lundi 19 août 2019 - par Robin Guilloux

Lettre ouverte à M. François Asselineau, Président de l’UPR

 

Pourquoi j'ai adhéré à l'UPR, le mouvement fondé par François Asselineau - Le blog de Robin Guilloux

Né à Tunis le 29 janvier 1950, je suis depuis 1999 " Berruyer " d'adoption ; c'est-à-dire un habitant de la ville de Bourges. Titulaire du CAPES de Lettres modernes et d'une maîtrise de philoso...

http://lechatsurmonepaule.over-blog.fr/article-pourquoi-j-ai-adhere-au-mouvement-cree-par-francois-asselineau-117797926.html

Cher Monsieur,

Avant tout, je tiens à saluer votre courage et votre persévérance, ainsi que l'intérêt de vos analyses que je suis régulièment sur Internet.

Vous m'aviez nommé délégué départemental du Cher. Comme vous le savez, je suis en « stand by » (veuillez me pardonner cette vilaine expression franglaise) depuis les élections régionales de 2015 pour des raisons que j'ai expliquées, explications qui n'ont pas été appréciées par le bureau national, mais qui ne faisaient qu' exprimer le ressenti d'un militant de base sur le terrain : organisation et logistique défectueuse, manque d'instructions claires, isolement, etc.

J'avais également été un peu déçu à l'époque de la faiblesse des arguments de certains candidats de l'UPR aux élections régionales. La répétition du mantra : "l'Union européenne est responsable de tous nos maux." ne saurait suppléer l'ignorance des problèmes spécifiques qui se posent dans les régions, dans les départements et dans les villes françaises.

J'avais donc préféré donner un coup de main à une amie qui se présentait sur la liste de « Debout la France » de Nicolas Dupont-Aignan, Parti dont je partage certaines idées (notamment sur la privatisation des autoroutes), mais dont je ne suis pas adhérent.

Je passe sous silence, par ailleurs, les nombreux déboires que ma "profession de foi" de délégué départemental (lien ci-dessus) m'a apportés : accusation de non-respect de la laïcité à cause de la photo de la cathédrale de Bourges, appartenance à l'extrême-droite (ce qui est très amusant, si l'on peut dire, étant donné l'histoire de ma famille), refus de m'accorder des interviews pour mon blog, et encore récemment d'animer un café philo à Bourges au moment des élections européennes (l'association est proche des idées de la France insoumise à tout... sauf à l'Union européenne)... J'en passe et des pires. Mais on doit assumer les conséquences d'un engagement et je ne vous en fais pas le reproche.

Vous êtes effectivement le seul dans le paysage politique français à faire preuve de cohérence. Nicolas Dupont-Aignan, qui est proche à certains égards, de vos positions, critique, comme la plupart des hommes politiques français, l'Union européenne, mais ne veut pas en sortir, alors que vous démontrez, de façon, à mon avis convaincante, que la règle de l'unanimité des 28 Etats membres rend mathématiquement impossible l'existence d'une « autre Europe ».

Je voulais vous faire part des remarques suivantes sur mon expérience de militant. Elles ne sont pas destinées à porter tort au Parti que vous avez fondé, mais à essayer de vous faire sentir les difficultés que l'on peut rencontrer sur le terrain pour « convertir » certaines personnes aux idées défendues par l'UPR et faire peut-être ainsi avancer la réflexion : 

Vous avez ajouté dans ma profession de foi, des éléments que je n'y avais pas fait figurer, notamment le retrait de la France de l'OTAN et/ou du commandement intégré de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord.

En réalité, je n'ai pas d'opinion arrêtée sur cette question. En politique, il ne s'agit pas de choisir entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moins pire et il serait malhonnête de ma part de défendre au nom de la « discipline de Parti » une idée dont je ne suis pas entièrement convaincu.

Je comprends bien que l'appartenance à l'OTAN met la France sous la dépendance militaire des Etats-Unis (aspect négatif), mais elle présente, par ailleurs, des avantages (Je ne suis pas aussi certain que vous de la bienveillance de la Russie de M. Poutine : "Si vis pacem, para bellum.")

J'ai essayé, convaincu moi-même de la « force intrinsèque du vrai » de ralier une partie de mon entourage aux idées de l'UPR. Mon échec m'a confirmé la justesse des observations d'un certain nombre de penseurs depuis Platon sur le caractère non contraignant de la « vérité » ou de ce que l'on croit être telle et que l'on appelle les "convictions".

Mais je ne vous ferais pas l'injure de vous rappeler la distinction que fait Max Weber entre "éthique de conviction" et "éthique de responsabilité". Toute la question est de savoir, là encore, dans quelle mesure on peut concilier les deux.

La plupart des hommes se moquent de la « vérité », comme ils se moquent de la morale. En revanche, ils sont très attachés à leurs intérêts, mais sont fréquemment le jouet, y compris les plus "instruits", de l'opinion, de l'imagination et de la propagande. Je suis, comme je l'ai dit, vos conférences sur Internet et j'ai vu que vous aviez pris en compte cette donnée fondamentale à propos des électeurs « aisés » d'Emmanuel Macron : médecins, avocats, notaires, pharmaciens, cadres supérieurs...

Ceci dit,je suis moins d'accord avec le parallèle que vous établissez avec la célèbre citation du pasteur Martin Niemöller : "quand ils sont venus chercher les juifs..", même si cette citation est fréquemment utilsée pour dénoncer l'apathie politique en général.

Ceci dit, je doute que le peuple français dans son ensemble se lève comme un seul homme pour défendre les intérêts des notaires et des pharmaciens.

Certaines personnes avec lesquelles j'ai parlé, appartiennent aux classes aisées qui ont massivement voté pour Emmanuel Macron aux dernières élections présidentelles. D'autres aux classes moyennes ou populaires. 

La plupart m'ont écouté poliment, mais j'ai bien senti que « ça ne prenait pas », notamment la sortie de la France de l'euro, le « cœur du dispositif », selon M. Giscard d'Estaing et le retour au franc.

Les arguments concernant la construction européenne, la personnalité de ses fondateurs, Mrs. Jean Monet et Robert Schumann, le soutien actif des Etats-Unis à la construction européenne (création d'un glacis géopolitique face à l'URSS au moment de la guerre froide) ne prennent pas, ce qui montre bien, encore une fois, que non seulement la vérité des jugements, mais même la vérité des faits, aujourd'hui démontrée, n'est pas contraignante.

Mes interlocuteurs estiment, à tort ou à raison, que les motivations de Mrs. Jean Monnet, Robert Shumann et du gouvernement américain étaient légitimes, comme ils auraient soutenu le Plan Marshall que vous auriez probablement combattu à l'époque, comme l'a fait le Parti communiste français et Madame Lacroix-Riz, membre du P.C.F., que vous avez invitée dans le cadre de l'université d'été de l'UPR.

Il est vrai que le plan Marshall a resserré les liens de dépendance de la France vis-à-vis des Etats-Unis, mais a « en même temps » aidé un pays exsangue à se relever de ses ruines et à redémarrer une économie ravagée après la seconde guerre mondiale.

Le général de Gaulle a prudemment évité de se prononcer à ce sujet (corrigez-moi si je me trompe), lequel, en tout état de cause, n'était plus aux affaires au moment de la mise en place du plan Marshall et s'était retiré à Colombey jusqu'en 1958, date à laquelle il a été rappelé pour résoudre la crise algérienne.

L'argument « l'Europe nous protège de la guerre », évidemment discutable (confusion entre l'Europe et l'Union européenne, poids plus symbolique d'ailleurs que réel, de l'arme nucléaire détenue exclusivement pas la France et non par l'Allemagne) est presque impossible à contredire. Mais c'est peut-être moi qui ne suis pas un très bon « débatteur ! »

L'argument « La France est trop petite par rapport aux Etats-Unis à la Chine, à la Russie et aux pays émergents » revient sans cesse sur le tapis et les contre-exemples de la Suisse et de Singapour ne passent pas.

D'abord à cause du caractère « exotique » de Singapour dont on a entendu parler, mais que presque personne ne connaît et d'autre part à cause du cliché sur la Suisse, « coffre-fort » de l'Europe capable de se suffire à lui-même.

L'argument : « l'euro profite essentiellement à l'économie allemande » est pertinent, mais la conclusion (il faut sortir de l'euro) se heurte a des objections telles que : "sans l'euro, la crise de 2008 aurait eue des conséquences bien plus graves", ou encore, plus anecdotique : "sans l'euro, je n'aurais pas pu retirer de l'argent dimanche dernier dans un distributeur à Bonn, avec ma carte visa internationale".

Un militant de l'UPR m'avait répondu à l'époque qu'il fallait balayer l'argument de la "commodité touristique". Soit, mais « balayer » n'est pas convaincre.

Mon plus jeune fils qui fait ses études à Bruxelles n'a pas du tout envie que la France sorte de l'euro et j'ai renoncé à en reparler avec lui. Je fais partie des gens qui pensent qu'il y a des causes, la famille par exemple, qui sont plus importantes que la politique et je ne suis pas prêt à sacrifier la première à la seconde (mea culpa !).

Enfin, vous ne pouvez pas ôter de la tête des gens l'idée qu'une sortie de l'euro aurait des conséquences catastrophiques sur leur niveau de vie, leur épargne, etc. L'argumentaire de l'UPR à ce sujet a bien du mal à passer. Comment pouvez-vous être si sûr que tout se passera bien ?

L'UPR utilise comme argument l'article 50 du Traité qui permet à tout état membre de sortir de l'Union européenne et le fait que la Grande-Bretagne, à la suite d'un référendum a montré le chemin (le « Brexit »).

Comme disait Chesterton, il n'y a rien de plus incontestable qu'un fait, mais un fait n'est pas un argument.

Il est possible que la sortie de la Grande-Bretagne soit une bonne chose à long terme pour les Britanniques, mais mes interlocuteurs ont beau jeu de me parler avec un certain amusement de la crise institutionnelle qui sévit actuellement en G.B., du chat qui ne veut ni entrer dans la maison ni en sortir, de la probable indépendance de l'Ecosse qui, elle, demanderait à rester dans l'U.E., du fait qu'il faut renégocier les traités commerciaux un par un (il y en a des centaines !), de la délocalisation sur le continent des institutions financières de la City, etc.

