @Zolko

      le référendum de Crimée a été organisé par la Fédération de Russie. ça suffit pour comprendre que ce référendum est illégal.


    • bernard29 bernard29 24 novembre 13:36

      @bernard29
      Lors du référendum que l’indépendance de 1991, la Crimée avait voté à 56,2% pour l’indépendance. 
                  Votants                  OUI

       Crimée1 036 19067,50561 49856,21



       On n’en retrouve plus aucun en 1994 ? sans doute que la question était bizarrement posée ou qu’il y a eu des malversations par l’oganisateur russe du référendum !!

    • bernard29 bernard29 24 novembre 13:40

      @bernard29

      votants ; 1 036 190
      Oui   ;   56,1 %  nombre ; 561 498


    • Tolzan Tolzan 24 novembre 14:53

      @bernard29
      Je ne vois pas où est le problème : les Ukrainiens russophones voulaient à la fois une Ukraine indépendante (référendum de 1991) et continuer à parler leur langue. C’est un peu comme en Belgique : Les Wallons sont belges et parlent français. Par contre, tout risquerait d’exploser en Belgique si le gouvernement fédéral interdisait aux Wallons de parler le français et leur imposait le flamand. C’est exactement le problème de la loi du 23 février 2014 votée par Kiev qui prétendait interdire aux russophones ukrainiens de parler russe pour leur imposer l’ukrainien. Et de plus, par la suite, le gouvernement de Kiev fit voter des lois supplémentaires allant dans le même sens (je n’ai pas le temps de chercher, mais j’en suis absolument sûr) : interdire de parler russe. Personnellement, je n’ai jamais affirmé que les russophones ukrainiens étaient des Russes.


    • bernard29 bernard29 24 novembre 16:14

      @Tolzan
      sur la question des langues, c’est beaucoup plus compliqué que ce que essayez de faire croire. les lois n’avaient que pour objectif de promouvoir la langue ukrainienne qui était malmenée, et d’asseoir le statut de langue nationale de la langue ukrainienne. 
      Pour avoir une idée de la difficulté de cet épineux problème lire Ukraine : politique relative à la langue ukrainienne (ulaval.ca) .


    • xbrossard 24 novembre 16:34

      @bernard29

      alors que le référendum de 91 a été organisé par l’ukraine et est donc parfaitement légal ; logique, puisque les ukrainiens sont gentils alors que les russes sont méchants.


    • Tolzan Tolzan 24 novembre 17:03

      @bernard29

      Ce que vous écrivez est un magnifique exemple de langue de bois : "les lois n’avaient que pour objectif de promouvoir la langue ukrainienne qui était malmenée, et d’asseoir le statut de langue nationale de la langue ukrainienne". ... on dirait du Macron ! 

      Les faits eux sont simples et têtus : Kiev a persisté après sa loi du 23 février 2014 (qui a déclenché les hostilités dans le Donbass) en éditant des lois qui visaient à IMPOSER DE FORCE l’enseignement en ukrainien dès l’école aux populations non ukrainophones.

      -> En 2017, le parlement ukrainien a voté une loi qui prévoit progressivement l’enseignement en ukrainien dans toutes les écoles.

      -> Le 25 avril 2019, la Rada a adopté un projet de loi n ° 5670-d visant à assurer le fonctionnement de la langue ukrainienne.

      -> En février 2021 le gouvernement précipita les choses et demanda l’interdiction de l’enseignement en russe dans les écoles dès septembre 2021. Cette mesure ne fut même pas débattue à la Rada (le parlement). 125 écoles publiques de langue russe étaient concernées et 43 écoles privées.


    • Martin 24 novembre 21:26

      @Tolzan
      Tozlan ! Vous dîtes : «  la guerre a débuté précisément le 23 février 2014. Et pourquoi ce jour-là ? Parce que c’est le jour où la Rada de Kiev, dans la foulée du MAIDAN, abolit le statut du russe comme langue officielle de l’Ukraine ! » Et plus loin :  « Imaginons ce qui se passerait en Belgique si le gouvernement fédéral interdisait l’usage du flamand en Flandres à commencer dans les écoles !!! » Vous dîtes cela alors qu’aucune loi en 2014 n’a nui à la langue russe, elle n’avait pas été validé ! C’est la propagande russe qui vous l’a fait croire, vous ne vous êtes pas suffisamment renseigné et vous avez été berné. 

