mardi 2 janvier 2018 - par jaja

Liberté pour Ahed !

JPEG

Ahed tamimi, jeune fille palestinienne de 16 ans, emprisonnée pour avoir giflé un soldat israélien, a reçu une lettre magnifique envoyée par son père Bassem. Son procès est reporté de huit jours et Ahed est soumise à de rudes conditions d'enfermement visant à la briser psychologiquement avant son passage devant la justice coloniale israélienne.

 

L'écrivain israélien Gidéon Levy pose la question de savoir ce que vous auriez fait à la place du père d'Ahed, si des soldats d'une armée d'occupation étrangère avaient envahi la nuit votre domicile, sorti votre enfant du lit devant vos yeux, tout en la menottant avant de l'arrêter pour une période indéterminée, elle qui a giflé un soldat qui a envahi son pays, soldat représentant une occupation qui mérite bien plus que des claques.

Il est grand temps que le monde soutienne la lutte des Palestiniens pour leurs droits et leur dignité. Il faut mettre fin au colonialisme de peuplement et à l’apartheid israélien grâce à la résistance populaire et au mouvement international de Boycott – Désinvestissement -Sanctions.

 

La lettre du père à sa fille :

« Ma fille, ce sont des larmes de lutte

Cette nuit aussi, comme toutes les nuits depuis que des dizaines de soldats ont envahi notre maison au milieu de la nuit, mon épouse Nariman, ma fille de 16 ans Ahed, et Nur, la cousine d’Ahed, vont la passer derrière les barreaux. Même si c’est la première arrestation d’Ahed, vos prisons ne lui sont pas inconnues. Ma fille a passé sa vie entière sous l’ombre pesante de la prison israélienne - depuis mes longues incarcérations pendant son enfance, aux arrestations répétées de sa mère, à celles de son frère et de ses amis, en passant par la menace implicite que représente la présence permanente de vos soldats dans nos vies. Son arrestation était donc juste une question de temps. Une tragédie inévitable qui nous guettait.

Il y a plusieurs mois, lors d’un voyage en Afrique du Sud, nous avons projeté en public une vidéo documentant la lutte de notre village, Nabi Saleh, contre la domination d’Israël qui nous est imposée. Quand la lumière est revenue, Ahed s’est levée pour remercier les gens de leur soutien. Après avoir remarqué que certains dans l’assistance avaient les larmes aux yeux, elle leur a dit ceci : « Nous sommes peut-être victimes du régime israélien, mais nous sommes aussi fiers de notre choix de lutter pour notre cause, malgré le coût que l’on sait. Nous savions où ce chemin nous conduirait, mais notre identité, en tant que peuple et en tant que personnes, est ancrée dans la lutte, et elle en tire son inspiration. Au-delà de la souffrance et de l’oppression quotidiennes des prisonniers, des blessés et des tués, nous connaissons aussi le pouvoir immense qui nous vient de notre appartenance à un mouvement de résistance ; le dévouement, l’amour, les petits moments sublimes qui viennent de notre choix de briser les murs invisibles de la passivité.

« Je ne veux pas être perçue comme une victime, et je n’accorderai pas à leurs actions le pouvoir de définir qui je suis, et ce que je serai. J’ai choisi de décider par moi-même comment vous me verrez. Nous ne voulons pas que vous nous souteniez à cause de quelques larmes photogéniques, mais parce que nous avons fait le choix de la lutte et que notre lutte est juste. C’est la seule façon de pouvoir arrêter de pleurer un jour ».

Des mois après ces faits en Afrique du Sud, quand elle a défié ces soldats armés de la tête aux pieds, ce n’était pas une colère soudaine devant les graves blessures que Mohammed Tamimi, 15 ans, avait reçues juste avant, à seulement quelques mètres, qui l’aurait motivée. Ce n’était pas davantage la provocation de ces soldats pénétrant dans notre maison. Non. Ces soldats, ou d’autres, identiques dans leur action et leur rôle, sont des indésirables et des intrus dans notre maison depuis qu’Ahed est née. Non. Elle s’est tenue là, devant eux, parce que c’est notre chemin, parce que la liberté n’est pas donnée comme une aumône, et parce qu’en dépit de son coût élevé, nous sommes prêts à la payer.

