mercredi 20 juillet - par Marcel MONIN

Macron : un catalyseur à quoi ?

 

Macron : un catalyseur à quoi ?

 

Dans certains pays, à certaines époques, les comportements des ministres, des fonctionnaires, des juges, des journalistes ont été, quand les gouvernants étaient identifiés comme des « dictateurs », indépendamment du système juridique, clairement dépendants de la personnalité de ces derniers.

 

Mais en dehors de ces cas particuliers et extrêmes, on ne porte guère d’attention aux traits de caractère des personnes qui ont un pouvoir sur les autres. Pourtant, chacun a été témoin de faits de ce genre :

Dans un collège, tout se passe admirablement. Les parents se battent pour y inscrire leur enfant. Le principal prend sa retraite et est remplacé par un autre. Le corps enseignant reste le même. Mais, rapidement, tout va à vau-l’eau et les parents retirent leurs enfants de l’établissement.

Dans un lycée, les professeurs arrivent en retard, font de l’à-peu près, les élèves se tiennent mal … Et puis le proviseur change : les mêmes enseignants arrivent en avance, leurs cours sont appréciés et les élèves n’ont plus le goût de se comporter comme des mal appris.

 

On retrouve un peu partout ce phénomène. Les gens font n’importe quoi quand ils savent que le chef ne dira rien, le chef laisse faire (n’importe quoi) quand c’est un imbécile ou lorsqu’il redoute d’être désavoué par son propre chef … Et, ainsi de suite. Un peu, en partant du chef des chefs, comme avec la théorie du … ruissellement.

 

Bref, le chef est souvent un catalyseur (*) . Un catalyseur à bonnes choses, ou bien, selon l’expression un peu abrupte entendue dans le corps enseignant, « un catalyseur à m…. ». Catalyseur qui ( premier cas) permet aux bons côtés des êtres humains de se révéler et de rendre service. Ou ( deuxième cas) qui réveille et fait prospérer les mauvais côtés des mêmes personnes, dont le comportement portera préjudice aux autres et au fonctionnement de leur service.

Ce n’est pas la formation, les diplômes, le recrutement, le statut qui permettent de ranger le chef dans l’une ou l’autre des catégories de catalyseurs. Puisque, comme dans l’exemple des proviseurs, le prédécesseur et son successeur ont la même formation, le même grade, ont passé le même concours, et jouissent du même statut et disposent des mêmes prérogatives.

 

Il est probable qu’il en va de même avec les chefs d’Etats (*).

Aujourd’hui, on a le sentiment que rien ne va comme il faut. Nulle part. Que les décisions qui sont prises ne sont pas réfléchies. Que la situation de la France dans le monde fait de plus en plus sourire ( surtout après que les anciens colonisés maliens aient mis les troupes françaises à la porte de chez eux). Que les gouvernants sont peu capables de concevoir autre chose que des argumentaires … pour durer. Ou pour suivre une ligne de route qu’ils camouflent.

Du « temps » du général de Gaulle, la France était respectée, il n’était pas question que la politique de la nation soit arrêtée à la bourse, ou par des organismes étrangers incontrôlables ; il était exclu que les soldats français suivent les Américains dans leurs opérations guerrières comme les enfants suivaient le joueur de flute de Hamelin. La France était présente en Afrique et ne s’en faisait pas chasser. On faisait en sorte, par une politique industrielle réfléchie et programmée, que les plus humbles aient un vrai travail, et vivent dans des conditions décentes. Et quand le Chef de l’Etat s’adressait aux Français, c’était pour leur proposer d’avancer, et non pour leur faire part de son envie de les « emmerder ».

 

Autrement dit, les chefs d’Etats de jadis et de maintenant, ne seraient pas, selon cette théorie (*) , des « catalyseurs » de la même espèce. Ce qui expliquerait l’état de la France et le fonctionnement des institutions à ces différents moments. Etat de la France que les analyses institutionnelles classiques auraient du mal à expliquer.

 

Il serait en effet intéressant de rechercher si, à une époque donnée (en commençant par aujourd’hui), le rôle et l’activité concrète d’un ministre, d’un parlementaire, de telle ou telle portion de magistrats, de hauts fonctionnaires, d’une partie des journalistes, etc … ne s’expliqueraient pas par l’appartenance du président de la République ( ou ne révèleraient pas l’appartenance du président de la République) à la première ou à la deuxième catégorie de catalyseurs.

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités

 

(*) C’est ce que soutient en tous cas l’école dite de Nanterre, qui comprend d’éminents publicistes. Le présent article s’inspire de leurs travaux.

 



20 réactions


  • Clark Kent Séraphin Lampion 20 juillet 09:49

    Les pervers narcissiques comptent parmi les plus grands manipulateurs. Leur donner une tribune est catastrophique.

