mercredi 28 septembre 2016 - par CN46400

Mélenchon or not Mélenchon

En 2012, j'ai beaucoup "campagné" pour Mélenchon. Si bien qu'au soir du 1° tour il était 3° dans mon département, avec plus de 14%. En 2017, si rien n'évolue, je ne "campagnerais" pas pour lui, n'y ne voterais, sans doute pas, pour lui.

 Que s'est-il passé pour qu'une telle crise de désamour s'installe entre lui et moi ?

 En 2012, il était tellement unitaire, et pour moi qui sais, depuis que j'ai lu Thorez, que le drapeau de l'unité est l'étendard politique principal du prolétariat (ceux qui doivent travailler pour vivre), je me délectais de ses paroles. Parfois, pourtant, une interrogation traversait mon esprit : Comment peut-il parler comme cela en étant resté 30 ans au PS ? Juste le temps de me raser et je fonçais vers d'autres pensées. Comment remplir les 10 cars que notre Fd-PCF avait prévu pour le meeting de Toulouse ? Et on les a rempli, avec le PG, les 10 cars et même payés !

Puis la vie reprit ses droits, tout juste si je remarquais les diverses scissions qui parcouraient les rangs étroits du PG départemental, notre allié toujours privilégié. Arrivèrent en 2014 les municipales. Chez nous, les principales municipalités sont socialistes avec participation communistes et leur gestion vise rarement autre chose que la satisfaction des besoins basiques des habitants. Voilà que le PG, famélique pourtant, débarque avec ses propositions qui sont des exigences siné qua non : Ok pour des listes FDG mais par de fusion au 2° tour avec les listes PS. A notre remarque qui note la possible disparition des municipalité FdG (communistes pour la plupart), il est répondu : "On s'en fout c'est des élus pourris qui font la politique du PS"

 L'échec clôt les discussions, au chef lieu une liste Pgiste, avec quelques dissidents du PCF, est présentée. Elle capte presque la moitié des voix FdG, mais le grand gagnant est le....PS qui voit sa liste élue dés le 1° tour, une première depuis toujours. Comme quoi la division porte aussi des fruits, sauf qu'au palais, ils sont plus amers que ceux de l'union.... Et le PG s'enfonce encore dans ses divisions, il sera en 2015, incapable d'entraîner les Verts dans une autre opération anti-PCF lequel parvient à faire élire une conseillère régionale sur une liste estampillée ELV-FdG.

 Nous en sommes là lorsque, en janvier 2016 j'apprends que Mélenchon a décidé de se présenter à la présidentielle de 2017 en indépendant, comme De Gaulle (c'est lui qui le dit), au dessus des partis. Ce n'est plus le candidat du FdG, c'est celui des "insoumis", une caste que six mois après, personne n'a encore pu définir autrement que par : "groupies de Mélenchon". Il accepte tout le monde, communistes compris (ils ont des bras, un peu de tune, et les quelques parrainages qui ont été sauvés des bérézinas de 2014-2015), mais SVP pas de socialistes, même pas ceux qui ont voté contre la loi travail. Au temps de l'anticommunisme primaire du PS d'antan, succède, chez la Méluche, le temps de l'antisocialisme primaire, comme s'il n'avait pas remarqué que le second serait, pour la gauche et les intérêts des prolos, aussi mortifère que le premier.

 En fait Mélenchon constate que son parti, le PG, because acrobaties ratées, n'existe pratiquement plus, et il table sur sa notoriété, acquise en 2012, dans l'électorat communiste, qu'il croit suffisante pour éviter toute négociation avec le PCF. Lequel sera bien obligé, bon gré, malgré, de se rallier, avec tous ses attributs (bras, tune et signatures)

 Sauf que si les sondages sont toujours au dessus de 10, et même doublent parfois Hollande, aucun ne donne une place à Mélenchon au 2° tour. Or, à quoi peut bien servir une place figurative pour un candidat "individuel" de 65 balais sinon à alimenter ses conversations avec ses petits enfants ? Et, dans le PC, cette question parcourt toutes les réunions de rentrée de la structure laquelle répond par une autre question : Quel intérêt peut-il y avoir à soutenir une candidature sans avenir et sans contenu de classe, qui au bout du bout ne peut qu'aboutir au maintien des prolos socialistes sur le candidat 100% social-libéral Hollande ?

