samedi 1er août - par Le Cri des Peuples

Libye : l’incident naval franco-turc va-t-il faire imploser l’OTAN ?

La Turquie causera la mort de l'OTAN : son récent affrontement avec la France au large des côtes libyennes en est un symptôme précoce

Le roquet français aboie, la caravane pan-ottomane passe

Par Scott Ritter*

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du corps des Marines américains. Il a servi en Union soviétique comme inspecteur de la mise en œuvre du traité INF, auprès du Général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 à 1998 en tant qu’inspecteur des armes de l’ONU.

Source : RT, 17 juillet 2020

Traduction : lecridespeuples.fr, le 18 juillet 2020

Lorsque deux pays censés être des alliés militaires se disputent et en viennent presque à se tirer dessus, cela présage clairement des problèmes pour l'avenir. Le problème pour l'OTAN est que cette fois, l'incident peut s'avérer terminal.

Pour une histoire qui implique des manœuvres douteuses en haute mer, un trafic d'armes clandestin, un échange de coups de poing entre des gens qui sont censés être des amis et un incident qui pourrait être fatal pour la plus grande alliance militaire au monde, celle-ci a commencé assez banalement.

Le 7 juin 2020, un cargo battant pavillon tanzanien, le Cirkin, a tranquillement quitté un port turc et a mis le cap vers le port libyen de Misurata.

Personne n'est absolument certain de ce qu'étaient ses 5 800 tonnes de marchandises, mais on peut dire avec un haut degré de certitude qu'il ne s'agissait probablement pas de tapis.

Non, car une cargaison anodine ne nécessiterait pas les trois navires de guerre turcs qui ont escorté le Cirkin lors de son voyage de 1 000 milles nautiques sur quatre jours. Il transportait presque certainement du matériel militaire pour l'armée libyenne sous le commandement du Gouvernement d'accord national (GNA), en violation de l'embargo sur les armes imposé par l'ONU.

Les choses ont commencé à mal tourner trois jours plus tard, lorsqu'un hélicoptère grec, opérant à partir d'une frégate grecque, le Spetsai, s'est approché du navire et a demandé l'autorisation de débarquer une équipe d'arraisonnement afin de l'inspecter. Le Spetsai et son hélicoptère opéraient dans le cadre de l'opération Irini, un effort en Méditerranée entrepris par le Conseil européen pour faire appliquer un embargo des Nations unies sur les armes en Libye. Les escortes turques de Cirkin ont rejeté la demande.

5f11cebb203027354376053b Exercice annuel de guerre sous-marine de l'OTAN « DYNAMIC MANTA » tenu avec les forces navales de Turquie, du Canada, de la France, de l'Allemagne, de la Grèce, de l'Italie, des Pays-Bas, de l'Espagne, du Royaume-Uni et des États-Unis à Palerme, Italie, le 25 février 2019.

Le Spetsai se retira et surveilla le Cirkin à distance. Peu de temps après, le cargo coupa son transpondeur.

Une frégate française, le Courbet, opérant dans le cadre de l'opération Sea Guardian, une opération de sécurité maritime de l'OTAN, a alors été informée par l'OTAN que le Cirkin transportait peut-être des armes en violation de l'embargo de l'ONU.

Le Cirkin ne s'étant pas identifié auprès du Courbet et ayant refusé de divulguer sa destination finale, le Courbet a cherché à faire monter une équipe d'inspection à bord du navire. À ce stade, l'une des frégates turques a éclairé le Courbet à trois reprises avec son radar de contrôle de tir, une indication claire qu'elle avait l'intention d'engager ses systèmes d'armes.

Le Courbet se retira et le lendemain, le Cirkin arriva à Misrata, où il déchargea sa cargaison.

J’accuse

La France a condamné les actions turques et déposé une plainte officielle auprès de l'OTAN ; une enquête ultérieure de l'OTAN a été jugée « non concluante », même si ses détails restent confidentiels. De son côté, la Turquie a exigé des excuses de la France. En réponse, la France a retiré ses forces de l'opération Sea Guardian et a exigé que l'OTAN prenne au sérieux la tâche de faire respecter l'embargo de l'ONU sur le transfert d'armes en Libye [risible de la part du gouvernement qui arme les terroristes en Syrie depuis 9 ans], un acte qui la mettrait en conflit avec la Turquie, membre de l'OTAN.

