samedi 15 juillet - par Laetice

Lettre ouverte du PACTE à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé

A l'attention de Madame Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé

Paris, le 03/07/2017

Madame la Ministre,

Comme suite à votre souhait, lors de votre déclaration publique du 16/06/2017, de rendre « obligatoire les onze vaccins » destinés aux enfants, « pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans », le Bureau politique du PACTE (Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Ethique) vous fait part de sa totale désapprobation.

En effet ce projet de vaccination forcée serait une véritable menace sur nos libertés individuelles et irait à l’encontre des règles minimales de sécurité sanitaire.

Deux questions principales en émanent :

- Qu’en est-il des accidents post-vaccinaux non ou mal répertoriés, ou des effets indésirables graves, ainsi que des procès intentés par les victimes ou leur famille ?

- Quel est l’impact à moyen et long terme d’une injection de 11 vaccins sur le système immunitaire immature de jeunes enfants ?

En revanche, nous souhaiterions :

- Que la France s’oriente vers la liberté de choix du modèle suédois, en accord avec la loi Kouchner du 4 mars 2002.

- Que la France puisse respecter la décision suivante : le 9 juillet 2002, la Cour Européenne des Droits de l'Homme a mentionné que la vaccination obligatoire, en tant que traitement médical non volontaire, constituait une ingérence dans le droit au respect de la vie privée et familiale garanti par l'article 8 de la Convention européenne.

- La transparence d’une recherche indépendante des laboratoires pharmaceutiques, avec une accessibilité des données épidémiologiques aux citoyens, mettant en œuvre une évaluation objective des besoins et de l’efficacité/toxicité de chaque vaccin.

- Une analyse scientifique indépendante et objective des risques médicaux liés aux différents types d’adjuvants, ainsi que la présence de nanoparticules déclarés ou pas, et des risques d’association de vaccins chez les nourrissons.

- Une meilleure prise en compte de la particularité des individus et de leur santé.

- Une réelle politique de prévention de santé dans le cadre d’une médecine intégrative, où médecine conventionnelle et pratiques traditionnelles se complètent et œuvrent ensemble à l'avantage des consultants.

- Une véritable recherche scientifique indépendante globale faisant le lien entre la santé et l’écologie/environnement de façon globale, ainsi qu’une accessibilité de ces données à tous les citoyens.

Aussi, nous nous permettons de vous rappeler la disparité des obligations vaccinales en Europe par le tableau ci-joint (source tableau : Le Figaro Santé du 12/01/2016. NB : l’Italie a depuis changé sa politique vaccinale à 12 vaccins obligatoires).

En conséquence, nous vous requérons par la présente et sous forme d’une lettre ouverte, pour le bien commun et à titre de précaution, de bien vouloir renoncer à votre projet.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre haute considération.

Le Bureau politique du PACTE.

http://www.parti-antispeciste.fr/

N.B. : copie adressée à Emmanuel Macron, Président de la République



19 réactions


  • JL JL 15 juillet 11:49

    Aucune vaccination ne devrait être imposée aussi longtemps que des études neutres financées par l’argent public n’auront pas établi que lesdites vaccinations sont inoffensives sur la santé.

     
    C’est une faute que de se fier aux seules études réalisées par les laboratoires ou des organismes qui leur sont liés d’une façon ou d’une autre : on appelle ça des conflits d’intérêts.
     
    Faire assumer par autrui les conséquences de ses propres (sales) conflits d’intérêts devrait être durement pénalisé.

  • devphil devphil 15 juillet 11:50

    Félicitations....

    Ces 11 vaccinations sont une aberration médicale et immunologique soutenu par les lobbys des vaccins.

    Philippe


  • cevennevive cevennevive 15 juillet 12:02

    Devant autant d’autorité « légale », d’impéritie, de dissimulation et d’imprécision, nous en arriverons à « vacciner » le carnet de santé plutôt que l’enfant.


    Et malheureusement, le DTpolio, très utile et que nous et nos enfants avons eu, (vaccins non cultivés sur aluminium à ce moment là) ne sera plus injecté parce qu’introuvable.

    Pour moi, c’est encore plus criminel.


  • foufouille foufouille 15 juillet 13:25

    - Une analyse scientifique indépendante et objective des risques médicaux liés aux différents types d’adjuvants, ainsi que la présence de nanoparticules déclarés ou pas, et des risques d’association de vaccins chez les nourrissons.

    fait depuis longtemps.

