samedi 30 septembre - par taktak

MACRON ou le casseur de France

par Floreal, pour www.initiative-communiste.fr

On a tout dit à gauche sur le caractère antisocial du macronisme. Même un aveugle verrait en effet que ce président-« trader » favorise par tous les moyens sa caste oligarchique aux dépens des « petites gens » « qui ne sont rien » : code du travail, conventions collectives, statuts, subventions aux communes, impôt sur la fortune, APL, « tout doit disparaître » pour « rembourser la dette », rentrer dans les clous de Maastricht, désosser la fonction publique, privatiser EDF, purger les retraités, aggraver la sélection à l’Université, augmenter la contribution française à l’OTAN et surtout, « baisser le coût du travail », comme l’exige le monstrueux MEDEF.

Mais on attend plus des marxistes que de constater ce que tout travailleur de base aperçoit du premier coup d’œil (56 % des citoyens n’a pas voté au second tour des législatives, bien plus si l’on prend pour base la population ouvrière et employée : nombre d’ouvriers savent qui est Macron et ne le reconnaissent pas comme leur président !), à savoir le contenu grossièrement anti-ouvriers, anti-fonctionnaires, anti-chômeurs, anti-artisans, anti-petits paysans de la politique Macron. Le rôle des marxistes n’est pas de répéter ce que tout le monde voit par lui-même, il est de montrer la cohérence stratégique de la politique capitaliste et de lui opposer une contre-cohérence progressiste et révolutionnaire. Or la politique antisociale de Macron est adossée à sa politique ANTINATIONALE, ANTIDEMOCRATIQUE (voire fascisante) et IMPERIALISTE.

Antinationale  : rien qu’aujourd’hui, 27 septembre 2017, on apprend qu’Alstom, c’est-à-dire le TGV dont certains actifs ont déjà été abandonnés à General Electrics (USA), va passer sous le contrôle de l’allemand Siemens (tout en gardant quelque temps un président « français » pour l’image), tandis que la « nationalisation provisoire » des Chantiers de St-Nazaire, cet amuse-gogos de l’été, cède déjà la place au rachat par Fincantieri (Italie). On apprend aussi que Macron veut des listes transnationales aux européennes. Ben voyons… Qu’il souhaite au plus tôt un « gouvernement de la zone euro » ; une « défense européenne complémentaire de l’OTAN » ; bref le contrôle germano-américain sur la force de frappe française (alors que le nationalisme allemand le plus rétrograde vient de faire un bond qualitatif au Bundestag et que les USA sont dirigés par un homme préhistorique !). Et au jour le jour, on constate le désossage de la République une et indivisible au profit des « grandes régions » (en fait, des nouveaux Länder « français ») et des « euro-métropoles » (Macron appelle cela le ‘pacte girondin », ce qui est un hommage a contrario à Robespierre) ; sans parler du lâche abandon quotidien au tout-anglais de ce veule gouvernement de « managers » (il n’y a même plus, ne serait-ce que pour la frime, de ministère de la Francophonie).

Bref, les écolos qui dénoncent à raison la fonte des glaciers sous l’effet du réchauffement climatique devraient s’intéresser de plus près à la fonte des nations libres et de la diversité des langues sous l’impact totalitaire de l’euro-mondialisation néolibérale…

Très logiquement, cette politique est grossièrement impérialiste, ce qui signifie de moins en moins « nationale » (soit dit à l’usage de ceux qui croient que « le nationalisme », ce leurre idéologique, fut à l’origine des guerres IMPERIALISTES du 20ème siècle !), néocoloniale en Afrique (Libye, Centrafrique, Mali…), déstabilisatrice au Proche-Orient (où un soldat français, tiens, tiens ! vient d’être tué lors d’un engagement au sol : on ne sache pas que le Parlement ait donné un quelconque feu vert à ce sujet…), pousse-au-crime en Ukraine où toute l’UE soutient un gouvernement cyniquement pronazi, pourvu qu’il s’affiche belliqueusement anticommuniste (interdiction du PC ukrainien) et antirusse…