Voir Bachar al-Assad : la France soutient les terroristes qu'elle prétend combattre

C'est là que l'incident devient trouble : il semble que l'opération Sea Guardian n'avait aucun mandat de l'OTAN pour intervenir en appui de l'opération Irini, et que la décision d'interdire le Cirkin a été prise unilatéralement par la France, sans aucune autorité de l'OTAN.

Dans les jours qui ont suivi l’incident du 10 juin, l’Union européenne a demandé à l’OTAN d’autoriser les navires affectés à l’opération Sea Guardian d'opérer en soutien direct de la mission d’application de l’embargo en Libye de l’opération Irini. Cependant, une telle autorisation nécessiterait le consentement unanime de tous les membres de l’OTAN, ce qui rendrait une telle autorisation impossible étant donné le veto inévitable de la Turquie.

Dysfonctionements et divisions profondes

Les circonstances qui ont conduit à la confrontation entre deux alliés apparents de l'OTAN dans les eaux au large de la Libye indiquent un niveau de dysfonctionnement dans l'alliance de l'OTAN qui souligne la réalité suivante : l'organisation de 71 ans a survécu plus longtemps que sa période d'utilité. Et que sa recherche actuelle de pertinence en dehors du cadre transatlantique d'après-1945 fondé sur les règles de l'ordre libéral qu'elle a été créée pour défendre a placé l'alliance sur une voie d'autodestruction où elle est de plus en plus en conflit avec elle-même.

Le plus souvent, le coupable au centre de ces différends est la Turquie, ce qui soulève la question de la viabilité continue de la Turquie en tant que membre de l'OTAN, ainsi que de la viabilité de l'alliance elle-même.

Depuis que la Turquie a rejoint l'OTAN en février 1952, elle a fait bande à part. Son importance militaire pour l'alliance était immense —en amenant la Turquie à bord, l'OTAN a non seulement sécurisé son flanc sud avec l'Union soviétique, mais a également assuré que la Turquie ne pourrait jamais s'aligner sur Moscou plus tard.

En échange, cependant, l’OTAN a dû négliger de nombreuses questions qui, dans tout autre environnement, se sont avérées préjudiciables à l’adhésion de la Turquie à l’OTAN. L'aspect purement militaire de la relation Turquie-OTAN était, à sa fondation, solide comme un roc : en effet, en 1950, Ankara avait dépêché une brigade de troupes turques pour combattre aux côtés des États-Unis et de l'ONU contre la Corée du Nord.

Coups d'État militaires et achats d'armes russes

Mais l'armée turque était une arme à double tranchant ; en 1960, elle a orchestré un coup d'État contre le Premier ministre démocratiquement élu Adnan Menderes, qui a ensuite été exécuté par un tribunal militaire en 1961. Alors que l'armée turque a rétabli le régime civil en 1965, elle est intervenue à nouveau en 1971 pour évincer le gouvernement de Suleiman Demirel, et à nouveau en 1980, renversant un autre gouvernement dirigé par Demirel.

En 1998, l'armée turque a entrepris ce qu'on a appelé un coup d'État « postmoderne », exigeant la démission du gouvernement de Necmettin Erbakan sans recourir à la suspension effective de la Constitution.

La discorde civilo-militaire inhérente à cette série de coups d'État est représentative du conflit interne fondamental entre les forces laïques et les forces islamistes à l'intérieur de la Turquie, qui se poursuit depuis la fondation de la République moderne.

Les États-Unis et les autres alliés de l'OTAN ont fermé les yeux sur la propension de l'armée turque à renverser des gouvernements civils légitimement élus parce que le système que ces interventions ont préservé —des gouvernements laïques et pro-occidentaux— était considéré comme une meilleure alternative à l'arrivée au pouvoir de mouvements islamistes populistes qui ne partageaient pas les valeurs fondamentales de l'OTAN.