    - Une meilleure prise en compte de la particularité des individus et de leur santé.

    c’est très cher donc si tu peut payer .......

    - Une réelle politique de prévention de santé dans le cadre d’une médecine intégrative, où médecine conventionnelle et pratiques traditionnelles se complètent et œuvrent ensemble à l’avantage des consultants.

    impossible sinon il faut inclure la prière aussi efficace que le sorcier.

    - Une véritable recherche scientifique indépendante globale faisant le lien entre la santé et l’écologie/environnement de façon globale, ainsi qu’une accessibilité de ces données à tous les citoyens.

    fait aussi mais c’est trop compliqué pour toi manifestement.


    • Satournenkare Satournenkare 15 juillet 14:30

      @foufouille

      "- Une analyse scientifique indépendante et objective des risques médicaux liés aux différents types d’adjuvants, ainsi que la présence de nanoparticules déclarés ou pas, et des risques d’association de vaccins chez les nourrissons. fait depuis longtemps.« 
       »- Une véritable recherche scientifique indépendante globale faisant le lien entre la santé et l’écologie/environnement de façon globale, ainsi qu’une accessibilité de ces données à tous les citoyens.

      fait aussi"

      Si cela est vrai, pourquoi ne pas avoir mis de sources, elles seraient pourtant bienvenues pour étayer un tant soi peu vos affirmations, non ?.


    • foufouille foufouille 15 juillet 16:06

      @Satournenkare
      c’est uniquement du niveau proche du doctorat de médecine et la dernière fois que j’ai mis des liens, j’ai des réponses comme quoi c’était fauxcar non fourni par un escrolo ou un de vos dieux vivants.
      de plus, tout est testé comme les nitrates, etc mais rarement à grande échelle par manque cobaye.
       prends de l’homéopathie et tu auras quelques pour cent de chance de guérir comme avec la prière.
      dans certains cas comme les erreurs médicales ou les risques liés à une opération, il est plus difficile de trouver des chiffres fiables, reproductibles qui dépendent également beaucoup de l’état de santé du patient ce qui n’est pas prévisible.


    • Satournenkare Satournenkare 16 juillet 13:39

      @foufouille
      Y a des études mais on est trop stupide pour comprendre, c’est ça lol C’est pas gentil de nous prendre pour des cons et de présupposer de nos connaissances ou ignorances. Cela en dit long !
      Stupide ou pas, tout le monde peut déjà vérifier l’indépendance des dites études ( commanditaires, exécutants et financement ) et les résultats statistiques ( pour ca il vaut d ailleurs mieux être mathématicien que médecin ) Et les médecins qui ont un regard critiques sur cs études, c’est quoi leurs problèmes à eux ? Ils ont eu leur diplôme dans une pochettes surprise ? Ils n’ont pas le « niveau » pour comprendre les dites études ? Ils sont atteint d’une maladie virale contagieuse et l faut vite les vacciner ?

      En prenant de l’allopathie tu auras aussi quelques pour cent de chance de guérir comme avec la prière smiley De même qu’avec un placebo smiley Dommage d’ailleurs, que nous ne puissions pas comprendre, n’étant pas en dernière année de médecine, mais les dernières recherches et avancés en matière d’effets placebo et de l’importance de la relation patient/thérapeute sur efficacité d’une médicamentation amène les dits chercheurs à bien plus de modération dans leurs propos smiley

      Merci de reconnaître au passage que la médecine n’est pas une science exacte, loin de là : "il est plus difficile de trouver des chiffres fiables, reproductibles qui dépendent également beaucoup de l’état de santé du patient ce qui n’est pas prévisible."


  • njama njama 15 juillet 16:28

    l’Italie a depuis changé sa politique vaccinale à 12 vaccins obligatoires

    Cela vient d’être réduit à 10 vaccins, les vaccins contre le méningocoque B et C ayant été retirés de la liste. Ce qui ne change pas grand chose au problème, on est d’accord ... mais l’affaire n’est pas encore ficelée, le décret-loi du gouvernement italien n’a pas encore été validé ...

    Dispute à l’italienne autour du décret sur la vaccination obligatoire
    13/07/2017

    Pour entrer définitivement en vigueur, le décret gouvernemental sur la vaccination obligatoire pour l’inscription en collectivité des enfants vivant en Italie doit être approuvé par les deux chambres.