      En vérité la guerre russe contre l’Ukraine commence bien avant et par exemple en 2002 quand le vice-président de la fédération russe — Alfred Kokh  déclarait : 

      « Nikolaïev et Odessa. c’est notre objectif stratégique. Peu importe que l’on y voie flotter le drapeau russe ou ukrainien : ce qui compte, c’est que ce soient des terres russes, avec des capitaux russes, des intérêts russes et des population russes. »


      Par ailleurs une russification en 2010 est lancé à l’initiative du président Ianoukovitch, qui a voulu faire de la langue russe la langue d’Etat alors qu’auparavant c’était l’Ukrainien (parlé dans les familles à 70 pourcent par la population), auparavant c’était officiellement l’Ukrainien depuis 1991 (bien que dans le monde des affaires, la télévision et la politique, le russe dominait toujours).


      Le promotion dans les écoles et l’université de la langue ukrainienne commence avec les lois de 2017 en non en 2014. Mais les autorités ukrainiennes n’interdisent à personne de parler le russe. La série de Zelenski  que vous n’avez sans doute pas vue  est principalement en russe (à propos les parties radicales nationalistes y sont souvent ridiculisés), série qui a été réalisé entre 2015 et 2019. D’autre part, même si dans les familles l’ukrainien domine en Ukraine, tout le monde sait parler le Russe. Aussi le plus célèbre des écrivains ukrainiens est Andreï Kourkov, il est russophone et ethniquement russe et il écrit en russe, et il est lu en russe par tous les ukrainiens, mais il n’est pas pro-sépariste et encore moins pro-kremlin.


      Bien à vous


    • Martin 24 novembre 21:43

      @Tolzan
      Un résumé et une rectification : 

      1. une promotion politique d’ukrainisation dans les écoles secondaire et supérieures se fait jour à partir de 2017. Et cela Zelenski ne l’a pas critiqué et pourtant jamais aucun président n’avait obtenu un tel succès dans une présidentielle (Zelenski est élu en 2019), même dans le Donbass côté ukrainien (non dans les territoires occupés de Crimée et le Donetsk). 
      2. En 2019, 63 pourcent des ukrainiens pensent que l’ukrainien doit être la seule langue d’Etat, contre 17 pourcent pour la langue russe. Et en raison de la guerre, nombreux russophones soutiennent l’ukrainisation, à l’instar de Ioulia Timochenko et de Zelenski, tous deux russophones. En 2019, 46 ourcent (et non 70 pourcent comme je l’ai bêtement annoncé, car on ne se méfie jamais assez de soi et je vous souhaite d’en faire autant) des ukrainiens parlent principalement l’ukrainien en famille, contre 28 pourcent pour le russe.
      3.  Ianoukovich voulait une russification, à commencer par la langue d’Etat.
      4. La russophonie est acceptée tant qu’elle n’est pas brandie comme instrument politique.
      5. La loi de 2017 est justifier, côté ukrainien, par le fait que l’usage du russe n’est pas menacé (pensez à la Russie), contrairement à l’ukrainien qui a subi des siècles de russification et qui ne dispose pas de locuteurs ailleurs dans le monde excepté dans la diaspora. Et sans l’annexion de la Crimée et l’aide du Kremlin au séparatisme il est fort possible qu’il n’y aurait pas eu de conflit. La Crimée avait une forte autonomie, elle n’était pas en danger d’Ukrainisation. Par contre aujourd’hui Tatars et diverses minorités ont perdus leur droit avec l’annexion.

      Bien à vous


    • Tolzan Tolzan 24 novembre 23:39

      @Martin :

      Eh bien, je ne suis pas d’accord.

      Comme discuter avec vous ne servira à rien, je résume mon point de vue et je ne répondrai plus. C’est un dialogue de sourds. À chacun de se faire sa propre opinio :

      1) Le Maidan en 2014, a été la revanche de l’Ukraine de l’Ouest ukrainophone sur l’Ukraine de l’Est russophone. Il y a un conflit linguistique sous-jacent évident dans le conflit ukrainien actuel, conflit bien sûr attisé par les États-Unis.

      2) Le 23 février 2014, la rada abolissait le statut du russe comme langue officielle de l’Ukraine. C’était une déclaration de guerre, une véritable agression faite par les marionnettes de Kiev au peuple ukrainien russophone.

      3) En 2017, le parlement ukrainien vota des lois qui prévoyaient progressivement l’enseignement en ukrainien dans toutes les écoles. Ce que vous confirmez en écrivant "La promotion dans les écoles et l’université de la langue ukrainienne commence avec les lois de 2017".