 C'est de ce raisonnement qu'est en train de germer la candidature du Député Chassaigne dans le PCF qui ne s'effacerait, éventuellement, que devant une autre candidature anti-loi El Khomri sans exclusive. Avec ou sans candidat, le PCF ferait alors entendre une ligne néo-communiste susceptible de rassembler, sur la base de leurs intérêts, l'essentiel des prolos de ce pays.
 En clair, le PCF utiliserait, son éventuel isolement, pour terminer en France, devant le peuple, l'aggiornamento post soviétique qu'appelle l'arrivée en responsabilité d'une nouvelle génération.



226 réactions


    • JMBerniolles 30 septembre 2016 09:50
      @CN46400

      C’est un bel effort de répondre à pratiquement tous les commentaires, mais cela met en évidence le fait que votre argumentation sert surtout à vous conforter vous-même.

      Globalement il vous a été dit que la politique presque séculaire de tentative d’union avec la sociale démocratie, qui est maintenant avec EELv un pilier du néo libéralisme, de votre parti, le PC ou ce qu’il en reste à la suite de cette erreur historique, est un échec total.

      Vous ne ferez pas passer les pseudo frondeurs du PS pour des Mendès France ou Jean Zay... ce sont des politiciens qui cherchent à garder leur place. Les prolétaires qui votent pour eux sont aussi trompés que ceux qui vote FN.

      Votre méconnaissance des réalités montre combien il n’y a plus aucune analyse marxiste, je dirai aussi léniniste puisque Lénine a magistralement analysé le comportement politique des opportunistes, au sein du PC.

      La direction du PC, avec en tête Pierre Laurent fils de Paul Laurent apparatchik sans personnalité du PC dans les années 70, est une avant garde de liquidation et non de révolution. Qui monnaie sa trahison auprès du PS et d’EELv pour quelques élus et le confort européen de son leader.
      Qui depuis son fauteuil européen a trahi la Grèce l’été 2015.


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 10:46

      @JMBerniolles

       D’abord respect pour le radical Jean Zay tombé sous des balles miliciennes, et à un degré moindre pour PMF pour son attitude anti Pétain en 40 mais entachée par la partition du Vietnam qu’il a voulue en 54, passant ainsi la main aux américains pour la 2° guerre du Vietnam.

       Sachez que la social démocratie ne me passionne pas, je constate simplement, avec K Marx, que l’union de « l’immense majorité » prolétarienne est la condition, siné qua non, de toute victoire, petite ou grande, contre « l’infime minorité » bourgeoisie. Mais cette union est rendue difficile par plusieurs éléments, divergences de certains intérêts, ambitions particulières, corruption médiatique et autres (ex Bresil, Vénézuela...) ; autant d’élément cultivés par la bourgeoisie qui compensent ainsi sa fragilité de minoritaire par la puissance de ses moyens financiers.

       L’entente que je préconise, pour cette élection, avec les socialistes frondeurs ne répond, en fait, qu’à cette préoccupation. Force, pour moi, est de constater que la loi travail est plus contestée par les prolos qui votent socialistes que par ceux qui votent, hélas, pour la droite civilisée ou extrême. Quand à Lénine il n’a pas écrit que sur les opportunistes de droite, il a aussi parlé de ceux de gauche.....


    • Aristoto Aristoto 30 septembre 2016 12:37

      @Fifi Brind_acier

      oui enfin j ai beau soutenir symboliquement melenchon, je vote pas pour autant.

      quand a asseulineau, il a beau se demele il reste plutot un mediocre politicien et du peu de ce que j ai entenud de lui quelq un de limite inltelectuellement (mais sur ce point la c est pas un gros probleme pour se faire elir)

      toute la difference entre une formation enarque pour bureaucratos droit dans leur botte et une formation chez les ancien trotskiste adepte de la propagande et des magouilles becessair pour la prise de pouvoir d un apoareil etatique bourgeois.


    • Armelle Armelle 30 septembre 2016 16:08

      @Aristoto

      Asselineau ? C’est qui ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 septembre 2016 19:58

      @CN46400
      Je répondais à Aristoto, c’est lui qui a parlé « du bolchévique Mélenchon » !


      L’UPR n’est pas un Parti politique, c’est un rassemblement provisoire pour sortir de l’ UE & de l’ OTAN. Il rassemble donc des citoyens venant de tous les horizons, sur un programme bien plus à Gauche que celui de Mélenchon, une copie réactualisée du Programme National de la Résistance.

