vendredi 11 novembre 2011 - par CHARLOTTE

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ?

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? 

Il y a cinq ans j’avais pris ma modeste plume pour amener quelques idées au débat, sans grand succès, puisque aucune n’a été reprise. Je n’en ai pas perdu le sommeil.

Aujourd’hui nous avons une droite hantée par ses vieilles querelles et une gauche qui veut nous faire croire que ses différents apparatchiks ne se haïssent pas.

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? Les syndicats ? Ils sont bien trop occupés à entretenir leur pouvoir de nuisance, qu’ils nous rappellent régulièrement par des grèves et autres droits de retrait qui ne sont que des grèves déguisées. Les femmes et les hommes invoquent ils leur droit de retrait lorsqu’un déséquilibré assassine l’un d’eux ?

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? Les fonctionnaires qui défendent un soi disant service public qu’ils rendent si mal ? Les fonctionnaires qui font grève pour les employés du privé qui ne peuvent pas… De qui se moquent-ils ?

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? Les politiques qui nous demandent de nous serrer la ceinture et trouvent normal qu’une partie de leurs revenus soit constituée d’une indemnité non contrôlée ? Les petits barons qui ont exprimé leur déplaisir lors des dernières sénatoriales pour protester contre la réforme qui essaie de diminuer le nombre des élus, et de réduire le mille feuille institutionnel, et donc la taille des fromages ? Les politiques qui reviennent inlassablement, malgré leurs défaites électorales ? Ségolène a versé quelques larmes car elle n’était pas au deuxième tour des primaires ! Mais pourquoi était-elle au premier tour ? Parce que son ex y était ? peut être. Parce qu’elle hait Martine ? peut être. Mais je crois surtout par soif de pouvoir. Que lui resterait-il si elle quittait la politique ? comme pour les autres pas grand-chose, sauf que comme pour Chirac elle pourrait enfin être aimé après avoir fait tant de conneries. Au fait ne trouvez vous pas étrange qu’un innocent ait payé cinq cent milles euros à la mairie de Paris pour que cette dernière retire sa plainte ?

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? Les financiers ivres d’argent et de pouvoir ? Les banquiers qui essaient de nous vendre des portefeuilles dont le rendement n’est pas calculé en fonction des dividendes, mais bien de la hausse spéculative ? Ils oublient (et nous ne posons aucune question) de nous dire que la société en question ou le fonds dont ils nous vantent les mérites possède une entreprise en voie de démembrement. C’est dommage cette entreprise en voie de démembrement est un gros client de notre propre entreprise qui va donc devoir supprimer nos emplois ! Bien sûr c’est un raccourci simpliste, mais est ce si loin de la réalité ? La bourse est un outil indispensable à l’économie, mais les casinos ne le sont pas. Si les financiers ont besoin de cette poussée d’adrénaline pour continuer à exister, il existe de nombreuses activités qui leur en procureraient bien plus !

Mais qui s’occupe de nous, des lambdas ? Les journalistes ivres d’audimat ? Certains d’entre eux n’hésitent pas à sortir des informations non vérifiés, à donner des informations fragmentées, juste pour faire un coup. Sans oublier la mauvaise foi manifeste de certains d’entre eux. Je ne parle même pas de ceux qui, n’ayant sans doute pas assez d’idées personelles, n’hésitent pas à copier. Ils ne vont même pas se cacher ensuite, ils continuent à se montrer sur les plateaux de télé, à se faire entendre à la radio.

Non ils ne sont pas tous pourris, mais ils se sont partagés le pouvoir ! Bien sûr cela a pris des années, des générations d’immobilisme.

Pourquoi avons-nous une dette abyssale ? parce que les politiques n’ont rien fait pour la réduire. Parce qu’ils ont acheté la tranquillité face à des syndicats qui devaient faire preuve d’efficacité pour être réélus. Parce qu’ils ont pratiqué le clientélisme en créant toutes ces commissions et comités dont la fonction première est de donner un fromage à quelque ami, sans parler bien sûr de l’augmentation du nombre de fonctionnaires tant au plan national (à l’exception des dernières années) que régional. Parce qu’ils voulaient des effets d’esbroufe, visibles à court terme pour être réélus. Parce qu’ils ont cédé à la facilité.

Pourquoi les syndicats ne tiennent ils plus leur rôle ? Mais parce qu’ils veulent rester au pouvoir. N’est-il pas étonnant que l’ancien leader de FO se soit entendu avec l’ex maire de paris sur un emploi fictif de chauffeur ?

Pourquoi les fonctionnaires ont-ils un tel pouvoir de nuisance ? Parce qu’ils ne sont pas sanctionnables et peuvent impunément bloquer le pays. Et là aussi le système des baronnies et copinages fonctionne très bien.

Pourquoi les financiers ont-ils tant de pouvoir ? Parce qu’ils peuvent déplacer des sommes faramineuses d’un seul clic ? Sans doute. Parce qu’ils peuvent détruire un pays ? Sans doute. Parce qu’ils nous appâtent avec des placements à rendement faramineux, avec des programmes d’investissement défiscalisés ? Très certainement. Parce qu’ils jouent au casino avec nos emplois, nos vies. Parce qu’ils nous font signer des crédits à la consommation dont les taux peuvent atteindre 21% ! Ils oublient que l’argent ne se mange pas !!

