jeudi 10 février 2011 - par Fatma Benmosbah

Lettre ouverte à Madame Michelle Alliot Marie, ministre des Affaires étrangères françaises

Le peuple tunisien a vécu ces dernières semaines un bouleversement historique, bouleversement d’autant plus marquant qu’il en a été le principal acteur.

Nous Tunisiens, avons pris notre destin en main et fait tomber la dictature mafieuse et sanguinaire qui gangrénait notre pays depuis vingt-trois longues, très longues années. Nous n’avons jamais douté de la justesse de notre combat et notre écrasante majorité, mue par l’implacable volonté d’obtenir que nos enfants puissent vivre fiers, libres et dignes, est déterminée à le mener jusqu’au bout. Notre chemin vers la Démocratie dans un état de droit est jonché de martyrs.

Nous rendons hommage aux plus courageux d’entre nous, qui ont osé s’exprimer haut et fort et qui ont été torturés dans les geôles de Ben Ali. Nous rendons hommage à ceux qui ont été encore plus loin en sacrifiant leur vie. Nous n’oublions pas de rendre également hommage à leurs familles.

 Avant le 14 janvier- date à laquelle, faut-il le rappeler, le malfrat sanguinaire qui usurpa le pouvoir dès 1987, prit la fuite-, en la patrie des Droits de l’homme, à laquelle nous sommes liés par l’histoire et la culture, pas une voix ne s’était élevée pour soutenir le peuple tunisien.

A postériori nous pouvons affirmer que ce silence fut une bonne chose : nul ne pourra affirmer que la révolution a été fomentée par la France ou une quelconque autre puissance étrangère. Le succès de cette Révolution nous ne le devons qu’à nous-mêmes. Nous seuls avons obligé Ben Ali à prendre la fuite comme le vulgaire criminel qu’il est et a toujours été. 

Nous sommes aussi conscients que la partie n’est pas encore totalement gagnée et que le chemin menant vers la construction d’une Tunisie libre et démocratique est long et semé d’embuches.

 Mais lorsqu’une voix s’éleva, en l’occurrence la vôtre, Madame la Ministre, I N C O M M E N S U R A B L E fut la consternation de peuple tunisien !

Surgit en France une polémique à propos de vos déclarations et de vos relations privées avec l’une des têtes de l’hydre Ben Ali. Nous avons écouté vos explications. Malheureusement, eElles étaient adressées exclusivement aux Français, pas un signe, pas un mot à l’adresse du peuple tunisien.

Au même moment, M. Ounaies, ministre tunisien des Affaires étrangères depuis quelques jours se rendait à Bruxelles, invité par Madame Ashton pour honorer la Tunisie. Aussitôt, vous l’invitez à Paris à seule fin de vous soutenir. M. Ounaïs accourt et vous comble. Si les Tunisiens n’ont pas, jusque là, pris le temps de s’exprimer au sujet de l’indécente proposition faite par vous-même avant la fuite de Ben Ai, c’est qu’ils ont eu plus urgent à faire. Il n’en demeure pas moins que le peuple tunisien a ressenti l’offense. Nous n’aurions peut-être pas relevé de sitôt, si M. Ounaïs, nommé ministre des Affaires étrangères au sein d’un gouvernement de transition, résultat de maints compromis, qui ne dispose que de quelques mois pour remettre en ordre l’administration du pays, n’avait entamé ce maigre temps imparti à se répandre en louanges obséquieuses à votre égard. M. Ounaïes devrait savoir qu’en démocratie, l’homme public, qui ne doit sa légitimité qu’au peuple, ne s’appartient plus et que l’expression de ses sentiments propres, qui ne reflètent en rien ceux du peuple tunisien, ne doivent pas faire l’objet des entretiens officiels et à plus forte raison au lendemain d’une révolution.

Sachez que les propos de votre homologue tunisien de quelques jours, lui ont valu un véritable soulèvement au sein de son propre ministère. Tous les fonctionnaires se sont mobilisés pour lui en interdire l’accès ! Le Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères du Royaume-Uni, en visite officielle en Tunisie a rencontré le Premier ministre et le ministre de la Planification et de la Coopération internationale mais point le ministre des Affaires étrangères.

Madame la Ministre, les Tunisiens auraient préféré que vous soyez la première à venir en Tunisie en visite officielle. Nous aurions voulu vous entendre exprimer vos regrets ou au moins la compréhension que vos propos aient pu nous choquer, nous Tunisiens. Vous seriez venue en Tunisie pour soutenir les aspirations démocratiques de la société civile, l’aider à consolider la liberté d’expression, la justice, la démocratisation des institutions. Gageons que ce déplacement aurait fait taire les polémiques vous concernant en France !

Or vous n’avez fait que nous offenser davantage en « convoquant » ce ministre qui, mal inspiré, accourt pour voler à votre secours en oubliant la responsabilité qu’il avait envers son peuple et ses martyrs.

Sachez enfin Madame la ministre qu’heureusement la qualité de la relation qui nous lie à la France est, ô combien, plus solide que cet éphémère épisode.