L’élection de Recep Tayyip Erdogan, adepte de l’évincé Erbakan, au poste de Premier ministre turc en 2003, a mis la Turquie sur une trajectoire de collision avec l’OTAN et l’Occident. Erdogan est un Frère musulman farouche dont la vision pan-ottomane du rôle de la Turquie dans le monde se heurte au scénario transatlantique traditionnel suivi par l'OTAN. [Sa démesure l'ont également confronté à la Russie, dont il a traîtreusement abattu un avion en Syrie en 2015].

Voir Poutine : Allah a aveuglé la clique dirigeante en Turquie

En juillet 2016, lorsque l'armée turque a entrepris un effort infructueux pour évincer Erdogan, de nombreux instigateurs étaient des officiers aux tendances pro-OTAN qui s'opposaient au programme islamiste d'Erdogan. Depuis le coup d’État raté, Erdogan a remodelé l’armée turque afin que ses dirigeants s’alignent idéologiquement sur sa vision de la place de la Turquie dans le monde, une vision qui opère souvent en opposition aux objectifs de l’OTAN.

Voir Coup d’État manqué en Turquie – quelques premières réflexions

L’achat par la Turquie de missiles sol-air russes S-400 est peut-être la manifestation la plus visible de cette incompatibilité entre la Turquie et l’OTAN. Les États-Unis ont menacé la Turquie de sanctions à ce sujet et ont mis fin à la participation d'Ankara à la production du chasseur F-35.

Les autres zones de friction comprennent :

  • l'invasion et l'occupation de la Turquie dans le nord de la Syrie et son conflit ultérieur avec les forces kurdes, soutenues par les États-Unis qui y opèrent ;
  • l’opération militaire en cours de la Turquie dans le nord de l’Irak, sans l’autorisation du gouvernement irakien ;
  • le soutien de la Turquie au Gouvernement d’union nationale (GNA) en Libye.

Voir Assad à la Libération d’Alep : malgré les aboiements d’Erdogan, toute la Syrie sera libérée

C'est ce soutien au GNA, sous la forme de livraisons d'armes et de main-d'œuvre, qui a précipité l'incident naval avec la France, et place la Turquie dans une trajectoire de collision avec l'OTAN aujourd'hui.

L'alliance de l'OTAN se débat pour rester pertinente depuis la dissolution de l'Union soviétique en 1991. Les nombreuses fractures qui existent au sein de l'alliance —le nouveau « bloc de l'Est » contre la « vieille Europe », les partisans de l'Etat de droit contre les gouvernements autocratiques, les originalistes transatlantiques contre les partisans de l'expansion mondiale— ont été écrasés par l'organisation fondée sur le consensus dans le but de projeter une image d'unité. Mais l’incompatibilité inhérente du pan-ottomanisme d’Erdogan (le moteur de l’intervention libyenne de la Turquie) avec « l’ordre libéral », fondé sur des règles que l’OTAN prétend épouser, n’est pas si facilement balayée sous le tapis.

Voir Nasrallah prédit la fin de l'OTAN

L'incident entre la France et la Turquie révèle la faiblesse structurelle de l'OTAN, une organisation désespérément en quête de pertinence. La réalité est que la Turquie est le maillon le plus faible de cette alliance, et sa présence continue représente une pilule toxique qui s'avérera en fin de compte causer la mort de celle-ci. La seule question est dans combien de temps ?

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

 


34 réactions


  • Jean 1er août 16:49

    Vous pouvez rappeler le nombre de victimes ?


  • Clocel Clocel 1er août 19:08

    Allez, Erdogan, que de la gueule !

    Pas cape de couler une périssoire à Macron !? smiley


  • machin 1er août 20:26

    "Les États-Unis ont menacé la Turquie de sanctions à ce sujet et ont mis fin à la participation d’Ankara à la production du chasseur F-35. "


    Quelle punition !!!


