mercredi 26 avril - par BDarmon

Macron Président, un vote pour rien ?

Après une campagne électorale inédite, la France est En Marche pour sacrer Macron son nouveau Roi, sur les ruines des partis qui ont gouverné la France depuis soixante ans.

Le Parti socialiste n’a pas survécu au quinquennat de François Hollande, élu en fustigeant la finance, et trahissant ses promesses avec une politique libérale. 
Ceux que Valls qualifie de traitres sont en réalité les « socialistes authentiques », ceux pour qui la parole politique a une valeur et les frondeurs eurent raison de quitter le gouvernement au nom des engagements pris. 
C’est d’ailleurs tout le sens de la victoire d’Hamon à la primaire socialiste. 
Le faible score du PS est la résultante de la traitrise de la direction socialiste à l’égard de sa base en n’excluant pas des Valls, Bartolone, Delanoë demeurés membres du PS en soutenant Macron.
Qu’en est-il de la discipline partisane ? 
Si le PS veut se reconstruire ou se recomposer, ce sera en investissant comme candidats aux législatives, des personnalités en phase avec la ligne Hamon-Mélenchon, s’associant au Parti de Gauche qui tire sa légitimité des dernières élections et représente le « peuple de gauche ».
Que ceux qui ont soutenu Macron rejoignent En Marche et cessent de saboter le parti qui les a fait vivre et prospérer durant des dizaines d’années.

La Parti Républicain n’est pas dans la même situation.
Lors des dernières primaires, Fillon avait parfaitement incarné les valeurs de la droite conservatrice.
C’est sur son programme économique rigoureux sur les dépenses et moins permissif sur le plan sociétal qu’il avait réuni une immense majorité de Français qui votent à droite et au centre.
Mais l’homme Fillon avait deux visages, il a été démasqué et est devenu inaudible. Il a sacrifié la belle dynamique des primaires en s’acharnant à se maintenir.
Les leaders républicains, par loyauté ou par bêtise, ont accepté qu’il demeure candidat en leurs noms, lui qui en février dernier continuait de se faire payer des costards à 14.000€ par un avocat libanais.
Aux législatives prochaines, avec un leadership cohérent, ils pourront démontrer que leur poids n’est pas négligeable. Et que ceux qui se sentent plus proches de Macron rejoignent les « Marcheurs » et les « Marchands ».

C’est ainsi que les étoiles se sont alignées pour la naissance du « sauveur ». De gros intérêts ont compris le profit qu’ils pouvaient en tirer et ont permis à ce brillant inconnu qu’est Macron de faire un hold-up sur la présidentielle.
Son discours souvent creux et sans profondeur fut celui rassurant que les gens raisonnables voulaient entendre, alors que leur parti optait pour des idées plus radicales.


Il aurait eu sa place dans tous les gouvernements depuis Giscard, mais la jeunesse du personnage et son côté libéral sur le plan économique et sociétal, ont eu raison d’une partie des Français qui ont cru au discours édulcoré de l’énarque.
Certain que les Français sont dans leur majorité pour le compromis, il a récupéré un grand nombre d’électeurs du Parti Socialiste effrayés par le projet économique du candidat Hamon, et a galvanisé un grand nombre d’électeurs de droite incapables d’accorder leur vote au combattant estropié par lui-même, mais qui accusait les autres.
Avec Macron, les milieux financiers disposent d’un Président acquis. Leurs affaires reprennent et les bourses saluent en fanfare l’avènement du banquier prodige.