    Mais les pressions des lobbies pro et anti-vaccination sur les parlementaires rendent la discussion difficile. Le vote a déjà été repoussé à deux reprises, le quorum n’ayant pas été atteint car de nombreux députés ont décidé de sécher la séance. En ce qui concerne le dispositif sur lequel les parlementaires doivent se prononcer, plusieurs points importants inscrits dans le décret gouvernemental ont été assouplis en commission parlementaire en Santé et Services sociaux.

    10 vaccins au lieu de 12
    ...


    • njama njama 16 juillet 11:41

      Le cas de l’Italie doit-il inspirer le projet de loi du gouvernement français ?

      Question corruption médicale, l’Italie est loin d’être une référence comme le signale la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations (ALIS France) dans sa Lettre ouverte à Mme Agnès Buzyn du 16 juin 2017 :

      " Il nous semble impensable que la France suive l’exemple d’un pays dont un ancien ministre de la santé, Monsieur Francesco de Lorenzo (et nombre de ses collaborateurs), fut sévèrement condamné pour corruption de la part d’un laboratoire producteur de vaccins ; d’un pays dont l’indice de perception de la corruption élaboré par l’ONG Transparency International est l’un des plus catastrophiques d’Europe, alors que Suède et Allemagne font figure d’excellents élèves ; le nouveau gouvernement français, avec le louable projet de loi sur la moralisation de la vie publique, ne peut que s’inspirer de leur exemple.
       -------------------


    • njama njama 16 juillet 11:53

      Vaccination et corruption médicale organisée

      Vaccination contre l’hépatite B.
      En 1991, Francesco de Lorenzo, ministre italien de la santé, a touché de nombreux pots de vin de plusieurs laboratoires, dont Smithkline Beecham (aujourd’hui GlaxoSmithKline).
      Le président de ce laboratoire, qui fabrique le vaccin anti-hépatite B, a avoué avoir donné au ministre 600 millions de lires
      [300.000 €uros environ] quelques mois avant que ce dernier rende la vaccination obligatoire dans son pays.

      Francesco de Lorenzo a été inculpé et condamné à plusieurs années de prison ferme ainsi que Paolo Cirino Pomicino, ancien ministre du budget et le professeur Dulio Poggiolini, directeur de la Direction du médicament. Celui-ci avait été président de l’Ordre des médecins, mais aussi membre influent des instances européennes du Médicament.
      Plus d’une soixantaine d’autres membres tout puissants du ministère de la Santé ont également été condamnés pour diverses fautes graves que le Giornale per la protezione della salute (n° 6, mars 1998) qualifie de “pratiques mafieuses”.
      ---------------------------------
      La corruption gagne le domaine sanitaire
      Samedi, 3 Juillet, 1993
      L’Humanité

      L’ENQUETE sur la corruption vient de s’étendre au système sanitaire italien : quatre dirigeants de firmes pharmaceutiques (Ambrogio Secondi, Christiano Steigler, Sianpaolo Zambelleti, Claudio Cavazza, ce dernier étant en fuite) ont été frappés de mandats d’arrêt sous l’accusation d’avoir payé le secrétaire de l’ancien ministre de la Santé, Francesco De Lorenzo (libéral), pour « acheter » la hausse du prix de leurs produits. Une vingtaine de sociétés du secteur seraient concernées par ces trafics d’argent autour de la souffrance, cancer et SIDA notamment. Enfin, une enquête est ouverte par la magistrature napolitaine sur les circonstances de la mort soudaine, lundi, du doyen de la faculté de pharmacie de Naples, Antonio Vittoria, ami de l’ancien ministre.
      http://www.humanite.fr/node/59198


  • njama njama 15 juillet 16:38

    Idem en France, rien n’est joué pour l’instant concernant l’obligation vaccinale

    Les médias ont eu cette fâcheuse tendance à laisser accroire que l’affaire était scellée par l’autorité de la ministre, ou du gouvernement, ce qui n’honore pas leur travail de journalistes.

    L’obligation vaccinale dépend(ra) du vote de l’assemblée nationale, le Code de la santé publique Article L3111-1  ne donne pas à la ministre l’autorité à décréter par ordonnance ou par un arrêté ministériel une telle extension donc le projet de loi sera soumis au vote du Parlement ... en fin d’année d’après les médias.

    Le débat n’est donc pas fini, dernier round ? il faut mobiliser des députés contre ce projet de dictature sanitaire.