En conclusion, c’est cette ivresse du pouvoir tant politique que financier qu’il faudrait contrôler.

Les politiques nous disent qu’ils s’occupent de nous ? Prenons-les au mot et qu’ils prouvent leur désintéressement. Il ne s’agit pas de travailler gratuitement, mais d’accepter que leurs indemnités de fonctionnement soient contrôlées. Il s’agit de ne plus toucher de retraite tant que l’on est élu. Il s’agit de, progressivement, supprimer leur régime spécial de retraite. Il s’agit de supprimer tous ces petits avantages, non justifiés, et qui nous font grincer des dents. Qu’ils réduisent leur carrière politique à deux mandats identiques. Après tout on peut être maire 12 ans, député 10 ans et président 10 ans, ce n’est pas si mal ! Qu’ils acceptent de quitter la scène politique lorsqu’ils perdent deux fois la même élection, une fois pour les présidentielles. Qu’ils réduisent leur nombre.

Le mandat du président devrait même être ramené à sept ans, mais non renouvelable. Nous aurions un président libre qui pourrait se moquer des pressions, et essayer réellement de faire ce qu’il a promis.

Ces quelques mesures pourraient faire beaucoup de bien à l’image des politiques, et ne couterait pas grand-chose, si ce n’est rien.

Les syndicats nous disent qu’ils s’occupent de nous ? Qu’ils se comportent d’une manière responsable. Qu’ils cessent de se battre pour une fonction publique qui ne remplit plus son rôle. Qu’ils acceptent de discuter sans tabou. Le Québec, si souvent cité en exemple, a un système intéressant en ce qui concerne par exemple le droit de grève. Les syndicats devraient être obligés de publier leurs comptes qui devraient être vérifiés. Là aussi les dirigeants ne devraient pas pouvoir faire plus de deux mandats.

Les fonctionnaires nous disent qu’ils défendent le service public ? Le service public c’est être au service du public. C'est-à-dire donner le meilleur service possible, au moindre coût, donc le plus efficacement possible. Et pourquoi tant de branches de notre service public donnent elles un si mauvais service, alors que l’on y dépense des sommes anormalement élevées ? Défendre le service public ce n’est pas gaspiller l’argent du contribuable.

Les financiers veulent nous faire croire qu’ils veulent nous rendre riches ? Refusez déjà tous les investissements à abri fiscal. Vous payez plus cher le m² car vous allez bénéficier d’un avantage fiscal, qui parfois vous reste ensuite sur les bras. Refusez les placements bancaires qui de toute façon ne servent qu’à enrichir les banquiers, et à mettre en danger des entreprises à travers la spéculation. Si vous avez de l’argent à placer, trouvez une pme qui a besoin d’un coup de main, et en plus vous aurez même une réduction d’impôts. Nous avons besoin d’entrepreneurs et non de financiers qui tondent tout ce qui dépasse

Je ne rêve pas. Rien de tout cela ne sera appliqué et nous lambdas resterons coincés entre ces forces qui continueront à se partager le pouvoir. 



6 réactions


  • TyRex TyRex 11 novembre 2011 09:05

    J’ai juste une question :

    Pourquoi voulez-vous qu’on s’occupe de nous ?

    Pour ma part, je n’en ai aucune envie... je préfère le faire moi-même.

    Nous n’avons pas besoin d’être assisté, nous avons juste besoin de croire en ce que nous sommes.

    Pour le reste, je vous rejoins entièrement.


  • miha 11 novembre 2011 09:51

    les lambda, c’est qui ? Le peuple ? Ceux qui n’ont aucun pouvoir ?

    Il y aurait donc d’un côté les politiques, les syndicats, les financiers, les fonctionnaires et... les autres ?

    Les fonctionnaires font partie du pouvoir ? Ou ils ne font pas partie du peuple ?

    Comprends pas bien...

     


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 novembre 2011 13:44

    oeut-etre que les Lamdas sont trés representé dans la groupe ci-dessous :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/11/20/ya-cas-faut-quon/


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 novembre 2011 19:03

    « Pourquoi les fonctionnaires ont-ils un tel pouvoir de nuisance ? »

    ma belle soeur est femme de menage dans un college, elle est fonctionnaire et a un pouvoir de nuissance enorme qui porte atteinte aux Lambdas !


  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 11 novembre 2011 23:08

    Aide-toi et le ciel t’aidera...


    Et cesse de voter.

  • titi titi 12 novembre 2011 00:03

    @L’auteur

    Bah c’est pas compliqué.
    En France, il faut avoir un pouvoir de nuisance pour être entendu.

    Vous êtes journaliste et pouvez faire la pluie et le beau temps pour les prochaines élections ? On va vous faire une petite niche fisclae sur mesure.
    Vous êtes agent RATP, conducteur de train et pouvez bloquer le pays si vous vous êtes levé de mauvaise humeur ? Pour vous la retraite à 55 ans !!!
    etc...

    La capacité a être entendu se mesure à la quantité de lisier que l’on peut répendre devant les grilles de la préfecture.


Réagir