    La fascination de Macron pour Napoléon n’est pas un hasard.


    • Clocel Clocel 20 juillet 10:04

      @Séraphin Lampion

      Sauf que Napoléon n’était pas une marionnette mais un vrai leader...


    • Lynwec 20 juillet 10:14

      @Clocel

      Malheureusement, tous les « leaders » n’entraînent pas leur équipe dans la bonne direction... Combien de morts « grâce » à Napoléon ? Dans quel état a-t-il finalement laissé le pays ? ( Il est vrai qu’il avait contre lui la fourbe Albion )...
      Bon, il a fait des choses assez efficaces en matière administrative mais ça s’arrête là, parce que la gloriole patriotique, au final, ça ne mène pas très loin ...


    • LOST on Earth Louis 20 juillet 10:19

      @Lynwec
      Et bien mon cher lynwec heureusement que vous êtes là sinon l’agora serait d’un ennui mortel
      Mais nom de deu reste plus personne sur ce site (à part cloclo et lampion)
      sont tous partis à saint tropez ???
       smiley


    • Clocel Clocel 20 juillet 10:20

      @Lynwec

      «  la gloriole patriotique, au final, ça ne mène pas très loin ... »

      Alors que l’hubris des mondialistes...

      Mais vous avez raison, nous ne sommes jamais autant nous-même qu’en levrette devant les saxons, plus ou moins anglo...


    • Lynwec 20 juillet 10:41

      @Clocel

      Ne déformez pas mon propos, ce n’est pas être favorable aux mondialistes sataniques que de dire que Napoléon a été au final un désastre pour le pays, comme ce fut souvent le cas pour les dirigeants autoritaires de par le monde .

      Le vrai patriotisme ne consiste pas à se glorifier des victoires éphémères de dirigeants d’autrefois, victoires se concluant par un abaissement catastrophique au final . Je le vois plutôt dans l’amélioration de la situation générale d’un pays sur le long terme , mais pour ça, encore faudrait-il que les dirigeants ne soient pas formatés en pays étranger pour agir contre nos intérêts .
      Le patriotisme, on l’a vu dans les faits après 1945 quand la situation générale de la France s’est considérablement améliorée grâce par exemple à l’action collective de gens qui ont su mettre de côté leurs différences pour trouver des objectifs communs https://www.capital.fr/economie-politique/comment-la-france-sest-reconstruite-apres-la-seconde-guerre-mondiale-1411411

      Mais ça, on en parle rarement et ça ne justifie pas des statues, des places au Panthéon et des tableaux de maîtres au Louvre . On s’empresse même en haut lieu (là ou on trouve les « young leaders » d’outre-Atlantique) à détricoter tout ce qui a été réalisé de valable pendant cette période .


    • Clocel Clocel 20 juillet 10:57

      @Lynwec

      « Le patriotisme, on l’a vu dans les faits après 1945 quand la situation générale de la France s’est considérablement améliorée grâce par exemple à l’action collective de gens qui ont su mettre de côté leurs différences pour trouver des objectifs communs »

      Mon Dieu ! La belle histoire ! Vous y croyez ? smiley

      La « prospérité » des trente « glorieuses », c’est la peur du communisme qui nous en a fait cadeau et la nécessité pour les « élites » de faire oublier un comportement pour le moins discutable tant que la quincaillerie n’avait pas fini de regagner l’armurerie...

      Pis fallait bien remettre Super Dupont au taf, qu’il aille gagner les dividendes de ses nouveaux Maîtres.


    • Lynwec 20 juillet 11:07

      @Clocel

      Que ce soit une « belle histoire » ou non est pour moi sans intérêt . Je juge d’après les faits réels . Les conditions générales de vie des Français se sont considérablement améliorées durant cette période et des mécanismes de protection sociale ont été mis en place (qui sont « détricotés » actuellement) . Ce sont des faits qui ont été vécus, pas une belle histoire .
      En attribuer le mérite aux uns ou aux autres m’importe peu en fait , je ne peux que constater la différence de bilan par rapport à un Napoléon puisque c’était une dérivation du sujet initial .
      Il est vrai que l’enchaînement « destruction-reconstruction » est caractéristique du capitalisme depuis le vingtième siècle, ça joue un rôle indéniable... Le souci, c’est que la destruction touche toujours plus ou moins la même zone (ou épargne les mêmes ... Il y a surement un lien de causalité...)