L. BENMOSBAH 



12 réactions


  • JL JL 10 février 2011 09:58

    Bonjour Fatma Benmosbah

    Votre lettre est belle et juste, mais permettez moi de remarquer que vous y traitez MAM avec beaucoup de respect. Or ce n’est qu’une petite fille prise le doigt dans le pot de confiture, et qui n’a rien trouvé de mieux que de dire qu’elle ne recommencerait plus.

    Salutations.


    • HELIOS HELIOS 10 février 2011 18:20

      Michele Alliot-Marie une petite fille ? Vous plaisantez, non ? c’est un etre roublard qui a travers de nombreuses manipulations a reussi a se retrouver dans le gouvernement de Sarkozy et forte de son impunité de grenouille gonflée s’est sentie suffisament forte pour ignorer le peuple Tunisien !

      Sa competence est tres limitée et je ne peux que vous rappeler sa derniere grande rouerie, lors des elections de 2007 où elle a été candidate pour dissuader une certain nombre d’autres impetrants a la fonction supreme et a offert ensuite sa place a Sarkozy en se retirant.


  • Gasty Gasty 10 février 2011 11:08

     Michèle Alliot-Marie a fait une offre pour une coopération policière au régime de l’ex-président tunisien, d’une coopération policière franco-tunisienne et accordé l’achat par la Tunisie de grenades lacrymogènes françaises.

    L’opposition française (socialistes, Verts et communistes) a réclamé sa démission après la révélation qu’elle avait bénéficié fin 2010, lors de vacances effectuées en Tunisie, du jet privé d’un ami homme d’affaires tunisien, présenté comme proche du clan Ben Ali, ce que la ministre a contesté.

    « Si je prends mes vacances parfois en Tunisie, c’est à mes frais, voyages et hôtels », a-t-elle assuré devant l’Assemblée nationale, soulignant à Canal+ avoir « le droit d’avoir des amis ».

    « Je n’ai pas pensé à mal », a précisé sur France 2 la ministre, en ajoutant qu’au vu de la « polémique » et « l’émotion » suscitées, elle ne referait pas un tel voyage dans ces conditions. « Je n’ai pas fait attention, probablement parce qu’il s’agissait d’amis », a-t-elle admis, en se disant « meurtrie de voir » ce dont elle est accusée.

    Votre lettre, je suis d’accord pour qu’elle lui soit balancer à travers la gu....le avec mépris. Mais elle n’est pas la seule méprisable actuellement en place dans le gouvernement.


  • le-Joker le-Joker 10 février 2011 11:36

    Il n’y a qu’un mot pour qualifier Alliot Marie : la Honte.

    Le reste est superflu.


  • brandon_de_la_discorde brandon 10 février 2011 12:48

    Fatma Benmosbah : si tu es tunisienne vivant en Tunisie (ce que j’ignore), tu te doutes bien qu’il n’est pas venu le temps des visites officielles de ministres ou de présidents étrangers.
    C’est encore un premier ministre désigné par Ben Ali qui est au pouvoir. Il n’a aucune légitimé !
    La Tunisie connaît encore des émeutes et de la désorganisation au niveau des services de sécurité. Et là tu verrais MAM faire une tournée en Tunisie ? pas sérieux
    Il vaut mieux laisser les Tunisiens s’organiser tous seuls comme des grands. Si des étrangers s’immiscent dans leurs affaires, ce sera toujours contre-productif.

    Les pays de l’Est ont fait leur révolution sans aide extérieure, et sans visite de ministre.

    Je suis persuadé que les Tunisiens se foutent royalement de MAM, c’est une affaire franco-française inintéressante et montée en épingle. Ils ont d’autres priorités.


    • Emmanuel Aguéra LeManu 10 février 2011 17:05

      @ mon ami Brandon... (on ne se quitte plus, ma parole !)

      Comme nous le disions précédemment, cher Brandon, il convient pour vous, l’habitué des séjours au Maghreb, de programmer vos prochaines vacances du côté de chez Fatma (qu’au passage, je profite pour saluer et dont je remercie la mesure). C’est bien le moins, vous en conviendrez avexc nous tous, que l’on puisse faire, après avoir nourri Ben Ali et son clan pendant des décennies.

      MAM, dites-vous... « une affaire franco/française »... hey Brandon ! La Tunisie c’est pas en France, c’est après la mer... Vite, la boussole !

      De toutes façons, 2 et 2 font 4 et c’est rarement une coïncidence... Ce voyage privé n’avait évidemment pour but principal que d’arranger un deal d’équipement policier et une petite phrase de justification à l’assemblée... hum... Raté !... Oh ça a failli marcher... Tout ça à cause du geste tragique et courageux d’un légumier aussi désespéré qu’imprévu...

      Alors, vous savez, une semaine de vacances ministérielles de plus ou de moins au frais du palais, la sentence ne sera jamais à la hauteur de celle qu’à) mon humble avis, méritent collectivement les plus éminents de nos politiciels.

