mardi 29 octobre - par CLOJAC

Ligue du LOL : Les hyènes des médias progressistes

JPEG Une guerre picrocholine à l'ère du numérique ! Commencée comme une série de canulars pour ados attardés, amplifiant les pratiques de flame war en vigueur sur Usenet à la charnière des siècles, l'affaire évolue en une double chasse aux sorcières auprès de laquelle « Le procès » de Kafka apparaît comme une pantalonnade.

Le plus amusant, si l'on peut dire, est que les victimes de ce lynchage médiatique à double détente sont, du début à la fin, des journalistes. Des vrais. Encartés. Et de gauche cela va sans dire. À son apogée, la ligue compte jusqu'à 40 personnalités des médias, de la publicité et de la com. La crème de la crème de la bienpensance. Que des redresseurs de torts professionnels, d'insoupçonnables chasseurs de fascistes et des adorateurs de l'Eurocrature qui, aujourd'hui, aimeraient bien se faire oublier.

 

Une rigolade devenue force de frappe

Le « coupable » à l'origine de toute cette affaire s'appelle Vincent Glad. Un jeune bourge de province qui travaille pour le très consensuel Prisma Presse et pour le faux impertinent Canal Plus. Des débuts prometteurs dans le système. À 25 ans, en 2010, il se paye Michel Houellebecq qu'il accuse de plagiat dans « La carte et le territoire » et un an plus tard, Rama Yade a droit au même traitement. Ce jeune Rubempré est lancé, mais il ne va pas tarder à perdre ses illusions.

Comme le papier se vend mal, il sévit aussi dans le numérique où un procès en diffamation intenté par Morandini lui enseigne à doser son venin. En ressent-il une frustration ? Possible puisqu'il crée « La ligue du LOL » un groupe Fesse bouc, où l'on peut se défouler. Impunément croit-il.

Pour ces joyeux farceurs, qui n'ont pas le talent des humoristes de cabaret, la rigolade s'embourbe vite dans une récurrence d'insinuations perfides, une accumulation de ragots et de rumeurs, une banalisation des attaques à la personne... Plus grave, ils s'adonnent au détournement de photos ou à la fabrication de montages. D'abord pour se moquer des personnes narcissiques, en particulier des « people » qui exhibent leur vie et leurs états d'âme sur le web, mais s'offusquent qu'on les commente. Ensuite contre celles et ceux qui leur déplaisent pour une raison ou pour une autre. Cette technique devient leur arme de dérision massive.

Pour le père fondateur, le LOL repose sur « l'inépuisable capacité créatrice du web à tout ridiculiser pour replacer les institutions (politiques, stars, médias...) à leur juste place : à l'horizontale sur le plan de l'Internet égalisateur » L'analyse semble correcte.

Évidemment, pour que ça fonctionne dans la durée, il faut attirer et garder un maximum de suiveurs. Or en 2010 et années d'après, il devient de plus en plus difficile aux jeunes journalistes et pubeux ambitieux de trouver un bon job dans les structures institutionnelles. Face Book et Twitter permettent, si on sait créer le buzz et nourrir le clash, de se faire remarquer par les archontes de la com. Et pour ça, il n'y a pas 36 recettes : il faut savoir enchaîner les bons mots, les moqueries méchantes et les propos acides porteurs d'esclandres. Avec une moraline à géométrie variable enrobée dans une épaisse couche de coolitude.

Arbitres des élégances, ces jeunes gens ambitieux deviennent rapidement des commissaires politiques au petit pied. Traquant les cuistres et les imposteurs comme Le Gloupier, mais avec des armes autrement plus dévastatrices que des tartes à la crème. Des réputations s'effondrent lorsqu'ils chassent en meute, s'acharnant sur une de leurs cibles. Des concurrents préfèrent disparaître de l'espace public. L'épuration est en marche. Jusqu'à ce qu'ils commettent l'erreur fatale : s'en prendre aux féministes et aux homosexuels. Avec un zeste d'antisémitisme quand l'occasion se présente. Avec l'excuse du second degré. Encore LOL ?

 

Le summum de la perversion ?

C'est sans doute le fait d'inviter à les rejoindre des confrères et surtout des consœurs pour mieux les ridiculiser. Au détriment de leur carrière. Et de leur moral. On commence par les piéger en les incitant à s'exprimer sur des thèmes polémiques avant de s'en prendre au fond du propos autant qu'à la forme. Avec un acharnement qui va crescendo, et le courage d'une bande de hyènes affamées acculant une proie blessée.

Aïcha Kottmann dira : « Avant la Ligue du LOL, je pensais que j'écrivais bien. Après, j'ai commencé à me restreindre dans le choix des sujets, à écrire sans jamais rien publier... »

Christophe Ramel, pour sa part, a cessé de s'exprimer : « Plus mon blog fonctionnait, plus ils me ciblaient. Et je ne suis pas le seul à avoir remarqué cette corrélation »

On sait aussi inventer des variantes personnalisées. Comme quand Alexandre Hervaud incite son ami Vincent Glad à payer une bière à Iris Gaudin avec un lien vers la photo d’une canette enfoncée dans un vagin. LOL. L'intéressée affirme que les piges dont elle vivait se sont raréfiées après cet incident.

Dans cette chat room géante, des photos intimes de journalistes ou de blogueuses, assorties de commentaires salaces circulent, vengeance probable d'un ex viré. La réputation de « putes » ne tarde pas à leur être accolée. Cent fois répétée. Génial pour un entretien d'embauche.

S'ensuivent des entorses à la légalité plus graves : ainsi un photomontage pornographique est-il envoyé à des mineurs au nom du blogueur Matthias Jambon-Puillet. On imagine les conséquences désastreuses pour lui, tant il est difficile de prouver une usurpation d'identité numérique. Les autres rigolent sous cape. LOL

Comme on reste entre soi, le microcosme médiatique s'inquiète peu de ces turbulences qu'ils auraient présentées comme une résurgence du nazisme si un quidam extérieur à la bande s'était permis d'ironiser sur la svastika et les étoiles jaunes.