En tout état de cause, chacun sait que la situation de la France n'est pas la même que celle de la Grande-Bretagne qui n'est pas un pays fondateur (c'est Georges Pompidou qui a fait entrer la G.B. Dans l'U.E.), qui a conservé la livre sterling et n'est pas non plus dans la zone Schengen.

Je trouve très intéressantes vos conférences sur l'Histoire de France. C'est vous qui m'avez appris la raison pour laquelle François Ier s'était allié à la « Sublime Porte » (la Turquie) et pourquoi la France n'avait pas participé à la bataille de Lépante, mais j'ai constaté que certains auditeurs trouvent ces conférences trop longues, trop répétitives et trop didactiques et ne voient pas le rapport avec la situation actuelle de la France.

Vous connaissez le jugement de Paul Valéry : « L'histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne rigoureusement rien car elle contient tout et donne des exemples de tout. »

Le rapprochement entre l'Histoire et la morale, surtout, par exemple, le fait que vous considériez les uns comme des « héros » (les opposants aux Romains) et les autres comme des traîtres (les « collabos » gaulois) frise l'anachronisme et on peut aussi vous répondre que les Romains ont apporté aux Gaulois (pardon à Astérix et Obélix !) leur savoir faire en matière d'architecture, d'urbanisme ou de droit. Bref, là encore, on ne refait pas l'histoire et les choses ne sont jamais simples.

Je me suis aperçu avec tristesse que beaucoup de mes interlocuteurs ne voyaient pas d'inconvénients majeurs à l'absorption de la France dans un Empire supra-national dominé par l'Allemagne et en dernière instance par les Etats-Unis d'Amérique et renonce à la maîtrise de son budget, de ses finances et de ses frontières.

Comment convaincre des gens qui confondent patriotisme avec nationalisme, souverainisme avec populisme, voire avec fascisme, que ce n'est pas dans leur intérêt ?

Que dire à ceux qui pensent (comme c'était le cas de Jacques Chirac qui l'avait jadis expliqué à la télévision à des jeunes gens rassemblés par sa fille) que les 7 milliards d'euros que la France verse aux "fonds structurels" (différence entre ce que l'on verse et ce que l'on reçoit) sont un "retour sur investissement", permettant aux pays comme l'Espagne, le Portugal ou l'Irlande de nous acheter nos produits ?

Que répondre à quelqu'un qui vous dit que l'Union européenne a été plutôt bénéfique pour des pays qui sortaient d'une dictature comme la Grèce, le Portugal ou l'Espagne ou des pays comme l'Irlande à qui l'Union européenne a apporté d'incontestables avantages économiques ?

Que leur dire, tant qu'une crise gravissime qui ébanlerait les fondements mêmes de la construction européenne et de l'euro n'aura pas lieu ?

Je n'ai pas à vous donner de conseils, mais je pense qu'il ne faut pas se contenter d'utiliser des arguments moraux, issus de la morale kantienne qui n'est pas dans la tradition française (Kant a les mains propres car il n'a pas de mains disait Péguy) ou historiques, mais qu'il faut également montrer que ce n'est ni dans l'intérêt de la France, ni dans le leur, de demeurer dans l'Union européenne.

En politique, il ne s'agit pas de choisir entre Kant (ou Paul Ricoeur) et Machiavel, mais de concilier les deux.

Comme le disait Victor Hugo dans son fameux discours de 1848 à l'assemblée nationale sur l'abolition de la misère : "Messieurs, songez-y, c'est l'anarchie qui ouvre les abîmes, mais c'est la misère qui les creuse. Vous avez fait des lois contre l'anarchie, faites maintenant des lois contre la misère !" (Sous entendu : « Si vous ne le faites pas par charité, faites-le par intérêt. »)

il y a une satisfaction intime de l'esprit à détenir ou plutôt à croire que l'on détient un code de compréhension universel qui permet d'échapper au doute. 

Cette tentation menace surtout ceux qui pensent beaucoup et qui souffrent de trop penser. C'est ainsi que nous avons connu dans un passé encore proche la grille de lecture marxiste avec l'application du schéma de la "lutte des classes" appliqué à n'importe quel problème moral, politique ou social, voire scientifique. Je me méfie désormais des grilles d'interprétation préfabriquées. 

Pour terminer, je voudrais vous libérer de vos éventuels scrupules vis-à-vis de ma situation à l'UPR dont je reste un sympathisant.

Vous pouvez attribuer à un autre mon mandat de délégué départemental du Cher car je ne peux pas, en conscience, continuer à assumer cette charge. 

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma respectueuse considération.

 



243 réactions


  • Lambert 19 août 2019 18:41

    A la lecture de votre lettre ouverte, je me demande bien ce que vous êtes allé faire à l’UPR. Quand on adhère à un parti, quel qu’il soit, il est impossible d’être d’accord avec lui sur tout. On choisit ce qui nous semble le plus important. Le problème principal pour l’UPR c’est l’Europe que même ceux qui sont acharnés à y rester, critiquent. Il faudrait quand même de temps en temps être conséquent avec soi-même.

    Votre fils fait des études à Bruxelles et est content de pouvoir retirer de l’argent avec sa carte bleue. Mais, monsieur, cela était déjà possible avant l’euro. La banque nous faisait payer une commission pour la transaction, mais ce n’était pas ruineux, surtout pour quelqu’un qui a les moyens de voyager !


    • doctorix doctorix 20 août 2019 09:51

      @Lambert
      Il y a même 170 pays dans le monde où on peut se promener sans même connaître la monnaie locale : c’est donc bien un faux problème.
      D’ailleurs, les monnaies (pièces et billets) sont en voie de disparition, nous dit-on, au profit exclusif de la CB. En attendant la gravure identitaire sur la main, ou sur le front, comme disait St Jean :
      Par ses manœuvres (la Bête), tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, 17 et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. .
      666 est à la fois le chiffre du diable (ou de « la Bête ») et le code de la banque mondiale.
      http://cible666.chez.com/666.html


    • Lambert 20 août 2019 10:52

      @doctorix

      Intéressant le rapprochement ! En allant sur le lien que vous donnez, on peut constater que les descendants du Mayflower sont friands de ce chiffre. Les ancêtres connaissaient la bible sur le bout des doigts et les descendants mettent la terre à feu et à sang. Il y a peut-être quelque chose qu’ils n’ont pas bien compris !


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 18:47

    L’auteur a découvert la puissance des médias qui lessivent le cerveau des Français depuis plus de 30 ans, mais l’ UPR n’y est pour rien !

    Sur le Brexit, après 3 ans d’enfumages par Thérésa May, les choses avancent :

    "Le Secrétaire d’État au Brexit vient de signer l’ordonnance de suppression de « l’Acte de Bruxelles » qui datait de 1972, ce qui met ainsi fin à toute loi européenne au Royaume-Uni.

    Le gouvernement britannique a promulgué la loi abrogeant l’Acte du Parlement de 1972 qui ratifiait l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’Union européenne (CEE) en 1972. La loi de 1972 était le dispositif législatif qui permettait aux règlements d’entrer dans le droit britannique directement en provenance des organes législatifs européens à Bruxelles."

    Dans quelques semaines, Macron va obéir à la Commission européenne, et mettre en chantier la réforme des retraites qui va permettre 5 milliards d’économie. L’entourage familial de l’auteur sera forcément concerné, cette fois.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 19:28

      @Fifi Brind_acier

      C’est surtout moi qui suis concerné par la baisse des retraites.

      Je me suis contenté d’expliquer les difficultés d’un militant de base de l’UPR sur le terrain, les objections auxquelles j’ai été constamment confronté, l’impopularité de certaines idées, mon isolement absolu : aucun adhérent n’a pris contact avec moi depuis ma nomination en tant que délégué départemental, alors que j’avais mis mes coordonnées et l’UPR ne me donne plus signe de vie depuis que j’ai eu le malheur de signaler le défaut d’organisation au moment des élections régionales.

      Comment voulez-vous qu’à moi tout seul j’aille chercher des tonnes d’affiches à la préfecture de Bourges ?...

      Donc je passe la main à quelqu’un d’autre qui saura certainement mieux faire.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 20:11

      @Robin Guilloux
      Je comprends tout à fait votre situation. Le fait que vous vous soyez retrouvé isolé me semble anormal, mais je n’en connais pas les causes.

      Avez-vous contacté le responsable de la Région Centre ?
      Avez-vous contacté les autres délégués départementaux de votre région ?
      Il doit y avoir des réunions de travail au niveau régional.
      Il existe aussi un responsable national pour le militantisme de terrain...


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:19

      @Fifi Brind_acier

      Bon, vous êtes la seule personne à me répondre de façon humaine et je vous en remercie. De toutes façons, c’est trop tard, mais merci quand même.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:25

      @Fifi Brind_acier

      Mais en imaginant que la France ne soit plus dans l’Union européenne ou qu’elle n’y ait jamais été, pensez-vous que nous puissions continuer ainsi sans réformer le système de retraites. Vous savez bien que c’est un problème avant tout démographique.


    • doctorix doctorix 19 août 2019 21:25

      @Robin Guilloux
      A l’intérieur de l’UE, on finira par vous proposer une retraite alignée, pourquoi pas sur la Pologne...Par le bas, en tous cas. Idem pour la sécu.
      Avec une indépendance, une baisse réelle du chomage par la sortie de l’Euro, vous aurez 1 à 2 millions de travailleurs en plus pour vous la payer, votre retraite.
      Et pas pour payer la retraite des slovènes.
      Pas charitable ? Depuis 30 ans on a donné l’équivalent de 2 à 300 milliards à l’UE, à fonds perdus.
      Charité bien ordonnée...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 21:30

      @Robin Guilloux
      Je vous réponds volontiers sur les retraites. Avant d’être un problème démographique, c’est un problème financier. Moins il y a d’actifs, moins il y a de cotisations qui rentrent. Plus le gouvernement fait des cadeaux aux entreprises, en supprimant ou diminuant les cotisations, plus de déficit des caisses de retraite se creuse. La réponse est de recréer de l’emploi, en sortant de l’ euro, et de cesser de faire de tels cadeaux aux entreprises.