Ma fille a juste 16 ans. Dans un autre monde, dans votre monde, sa vie serait complètement différente. Dans notre monde, Ahed est une représentante d’une nouvelle génération de notre peuple, de jeunes combattants pour la liberté. Cette génération doit mener sa lutte sur deux fronts. D’un côté, ils ont le devoir, bien sûr, de poursuivre le défi et le combat contre le colonialisme israélien dans lequel ils sont nés, jusqu’au jour de son effondrement. De l’autre, ils doivent affronter avec hardiesse la stagnation et la dégradation politiques qui se sont répandues parmi nous. Ils doivent devenir l’artère vivante qui fera revivre notre révolution, et qui la sortira de la mort entraînée par une culture croissante d’une passivité inhérente à des décennies d’inactivité politique.

Ahed est l’une de ces nombreuses jeunes femmes qui, dans les années qui viennent, conduiront la résistance à la domination israélienne. Elle n’est pas intéressée par les projecteurs actuellement braqués sur elle à cause de son arrestation, mais par un véritable changement. Elle n’est pas le produit de l’un des vieux partis ou mouvements, et dans ses actions, elle envoie un message : pour survivre, nous devons faire face franchement à notre faiblesse et vaincre nos peurs.

Dans cette situation, notre plus grand devoir, à moi et à ma génération, est de la soutenir et de laisser la place ; de nous maîtriser et ne pas essayer d’altérer et emprisonner cette génération nouvelle dans la vieille culture et les vieilles idéologies dans lesquelles nous avons grandi.

Ahed, aucun parent au monde ne désire voir sa fille passer ses jours en cellule de détention. Cependant, Ahed, aucun ne peut être plus fier que moi je le suis de toi. Toi et ta génération, vous avez assez de courage, finalement, pour gagner. Vos actions et votre courage me remplissent d’une crainte mêlée d’admiration et me font venir les larmes aux yeux. Mais, conformément à ta demande, ce ne sont pas des larmes de tristesse ni de regret, mais plutôt des larmes de lutte. »

Bassem tamimi



221 réactions


    • jaja jaja 3 janvier 2018 22:17

      Sur un autre fil Cabanel vous dit :

      « il parait qu’il manque des clowns dans les cirques... vous pourriez y prêter attention. »

      Je suis bien d’accord smiley

      Quand vous aurez quelque chose à dire sur le fond n’hésitez pas... On ne peut passer son temps à rigoler de vos âneries...


    • eric 4 janvier 2018 00:54

      @jaja
      jaja, Jaja, ! Enfin quand même... Appel au viol !

      Ce n’est pas « les dirigeant israéliens ». C’est des gens mal intentionnés qui ont fait délibérément une mauvaise traduction d’un article tronqué d’un journaliste progressiste....Ben Caspit
      pour faire croire à un appel au viol...

      C’est du niveau de la campagne précédente prétendant que je cite « 40% des enfants palestiniens détenus en Israël auraient été violés. Mais en plus nul parce que plus facile encore à débunquer...

      Ci-joint l’historique de ce hoax et l’original de l’article avec la réaction de Ben Caspit ;

      http://hurryupharry.org/2017/12/26/ahed-tamimi-and-ben-caspit/

      http://www.jpost.com/Israel-News/Fighting-a-shaming-campaign-with-the-truth-520014

      Bon je vois bien, vous recevez les trucs de la propaganda staffel bruts de décoffrage et vous recopiez sans trop vérifier.
      http://europalestine.com/spip.php?article13771

      Mais c’est finit tous cela ! On est plus au 20 ème siècle, Tous le monde peut vérifier en trois clip. Même si vous avez prit soin de ne mettre ni nom, ni source...
      Remplacer le nom du journaliste par »les dirigeants «  » c’est une trouvaille à vous ou vous avez aussi copié sur un autre ?