    Code de la santé publique Chapitre Ier : Vaccinations. Version en vigueur au 2 juillet 2017 Article L3111-1 En savoir plus sur cet article... Modifié par LOI n°2017-220 du 23 février 2017 - art. 4 (V)

    La politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d’immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute Autorité de santé.

    Un décret peut, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie de la population, les obligations prévues aux articles L. 3111-2 à L. 3111-4 et L. 3112-1.

    https://www.legifrance.gouv.fr ...


  • njama njama 15 juillet 16:44

    Le Professeur Joyeux est revenu sur les écrans radar. En résumé, d’après lui cette extension des obligations vaccinales à 11 valences, serait essentiellement pour se dérober à l’injonction du Conseil d’État de rétablir le vaccin DTP.
    le raisonnement est cohérent ... 

    LETTRE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE EMMANUEL MACRON AU MINISTRE D’ETAT NICOLAS HULOT A LA MINISTRE DE LA SANTÉ AGNÈS BUZYN RÉSISTANCE AUX 11 VACCINS OBLIGATOIRES Une obligation vaccinale « temporaire » insensée pour 5 à 10 ans

    « La ministre actuelle est pressée. Elle veut éviter, contourner la décision impérative du Conseil d’Etat qui lui impose de mettre en place dans les pharmacies de métropole et outre mer le fameux vaccin trivalent avant le 9 août 2017.
    Seule solution : faire voter en plein été une loi imposant les 11 vaccinations. »

    "Nous faire croire qu’il faut dix ans pour fabriquer le vaccin Trivalent contre Diphtérie-Tétanos-Polio, tel qu’il a déjà existé, sans Aluminium, c’est se moquer de nos enfants et de la Sagesse de la Loi en France."

    La décision du Conseil d’Etat doit être mise en œuvre.

    Comme le précise très justement Maître Jacqueline Bergel qui a obtenu la condamnation de la précédente ministre des affaires sociales et de la santé :

    « La décision du conseil d’État que vous devez, Madame la ministre, faire appliquer ainsi que vous enjoint le conseil d’État au nom des 2500 personnes doit trouver son application dans le délai de six mois qui expirera le 8 août 2017. »

    Mais sachez qu’est en préparation par Maître Bergel une demande d’exécution de la décision du Conseil d’Etat, sous astreinte de 15 € par personne et par jour de retard.

    https://professeur-joyeux.com/lettre-president-de-republique-emmanuel-macron-ministre-detat-nicolas-hulot-a-ministre-de-sante-agnes-buzyn-resistance-aux-11-vaccins-obligatoires-obligation-v/


  • njama njama 15 juillet 16:47

    des médecins généralistes sont opposés à l’obligation vaccinale

    L’extension à 11 vaccins contestée...

    « Une réponse simpliste et inadaptée »

    Car les avis divergent sur la question. Pour les universitaires du Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE), l’obligation vaccinale est une réponse « simpliste et inadaptée ». « Il n’y a aucun élément scientifique pour attester que cette mesure aboutisse à une meilleure protection notamment pour les enfants », écrivent-ils dans un communiqué de Presse

    Leur président, le Pr Vincent Renard, craint même que son caractère « autoritaire » renforce la défiance et la suspicion d’une partie croissante de la population. « Elle risque d’exposer les médecins généralistes et d’autres professionnels à des demandes nombreuses et non fondées d’exemption, voire de soi-disant contre-indications », pressent-il.

    source : http://www.whatsupdoc-lemag.fr/actualites-article.asp?id=21662


  • njama njama 15 juillet 16:54

    COMMUNIQUE DE PRESSE
    Vendredi 16 juin 2017
    Michèle RIVASI (députée européenne EELV, biologiste normalienne et agrégée, auteure de l’ouvrage Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir)

    11 VACCINS OBLIGATOIRES : DANS L’INTÉRÊT DE QUI ? NON A LA VACCINATION FORCÉE

    La Ministre de la santé Agnès Buzyn affirme ce matin dans un entretien au Parisien qu’elle envisage d’élargir l’obligation vaccinale pour les enfants la passant de 3 vaccins (DTP) à 11 en y ajoutant : Coqueluche - Rougeole - Oreillons - Rubéole - Hépatite B - Bactérie Haemophilus influenzae - Pneumocoque - Méningocoque C
     Or, pour certains de ces vaccins la balance bénéfice / risque est à réévaluer suite à l’enregistrement ou la minoration avérée de plusieurs effets secondaires.