      Voici deux documents sur la sortie de l’euro, vous voyez que je suis éclectique sur mes sources !
      Jacques Sapir ( économiste proche de la FI)

       Philippe Murer (économiste chez Philippot) 


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 21:33

      @Fifi Brind_acier

      Merci pour les liens.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 21:35

      @Fifi Brind_acier

      J’ai été voir sur le site. J’ai vu qu’on m’avait remplacé.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 21:51

      @Robin Guilloux
      J’ai vu qu’on m’avait remplacé


      Je crois que c’est le mieux pour l’instant, vous hésitez entre la FI, l’ UPR, Dupont Aignan et le Parti animaliste, il faut prendre des vacances, faire vos propres recherches et qui sait ce que l’avenir réserve, on se reverra peut-être !?
      Bonne chance pour la suite !


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 20 août 2019 00:55

      @Fifi Brind_acier

      Merci, à vous aussi !


    • covadonga*722 covadonga*722 20 août 2019 08:48

      @Fifi Brind_acier
      je vous présente des excuses , votre flot d’intervention ayant le don de m’énerver .
      Mais vous restez dans la pose « dialogue » , il serait peut être bon que dans votre 
      parti on réalise que cette attitude est plus payante , que des excommunications fratricides 
      compliments
      asinus


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 09:14

      @covadonga*722
      votre flot d’intervention ayant le don de m’énerver .


      Bonjour, personne ne vous oblige à lire mes commentaires, il y a des blogueurs qui ne m’intéressent pas, j’évite de perde du temps à lire leurs commentaires, sans pour autant être désagréable avec eux...
      Certains militants de l’ UPR en ont assez de se faire agresser, je comprends aussi qu’ils réagissent à ce genre de lettre ouverte de manière parfois agressive.


    • covadonga*722 covadonga*722 20 août 2019 10:15

      @Fifi Brind_acier
      personne ne vous oblige à lire mes commentaires,

      sauf que vous m’en adressez , nonobstant je réitères mes excuses .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 10:33

      @covadonga*722
      Bisous !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 11:21

      @Fifi Brind_acier

      La réponse est dans la tienne : « caisse des retraites ».

      Au départ c’est supposé être TOI qui finance TA retraite, et dans ce cas on se fout complètement du nombre d’actifs, ça c’est juste l’excuse foireuse qu’on donne pour ne pas avoir à t’expliquer que la caisse, on s’est barré avec depuis longtemps.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 12:05

      @Philippe Huysmans
      Au départ c’est supposé être TOI qui finance TA retraite,


      Meuh non, ce que vous décrivez ce sont les retraites par capitalisation.
      Dans le système de retraites par répartition, chaque génération d’actifs finance les retraites de ceux qui quittent la vie active. C’est là qu’entre en jeu le nombre d’actifs et les cotisations. « Différence entre capitalisation et répartition »


    • JL JL 20 août 2019 12:10

      @Fifi Brind_acier
       
       je reconnais Fifi que vous faites ici du bon travail.


    • JL JL 20 août 2019 12:57

      Fifi,
       
       je voulais dire : quelqu’un qui parle avec tant d’assurance, tel Philippe Huysmans ici, et qui sur ce sujet si grave et tant de fois discuté sur Agoravox fait encore une telle confusion n’est pas crédible..


    • JL JL 20 août 2019 13:00

      @Philippe Huysmans,
       
      la seule caisse avec laquelle on peut se barrer c’est la caisse par capitalisation.
       
       C’est là toute la différence, et elle est de taille !


    • HELIOS HELIOS 20 août 2019 16:24

      @Robin Guilloux

      ... le problème des retraite, comme celui de la secu, ne sont pas des problèmes démographiques.
      C’est un abus que de présenter le problème ainsi.

      Les mécanismes de solidarité qui president a la socialisation de la santé et la vieillesse sont basé sur une participation en fonction des revenus des citoyens.
      Cela étant ces mecanismes sont financés par une cotisation sur les revenus du travail... qui fut étendu a tous les autres revenus depuis la CSG (Contribution Sociale Généralisée)

      Où est l’abus ?

      Il est dans deux phenomènes connus, au détriment de tous les salairies et a l’avantage de tous ceux qui ont des revenus qui ne sont pas issus d’un salaire.

      1ere cause) l’ecrasement de l’echelle des salaires ( depuis 1994 la progression a cessé) et il y a de plus en plus de salaires se rapprochants du smic.... réduisant d’autant les cotisations versées... lorsque celles-ci ne sont pas gommées et soit disant compensées par l’etat.
      Comprenons bien, moins les salaires sont élévés, moins les cotisations alimentent les comptes sociaux.

      2eme cause) le chomage.... 3,5 millions de gens qui ne bossent pas, donc qui ne cotisent pas, cela fait un enorme trou dans l’alimentation de ces comptes sociaux, d’autant que souvent ils ont un besoin supplémentaire de soins ou bien partent en pré-retraite aggravant encore les comptes.
      Et si l’on regarde bien, il y a quasi 10 millions de personnes
      susceptibles de bosser et donc de cotiser qui ne le font pas, faute de revenus, faute de boulot... imaginez le trou dans les comptes.

      3eme cause) les largesses de l’état.... sont visés les entreprises, les assurances qui beneficient pour les unes d’allegement de « charges » qui même s’i ces largesses sont compenser la premiere année sont rapidement oubliée par l’étét...
      et pour les autres, d’un absence manifeste de responsabilité.... le moindre accident (pas que de voiture, mais de tout) devrait generer un remboursement des soins et des consequences aupres de la sécu par les compagnies d’assurance couvrant leur client.
      Or, rien n’est fait. le passage a l’hopital et les suites sont payées par la sécu et jamais refacturées aux assurances ou aux responsables dont l’état a sa part aussi.

      4eme cause) l’humanité de notre pays... on ne peut pas dire que cela soit mal, sauf que ce sont les salariés et les retraités qui payent cette solidarité forcée.
      Les soins prodigués au tier-monde, notament aux pays d’Afrique ne sont jamais, ou exceptionnellement recouvrés.... 1 milliard par an au maghreb et je n’ai pas les autres chiffres... et je ne parle pas des abus, par essence inchiffrables qui consistent a soigner quelqu’un qui n’a aucun droit avec une carte vitale de plein droit.
      Il faudrait une commission de contrôle chargée d’analyser les médications incompatibles chimiquement, temporellement etc... et une sanction pour les medecins complaisants.

      Et là, je ne parle que de ce qui est evidents et important en volume.
      Imaginez la sommes des « petits » défauts dans le système, notamment les versements de retraite a des gens décédés, des cotisations réduites ou « oublies » etc.

      Donc, en bref, si les entreprises payaient leurs salariés correctement et que le niveau de chomage soit acceptable (aux alentour de 4% soit 3 millions de sans emplois) le systeme solidaire mis en place il y a 70 ans serait encore viable. Mais le gateau est Hénorme et les banques, les assurances et tous les financiers lorgnent dessus pour s’accaparer de la machine a cash... un peu comme les autoroutes !

      Pourquoi croyez vous que Macron soit si pressé.....


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 16:46

      @JL
      L’erreur est humaine, j’en fais aussi parfois !


    • Yaurrick Yaurrick 20 août 2019 18:05

      @HELIOS
      N’oublions pas que le nombre d’actifs par retraités à fortement baissé en conséquence de l’augmentation de l’espérance de vie.

      https://www.fonction-publique.gouv.fr/fonction-publique/carriere-et-parcours-professionnel-94

      On arrive dans certains cas où la retraite est aussi longue que la période active.


    • foufouille foufouille 20 août 2019 18:21

      @Yaurrick
      c’est courant 40 ans de retraite en super bonne santé, bouffon.
      ton assurance de merde privée ne paye jamais et c’est certain.


    • JL JL 20 août 2019 18:55

      @Yaurrick
       
      si le nombre nombre d’actifs a baissé au regard des retraités, c’est parce que le taux de chômage a explosé.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 19:15

      Tatata jusqu’à la seconde guerre mondiale, en France, la retraite c’était par capitalisation d’où le NOM du machin, que d’ailleurs aujourd’hui nos politicaillons évitent soigneusement de prononcer.


    • JL JL 20 août 2019 19:27

      @Philippe Huysmans
       
       sophisme et mauvaise foi ? Ou ignorance crasse ?


    • Yaurrick Yaurrick 20 août 2019 19:46

      @foufouille
      Gardez vos insultes pour vous ; un salarié cotise environ 15% de son salaire superbrut , expliquez comment il va pouvoir vivre 40 ans même si on avait 4 actifs pour un retraité comme en 1950.

      @JL
      Le nombre de personnes du 3e et 4e âge a énormément augmenté, et représente près de 25% de la population. 


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 19:53

      @Philippe Huysmans
      Oui, c’était vrai jusqu’à la Libération, mais plus après 1945.
      Les grandes dates de la retraite en France.


    • JL JL 20 août 2019 20:03

      @Yaurrick
       
       les chômeurs pèsent deux fois sur la communauté nationale : d’une part ils ne paient pas d’impôts ; d’autre part ils émargent au titre des aides, allocations et autres subventions.
       
       Il faut considérer le rapport actifs non actifs, et parmi ces derniers, il n’est pas raisonnable de souhaiter une diminution du taux de personnes âgées ni d’envisager de les mettre au travail.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 20 août 2019 22:34

      @HELIOS

      Merci pour ces précisions. Elles ne font que confirmer la nécessité de faire fonctionner ses petites cellules grises, comme dit Hercule Poirot, mais Hastings est-il capable de comprendre ?


    • Yaurrick Yaurrick 20 août 2019 23:32

      @JL
      Ce que vous dites est juste ; reste à remettre les chômeurs au travail, mais combien de fois ai-je lu ici qu’être chômeur était préférable à être un travailleur pauvre.
      Mais cela n’est qu’une partie du problème.


    • JL JL 21 août 2019 08:12

      @Yaurrick
       
       remettre les chômeurs au travail ? Vous devriez savoir que tous les ans, leur nombre s’incrémentent de plusieurs dizaines de milliers de jeunes à la recherche d’un premier emploi.
       