L’euphorie risque d’être de courte durée.
Si on fait le compte des votants qui ont voulu « renverser la table », de Le Pen (21,53%), Mélenchon (19 ,64%), Dupont-Aignan (4,75%) aux Lassalle, Poutou, Asselineau, Arthaud et Cheminade, on arrive à 50%.
Macron (23,75%), Fillon (19,91%) et Hamon (6,35%) totalisent l’autre moitié. J’inclus Hamon alors qu’il est plus proche de Mélenchon que de Macron. 
La campagne du second tour s’ouvre sur l’habituel refrain du fascisme de Marine Le Pen et des dangers encourus par notre démocratie. 
Il est vrai que des néonazis antijuifs comme Soral soutiennent Marine Le Pen, mais ils ne constituent qu’une infime partie de son électorat. 
Parmi les ouvriers Marine Le Pen réalise 37% quand Mélenchon fait 24%.
Parmi les employés Marine Le Pen est à 32% et Mélenchon à 22%.
Chez les jeunes de 18 à 34 ans, Le Pen et Mélenchon sont plébiscités puisqu’ils réalisent respectivement 25,7% et 24,6%.
Caricaturer puis écarter d’un revers de main les presque huit millions d’électeurs qui ne sont ni fascistes, ni racistes, mais qui souffrent d’une société mondialisée dont ils sont exclus, est la stratégie perdante qui fait monter les populistes depuis trente ans. Sur le plan moral, on sait que cette dialectique est nauséabonde puisqu’elle est fausse. C’est une profonde erreur qui, tôt ou tard, coutera cher à notre pays.
Marine Le Pen n’est ni une fasciste, ni une antisémite, ni une raciste.

Macron sera président :
Mais avec un score beaucoup moins élevé qu’on ne l’imagine.
Même contre Marine Le Pen, il lui sera difficile de rassembler les souverainistes alors qu’il est étiqueté mondialiste. Les conservateurs qui ne se reconnaissent pas dans sa vision sociétale libérale, et les partisans d‘une identité française chrétienne se souviendront des compliments adressés par Macron à Angela Merkel pour sa politique d’ouverture des frontières.
Malgré tout, cette fois Macron sera élu.

Pourra-t-il gouverner ?
Rien n’est moins sûr. La règle est que tout candidat qui réalise plus de 10% au premier tour peut se maintenir. Il est probable que les Frontistes, les Républicains, les Mélenchonistes et autres socialistes de la ligne Hamon se maintiendront au second tour contre les candidats d’En Marche.
La composition de l’assemblée ne permettra sans doute pas au Président de disposer d’une majorité, et après une première dissolution, le Président Macron devra composer si c’est possible, et peut-être démissionner s’il ne trouve aucune majorité.
Tel est l’avenir prévisible des prochains mois.

Pourrons-nous éviter le chaos ?
Plus très longtemps et tout dépendra de la volonté politique des dirigeants. 
Si, sous l’impulsion des leaders français, les pouvoirs politiques en Europe s’attaquent violemment et de façon impitoyable au pouvoir financier qui détruit les vies de millions de « gens »,
Si les banques redeviennent cantonnées dans leur activité première, celle de financer l’économie par des prêts qualifiés aux particuliers et aux entreprises,
Si les multinationales qui s’enrichissent en France sont contraintes de payer des impôts en France,
Si on interdit les produits financiers extravagants qui génèrent des produits virtuels dans des bulles spéculatives qui éclatent et ruinent les peuples,
Dès lors que cette bataille sera engagée sérieusement, nos dirigeants gagneront en crédibilité et pourront entamer une politique de réforme favorable à l’entreprise et à l’emploi permettant de mettre En Marche la machine à créer de la prospérité ainsi qu’à intégrer ces centaines de milliers de jeunes qui sont Français et ennemis de la France.

Bernard Darmon

 

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/24/35003-20170424ARTFIG00110-les-jeunes-plebiscitent-le-pen-et-melenchon-les-cadres-votent-macron.php

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2017/04/24/29006-20170424ARTFIG00183-cadre-employe-ouvrier-qui-a-vote-le-pen-et-qui-a-vote-macron.php



35 réactions


  • Jeekes Jeekes 26 avril 10:22

    "Pourrons-nous éviter le chaos ?
    Plus très longtemps et tout dépendra de la volonté politique des dirigeants...
    Si...
    Si...
    Si..."

     
    Ben là c’est pas gagné !
     
     smiley
     


  • Gabriel Gabriel 26 avril 10:31

    Il faut savoir une chose, c’est qu’une fois élu, Monsieur le représentant des banques va gouverner par ordonnance ce qui veut dire, plus de débat démocratique et contradictoire à l’assemblée nationale. En clair du 49.3 puissance 10. Je pense que les citoyens qui ont succombé au charme du Monsieur vont très vite comprendre de quoi il retourne. Je leur conseille humblement de relire 1984 d’Orwell afin qu’ils commencent à assimiler et s’habituer au terme dictature. A ce propos, savez vous que ce roman est actuellement en tête des ventes aux US....