     Par ailleurs, alors que la défiance des citoyens envers les vaccins est considérable suite à la multiplication des scandales sanitaires à répétition, la restauration de la confiance ne passe pas par l’infantilisation et le mépris des parents inquiets pour la santé et le système immunitaire de leurs enfants.

     D’autre part, on peut s’interroger sur le cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par une Ministre qui s’est toujours dit proche de l’industrie pharmaceutique et qui a même légitimé les conflits d’intérêts qui sont en partie à l’origine de la mise en péril de notre système de santé publique aujourd’hui.

     Comme nous l’avons écrit avec les Professeurs Philippe Even et Jacques Testart dans notre questionnaire d’interpellation des candidats à la présidentielle, nous souhaitons fonder les multivaccinations, l’âge d’administration des principaux vaccins et la recommandation vaccinale sur :

    1. Les données épidémiologiques nationales évaluant objectivement les besoins de chaque vaccination ;
    2. L’efficacité devrait être jugée non sur les seules réponses anticorps immédiates, mais sur les réponses cliniques et les résultats épidémiologiques (une réponse anticorps peut être inefficace et une réponse de l’immunité cellulaire peut être nécessaire).
    3. L’analyse objective recensée et démontrée des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d’adjuvants.
    4. Recenser la présence de nanoparticules métalliques non déclarées et en particulier de mercure, dans les vaccins ;
    5. L’étude des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons soumis de façon croissante à plusieurs vaccinations simultanées, alors que les réponses de leur système immunitaire ne sont peut-être pas matures et sont encore mal connues à cet âge.
    6. L’âge de la nécessité vaccinale (le tétanos du nourrisson reste à prouver et la vaccination contre l’hépatite B n’est peut-être pas nécessaire à cet âge, puisqu’il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible).
    7. L’analyse de l’utilité d’associer chez le nourrisson des vaccins multivalents, les uns utiles (DTP) et d’autres qui le sont moins (oreillons, rubéole) ou d’efficacité mal démontrée et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires (BCG et même vaccination antigrippale, souvent inefficace, et qui, quand elle est efficace, n’est utile que chez le jeune enfant et les plus de 65 ans et semble ne pas ou guère réduire les risques collectifs).

    Toute précipitation de la Ministre sur ce terrain sensible des vaccins chez l’enfant serait une erreur. Il faut convaincre plutôt que contraindre.

    http://www.michele-rivasi.eu/a-la-une/11-vaccins-obligatoires-dans-linteret-de-qui-non-a-la-vaccination-forcee/


  • Le421 Le421 16 juillet 08:50

    Ils feraient mieux de rendre obligatoire les vaccins contre la connerie et la cupidité...

    Toujours et encore, se poser la question.

    A qui profite le « crime » ??


    • Allexandre 16 juillet 17:51

      @Le421
      Il faudrait demander à la ministre quelle est la politique israélienne en la matière !! Simple question !!!


    • njama njama 16 juillet 22:38

      @Allexandre

      les 11 valences avant 2 ans représentent 10 injections ...

      ceci dit ça doit lui faire ni chaud ni froid à Mme Buzyn, question de culture, 10 piqûres sur des nourrissons c’est pas grand chose, c’est juste bénin par rapport à des circoncisions ...


    • njama njama 16 juillet 22:46

      @Allexandre

      « Ils nous disaient qu’il s’agissait d’un vaccin »
       
      Quand Israël impose la contraception à ses Éthiopiennes
      Le ministère israélien de la Santé a admis avoir pratiqué des injections d’un agent contraceptif aux Juives falashas immigrées. À leur insu.

      Trente-cinq immigrées éthiopiennes y affirment avoir été forcées d’accepter, il y a huit ans, une injection de Depo-Provera, un agent contraceptif de longue durée, au risque de ne pas être autorisées à pénétrer sur le territoire israélien. « Ils nous disaient qu’il s’agissait d’un vaccin », raconte une femme interrogée par la journaliste Gal Gabbay, rapporte dimanche le quotidien israélien Haaretz.
      http://www.lepoint.fr/monde/quand-israel-force-ses-ethiopiennes-a-la-contraception-30-01-2013-1622050_24.php

      Les terribles expérimentations du jeune Etat israélien
      Juste après la création de l’Etat d’Israël, des milliers d’enfants yéménites ont été enlevés à leur famille. Certains ont servi de cobayes humains

      https://www.letemps.ch/monde/2017/07/16/terribles-experimentations-jeune-israelien


Réagir