      Le coup des sacrifices rituels d’enfant par des juifs, traduit en arabe du protocole fabriqué par les russes, et qui baigne la propagande palestinienne, cela fonctionne mal en occident.

      Avec ce genre d’imbécilité, vous décrédibilisez ce qu’il y a de juste lutte des palestiniens. Mais je sens qu’au fond, cela vous est égal du moment que vous répandez potentiellement un peu de violence en France...


  • eric 3 janvier 2018 23:37

    Bon, ici, http://www.israellycool.com/2015/09/01/shirley-temper-and-friends-working-on-new-movie/
    On voit une parti du travail de préparation avec la boite de prod américaine subventionnée elle aussi...

    On a échappé au pire. Sur un pur plan télévisuel j’entends...Le projet, c’était cela....http://www.israellycool.com/2015/09/01/shirley-temper-and-friends-working-on-new-movie/

    Je dis cela je dis rien mais ça pourrait être sympa de sonoriser la manif de jaja avec du shakira ? les militants pourrait danser comme dans le clip ?

    Mais à nouveau, je comprends. Vu l’échec des manifs, il fallait bien trouver autre chose ; N’empêche, mettre en péril des petites filles c’est pas sympa. Même si on a une grande confiance dans le stoïcisme des soldats israélien.


    • jaja jaja 4 janvier 2018 00:35

      @eric

      La grande armée coloniale raciste ne s’attaque pas qu’à Ahed mais à les Palestiniens et toutes les Palestiniennes :

      https://www.facebook.com/IsraelWCfr/videos/1753874911588133/


    • eric 4 janvier 2018 01:23

      @jaja
      Je peux pas. Je suis un anti impérialiste conséquent et je ne vais pas sur Facebook comme les petits télégraphistes de l’ultralibéralisme américain...


    • eric 4 janvier 2018 01:29

      @jaja
      Ah oui et raciste, décidément vous ne lisez rien, La population d’Israël est désormais majoritairement originaire de pays musulmans et notamment arabes, et la pyramide des âges aidant, ce sont pour le coup très majoritairement des israéliens d’origine Arabe qui se battent pour Israël. Ceci pouvant du reste à la limite expliquer le cas échéant une certaine brutalités...Entre cousins arabes...
      Gaza so what, ? Lisez plus la Mena

       Israël reçoit une roquette Israël réplique, ce n’est pas comme si le Hamas n’était pas au courant.


      Mais comme le signale Gaspard Proust, ce ne sont pas des artilleurs nés...

      Peu leur importe, c’est comme la famille que vous soutenez ; L’enjeu, c’est la répartition des subventions entre clans politiques et familiaux.


      A 11h50 locales, ce vendredi matin, les sirènes de la « couleur rouge » ont retenti sur le pourtour de la Bande de Gaza [voir la vidéo].

       

      Trois roquettes ont été tirées – sans aucune provocation de la part des Israéliens – sur le Conseil régional de Shaar Haneguev [le portail du Néguev] à partir de l’enclave palestinienne.

       

      Deux des projectiles ont été interceptés et détruits par le Dôme de fer, tandis qu’un troisième explosait sur un bâtiment public, occasionnant quelques dégâts matériels mais pas de blessés.

       

      Le Conseil régional de Shaar Haneguev sur la carte

      Service cartographique © Metula News Agency

       

      Tsahal a très rapidement riposté en attaquant deux positions du Hamas dans le nord de la Bande de Gaza avec l’Aviation et des tirs de chars.

       

      Au moment de l’agression palestinienne, se déroulait une cérémonie dans la région à la mémoire du Soldat Oron Shaül, qui a été tué lors du conflit de 2014 face au Hamas à Gaza. Le Hamas refuse toujours de rendre les restes d’Oron Shaül, réclamant la libération de terroristes jugés et purgeant des peines de prison en échange de sa dépouille.