Enfin la politique de Macron est fascisante avec la tentative d’inscrire l’état d’urgence dans la loi ordinaire, c’est-à-dire de permettre en permanence à la police (donc au pouvoir exécutif, au besoin cautionné par un « juge » administratif qui n’entendra jamais préalablement que la police, jamais la personne « suspecte ») d’agir avec le plus total arbitraire. Quelle tristesse à ce sujet, que des démocrates, et plus encore, des « marxistes » aient par deux fois cautionné Macron au second tour (comme les mêmes avaient déjà cautionné les « antifascistes » bien connus Estrosi et Xavier Bertrand !) en l’érigeant en « barrage antifasciste » face à Le Pen, comme, bien plus gravement encore, des fort étranges « communistes » ont cru bon, symétriquement, de voter Le Pen au second sous couvert de patriotisme (sans comprendre que lepénisme et macronisme fonctionnent ensemble, comme une tenaille politique broyant l’alternative révolutionnaire) !

Il s’ensuit que face à cette cohérence antisociale, antinationale, antidémocratique, anti-pacifique, le mouvement populaire doit réagir de manière globale. C’est ce que lui propose de faire le PRCF en avançant l’idée d’un Front antifasciste, patriotique, populaire, pacifique et écologique qui frapperait le mal à la racine : le capitalisme mondialisé et sa stratégie délétère de substitution aux nations souveraines d’un Empire euro-atlantique baptisé « construction européenne ».

Combattre « seulement » la politique antisociale sans dire un mot contre l’UE, comme le fait encore la gauche politico-syndicale établie, c’est en réalité desservir le progrès social. Et se réclamer du patriotisme en rejetant toute forme de lutte anticapitaliste, c’est en réalité enterrer la France en la coupant de son meilleur défenseur de toujours : la classe ouvrière.

Il fut un temps, celui du Front populaire, de la Résistance, de la Libération, des années 50 à 70, où le grand PCF des Cachin, Duclos, Thorez, Frachon, Croizat, Marcel Paul, « tenait » l’ensemble de ces combats : c’est ce que symbolisait l’union des drapeaux rouges et tricolores, de l’Internationale et de la Marseillaise. Par conséquent, si nous ne voulons pas perdre jusqu’au dernier acquis social et la dernière liberté démocratique, tout en perdant notre pays lui-même, il urge que renaisse un vrai parti communiste portant toute cette cohérence politique antifasciste, patriotique, démocratique, pacifique, en la tournant contre à la fois contre le MEDEF, l’UE, l’OTAN, l’euro, Le Pen (de plus en plus ralliée à l’UE) et contre le capitalisme lui-même.

C’est à quoi s’évertue le PRCF qui mérite d’être, non seulement soutenu, mais rejoint par tous les communistes pleinement conscients des urgences de l’heure.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/macron-ou-le-casseur-de-france-par-floral/



16 réactions


  • gogoRat gogoRat 30 septembre 10:11

     Quelle peut bien être la qualité du sens de l’entendement de quelqu’un qui croit encore qu’il suffit d’amalgamer des billes pour monter un phare ?
     (les billes, pauvres, nues sans atomes crochus, se glissent les unes sur les autres, et reviendront rapidement à leur état de stabilité maximum : tout en bas, au plus près du bas du mur )
     
     Deux individus qui ne sont pas assez solides et autonomes indépendamment vont-ils résoudre leurs problèmes en essayant de former un couple ?
     
     Des pays sans cohésion nationale, qui opposent des ’du public’ à des ’du privé’, des « qui ont réussi » à des « rien », des bien-pensants à des « racistes », des fraudeurs-aux-assedics-(en puissance) à des investisseurs/employeurs-potentiels ... ces pays peuvent-ils en se regroupant arriver par miracle à trouver une cohésion supra-nationale

     Et pourtant notre Grand Incarneur National (j’eus ... pis : t’es-rien !) veut abroger la souveraineté nationale au profit d’une souveraineté Européenne !
     Est-il constitutionnellement recevable qu’un mandaté pour 5 ans se permette, sans consultation du peuple, d’annoncer au monde un tel désir comme étant celui de la France ? !!
     


    • gogoRat gogoRat 30 septembre 11:04

      rappels utiles de la Constitution française en vigueur aujourd’hui :
      (cf http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur.5074.html )

      Préambule :
       Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.