    • tamerlan 2 août 09:35

      @machin
      exactement 9500 emplois direct et 5000 indirect « presse turque » début de l’année ce sont des emplois qualifiés qui pèsent pour beaucoup , les turcs avaient obtenus une chaîne d’assemblage 60%de la maintenance moteur et 35% électronique , les politiques  en général oublie ce que leurs coups de menton , pesent économiquement .


    • machin 2 août 10:24

      @tamerlan

      "les turcs avaient obtenus une chaîne d’assemblage

      "

      obtenus........ ???

      Ce qui est mauvais pour les USA est bon pour le reste de la planète.
      .


    • tamerlan 2 août 11:27

      @machin
       vous savez je me suis borné a être factuel ce qui vaut moinssage ici , lassant a la fin d’avoir affaire a des dogmatiques 

      oui , j’essaierais bien d’expliquer l’intérêt pour un pays d’avoir accès a certaines technologie mais baste .......
      ensuite combattre un pays un empire une idéologie ça n’est pas se limiter a des slogans mais intégrer toutes les composantes de son fonctionnement et par la même connaitre ses limites et faiblesses 


    • jacques 2 août 11:59

      @tamerlan
      marrant ton truc, ici en Be ce sont les mêmes chiffres.... loockeed emploie 10.000 personnes, j’aimerais le listing avec nom age et adresse


    • jacques 2 août 12:00

      @jacques et aussi société et fonction.


    • hilarionlefuneste 2 août 12:12

      @jacques
      ben gouvernement et sociétés s’échange la main d’oeuvre comme une variable d’ajustement , tu m’achètes mon matos et je te fais bouffer tes ouvriers , tu m’emmerdes ben que tes ouvriers crévent !!!!


  • titi 1er août 20:29

    L’achat des S-400 était visiblement une « compensation » pour avoir abattu l’avion Russe en Syrie doublé d’un coup de com’ à destination des soutiens des Kurdes.

    Les « systèmes d’armement » ont des interopérabilités : maintenance, logistique, etc..

    Avoir des batteries de S400 au milieux de batteries made in US, c’est l’assurance d’un taux de disponibilité quasi nul : ne pas avoir la pièce de rechange au bon endroit, ne pas avoir l’opérateur formé au bon matériel.

    Tempête de bénitier.


  • rita rita 2 août 08:51

    La France militairement n’existe pas..ces quelques bombinettes font rire la planète entière...Une armée incapable de mettre à bas des terroristes ?

    Macron et son armée de soldat de plomb !


    • machin 2 août 10:27

      @rita

      « La France militairement n’existe pas.  »

      Mais si.. mais si.
      .
      Mais juste comme mercenaire de Total et consorts pour aller casser du nègre affamé et désarmé.


    • machin 2 août 10:30

      @machin

      Un militaire cela ne meurt jamais pour son pays, mais toujours pour des affairistes sans scrupule.


    • titi 2 août 14:46

      @machin

      « Un militaire cela ne meurt jamais pour son pays, mais toujours pour des affairistes sans scrupule. »
      C’est ce qu’affirmaient les communistes Français en 1939 lorsqu’ils étaient alliés des nazis.


    • francis29 2 août 14:54

      @titi
       
       ’’C’est ce qu’affirmaient les communistes Français en 1939 lorsqu’ils étaient alliés des nazis

      ’’
       

       On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels Anatole France
       
       Anatole France,communiste avéré et collabo nazi notoire, tout le monde a appris ça à l’école de titi.
       
      Pfff !
       
      Révisionniste, va !


    • machin 2 août 15:27

      @francis29

      « Anatole France,communiste avéré et collabo nazi notoire, tout le monde a appris ça à l’école de titi. »

      A quoi bon répondre à un gugusse, borné de surcroit ?
       


    • titi 2 août 21:29

      @machin @Francis29
       
      Bah c’est bien d’étaler sa culture, mais faudrait aussi savoir lire.

      Que la citation soit celle d’Anatole France, n’empêche pas qu’elle est devenue un slogan commun aux communistes et du propagandastaffel en 1939.

      Dans la même veine, les communistes affirmaient que les « poitrines françaises allaient être sacrifiées pour le capitalisme anglais », pendant que les nazis affirmaient que « les anglais se battront jusqu’au dernier Français ».