       

      Il s’agit de la 31ème roquette tirée spontanément à partir de Gaza depuis l’annonce par le Président Trump de la décision de l’Amérique de transférer son ambassade à JérusalemSave


    • eric 4 janvier 2018 01:33

      @eric
      Ah, et, pour la danse de la résilience pour jeudi, vous les sentez bien ?

      Ce serait cons que ces producteurs américains se soient déplacé sur financement du département d’état pour filmer la gosse et que vous n’en profitiez pas....

      Et puis vous savez, c’est un plan plus global des démocrato-clintono- obamiens pour emm... Trump parce qu’il a eu le courage de mettre en œuvre ce qu’ils avaient voté.,. Vous ne pouvez pas vous défiler...


    • jaja jaja 4 janvier 2018 09:56

      @eric

      C’est pourtant cet ultralibéralisme américain qui permet à la colonie sioniste d’exister et de se transformer en porte-avions US au moyen-orient...

      Vous devriez retirer votre nez rouge, vous ne faites rire personne !


    • Julien Esquié Julien Esquié 4 janvier 2018 10:15

      @jaja

      La création de l’état d’Israël a été soutenue au moins autant par l’Union soviétique que par les Etats-Unis.


    • jaja jaja 4 janvier 2018 10:21

      @Julien Esquié

      Eh oui une saloperie stalinienne de plus... Et la Tchécoslovaquie du camp « socialiste »a fourni en armes ces colons criminels sionistes venus chasser la population d’origine de ses terres tout en massacrant comme à Deir Yassin et en détruisant les villages palestiniens !


    • Julien Esquié Julien Esquié 4 janvier 2018 10:56

      @jaja

      « Saloperie », comme vous dites, pas si étonnante que cela. Après tout, David Ben Gourion était socialiste et avait été marxiste.
      On ne peut pas dire que le leader palestinien de l’époque,

      Mohammed Amin al-Husseini, était de gauche, quant à lui. Outre ses contacts avec l’Allemagne nazie, qui ne sont pas contestables, c’était un religieux. L’alliance du marxisme et de l’islam aurait été pour le moins contre-nature.

  • jaja jaja 4 janvier 2018 09:14

    Union juive française pour la paix :

    « LE TEMPS DE LA PALESTINE : 2018 année de la Palestine en France

    mercredi 3 janvier 2018

    Appel à l’attention des artistes, des associations, des citoyen-ne-s, défenseurs des droits humains, amoureux de la Liberté...

    Signer l’appel

    Alors que Trump le président des États-Unis, vient de légitimer un fait colonial accompli par Israël en reconnaissant Jérusalem-Al Qods comme sa capitale exclusive, le gouvernement français déclare l’année 2018 « Saison France/Israël ». De nombreuses manifestations culturelles pour le 70ème anniversaire de la création de l’État d’Israël sont annoncées en France.

    Nous sommes choqués de voir notre pays, la France, prêter la main à la gigantesque opération de propagande d’un régime de colonisation, d’oppression et d’apartheid qui foule délibérément le droit international, tout en présentant une façade attractive avec l’aide de véritables diplomates culturels.

    Depuis plus de 70 ans, les Palestiniens appellent à la reconnaissance de leur histoire et de leurs droits. Leur droit à l’Humanité et à l’existence sur leur terre.

    Depuis 70 ans ces droits sont niés. Occupation, bouclages, violences, massacres, expulsions, annexion, apartheid... forment le quotidien de tout un peuple.

    Depuis 70 ans, la Nakba, la catastrophe de 1948, continue, sous le regard, au mieux gêné, au pire complice de la communauté internationale. Et la culture palestinienne n’est pas plus épargnée.