Ainsi restent sans suite les alertes lancées par Florence Desruol à « Slate » et à « Arrêt sur images », après avoir été insultée par Hervaud. Gilles Klein patron d'« Arrêt sur image » et ancien de Libé intervenient auprès de Laurent Mouchard alias Joffrin, employeur d'Alexandre Hervaud pour que l'affaire n'ait pas de suite... Florence Desruol contacte également Johan Hufnagel, alors rédac' chef de Slate, supérieur de Vincent Glad, mais le chef se désintéresse de ces péripéties.

Pas plus de résultats pour Valérie Rey-Robert qui tient le blog féministe « Crêpe Georgette » ni pour Lucile Bellan qui alerte en 2016 Charlotte Pudlowski, rédactrice en chef de Slate. Une enquête démarre mais elle s'arrête faute de moyens. Pas LOL ça.

En 2017, le journaliste Boris Bastide, pose une question au sujet de l'existence de la ligue du LOL. « BuzzFeed France » se saborde avant la fin de l'enquête... Obligeant la journaliste Marie Kirschen à abandonner elle aussi son enquête pour BuzzFeed, faute de preuves. De moins en moins LOL.

En 2018, le journaliste Alexandre Léchenet, prof à l'école de journalisme de Sciences Po publie un billet de blog relatant sa prise de conscience par rapport à certaines de ces pratiques. Entre persécuteurs et persécutés, il était plutôt observateur. Mais, pris par l'ambiance, il s'est laissé entraîner dans la surenchère et le regrette. « Libération » le dénigre pour des propos homophobes dont il s'est excusé auprès de la rédaction de « Têtu ». Des autres dérapages de la bande du LOL, il n'est toujours pas question.

Des blogs de riposte qui ont surgi avec une audience bien moindre expliquent la faible réactivité de la Caste, et la difficulté de faire sortir les affaires au grand jour. Ils évoquent tous le fait qu'il était difficile pour les victimes de critiquer un membre de la Ligue du LOL sans risquer d'en devenir une victime... Et d'alerter les autres membres qui auraient vite fait disparaître les preuves et contenus gênants. En traitant leurs accusateurs de paranos complotistes. Bien évidemment.

 

Les arroseurs arrosés

L'affaire éclate au grand jour quand d'anciennes cibles de LOL atteignent une position professionnelle assez forte pour oser parler librement. La journaliste économiste Léa Lejeune affirme : « À l'époque des harcèlements, les journalistes précaires qui en étaient victimes, craignaient de perdre des opportunités d'emploi, car les harceleurs avaient des postes importants dans la presse et étaient amis avec des gens du métier influents. »

Le fonctionnement de la presse numérique est alors pointé du doigt. Obligés de produire des contenus courts en quantité tous les jours, la plupart des scribouillards opérant sur le web disent coller à l'actualité, répondre parfois aux intervenants, cultiver le scoop, le buzz et le clash. Ils n'ont pas de temps à consacrer à ce qui ressemble à des chicayas professionnelles.

Pas évident de qualifier une agression lorsqu'elle évite les injures, les diffamations précises ou les menaces directes. On peut considérer comme une critique outrancière relevant de l'usage de la liberté d'expression (refusée à tant d'autres !) les piques insistantes portant sur la qualité du travail, la fragilité des sources et les facultés de compréhension de l'auteur. Ou les dénigrements ironiques qui ne deviennent viraux que lorsqu'ils sont repris en rafales par des complices. Mais leur auteur a déjà quitté la cour de récréation.

L'année 2018 se caractérise comme celle de la fin de l'omerta. Des réactions vont suivre. Déontologiques d'abord. Judiciaires ensuite. Sans suite. Le remue-ménage que cela entraîne n'est pas une odieuse manipulation de l'extrême droite, riposte rituelle de ces gens-là, mais le fruit pourri d'une crise interne aux médias de gauche.

Robin Andraca, ancien de Libé ouvre le feu sur « CheckNews » en publiant des témoignages de nombreuses victimes. Une fois la parole libérée, affluent des mails dénonçant des canulars téléphoniques libidineux enregistrés et diffusés sans l'accord des destinataires, des mails scabreux avec des identités usurpées, des montages photographiques et vidéos limite porno utilisés pour ridiculiser et décrédibiliser des personnes, et des tombereaux d'insultes provenant de comptes Twitter anonymes (pas tant que ça !) comme « @foutlamerde » cotenu par Vincent Glad.

Libé se réveille tardivement, et le 12 Février 2019, fait sa une sur des révélations qui n'en sont plus, affirmant que « cette affaire pourrait être le déclencheur d’une remise en question profonde et collective sur le sexisme et l’entre-soi qui gangrènent le milieu journalistique. » Ou quand l'hôpital se fout de la charité... Le papier est repris par l'Express, Mediapart lui emboîte le pas, et à sa suite une partie de la presse étrangère comme le New York Times, CNN, The Guardian, BuzzFeed, Checknews et le Daily Mail.

Noyés par ce tsunami dans un verre d'eau, des piliers du LOL jurent qu'ils ne sont pas les auteurs des harcèlements, même s'il est vrai qu'à l'occasion dans le feu d'une discussion ils ont pu tenir des propos acides... Ils n'ont fait que mettre un outil entre les mains de gens qu'ils ne contrôlaient pas. Des rebonds successifs de leurs blagues ont pu donner une impression d'acharnement mais c'était involontaire. Pour le moins, ils s'excusent de leur manque de vigilance et promettent que ça ne se reproduira plus. Le repentir du potache chahuteur dans le bureau du surgé ne suffira pas.