  • Tall Tall 26 avril 10:37

    L’élection de Macron dépendra de France insoumise.


    C’est la FI qui va décider des 5 ans à venir ... car ils ont le choix et le pouvoir de le faire
     
    Si la FI vote Marine, la table est renversée
    Si la FI s’abstient, Macron gagne

    • JL JL 26 avril 10:41

      @Tall
       

       la FI n’a pas à choisir entre les collabos de l’intérieur et les collabos avec l’extérieur : ce sont grosso modo les mêmes, vu d’ici  !
       
      La Fi ne doit donner ses voix, ni au FN ni à ceux qui lui ont fait ce boulevard.

    • Tall Tall 26 avril 10:45

      Désolé, mais ne pas voter, c’est choisir quand même


      Vote Marine > Marine présidente
      pas de vote > Macron président
       
      Il n’y a pas de 3e voie ... quoique si ... j’ai proposé hier un article en modération :
      France Insoumise peut encore gagner !
      Vous l’avez lu ?

    • JL JL 26 avril 10:57

      @Tall
       

       Si la FI votait MLP, jamais le FN ne ferait une place à ses députés !
       
       Il faut rêver pour croire qu’on pourrait voter pour un chef d’Etat que l’on s’apprête à combattre dès qu’il sera élu !
       
       Il en est de même d’ailleurs pour le vote Macron.
       
      L’intérêt de la FI qui sera forcément d ans l’opposition est que le président ait le minimum de légitimité, donc le minimum de voix, afin de le rendre impuissant. et donc de stériliser son programme.

    • BDarmon 26 avril 11:09

      @Tall
      non, je ne l’ai pas vu passer.


    • Tall Tall 26 avril 11:11

      @BDarmon

       
      Je l’ai proposé hier vers 18h, et à minuit, on m’a dit dans un com qu’il y avait 7 pour et 5 contre
      Je n’ai pas accès à la modo

    • Tall Tall 26 avril 11:13

      @JL


      C’est le vote législatif qui décide des députés, pas l’Elysée .... n’importe quoi ...

    • BDarmon 26 avril 11:16

      @Tall

      je viens de le lire et l’approuver même si je ne suis pas d’accord avec vous.

    • Tall Tall 26 avril 11:24

      @BDarmon

      Merci .. le but est d’ouvrir un débat sur le sujet ... je pense qu’il y a à creuser

    • JL JL 26 avril 11:24

      @Tall
       

       je me suis mal exprimé, je voulais dire : Si la FI votait MLP, jamais le FN ne ferait une place à ses représentants ! 
       
       Et quand je parle de place, ça veut dire ce que ça veut dire : regardez les, ceux du PS et de LR, qui ont fait le max de buzz sur leurs ralliements.
       

    • flourens flourens 26 avril 11:25

      @Tall
      de toute façon, c’est une question d’honneur, cela veut encore dire quelque chose pour certains, autrefois on mourrait par honneur, on se faisait seppuku par honneur, on se battait en duel par honneur, par honneur je ne trahirai pas mes convictions, dimanche 7 ce sera pêche à la ligne


    • JL JL 26 avril 11:29

      @Tall
       

      moi je n’ai voté ni pour ni contre : je n’aime pas votre phrase : ’’2 critères essentiels : l’européisme et l’immigration’’
       
       cela ne fait qu’un et un seul critère ; et votre oubli de la politique sociale est à gerber : c’est du Macron dans le texte.
       
       Cela prouve bien que vous n’êtes que la caisse de résonance de Macron.
       
       Et votre titre est bassement racoleur. 
       
       beurk !

    • Tall Tall 26 avril 11:31

      @JL


      Mais les gens de la FI seront des millions à voter pour leurs députés, vous êtes devenu un grand parti qui a voix au chapitre maintenant !
      Je sais que c’est brutal, parce que ça vient juste d’arriver ... mais prenez-le vite en compte
      Vous êtes entré dans une stratégie de co-gouvernance ... c’est fini l’opposition qui gueule dans le vide ... aux manettes !
       
