samedi 11 octobre 2014 - par Gilles SONDEREGGER

Lettre ouverte à M. François HOLLANDE :

L'habit ne fait pas le moine... {JPEG} Monsieur le président de la République Française (non, Monsieur VALLS, je ne m'adresse pas à vous),

Nous avons tous entendu vos engagements pour la France, pour les pauvres de France, pour l'emploi, et que tout cela était votre (seule) raison d'être.

Nous aurions pu vous croire, sortir un mouchoir pour éponger une larme d'émotion en vous entendant. Mais non, sincèrement, votre discours n'a pas provoqué la moindre émotion, ni même le moindre début d'espoir ni de confiance.

Monsieur le président, vous avez en tout premier lieu oublié que VOUS êtes le président. Vos histoires de fesses, on s'en moque complètement, au moins autant que de celles de DSK (on est par contre plutôt inquiets quant à celles de Cohn Bendit, de Jack Lang, de Pierre Bergé, ou de Frédéric Mitterand, mais celles là ne semblent pas déranger la justice française, bien au contraire).

Vous aviez une opportunité inespérée de prouver aux français et au monde entier que vous étiez bien le président, en acceptant la démission de Manuel VALLS, et en nommant Arnaud De Montebourg au poste de 1er ministre.

Vous auriez pu prouver au monde entier en virant Marisol TOURAINE que vous ne mangiez pas dans les mains de GSK ou Sanofi. Vous auriez pu par décret GARANTIR L'OFFRE ET DONC LE CHOIX THERAPEUTIQUE dans le pays encore appelé par certains "pays de la liberté", et faire rouvrir le centre oncologique pédiatrique de Garches, voir multiplier les centres dont la vocation serait de SOIGNER, et non pas d'offrir de cobayes au business de l'industrie pharmaceutique.

Vous auriez pu exiger une harmonisation fiscale pour l'ensemble des pays de l'Union Européenne, vous auriez pu exiger de Viviane REDING et autres dirigeants du Luxembourg de mettre fin au secret bancaire dans ce micro-pays qui permet à qui le veut de piller pour le moins la France et l'Allemagne.

Vous auriez pu exiger la nomination d'Eva JOLY au poste de garde des sceaux, vous auriez pu exiger la nomination de Marie-Georges BUFFET au ministère de la santé et des affaires sociales.

Vous auriez pu exiger des multinationales françaises de payer leurs impôts en France, leur imposer une masse salariale minimale, afin de rétablir le droit au travail des français, à qui on avait tellement promis que l'automatisation ne prendrait pas leurs emplois, mais les rendraient plus faciles.

Vous auriez pu mettre en place des taxes dissuasives sur le travail précaire (et surtout temporaire), qui permet de contourner toutes les lois et les conventions collectives, spolie les travailleurs français de leurs droit à l’intéressement, à la participation, à l'ancienneté, aux projet à long terme.

Vous auriez pu vous intéresser aux avantages fiscaux dont a bénéficié M. Viehbacher (CEO de Sanofi) pendant son séjour en France.

Vous auriez pu exiger des citoyens français, comme il se fait aux USA, de payer leurs impôts en France selon les barèmes en vigueur, en déduisant les impôts éventuellement versés en Belgique, en Suisse, mais aussi en Pologne ou en Roumanie (les Wertheimer, propriétaires de Chanel, la famille Peugeot, les Blanchet-Bleustein de Vinci, les actionnaires principaux de Publicis, de Seb, Moulinex, Bic, Bridoux, Free, Somfy, Carrefour, Leader-Price, Casino, et les milliers d'autres milliardaires ou pour le moins multimillionnaires).

Vous auriez pu expliquer aux français que le round-up de Monsanto tue tout ce qui n'est pas semence Monsanto, que ce produit se trouve dans la terre, et donc DANS les plantes cultivées, et que NOUS ne sommes pas génétiquement modifiés pour survivre au round-up et autres poisons du genre ! Vous auriez pu nous éviter d'être les victimes oncologiques d'une obsolescence programmée, faisant de "la retraite" une chimère, une illusion.

Vous auriez pu vous assurer, exiger, que les taxes perçues au bénéfice théorique de la Sécurité Sociale, soient intégralement reversées comme le prévoit la loi. Vous auriez pu décider de ne plus faire financer par la sécurité sociale, à coups de milliards, les essais thérapeutiques de l'industrie pharmaceutique. Vous auriez pu ne pas vouer cette sécurité sociale à la privatisation tant attendue par les assurances privées, Axa en tête !

Vous auriez pu abroger la loi "Pompidou/ Giscard/ Rothschild" de 1973, vous désolidariser des accords de Lisbonne, annuler la dette intérieure française, équivalente aux intérêts cumulés illégalement par les banquiers privés.