    Nous, artistes, travailleurs culturels, citoyens engagés, défenseurs des droits humains, associations, solidaires des campagnes B.D.S (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), amoureux de la liberté, disons : cela suffit, 2018 DOIT ÊTRE LE TEMPS DE LA PALESTINE, l’année de Jérusalem et de Gaza.

    En 2018, nous entendons promouvoir l’année de la Palestine, de Gaza à Jérusalem. Dans cet esprit nous appelons à multiplier les manifestations et initiatives culturelles, partout en France, à mutualiser les moyens, et à mettre en commun un agenda et une plate-forme de diffusion pour donner le maximum de publicité à chacun des évènements qui sera organisé, du plus petit au plus grand.

    Il est temps que les Palestiniens recouvrent leurs droits. Il est temps que les femmes, les hommes et les enfants de Palestine puissent vivre libres. 2018, doit être le temps de l’espoir, comme le clamait le poète palestinien, Mahmoud Darwish :

    "Nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Espoir de libération et d’indépendance. Espoir d’une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l’école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d’amour et de paix. Merci de porter avec nous le fardeau de cet espoir."

    Signer l’appel

    Page facebook


    • Julien Esquié Julien Esquié 4 janvier 2018 10:36

      @jaja

      Pourquoi cette obsession palestinienne ? Le NPA n’a-t-il pas, en France, de quoi s’occuper ? Par exemple les réformes entreprises par le gouvernement ?
      ... ou bien cherche-t-il un gain électoral, en ciblant, pour son offre politique, une population particulière ?
      Il va sans dire que ce qu’on appelle la classe ouvrière, se contrefout du sort des palestiniens et du conflit israélo-arabe. Ce qui importe, pour elle, c’est de vivre dans des conditions décentes, de défendre ses droits (le mot « acquis », désormais, est à bannir), etc.


