jeudi 1er février - par ricoxy

Linguistique amusante

Voici le deuxième volet de notre linguistique amusante, où sont présentés des mots, des expressions ou des noms propres parfaitement innocents en langue étrangère et qui ont un sens amusant ou obscène en français. On sera peut-être étonné de voir de nombreux termes scabreux, mais la faute incombe aux étrangers qui apparemment sont obnubilés par le vocabulaire érotico-scatologique. Notre ambition était de présenter cet essai en trois volets. Par malheur, comme l'inflation grimpe en flèche, nous avons dû nous limiter à deux parties seulement, et la deuxième a été fortement réduite.

- D -

dondon (japonais どんどん [prononcer dondon] : rapidement, à toute allure). Les dondons (grosses femmes) japonaises, apparemment, ne sont pas gênées par leur embonpoint. Elles sont même devenues synonymes de rapidité. Elles ont aussi fait l'objet d'une chanson : « Mais où cours-tu doudou, dondon ? » (célèbre chanson japonaise interprétée par Carlos).

 

Ducon (société américaine Ducon). C’est une société de construction et de projets industriels qui « respecte l’environnement », et dont le siège est à New York. Elle a même un site internet. Cette société a une devise : « We are not just a company, we are DUCON family » (Nous ne sommes pas seulement une société, nous sommes la famille DUCON (en majuscules dans l’original). On peut très bien s’adresser à un cadre de cette famille-société en l’interpellant : « Hé, Ducon ! »

Quant à la famille Ducon, cela rappelle le roman de Frédéric Dard, Les CON, une horrible histoire d’héritage et d’assassinats, les héritiers d’un peintre richissime (le sieur ZyrCon) étant presque tous éliminés les uns après les autres par une personne lorgnant l’héritage. Ne manque plus qu’à écrire le roman Les Ducon. Dommage que Frédéric Dard ne soit plus de ce monde. C’est vraiment con qu’il soit mort.

 

- E -

étron (voiture Etron, de la marque Audi). Allons donc ! A cause de leur pollution, voilà un nom de voitures bien mérité. Ou alors, c’est une voiture de m… Si on prononce le nom à l’anglaise, cela donne : itronn, un peu comme il trône. C’est normal, sur le trône, on lâche des étrons. On est toujours dans le même registre.

Cela rappelle la voiture que le groupe Chevrolet avait appelée Nova (la neuve) et qu’il comptait vendre en Amérique du Sud. En oubliant au passage que no va veut dire : ne marche pas en espagnol, tandis que (la) neuve se dit nueva. Grand fiasco !

 

- F -

fesse (anglais faith [prononcer (à peu près) fesse] : la foi). Georges Brassens faisait déjà rimer fesse avec confesse. Mais pour les Anglais, la foi (faith) est apparemment une affaire de fesse. Et on ne peut que songer à cette contrepèterie de Rabelais : « Femme folle de messe, femme molle de fesse ».

 

foufoune (japonais fufun ふふん [prononcer foufoune]). qui est une interjection qu’on peut rendre par ah bah !, hum hum !) Si un Japonais, en parlant, dit ふふん « foufoune », sachez qu’il pense pas à votre foufoune si vous êtes une dame, ou à la foufoune de votre femme si vous êtes un homme, mais qu’il manifeste son désappointement ou son embarras.

 

- G -

gad (russe, bulgare гад [prononcer gad] : salaud, sale type). Un humoriste porte le prénom de Gad ; s’il a l’intention de faire une tournée à Moscou, il lui est conseillé de changer de prénom. On ne sait jamais : certaines personnes pourraient se moquer de lui en le traitant de tous les noms. Notons toutefois que ce mot, gad (גד), signifie ‘chance’ en hébreu selon cet humoriste.

 

gode (anglais god [prononcer gode] : dieu). On a vu précédemment que l’on pouvait faire rimer faith (foi) et fesse. Ici, on est dans le même registre, et dieu est ravalé à un objet sexuel : le gode, diminutif de godemiché , du latin gaude mihi  : fais-moi jouir. Dieu ne serait-il qu’un objet sexuel ? Il est vrai que les nones se disent mariées à Jésus-Christ, et c’est ainsi qu’elles placent leur libido. Dans ce cas, la phrase rituelle « In Gode we trust » prend un sens vachement cochon, et même satanique.

Les États-Uniens mélangent dieu et le fric.

 

- H -

haha (japonais 母 [prononcer haha] : mère, maman). On dit les Japonais machos ; mais de là à rire de leur propre mère, c’est un peu fort de café. Victor Hugo avait écrit Le roi s’amuse ; les Japonais avaient, eux, un hebdomadaire humoristique : Haha qui rit (la mère qui rit).