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 1er octobre 2016 09:01

      @Aristoto
      Evidemment, si pour vous, la formation antérieure signifie l’absence de cerveau, je suppose que seuls les incultes vous conviennent ...
      Regardez « La tragédie de l’euro », vous verrez si Asselineau "est limite intellectuellement  !!


    • capobianco 3 octobre 2016 10:56

      @CN46400
      Dire « la méluche » n’est pas déplacé ? Votre vision pour « fédérer » la gauche sans doute .


    • CN46400 CN46400 3 octobre 2016 11:21

      @capobianco

      Quand je fréquentais plus assidument son blog, c’est ainsi que bien des interlocuteurs l’interpellaient, apparemment d’ex socialistes qui l’avaient connu avant le FdG. Pour moi c’est juste un moyen d’éviter les répétitions, rien de plus...


  • Butch30 (---.---.129.55) 30 septembre 2016 13:12

    Mélenchon n’évolue plus dans cet ancien monde politicien qui vous tient toujours à cœur, vous et les portes paroles du PCF, du front de G. à l’assemblée, sénateur-secrétaire du PCF, soit disant frondeurs du PS ou d’EELV... qui ne vous préoccupez que des postes et privilèges qui en résultent.

    Cette page est définitivement tournée depuis la trahison du lendemain de l’élection de Hollande qui a régné la renégociation du traité européen pour lequel il avait été élu. Dès lors, toute attache, qu’elle fusse gouvernementale avec des Hammon, Montebourg, Duflot, etc. ou locale PCF+PS ou PS+EELV dans les élections intermédiaires, a complètement discrédité tous ces calculateurs et c’est ce qui a fait exploser le FDG.

    La France Insoumise est un mouvement citoyen et la première proposition de programme en cours de ratification par les adhérents est issue de leur réflexion, sur la base de l’Humain d’abord, programme porté en 2012 par JLM pour le FDG. Si ce dernier est élu, ce qui est probable si les communistes ne sabotent pas encore le mouvement, compte tenu de la déroute annoncée du PS, la convocation de l’Assemblée Constituante permettra aux citoyens de reprendre en mains le pays, selon les modalités décidées par le Peuple et pour le Peuple, multiple et indivisible, dans son entièreté, pas uniquement au profit de prolétaires ou alors d’oligarques ...


    • CN46400 CN46400 30 septembre 2016 13:42

      @Butch30
      Je marche sur l’eau, donc je suis... signé : Fan club JLM2017


    • Le421... Refuznik !! Le421 30 septembre 2016 15:41

      @Butch30
      L’intérêt de la droite est de voir s’éparpiller la vraie gauche façon puzzle !!
      Et en ce domaine, il y a des gens de gauche, ou qui se croient d’en être, qui sont spécialistes dans le domaine.
      Ils jouent un système de VIème République alors que nous n’y sommes pas encore...

      Mmmmm’ béciles !!


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 septembre 2016 20:01

      @Butch30
      Le Droit Communautaire est supérieur aux droits des Etats.

      "Selon le principe de primauté, le droit européen a une valeur supérieure aux droits nationaux des États membres. Le principe de primauté vaut pour tous les actes européens disposant d’une force obligatoire. Les États membres ne peuvent donc pas appliquer une règle nationale qui serait contraire au droit européen."


    • wasam (---.---.48.194) 2 octobre 2016 14:09

      @CN46400
      Ha vous n’avez que mépris pour le petit exposé de butch, voilà votre vrai visage. Vous allez rejoindre les livres d’histoires et ça ça vous défrise. Non pas vous en tant que personne, bien que ce soit inéluctable, mais cette vision de la politique et de l’organisation sociale quelle soit dite de « droite » ou de « gauche ». Visiblement la dite « droite » resistera mieux que vous s’adressant en dernier recours à ce qui nous tient le plus : notre égoïsme potentiel.
      Il est désolant que vous sombriez aussi dans la caricature du dit « homme providentiel, sauveur », soit vous êtes de mauvaise foi soit vous êtes aveuglés par la nécessité propagandiste du bon militant encarté, ce qui peut parfois ou souvent revenir au même.
      Le pauvre Chassaigne qui ne sait plus où il réfléchi, son systme de pensée s’effondre, comme le vôtre, par la démarche destructrice de JLM2017, détruire cette soumission aux intelligensias tutélaires qui font le quotidien de notre vision de la société.
      Vous faites tout, surtout la dite « gauche », pour que l’on ne regarde que le doigt mais le simple fait d’avoir initié cette démarche, que visiblement vous ne comprenez pas (je suis indulgent), à redonné confiance en une possible union populaire autour d’un intérêt commun ne reniant pas les individualités. C’est nouveau, empli d’incertitudes, de difficultés voir de tatonnements, de peurs de récupérations aussi ou d’abandons (comme vous le souhaiteriez) mais pour ceux qui la soutienne, elle est le seul avenir prometteur et ouvert et ce bien aprs que JLM ai rendu son tablier.
      Le PC n’a plus d’autre alternative que de se noyer dans une dite « gauche » pour exister, il n’a plus ni base ni programme pour conquérir le « pouvoir » et sa disparition est proche comme bien d’autres.
      S’il continuait d’exister c’est que la démarche insoumise aura échoué, peut- être en serait vous content pour avoir vaincu cette « égocentrique qui marche sur l’eau » mais ça signera surtout l’echec d’une véritable évolution à l’encontre des cartels néolibéraux que vous continuez à servir dans votre soumission volontaire et intéressée.