      Ce faisant, le régime de Kiev a voulu IMPOSER la langue ukrainienne en FORÇANT l’usage de la langue ukrainienne DÈS l’ÉCOLE à toutes les populations non-ukrainophones. Alors, quand vous écrivez : "Mais les autorités ukrainiennes n’interdisent à personne de parler le russe", VOUS FAITES RIGOLER TOUT LE MONDE, parce qu’en pratique c’était : vous parlez ukrainien ou bien il n’y a plus de promotion sociale ni de place pour vous dans la future Ukraine que dessine le pouvoir de Kiev. Personne n’était dupe. C’est la définition de l’ukrainisation" forcée....


    • Tolzan Tolzan 24 novembre 23:44

      @Martin : partie 2


    • Martin 25 novembre 09:48

      @Tolzan
      Mais vous lirez peut-être.
      Voici le détail de ces lois et de leur pratiques :

      Trois modèles de la langue ukrainienne seront mis en œuvre dans les écoles ukrainiennes. La première est envisagée pour les peuples indigènes d’Ukraine, qui ne vivent pas dans leur propre environnement linguistique et n’ont pas d’État. Tout d’abord, nous parlons des Tatars de Crimée. Ils recevront un enseignement dans leur langue de la première à la onzième (12e) année d’études, ainsi qu’une étude approfondie de la langue ukrainienne.

      Le second modèle concerne les écoles où l’enseignement est dispensé dans une langue minoritaire qui appartient aux langues de l’Union européenne. En fonction du groupe linguistique et de l’environnement linguistique, l’utilisation de ce modèle peut varier. En particulier, les enfants recevront un enseignement dans leur langue maternelle en même temps que l’étude de la langue officielle à l’école primaire. À partir de la 5e année, au moins 20 % des matières par an sont enseignées en ukrainien, mais au cours de la 9e année, leur part ne doit pas être inférieure à 40 %. Au lycée, au moins 60 % des matières enseignées dans ces établissements devraient l’être dans la langue de l’État.

      Le troisième modèle fonctionnerait pour les communautés nationales restantes en Ukraine, y compris les communautés russophones. Pour ces communautés, l’enseignement à l’école primaire sera dispensé dans leur langue en même temps que l’étude de l’ukrainien, et à partir de la cinquième année, pas moins de 80 % des matières seront enseignées dans la langue nationale.

      En même temps, la langue russe sera également enseignée dans le cadre de cours facultatifs et d’activités extrascolaires.



      Voilà, dire qu’il y a « interdiction » est abusif. en outre, ces lois sont toujours en question et il n’est pas exclu qu’elles changent.

      Et je le répète  et là vous devez sérieusement vous renseignez là-dessus  la loi sur les langues minoritaires en Ukraine n’avaient pas été promulgués ; aucune promotion de l’Ukrainien ni interdiction du russe dans les écoles n’avaient alors été validé. Faîtes-en la recherche, il s’agit de faits dont tous spécialistes de l’Ukraine fait mention.


      Ajoutons qu’une large frange de la population ukrophones ou russophones ou les deux  souhaitaient et souhaitent ne plus être sous pression de la Russie, l’une des affirmations de cette volonté est la renaissance nationale qui tant à vouloir favoriser l’enseignement ukrainien au niveau national. C’est une lutte qui existe depuis longtemps, puisque le russe, avant l’indépendance, était en Ukraine indispensable dans toute carrière politique, économique et culturelle. Le fameux écrivain Ukrainien Ivan Dziouba avait d’ailleurs diffusé en 1965 un texte intitulé : « Internationalisme ou russification ? » Et sous Staline l’utilisation de la langue ukrainienne était accusée de propager le nationalisme, et les intellectuelles ukrainiens étaient réprimés (les deux tiers furent arrêtés et certains assassinés). En 1989, suite à la pérestroïka, une loi accorde l’ukrainien comme langue officielle. 

      Comme le dit Alexandra Goujon (chercheuse) : « l’ukrainisation fut une réponse à la très longue russification de l’Ukraine, une réaction, donc, à la menace pesant sur la langue ukrainienne et non sur la langue russe. Cela, certes, ne va pas sans crainte pour ces russophones qui sont contre cette ukrainisation. »


      Vous devez mettre en situation cette ukrainisation, au lieu de sortir cela comme sortant de nulle part.


      Bien à vous


       


Réagir