  • jaja jaja 4 janvier 2018 09:15

    Les premiers signataires :
    Hasna ABID, Fatima ALI, doctorante Études Théâtrales Paris-Nanterre, artiste, Zahra ALI, enseignant-chercheur Rutgers University, Mouss & Hakim AMOKRANE, chanteurs de ZEBDA et MOTIVÉS, Salah AMOKRANE, militant associatif, Jean ASSELMEYER, réalisateur, directeur du Panorama du cinéma Algérien à Nîmes & Gard, Claire AUBRY, juriste, Mohamed BADICHE, universitaire, Frank Barat, activiste, Taysir BATNIJI, artiste-plasticien, Charles BEILLARD, Mounia BENAILI, Conseillère municipale de Juvisy, Tarek BEN HIBA, FTCR, Olivier BESANCENOT, postier, Mohamed BHAR, artiste musicien, Habiba BIGDADE, militante des droits de l’Homme, Elise BOIDIN, enseignante en arts plastiques, Alima BOUMEDIENE, avocate, Bruno BOUSSAGOL, metteur en scène, Mustapha BOUTADJINE, artiste, Me Maurice BUTTIN, président du CVPR PO, Chiara CALABRESE, chercheuse, Laurence CALABRESE, comédienne, Alain CASTAN, éditeur, Fadela CHAIM-ALLAMI, écrivain, poétesse, Annie CHALMETON, citoyenne du monde, Chérif CHERFI, animateur culturel, Tayeb CHERFI, militant associatif, Amel CHERGUI, animatrice socio-éducative, Laurent CHEVALLIER, cinéaste, Yves CHILLIARD, président AFPS 63, syndicaliste, Marina DA SILVA, journaliste, Philippe DAUMAS, universitaire, Christine DELPHY, féministe antiraciste, Laurent DE WANGEN, enseignant, Joss DRAY, auteure-photographe, Alizée DUFAU, coordinatrice L’Épicerie des Poètes, Nacer El IDRISSI, ATMF, Txetx ETCHEVERRY, Fondation Manu Robles-Arangiz (Pays Basque), Jeanine EUVRARD, journaliste et fondatrice Proche-Orient ce que peut le cinéma, Kaïs EZZERELLI, historien, Emmeline FAGOT, coprésidente de l’UJFP, Adil FAJRI, Mireille Fanon Mendes-France, Fondation Frantz Fanon, Bernard FAVIER, chroniqueur cinéma, Jérôme FAYNEL, Collectif 69 de soutien au peuple palestinien, Violette FOLGADO, Présidente du Comité Dordogne-Palestine, Jacques Gaillot, Évèque de Partenia, Dominique GRANGE, chanteuse engagée, Alain GRESH, directeur de OrientXXI.info, Nacira GUÉNIF, sociologue, GUIZMO, chanteur musicien de TRYO, Imen HABIB, animatrice de la campagne BDS France, Samir H. ABDALLAH, cinéaste, Kaddour HADADI, HK, chanteur, Nicola HAHN, médiathécaire, Abeer HAMAD, artiste palestinienne, Bertrand HEILBRONN, Président de l’AFPS, Christiane HESSEL, Christine JORELLE, citoyenne engagée, Bouchra KHALILI, artiste, Kolin KOBAYASHI, journaliste, vidéo-artiste, Rachid KORAÏCHI, artiste-plasticien, Richard LABÉVIÈRE, rédacteur en chef de prochetmoyen-orient.ch, Léopold LAMBERT, rédacteur en chef de The Funambulist, Pierre LANGLOIS, président d’Evry Palestine, Stéphanie LATTE ABDALLAH, historienne et politiste CNRS, Françoise LAURENT, présidente AFPS-Villeneuve d’Ascq, Sarah LECARPENTIER, comédienne et metteur en scène, Patrice LECLERC, maire de Gennevilliers, Elsa LEFORT-HAMOURI, porte-parole du comité de soutien de Salah Hamouri, militante Nadia LEMHEMDI, enseignante, Khéridine MABROUK, directeur artistique, Hamma MELIANI, poète et dramaturge, Marc MERCIER, artiste, Madjid MESSAOUDENE, élu St-Denis, Muriel MODR, artiste plasticienne, Jacques MONDOLONI, écrivain, Monira MOUHOUN, enseignante, Majed NEHMÉ, directeur d’Afrique-Asie.fr, Naïk M’Sili, directrice culturelle, Roland NURIER, réalisateur, Ernest PIGNON ERNEST, artiste, Christine POUPIN, technicienne informatique, Philippe POUTOU, ouvrier, Yves QUINTAL, association ETM31-46, Renée PRANGÉ, directrice de recherche émérite, Bernard RAVENEL, président d’honneur de l’AFPS, Margalida REUS, responsable de la Communauté de l’Arche, Non-Violence & Spiritualité, Philippe REVEILLE, professeur, Vincent ROMANI, universitaire, ROSS, rappeur, Sylvette ROUGIER, comité poitevin Palestine, Lana SADEK, Forum Palestine Citoyenneté, Julien SALINGUE, Dr en science politique, Catherine SAMARY, économiste, Geneviève SELLIER, professeure cinéma, Université Bordeaux Montaigne, Brahim SENOUCI, universitaire, Michèle SIBONY, UJFP, Aude SIGNOLES, Enseignant-Chercheur Science Po Aix, Omar SLAOUTI, militant antiraciste, Claude SMITH, réalisatrice, Mathilde SOTIRAS, artiste, Nasser SOUMI, artiste-plasticien, Pierre STAMBUL, coprésident de l’UJFP, Ann L Stoler, professeur d’université, Azzédine TAÏBI, maire de Stains, Philippe TANCELIN, poète-philosophe universitaire, Jacques TARDI, Dessinateur, Isabelle TORDJMAN, AJPF, Troupe ALQUDS, chant et musique de Palestine à Paris, Troupe PALESTINE, dabke, danse folklorique de Palestine à Paris, Robert VALBON, auteur metteur en scène, Daniel VANHOVE, auteur, Thomas VESCOVI, enseignant, Jean Louis VEY, directeur Festival International du Premier Film d’Annonay, Naila Al WARDI, Plasticienne, Dror WARSCHAWSKI, Chercheur, Farid ZERZOUR, metteur en scène, Nicole ZIANI, militante associative, Hani ZUROB, artiste … Artists For Palestine (A4P), Association France-Palestine Solidarité (AFPS National), Association Jumelage Palestine France (AJPF), BDS France, Union Juive Française pour la Paix (http://www.ujfp.org/), Association des Palestiniens en France, AL JALIYA, Union d’Associations et d’Institutions Palestiniennes en France, Association de Palestiniens en Ile-de-France, Forum Palestine Citoyenneté, Collectif Palestine 69 (Lyon), BDS France Saint-Etienne, Palestine13 (Marseille), AFPS/Paris 14, AFPS/Evry Palestine, AFPS/Villeneuve d’Ascq (Villeneuve d’Ascq), AFPS/Nîmes (Nîmes), Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO), Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP), Comité poitevin Palestine (Poitiers), France Palestine Nord Cotentin (Cherbourg), Amitié Lille-Naplouse (Lille), Association Abna Philistine (association des familles Franco-Palestiniennes), Comité Dordogne-Palestine (Dordogne), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF), Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Association France-El Djazaïr, Fondation Frantz Fanon (Fanon), Association Car-t’y-es Libres (Istres)…