    • CN46400 CN46400 2 octobre 2016 14:52

      @wasam
      « Le pauvre Chassaigne qui ne sait plus où il réfléchi, »

       Question mépris, vous n’êtes pas mal non plus. Moi je constate que vous-même, comme pas mal de supporter de Mélenchon vantent plutôt l’emballage, le candidat, que le produit. Par exemple pouvez-vous nous définir la notion d’insoumis ? Les autre candidats sont-ils tous, lesquels, des soumis ? à quoi ? comment ? Moi, par exemple suis-je un soumis ?

       Parceque, voyez-vous, les individus qui, à la France, ont fait, à diverses périodes, dons de leur personne n’ont, pas toujours, laissé des souvenirs impérissables...


    • wasam (---.---.48.194) 4 octobre 2016 20:31

      @CN46400
      Vous m’épinglez pour contrer, bof bof, c’est ça aussi être un soumis, tout est dit dans mon commentaire si vous n’avez pas compris alors c’est que d’être soumis ne vous suffit pas vous y ajoutez la cécité volontaire, alors bonne route...
      Bien à vous...


  • Armelle Armelle 30 septembre 2016 16:46

    En tout cas, il y a de quoi se poiler avec tout ces commentaires. C’est tous les cinq ans la même mascarade dans laquelle 40 millions de « badabeux » en sont encore à imaginer que l’homme providentiel est là, à portée de main !!!
    Et c’est d’autant plus effrayant de penser que d’autres (ici) soit autant déterminés dans leur démarche de propagande à deux sous pour faire avaler aux autres l’obsolue nécéssité d’élire l’un ou l’autre, étant con-vaincu que c’est le bon !!!
    C’est affligeant de niaiserie


    • Aristoto Aristoto 30 septembre 2016 17:21

      concretement, metrielement diront les marxiste, je suis en effet totalement impuissant et le seul moyen pour moi d avoir une quelconque esperance et d aller deposer un bulletin de vote qui represente ce pouvoir d ibfluer diluet par 40 millions...en effet ca fait pas beaucoup de pouvoir...mais je vote pas alors j ai pas ce genre de soucis a me faire.


  • franck milo franck milo 30 septembre 2016 22:44

    CN46400
    Votre billet ne vaut même pas son poids en encre car Alexis Corbière à préféré répondre (en fait il l’a plutôt étalé...) à Olivier Dartigolles.
    la réponse ici :
    https://blogs.mediapart.fr/alexis-corbiere/blog/290916/ne-pas-se-defiler-devant-nos-adversaires
    bon pour le billet de « l’autre » , bien je vous laisse chercher LoL,
    vous vous souviendrez ? je soutiens JLM2017.fr

    En tant que fils de mineur de fond c’est avec toute ma fraternité pour les communistes « de base » bien sur ! ça va sans le dire mais ça va encore mieux en le disant !


    • CN46400 CN46400 1er octobre 2016 07:53

      @franck milo

       Comme tous les « insoumis » Corbière catalogue tous les socialistes dans la catégorie : « social-traître ». Ce faisant il réduit le périmètre de la candidature à « la gauche de la gauche », les purs de chez pur. C’est, peut-être suffisant pour passer, cette fois-ci, devant Hollande, en admettant que Macron irait au bout, mais c’est évidemment trop court pour arriver au 2° tour, et éviter le choix cornélien Sarko-Juppé ou Marine.....