A titre indicatif, père ou papa se dit 父 (chichi [prononcer tchi tchi]). Si les Japonais rient des mères, ils trouvent que les pères font trop de chichi. A moins qu’ils ne pensent à une célèbre chanson de Tino Rossi Ô Catalinetta bella, tchi-tchi — qui ne fait pas précisément allusion à son père.

 

hihan (japonais 批 判 [prononcer hi-han] : jugement, critique). Les critiques (d’art, littéraires, musicaux, cinématographiques, journalistiques, etc.) sont-ils vraiment des ânes ? Les Japonais le pensent, en les transformant en ânes hennissant. Je hennis (hi-han), donc je suis un critique.

Le critique musical autrichien Edouard Hanslick avait écrit à propos du Concerto pour violon de Tchaïkovskyi : « On peut parler maintenant d’une musique puante  ». Voilà en tout cas un jugement qui est vraiment celui d’un âne.

 

- J -

job (anglais job [prononcer djob] : boulot, travail). Le job [prononcer job], en français familier, désigne la tête, le ciboulot. Son nouveau job [boulot] lui a monté le job [ciboulot], dit-on de toutes parts en parlant de ce pétulant jeune ministre — un jeune homme très prometteur par ailleurs, mais qui finira peut-être pauvre comme Job.

P.S. le mot "Jobs" n'est pas seulement le pluriel de job, mais aussi le nom du sieur Steve Jobs, qui a procuré des emplois (jobs) à de nombreuses personnes. Ce mot n’a non plus de lien avec le papier à cigarettes Job, créé par le boulanger perpignanais Bardou. Son papier à cigarettes a d’ailleurs fait un tabac — évidemment.

 

- K -

kil (anglais to kill : tuer). Quel rapport entre l’anglais kill (tuer) et un kil (de rouge) ? L’alcool tue, c’est bien connu. A ce propos, il est bon de rappeler cette anecdote sur Courteline à qui on disait : « L'alcool tue lentement ». Réponse de Courteline : « Je m'en fous ; je ne suis pas pressé ».

N.B. Kil est le diminutif de kilo, et désigne un litre de vin ordinaire.

 

koufar (bulgare куфар [prononcer koufar] : valise). Dans la religion musulmane, les koufar (arabe كفار, kuffār, singulier : kafir), ce sont les mécréants, les infidèles, les athées, les roumis, etc. bref tous ceux qui ne sont pas mahométans. Ces derniers n'ont qu'un désir : que les koufar (les mécréants) fassent leur koufar (leur valise), et quittent la terre. Dussent-ils employer des moyens violents pour accélérer le mouvement.

 

- L -

la baisse (arabe marocain الباس [prononcer labess] : ça va). Vous allez chez votre épicier marocain ; il vous salue d'un joyeux labès (ça va ?). Vous lui répondez labès ! (ça va !). Ça fait toujours plaisir, en cette période d'inflation, de savoir qu'il y a des produits à la baisse.

Le contraire de la baisse, c'est la hausse. D'où pas question d'aller chez un épicier laotien : les produits du Laos sont à la hausse.

 

- M -

mao (chinois 猫 [prononcer mao] : chat). Le chat, en chinois, se dit mao ; le chat chinois est un animal onomatopéique. Mais le chien ne se dit pas wa-wa, mais koou 狗 . Dommage.

 

Quant au président Mao (Mao Tsé-Toung). le caractère de son nom est 毛 mao, qui veut dire poil ou cheveu. Mais personne n’a eu l’idée, poilante, de le représenter à poil. Non, on le représente généralement avec son habit "cadre", quelquefois avec une casquette communiste sur la tête pour cacher son manque de cheveux sur son large front. Le président Cheveu perdait ses cheveux (jeu de mots tiré par les cheveux, admet l’auteur).

 

maussade (hébreu המוסד mossad : institut [de renseignement]). Alors que l’on reconnaît facilement des agents des services secrets états-uniens (N.S.A., C.I.A., autres organismes d’espionnage), grâce à leur bonnet caractéristique, pourvu d’oreilles de Mickey, les agents du Mossad se distinguent, eux, par un air particulièrement triste, maussade ou abattu. Peut-être parce qu’ils estiment ne pas être assez payés ?

P.S. qui s’impose : les agents du Maussade ne sont pas gays.