 

Réglements de comptes

En février 2019, Anton Battesti responsable des relations publiques de Fesses de bouc pour la France annonce de nouveaux algorithmes permettent une détection automatique ou semi-automatique des propos haineux et la fin de l'anonymat pour s'inscrire. Avec des milliers de fermetures de comptes dans la foulée, sous le regard inquisiteur des robots sémanticiens dont on connaît la finesse.

De son côté Twitter assure avoir mis en place de nouvelles procédures pour adoucir ses gazouillis, sans donner trop de précisions, et clôture une palanquée de comptes.

Suite logique des « révélations », Alexandre Hervaud et Vincent Glad sont suspendus par Libé et Slate, tandis qu'une cohorte de « petites mains » perdent leur emploi chez Publicis, aux Inrocks, dans divers journaux et à la radio ou à la télé selon le cas. La plupart sont d'illustres inconnus, pas assez doués pour altérer leurs IP et faire disparaître les preuves. D'autres servent de boucs (ou de chèvres) émissaires. La private joke d'un sous-fifre sera retenue comme une insupportable agression.

Glad de son côté, après un court purgatoire médiatique, rebondit grâce à l'absolution de Libé qui l'a promu expert ès-gilets jaunes. Au bon endroit au bon moment. Ou quand la nomenklatura échaudée se prend à aimer les prolos.

Le 11 février 2019, un collectif d'avocats annonce la possibilité de mener des poursuites judiciaires à l'encontre des membres de la ligue. Le problème : la Ligue du LOL n’existe pas, elle n'a pas de capacité juridique ni de dirigeants connus. Et elle n'avait aucun moyen de filtrer ceux qui rediffusaient ses propos. Comment poursuivre des fantômes ? Quant à s'en prendre à chacun de ses membres pour injures, racisme, homophobie... Il faudrait disposer de preuves. Or la plupart des tweets ou photomontages litigieux ont été émis sous pseudos via des plateformes étrangères. Et leurs auteurs les ont supprimés. Quant aux victimes, elles ont rarement gardé des traces de ces harcèlements. Beaucoup ont préféré nettoyer leur HD et oublier, pour favoriser un processus de résilience.

À cela s'ajoutent les délais de prescription. Le délit de cyberharcèlement date de 2014, doublant la durée des délais du harcèlement IRL, mais la loi pénale n'est pas rétroactive.

Ainsi le signalement de l'association féministe « Prenons la une » adressé au procureur de Paris reste sans effet, comme celui de SOS racisme qui suit de peu en février 2019... Des juristes autoproclamés mettent en demeure d'intervenir la garde des Sceaux Nicole Belloubet, et la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, sans préciser qui et sur quelles bases on pourrait incriminer.

Et alors que ces actes détestables ont été commis par d'éminentes figures de la Caste du Bien, l'inénarrable Marlène Schiappa proclame : « C'est notre société toute entière qui est malade du sexisme. » Oserait-elle remplacer sexisme par macronisme, affairisme, européisme, ou islamisme ?

 

Le tribunal médiatique

Il prend le relais d'une justice incapable de se prononcer. Avec deux grandes vagues montrant comment ces chasseurs de sorcières opèrent.

* Dans un premier temps, ils utilisent les mêmes méthodes de chasse en meute que ceux qu'ils ont condamnés sans appel. Juges et procureurs à la fois, ils brisent des carrières et renvoient à l'anonymat et chez Paul Amploy quelques joyeux farceurs. Ça c'est pas LOL. L'émulation dans la délation, les affichages de moraline et les concours de têtes coupées jouent à fond la caisse. C'est à qui présentera les plus beaux trophées. Pour certains, balancer est un moyen de se dédouaner.

Or l'image d'une bande organisée pour le LOL est trompeuse. Il y a eu certes des connivences et des alliances de circonstances on line, sans doute aussi des stratégies de harcélement décidées par mails, mais on ne dispose d'aucun élément pour séparer les meneurs des suiveurs, les acteurs des spectateurs. Il n'empêche que ceux dont on connaît les noms pour « avoir été proches » (formule stalinienne par excellence) de LOL sont virés avec désormais une tache indélébile sur leur CV. Et parfois aussi avec leur vie privée détruite quand un(e) conjoint(e) qui occupe une situation en vue préfère se débarrasser d'un boulet.

Selon « L'Internaute », une traque des anciens membres de la Ligue du LOL est lancée, et une liste de 33 noms publiée sur la plateforme Pastebin. Ça c'est pas cool. Sur Twitter, ils sont interpellés, sommés de s'expliquer et lorsqu'ils nettoient leurs comptes, le nombre de messages qu'ils suppriment est minutieusement décompté.

L'avocat Philippe-Henry Honegger parle de « totalitarisme moral » et déclare : « la justice de l'opinion [...] joue pour condamner moralement et obtenir des sanctions qui n'auraient pas pu être obtenues dans une enceinte judiciaire . »

* Dans un second temps, revirement de situation. La solidarité de caste l'emporte sur toute autre considération et la meute des procureurs devient un troupeau de défenseurs. C'est à qui trouvera les meilleures excuses et les circonstances les plus atténuantes à ceux qui ont été condamnés à la mort sociale par le tribunal numérique. Chaque cas pris séparément, avec des acteurs différents et des occurences particulières, fait apparaître des plaisanteries de mauvais goût, des canulars stupides, des blagues de potaches. C'est ce que l'on ressent en découvrant les rares « pièces à conviction » qui ont échappé au grand nettoyage.

Mais l'essentiel dont on parle peu (et pour cause !) est que les auteurs de ces plaisanteries d'un goût douteux proviennent tous du microcosme de la bienpensance progressiste. Les mêmes propos tenus par des gens de droite seraient du racisme, du sexisme et de l'homophobie... Provenant de la gauche et de l'extrême gauche, ce sont des peccadilles. Il y a bien longtemps qu'en France le tribunal médiatique (et parfois aussi les vraies cours) jugent moins les faits que la personne accusée de les avoir commis, à l'aune du profil politique qu'elle affiche.