      La solution n’est pas de remettre les chômeurs au travail mais de permettre à tout le monde de travailler.
       
      Hier le patronat a trahi sournoisement la classe ouvrière en délocalisant la production et donc ses profits. Aujourd’hui ce patronat devenu capitaliste achève notre industrie en important massivement des marchandises à bas coût et de piètre qualité qui ruinent nos dernières entreprises locales parce que la majorité des consommateurs en sont réduits à ne pouvoir acheter que ça.
       
      Le voilà dans toute sa noirceur votre libéralisme chéri dont vous fustigez à grand tapage ici, les conséquences.

       
      Vous prônez le non interventionnisme étatique ? Mais que ne dénoncez vous le CETA entre autres saloperies libérales, qui est interventionnisme supra-national en tant que boosteur d’importations diaboliques et de ruine du Trésor public, et ce.par le double fait que les rentrées fiscales diminuent et les subventions augmentent exponentiellement !!!
       
      Pour le plus grand profit de la finance internationale : le néolibéralisme est à votre storytelling libéral ce que le stalinisme était au socialisme.


    • Yaurrick Yaurrick 21 août 2019 17:53

      @JL
      Il existe des pays plus ouverts économiquement et qui exportent/importent plus que la France, et qui pourtant ne souffrent pas du chômage de masse comme nous, il y a donc des solutions.
      Vous ne croyez pas que nous sommes responsables de nos propres erreurs ? Et quelles sont donc les solutions que vous proposez ?
      La France, qu’on le veuille ou non, n’est plus qu’un élément dans l’économie mondiale ; de nombreux pays veulent aussi leur part du gâteau.


    • chantecler chantecler 21 août 2019 17:57

      @Yaurrick
      " de nombreux pays veulent aussi leur part du gâteau.

      "
      Et les libertariens y veillent .


    • foufouille foufouille 21 août 2019 18:08

      @Yaurrick

      c’est quel pays qui a zéro pauvre ? sans importer du travailleur pas cher .....


    • Yaurrick Yaurrick 21 août 2019 18:16

      @chantecler
      En quoi est-ce un problème que les autres pays veuillent s’enrichir ? Vous croyez que la richesse nous est définitivement acquise ?


    • chantecler chantecler 22 août 2019 13:52

      @Yaurrick
      Etes-vous payé à l’heure de sommeil, êtes vous humanoïde ou êtes-vous payé par certaines officines américaines  ?
      Allez dites moi la vérité !


    • Yaurrick Yaurrick 22 août 2019 16:54

      @chantecler
      Je ne vois pas le rapport.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 août 2019 10:36

      @JL
      Il est belge, peut-être qu’en Belgique, ils ont les retraites par capitalisation ?


  • cettegrenouilleci 19 août 2019 19:39

    Bonjour Robin Guilloux

    Le ciment de l’UPR, c’est sa charte.

    S’en écarter, prendre de la latitude au nom de ses convictions personnelles, tenir un discours mi-chèvre mi-chou, piétiner cavalièrement le B.A. BA de l’argumentaire de l’UPR au nom d’un pragmatisme de très mauvais aloi, c’est tendre une chaise estampillée UPR à votre interlocuteur, puis l’effacer du paysage au moment précis où il s’asseoit.

    Ce n’est pas , selon moi, une façon raisonnable de gagner la confiance et l’estime de votre interlocuteur, d’asseoir votre crédibilité et celle de l’UPR.

    Être accommodant avec des interlocutuers qui expriment des doutes, des réticences, de l’incompréhension, des objections sur les fondements mêmes de notre projet politique me semble être le moyen le plus sûr d’échouer.

    Je ne dis pas qu’on ne doit pas les écouter ni respecter leur façon d’envisager les choses.

    Nous devons développer nos analyses dans la clarté, rester clairs sur nos objectifs, rigoureux dans le développement de nos arguments, a fortiori quand on a accepté d’occuper un poste de responsabilité de l’UPR, ou que l’on a accepté dêtre l’un des candidats de l’UPR à quelque élection que ce ce soit.

    Quand nous discutons des faiblesses de l’UPR, (il y en a beaucoup, c’est normal et inévitable pour une organisation toute jeune, ayant des objectifs aussi ambitieux), des espaces dans lesquels elle doit progresser, nous devons veiller à le faire de façon constructive et ne pas donner à penser que nous pourrions jeter le bébé avec l’eau du bain.

    On ne grossira pas les rangs en transformant l’UPR en auberge espagnole.

    C’est l’inverse qui se produirait rapidement si la direction nationale ne veillait pas à la cohérence de la bataille politique de l’UPR.

    L’un des atouts de l’UPR, c’est son refus des contorsions politiciennes.

    Contrairement à tous les autres, y compris ceux que vous citez ( Dupont-Aignan, la France Insoumise), nous avons une position sur la nécessité de quitter au plus vite l’Union Européenne, l’euro et l’Otan, qui ne varie pas avec la lune, le calendrier, la météo, le rang social ou la qualité de nos interlocuteurs, l’espace géographique ou social dans lequel nous nous exprimons (y compris les réseaux sociaux), la malveillance ou la bienveillance -rarissime des médias à notre égard.

    Renoncer à cette cohérence, à cette rectitude, c’est faire de l’UPR un parti comme les autres... rejetés à juste titre de plus en plus massivement par nos concitoyens.

    Je ne mets pas en doute votre souci de bien faire et de faire progresser l’UPR, mais la méthode ne me paraît pas du tout appropriée.

    Votre article incitera, je l’espère, les militants de l’UPR à réfléchir aux difficultés spécifiques que vous évoquez, à étoffer et à peaufiner leurs arguments en conséquence.

    Bonne soirée à tous.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:07

      @cettegrenouilleci

      Les trotskistes (parti ultra minoritaire et qui plus est divisé en trois tendances distinctes) tenaient exactement le même discours que vous dans les années 70 et s’excommuniaient mutuellement. Chacun étant persuadé de détenir la vérité. Il ne s’agissait pas de l’Europe responsable de tous nos maux à l’époque, mais de la lutte des classes. De quel côté es-tu camarade ?

      Vous avez raison, je me suis trompé au départ, J’ai cru que l’on pouvait discuter, non. Il s’agit juste d’observer la Charte, le petit doigt sur la couture du pantalon, la charte où tout est dit, comme dans les dogmes de l’Eglise (et encore, je trouve qu’il y a un peu plus de liberté dans l’Eglise).

      J’ai demandé à être être relevé de mes responsabilités de délégué départemental et je ne suis plus adhérent de l’UPR n’ayant pas renouvelé ma cotisation. Voilà, vous aurez un hérétique en moins parmi vous. Qu’est-ce que je peux faire de plus ?

      ... Mais je n’aime pas du tout votre ton dogmatique et votre manière de me faire la morale. Je ne suis plus un gamin.

      Dernière chose : personne à l’UPR ne se demande pourquoi M.François Asselineau a fait un score aussi ridicule aux élections européennes. C’est à cause des médias ? C’est parce qu’ils n’ont pas lu la charte de l’UPR ? C’est parce que les Français sont tous des imbéciles ?

      Personnellement, j’ai voté pour le parti animaliste. J’ai trouvé que c’était encore le chien sur l’affiche qui avait la tête la plus sympathique.


    • leypanou 19 août 2019 20:16

      @Robin Guilloux
      Personnellement, j’ai voté pour le parti animaliste. J’ai trouvé que c’était encore le chien sur l’affiche qui avait la tête la plus sympathique 

       : on comprend maintenant pourquoi l’UPR a fait moins de voix que le parti animaliste qui n’a même pas été invité au débat d’avant élections si même des gens qui ont plus ou moins soutenu l’UPR vote pour autre chose.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 20:38

      @Robin Guilloux
      Pour être militant à l’ UPR, il faut faire un travail de recherche dans les analyses de l’ UPR, mais aussi en dehors. Si vous cliquez sur mon pseudo, et que vous lisiez mes commentaires sur Agoravox, vous verriez que je ne me contente pas des analyses de l’ UPR.

      Il faut se construire une culture personnelle, cela demande du temps, les analyses de l’ UPR sont confortées par toute une série de gens qui travaillent sur les mêmes sujets : la souveraineté, les Traités européens, la sortie de l’euro, et l’OTAN.

      L’UPR n’a pas le monopole sur ces sujets, l’UPR c’est le début d’une culture personnelle en dehors des sentiers battus, je regrette qu’il ne ce soit pas trouvé des militants pour répondre à vos question et vous l’expliquer...


    • doctorix doctorix 19 août 2019 20:40

      @Robin Guilloux
      J’ai cru que l’on pouvait discuter

      NDA et JLM ont cru aussi qu’on pouvait discuter.
      Ils le croient encore, ces cons...
      Sans une ligne de conduite stable et déterminée, on se met à ressembler aux autres, et on prête le flanc à la critique..
      Il faut sacrifier de petites choses (j’ai moi-même des doutes sur les vaccins et le réchauffisme, qui d’ailleurs ne sont pas de petites choses) pour s’unir sur l’essentiel.
      C’est une question de crédibilité.
      Donc pas question de remettre en doute les fondements : sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. C’est-à-dire rendre le pouvoir au peuple Français et lui permettre de décider de son avenir : ce dont nous privent intégralement l’UE et l’OTAN. Choisir notre ligne monétaire et nos choix budgétaire, ce dont nous prive l’Euro.
      Le reste, c’est de la querelle de boutiquiers, que nous laissons aux autres (ils adorent ça).


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:55

      @Fifi Brind_acier

      Non, personne ne m’a expliqué quoi que ce soit. On m’a dit qu’il fallait regarder les conférences ou les interventions de F.A. sur Internet, que c’était génial et qu’il avait les réponses à toutes les questions.

      Je l’ai fait et j’ai trouvé que ce qu’il disait, sans être forcément génial, sortait de l’ordinaire. Jai appris grâce à lui, des choses que j’ignorais sur la construction européenne, en particulier sur le rôle des Etats-Unis et j’ai eu envie de m’engager, Ce n’est que peu à peu que je me suis posé des questions, d’abord sur l’organisation qui m’a laissé dans l’isolement et ensuite sur les idées elles-mêmes.