 

- N -

naze (ourdou ناز [prononcer naze] : fier). Du temps où l’auteur habitait Paris, dans le XIe arrondissement, il y avait un restaurant pakistanais dont l’enseigne était « Naze ». Devant les sourires narquois des passants, le patron crut bon d’ajouter en dessous : « Ça veut dire "fier" en pakistanais ».

A titre indicatif : naze en français désigne une personne atteinte de syphilis.

 

nu(e) (chinois 女 [prononcer nu] : femme). Les Chinois sont sans doute les plus grands libidineux du monde, puisque pour eux une femme ne saurait être que « nue ».

 

- O -

olivier (russe оливье [prononcer olivier) : macédoine de légumes). Quand un russe parle d’ "olivier", il fait référence à la savoureuse macédoine de légumes avec de la mayonnaise, et non à l’arbre olivier, auquel on attribue des vertus thérapeutiques — notamment contre l’hypertension — et dont on tire de l'huile de ses fruits. Il ne pense pas non plus au prénom Olivier, bien qu’au départ ce nom ait été donné en l’honneur du cuisinier français établi à Moscou, Lucien Olivier (1838-1885) et qui mit ce plat à l'honneur. Les Bulgares, et d’autres peuples d'Europe centrale, eux, appellent cette macédoine la "salade russe", qui est fait — française.

 

- P -

Paris (bulgare пари [prononcer pari] : argent, fric). Savez-vous pourquoi les Bulgares aiment tant Paris ? Parce que pour eux la capitale de la France se prononce comme le mot argent en bulgare, et Paris est donc synonyme de richesse. « Aimez-vous Paris ? », demande-t-on à un Bulgare. « Да, да, много » (da, da, mnogo : oui, oui, beaucoup) répond-il. Un jour viendra où les Bulgares remplaceront les Américains à Paris. Vous en faites le pari ?

 

pote (Pol Pot, dirigeant cambodgien). Son véritable nom était Saloth Sâr. Certains, entendant mal, comprenaient Salaud tsar. On passera les horribles années où il fut à la tête du Kampuchéa (Cambodge), et où furent commises les pires atrocités. Y’a pas plus féroce que les intellos idéologues. Bref, Pol Pot n’était pas pote, mais pas pote du tout avec ses ennemis en général (les "bourgeois") et avec les Occidentaux. Ici, pote signifie manifestement le contraire d’un pote ; c’est ce qu’on appelle une antiphrase.

Paul Pot (ou Pol Pot) a cependant un cousin, Jacques Pot (ou Jack Pot), qui est beaucoup plus sympa et gratifiant que lui.

 

poutine (plat canadien). Nos amis Québécois ont un fameux plat, la poutine ; ce sont des frites nappées de sauce brune et parsemées de fromage. On comprend pourquoi, avec un tel nom, Vladimir Poutine a toujours la frite. Mais, en raison de la guerre d'Ukraine, cela pourrait se terminer en purée pour lui. Il doit en avoir gros sur la patate.

 

- Q -

quine (chinois 秦 Qin [transcription pinyin, prononcer en fait tchinn]) : l’empereur Tch’in [transcription E.F.E.O.]). Cet empereur, qui régna de -259 à –210, est le fondateur de la dynastie Tch’in, et fut l’artisan de la première unification chinoise. Il standardisa l'écriture, la langue, la monnaie, les poids et les mesures et sous son règne débuta la construction de la Grande Muraille, grâce à laquelle on conquiert la bravitude, comme l’a si sagacement noté notre héroïne nationale, Pyralène Ségal. En pinyin, le nom de cet empereur est transcrit Qin, et on peut à bon droit — si l’on ne connaît pas les règles de la transcription pinyin — prononcer "quine".

Rappel : la quine, en argot, désigne le membre viril. L’empereur Quine ! C’est un peu comme si l’on disait l’empereur Pine ou l’empereur Bite.

Notons pour la grande histoire que cet empereur Tch’in a donné pour les Occidentaux son nom à la Chine (Tch’in ► Chine). Les Chinois disent, eux, 中 國 Tchong Kouo (Zhong Guo en pinyin), le "Pays du Milieu".

N.B. La gravure ci-dessus représente l'empereur Tch’in (Qin) avec un voile devant et derrière, car on n’avait pas le droit de regarder l’empereur. Ni même celui de prononcer son nom.

 

- R -

rail (russe, bulgare рай [prononcer raï] : paradis). Effectivement, si l’on prend un rail de coke, on peut monter au paradis — artificiel. Mais souvent, le train du paradis déraille.