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 2 octobre 2016 16:02

    Bonjour,
    .
    « Voilà que le PG, famélique pourtant, débarque avec ses propositions qui sont des exigences siné qua non : ...
    Nous en sommes là lorsque, en janvier 2016 j’apprends que Mélenchon a décidé de se présenter à la présidentielle de 2017 en indépendant, comme De Gaulle (c’est lui qui le dit), au dessus des partis
    . »
    .
    == DÉCRYPTAGE == Avec quelles techniques Mélenchon manipule l’opinion et contourne savamment la question fondamentale de l’Europe dans la perspective de 2017
    https://www.upr.fr/actualite/france/decryptage-mots-melenchon-contourne-question-fondamentale-de-leurope-perspective-de-2017
    .
    Rappelons que le Front de gauche en France (dont l’intitulé complet est « Front de gauche pour changer d’Europe ») est une coalition de partis politiques rassemblant le Parti communiste français (PCF), le Parti de gauche (PG) et la Gauche unitaire (GU) lors des élections européennes de 2009. Le front de gauche compte 10 députés à l’Assemblée nationale (soit 1,7 % des 577 sièges), 18 sénateurs au Sénat (soit 5,2 % des 348 sièges) et 4 représentants au parlement européen (soit 5,4 % des 74 représentants français au parlement européen).
    .
    Comment les « progressistes » de Mélenchon pourraient-ils « changer profondément l’organisation de l’Europe » alors que les traités européens ne peuvent être modifiés qu’à l’unanimité des États-membres (article 48 du traité sur l’Union européenne ) et qu’il suffit d’un seul État (le très capitaliste Luxembourg par exemple) pour tout bloquer ?
    https://www.youtube.com/watch?v=UPpXKtSJcRI
    .
    On notera aussi que 10 des 14 États qui n’ont aucun représentant dans ce groupe parlementaire européen sont des pays de l’est – ex-communistes. Cela permet d’affirmer que l’élargissement aux pays de l’est européen, survenu en 2005 puis en 2007, a rendu encore plus inconcevable l’unanimité des États-membres pour modifier substantiellement l’orientation de la prétendue « construction européenne ».
    .
    Puis, Mélenchon affirme qu’il « préfèrera la souveraineté de notre peuple et le refus de la destruction de notre industrie et de notre patrie à cette forme de cauchemar qu’est l’Union européenne de Madame Merkel. »
    .
    On confine ici au chef-d’œuvre.
    .
    D’une part, il emploie un verbe vicieusement bien choisi : « nous préfèrerons ». Si l’on y réfléchit une seconde, ce verbe ne veut strictement rien dire en termes politiques. Il ne comporte aucun engagement concret, précis, et daté. C’est un verbe sciemment flou, qui permet aux auditeurs d’y trouver ce qu’ils veulent entendre.
    .
    D’autre part, il a la malignité de prononcer les mots « souveraineté  », « notre peuple » et « notre patrie ». Pourquoi fait-il cela ? Parce que, comme tous les acteurs de la scène politique française, il lit des enquêtes d’opinion qui indiquent que ces mots, ces concepts, ont le vent en poupe ; et il constate avec inquiétude la montée inexorable de l’UPR avec presque 12 200 adhérents (en progression constante)...
    .
    En bon manipulateur d’opinion, il suit donc les conseillers en communication qui lui disent qu’il faut donc « PARLER DE » souveraineté, qu’il faut « PARLER DE » « patrie ».
    .
    Notons bien qu’il ne s’agit que d’en « PARLER ». Il ne s’agit pas – surtout pas ! – de prendre le moindre engagement clair et précis. Le seul objectif poursuivi est de « ratisser large », en tablant sur le fait que les électeurs, hélas trop peu souvent attentifs aux détails, en déduiront à tort que Mélenchon propose de sortir de l’UE.
    .
    Il faut souligner à ce propos que Mélenchon se garde bien de dire ce que signifie la « souveraineté » de « notre peuple ». Il ne fait que prononcer les mots. Il ne dit pas ce que cela signifie concrètement, et en particulier que cela implique obligatoirement de sortir de l’Union européenne et de l’euro.
    .
    Mélenchon manipule l’opinion, exactement comme le fait Marine Le Pen quand elle confirme sur TF1 le 8 février 2016 qu’elle « entrerait en négociations avec l’Union européenne » tout en reconnaissant qu’elle « n’a jamais proposé de sortir de l’euro »
    .
    Mélenchon manipule l’opinion, exactement comme le fait Nicolas Sarkozy qui vient de déclarer sur BFM-TV, le 22 septembre 2016, qu’il « n’exclut pas » d’organiser un référendum sur l’appartenance de la France à l’UE.
    .
    « Préférer la souveraineté », « entrer en négociations avec l’UE », « ne pas exclure d’organiser un référendum sur l’UE », toutes ces formules alambiquées des Mélenchon, Le Pen, Sarkozy et consorts, visent à contourner encore et toujours la question essentielle : celle de la souveraineté nationale ; et elles veillent à ne jamais prendre l’engagement clair et net que seule prend l’UPR (voire le PRCF *) , à savoir la triple sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan.
    (*) Le PRCF propose 4 sorties(de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme)
    .
    Ce que Mélenchon ne dit pas, c’est que ces réformes draconiennes et anti-sociales du droit de travail en Allemagne « Hartz » sont la mise en application des traités européens. Et notamment des « Grandes orientations de politique économique » (GOPÉ) prévues par l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE), découlant lui-même du traité de Maastricht pour lequel le même Mélenchon avait appelé à voter en 1992.
    .
    Il faut rappeler que les GOPÉ s’appliquent tout autant à l’Allemagne qu’à la France
    .
    Ce que Mélenchon ne dit pas non plus, c’est que ces réformes « Hartz » ont été décidées et adoptées entre 2003 et 2005, par application des GOPÉ imposées par la Commission européenne, sous le mandat du chancelier Gerhard Schröder (SPD), c’est-à-dire par un gouvernement… de « la gauche allemande ». Une gauche allemande qui est d’ailleurs l’alliée du PS français, dont le candidat à la dernière élection présidentielle de 2012 – François Hollande – a été élu parce que Mélenchon s’est désisté en sa faveur dès les résultats du 1er tour connus.
    .
    Faire porter la responsabilité des réformes Hartz à « la droite allemande » et à « Madame Merkel » – alors que la loi El Khomri du gouvernement Hollande-Valls est d’inspiration identique – est non seulement un mensonge historique mais une duperie politique.
    .
    Âgé de 73 ans, Oskar Lafontaine est un homme politique allemand qui fut membre du Parti social-démocrate allemand (SPD) (et même son président de 1995 à 1999), parti politique qui appela à ratifier le traité de Maastricht, tout comme le PS de Mélenchon…
    .
    suite message suivant :