      J’ai des doutes. Je ne suis pas un traître, je suis quelqu’un qui a des doutes. C’est tout... et qui ne les éprouvait pas au départ. Donc, par honnêteté, je préfère passer la main. Si j’ai choisi la méthode de la lettre ouverte, c’est que personne à l’UPR n’a pris la peine de me joindre depuis les élections régionales, soit pour me dire qu’on me virait, soit pour me dire qu’on allait me donner un coup de main. Ca se passe comme ça, en général, dans les autres partis politiques.

      J’aurais compris qu’on me vire, mais je ne comprends pas ce silence et je ne sais même pas s’il y a un délégué régional dans le Cher. C’est quand même le centre de la France, non ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 21:06

      @Robin Guilloux
      J’ai bien compris vos doutes, ça se soigne avec des recherches personnelles.
      Oui, il y a un délégué pour la région Centre. Il faut aller sur le site de l’ UPR, tout en bas de la page d’accueil, vous avez la liste de tous les responsables avec leur e.mail. Bien à vous.


    • cettegrenouilleci 19 août 2019 21:13

      @Robin Guilloux

      Merci pour vortre commentaire.

      Respecter la charte, ce n’est pas se tenir au garde à vous avec le petit doigt sur la couture du pantalon. C’est tout simplement respecter les termes du contrat auquel nous avons souscrit : mettre entre parenthèses ce qui nous divise et rassembler toutes nos forces pour redonner à la France une chance de survivre à la croisière infernale dans laquelle elle a été embarquée sous l’égide de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

      C’est la condition nécessaire -et non suffisante pour construire le rassemblement populaire majoritaire qui sera capable de rétablir et de faire respecter l’indépendance de la France et le droit de son peuple à décider lui-même de son destin.
      Je vois que pour vous, cette équation reste un un mystère ou même une aporie.

      En ce qui concerne les communistes, (c’est vrai aussi pour les trotskystes que vous citez/ Jean Dugenêt qui publie régulièrement d’éminentes contributions aux discussions sur les enjeux et les modalités du combat politique de l’UPR ne me démentira sans doute pas), travailler avec des partenaires qui viennent de tous les horizons politiques après avoir été trahis successivement et irrémédiablement par tous ceux en qui ils avaient cru pouvoir placer leur confiance, ça ne pose aucun problème, à partir du moment où la tâche que nous appliquons ensemble est acceptée et comprise par tous.

      A la libération, les communistes du PCF de l’époque (rien à voir avec le PCF eurocommuniste qui a apporté son concours à l’embrigadement de la France dans l’Union Européenne, l’euro et l’Otan), ont participé au gouvernement chargé d’opérer la reconstruction de l’économie, des institutions, des grands services publics du pays. Ils ont coopéré loyalement avec les autres formations politiques parce que les uns et les autres étaient réunis et tenus par un accord solide pour tourner le dos au cauchemar de la France soumise de Pétain et à l’écrasement sous la botte nazie de tout ce qui fait que la France est la France.

      La donne est certes un peu différente aujourd’hui. Mais elle est aussi dramatique qu’alors et requiert des réponses politiques aussi radicales et intransigeantes sur l’essentiel parce qu’il y va de la survie de la nation, ce qui -à la lecture de votre article ne semble pas vous préoccuper.

      Vous me trouvez dogmatique. Moi, je fais comme l’UPR, je dis qui je suis, je fais ce que je dis et je dis ce que je fais. Je ne cache pas mes insuffisances et je ne prends pas prétexte de ces dernières pour refuser de m’engager et ne pas apporter mon petit caillou à la construction du chemin qui conduira au rétablissement de l’indépendance de la France et, par exemple, à la sauvegarde et au rétablissement de nos services publics.

      Vous prétendez que je vous donne une leçon de morale.

      Mais, c’est vous qui interpellez les militants et les dirigeants de l’UPR d’une façon surprenante. Vous voulez bien nous interpeller, mais vous n’aimez pas être interpellé à votre tour.

      J’ignore quelle est la situation de l’UPR dans votre département. Le développement de l’organisation est inégal à travers tous les espaces du territoire national. A certains endroits, tout, ou presque, est à faire.
      Là où c’est le cas, encore plus qu’ailleurs, la capacité du délégué départemental à aller au devant des adhérents, à organiser le travail avec eux, à favoriser la coopération des uns avec les autres... est, autant que la détermination de chaque adhérent à faire grandir l’UPR, déterminante pour faire avancer les choses.

      Je reconnais que c’est une tâche difficile qui nécessite un véritable travail d’équipe qui a besoin de temps pour se mettre en place ; même s’il y a urgence...

      Ces choses là sont comprises par nos adhérents, par nos militants, par nos amis et par nos électeurs.

      Ils sont déterminés et patients.

      Ils n’attendent pas de nous des finasseries, des atermoiements, des accommodations face aux difficultés rencontrées. Ils attendent de nous la vérité, la cohérence, la rigueur dans les professions de foi comme dans l’organisation de la bataille pour la libération du pays, et pour la construction des outils appropriés pour y parvenir. L’UPR est l’un des plus précieux de ces outils.

      Bonne soirée.


    • chantecler chantecler 20 août 2019 07:02

      @Robin Guilloux
       smiley
      Un chine c’est fidèle rarement fanatique .


    • chantecler chantecler 20 août 2019 07:04

      @chantecler
      Un chien .
      En ce qui concerne la Chine j’ai pas envie d’en parler !
      Encore qu’il doit y avoir là bas beaucoup d’enragés .
      Je ne sais pas si le pitbul ou le berger allemand est côté.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 20 août 2019 08:58

      @chantecler

      Surement 20/20 sur l’album de la comtesse... Pouvez mettre en clair pour les autres, et un peu pour moi aussi que je vérifie si j’ai bon. smiley)


    • Attila Attila 20 août 2019 09:45

      @Fifi Brind_acier
      « Pour être militant à l’ UPR, il faut faire un travail de recherche dans les analyses de l’ UPR, mais aussi en dehors »
       . . .
      « Il faut se construire une culture personnelle, cela demande du temps »
       . . .
      « l’UPR c’est le début d’une culture personnelle en dehors des sentiers battus »
      Ben oui, c’est du boulot. Cela demande une dose de « professionnalisme ».
      Dans les partis politiques collabos, c’est plus facile : le baratin et la démagogie tiennent lieu de compétence.
      En plus de la mainmise des très riches cupides sur les médias, le lanceur d’alerte qui veut révéler la situation réelle se trouve face à une autre difficulté : l’effondrement intellectuel et moral de la majorité des français.
      Immaturité, confusion entre le rêve et la réalité, méconnaissance et incompréhension de la notion de preuve, etc. Rien qu’ici sur Agoravox les exemples sont nombreux.
      J’en ai eu la preuve en étant hébergé dans le même établissement à trente ans d’intervalle : il y a trente ans, les gens avaient une vie sociale, ils faisaient connaissance et s’organisaient spontanément des activités, ceux qui regardaient la télé étaient une minorité. Aujourd’hui, tout le monde se rue comme un seul homme pour se coller tout seul devant la télé

      .


    • samy Levrai samy Levrai 20 août 2019 10:47

      @Robin Guilloux
      Je me suis retrouvé dans la meme situation, a me taper tout seul le collage des affiches officielles sur un territoire énorme, tractage qui fait peur aux militants car notre image grace aux médias de masse est détestable ( extreme droite, conspirationistes,...) quand on ne nous mélange pas avec Cheminade...,etc.
      C’est notre chemin de croix, tout est contre nous et nos adversaires sont puissants et retords ( le parti unique euro atlantiste, même les toutous qui c’est normal ne comprennent rien à la politique...).
      Des périodes de découragement, d’impression de se battre seul contre tous pour lever un conditionnement multi décennale, nous devons tous les ressentir.
      Heureusement nous ne lâchons pas et reprenons notre oeuvre de libération nationale, encore et toujours, nous devons cela à nos anciens.
      Soit c’est la France qui gagne et l’UE disparait, soit c’est l’UE qui gagne et c’est la France qui disparait, quand on sait que tout ce qui est bien en France vient de la France, mon choix est fait, je résisterai .


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 11:27

      @cettegrenouilleci

      Qu’est-ce que vous proposez ? Le goulag, le peloton ?

      Le problème se voit à des kilomètres, l’UPR est un parti qui ne tolère strictement aucune discussion de ce qui est présenté comme une doctrine. Vous pouvez bien vous moquer des soviets, vous faites plus ou moins la même chose.

      Vous ne pouvez pas à la fois agréger des tendances diverses (centre, mais en réalité en provenance de tous les bords) et espérer que cela ne résultera pas en une base de militants avec des idées diverses et l’envie de le dire.

      Un parti fort et démocratique doit savoir accepter la critique.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 12:25

      @Philippe Huysmans
      La différence, c’est que les analyses de l’ UPR s’appuient sur des faits, et sont sourcées, pour un scientifique, vous devriez faire la différence !

      La preuve, c’est que les adversaires de l’ UPR ne présentent jamais d’exemple d’erreur, ils critiquent les personnalités, les affiches ou la longueur des vidéos qu’ils n’ont jamais regardées...

      Par exemple, l’ UPR dénonce la nocivité de l’euro. Mais que dit Robert Mundell, l’inventeur de l’euro ? La même chose que l’ UPR, c’est ballot !

      « Il est très difficile de licencier des travailleurs en Europe », se plaignit-il. Sa contre-attaque : l’euro. L’euro fera vraiment son travail quand la crise aura frappé. Le retrait du contrôle du gouvernement sur la monnaie empêchera alors l’utilisation des politiques monétaire et budgétaire keynésiennes par les vilains petits élus pour sortir une nation de la récession."

      « La discipline monétaire s’imposera aussi bien que la discipline budgétaire sur les politiciens. Et quand une crise arrivera, les nations économiquement désarmées n’auront plus comme solution que déréglementer le droit du travail, privatiser les entreprises d’Etat en masse, réduire les impôts et d’envoyer les États-providence en Europe dans les égouts. "


    • cettegrenouilleci 20 août 2019 13:12

      @Philippe Huysmans

      Bonjour

      Je ne suis pas un as du clavier.