 

- S -

salaud (russe сало [prononcer salo) : lard). La racine, bien évidemment, est le mot sel. Cette racine a donné sel, saler, salaison, etc. en français. Le lard russe est donc un morceau de viande qui a été conservé dans du sel. Les méthodes de salaison des Russes sont-elles si sales ? Non ? Alors pourquoi appellent-ils le lard salaud ? Sont-ce les charcutiers qui préparent le lard qui sont des salauds ? Un énorme mystère plane sur ce mot.

Il existe aussi une ville italienne, Salò, qui fut la capitale de la République sociale italienne de 1943 à 1945, sous Mussolini, tandis que Rome restait la capitale officielle. Cette période est connue sous nom de « République de Salò » (ou des salauds), c’est-à-dire la République des fascistes.

 

salope (russe салоп [prononcer salope] : robe de chambre). Et voilà encore un préjugé ! Les femmes portant un manteau ou une robe de chambre sont forcément des salopes pour les Russes. Mais les femmes auront beau revêtir le manteau de la vertu, elles passeront pour des salopes pour certains esprits égarés.

 

- T -

tata La voiture Tata fut lancée en 2008 par Tata Motors (Inde), mais sa production s’est arrêtée en 2016. De toute façon, elle n’aurait eu aucun succès en France — à part chez une certaine partie de la population, qui aime les voitures à pédales.

 

tchin-tchin (japonais ちんちん [prononcer tchin-tchin] : zizi). On imagine la mine effarée d'un invité japonais si vous lui disiez en levant votre verre lors d’un apéro : « Zizi, à votre santé ! ». Il vous prendrait pour des zobsédés sexuels. Et quand un Japonais apprend que des lunettes en France ont pour nom "tchin-tchin", il est effondré de rire. Des lunettes zizi ! C’est pour les presbytes ? Voir foufoune.

 

tout fou (chinois 杜甫 [prononcer tou fou] : poète chinois, 712 - 770). Tou Fou est un célèbre poète chinois de la dynastie T’ang, et qui a vécu la plus grande partie de sa vie à Lo Yang, une des capitales historiques de la Chine. Selon certains admirateurs, ses vers étaient empreints d’une grande fantaisie, voire d’un grain de folie. La transcription pinyin Dufu ne permet pas, hélas, le jeu de mots. Comme quoi il faut bannir le pinyin des transcriptions officielles.

 

tout mou (chinois 杜牧 [prononcer tou mou], poète chinois, 803 - 852). Tou Mou est un poète érotique chinois qui vécut lui aussi sous la dynastie T‘ang. Ses vers, d’un grand lyrisme, ne manquaient pas de vigueur, contrairement à ce que son nom pourrait faire croire. Et, en matière d’érotisme, il ne s’agit pas d’être mou ! La transcription pinyin Dumu ne permet pas, hélas, le jeu de mots. Comme quoi il faut bannir le pinyin des transcriptions officielles

 

- V -

vole (russe, bulgare вол [prononcer vole] : bœuf). On pense immédiatement au proverbe « Qui vole un œuf, vole un bœuf ».

 

- Z -

zob (russe зоб [prononcer zob] : jabot, goitre). En parlant d’un crapaud, si un Russe vous dit : « Il a un зоб (zob) énorme », comprenez par là qu’il a un goitre énorme, et non ce à quoi vous pensiez. Encore une fois, les lecteurs sont de grands zobsédés sexuels.

 

zobi (Antonio Zobi, 1808-1879, historien italien). Antonio Zobi était un historien qui ne s’était pas spécialisé dans l’histoire du zizi (c’est plutôt la spécialité de Pierre Perret), mais dans l’histoire de l’art et dans l’histoire économique de la Toscane.

Ses ouvrages, reliés pleine peau de zobi, sont très appréciés des amateurs d’art et d’histoire.

 



18 réactions


  • Sirius S. Lampion 1er février 10:50

    gift

    — en anglais : cadeau

    — en allemand : poison


    • ricoxy ricoxy 1er février 13:34

       
      ► @S. Lampion
       
      En japonais cadeau (門 [prononcer kado] : porte). Une maison japonaise n’a pas de porte normalement. Aussi, quand un Japonais achète une maison ou un appartement, quel n’est pas son étonnement en voyant des portes. « C’est cadeau ! », lui dit alors le promoteur, lui signifiant par là que c’est compris dans le prix du bien.

      Quant au mikado 御 門, ce n’est pas la moitié d’une porte au Japon, mais c’est ainsi qu’on désigne l’empereur japonais, littéralement « l’honorable porte ».
       


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 1er février 12:18

    Merci smiley


    • ricoxy ricoxy 1er février 13:38

       
      ► @bouffon(s) du roi
       
      Merci de vos remerciements ; il n’y a rien de plus amusant que de comparer des langues. Cela favorise les échanges culturels. Il faudrait en informer madame Rachi Dada.
       