Vous auriez pu avoir un sursaut de dignité, en n'installant pas encore plus les sympathisants du Bilderberg dans votre, NOTRE gouvernement.

Vous aviez le pouvoir de faire tout cela, mais vous ne l'avez pas fait, bien au contraire. Vous n'avez fait que nous convaincre que vous ne dirigez rien du tout, que VOUS l'êtes par M. VALLS et ses copains du Bilderberg, dont le président est le français et CEO d'Axa Henri de Castries.

Si votre seul objectif était de laisser l'équipe "Valls" finir le pillage de la France commencé par Sarkozy, et de rester à genoux devant une commission européenne qui n'est élue par personne, vous auriez AU MOINS du démissionner. Cela vous aurait évité d'être pour l'histoire de France le président, l'homme de paille derrière lequel se cachent les délinquants de la finance, comme l'a été Pompidou 40 ans avant vous.

Devant une telle soumission à la finance, je ne peux qu'engager tout entrepreneur ou artisan français à déplacer son siège social en Pologne ou en Roumanie, ou l'impôt sur les sociétés est plafonné à 24%, voir même à ouvrir anonymement pour quelques dizaines d'€uros une entreprise au Delaware, et déclarer leur SARL comme une filiale de cette société écran ( http://www.montermonentreprise.com/etatsunis.html ). Ainsi, chaque artisan français pourrait se salarier au SMIC, et faire remonter tous les bénéfices de son entreprise sur les comptes de sa "maison mère" au Delaware, net d'impôts. Cela est aussi faisable pour les professions médicales, les cabinets d'avocats, la boulangerie du coin, etc.

Français, défendez-vous, ne soyez pas la brebis attachée au piquet, qui bêle jusqu'à ce que le loup la mange ! Ce qu'on le droit de faire les multinationales, le plus petit des artisans a le droit de la faire aussi. Monter une société écran anonymement prend moins de 15 minutes par internet... 

Vous pouvez, vous aussi, vous domicilier dans un pays européen ou l'IR est plafonné à 24%, et ou l'ISF n'existe pas (tiens, le Luxembourg en fait partie...), tout en continuant à habiter dans votre maison, devenue juridiquement "résidence secondaire".

Français, réagissez, arrêtez de pleurnicher et agissez. Monsieur Hollande vous a donné sa bénédiction pour vider la France de toute substance, en renommant Manuel VALLS. Profitez-en !

Gilles SONDEREGGER



8 réactions


  • Fergus Fergus 11 octobre 2014 09:59

    Bonjour, Gilles.

    « Vous pouvez, vous aussi, vous domicilier dans un pays européen ou l’IR est plafonné à 24%, et ou l’ISF n’existe pas (tiens, le Luxembourg en fait partie...), tout en continuant à habiter dans votre maison, devenue juridiquement »résidence secondaire« . »

    Non, ce n’est pas possible (sauf complicité de l’administration !), l’exilé fiscal devant résider au moins la moitié de l’année dans le pays de sa domiciliation fiscale. J’en profite pour rappeler que les joueurs de tennis français officiellement domiciliés en Suisse détournent cette obligation en imputant leurs temps de tournée à l’étranger sur leur temps de résidence en Suisse. Un comportement aussi choquant que scandaleux, en regard de la solidarité nationale, qui devrait leur valoir exclusion de l’Equipe de France.

    Un détail : c’est Arnaud Montebourg sans particule. Ce n’est pas parce qu’il se hausse très souvent du col que le Bourguignon est d’origine noble.

    Sur le fond, ce que vous demandez revient à mettre en place un gouvernement de gauche à peu près conforme aux engagements de Hollande. Or, ces engagements, à visée électorale, violaient les convictions profondes du candidat, foncièrement libéral. Le virage de janvier 2014 et l’appel à Valls s’inscrivent dans la logique des choses. En conséquence de quoi, vous n’avez malheureusement aucune chance d’être entendu.


    • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 16 octobre 2014 00:31

      Cher Fergus...


      Il se trouve que je réside en Suisse, à Montreux, et les boites aux lettre fiscales de 100 à 6000m2 habitables y pullulent, comme partout autours du lac Léman (en dehors de la rive française...).

      La plupart de ces habitants fantômes (ici, on parle de « lits froids ») ne prennent même pas la précaution de brancher un programmateur d’éclairage pour donner le change... Venez faire le tour du lac, en commençant à la frontière française côté Vesenaz, faites un tour dans le quartier des villas pharaoniques de Cologny, allez voir les plus beaux bâtiments à et autours de Montreux...c’est la bonne saison...à 20:00, il fait nuit, ça vous permettra de faire une évaluation du nombre de villas et appartements obscures à l’année...