      Je viens de laisser échapper je ne sais où la réponse que j’avais préparée (plus de 2 lignes, à mon habitude...)à votre commentaire.

      J’y reviendrai prochainement.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 20 août 2019 15:38

      @chantecler

      Pardon, je n’avais pas compris. J’ai cherché en vain la contrepèterie.Vous faites allusion, j’imagine, à l’affiche du parti animaliste... « Plus je connais les hommes,plus j’aime mon chien » smiley)


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 19:18

      @Fifi Brind_acier

      Je te parle d’accepter la critique, d’entendre les opinions, et tu me réponds « manifeste » comme d’autres m’auraient répondu « Le Livre ».

      Tu réalises à quel point c’est stérile ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 20:02

      @Philippe Huysmans
      Nous acceptons la critique quand elle est justifiée.
      Croire que l’ OTAN nous préserve des guerres et de conflits, c’est faux.
      La Yougoslavie, l’ Afghanistan, la Syrie, la Libye en sont les témoins.
      Sans parler du soutien aux néo nazis de Kiev et des troupes de l’ OTAN massées aux frontières de la Russie.

      Il existe plein de Partis politiques qui expliquent que l’ Europe, c’est la paix. Ceux qui croient cela n’ont qu’à y aller. L’UPR ne va pas changer ses analyses pour leur faire plaisir.


    • HELIOS HELIOS 21 août 2019 10:28

      @cettegrenouilleci

      ... Un peu tard pour vous répondre, vos argumentaires a l’appui... dans vos premières phrases de votre intervention :

      -Vous décrivez tout de suite ce qu’est le dogmatisme : on ne discute pas, même si on est pas d’accord et même si l’on a la preuve du contraire.... et vous savez, le dogme, hors considérations techniques (comme 2+2 font 4 et même dans ce cas) est inacceptable dans un contexte intelligent, c’est a dire humain, adaptatif, réfléchi etc !


    • cettegrenouilleci 21 août 2019 13:06

      @Philippe Huysmans

      « Un parti fort et démocratique doit savoir accepter la critique ».

      Certainement !

      Accepter la critique, ce n’est pas accepter de remettre en cause les termes du contrat auquel on a souscrit avec les intéressés.

      Si vous avez souscrit un contrat pour un voyage organisé précisant la destination, l’itinéraire et les modalités de transport prévus, vous n’êtes pas en droit, une fois embarqué dans cette croisière, d’exiger du pilote ou des autres passagers qu’on rediscute de la destination, du moyen de transport, ou de la durée du périple.

      En politique, si le projet auquel on a souscrit -en connaissance de cause prévoit de lutter pour rétablir l’indépendance de la nation, de rassembler nos concitoyens pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, on ne peut s’octroyer unilatéralement le droit d’occulter l’un ou l’autre de ces objectifs fondamentaux que ce soit par convenances personnelles ou parce que l’on s’est ravisé sur l’opportunité de la chose.

      Si l’on pense s’être trompé et que l’on souhaite choisir un autre cap, quelle qu’en soit la raison, on a le droit et le devoir de le dire. On a alors la faculté de sortir du contrat, de quitter l’organisation, de rejoindre un groupe politique qui soit plus conforme aux analyses et aux objectifs qui nous paraissent être les plus pertinents.

      L’UPR met des outils et des compétences à la disposition de nos concitoyens. Libre à eux de s’en saisir, ou pas, d’enrichir la caisse à outils, ou d’en chercher une autre sur le marché qui corresponde davantage à leur tempérament et à l’analyse qu’il font de la situation et des dispositions à prendre pour remédier à ce qui ne va pas.
      Mais on ne peut pas en même temps être le porte-parole d’un groupe politique et contester ou passer sous silence un pan essentiel de ses analyses et de ses objectifs.

      Nos concitoyens se sont, à leur corps défendant, habitués aux mensonges des politiciens de gauche et de droite, tous ayant soutenu ou cautionné l’enfermement de la France dans l’euro et dans l’Otan.

      L’UPR n’évolue pas dans ce registre là . La parole que porte l’UPR est une parole de vérité.

      Ce n’est pas une parole révélée, ce n’est pas une collection de chimères et d’attrappe-nigauds, ce n’est pas un énième stratagème de la bourgeoisie pour abrutir le peuple et entretenir sa soumission et son renoncement à défendre ses droits, à reconquérir les prérogatives et les libertés conquises et construites par nos aînés dans le giron de la nation, ce sont des informations sur des faits vérifiables, ce sont des analyses solides et approfondies, ce sont des solutions réelles, pragmatiques, réalistes, urgentes pour sortir notre pays de la catastrophe dans laquelle il s’enfonce.

      Ou bien nous réussissons, avec d’autres, à convaincre nos concitoyens de la pertinence de ces analyses et de ces propositions, de la nécessité pour notre peuple de se rassembler pour sauver le pays des périls qui menacent sa survie, de la nécessité de sortir le plus rapidement possible de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, ou la France qui faisait notre fierté sera détruite et notre peuple sera désarmé face aux rapaces de l’oligarchie mondialiste qui tire les ficelles des marionnettes qui font semblant de « gouverner ».

      Si l’on comprend cette approche, en ayant pris soin de vérifier soigneusement sa pertinence, on peut comprendre que les dirigeants et les militants de l’UPR aient le souci de défendre bec et ongles leur caisse à outils, de l’enrichir autant qu’ils le peuvent, de la mettre à la portée du plus grand nombre.

      C’est en effet l’une des clés les plus sûres pour la construction du grand rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour libérer la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      Car l’UE est tout sauf la maison des peuples, elle nous entraîne dans la récession économique et sociale et dans la guerre, dans la misère, l’humiliation et le déshonneur. Il est urgent, vital et impératif d’en sortir contrairement à ce que racontent les médias, le pouvoir et les politiciens européistes qui ne sont que les garde-chiourmes de cette prison, et des traîtres à la nation qui les a nourris et protégés.

      Pour ce qui me concerne, je ne me moque pas des soviets, au contraire.

      Les soviets, c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.

      C’est vrai pour l’UPR comme pour tous les autres partis politiques, on ne peut pas défendre une chose et son contraire.

      Les différences d’approche et d’analyses sur des questions très importantes existent à l’UPR mais n’empêchent pas et ne doivent pas empêcher les uns et les autres de se mettre d’accord et de coopérer pour le bien commun en se concentrant sur l’essentiel : le rassemblement du peuple pour la préservation des conditions de sa survie, pour la libération de la nation, pour sortir la France du piège diabolique de l’UER, de l’euro et de l’Otan.

      Pour le reste, pour tout le reste, qui n’est pas sans importance, les choses s’éclairciront en chemin.


    • cettegrenouilleci 21 août 2019 13:19

      @cettegrenouilleci

       correction dernières lignes :

      Les différences d’approches et d’analyses sur des questions très importantes existent à l’UPR mais n’empêchent pas et ne doivent pas empêcher les uns et les autres de se mettre d’accord et de coopérer pour le bien commun en se concentrant sur l’essentiel : le rassemblement du peuple pour la préservation des conditions de sa survie, pour la libération de la nation, pour sortir la France du piège diabolique de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      Pour le reste, pour tout le reste, les choses s’éclairciront en chemin.


    • cettegrenouilleci 21 août 2019 13:53

      @HELIOS

      Bonjour Hélios.

      Merci pour votre commentaire.

      Bien qu’il y ait encore beaucoup à dire, je pense avoir répondu pour l’essentiel à votre observation dans la réponse que je viens de faire à Philippe Huysmans qui m’a interpellé hier, comme vous le faites aujourd’hui, sur le prétendu dogmatisme de l’UPR, de François Asselineau, dont je serais moi aussi coupable, ou atteint.

      En gros, ce qu’on reproche à l’UPR, c’est de n’être pas un parti comme les autres, un club de menteurs, d’hypocrites, d’arrivistes prêts à tous les accommodements, à toutes les compromissions, à toutes les forfaitures et à toutes les trahisons.

      Même si nos sommes tout petits, on ne peut pas nous faire plier, on ne peut pas nous obliger à nous soumettre à l’idéologie dominante, au politiquement correct, aux injonctions de l’oligarchie qui nous demandent de nous suicider en appliquant les GOPE que Bruxelles nous crache chaque année à la figure, et dont nous expliquons patiemment et scrupuleusement le contenu et la portée à nos concitoyens.

      Si l’UPR était la secte dogmatique que le pouvoir, les médias et le choeur enjôleur des européistes de tous acabits dénoncent à tout-va, à l’unisson, avec beaucoup d’énergie, d’application, de complicités, tout ce monde là ne se soucierait guère de nous.

      Si tous ces tenants de la doxa s’entendent si bien pour tenter de damer le pion à l’UPR, c’est parce que François Asselineau et l’UPR braquent en permanence les projecteurs sur les périls qui menacent la nation et le peuple, sur les trahisons de la caste politicienne qui s’est laissé soudoyer et qui s’est mise au service des intérêts de l’oligarchie en méprisant les intérêts du peuple qu’elle a trahi.


    • HELIOS HELIOS 22 août 2019 00:16

      @cettegrenouilleci

      merci, merci... mais je me suis mal exprimé.
      Ce que je veux dire, et vous tentez d’en démontrer le contraire, c’est qu’un dogmatique (par extension une structure dogmatique) ne supporte pas la remise en cause et votre exemple sur l’élection en est la preuve.

      lorsque vous élisez un representant, il va representer tout le monde mais vous ne signez pas en bas de votre bulletin, la liste des réformes ou des mesures qu’il va prendre en votre nom.

      Donc, il doit -selon ses propres convictions- orienter les choix en tenant compte de ceux qui ne sont pas d’accord, y compris ceux qui ont voté pour lui.

      Ce représentant n’a pas l’approbation absolue et doit se garder de dicter (comme une dictature) ses choix a ceux qui ne les approuvent pas. Il peut évidement reussir a appliquer ce qu’il a souhaité, mais il n’y a pas d’argument en faveur d’une petite royauté le temps d’une mandature ou l’élu fait ce qu’il veut dans le cadre de ce qu’il a raconté pendant la campagne électorale.
      Pour reprendre votre exemple, une fois dans le bateau, oui on peut changer de chemin si celui qui est suivi ne convient pas...