 

Une pratique banale

Quand les langues se délient, en profitant de ce brouhaha, on apprend que de nombreux organes de presse ont eux aussi, en leur sein, des groupes de journalistes chevronnés dont la distraction favorite serait de charrier les confrères et de bizuter les nouveaux, surtout les nouvelles d'ailleurs. Parmi ces joyeux drilles, « Les Darons du HuffPost », « Radio Bière Foot » et le « boys club » au sein de la rédaction de France Info. Des sommités insoupçonnables qu'on ne saurait importuner pour des gamineries.

Un journaliste de « 20 Minutes » écrit : « En somme, c’est la cour d’école qui s’est transportée sur Twitter... Sauf qu’à la place d’ados de 14 ans, on trouve des journalistes de plus de 30 ans »

Selon le prof de psychologie sociale Laurent Bègue : « Le web favorise les comportements violents car l'agresseur n'est pas témoin visuel des réactions de souffrance de sa victime. En outre, le fait d'être dans un groupe désinhibe à agresser autrui, et dans le cas de LOL chaque membre aura contribué, par son action ou son assentiment muet à renforcer la dynamique de malveillance. »

Et puis des sociologues du travail analysent à leur tour les objectifs du LOL et de ses équivalents. Pas si anodins finalement. Derrière le paravent de la grosse rigolade, ils voient des rites d'adoubage, sortes de passages de carrière obligés, où les forts s'imposent aux faibles (dont les femmes considérées comme telles, mais il y eut aussi des harceleuses !) et où se nouent des rapports d'alliance et de suzeraineté futurs en prévision des activités dans le monde réel.

Déconner pour constituer ou renforcer son réseau. Fallait y penser ! Le copinage sous le costume du clown. Avec le plaisir du pouvoir absolu quand on sait être en mesure de détruire quelqu'un d'une phrase ou d'une photo ressassée comme un leitmotiv, ou au moins le pousser à se retirer de la compétition.

On peut ajouter un climat propice au social engineering qui permet de recueillir des informations confidentielles sur des personnes qu'on pourra être amené à retrouver par la suite. Des dossiers personnels s'échangent d'un média à l'autre. Entre amis. C'est tout bénéf pour les pervers farceurs. Et ça c'est pas LOL du tout !

Épilogue fin octobre 2019 : plusieurs « animateurs » du LOL ont été recruté à des postes clés avec des salaires avantageux par des médias institutionnels appréciant leur expérience pratique du web et leur connaissance des réseaux sociaux.



53 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 octobre 13:11

    tout ça est près parisien


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 octobre 13:29


    « Des vrais. Encartés. Et de gauche cela va sans dire.   »

    Quelle gauche ?

    Dans le nuancier disponible le choix de la tonalité est difficile :

    • PS
    • Radicaux de Gauche,
    • Nouvelle Donne,
    • Europe-Ecologie-Les verts,
    • PCF, Parti de Gauche, Fédération pour une alternative sociale et écologique, République et socialisme, Convergences et alternative, le Parti communiste des ouvriers de France, Gauche anticapitaliste,mouvement politique les Alternatifs regroupés au sein du Front de Gauche,
    • Gauche Unitaire,
    • Un des trois partis trotskistes : Le Nouveau Parti Anticapitaliste, Lutte ouvrière, le Parti ouvrier indépendant,
    • Autres petites structures, d’extrême gauche, communistes, maoïstes, libertaires, anarchistes, etc.

    A moins que vous n’utilisiez le mot gauche dans son acception américaine, c’est-à-dire favorable aux changements sociétaux (LGBT, mariage pour tous, discrimination positive, PMA…) et ignorant les conflits sociaux réels ?


    • kimonovert 29 octobre 13:46

      @Séraphin Lampion

      A l’heure qu’il est votre liste d’épicerie se sera enrichie de quelque nouvelle obédience pinaillesque !


    • JulietFox 29 octobre 15:01

      @Séraphin Lampion

      "A moins que vous n’utilisiez le mot gauche dans son acception américaine, c’est-à-dire favorable aux changements sociétaux (LGBT, mariage pour tous, discrimination positive, PMA…) et ignorant les conflits sociaux réels ?« 

      C’est un défouloir pour les »droitasses" (ben moi aussi, je sais faire) refoulés, ce qui est le cas, puisque l’agité de Neilly s’est fait jeter, par un ersatz soi disant de gauche, et le coincé de la Sarthe, menteur comme un Cahuzac, habillé de gauche pour tromper.



    • exol 29 octobre 15:29

      @JulietFox
      Ayé t’as encore vomi ta propagande gogochonne.


    • Samson Samson 29 octobre 17:01

      @Séraphin Lampion
      Disons « progressistes » !
      Parce que comme Valls ou Flamby se prétendre de « gauche » quand on a renoncé à la lutte des classes, à la défense des plus démunis ou au progrès social pour épouser la défense des minorités culturelles, çà se résume tout au plus au label mensonger et au détournement de fond de commerce : çà ne veut tout simplement plus rien dire !


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 19:14

      @Séraphin Lampion
      « Quelle gauche ? »
      Vous êtes très doué pour faire celui qui ne comprend pas à l’image de votre alias.
      La gogôche médiatique a un programme commun non écrit qui transparaît à travers toutes leurs interventions.

      Ce programme a pour lignes de force la détestation de la France (et de la culture occidentale en général) l’européisme béat, l’immigrationnisme benoît, la tendance à considérer les délinquants et les marginaux comme des victimes de la société, l’anti-religion sans faille sauf pour une, l’affichage d’une solidarité universelle en pratiquant la charité bien ordonnée qui commence par soi même, et plus généralement une connivences entre gens du même monde et la mort sociale pour ceux qui ne partagent pas leurs lubies.