      ARTICLE PREMIER.

      La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.
      [...]
      Son organisation est décentralisée.
      [...]

      ARTICLE 2.

      [...]
      La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
      Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
      [...]

      ARTICLE 3.

      La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

      Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.
      [...]

       ------------------
       Avec un principe d’Egalité (en dignité !) comment imaginer que le Président de la République puisse déroger à ce qui est interdit à tout individu ? !


    • gogoRat gogoRat 30 septembre 11:24

      notons aussi ces éléments du préambule de la Constitution de 1946, constitutifs de la constitution :

      17. L’Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.

      18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s’administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’égal accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.


    • gogoRat gogoRat 30 septembre 11:46

      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789.5076.html

      ... sans oublier, bien sûr, ces élément de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, constitutifs de la Constitution (d’après son préambule)

      Art. 3. -
      Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

      Art. 7. -
      [...] Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; [...]

      Art. 10. -
      Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.
       

      Art. 12. -
      La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

      Art. 14. -
      Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

      Art. 15. -
      La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

      Art. 16. -
      Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 octobre 07:49

      @gogoRat
      Un referendum sur les projets européens de Macron, c’est ce que demande l’ UPR au Gouvernement.


  • Yvance77 Yvance77 30 septembre 10:58

    J’ai été et le suis toujours un grand fan de Trust. Des titres comme « Antisocial » ; « Bosse huit heures » : « Comme un damné » ; « Dialogue de sourds » etc... m’avaient parlés à l’époque.

    En revanche, il y a un tru dont je ne pouvais pas m’imaginer, c’est que presque 4 décennies plus tard, que ces textes soient encore et toujours d’’actualité. La cruauté est là : rien n’a changé et nos politiques sont les premiers responsables


  • gogoRat gogoRat 30 septembre 11:55

    on notera par aillers, dans le preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946 :

    « 10. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

    11. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs.
    Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence. »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 06:29

      @gogoRat
      Certes, mais la Constitution a été modifiée 24 fois, pour la soumettre aux Traités européens et reconnaître que le Droit européen est supérieur au droit français.

      C’est l’article 55 :
      «  Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie. »


      Et aussi, la suppression du crime de Haute trahison par Sarkozy, avant de faire voter le Traité de Lisbonne par le Parlement réuni à Versailles....

      Le crime de Haute trahison, « c’est l’entente avec des Etats ou des puissances étrangères privées pour mener une politique manifestement contraire à l’intérêt général du peuple français . »


    • gogoRat gogoRat 1er octobre 18:30

      @Fifi Brind_acier

      et alors, quand donc aurez-vous le déclic suscité par vos propres observations ?
      qu’attendez-vous pour réajuster votre militantisme, tellement mal ciblé qu’il reste si peu mobilisateur ! !
       ( Au passage :
       est-ce qu’une Constitution nationale est moins qu’un ’traité’ ?, un ’accord’ ? - qui ne peuvent qu’en découler- Est-ce que telle Constitution peut devoir se plier à un traïtré qui en découle ?)
       
      a)  Même pas besoin de ’sortir’ d’une Europe dévoyée, au risque d’en laisser le leadership (géo stratégiquement capital et alléchant) à on n’ose imaginer qui ...

      b) Il suffirait que nos autorités compétentes, devenues honnêtes, établissent que ce traité à été anticonstitutionnellement imposé au peuple de France !

      c) Du coup, la France pourrait même se payer le luxe de reprendre en main les rênes du projet Européen, pour y introduire un peu d’esprit démocratique !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er octobre 19:39

      @gogoRat
      Ignorant un jour, ignorant toujours ? La Constitution prévoit 2 manières de ratifier un Traité : le referendum et le Parlement réuni à Versailles. La classe politique a trahi le vote des Français de 2005, mais le Traité a bien été ratifié dans les formes constitutionnelles !


      Quand à votre mépris pour l’ UPR, vous pouvez le garder pour vous.

      Les conférences d’Asselineau sur Youtube, c’est 14 millions de vues.

      Le site de l’ UPR est le site politique le plus fréquenté de France !

      Sauf par vous.
      Dommage.