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 2 octobre 2016 16:03

      suite du précédent message :
      .
      CONCLUSION : Ce que Mélenchon ne dit pas :
      .
      En conclusion, il est fondamental, non seulement de bien comprendre ce que Mélenchon dit, mais aussi de bien comprendre ce qu’il ne dit pas, et ce qu’il se refuse à dire.
      .
      Si l’on visionne attentivement son discours, ou si l’on relit le verbatim, force est de constater qu’au moment où il s’exprime sur l’avenir de l’UE :
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot du rôle de Washington dans la prétendue « construction européenne »,
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot des 28 intérêts nationaux divergents qui engendrent un auto-blocage permanent,
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot des articles précis des traités européens, qui sont la résultante fatale de cette conflagration d’intérêts contradictoires,
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot du caractère nécessairement anti-démocratique d’une construction politique prétendant rassembler 28 peuples totalement différents, avec des histoires, des langues, des économies, des structures sociales et anthropologiques totalement différentes,
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot de l’impossibilité de modifier une virgule des traités sans l’accord unanime des 28 États-membres, donc de « changer profondément l’organisation de l’Europe ».
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot des conséquences qu’aurait, pour la France, le fait de prétendre rester dans l’UE tout en refusant d’appliquer les traités européens que nous avons juridiquement ratifiés. La France serait aussitôt déférée devant la Cour de justice de l’Union européenne et immanquablement condamnée, et ensuite déférée, si nécessaire, devant la Cour internationale de justice de l’ONU. Non seulement nous serions contraints au bout du compte, soit d’obéir aux traités, soit de quitter l’UE, mais nous aurions entre-temps ruiné le crédit moral de la France dans le monde.
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot de la possibilité de sortir de l’Union européenne, de façon sereine et juridique, par l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE).
      .
      – Mélenchon ne dit pas un mot du fait que la victoire du Brexit, au Royaume-Uni, n’a pas du tout été le fruit du « pire », mais d’un rassemblement du peuple britannique au-delà du clivage droite-gauche, dans lequel une grande partie des Travaillistes et plusieurs grands syndicats avaient appelé à voter pour le Brexit.
      .
      En particulier, Mélenchon ne dit pas un mot du fait que ce sont les circonscriptions les plus ouvrières du Royaume-Uni qui ont le plus voté en faveur de la sortie de l’Union européenne, tandis que c’est à la City de Londres et dans les circonscriptions électorales les plus huppées du royaume que le refus de sortir de l’UE a recueilli les meilleurs scores.

      https://www.upr.fr/actualite/france/decryptage-mots-melenchon-contourne-question-fondamentale-de-leurope-perspective-de-2017
      .
      .