      En gros, il y a 2 stratégies :
       
      1- les européistes gagnent, et Fn + Fi restent chacun impuissants dans leur coin pendant 5 ans tanidq ue l’européisme continuera d’avancer au galop ( Ceta déjà voté )
       
      2 - la Fi fait une alliance stratégique et conditionnelle avec le FN, et là ... l’oligarchie européiste est dans la merde.


    • Tall Tall 26 avril 11:37

      @flourens

       
      Quand l’ennemi utilise sciemment votre sens de l’honneur pour gagner ... il ne reste que le sentiment de s’être fait couillonner

    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 26 avril 11:43

      @Tall

      Salut a l’instant tu es à + 4....


    • Tall Tall 26 avril 11:46

      @Hecetuye howahkan

      merci de l’info ... ça va passer alors ... ce qui compte c’est d’ouvrir un débat sur la question

    • JL JL 26 avril 12:20

      @Tall
       

       ’’la Fi fait une alliance stratégique et conditionnelle avec le FN’’
       
       Le mariage de la carpe et du lapin !
       
       Tout nous sépare : le FN veut sortir de l’UE ; Le FN est pro-Medef et FNSEA ; il est pour la politique de l’offre (cf. Gattaz, la défiscalisation des heures sup ) ; il est opposé à la politique de la demande (hausse du pouvoir d’achat) ; ses sympathisants haïssent les fonctionnaires et la fonction publique ; et les impôts ; je n’en ai entendu aucun parler d’écologie, sinon pour condamner les éco-fasistes ; etc. etc. Et je ne parle pas des sujets qui fâchent.

    • JL JL 26 avril 12:23

      Marine Le Pen a aujourd’hui pour la FI, les yeux de Kaa pour Mowgli : ’’ai confiance ... crois en moi ..."


    • Tall Tall 26 avril 12:24

      @JL

      Quasi tout ce que vous venez de dire là est faux
      La FI est eurosceptique
      Le Medef déteste Marine, les fonctionnaires la plébiscitent
      Je pourrais y mettre des liens, mais ça ne sert à rein ... avec vous, j’ai fini

    • Jeekes Jeekes 26 avril 14:03

      @JL
      « je me suis mal exprimé, je voulais dire : Si la FI votait MLP, jamais le FN ne ferait une place à ses représentants ! »
       
      Donc, ce qui compte c’est la gamelle ?


    • JL JL 26 avril 14:10

      @Jeekes
       

       
      on va le dire encore autrement, parce que ça a du mal à entrer : si Mélenchon avait été à la place de Le Pen, les frontists auraient dit : « c’est bonnet blanc et blanc bonnet, les deux sont pour l’Europe ».
       
      Leur campagne du premier tour l’a clairement démontré.
       
       En plus, pour eux, Mélenchon c’est gauchistes, fainéants et partageeux ! Pouah, les gauchistes ! Et ils auraient fait échouer Mélenchon.
       
      Alors, qu’ils se démerdent.

    • JL JL 26 avril 14:13

      @Tall
       

       ’’La FI est eurosceptique’’
       
       ce n’est pas ce que vous disiez pendant la campagne du premier tour !
       
      Que vous en ayez fini avec moi, c’est un vœu pieux chez vous. Moi hélas, je n’en ai pas fini avec vous.
       
       smiley

    • JL JL 26 avril 14:16

      @Tall,

       
       le Medef ne déteste pas Le Pen : une partie du Medef déteste le protectionnisme. Nuance.
       
      Mais le Medef a de quoi bouffer des dizaines de familles Le Pen.

    • flourens flourens 26 avril 17:12

      @Tall
      le système est ainsi fait que avec ou sans moi, il gagne, alors ce sera sans moi


  • JL JL 26 avril 10:49

     Bonjour BDarmon,

     
     vous dites : ’’Macron devra composer si c’est possible, et peut-être démissionner s’il ne trouve aucune majorité.’’
     
     Démissionner ? Vous excluez a priori une cohabitation ?

    • BDarmon 26 avril 11:00

      @JL
      A l’époque des cohabitations, le mandat présidentiel était de sept ans. Et il n’y a jamais eu de cohabitation immédiatement après l’élection du Président. Mitterrand élu en 1981 et gouverne avec une majorité 5 ans, et cohabite de 1986 à 1988. Puis il est élu à nouveau en 1988, gouverne avec sa majorité 5 ans et la seconde cohabitation se fera de 1993 à 1995. Pareil pour Chirac avec Jospin.