    • gogoRat gogoRat 1er octobre 20:23

      @Fifi Brind_acier

       Comment osez-vous prétendre connaître l’avatar Gogorat ou interpréter dans ses propos un « mépris pour l’UPR » ou une ignorance totale de son site ? Même si je veux bien admettre ce n’est pas du tout son livre de chevet !
       Mais passons ...
       
       Vos propres propos confirment donc que vous-même reconnaissez et donc cautionnez la légitimation officielle du fameux ’Traité’.
       Les internautes en prendront acte !

       Par contre, ce que Gogorat vous suggère, c’est que cette légitimation opérée par le passé dans le dos des citoyens peut toujours être contestée et réfutée aujourd’hui !
       ... et que si vous refusez d’envisager ceci, nous en tirerons des enseignements sur votre propre approche des stratagèmes de légitimation que nous déplorons et subissons encore aujourd’hui en France !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 octobre 07:47

      @gogoRat
      Contestez, contestez donc !
      Mais ça change quoi de contester sans sortir de l’ UE ?

      Les Grecs ont fait plus de 20 000 manifestations sans vouloir sortir de l’ UE, ils sont ruinés.

      Ce que craignent les européistes, ce n’est pas la contestation, c’est que tous les mécontents se rassemblent pour sortir de l’ UE.


    • gogoRat gogoRat 2 octobre 15:01

      @Fifi Brind_acier

       que tous les mécontents se rassemblent pour sortir de l’ UE  ?!!

      Ils ont déjà eu un mal fou à se rassembler pour rentrer dans l’UE
      et ils continuent à avoir un mal fou à rester rassemblés sans savoir pourquoi
       et Vous, d’un coup de baguette magique, allez trouver un moyen de les rassembler ... sans savoir par quoi il vont remplacer ce qui fait qu’ils avaient voulu se rassembler  ?
       Vous allez apparaître, et ils vont combler ce vide d’analyse par ... Vous ?!


  • alain_àààé 30 septembre 14:03

    oui il faudrait un vrai parti communiste comme vous l écrivez l auteur c est une utopie.quand on voit les dirigeants du PCF ou du PCRF qui ne savent méme pas ce qu est un ouvrier et combien il gagne mais la BUFFET,le LAURENT,etc.......n ONT jamais travaillé dans une usine et ne connaisse pas le prix du croissant.mais il touchent 20000e tous lesfrais que payent l état a chaque parlementaires.continué a écrire des articles pour faire rire les ouvriers et les employés.un terroriste cgt dont les membres de sa famille on été déportée


  • egos 1er octobre 00:15

    Entendu, en partie sur France Info - il y a env. 2 semaines- un débat rassemblant permis les invités 2 intervenantes, objectant à la sémantique en cours à l’Elysée et auprès des media m.s la notion de contre-réforme ( vision Reagan, Thatcher, Reagan, Fridman, Hollande, Schroeder, Blair, Macron etc.

    figures emblématiques auxquelles sont associées la progéniture solférinienne Jospin, DSK, Fab, Hollande ...)

    vs réforme(s) dans son acception historique contemporaine communément admise et partagée.
     
    (Contre) Réformes singulières en l’occurence , plurielles et cadencées depuis le retournement-détournement du mandat politique d’orientation sociale confié à François Mitt.

    Un processus de restauration des principes d’exploitation en vogue outre manche, atlantique et plus généralement global au point même que l’Empire du Milieu y a succombé sans transition.

    Transcontinental donc mais qui se défie également des barrières du temps, levées en ce qui concerne la période couvrant les 2 derniers siècles, en attendant mieux et plus.

    L’inconnue ou plutôt les inconnues de cette équation politique et sociologique semblent contenues ou réduites à 2 termes :

    - la collaboration de classe n’apparait elle pas être un concept plus pertinent que celui de lutte (des classes)

    - les bénéfices directs & indirects, réels ou supposés de la compétition inter-individuelle, malgré leurs gigantesques passifs social, culturel et environnemental, sont ils envisagés, par les électeurs, citoyens et consommateurs (de produits manufacturés, services incluant la santé et l’éducation) sous l’aspect d’un désordre mineur, contingent, 

    en espérant des jours meilleurs ?

Réagir