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 3 octobre 2016 22:33

      Bonjour sampiero,
      .
      « Et la constituante dira quand et comment sortir de l’Europe. »
      .
      C’est de l’enfumage !!!
      .
      Jean-Luc Mélenchon, qui avait voté « oui » à Maastricht en 1992, a toujours été, parce qu’internationaliste, un fervent partisan de l’Europe.
      http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/sortie-de-leurope-pourquoi-melenchon-ne-veut-surtout-pas-dun-referendum,264916
      .
      Sa seule différence avec les dirigeants de l’Union européenne, c’est qu’il rêve d’une autre Europe, plus sociale et moins libérale.
      .
      Ceux qui, tel Nigel Farage et l’UKIP, ont impulsé cette campagne du BREXIT, en Grande-Bretagne, sont ses pires adversaires politiques. Il les qualifie, au mieux, de « populistes » et de « xénophobes ». En France, ses militants, alliés aux gauchistes, n’hésitent pas, dès qu’ils le peuvent, à exercer, par la violence, des pressions pour empêcher ce courant de s’exprimer. Même Nicolas Dupont-Aignan avait été éjecté d’un rassemblement de soutien au peuple grec, parce qu’accusé d’être de droite, et souverainiste.
      http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/sortie-de-leurope-pourquoi-melenchon-ne-veut-surtout-pas-dun-referendum,264916
      .
      Même au sein du Front de gauche, Mélenchon et ses amis n’ont pas voulu de Jacques Nikonoff, pourtant marxiste, ancien président d’ATTAC, candidat à la présidentielle 2017, qui demandait la sortie de l’Europe et de l’euro, au nom de la souveraineté de la France. Viré !
      http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/sortie-de-leurope-pourquoi-melenchon-ne-veut-surtout-pas-dun-referendum,264916
      .
      Mélenchon, pas davantage que Tsípras ou Podemos, ne dérange ceux qui insultent les électeurs anglais, osent demander un nouveau vote, ou, comme Peter Sutherland, haut dirigeant de Goldman Sachs et ancien commissaire européen à la concurrence (naturellement libre et non faussée), qui dit crûment qu’« il va falloir annuler le Brexit d’une façon ou d’une autre ». Tout simplement parce que, internationalistes, ils partagent avec ces dirigeants libéraux la même volonté de détruire les Etats-nations et l’homogénéité de leur peuple.

      Regardez ce que à fait en réalité J.L. Mélenchon :

      En 2012 Mélenchon appelle à voter, sans condition, François Hollande au 2è tour, comme prévu.
      https://www.youtube.com/watch?v=MMURuQ_d_Gw

      Puis la cerise sur le gâteaux :

      ...le vice-président du parti d’extrême droite FN, Louis Aliot, n’a pas exclu d’apporter de l’aide au cofondateur du Front de gauche. « Oui, sans problème. Si nous avons nous-mêmes assez de signatures, nous parrainerons Jean-Luc Mélenchon s’il en a besoin », a-t-il confié dimanche à certains journalistes, en marge des « Estivales » de Fréjus.
      http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/09/19/25001-20160919ARTFIG00018-presidentielle-2017-le-fn-se-dit-pret-a-parrainer-jean-luc-melenchon.php
      .
      .



  • GrandGuignol GrandGuignol 3 octobre 2016 15:01

    Je viens de me taper tous les commentaires , ouf, dur dur la politique de nos jours.....
    Pour trouver le chemin vers la lumière et servir de guide du bon peuple de France, certains n’hésitent pas à dire tout et son contraire.
    le sujet du jour est donc Mélenchon qui est à la fois pour l’internationalisme tout en défendant ( il y a peu) la « souveraineté » de la France au cas Où.... vous m’avez compris....(le plan B)

    Donc ce député européen qui ne dit pas que des conneries et c’est pour cela que certains plongent tête bêche, ce député européen donc, connait parfaitement les articles des traités européens et n’en a dit mot (sauf depuis peu, le vent tourne) durant des années à ses sympathisants dont je fus, ni ne leur explique qu’en fait c’est la commission européenne qui décide et que le parlement européen n’est là qu’ a titre de consultations( vote),mais ce parlement ne décide de rien, seule la commission décide.