    • Hurricane Hurricane 4 janvier 2018 10:50

      @jaja


      Pôv Jaja les israeliens font en faire du PQ de ta pétition , tu as pensé à la déforestation cause du réchauffement clitomatique ? tous ces KM de papier pour ces pétitions en vain qui finissent aux composteurs ; c est un scandâââale ! 

  • jaja jaja 4 janvier 2018 09:18
    Quel culot ! Pourquoi la gifle d’Ahed Tamimi rend les Israéliens furieux
    dimanche 31 décembre 2017 par Gideon Levy

    Par Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

    Mardi dernier, les Forces de défense d’Israël (FDI) ont abattu Hamed al-Masri, 15 ans, d’une balle dans la tête, blessant grièvement l’adolescent de Salfit qui, par ailleurs, ne portait pas d’arme.

    Vendredi, les militaires ont fait de même avec Mohammed Tamimi, de Nabi Saleh, sans arme lui aussi, le blessant tout aussi grièvement à la tête. Vendredi encore, les militaires ont tué – toujours d’une balle dans la tête – Ibrahim Abou Thuraya, amputé des deux jambes. Et, le même jour, Ahed Tamimi était dans la cour de sa maison avec une amie et a giflé un homme des FDI qui avait fait irruption chez elle.

    Du coup, Israël est sorti furieux de sa torpeur : mais comment ose-t-elle ? Les trois victimes de cette fusillade barbare n’intéressent pas les Israéliens et les médias ne prennent même pas la peine d’en parler. Mais la gifle – et le coup de pied – d’Ahed Tamimi ont déclenché une colère furieuse. Comment peut-on oser gifler un soldat des FDI ? Un soldat dont les amis giflent, tabassent, kidnappent et – bien sûr – abattent presque quotidiennement des Palestiniens ?

    La suite ici :

    http://www.ujfp.org/spip.php?article6097


  • jaja jaja 4 janvier 2018 09:22

    « Nous ne participerons pas à l’Occupation » :

    Des dizaines d’adolescents refusent dans une lettre à Netanyahu d’être enrôlés dans l’armée israélienne

    samedi 30 décembre 2017 par Yaniv Kubovich

    Par Yaniv Kubovich pour HAARETZ. Publié le 28 décembre 2017.

    « L’armée met en œuvre la politique raciste du gouvernement qui viole les droits humains fondamentaux, » écrivent 63 adolescents à Netanyahu et au chef de l’armée israélienne, Gadi Eisenkot.