      J’oubliais le « vivre ensemble » et la « mixité sociale » dont ils sont les hérauts mais qu’ils se gardent bien de pratiquer pour leur logis et l’éducation de leurs enfants.
      Gramsci leur a montré la voie : les changements majeurs se préparent en combattant l’hégémonie culturelle du moment en la remplaçant par les valeurs inversées d’un nouveau paradigme.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 11:10

      @CLOJAC
      C’est normal, le capitalisme se sert de la Social démocratie, quand la Droite ne suffit plus à bloquer les revendications et à faire baisser les salaires.

      Il se sert aussi de gouvernements de Coalition droite/gauche, comme en Allemagne, ou en France avec Macron.

      Le capitalisme sait aussi se repeindre en vert pour sauver les marchés saturés, la baisse tendancielle des taux de profit, et promouvoir le CO2 et Ste Gréta...

      Et en dernier recours, quand les collaborations précédentes ne suffisent plus, il passe la main à un gouvernement militaire, qu’affectionne tant l’Extrême-droite, pour niquer un peu plus les classes populaires et casser leurs organisations.

      Rien de nouveau sous le soleil, le capitalisme a 130 ans et ses solutions sont toujours les mêmes. Il existe bien des variations dans la collaboration avec le capitalisme, et bien des variétés de mougeons et d’idiots utiles ...

      Annie Lacroix Riz explique très bien les diverses étapes.
      « Le Fascisme français »


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 12:23

      @Fifi Brind_acier
      De quel capitalisme parle-t-on ? Du capitalisme industriel et commercial qui produisait, innovait, diffusait des richesses ? À mon sens supportable pour peu qu’on y ajoute une dose de keynésianisme.
      Ou du capitalisme financier qui ne sait que spéculer ? Celui-là est dangereux parce c’est un parasite qui change de couleur comme un caméléon, bleu, rouge, rose, vert... Et il a les moyens de tricher aux jeux du pouvoir.
      Sa pire crainte est la restauration d’une souveraineté nationale, où l’on pourrait dire comme De Gaulle : « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille »

      Un putsch militaire en France je n’y crois pas, parce que les militaires dont devenus des bureaucrates qui votent comme le reste de la population.
      Les unités d’intervention en OPEX et les services spéciaux sont une minorité plutôt neutre. Mais... Si on basculait en situation d’affrontement armé du fait d’insurrections identitaires, et qu’un pouvoir faible laisse faire, une OAS bis serait-elle encore possible ?

      Pour ce qui est des écrivains du fascisme évoqués dans la vidéo, à mon sens ils sont très datés, et ils ne présentent plus guère qu’un intérêt historique. On peut se dispenser de tous les lire grâce à « Au régal des vermines » de Marc Edouard Nabe publié en janvier 1985.

      Dans cet essai, l’auteur assumait son admiration pour des auteurs comme Louis-Ferdinand Céline, André Suarès, Drieu la Rochelle, Lucien Rebatet, Henri Béraud, Léon Bloy... Dont il analysait fort bien les écrits. Mais c’est une pensée d’une autre époque, dans un monde très différent.

      .



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 14:11

      @CLOJAC
      Les dérives liberticides de Macron, son élection grâce à un coup d’état médiatique, l’usage d’une Justice aux ordres pour se débarrasser des concurrents, et les dégâts causés par les tirs de LBD, cela ne vous fait pas penser à un gouvernement autoritaire, sinon militaire ??

      Si ce n’est pas encore franchement le cas, cela commence sérieusement à y ressembler. Demandez aux Gilets jaunes, ce qu’ils pensent de « la démocratie » version Macron ?


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 18:24

      @Fifi Brind_acier
      J’ai co-signé la demande de saisine du TPI pour que Macron et Castaner soient inculpés de crimes contre l’humanité à la fin du mandat du premier. Et vous ?
      Avez-vous pris ce risque sous votre véritable identité ?

      Ceci dit, il me semble utile de rappeler les définitions de base :
      Un régime militaire est un régime dans lequel l’armée contrôle directement tous les organes de pouvoir. Exemples : le Chili de Pinochet, l’Argentine de Videla.
      Cela commence par un putsch et se termine en désastre économique.

      On peut y ajouter des pays gouvernés par des civils sous tutelle des militaires. Exemples : le Myan Mar, l’Algérie, les Fidji, le Soudan.
      Pays de stabilité politique apparente mais où la corruption conduit au marasme. 

      Après, il y a toutes sortes de dictatures qui s’appuient sur l’armée sans que l’armée exerce directement le pouvoir, même s’il arrive que des généraux y soient associés. Exemples : le Venezuela, l’Iran, la Somalie, Cuba.

      Si la plupart des états autocratiques font une part belle à l’armée, exemples la Russie, la Turquie, la Chine, le Brésil, ce ne sont pas des juntes militaires.
      L’armée y est utilisée pour réprimer les opposants, mais elle ne décide pas des grandes orientations politiques.

      Enfin, il y a les régimes autoritaires comme la France, l’Inde et les USA où la répression est à la fois dure et ciblée, mais où le droit de vote existe toujours et où les militaires obéissent au pouvoir civil.

      Cette liste va horrifier quelques agoravoxiens convaincus que Maduro, Erdogan, Xi Jinping, et Ali Khamenei sont des parangons de démocratie. 


    • kirios 31 octobre 09:07

      r@CLOJAC
      "J’ai co-signé la demande de saisine du TPI pour que Macron et Castaner soient inculpés de crimes contre l’humanité à la fin du mandat du premier. Et vous ?
      Avez-vous pris ce risque sous votre véritable identité ?« 
      j’ai signé cette demande(évidemment sous ma véritable identité ), je n »ais pris aucun risque, je me suis seulement comporté en situation responsable.