    Donc ce que dit Mélenchon dans son programme c’est génial mais irréalisable au sein de l’UE, il le sait pertinemment d’où le paradoxe de vouloir changer les traités, tout le monde sait bien maintenant qu’il faut L’UNANIMITÉ des 28 !

    Bon ce que j’en dit d’autres l’ont dit avant moi.....tiens une dernière, et la VIème république !
    Alors là c’est encore plus fort, non pas de passer à une VIèmme, mais de le faire au sein de l’UE supranationale, Supranationale je le répète au cas où, donc supranational et au dessus de national, vous suivez bien là ? Par conséquent la VIème ne pourra pas faire valoir ses droits au sein d’une entité supérieure qui elle fixe les orientations et choix politiques pour l’Europe entière ( enfin les membres de l’UE), donc encore une belle idée en cas de sortie de l’UE, mais dans l’UE c’est comme je pisse dans un violon....

    Mélenchon dit certes des vérités, il a un programme de relance économique et sociale intéressant, mais ses mensonges par omissions décrédibilisent tout le reste......Dommage !


  • GrandGuignol GrandGuignol 3 octobre 2016 15:50

    Tiens voilà ce que Mélenchon aurait pu nous dire depuis longtemps :

    Désindustrialisation accélérée : Article 32 et 63

    Les délocalisations industrielles dont souffre tellement la France trouvent leurs origines dans les traités européens ?
    Inexistantes avant le traité de Maastricht en 1992, les délocalisations ont explosé sous l’effet de la libre circulation des capitaux, des marchandises et des services, inscrite aujourd’hui dans les articles 32 et 63 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE).

    Services publics démantelés : Article 106

    Si nos élites bradent le patrimoine public national, ce n’est pas parce que la France est trop endettée. Non, si les services publics sont démantelés, c’est parce que nous y sommes contraints par l’article 106 du TFUE, qui sert les intérêts des grands groupes privés.

    Santé subordonnée au profit : Article 168 et 169

    Les articles 168 et 169 du TFUE donnent la priorité à la loi de l’argent sur les impératifs de la santé humaine.
    Rappelons-nous les scandales des farines animales, de l’huile de moteur dans les aliments, de l’Agence européenne des médicaments financée à 80 % par les laboratoires pharmaceutiques, etc.

    Agriculteurs et pêcheurs condamnés ; article 38 et 39

    les traités européens ont fait le choix de détruire notre agriculture familiale et notre pêche artisanale au profit des grands groupes de l’agroalimentaire et de la distribution ?
    Les articles 38 et 39 du TFUE placent nos agriculteurs dans une concurrence insupportable avec des pays à très bas coût de salaire et les contraignent à une course folle à la productivité, au détriment de la santé, de l’environnement, de l’identité des terroirs et de la qualité gustative des aliments. C’est l’UE qui a introduit les OGM et qui veut nous imposer le « traité de libre-échange transatlantique » (souvent nommé TTIP ou TAFTA) :

    ........................................

    Je vous invite à aller consulter de visu le contenu des articles cités ainsi que de tous les autres si vous en avez le temps.....

    ben ouais, Mélenchon il le dit pas ça...il y vient doucement quand même dans la dernière vidéo que j’ai vu, mais on est loin du compte encore.


    • wasam (---.---.48.194) 4 octobre 2016 20:36

      @GrandGuignol
      Vous aussi allez lire ce qu’il ecrit sur son blog, parce que là c’est pour le coup du grand guignol, il s’est positionné sur tous les sujets que vous mettez dans votre post, vous devez être aussi de l’UPR...


    • GrandGuignol GrandGuignol 17 octobre 2016 20:00

      @wasam
      Heu j’ai suivi Mélenchon un bon moment car je croyais en son programme de relance économique, et oui, j’ai suivi son blog durant 2 ans et rien sur ces articles ou alors ils les effleurait sans dénoncer clairement les articles des traités européens.
      Sur le sujet des délocalisation il n’en a jamais cité l’article des traités qui en est responsable...Il en parle des délocalisation et dit que c’est la faute à l’UE mais ne cite pas les articles qui en sont responsables, normal il est député européen et scierait par la même la branche sur laquelle il est assis.


Réagir