      Si je comprend bien rappeler la vérité, pour vous c’est faire du révisionnisme ?


    • sylvain sylvain 3 août 15:21

      @titi
      ne pas combattre pour les industriels, ou la patrie, ne revient pas à collaborer avec les nazis .
      Ou alors vous pensez que ne pas voter macron, c’est voter marine.


  • vraidrapo 2 août 09:27

    En quelques lignes, Scott Ritter nous fait profiter d’une partie ses connaissances sur la question.

    Dans le complément qui reste à découvrir, on pourra trouver des considérations sur les préoccupations locales du yankee hégémonique et sur le rôle d’Israël.

    Il ne faut pas oublier l’Accord militaire entre Israël et la Turquie, ce qui n’est pas une mince affaire.

    Partout où le sionisme est installé, les réseaux joue(ro)nt de leur influence pour ménager le partenaire de l’Accord.

    Si « on » voulait éliminer Endogame, il suffirait d’un claquement de doigt !


  • ETTORE ETTORE 2 août 19:56

    Le frère à tête de Turc....Il auras bientôt les egyptiens qui vont entrer dans la danse et pas comme derviches tourneurs en Libye.

    Soit, que l’Egypte, le souci d’Israël, se fritte avec le croissant périmé....ça arrange ses affaires. Pendant ce temps, il a fort a faire coté libanais .

    Que vient faire la France dans cette baignoire ? Protéger ses industries implantées dans les pays limitrophes ? Veut elle être le porte étendard de l’Otan ?

    Envoyer un Hélico...Grec....inspecter un bateau de trafiquants turcs, c’est double peine !

    Imaginez, une torpille, une seule, et pouf, toute le bénéfice pour Family Erdo qui part en maqujllage à poissons.

    Franchement, cette partie de la Méditerranée, face à la Libye est très mal fréquentée, c’est même à se demander comment les migrants arrivent à se faufiler avec leur canots surchargés entre toute cette armada surchauffée.

    Peut être tous de reporters de guerre ?


    • HELIOS HELIOS 3 août 11:49

      @ETTORE

      = = = comment les migrants arrivent à se faufiler  = = =

      C’est simple, Erdogan est d’accord , et les encourage, peut-être même qu’il protège les passeurs !


    • vraidrapo 3 août 15:42

      @HELIOS
      Endogame s’imagine qu’en foutant le bordel partout où c’est possible, il peut avancer ses pions profitant de la diversion. C’est un génie de pissotières !
      Pendant ce temps, la CIA et le maussade ne le perdent pas de vue...
      Il est à regretter que ce soit le contribuable européen qui paye la note puisque... Talonnettes a foutu le bordel en Syrie et en Libye.
      Talonnettes se la coule douce, maintenant qu’il a été appelé au Conseil d’Administration de Vivendi, il peut éditer des bouquins gratos sous les ailes protectrice de µicron et de Roteuch.
      Un livre que Talonnettes n’a pas écrit :
      https://www.france-palestine.org/Sarkozy-Israel-et-les-Juifs
      On trouvera dans ce livre des éléments intéressants sur l’appui de Nicolas Sarkozy au « communautarisme » (qu’il soit juif ou musulman d’ailleurs), sur sa sympathie à l’égard d’Israël, sa tendance à identifier tous les juifs et Israël : « Dois-je rappeler, écrivait le futur président de la République en 2004, l’attachement viscéral de tout juif de France à Israël, comme seconde mère patrie ? ». Et aussi, des confirmations sur les liens entre Sarkozy et les Etats-Unis.



  • zygzornifle zygzornifle 3 août 10:13

    L’OTAN c’est comme l’Europe beaucoup attendent l’implosion voire l’explosion ….


  • Faedriva 3 août 13:46

    Le problème turque implique les esclavagistes économiques allemands.
    Du coup ça va fumer un peu.

    Erdogan sait caresser les bourses de l’Allemagne qui sont aller se fourrer dans ce trou économique.

    Tout les corps d’emplois à bas salaires et à risques physiques élevés sont largement turques. 