    • ricoxy ricoxy 1er février 13:53

       
      ► @bouffon(s) du roi
       
      J’ai vérifié, Gift en allemand signifie bien poison. Peut-être peut-on alors parler de « cadeau empoisonné », comme tout ce qui vient de nos « amis » d’Outre-Rhin ?
       


  • Et hop ! Et hop ! 1er février 14:40

    «  pote (Pol Pot, dirigeant cambodgien). Son véritable nom était Saloth Sâr. »


    Il s’agissait du nom de code que lui avait donné la CIA avant qu’il ne parvienne au pouvoir : « political potential ».

    Il descendait, par le fils non dynaste d’une concubine, à la famille du roi Norodom Sianouk qu’il a renversé. 



    • ricoxy ricoxy 1er février 16:44

       
      @Et hop !
       
      Intéressant. пот [prononcer pott] en ruse signifie sueur. Les Ricains me font suer.
       


  • Gérard Luçon Gérard Luçon 1er février 14:59

    Tata, mot roumain signifiant « père »

    Zob, mot roumain signifiant « détruit »

    Rai, mot roumain signifiant « paradis »

    La cur, roumain signifiant « le cul » ... etc, etc, etc ...


    • ricoxy ricoxy 1er février 15:50

       
      @Gérard Luçon
       
      Comme quoi, les étrangers ont l’esprit mal placé !
       


    • ricoxy ricoxy 1er février 16:38

       
      @Gérard Luçon
       
      A propos de « tata », on peut développer à l’infini, ou presque. Tata est aussi le surnom que Pablo Escobar avait donné à sa femme (c était sa femme, et non sa tante). « Popeye », le sicario (tueur à gages) d’Escobar, parlait avec respect de « madame Tata ».
       


  • cevennevive cevennevive 1er février 15:41

    Bonjour ricoxy,

    Bon, très bon !

    Et en Sicilien « casino » qui veut dire « bordel !!!

    Mon compagnon Sicilien, me demandait souvent de son fauteuil »fais-moi passer le Télé Zob" pour voir les programmes télé.

    Et moi, tellement habituée à ce nom qu’un jour, j’ai demandé le Télé Zob au marchand de journaux. Je vous dis pas comme il a ri !


    • ricoxy ricoxy 1er février 16:35

       
      @cevennevive
       
      « casino » veut dire « petite maison » — c-à-d en français : maison close
       


    • SilentArrow 2 février 06:45

      @ricoxy

      Canaille (en japonais kanai 家内, épouse, prononcer canaille) Littéralement, « ce qui est à l’intérieur de la maison ». Une expression qui ferait sauter vos féministes au plafond.


    • ricoxy ricoxy 2 février 06:51

       
      @SilentArrow
       
      On ne peut que proposer aux féministes engagées et enragées de se rendre au Japon afin de mener une guerre à mort contre le machisme japonais. Saviez-vous qu’au Japon la grammaire a un sexe, et que les femmes n’ont pas la même façon de s’exprimer que les hommes ?
       


    • SilentArrow 2 février 08:51

      @ricoxy
       

      Saviez-vous qu’au Japon la grammaire a un sexe, et que les femmes n’ont pas la même façon de s’exprimer que les hommes ?

      Oui, j’y ai vécu plus de 40 ans.

    • ricoxy ricoxy 2 février 10:08

       
      @SilentArrow
       
      素敵 です ね (steki dess ne !)
       


    • Et hop ! Et hop ! 2 février 13:57

      @ricoxy : " « casino » veut dire « petite maison » — c-à-d en français : maison close.

      Et « bordel » aussi, la mot veut dire « maison en planche » (« bord = planche »), c’est-à-dire cabane, petite maison close de planches.

      Si vous voulez vous amuser avec les radicaux communs à plusieurs langues, cherchez l’ancien Dictionnaire des racines des langues indo-européennes de Grandsaigne d’Hauterive chez Larousse, comprenant des correspondances entre l’espagnol, l’allemand, l’italien, l’anglais, le grec, le russe, etc.. Très intéressant.

      Larousse a aussi fait un Dictionnaire des homonymes, mais c’est uniquement dans la langue française (ils en trouvtent 9 000)


    • ricoxy ricoxy 3 février 12:12

       
      @Et hop !
       
      Merci du renseignement. Je vais essayer de me procurer le Dictionnaire des racines des langues indo-européennes. De quoi alimenter mes chroniques.

       


Réagir