      ... et, autre point de vue, oui, je soutiens une grande partie (pas la totalité évidement) des analyses faites par l’UPR, mais je n’approuve pas la démarche (la methode) pour arriver aux solutions expliquées par ces analyses... et par ailleurs, respectueux de moi-même je n’approuve pas les options d’exclusions en particulier je pense que toutes les forces allant dans la bonne direction doivent se joindre et non pas être rejetées pour telle ou telle raisons. c’est le dénominateur commun qui est interressant, pas les divergeances.


    • cettegrenouilleci 22 août 2019 11:09

      @HELIOS

      Bonjour Hélios.

      « C’est le dénominateur commun qui est intéressant, pas les divergences ».

      Le premier est important car il met en lumière l’intérêt objectif de coopérer pour atteindre un but recherché par les uns et par les autres.

      Les secondes le sont aussi parce qu’elles définissent les contours et les limites objectives de cette coopération. Elles mettent en lumière du même coup la nécessité de débattre pour éclairer ces divergences d’objectifs et de méthodes, débats qui permettent de défricher le chemin à parcourir pour régler les questions sur lesquelles on ne s’est pas encore mis d’accord et qu’il faudra pourtant trancher dans un sens ou dans un autre.

      Dans ce dernier cas de figure, si on n’arrive pas à se mettre d’accord sur les choix à effectuer, sur les décisions à prendre, sur la voie à suivre, le RIC, qui figurait déjà dans le programme de l’UPR bien avant l’apparition du mouvement des Gilets Jaunes, permettra au peuple saisi de tous les éléments de ces dossiers, informé honnêtement des enjeux qu’ils représentent, de dire à l’issue d’un débat honnête (un débat national si l’enjeu est national.../....) quelle voie il entend privilégier, quelle solution il choisit.

      Pour l’instant, ni l’UPR, ni la France Insoumise n’ont réussi à convaincre une majorité de nos concitoyens de leur confier la direction des affaires du pays pour solutionner les défis majeurs et urgents auxquels la nation est confrontée.

      A l’UPR, on estime qu’il n’est pas possible de solutionner les problèmes vitaux du pays sans rétablir d’abord l’indépendance de la nation, sans sortir d’abord la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan. Tout au long des cinq dernières décennies, à droite comme à gauche, toutes les forces politiques du pays qui prétendent le contraire, ont accédé les unes après les autres, ensemble ou séparément, à la direction des affaires, ou ont cautionné l’abandon de notre indépendance nationale et l’enfermement de la France dans l’UE, dans l’euro et dans l’Otan. Toutes ont échoué lamentablement et la situation du pays de cesse de se détériorer au fur et à mesure de l’application programmée des directives de l’UE (entre autres à travers les GOPE) visant à déréguler nos lois et nos institutions nationales, de façon à laisser le champ libre à l’oligarchie et aux grandes sociétés capitalistes. Doit-on se résoudre à l’aggravation permanente de l’exploitation des salariés et à l’assujettissement de la nation aux impératifs de « la mondialisation » (redéploiement sauvage et anarchique au niveau planétaire des outils de production et d’échange pour accélérer la course aux profits et concentration des trusts et du pouvoir économique, des décisions, entre les mains d’une caste de gangsters parasites dépourvus du moindre sens moral et de la moindre humanité).

      Allez savoir pourquoi, dans notre paysage politique national, les soi-disant écologistes sont les plus ardents soutiens de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, qui sont les vecteurs privilégiés de la mise en oeuvre de ces « choix de société » qui saccagent notre pays, notre économie, notre environnement, nos services publics, nos libertés. C’est juste une parenthèse qui n’est pas inopportune, sur une réalité qui a de quoi interpeller quand on s’intéresse aux scores des « champions » de l’écologie aux dernières élections du parlement européen. Les électeurs ont-ils réellement en mains les informations leur permettant de faire un choix éclairé ?...Quelle genre de démocratie est-ce qui conduit le peuple à voter pour ce qui le détruit ?

      Nos adversaires de gauche et de droite nous qualifient souvent de sectaires et de dogmatiques. Ils nous qualifiaient plutôt, il y a peu, de complotistes et de suppôts de l’extrême droite, et même pour certains, de roue de secours déguisée du pouvoir dont la politique est contestée de façon de plus en plus radicale par la population laborieuse et les forces vives de la société comme en témoigne le mouvement des Gilets Jaunes. Il y a , pour le pouvoir, péril en la demeure.Il ne faut pas chercher beaucoup plus loin l’acharnement des médias à censurer François Asselineau, l’UPR, les analyses qu’ils font des problèmes et les solutions qu’ils invitent nos concitoyens à soutenir.

      Avec ses tout petits moyens, l’UPR continue son travail militant, son travail de ré-information et d’éducation populaire, ses efforts pour rassembler l’immense majorité de nos concitoyens de toutes croyances, de tous horizons, de droite comme de gauche, afin de sauver ensemble la nation et le peuple des tentacules de la pieuvre qui les étrangle à mort : l’Union Européenne, l’euro et l’Otan.

      Un tel enjeu mérite qu’on ne ménage aucun effort pour rassembler toutes les forces qui sont prêtes à apporter leur concours à ce noble objectif de libérer la nation des vautours qui la déchirent.

      La FI et JLM proposent également de redresser la barre mais ne font pas du tout comme nous le lien entre la récession économique, la casse des avantages sociaux, des libertés individuelles, publiques, syndicales, des services publics, de nos institutions, de notre diplomatie .../... et notre enfermement dans l’UE,l’euro et l’Otan. Ils persistent aujourd’hui encore à vanter les mérites d’une « autre Europe » et affirment pouvoir changer les règles internes de l’UE en organisant, une fois au pouvoir, un chantage sur les autres membres de l’UE pour les obliger à se résoudre à ces transformations, à travers une posture d’insoumission aux différentes causes des traités qui ne conviennent pas à la France.

      Néanmoins, les dogmatiques et les sectaires que nous sommes accusé d’être ont adressé à de multiples reprises, à travers la voix de leur président, François Asselineau, à Jean Luc Mélenchon et à la France insoumise, des propositions de débattre publiquement de toutes ces questions, de ce qui nous rapproche et de nos différences d’approche et d’appréciation sur la façon de défendre au mieux les intérêts de la nation et du peuple français.

      Toutes ces propositions de discuter ensemble des problèmes du pays et des solutions à y apporter sont restées sans réponse....

      Qui reste enfermé dans sa tour ?

      Dans l’analyse concrète de la réalité concrète de l’enfermement de la France dans l’Union Européenne, l’euro et l’Otan, qui a une approche pragmatique n’éludant aucun aspect d’une réalité dérangeante et complexe ? Qui a une approche dogmatique ?

      Est-ce que le dogmatique, c’est juste celui qui ne partage pas l’avis politiquement correct autorisé par les grands médias aux ordres de l’oligarchie pro-UE ?

      Merci d’avoir eu la patience de me lire. Pas facile d’être concis sur des enjeux de cette nature.

      A une autre fois

      Bonne journée

      G.J.


  • doctorix doctorix 19 août 2019 19:52

    Avec des amis de l’UPR comme l’auteur, l’UPR n’a plus besoin d’ennemis. Vous avez une façon pernicieuse de démolir l’ouvrage en prétendant le défendre.

    Si vous ne savez pas défendre les idées de l’UPR, pourquoi y avoir voulu un poste de responsabilité ?

    Choisir NDA pour le remplacer montre bien que vous n’avez pas compris les enjeux.

    Je pourrais reprendre vos arguments un à un, mais ils n’ont rien d’original, et nous y avons souvent répondu. Je m’attarderai juste sur vos doutes quant à notre sécession de l’OTAN.

    Vous pensez que cet organisme va nous protéger en cas de conflit (et on pense à la Russie) ? Je pense au contraire que, de part leur appartenance à l’OTAN, les pays qui offrent des bases aux armées américaines seront en première ligne pour recevoir des coups.

    Et que tendre la main à la Russie, au contraire, nous en protègerait.

    Participer à l’activité belliqueuse des USA est le plus sur moyen d’en prendre plein la tronche.

    Pour protéger la France, comme les autres pays européens, il faut se débarrasser de l’OTAN, qui est comme une cible peinte sur leur dos.

    Plus globalement, l’appartenance à l’OTAN est une manifestation belliqueuse pure, face à un pays qui n’a aucune volonté d’expansion ni de domination (17,1 millions de km2 leur suffisent amplement), et ne nous protège en aucune façon : elle est juste un moyen de domination des USA sur nous, et de nous sur le reste du monde.

    Tout ce que nous ne voulons pas.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:31

      @doctorix

      Ce ne sont pas mes arguments, ce sont les arguments que les gens m’ont opposé. Je ne doute pas que vous ayez réponse à tout, Mais encore s’agit-il de convaincre. Vous pensez bien que j’ai hésité avant d’écrire et de publier cette lettre. Je savais bien que j’en ramasserais plein la figure.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 20:52

      @Robin Guilloux
      Ce ne sont pas mes arguments, ce sont les arguments que les gens m’ont opposé.

      Ce sont les arguments que les médias insufflent en permanence dans l’esprit des Français, pour leur faire peur et les décourager. Il est donc nécessaire d’avoir un argumentaire précis, mais ne comptez pas que cela suffise...

      Ne sont susceptibles de changement que ceux qui se posent des questions, et qui cherchent des réponses. Ou qui découvrent grâce à nous, une réalité qui les met en questionnement. Sinon, vous perdez votre temps. Il faut accepter cette réalité, la majorité des Français est conditionnée par 40 ans de média-mensonges.


    • doctorix doctorix 19 août 2019 20:54

      @Robin Guilloux
      ce sont les arguments que les gens m’ont opposé.