    • charlyposte charlyposte 20 juillet 12:48

      @Louis
      Un commentaire pour ne rien dire !!! en 40 on avait les mêmes : on connaît la suite ! smiley


    • charlyposte charlyposte 20 juillet 12:59

      @Clocel
      Selon moi Napoléon ne fut qu’une marionnette engluée dans un monde Franc-maçonnique, histoire de redorer cette France en décrépitude des suites d’une pseudo révolution qui n’avait plus de limites et pas davantage de fin.... le fiasco de Waterloo n’est en aucun doute un hasard smiley


    • LOST on Earth Louis 20 juillet 13:06

      @charlyposte
      TON commentaire comme beaucoup d’autres (sources LOL) est l’exemple type pour ne rien dire !
      Le mien était un appel de détresse smiley
      T’as pas observé que le site se désertifie de plus en plus ?

      La faute aux articles de + en + insipides, aux commentateurs (enfin la poignée qui reste) ou ... ?
      NON ça ne te chatouilles pas !
      Bref si tu ne m’avais pas répondu je ne serais pas revenu !
      D’ailleurs si ça continue comme ça, je vais finir par me casser
      Sauf à revenir de temps en temps pour la déconne mais encore faudrait t-il trouver articles et commentaires qui valent le « coup de cidre »
      snif
       smiley


    • charlyposte charlyposte 20 juillet 14:01

      @Louis
      Il est temps de changer les conventions et statuts de guerre ! je me pose une question : pourquoi les Français n’auraient pas le droit de déclarer la guerre à la France républicaine en leur livrant des canons CÉSAR, des javelins, des KALACHS et des tirailleurs Sénégalais !!! hum smiley


  • Clocel Clocel 20 juillet 10:01

    Perte de boussole morale, les fous ont pris le contrôle de l’asile et une petite « majorité » semble s’en satisfaire, la perversité est contagieuse il parait.


    • Clark Kent Séraphin Lampion 20 juillet 11:15

      @Clocel

      C’est que « la petite majorité est propriétaire de l’asile et y trouve largement son compte, sans même jeter un coup d’œil sur les dégâts causés à l’intérieur et à l’extérieur.


    • Clocel Clocel 20 juillet 12:09

      @Séraphin Lampion

      Des parts dans un casino virtuel...


  • tashrin 20 juillet 12:39

    Aujourd’hui, on a le sentiment que rien ne va comme il faut. Nulle part. Que les décisions qui sont prises ne sont pas réfléchies.

    Bien sûr que si c’est réfléchi... C’est juste que c’est dans le but de...

    suivre une ligne de route qu’ils camouflent.

    Le programme est clair : suppression de tous les acquis sociaux, en commencant par securité sociale et retraite, baisse generalisée des salaires, disparition de la classe moyenne, fin de l’education nationale au profit d’une formation minimale et purement fonctionnelle. Société hyper inegale avec 10 % de la population à l’aise versus 90% dans la merde. Moyens de transport accessibles uniquement aux plus riches, propriété immobilière idem. Le reste de la population devra payer un loyer d’existence, c’est à dire payer tous les mois le droit d’exister sans jamais rien capitaliser pour soi.

    Plus un controle social exacerbé à base de pass machin, restrictions de deplacements, repression policiere ou censure de tous ceux qui sont pas d’accord. Flicage numerique généralisé

    C’est pas faute de l’annoncer pourtant... Les decryptages ne manquent pas

    Et malgré ca les gens ont (re)voté pour eux...

    Ok, allons y. La liberté c’est l’esclavage.

    Finalement, autant qu’on creve tous asphyxiés par la planete, on laissera leur chance aux poulpes ou aux insectes. Ils feront ptetre mieux, mais nous on merite pas


  • Lynwec 20 juillet 12:44

    Catalyseur de décomposition d’un pays...


  • troletbuse troletbuse 20 juillet 13:39

    Le sénateur Philippe Bas , un salopard de la pire espèce, rétablit le passe nazitaire pour les plus de 12 ans.

    Cette ordure qui a bien protégé Benalla lors de la commission d’enquête. En 2006 alors qu’il était ministre délégué à la Sécurité Sociale 

    s’ etait déjà rendu, A NOS FRAIS, à une réunion organisée par les lobbystes des laboratoires.

    Regardez cette petite vidéo de 2006, on y retrouve tous les pourris comme Kouchner, Barzach, Evin, etc et Philippe Bas

    https://www.youtube.com/watch?v=BAmy7G_VAqA


  • saint louis 20 juillet 20:11

    Quand nous constatons le niveau lamentable des ministres, ça laisse supposer que le taulier n’est pas mieux.

    Être chef d’état demande des prédispositions rares.

    Dans le panier de crabes, ce n’est pas sur d’en trouver un seul.


  • eddofr eddofr 21 juillet 13:28

    J’ai bien une réponse à la question posée dans le titre, mais ce ne serait pas poli.


Réagir