      Prouver que M. Niel, marié avec la fille de Bernard Arnault, ne réside pas en Suisse la moitié de l’année ? Qui va s’y frotter ? Les administrations qui ont monnayé son « forfait fiscal »... ? Soyons sérieux ! Des milliers d’appartements et villas ne sont occupées par leur habitant déclaré que quelques jours par an, quelques semaines dans les meilleurs des cas. Ces propriétés sont en général « vivantes » en apparence, des bureaux de « Family Office » s’évertuant à donner le change à coup de voitures dans la cour, de gardiens, de paysagistes et autres peintres, de programmateurs électriques. Les boites aux lettres sont relevées par les même bureaux de « Family Office ».

      Il se dit qu’un bien immobilier en Suisse prend 30% de valeur par décennie...alors quand on parle de villas à 20 millions et plus, la plus-value couvre largement tous les petits frais que je vous énumérais auparavant. Bien sûr, on alpague un Johnny de temps en temps, pour faire bien...mais qui va aller voir si les actionnaires de Peugeot, Vinci, Somfy, Seb, Moulinex, Guerlain, Channel, Publicis, ABB, Ducros, Carrefour, Leader Price, Casino et les 5000 français disposant de plus de 500 millions de patrimoine et « domiciliés » en Suisse, y sont bien présents 6 mois par an ? Et quand bien même, juridiquement, cela ne tiendrait pas la route : ce sont pour la plupart des hommes d’affaires qui courent ou plutôt volent d’un jeton de présence à l’autre, d’un spectacle à l’autre, d’un tournage à l’autre, d’une course ou d’un tournois de tennis à l’autre, qui peuvent parfaitement justifier de leurs absences...pour autant qu’on le leur demande !

      Quant aux pays qui sortent à peine de la misère, comme la Roumanie ou la Pologne, ou un ministre gagne moins qu’un balayeur suisse, n’imaginez pas une seule seconde qu’ils empêcheront de nouveaux contribuables à s’installer sur leurs territoires.

      Le plus grand scandale de l’U.E. restant le Luxembourg, qui grouille de sociétés Off-Shore et de Holdings familiales ou non, et héberge plus de 800 milliards d’€uros d’entreprises et de ressortissants européens, principalement français et allemands.

      Les administrations, complices... ? Mais qui en doute ?

  • Garance 11 octobre 2014 13:58

    Fergus


     « Valoir l’exclusion de l’équipe de France.... » 

    Ce n’est pas demain la veille que que cela se fera

    Quand on voit la récupération politique du moindre « exploit » sportif français qui en est fait , ce depuis toujours

    Encore que sous ce gouvernement en manque de notoriété cela ai prit des dimensions insoupçonnées 

    A partir des quarts de finales internationales de n’importe quelle discipline un ministre socialiste est , télévisuellement parlant , à voir pour y glorifier , des trémolos dans la voix , les vertus du génie français 

    Ce qui m’arrache, n’en doutez pas , à chaque fois quelques larmes patriotiques



    • Fergus Fergus 11 octobre 2014 15:39

      Bonjour, Garance.

      Je suis d’accord avec vous. Cela dit, la récupération politique des exploits sportifs est pratiquée par tous les responsables de parti, quelle que soit leur couleur.


  • HELIOS HELIOS 11 octobre 2014 23:44

    Bien dit, Gilles !!!


    Hélas, votre message n’a aucun sens pour la majorité des français, qui ne savent pas ce qu’est le Bielderberg et encore moins que son dirigeant est français et que Valls et Macron en font partie.

    Quand a la loi Pompidou Giscard qui sait ce que ça veut dire encore ? personne ne sait même qui est responsable de la monnaie que nous utilisons actuellement : l’Euro ?

    Alors, tant que la presse en général ne sera pas libre et que quand on rentre le soir après 1 heure et demi de métro, train et autres bus puants a la maison pour se demander ce qu’il reste dans le frigo, que la seule distraction sont les séries américaines au point de s’imaginer que la loi américaine est aussi la loi française... se coucher et se lever encore fatigué pour recommencer une journée de galère, en baissant la tête tant la peur du chômage est pressante... comment voulez vous que votre message puisse passer auprès des français et que la classe politique que vous interpelez a travers le président se sente concernée ?

    30 a 40 ans de detricotage de notre société a tous les niveaux, de la petite enfance au bac... les jeunes qui sortent ne savent même pas ce qu’est une république.... mais auprès de la population active ou au quotidien et dans tous les domaines, la liberté est bafoué volontairement et scientifiquement... même au niveau des limitations de vitesses (pare exemple), calculées pour que vous soyez obligés de vous y soumettre...

    alors votre lettre, outre qu’elle ne sera ni lue, ni même évoquée nulle part... pensez, quand on s’assoit sur les élections et la volonté des électeurs peut on intéresser a un blog fut-il citoyen ?

    on ne voit pas vraiment comment s’en sortir, il faudrait que tous les représentants des citoyens, dans les assemblées mais aussi partout ailleurs, mairies, conseils régionaux et généraux, mais aussi a la tête des grandes entreprises soient persuadés qu’ils ne seront pas réélu, ni eux ni leur adversaire.... un rejet total, complet... un grand nettoyage... qui n’arrivera évidement pas.