      Depuis la mise en place du quinquennat, il me semble que si le Président ne dispose pas d’une majorité deux mois après son élection, et qu’après une dissolution il était à nouveau empêché de mettre en place sa politique par une assemblée hostile, il serait logique qu’il démissionne. C’est une option sérieuse.


    • Malatif Malatif 26 avril 11:38

      @BDarmon
      .
      La grosse farce est d’évoquer tout simplement la cohabitation.
      Cohabitation signifie Président et chambre opposés politiquement
      .
      Qui peut dire à quoi s’oppose Macron ?
      Il réunit le hollandisme sarkozien au sarkozysme hollandiste....
      Il sera du coté où ça va pencher..
      pas plus compliqué que ça
      ...
      Déjà les candidats à monter sur le manège se bousculent . De Robert Hue à Alain Madelin il ne va pas manquer.


  • Frau Makrel Frau Makrel 26 avril 11:16

    Che ffffhhhhous le dis une dernière fois ! Ce serait eine grôsse katastrôfe si le Front Naziônale gagne. Fffffhous retrouverez vos frontières et votre souferaineté avec Marine. Fhhhous ne pourrez plus vous enrichir au contact de la culture Salafiste. 

    Che ffffhous préviens ! 

    Voter Macrône von Rothschild ! 

  • Zip_N Zip_N 26 avril 12:58

    La politique de l’offre est pas mauvaise car c’est toujours la meilleure offre qui l’emporte, une faible offre créer une plus faible demande. Si toutes les offres sont possibles, la demande est plus nécessaire.


  • alain_àààé 26 avril 14:01

    excellent article mais attendons les résultats de la présidentiel car Macron reconnait que les vieux séniles de socialistes et de droites méme les communistes se sont rallier a macron seront les bien venus d aprés lui.nous en bretagne nous avons le ministre de la défense tient comme beaucoup de l ouest de la france avoir un poste parlemantaire méme s ils cumulent comme le ministre de la défense avec celui de président de la région de bretagne.on va partir pour 5 ANS DE MISERES AVEC EUX


  • BA 26 avril 16:55

    Mercredi 26 avril 2017 :

    Jacques Attali est un très proche soutien d’Emmanuel Macron.

    Whirlpool, « c’est une anecdote »  : la bourde d’Attali, au pire moment.

    Des propos qui ne passent pas. Invité ce matin de LCI, Jacques Attali a choisi le pire moment - Emmanuel Macron rencontre ce midi à Amiens les salariés en grève de l’usine Whirlpool à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Amiens - pour déclarer que Whirlpool est ... "une anecdote". 

    Face à Audrey Crespo-Mara, ce soutien d’Emmanuel Macron a estimé que Whirlpool, "c’est une anecdote qui s’inscrit dans un contexte plus large de création d’emplois".

    "Le cas de 300 personnes n’est pas du ressort du président de la République", a poursuivi Jacques Attali, ajoutant :

    "Le président n’est pas là pour régler chaque cas individuel, pas là pour faire de fausses promesses."

    Une déclaration qui fera probablement grincer des dents en interne. Car depuis janvier, les 290 salariés de cette usine de fabrication de sèche-linge, qui appartient à l’américain Whirlpool, numéro un mondial de l’électroménager (20 milliards de dollars de chiffre d’affaires), vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

    Leur employeur leur a annoncé qu’il fermerait en juin 2018 cette unité de production, la dernière usine du groupe en France, pour la délocaliser à Lodz, en Pologne, et ainsi s’adapter "à un contexte de marché de plus en plus concurrentiel".

    Du coté du Front national, l’occasion était évidemment trop belle pour la laisser passer. "Honteux  !" a ainsi réagi Florian Philippot, épinglant Jacques Attali sur Twitter :

    Une « anecdote » pour Attali soutien de Macron ! 300 emplois supprimés, des familles bousculées, une anecdote ? Honteux !

    http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170426.OBS8576/whirlpool-c-est-une-anecdote-la-bourde-d-attali-au-pire-moment.html


  • devphil devphil 27 avril 09:32

    Macron n’est pas la bonne solution pour la présidentielle

    http://reseauinternational.net/panegyrique-de-emmanuel-macron/


Réagir