    • CLOJAC CLOJAC 31 octobre 09:49

      @kirios
      C’est bien de prendre ses responsabilités, mais vous risquez d’être fiché aux RG.
      Moi ça m’est égal, j’y suis déjà ! 


    • Duval Duval 31 octobre 20:50

      @CLOJAC

      Vous êtes financé par IQT ?


    • CLOJAC CLOJAC 31 octobre 22:06

      @Duval
      Ma source d’inspiration est le Te Wananga o Aotearoa. 
      On peut y gagner du mana, pas du moni.


  • HELIOS HELIOS 29 octobre 13:41

    ... tout le monde connait la consanguinité de ce petit monde et la parisianité (néologisme pas si neuf que ça cousin de parisianisme) qui va avec.

    Comme toujours, il y a le vrai problème de l’éducation qui ne va pas de soi. faire son boulot de journaliste, sans contrainte, nécessite évidement une déontologie et aussi une éducation.

    C’est vrai que cela est souvent a géométrie variable, mais, comme dans les effets de foule (et l’auteur a bien choisi son illustration) les limites sont rapidement dépassées.

    Bref, la bande de trou-du-cul dont il est question dans l’article ne mérite pas l’encre ou le débit internet qui leur est consacré, même si parfois l’humour qui est porté peut être plaisant.

    La seule chose qui est regrettable, hélas, est que sur d’autres thèmes beaucoup plus importants, la caste journalistique agit de la même manière avec les mêmes résultats... sauf que ceux qui sont punis, ne sont pas acteurs de ce théatre ridicule, mais les destinataires légitimes d’une information sincère et non manipulée. Il n’y a qu’a voir la brochette qui se commet tous les jours -une fois « expert », une fois journaliste- sur C dans l’air que vous pouvez rapprocher de ce « LOL » pour bien saisir le vice. 

    Le vrai problème c’est qu’a force d’abus, lorsque se réveilleront les censeurs, ce qui y perdrons le plus ne sont pas ceux qui ont abusé... et les faux-positifs seront légions, d’autant que cela permettra d’autres abus plus mortifères.


    • JulietFox 29 octobre 15:04

      @HELIOS

      Ah les braves Reynié, Barbier de l’Echarpe Rouge, Cayrol et autres donneurs de leçons grassement payés.


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 19:31

      @HELIOS
      « La seule chose qui est regrettable, hélas, est que sur d’autres thèmes beaucoup plus importants, la caste journalistique agit de la même manière avec les mêmes résultats... sauf que ceux qui sont punis, ne sont pas acteurs de ce théatre ridicule, mais les destinataires légitimes d’une information sincère et non manipulée. »

      Voilà, tout est dit. Ces historiettes futiles en apparence révèlent un mode de pensée pervers et des comportements qui ne le sont pas moins...
      Avec cette constatation anthropologique banale mais trop souvent laissée de côté : 
      Un progressiste se fout du progrès social comme un écolo s’en tape de la nature.

      Ces gens-là ont des structures mentales et des réactions collectives proches de celles des fascistes (modèle Franco, Mussolini,Salazar, Peron) mais l’intérêt bien compris de leurs carrières les conduisent à traquer en meutes les déviants de la doxa, qualifiés de fascistes bien sûr... Tout en libérant leurs penchants sadiques et en exerçant leur domination sur ceux qu’ils croient plus faibles qu’eux.
      Ceux qui n’ont pas compris cela sont soit des imbéciles soit des complices passifs de la caste désinformative.


  • kimonovert 29 octobre 13:50

    « la parisianité (néologisme pas si neuf que ça cousin de parisianisme) » Peut être pour être exhaustif, dire les parisianitudes, néologisme de turpitudes parisianistes ?


    • HELIOS HELIOS 29 octobre 17:01

      @kimonovert
      ... a peu près ça, ouais !


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 19:41

      @kimonovert
      Parisianisme sans doute. Mais pas que...
      Le germanopratisme existe toujours. Nourrissant le dogmatisme, le psittacisme, et l’autoritarisme de ces faux intellectuels autoproclamés experts en tout.
      « Le paraître et le néant » pour paraphraser Sartre.


  • kimonovert 29 octobre 14:04

    @auteur Rappel utile sur le phénomène de meute et de la pensée de groupe, connus et bien documentés ! Garder les noms en tète pour passer au large de ces phares de la pensée...


  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 octobre 14:28

    Dog eat dog .


    • JulietFox 29 octobre 15:05

      @Aita Pea Pea
      Ou homo et homo lupus . (Je lis Astérix)


    • exol 29 octobre 15:15

      @Aita Pea Pea
      Si ce n’était un article sur les journalistes , j’aurais pu croire à un pamphlet des commentateurs Avoxiens .


    • kimonovert 29 octobre 15:59

      @exol

      Faire « journalisme » sur l’onglet « Recherche » ! J’ai trouvé ça : https://www.agoravox.fr/IMG/Guide_du_journalisme_citoyen-2.pdf

      Y a du taf...


    • exol 29 octobre 18:10

      @kimonovert
      Faut le faire suivre à Fifi , au 421 , des gens objectifs et honnêtes , avec beaucoup de tontologie et d’atique .


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 20:00

      @exol
      « Si ce n’était un article sur les journalistes , j’aurais pu croire à un pamphlet des commentateurs Avoxiens . »

      Amha sur Avox comme sur tout cyber forum, on rencontre 3 catégories de personnes :

      Les debaters avec lesquels on ne peut pas être d’accord sur tout, mais qui exposent des arguments cohérents, documentés, pertinents. On peut confronter avec eux des analyses contradictoires en essayant de respecter la légitimité des points de vue antagonistes. Cela peut être stimulant pour l’esprit.