    • oncle archibald 12 octobre 2014 19:25

      « Quand a la loi Pompidou Giscard qui sait ce que ça veut dire encore ? »

      A priori pas vous en tout cas.

       La loi Pompidou Giscard n’interdisait pas à l’Etat d’emprunter à la banque de France mais fixait un seuil maximum à ces emprunts. Au delà il fallait emprunter ailleurs. 

      C’était destiné à obliger l’état et les collectivités locales à réfléchir avant d’emprunter car si l’on peut se dispenser de rembourser l’état quand en même temps « l’état c’est moi », on est obligé d’honorer un contrat de droit privé. Le but ultime étant de freiner la tendance de« laisser tourner la planche à billets » et donc d’éviter une inflation trop importante.

      Si on est dans la merde c’est juste parce que nos dirigeants depuis environ trente ans n’ont pas hésité à passer outre, à emprunter aux banques privées pour financer leur réélection en laissant croire au peuple ébahi qu’on peut vivre à crédit sans aucune conséquence. Un enfant de CM2 normal comprend sans difficultés qu’emprunter pour payer les intérêts de l’emprunt précédente n’est pas une solution viable à long terme. Pas vous ?

  • oncle archibald 12 octobre 2014 19:17

    Utopie délirante ou carrément mensonges assumés ? Je vous cite : « Vous auriez pu exiger des multinationales françaises de payer leurs impôts en France, leur imposer une masse salariale minimale, afin de rétablir le droit au travail des français, à qui on avait tellement promis que l’automatisation ne prendrait pas leurs emplois, mais les rendraient plus faciles.Vous auriez pu mettre en place des taxes dissuasives sur le travail précaire (et surtout temporaire), qui permet de contourner toutes les lois et les conventions collectives, spolie les travailleurs français de leurs droit à l’intéressement, à la participation, à l’ancienneté, aux projet à long terme. »

    Imposer à une entreprise qui investit dans de la robotique de garder ses employés pour qu’ils regardent les robots faire le boulot à leur place ?? J’hésite entre une franche hilarité ou une totale consternation.

    Mettre des taxes sur le travail précaire et/ou temporaire ? Le travail au noir qui est déjà une industrie florissante en serait à coup sur le premier bénéficiaire. 

    Etes vous capable de comprendre que pour qu’une entreprise produise il faut d’abord qu’elle ait des commandes, c’est à dire que son produit soit achetable, sous entendu qu’on ne trouve pas en face la même chose à moitié prix, et ensuite que la production de ce produit puisse laisser un bénéfice à ceux qui prennent les risques. 

    Reflechissez un peu : pourquoi les SCOP ne rencontrent elles qu’un succès très mitigé alors qu’il s’agit de la façon de produire la plus équitable qui soit, les travailleurs sont en même temps les actionnaires et raflent les bénéfices s’il y en a … Oui tout est là. Il faut que les entreprises dégagent du bénéfice pour exister. Capito ?



    • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 16 octobre 2014 00:47

      Tonton Archie...


      Pensez-vous que ce soit par hasard qu’aucun gouvernement de France n’ait voté une loi imposant tout ressortissant français en France, comme il se fait si bien aux USA... ?

      Pensez-vous que Pompidou, ex-DG de la Banque De Rothschild, ait fait voter cette loi pour ne pas en faire profiter ses petits copains... ? 

      Que le France ne se porterait pas mieux sans les 50 milliards d’€uros d’intérêts qu’elle reverse aux banques privées... ?

      Pensez-vous que les exonérations fiscales quasi-totales dont bénéficient des dizaines multinationales, Total en tête, permettent à l’état de ne pas emprunter pour boucler les budgets.. ?

      Trouvez-vous acceptables, éthique et moral qu’un pays qui classe 3 banques dans les 10 premières mondiales, qui se classe 1er et 2ème mondiaux dans l’industrie du luxe (LVMH et PPR), qui se classe 1er mondial dans le ciment, dans l’assurance, se classe 2 fois dans les 10 plus grandes entreprises de Génie Civil (Bouygues et Vinci), devant les chinois, idem dans l’industrie cosmétique (L’Oréal), 3ème dans l’industrie alimentaire (Danone), l’industrie pharmaceutique (Sanofi-Pasteur) ou les produits pétroliers (Total), etc. etc. etc. n’arrive pas à encaisser assez d’impôts pour boucler ses budgets ???

      Archie, le monde a bien changé depuis les années 1970 !

Réagir