      J’ajoute que je n’ai pas attendu les vaseuses explications de MAM, ni la chute de son bienfaiteur pour annoncer une couleur qui m’a sauté à la gueule dès que j’ai appris la saisie des armes de Roissy, juste après la charmante phrase de MAM à l’assemblée. Re-voici donc, pour les courageux, mon commentaire d’avant le pot-au-roses, c’est plus une première, mais c’était un bon scénario...

      Je vous souhaite, Fatma, force et courage, à vous et votre peuple.


  • Fatma Benmosbah 10 février 2011 17:24

    A Brandon

    Je suis Tunisienne et je vis en Tunisie.

    Je suis étonnée par cette affirmationque le temps n’est pas encore venue pour la révolution tunisienne pour recevoir des visites ? D’où vient alors le fait que le 8 février nous ayons reçu la visite du secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères du Royaume-Uni William Hague. . Cette visite s’inscrvaitt dans le cadre d’une tournée régionale pour aider au développement de sociétés démocratiques stables en Afrique du Nord.

    William Hague s’est entretenu avec le Premier Ministre Mohamed Ghannouchi et le Ministre de la Planification et de la Coopération Internationale Mohamed Nouri Jouini, et a déclaré que le Royaume-Uni allait collaborer avec les dirigeants tunisiens et la société civile pour mettre à profit la situation actuelle de changement.Comme vous pourrez le constarez point de rencontre avec notre Ministre des Affaires etrngères qui ne va sûrement pas tarder à disparaître tre de la scène politique.

    Au cours d’une conférence de presse, William Hague a déclaré que le Royaume-Uni soutient les aspirations démocratiques du peuple tunisien, leur volonté de développer économiquement leur pays et d’avoir un système politique plus ouvert. Le Royaume-Uni a décidé selon son secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères de débloquer 5 millions de livres (plus de 10 millions de dinars) consacrés aux projets de réformes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, dont une partie réservée à la Tunisie, pour consolider la liberté d’expression, la justice, la démocratisation des institutions et aider la société civile.


    Mme Alliot Marrie aurait été bien inspirée d’entreprendre une démarche similaire. Je connais bien ce peuple dont je fais partie. Sûr qu’il l’aurait huée à son arrivée mais il aurait fini par accepter ses excuses ( même les plus plates).

    Quant aux révolutions des pays de l’Est qui se sont faites sans soutien, pas si sûr. Il suffit de voir la logistique sur laquelle elles se sont appuyées. Quand les jeunes tunisiens inscrivaient leurs slogans sur des morceaux de carton de fortune, les drapeaux orange semblaient sortir d’une maison de confection haute couture.....


    • Emmanuel Aguéra LeManu 10 février 2011 18:16

      Tiens, bonjour Fatma.

      Vous ne tutoyez pas Brandon en retour : Vous êtes plus polie que lui.

      En tous cas, ne vous surprenez ni ne vous méprenez pas, Brandon s’est souvent rendu au Maghreb par le passé : il l’a dit par ailleurs (si vous avez du temps à perdre).
      Dieu seul sait pourquoi il ne veut plus...

      Peut-être qu’il vient d’y perdre des amis... D’ici qu’il aille à Djeddah, y’a pas loin...
      Mais il va répondre, il aime bien avoir raison, Brandon. Même qu’il aura surement encore plus raison que tout-à-l’heure.

      Excusez mon pays de recéler des MAM ou des Brandon... Vous savez il en existe encore, des Brandon, mais normalement, d’ici 2012, le problème devrait être réglé.
      Dans le cas contraire, j’espère que la jeune démocratie tunisienne m’accordera une carte de séjour.
      Je pourrais en avoir besoin au train où va la démocratie au pays des droits de l’homme...

      Respectueusement.


    • mick_038 mick_038 10 février 2011 23:18

      Mouais enfin, en ce moment c’est surtout le pays des droits du semi-homme


    • brandon_de_la_discorde brandon 11 février 2011 08:03

      Fatma,

      « Sûr qu’il l’aurait huée à son arrivée mais il aurait fini par accepter ses excuses  »
      « notre Ministre des Affaires etrngères ne va sûrement pas tarder à disparaître »
      avec ces 2 phrases, je ne vois vraiment pas ce qu’elle viendrait faire en ce moment en Tunisie.
      Des excuses de MAM ? mais de quoi ?

      LeManu, je sais que je suis que je suis ton idole. peut-être un jour tu auras la chance de me rencontrer. Tu voudrais être mon porte-parole ? Tu n’as pas les qualités requises, dégage !
      Je te confirme que le tutoiement est très mal poli.

    • Emmanuel Aguéra LeManu 11 février 2011 08:33

      De mieux en mieux, nous atteignons donc ici le summum de l’argumentation.
      T’es le dernier ou il y a d’autres candidats ?
      Simone ?


  • ddacoudre ddacoudre 10 février 2011 22:34

    bonjour fatma

    j’espère que tu l’as envoyé cette lettre. tous les pays occidentaux ont été mauvais sur le coup, et nous en particulier, et à priori plus que d’autres qui ont trouvé la force de leur hypocrisie j’espère que cela aidera les français à mettre un coup de balaie au prochaine élection.

    cordialement.


Réagir