      Les propagandistes d’une idéologie, d’un parti politique, d’une religion, d’un état étranger... Pour ou contre qu’importe. Avec eux aucun échange possible. Psychorigides souvent handicapés par un faible QI, ils sont convaincus d’avoir toujours raison et voient le monde à travers le prisme d’une dichotomie amis<=>ennemis.

      Les voltigeurs : ceux qui se contentent d’une remarque lapidaire. Il n’est pas toujours aisé de déterminer si c’est du second degré ou l’étalement de leur ignorance. J’avoue observer ces sujets avec une curiosité d’ethnologue. Parce qu’il faut vraiment les suivre dans la jungle pour voir où ils vont. smiley


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 22:34

      @kimonovert
      Le problème est qu’il n’y a plus de journalistes, mais des propagandistes stipendiés et des militants plus ou moins fanatiques d’un parti ou d’une cause.
      Leur objectif n’est pas d’informer mais de convaincre. Ou au minimum d’embrouiller tellement les béotiens qu’ils s’y perdent. Donnant raison au dernier qui a parlé. 

      Les moins virulents, mais pas les moins pernicieux, sont des animateurs pour qui l’actualité et la politique relèvent des podiums de jeux et des plateaux de variétés. 
      Le ciblage des sujets, la sélection des invités, le tri d’un public dressé à approuver ou huer sur commande, entretiennent l’illusion de débats libres et ouverts.
      Les rares mal-pensants y sont conspués, mais comme on n’est jamais trop prudent avec la liberté, ces émissions « en direct » sont toujours diffusées en léger différé.


    • exol 29 octobre 23:28

      @CLOJAC
      Bon ben si tu veux bien , je vais me situer dans les crétins au faible QI , c’est plus rassurant , parce que quand je vois ce que les élites ont fait de ce pays , un babouin aurait fait mieux. Quand aux grands commentateurs de gagavox , c’est plutôt la course à celui qui va en jeter le plus pour esbaudir son interlocuteur , avec de grandes phrases au vocabulaire incompréhensible pour bien faire voir qu’ils ont de la culture . Des cons glorieux parlant pour ne rien dire , mais avec élégance. Et après tu te demandes pourquoi les chleus nous enterrent économiquement , eux ils ont 50 mots différents pour définir un boulon servant à faire une Audi ou une Merco qu’ils vont vendre à prix d’or .


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 00:37

      @exol
      « Bon ben si tu veux bien , je vais me situer dans les crétins au faible QI »

      Sont concernés les propagandistes d’une idéologie, d’un parti politique, d’une religion, d’un état étranger... Bref des robots qui assurent une présence pour réciter des éléments de langage qu’ils ont appris par cœur, quelque soit le contexte, parce qu’ils sont incapables de parler d’autre chose, une fois sortis de leur bulle.
      Te vois-tu ainsi ?
      Sinon la maîtrise d’un langage clair et précis permet d’échanger ou pas des signes invisibles quand les codes sociaux, faciaux ou corporels sont inopérants sur le web, afin d’évaluer ses partenaires et/ou adversaires. 


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 00:40

      @exol
      « Bon ben si tu veux bien , je vais me situer dans les crétins au faible QI »

      Sont concernés les propagandistes de partis politiques, de religions, d’idéologies... Des petits robots qui ne savent que réciter les éléments de langage qu’on leur a appris. Te vois-tu ainsi ?


    • Cadoudal Cadoudal 30 octobre 00:49

      @CLOJAC
      je vais me situer dans les crétins au faible QI

      Aucun problème pour moi d’être considéré par les collabos bourgeois comme un bas du front analphabète lépreux raciste homophobe islamophobe et tutti quantiphobe, j’en tire même une certaine forme de crédibilité jamais démentie par les faits...lol...

      Les détracteurs de l’institution judiciaire se trouvent surtout parmi les moins diplômés, les électeurs de droite et d’extrême droite, les employés, les ouvriers et les habitants de communes rurales.

      Ses meilleurs défenseurs se recrutent chez les cadres supérieurs, les Parisiens, les (très) diplômés, les étudiants, les partisans de la République en marche, d’Europe Ecologie Les Verts et du Parti Socialiste. 

      https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/sondage-exclusif-1-francais-sur-2-n-a-plus-confiance-en-la-justice_2105235.html


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 01:10

      @Cadoudal
      Ton sondage de l’express me rappelle les sondages de 2005 quand les partisans du non étaient présentés systématiquement comme des ploucs analphabètes qui se lavaient une fois par an et battaient leur femme.
      Tentative dérisoire de neutraliser les nonistes en les dépréciant et en les humiliant.
      À ce jeu-là, on peut répliquer que les défenseurs du système et de l’Eurocrature sont des larves dépourvues de personnalité, incapables de réflexion personnelle, des loufiats des zélites, et que s’ils ont quelques diplômes ce sont des imbéciles instruits.


    • Cadoudal Cadoudal 30 octobre 01:23

      @CLOJAC
      Rien a voir avec 2005...

      En 2005 y avait des mecs de gauche, là c’est uniquement les indigènes réfractaires et les flics qui ne font plus confiance à la justice coloniale...

      Toute la gauche défend les multiples relaxes de Cédric Herrou, toute la gauche applaudit aux condamnations foireuses des Identitaires...

      Les détracteurs de l’institution judiciaire se trouvent surtout parmi les moins diplômés, les électeurs de droite et d’extrême droite, les employés, les ouvriers et les habitants de communes rurales.