    Un groupe de 63 adolescents ont publiquement déclaré qu’ils refuseront d’être enrôlés dans l’armée israélienne, a rapporté jeudi matin le Yedioth Ahronoth.

    “Nous avons décidé de ne pas participer à l’occupation et à l’oppression des Palestiniens,” ont-ils écrit dans une lettre adressée au Premier Ministre Benjamin Netanyahu, au Chef d’État-major Gadi Eisenkot et aux ministres de la défense et de l’éducation. “La situation « temporaire » est en suspens depuis 50 ans, et nous ne contribuerons pas à y donner un coup de main.”

    Les lycéens ont critiqué dans la lettre le gouvernement et l’armée. « L’armée met en oeuvre la politique raciste du gouvernement, qui viole les droits humains fondamentaux et promulgue un droit pour les Israéliens et au autre droit pour les Palestiniens sur le même territoire, » ont-ils écrit.

    Les étudiants ont protesté aussi contre “la provocation institutionnelle intentionnelle contre les Palestiniens des deux côtés de la Ligne Verte,” en faisant référence à la ligne d’armistice de 1949 séparant Israël de la Cisjordanie, “et nous par la présente – garçons et filles en âge d’être enrôlés, de différentes régions du pays et de milieux socio-économiques différents – refusons d’accorder foi au système de provocation et de participer à l’arme d’oppression et d’occupation du gouvernement.”

    La lettre en appelle d’autres à réexaminer le fait d’être enrôlé, en ajoutant qu’ils avaient l’intention de parcourir le pays pour associer de nouvelles recrues à leur initiative.

    « Nous refusons d’être enrôlés et de servir dans l’armée sans obligation envers les valeurs de paix, de justice et d’égalité, en sachant qu’il y a une autre réalité que nous pourrions créer ensemble,” ont-ils écrit. “Nous appelons les filles de notre âge à se poser la question, le service dans l’armée servira-t-il à aller vers cette réalité ?”

    Parmi les signataires il y a Matan Helman, 20 ans, du Kibboutz Haogen, qui purge une peine de prison en raison de son refus d’être enrôlé dans l’armée.

    Au début de décembre, le ministère de l’éducation et les FDI [1] ont annoncé qu’ils travaillaient à un plan d’augmentation du nombre d’enrôlements dans le service combattant. Actuellement, les taux d’enrôlement sont en baisse et les taux de décrochage se situent annuellement à plus de 7.000 recrues masculines et féminines.

    (traduit par Yves Jardin, membre du GT de l’AFPS sur les prisonniers)

    Source : Haaretz


  • Hurricane Hurricane 4 janvier 2018 10:37

    Ben alors quel est le blême , nous aussi nous avons eu nos gauchistes 68 tards qui foutaient la merde dans l ’ armée et les écoles universités ; on s en est remis , par contre eux , à part les meneurs nommés en loucedé par le pouvoir pour entrainer les moutons zombis crétiniss de gauche , tous s en sont mordu les doigts : emmerdés pour trouver des postes dans les institutions et autres fonctions publiques ; fastoch de se la jouer Jaja révolutionnaire d opérette mais pas fastoch d ’ assumer ces conneries ensuite  ; je suis mort de rire !


  • Hurricane Hurricane 4 janvier 2018 10:43

    Ces dizaines d ados me rappellent les gamins du film les quatre cent coups " si j aurais su j aurai pas viendu ; des crises d acnés en Israel comme partout , ; une bonne féssée et çà leur remettra les neuneurones en place ; ho pardon les gauchistes ont interdit la fessée , houlala scuses !


  • Hurricane Hurricane 4 janvier 2018 10:47

    Jaja brigue un poste important dans le futur GVT palestoch ; loser raté de la vie en France il se fait remarquer par ses propagandes anti israel ; en attendant il sera nommé président du jury du festival du cinéma palestinien à Jaffa ; leur festival de Cannes à eux ; le tapis sera rouge aussi on change pas une couleur révolutionnaire qui gagne 


Réagir