    Et l’Allemagne ne nationalise que très peu ses immigrés.


    • vraidrapo 3 août 15:26

      @Faedriva
      1)
      Erdogan sait caresser les bourses de l’Allemagne qui sont aller se fourrer dans ce trou économique.

      Du bist eine Kokine ! smiley

      2)
      Et l’Allemagne ne nationalise que très peu ses immigrés.

      ils n’ont qu’à venir en France, les socialo-sionistes savent recevoir !

      ...
      Même chose pour Yves Blein, ex-socialiste, aujourd’hui membre de LaREM, qui a hébergé sur sa liste à Vénissieux un militant connu du PEJ, Parti Egalité et Justice, succursale en France de l’AKP. Il va sans dire que ce recul sur les principes républicains se traduit inévitablement sur le terrain par des avancées en sens contraire.


      ...
      Il suffit pour s’en convaincre d’entendre le leader des fauteurs de trouble proclamer sans ambages dans une vidéo : « . Que le gouvernement me donne 2000 euros et une arme, et je ferai ce qu’il y a à faire, où que ce soit en France »
      .

      Source
      https://laregledujeu.org/2020/08/03/36430/agressions-et-menaces-contre-les-armeniens-de-france/


  • Faedriva 3 août 16:33

    Franchement, entre les kurdes les arméniens et les turques, mon avis c’est de laisser faire ses 3 là, leur propre épurations technique et qu’ils définissent enfin leur bordel de bordure.

    A la fin ils demanderont un arbitrage, un arrêt du jeu de con et hop !

    Comme entre la Serbie, la Croatie, la Bosnie, l’Albanie le monténégro et le dernier... Je sais plus en 1995.


  • ETTORE ETTORE 3 août 21:58

    Une petite explosion par une petite bombe à tsunami, à l’entrée du Bosphore, ni vu ni connu, et voilà la coupole de Ste Sophie, récemment re-louée au prophète, par bail emphytéotique, qui s’élève vers le ciel et qui retombe plus bas que ses fondations.

    C’est écrit !  Comment qu’iii diiiiisent déjà.. ? « yazilidir » ?


  • ETTORE ETTORE 4 août 11:35

    Ah ! La science fiction déplait à certains !

    C’est sûr que le polard noir, est plus relaxant !

    Tant que cela se passe, que cela s’enchaîne, tant qu’il reste quelques pages à lire au soleil, et qu’on sait déjà, que le dénouement ne seras QUE dans la 2ème saison....On peut continuer de passer devant la librairie et surveiller la vitrine.

    Le jour ou une petite affichette seras accrochée à la porte « fermé pour cessation de commerce », on verras comment le scénario de science fiction n’en seras plus un.

    Bien à vous !


  • ETTORE ETTORE 4 août 20:07

    Explosion phénoménale au port de Beyrouth !

    Le front est il ouvert ?


    • vraidrapo 4 août 20:41

      @ETTORE
      La Sagesse dicte d’attendre 3 ou 4 jours que, la poussière tombée, les experts puissent se concerter...


  • ETTORE ETTORE 4 août 20:53
    vraidrapo 4 août 20:41

    @ETTORE
    La Sagesse dicte d’attendre 3 ou 4 jours que, la poussière tombée, les experts puissent se concerter...

    Je suis d’accord avec vous, mais Israël à déjà « prévenu » qu’ils n’y étaient pour rien !

    Niveau sagesse, pourtant....

    Beyrouth, C’EST LE LIBAN !

    Et là, le Liban, vient de se faire vaporiser.

    Je crains fort, vu la situation actuelle sur le front Syrien, que votre sage recommandation, ne soit nullement écouté par certains belligérants, pour qui, l’explication d’une explosion d’un hangar de stockage de feux d’artifices, ou de stockage de munitions, ne sert qu’à enflammer coute que coute la situation actuelle dans le secteur nord d’Israël.

    On verras si, soit les forces Israéliennes sont déjà déployées, ou si ils vont le faire.
    Ce seras une indication de l’évolution, bien avant la concertation des experts.

Réagir