      Eh bien c’était à vous de les convaincre. Je sais, ce n’est pas facile, de remettre en question 60 ans d’erreurs et de mensonges, dont les gens ont pris l’habitude de les avaler. Encore moins facile de reconnaître qu’on s’est planté tout ce temps.
      Peut-être ne connaissiez-vous pas assez les dossiers...
      Parce qu’à tous les problèmes que vos interlocuteurs vous ont posé, il y avait effectivement de bonnes réponses à faire, qui devaient combler leur bon sens et leur raison, tout à la fois.
      Parce qu’au fond, ils le savent bien, tous, qu’on a raison. Mais ils s’agitent pour se convaincre du bien fondé de leurs choix passés (persuadés qu’ils sont qu’on leur a donné le choix), comme des loups pris au piège.
      Ils font semblant de croire qu’ils sont libres et ont fini par aimer leurs chaînes.
      Peut-être qu’ils ne méritent pas la liberté qu’on leur propose.
      Mais on la leur proposera quand même.


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 août 2019 20:59

      @doctorix

      Merci pour votre réponse ; je la trouve infiniment plus humaine que certaines autres. Je vous remercie de ne pas me renvoyer à la « Charte » et de ne pas me traiter de traître. 


    •  Adibou Adibou 19 août 2019 21:19

      @Robin Guilloux

      Il a plus l’habitude de qualifier ses contradicteurs de « troll » et de les censurer en leur empêchant de pouvoir répondre par banissement.
      Très démocratique et UPR approved smiley

      ps : très inefficace aussi car contre-productif..


    • covadonga*722 covadonga*722 20 août 2019 08:44

      @doctorix
      rhaaaa un vrai stalinien comme on en fait plus !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 11:28

      @doctorix

      Le problème c’est que comprendre tout ça est un cheminement personnel, long et fastidieux, on ne peut pas simplement « emballer » les gens comme si on leur vendait un smartphone.

      Ca vend pas...


    • files_walQer files_walQer 20 août 2019 20:37

      @doctorix

      « Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés. » Mark Twain

      Pour beaucoup quelques soient les arguments, ils refusent de les entendre.

      Dans son texte @Robin Gilloux dit bien que si certaine idées d’autres mouvement sont interessantes, c’est peine perdue puisque ces gens ne veulent pas sortir de l’UE. Il ne renie pas les priorités établies par les analyses justes de M. Asselineau et de l’UPR.

      Comme je le disais plus haut son texte bien écrit ne mérite aucune agressivité. C’est un retour d’expérience utile et intéressant qui fait prendre conscience aux adhérents ou sympathisants de l’UPR et aux autres que la propagande est puissante.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 22 août 2019 19:39

      @Robin Guilloux
      Bonjour,
      J’ai du mal à suivre votre démarche. Vous affirmez votre accord avec l’UPR mais les arguments qui vous sont opposés par vos interlocuteurs sur les choix de l’UPR vous gênent quand vous ne voyez pas bien comment y répondre. C’est alors que vous devenez ambigu car je ne comprends pas ce que vous en déduisez.
      Voulez vous changer une orientation que vous avez du mal à défendre ?
      Voulez vous plutôt qu’on vous aide à la défendre ?
      C’est d’autant plus incompréhensible que bien souvent les arguments qui vous sont opposés ne sont que des ressassées de l’intoxication des médias bien évidemment opposés au Frexit. La perspective du Frexit (idem pour le Brexit) est diabolisée. Alors, on vous explique que si on en sort ce sera une catastrophe. Quant à ne pas sortir de l’OTAN, c’est évidemment accepté non seulement la domination de Bruxelles (l’UE) mais bien delle des USA. Je rappelle que la procédure de sortie de l’OTAN consiste à écrire à Washington.
      Pour ma part, je me pose la question inverse surtout vis à vis des gilets jaunes qui se sont prononcés pour le RIC mais pas pour le Frexit. Il est difficile de demander à une assemblée des assemblées de se prononcer pour le Frexit car ils voient immédiatement une manœuvre de l’UPR visant à leur enlever leur indépendance. Il est fort possible que l’influence de la FI y soit pour quelque chose. Je propose pour ma part de revenir sur l’affirmation qu’on ne peut être que pour ou contre le Frexit car la triple sortie peut être divisée en trois questions séparées. Je proposerais bien de demander, dans un premier temps, aux gilets jaunes de se prononcer pour la sortie de l’OTAN.
      Je ne sais pas si je vais vous éclairer beaucoup car à défaut de répondre à vos préoccupations j’en viens à poser une question supplémentaire.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 août 2019 10:56

      @Jean Dugenêt
      Les médias ont une telle puissance de propagande qu’il faut s’adresser à ceux qui se posent des questions, les autres sont une perte de temps et d’énergie. Il faut accepter provisoirement cette réalité et ne pas se sentir frustré. J’exprime ce que j’ai à dire, ceux qui sont en recherche de réponses le prendront à leur compte, les autres peut-être plus tard...


    • cettegrenouilleci 25 août 2019 18:37

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour Fifi

      « J’exprime ce que j’ai à dire, ceux qui sont en recherche de réponses le prendront à leur compte, les autres peut-être plus tard... »

      Je pense que c’est effectivement une excellente façon de procéder. Pas de pertes de temps ni de discussions oiseuses, ni d’énervements inutiles à l’encontre de commentateurs de mauvaise foi ou mus par la seule volonté de nuire sans s’embarrasser de principes comme le respect des faits, la recherche de vérité, la courtoisie, le respect d’autrui.

      Avec ces derniers, on ne perd pas seulement son temps, on gaspille une énergie précieuse.


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 août 2019 20:14

    Pincemi et Pincemoi ^^

    sont dans une galère ...  smiley


  • Agafia Agafia 19 août 2019 20:15

    AAAAHHHHH !Asselineau ! ... ça faisait longtemps ! ça manquait ! ^^

    Avec un peu de chance, vous êtes assuré de faire péter le score des comm ! ^^


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 août 2019 20:34

      @Agafia

      Bof ...pour faire péter les scores sont que quatre ou cinq ...faut faire venir du monde et les idiots utiles ...ben sont utiles . Ça va radoter ferme.


    • Agafia Agafia 19 août 2019 20:37

      @Aita Pea Pea

      Ouaip mais 4 ou 5 fanatiques, ça en débite du mantra ^^ + quelques détracteurs de leur gourou et hop ! Y en a pour la nuit... ^^


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 août 2019 20:43

      @Agafia

      Pendant qu’ils se branlent la tête, dansons et occupons le bar...ce sont eux qui paient bien sûr.


    • Agafia Agafia 19 août 2019 20:47

      @Aita Pea Pea

       smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 19 août 2019 20:58

      @Agafia
      Asselineau en Russie :
      "À l’invitation de la ville fédérale de Sébastopol et avec l’accord du ministère russe des Affaires étrangères, j’ai entamé une visite officielle de plusieurs jours à Moscou et en Crimée pour le 70e anniversaire de la victoire contre les nazis."

      L’UPR en réunion de travail à la Douma de Sébastopol en Crimée.


    • doctorix doctorix 19 août 2019 21:00

      Je conseille vivement à l’auteur de virer les guignols qui s’expriment par onomatopées (deux lignes) : ils vont pourrir votre article.
      Il faut d’abord « signaler un abus », avec motif (parasitage par exemple), puis « bloquer ce commentateur » (sous votre logo).
      Faites vite, ils ont déja commencé et vont faire de votre article un torchon.


    • Agafia Agafia 19 août 2019 21:08

      @Fifi Brind_acier

      Tant mieux pour lui... J’espère qu’il a eu le temps de visiter la Crimée et profiter de la Mer Noire... 


    • Agafia Agafia 19 août 2019 21:11

      @doctorix

      Pas la peine Doctor X... Je vous laisse en paix... smiley


    •  Adibou Adibou 19 août 2019 21:22

      @doctorix

      Tout le monde ne partage pas votre sens très démocratique de la censure smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 10:38

      @Agafia
      Rassurez-vous, votre avis m’indiffère car vous ne proposez rien. Je me sers de votre amour de la Russie pour montrer aux lecteurs que l’ UPR ne fait pas dans la russophobie ambiante.


    • samy Levrai samy Levrai 20 août 2019 10:53

      @Agafia
      Tiens la russe blanche vient nous faire part de ses nouvelles fluctuations hormonales... c’est cool le ressenti, ça tient lieu de pensées politiques et ça évite de devoir réfléchir.


    • Agafia Agafia 20 août 2019 11:16

      @samy Levrai

      La politique ça m’emm**de... Du blabla pour occuper les pisse-vinaigre inactifs dans votre genre qui pensent maîtriser quelque chose avec leur bulletin de vote mais qui se font bouffer la laine sur le dos ...
      Et vos hormones à vous, elles fluctuent ? La prostate tout ça, ça baigne ? ^^
      Désolé, j’ai du boulot...
      Bonne journée smiley


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 20 août 2019 11:26

      @Agafia
      La politique emmerde tout le monde, sauf qu’elle s’occupe de tout le monde.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 20 août 2019 11:29

      @doctorix

      Je conseille à l’auteur de n’en rien faire : d’abord parce qu’il va se faire taxer d’être antidémocratique, et ensuite parce que ça sert à rien.

      Peut-être même le contraire en fait : plus de coms, plus d’interactions, et hop, on monte au palmarès.


    • Agafia Agafia 20 août 2019 11:37

      @Fifi Brind_acier

      Les politocs s’occupent avant tout de leurs petits et gros intérêts...

      Et puis votre avis m’indiffère chers Fifi & Brindacier ^^

      Bonne journée 


    • Robin Guilloux Robin Guilloux 20 août 2019 14:26

      @Philippe Huysmans

      Par principe, je suis contre la censure, sauf propos racistes, homophobes, etc. incitation au terrorisme, etc.


    • samy Levrai samy Levrai 20 août 2019 16:19

      @Agafia
      Je suis un actif et ma bite va bien, merci, comme tout le reste d’ailleurs... si tu ne t’intéresses pas à la politique, évite de passer pour une gourde en commentant des articles politiques.


    • Agafia Agafia 20 août 2019 16:39

      @samy Levrai

      Commencez par remballer votre tu et votre ton, on n’a pas élevé les cochons ensemble... Vous m’agressez, je réponds, ne vous en déplaise.... 
      (Et si la bite va bien, ce doit être la vésicule qui merde, vu l’excès de bile que vous bavez... ou bien des vers... ça se soigne tout ça...)


Réagir