      Même Bilger est passé à gauche et condamne Zemmour...lol...

      https://www.lesalonbeige.fr/eric-zemmour-face-a-philippe-bilger-sur-le-gouvernement-des-juges/


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 02:01

      @Cadoudal
      Au contraire, ça a tout à voir avec 2005, et si on remonte plus loin dans le temps avec le vote censitaire, de 1791 à 1848 en France, qui éliminait des urnes les gens en dessous d’un certain revenu, assimilé à un niveau socio-éducatif trop bas pour comprendre les enjeux de la politique.
      Les gens au pouvoir ont tout intérêt à maintenir cette fiction selon laquelle seuls des illettrés, des bac  10 et des crétins goitreux rejetteraient leur politique, en espérant que les têtes pensantes qui les méprisent n’oseront plus s’exprimer, paralysées par la honte. smiley


    • exol 30 octobre 09:05

      @CLOJAC
      Le jugement des autres sur ma personne n’a plus d’importance , n’étant plus en compétition dans cette société du paraitre car retraité . Le QI et les évaluations des partenaires sont des vues de l’esprit , bien entendu par ceux qui se croient supérieurs de par leur culture et non pas de leur intelligence , chacun dans cette société a sa place et son utilité , mais c’est toujours les plus cultivés qui méprisent ceux qui ne sont pas de leur cercle , et c’est comme çà que des Enarques genre Hollande et sa cohorte d’abrutis ont pu diriger un pays comme le notre et l’envoyer dans les tréfonds économiques ou d’un nain arriviste comme Sarko . A bout d’argument le peuple est con. Les vrais acteurs économiques de ce pays ont compris depuis longtemps qu’il valait mieux se barrer sous d’autres cieux plus cléments pour faire tourner leurs usines pour les plus malins et les autres ont déposé le bilan il y a fort longtemps . Et pendant que le bateau coule à l’assemblé nationale on légifère sur le port du voile .


    • Cadoudal Cadoudal 30 octobre 09:05

      @CLOJAC
      Tu es trop imprégné par le gauchisme pour avoir une vision claire de la situation, Herrou serait acquitté parce que riche, les zids condamnés parce que pauvres...lol..

      Soigne ton addiction, tu verras qu’il n’y a pas besoin de se référer à 1791 pour expliquer la protection de Nick Conrad et consorts...

      L’ensemble de la gauche milite pour le droit de vote des 450 000 colons annuels...

      Tous les colons votaient jusqu’à présent à gauche...

      L’immense majorité des prolos indigènes est contre la colonisation..


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 09:16

      @Cadoudal
      « Tu es trop imprégné par le gauchisme pour avoir une vision claire de la situation  »

      Si tu vois en moi un gauchiste, après avoir lu cet article, c’est que tu as un QI<80

       


    • Cadoudal Cadoudal 30 octobre 09:27

      @CLOJAC
      Mais certainement, merci du compliment..

      En même temps si j’étais moins con, j’essayerais comme toi d’expliquer l’impunité dont bénéficie Herrou comme un effet secondaire du suffrage censitaire de 1848...

      Avec mon petit QI je me mélangerais rapidement les pinceaux, je préfère même pas y penser...lol...


    • kimonovert 30 octobre 10:08

      @CLOJAC Bonjour, De votre point de vue d’auteur, peut-on échanger ici en confidence ? Accessoirement, à quel fuseau horaire ? A+


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 10:36

      @kimonovert
      Avec la nouvelle heure j’ai 11 heures et 1/2 jour d’écart avec la France.
      En ce moment, il est 23h 30 le 29/10 en PF et pour toi 10 h 30 le 30/10.
      Tout ce qui se dit ici est public, si tu as des choses à dire en privé, j’ai une BAL en ligne exprès pour ça  christian40200@gmail.com 


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 11:00

      @exol« 
      «  c’est toujours les plus cultivés qui méprisent ceux qui ne sont pas de leur cercle »

      N’oublie pas ceux qui n’appartiennent à aucun cercle, mais parce qu’ils connaissent les codes sociaux de chacun, et savent décrypter les langages non verbaux de tous, peuvent se faire accepter partout.
      Les intelligences multiples de Howard Gardner sont comme un muscle : en jachère elles s’atrophient. L’acquisition de connaissances est leur entraînement, la réflexion leur carburant, le jeu social leur salle de compétition.
      Se considérer comme un éternel étudiant permet de stimuler ses neurones et de créer de nouvelles synapses jusqu’à un âge avancé.
      Pour ceux que ça intéresse :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_intelligences_multiples


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 octobre 11:17

      @exol
      Ce qui est ennuyeux avec l’ UPR, c’est que tout est sourcé !
      Regardez n’importe quelle conférence d’Asselineau, par exemple, sa conférence sur l’euro, tout est sourcé ! 

      Courage, revenez en 2e semaine !


  • soi même 29 octobre 18:19

    Les crétins c’est comme les champions, il suffit juste que le temps soit optimale pour que cela pousse.


  • xana 29 octobre 19:34

    Quelle importance ? Je n’ai pas la télé...


  • xana 29 octobre 19:36

    Et en plus j’habite à 2500 km de Paris, alors les petites haines de ces clowns entr’eux ne me font ni chaud ni froid.


    • CLOJAC CLOJAC 29 octobre 21:07

      @xana
      Les « petites haines de ces clowns » sur le web ne sont qu’un épiphénomène.
      Dessous, elles révèlent les méthodes employées pour phagocyter un peu plus les médias main stream et y bétonner les blockhaus de désinformation. En prévision des futures élections.
      Pour les motiver, les avantages professionnels dont ont bénéficié les rescapés de ces guéguerres ne peuvent que les inciter à persévérer. À un autre niveau.
      Je vois cela alors que je vis à 20.000 Km de Paris.
      Mon télescope serait-il plus performant que le vôtre ?


  • Attila Attila 30 octobre 10:36

    Où il y a de la hyène, y a pas de plaisir !

    .


    • CLOJAC CLOJAC 30 octobre 10:41

      @Attila
      Pour le plaisir chez les hyènes, va savoir. Les femelles plus grosses que les mâles, ont autant de testostérone et un clito de la taille d’un pénis.


Réagir